Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le château et la seigneurie du Vuache

 | 
Frédéric Raynaud

Chapitre 3. Le château du Vuache

Texte intégral

1La recherche archéologique, conditionnée par le projet d'aménagement, a permis la mise L au jour d'une grande partie des vestiges du bâtiment castrai totalement arasé. L'analyse stratigraphique a révélé la topographie de ce secteur avant toute occupation, la présence d'une fortification antérieure au château de pierre et l'évolution architecturale de celui-ci à travers cinq siècles de fonctionnement, du XIIe s. au XVIIe s. (fig. 30).

2La confrontation des données archéologiques et de celles apportées par les textes permet une restitution de l'élévation disparue et d'interpréter la fonction des différentes structures.

30 : Plan de fouille du château du Vuache

30 : Plan de fouille du château du Vuache

Données archéologiques

3Destiné à devenir le centre de la circonscription seigneuriale et un point de défense important sur la frontière entre le Comté de Genève et celui de Savoie, le château du Vuache a été élevé sur un site qui parait être particulièrement propice à ces deux fonctions d'administration et de surveillance.

Le site

4Les vestiges d'une occupation primitive du site ont été repérés sous les niveaux correspondant à la construction du château de pierre. La présence d'une levée de terre et le caractère particulier du matériel recueilli incitent à interpréter cette structure comme pouvant être une partie de la résidence des premiers seigneurs de Vulbens.

5L'examen morphologique du terrain révèle la présence d'un petit cours d'eau qui a profondément creusé son lit dans les couches de molasses tertiaires. Il est aujourd'hui souterrain et en partie capté. On peut, cependant le remarquer en amont du site grace à une dépression étroite qui suit le sens de la pente. Cette résurgence alimentait probablement les douves du château, fournissant un moyen de défense naturel complémentaire au rempart de maçonnerie.

6Aux alentours du château, la dépression s'élargit pour rejoindre un hémicycle correspondant à un front d'érosion glaciaire.

7Le terrain naturel a pu être observé en plusieurs endroits du site ; il est constitué d'apports détritiques stratifiés : une couche d'argile pure très compacte, de couleur grise très foncée a été mise au jour dans la partie septentrionale du site (C. 932) (fig. 31-35) ; cette couche constitue le substratum le plus important ; elle a été repérée sur 0,40 m d'épaisseur minimum. Dans certains sondages, on a pu observer que ce niveau est en partie recouvert d'un dépôt naturel d'argile pure, compacte et de couleur ocre-jaune (C. 914) (fig. 35) (pièce I et II) (fig. 30). Son épaisseur varie entre 0,10 m et 1 m. Cette couche est veinée et partiellement recouverte par un lit irrégulier de sable et de gravier (C. 913) (fig. 35). Ces couches constituant le substrat géologique, résultent du processus d'érosion glaciaire.

31 : Terrain naturel et premiers niveaux d'occupation (pièce IV)

31 : Terrain naturel et premiers niveaux d'occupation (pièce IV)

8Le site castral domine le village de Vulbens duquel il est séparé par la route principale de la seigneurie reliant le gué de Cologny à la route de Genève à Chambéry, via Annecy ; le contrôle de ces voies de circulation paraît être le principal rôle stratégique du château du Vuache. Depuis le sommet des tours, la vision pouvait couvrir un vaste panorama englobant d'est en ouest : les contreforts du Salève, la ville et la plaine de Genève, la partie occidentale du Lac Léman et les crêtes du Jura, dominant le Pays de Gex.

La fortification primitive

9Protégés des travaux du lotissement, car profondément enfouis sous les remblais accumulés à l'intérieur de l'enceinte, des niveaux archéologiques, correspondant à un aménagement antérieur au château de pierre, (fig. 32) ont été repérés grâce à des sondages pratiqués à l'ouest et au nord du site. Notre connaissance de cet état primitif reste limitée car elle ne concerne que deux secteurs, très ponctuellement observés et révélant une organisation peu explicite d'un ensemble certainement plus vaste.

32 : Plan de l'état antérieur au château de pierre

32 : Plan de l'état antérieur au château de pierre

10Le substrat géologique est recouvert par une couche d'argile jaune compacte, mêlée de petits galets et de quelques petits charbons de bois ; ce niveau a été retrouvé sur l'ensemble des parties fouillées (fig. 32) ; C. 959, (fig. 33) C. 910 (fig. 35) ; au nord-est C. 129, pièce IV, (fig. 60) ; C. 165, pièce IV, (fig. 72) ; C. 219, pièce II, (fig. 56) et C. 4026, zone 6, (fig. 34).

11Dans l'état de nos connaissances, il est difficile de déterminer si cette couche est due à la dégradation du terrain naturel lors de l'occupation ou s'il s'agit d'un apport volontaire recouvrant le paléosol.

33 : Coupe stratigraphique

33 : Coupe stratigraphique

34 : Coupe stratigraphique zone 9, tranchée IV

34 : Coupe stratigraphique zone 9, tranchée IV

12Ce niveau présente une importante dénivellation, axée sud-nord, parallèle au sens de la pente du versant de la montagne, entre les niveaux repérés à l'ouest (492,94 m maximum) et ceux dégagés à l'est (489,50 m minimum). Il a été exhaussé localement par plusieurs couches de remblais, uniquement retrouvées dans la tranchée IV (C. 4025, zone 6, couche d'argile brune contenant de petits galets, épaisse de 20 cm, recouverte par une couche d'argile jaune et de gros galets ; C. 4024, zone 6 (fig. 34) et C. 4031, zone 9, épaisse de 50 cm en moyenne).

13Les sondages à l'ouest ont révélé la présence d'une levée de terre, d'une hauteur de 2 m au-dessus du sol intérieur, large de plus de 4 m à sa base et de 1,50 m au sommet. Elle est façonnée avec une argile limoneuse dans laquelle sont inclus de nombreux petits galets et petits éclats de molasse (C. 909, (fig. 35) ; C. 957 (fig. 33) ; C. 927, pièce 1 (fig-55).

35 : Coupe stratigraphique zone 9, sondage 9

35 : Coupe stratigraphique zone 9, sondage 9

14Retrouvé sur une longueur de 20 m, suivant un tracé qui se révèle très légèrement courbe, ce talus pourrait correspondre à une enceinte de terre, limitant l'espace à l'ouest. La courbure laisse présumer une structure d'un diamètre très vaste. Le sommet de cette levée de terre, émergeant au pied du mur de courtine ouest, probablement érodé, présenteun dénivellé dans le sens sud-nord de 6 cm par mètre.

15À l'est et au nord, le sol intérieur était bordé par un fossé. Nous ignorons cependant, s'il s'agit effectivement d'un fossé volontairement creusé ou du bord du thalweg dû au cours d'eau repéré en amont. Dans ces deux cas, nous ne savons pas s'il correspondait à la limite est de cet état ou s'il traversait une installation plus étendue. L'implantation à cet endroit des murs de courtines de l'état postérieur n'a pas permis une investigation poussée de cette structure dont nous ne connaissons que le sommet d'un des côtés : (F. 4032 (fig. 34).

16Deux murs, en relation avec cet état, ont été partiellement reconnus, trop ponctuellement pour que nous puissions les rattacher à un type d'édifice.

17Seulement connu par son niveau d'arasement (fig. 36), le mur M 59 (pièce V, tranchée V) est orienté nord-sud ; large de 1,40 m et repéré sur 1,50 m de long, il est constitué de deux parements en blocs de molasse et d'un blocage de galets et d'éclats de molasse, noyés dans du mortier de chaux. Le parement est du mur M 58 a été dégagé sur 1 m de large, en limite de la tranchée IV (fig. 34). Sa fondation est constituée de trois assises de galets liées au mortier de chaux, installées dans une tranchée étroite (F. 4020), de 40 cm de profondeur ; seules trois assises de blocs de molasse formant la base de l'élévation ont été conservées. La première rangée de blocs au-dessus de la fondation, est légèrement saillante par rapport à l'aplomb de l'élévation et de la fondation.

36 : Arasement du mur M 59 (pièce V)

36 : Arasement du mur M 59 (pièce V)

18Une série de couches archéologiques en relation avec ce mur a pu être observée (fig. 34). La tranchée de fondation du mur M 58 a été creusée dans la couche de remblai C. 4024 ; les déblais de cette excavation ont été étalés pour niveler l'ancien sol (C. 4023) ; ce niveau est recouvert par un lit de sable, épais de 2 à 8 cm (C. 4022) et par une couche formée de sable, d'argile et de fragments de blocs de molasse (C. 4021). Cette séquence stratigraphique se répète une seconde fois : couche de sable pur (C. 4019) et couche hétérogène de sable, argile et fragments de molasse (C. 4018). Ces niveaux paraissent correspondre à des dépôts accumulés lors de la construction du bâtiment. Ils sont recouverts par une couche d'argile jaune, très compacte (C. 4017) ; elle constitue le remblai d'aménagement d'un sol intérieur en terre battue.

19La limite est de ce bâtiment n'a pas été repérée, un remblai d'argile jaune homogène a été accumulé au-dessus de ces vestiges et jusqu'au mur d'enceinte (C. 4030).

20A l'exception du talus et du sommet de la levée de terre, les niveaux de cette époque sont scellés de façon homogène par une couche de limon argileux gris foncé, mêlé de cendres et contenant des nombreux charbons de bois, des éléments rejetés de la démolition et quelques ossements de boeuf et de porc ou de sanglier. Ce niveau procède de la destruction de ce premier aménagement du site (C. 128 (fig. 58) ; C. 164 (fig. 37-72) ; C. 217, pièce II (fig. 56) ; C. 952 (fig. 33) ; C. 4015, zone 6, ; C. 4029, zone 9 (fig. 34) ; C. 6011 et C. 6024, pièces I et II (fig. 48).

37 : Niveau de sol de l'état primitif (pièce IV, sond. 4)

37 : Niveau de sol de l'état primitif (pièce IV, sond. 4)

21Très peu de matériel a été retrouvé dans ces niveaux. Seule la couche de démolition C.4029 a livré une clé forée, quatre blocs hémisphériques constitués de concrétions et de déchets de fonderie, quelques tessons de céramique grise et un bougeoir zoomorphe représentant un cerf, en bronze ou en laiton (fig. 38). Cette pièce de dinanderie, remarquable par la simplicité de son décor et le sujet représenté, est datable du XIIe s. ou du début XIIIe s. (cf annexe 3).

38 : Bougeoir zoomorphe, XIIe siècle

38 : Bougeoir zoomorphe, XIIe siècle

22La première occupation du site est donc antérieure à la construction du château de pierre datable du milieu du XIIIe s. ; aucun des éléments et objets recueillis ne permet de dater cette première occupation avec plus de précision.

23Les vestiges observés appartiennent à une structure dont la plus grande partie nous échappe du fait du profond remaniement occasionné par l'aménagement du château. Elle se caractérise essentiellement par la présence d'une enceinte de terre courbe et d'un fossé. Ces éléments, ainsi que l'objet de valeur qu'est le bougeoir, incitent à penser que nous sommes en présence d'un édifice castrai de terre ou du moins d'une partie de ce type de construction (basse-cour ou rempart de barrage  ?).

24Un chevalier, Pierre de Vulbens, vassal de Hugues de Sallenoves est mentionné dans des textes du début du XIIIe s. Ce premier état de construction pourrait correspondre au site castrai, lieu de sa résidence et siège de son pouvoir.

25Le statut particulier qui en découlerait pour le terrain pourrait, en partie, expliquer le fait que le site fut choisi pour l'édification du château de pierre.

Le château de pierre

État 1

26Les aménagements de la première occupation, décrits plus haut, servent de base à la construction du château de pierre, lui assurant une assiette hors du niveau de l'eau des fossés, et conditionnant son implantation et son architecture.

27Les vestiges conservés permettent d'observer, au moins pour les parties basses, que le travail de construction s'est déroulé en deux étapes : tout d'abord l'érection de la muraille d'enceinte et des tours, puis l'organisation de l'espace ainsi délimité par la construction du logis et d'un bâtiment indépendant implanté dans la cour (fig. 39).

39 : Château du Vuache, plan de l'état 1

39 : Château du Vuache, plan de l'état 1

L'enceinte

28L'enceinte est construite suivant un plan octogonal irrégulier, pourvue de tours circulaires, fortement en saillie vers l'extérieur, en flanquement des angles sud-est, sud-ouest et nord-ouest.

29Le périmètre extérieur de l'enceinte mesure 198 m, circonférences des tours incluses ; l'espace intérieur couvre une superficie de 1 020 m 2. Les murs de courtine, formant les côtés de l'octogone, mesurent entre 10 et 18 m de long et entre 2,40 et 2,50 m de large.

30Les tours et la courtine sont construites en même temps ; leurs assises sont en effet liées. La tour sud-est est la plus importante par ses dimensions  :10 m de diamètre, soit une circonférence de 31,40 m et une superficie de 78,50 m 2. Hors de l'emprise des constructions du lotissement, cette tour n'a pas été entièrement dégagée, seule une partie de l'arasement de cette structure a été mise au jour, à l'intersection qu'elle formait avec le mur de l'enceinte est.

31La tour sud-ouest est légèrement plus petite : 9 m de diamètre, 28,20 m de circonférence et couvre une superficie de 63 m2. Egalement épargnée par l'aménagement moderne, elle n'a pas fait l'objet de recherches approfondies.

32La tour nord-ouest, la plus réduite : 7 m de diamètre, 22 m de circonférence et 34,50 m2 de superficie, était directement menacée par la construction d'un immeuble. Le mur de cette tour (M 18) est large de 2,30 m et conservé sur une élévation de plus de 2,50 m de hauteur ; il entoure un espace intérieur de 2,50 m de diamètre. Il est bâti en blocs de molasse dont la face extérieure est taillée de manière concave ; travail qui fut sans doute effectué sur place, comme l'indiquent les éclats de taille que l'on retrouve dans la couche recouvrant le fond de l'espace intérieur (C. 807).

33Les deux tours sud ont été probablement conservées sur une grande élévation. En comparant le niveau d'arasement de ces tours avec le niveau supérieur des fondations du mur de courtine sud, qui les relie, on peut estimer qu'elles présenteraient plus de 5 m de hauteur.

34Un sondage profond, à l'angle nord-est de l'enceinte, n'a révélé aucun vestige et confirme l'absence d'une quatrième tour à cet emplacement.

35Les courtines, dont nous avons pu observer les parements internes à l'ouest et à l'est et le parement externe au sud, s'adaptent aux différentes dénivellations du terrain et aux aménagements de l'occupation antérieure.

36Les fondations de ces maçonneries sont implantées très profondément. A l'ouest, nous n'avons pas retrouvé la base de celle du mur M 9, ceci à plus de 4,50 m en dessous du niveau du sol actuel. Au sud, le sommet des fondations de M 30 se situe à 490 m d'altitude, alors qu'au nord, les élévations des murs M 18 et M 17 descendent respectivement au moins jusqu'à 489,50 m et 489 m.

37Les fondations que nous avons pu observer sont construites à l'intérieur de tranchées étroites, creusées dans le terrain naturel, par exemple F. 933 (fig. 40) pièce I ; F. 926 (fig. 55) et F. 467, pour le mur M 30 (fig. 67)). Le mur de courtine oriental est implanté dans le fossé appartenant à l'état antérieur (F. 4032), qui a été comblé après la construction du mur par un remblai d'argile jaune pure (C. 4033) (fig. 34).

40 : Coupe stratigraphique zone 9 et pièce I, sond. 9

40 : Coupe stratigraphique zone 9 et pièce I, sond. 9

38A l'ouest, le talus externe de la levée de terre, contre lequel est érigé le mur, a été taillé verticalement. Ce fait a été repéré tout le long de ce secteur ainsi par exemple F. 944 (fig. 33). L'espace entre le talus et la maçonnerie, large de 1 m, est remblayé par un apport homogène de limon argileux brun, mêlé de galets et de cailloutis, ainsi C. 931 comblant F. 930 (fig. 35) ; C. 945 comblant. F. 944 (fig. 33).

39A l'intérieur de ces tranchées, les maçonneries de fondation se composent d'assises de gros galets et de blocs de molasse, soigneusement alignés en parements et d'un blocage de galets et d'éclats de molasse, noyés dans du mortier de chaux (fig. 41). La différence entre le niveau du sol intérieur et celui du fossé extérieur entraîne une différence de niveaux entre les sommets des fondations interne et externe des murs.

41 : Détail des fondations internes du mur de courtine ouest (sond. 9)

41 : Détail des fondations internes du mur de courtine ouest (sond. 9)

40L'élévation externe du mur sud de l'enceinte, conservée sur 5 m de haut a été observée sur une longueur de 11,60 m (zone 4, sondage 3) (fig. 42-43). Il présente un moyen appareil mixte d'assises de blocs et de dalles de molasse, liées à joints fins avec du mortier de chaux.

42 : Relevé de l'élévation du mur de courtine sud M 30

42 : Relevé de l'élévation du mur de courtine sud M 30

43 : Elévation du mur de courtine sud M 30

43 : Elévation du mur de courtine sud M 30

41Les blocs, de forme trapézoïdale ou parfois presque triangulaire, profonds de 0,40 à 0,60 m, présentent en parement une face rectangulaire de 0,60 à 0,80 m de large sur 0,40 m de haut ; les dalles, de forme quadrangulaire de 0,80 à 1 m de côté, n'ont que 0,10 à 0,20 m d'épaisseur. Elles constituent les assises des deux premiers mètres de l'élévation, puis viennent interrompre régulièrement la maçonnerie de blocs, d'une ou deux assises, ayant pour fonction de régler l'horizontalité de la construction. Comme en fondation, un blocage, constitué de galets et d'éclats de molasse noyés dans du mortier de chaux, s'insère entre les deux parements.

42Les faces externes des dalles et des blocs sont soigneusement taillées, et portent les traces des outils utilisés pour ce travail. Il s'agit soit de profondes rainures, larges de 1 mm, correspondant à l'impact d'une broche ou d'un pic frappant le bloc de manière oblique, le résultat recherché étant obtenu par enlèvement de fines lames de pierres (fig. 44) ; soit d'une taille systématique de la face externe par petits coups de brettelure (3 ou 4 dents de 2 mm de large) (fig. 45-46). Certaines pierres portent les traces de l'emploi de ces deux outils (fig. 47) ce qui pourrait correspondre à l'équarissage et à la taille des blocs.

44 : M 30 bloc taillé au pic ou à la broche

44 : M 30 bloc taillé au pic ou à la broche

45- 46 : M 30 bloc taillé à la brettelure

45- 46 : M 30 bloc taillé à la brettelure

47 : M 30 bloc portant les traces des deux instruments

47 : M 30 bloc portant les traces des deux instruments

Le logis

43Sur la partie nord de l'enceinte, côté village, un corps de logis est aménagé suivant un plan grossièrement polygonal. Il est subdivisé en plusieurs pièces par des murs de refend. Les intersections sont liées avec les murs de façade M 19 et M 44, en revanche leurs extrémités s'appuient contre le parement interne des courtines. Ce bâtiment occupe la superficie de 410 m2 et se décompose en deux parties architecturalement différentes : à l'ouest, deux grandes pièces I et II, et à l'est, trois pièces III, IV et V, plus petites et aux sols plus bas de 2 m environ. Cette différence de niveaux incite à voir dans les pièces de la partie orientale, les caves décrites dans l'inventaire de 1612 (A.D.H.S., 7J 493).

44La partie ouest est limitée par le mur de façade M 19, long de 26 m et large de 1,50 m, orienté estouest ; ce mur n'a pas été dégagé sur toute sa longueur, mais a pu être observé grâce à trois sondages : sondage 13 à l'est, sondage 8 au centre et sondage 9 à l'ouest.

45La base du mur de façade M 19 est implantée dans une tranchée étroite F. 6023 (fig. 48) et F. 911 (fig. 40), creusée dans les niveaux de l'état antérieur. Les trois premières assises sont constituées de galets et de blocs de molasse non taillés, sur lesquelles reposent des dalles de molasse, formant les assises supérieures des fondations (fig. 49) ; ce mur avait déjà été partiellement détruit lors de la construction de l'état 3 et les matériaux récupérés très profondément après abandon du site ; aucun vestige de l'élévation n'a donc pu être observé.

48 : Coupe stratigraphique pièce I, sond. 8

48 : Coupe stratigraphique pièce I, sond. 8

49 : Détail de l'assise de fondation du mur de façade du logis M 19

49 : Détail de l'assise de fondation du mur de façade du logis M 19

46La maçonnerie est appuyée contre le bord septentrional de la tranchée de fondation ; l'espace, laissé libre du côté sud, a été comblé par un remblai de cailloutis et d'argile.

47Le secteur délimité par ce mur est divisé en trois pièces par deux murs de refend, d'axe nordsud, approximativement parallèles : M 7 à l'ouest et M 3 à l'est dont la construction s'adapte aux dénivellations du terrain.

48La fondation du mur de refend M 7 est implantée dans une tranchée étroite (fig. 50) creusée dans la couche d'argile compacte, jaune et sans inclusion (C 607 sondage 6 et C. 6024 sondage 8), premier niveau rencontré appartenant au substrat géologique. Long de 10 m et large de 1,10 m, ce mur, partiellement conservé sur 1,50 m de haut, présente en fondation une maçonnerie de galets liés au mortier de chaux occupant toute la largeur de la tranchée ; au-dessus se superposent les assises de blocs en molasse, constituant l'élévation (fig. 50). Probablement à cause de la pente naturelle du terrain, le niveau supérieur des assises de fondation est plus bas sur le parement est (491,40 m pour 492,20 m à l'ouest).

50 : Structure du mur de refend M 7

50 : Structure du mur de refend M 7

49Le mur de refend M 3, long de 11,40 m et large de 1 m, est appuyé à l'ouest contre une rupture verticale du terrain peut-être aménagée lors de la construction du logis. Le parement est présente une assise de gros galets, constituant la base du mur sur laquelle s'élèvent des assises de blocs de molasse. Le parement ouest comporte un massif quadrangulaire de 1,80 m de côté, construit de blocs de molasse que nous interprétons comme le vestige d'un contrefort. De part et d'autre de cette maçonnerie, le parement ouest du mur est constitué d'assises non réglées de galets et de blocs de molasse noyés dans du mortier de chaux. D'après l'observation de la partie conservée, cette maçonnerie se présente donc comme un mur de soutènement bordant, à l'est, une terrasse aménagée dans le terrain naturel.

50La présence d'un contrefort au centre de ce mur s'explique peut-être par une différence des niveaux supérieurs entre les deux parties du logis.

51La partie orientale du bâtiment correspond à un espace de plan trapézoïdal, couvrant une surface de 145 m 2, limité à l'est et au nord par les murs de courtine M 1 et M 17, au sud par le mur de façade M 44 et à l'ouest par M 2. L'ensemble est divisé en deux pièces par le mur de refend M 4, orienté estouest. Les fondations de ces murs sont implantées très profondément : aucun des sondages pratiqués dans ce secteur n'a permis d'atteindre la base de celles-ci.

52Le mur M 44, long de 10,40 m et large de 1,20 m, présente en élévation deux parements de blocs de molasse avec un blocage de galets et d'éclats de blocs de molasse noyés dans du mortier de chaux. Il limite l'espace au sud et correspond, sans doute, à son mur de façade.

53Le mur M 2, orienté nord-sud (fig. 51), est parallèle au mur M 3, long de 17 m et large de 1,10 m. Il est lié, au tiers de sa longueur, avec le mur de façade du bâtiment ouest, la façade de la partie est du logis étant ainsi en saillie par rapport à celle de la partie ouest.

51 : Elévation du mur de refend M 2 (pièce IV)

51 : Elévation du mur de refend M 2 (pièce IV)

54L'élévation de ce mur présente le même mode de construction que le mur M 44. Dans l'angle sud-ouest, formé par ces deux murs M 44 et M 2, trois assises de blocs de molasse, taillés en forme de voussoirs, sont partiellement conservées et permettent de restituer une voûte couvrant cet espace (fig. 52).

52 : Départ de la voûte de couverture de la pièce V

52 : Départ de la voûte de couverture de la pièce V

55Dans l'angle nord-ouest, à 0,60 m du mur de l'enceinte, une porte est aménagée dans le mur M 2 ; elle permettait le passage entre la pièce IV et la pièce III. Les jambages de cette ouverture sont maçonnés en blocs de molasse. Large de 1,40 m, elle devait être surmontée par une arcade dont les claveaux auraient été récupérés à l'état 2.

56Deux marques de tâcheron identiques, hautes de 8 cm, représentent la lettre V gravée sur un bloc de chaque côté du piédroit sud (fig. 53).

57Le mur de refend, M 4, axé est-ouest (fig. 54) est approximativement parallèle au mur de façade, long de 7,50 m et large de 1,20 m ; il divise cette partie du logis en deux pièces. Seul le parement nord de ce mur a pu être dégagé. Il présente à sa base deux ressauts successifs de 0,20 m de large et de 0,60 m de haut, formés par des assises de blocs de molasse en saillie par rapport à l'aplomb du mur. Le piédroit d'une ouverture parementé en blocs de molasse a pu être mis au jour. Cette porte, permettant le passage entre la pièce V et la pièce IV, se situait au milieu du mur de refend.

53 : Mur M 2, marque de tâcheron (pièce IV)

53 : Mur M 2, marque de tâcheron (pièce IV)

54 : Détail de l'élévation et de l'ouverture du mur M 4 (pièce IV)

54 : Détail de l'élévation et de l'ouverture du mur M 4 (pièce IV)

58A l'intérieur des différentes pièces du logis, des sols sont aménagés sur des remblais. Surplombant le niveau extérieur, la moitié septentrionale des pièces I et II a été arasée en dessous du niveau des sols. Au contraire, nous avons pu repérer ceux-ci, dans des sondages pratiqués dans la partie sud. De même les pièces à l'est du logis (pièces III, IV et V) ont conservé leur sols profondément enfouis.

Pièce I

59A l'ouest, la pièce I, de plan trapézoïdal, couvre une superficie de 91 m 2. Le remblai d'aménagement du sol de cette pièce a été repéré dans l'angle sud-ouest, sur une longueur de 3 m (C. 923) (fig. 55). Recouvrant l'ancienne levée de terre de l'état antérieur et les remblais de la tranchée de fondation du mur d'enceinte, il est constitué d'argile jaune, contenant des petits galets, amassée sur une épaisseur de 0,20 m ; son niveau supérieur se situe à 493,60 m d'altitude.

55 : Coupe stratigraphique pièce I, sond. 9

55 : Coupe stratigraphique pièce I, sond. 9
Pièce II

60Au centre de la partie ouest du logis, la pièce II, de plan polygonal, couvre une superficie de 94,60 m 2. L'aménagement du sol de cet espace nous est connu grâce à deux sondages : le sondage 8, effectué dans l'angle sud-ouest et le sondage 5, dans l'angle nord-est, où seuls les niveaux inférieurs ont été conservés.

61Au nord, le bord du fossé de l'état antérieur, laissé en partie apparent lors de la construction de l'enceinte, est remblayé par un apport d'argile jaune, contenant des petits galets (C. 217) (fig. 56) ; au sud, le sol est rehaussé par trois remblais successifs d'argile et de cailloutis, sur 1 m d'épaisseur (C. 6021, cailloutis, C. 6020, argile jaune et C. 6012, argile contenant de nombreux petits galets) (fig. 48), seule la surface de celle-ci est suffisamment uniforme et compacte pour être interprétée comme le niveau de sol de cette pièce. L'importance de la surface à couvrir pourrait expliquer la nature hétérogène de ce remblai. Son niveau supérieur se situe à 493 m d'altitude, soit environ à 0,50 m en dessous du sol de la pièce I.

56 : Coupe stratigraphique pièce II, sond. 4

56 : Coupe stratigraphique pièce II, sond. 4
Pièce III

62Formant la transition entre les deux parties du logis, la pièce III est, comme les deux précé- dentes, de forme trapézoïdale, elle couvre une superficie de 43,60 m 2. Son sol est constitué d'un remblai d'argile jaune contenant des petits galets (C. 162) de faible épaisseur (0,15 m en moyenne) recouvrant le sol de l'état antérieur (fig. 57). Son niveau est à la cote d'altitude 491 m, soit 2 m en dessous de celui de la pièce II.

57 : Vue d'ensemble de la pièce III

57 : Vue d'ensemble de la pièce III
Pièce IV

63Dans la partie est du logis, la pièce IV, de plan trapézoïdal, couvre une superficie de 36 m 2. Le sol de cette pièce nous est connu grâce à deux sondages : le sondage 4 implanté dans l'angle nord-ouest et le sondage 1, ouvert sur toute la largeur de la pièce, parallèlement au mur M 4. Il est constitué d'un remblai d'argile jaune pure, ainsi C. 116, (fig. 58-59), et présente une légère pente vers le nord ; son altitude moyenne est de 490,50 m.

58 : Coupe stratigraphique de la pièce IV, sond. 1

58 : Coupe stratigraphique de la pièce IV, sond. 1

59 : Niveau de sol de la pièce IV

59 : Niveau de sol de la pièce IV

64Au sud de cette pièce, à 0,50 m du parement du mur de refend M 4 et à égale distance des murs M 1 et M 2 (3,20 m), une petite fosse circulaire, de 0,70 m de diamètre, (F. 119) est creusée sur 0,30 m de profondeur dans le remblai du sol. Les petites pierres disposées au fond de l'excavation (C. 118) (fig. 58) servent de fondation à un bloc de calcaire (F. 117), placé à l'aplomb du jambage de la porte repérée dans le mur de refend dont le seuil est à 0,60 m au-dessus du niveau du sol (fig. 60).

60 : Pièce IV, base de pilier

60 : Pièce IV, base de pilier

Bloc calcaire, hauteur de 0,32 m, section octogonale irrégulière, les côtés opposés font 0,28 m et ceux diagonalement opposés, 0,20 m. Bloc soigneusement taillé à la brettelure, son arête supérieure est taillée en biseau sur 4 cm de haut, une rainure marque horizontalement le milieu. Cette pierre pourrait éventuellement correspondre au support d'un pilier d'escalier en bois.

65Il est soigneusement taillé à la brettelure, son arête supérieure est taillée en biseau sur 4 cm de haut, une rainure marque horizontalement le milieu. Cette pierre pourrait correspondre au support d'un pilier d'escalier en bois.

Pièce V

66L'ouverture dans le mur de refend permettait le passage vers la pièce V dont seul l'angle sud-est a pu être partiellement dégagé (sondage 10). De plan trapézoïdal, elle couvre une superficie de 56 m2.

67Le sol de cet espace nous est uniquement connu en surface. Il a été formé sur un remblai d'argile jaune C. 5010 ; son niveau supérieur est à 491,10 m, soit environ 0,60 m au-dessus du niveau de sol de la pièce IV.

68Dans l'angle sud-ouest de la pièce V, un petit podium rectangulaire est aménagé au-dessus de ce sol. Long de 3 m el large de 2 m, il est constitué d'une maçonnerie en équerre, s'appuyant sur les parements intérieurs des murs M 44 et M 2. La branche nord présente deux assises de moellons de molasse, sur 0,40 m de haut et 0,60 m de large. La branche est, large de 1 m, est formée de deux assises de blocs de molasse, hauts de 0,20 m, disposés de manière à former un ressaut extérieur de 0,40 m de large ; l'espace intérieur est remblayé par une couche d'argile jaune (C. 5009) dont le niveau supérieur est à 491,40 m d'altitude, soit 0,80 m en dessous de la base de la voûte (fig. 61). La destination de cette construction, est difficile à interpréter.

61 : Podium dans l'angle sud-ouest de la pièce V

61 : Podium dans l'angle sud-ouest de la pièce V

Tour nord-ouest

69A l'intérieur de la tour nord-ouest (zone 8), un sol est aménagé sur un petit niveau de cailloutis (C. 806) (fig. 62-63), épais de 0,4 m. Son niveau supérieur est à 490 m, soit 3,50 m en dessous du niveau du sol de la pièce voisine (pièce I) ; l'accès à cet espace pouvait éventuellement se faire par une échelle, depuis l'étage supérieur.

62 : Tour nord-ouest, niveau de sol

62 : Tour nord-ouest, niveau de sol

63 : Coupe stratigraphique de la tour nord-ouest (zone 8)

63 : Coupe stratigraphique de la tour nord-ouest (zone 8)

70La surface de ce sol était recouverte par une couche de limon argileux gris (C. 805), contenant des éclats de molasse, des galets et de nombreux charbons de bois, ainsi qu'un abondant matériel résiduel : tessons de céramique, de verre datables du XIVe ou XVe s., des objets métalliques et des restes osseux de deux porcs, d'un boeuf et d'un mouton ainsi que de gallinacés et d'un pigeon.

71Cet espace, de par son exiguïté se prête mal à une occupation. Par contre la très grande quantité d'os, déchets de consommation alimentaire, accumulée sur une très faible épaisseur de remblai (5 cm) incite plutôt à y voir un dépotoir temporaire. La présence d'un fémur de rat noir renforce cette hypothèse.

La cour intérieure

72La partie méridionale de l'enceinte, côté montagne, délimite une cour intérieure (zone 9), de 265m2 de surface.

73Son sol se présente sous forme de quart de cuvette ; il a été aménagé par un important remblai d'argile jaune, contenant des petits galets (C. 951) (fig. 33), C. 4014, zone 6 et C. 4028, zone 9) (fig. 34), recouvrant partiellement les niveaux correspondant à l'état antérieur ; en son point le plus bas, dans l'angle nord-est de la cour, le niveau du sol est à 493 m, soit 2 m au-dessus du niveau du sol de la pièce V.

74A l'ouest, l'ancienne levée de terre n'est pas complètement remblayée mais forme une sorte de terre-plein semi-circulaire au pied du mur de courtine M 9. Son niveau supérieur se situe à 494,80 m d'altitude, à proximité de l'angle de la tour sudouest.

75Au nord-ouest, l'enceinte de terre et les couches de remplissage de la tranchée de fondation de M 9 sont partiellement recouvertes par une couche d'occupation (C. 907) (fig. 40) (C. 924) (fig. 55), constituée de limon gris contenant des cendres, des charbons de bois et un tesson de céramique du XIIIe s. (cf. annexe 2). Cette couche coupée par la tranchée de fondation du mur de façade sud du logis, M 19, est sans doute consécutive à l'occupation du chantier par les ouvriers au moment de la construction de la courtine.

76L'argile du sol de la cour est rubéfiée par endroits : traces de foyers temporaires, allumés au milieu de la cour ; aucune structure n'indique un usage prolongé de ces foyers. Le sol, aux alentours, est recouvert par une fine couche d'occupation, contenant des cendres, épaisse de 2 cm (C. 948) (fig. 33).

Le bâtiment central

77Au centre de l'enceinte, un bâtiment annexe de plan trapézoïdal, couvrant une superficie de 91 m2 est construit dans l'angle formé par les murs du logis M 19 et M 2. Le mur nord de ce bâtiment est distant seulement de 0,20 m du mur de façade M 19 et le mur oriental est séparé du mur M 2 par un espace de 1, 60 m (fig. 32).

78Ce bâtiment est limité au nord par le mur M 47, long de 13,60 m et large de 1,20 m, à l'est, par le mur M 51, long de 8 m et large de 1,20 m, au sud, par le mur M 21, long de 13,40 m et large de 1 m et à l'ouest, par le mur M 53, long de 5,80 m et large de 1,20 m.

79Ces murs sont construits en moellons de molasse, de 0,15 m de haut en moyenne et en galets, disposés en parements avec un blocage d'éclats de molasse et de galets noyés dans du mortier de chaux. Ce mode de construction a été utilisé pour les fondations comme pour l'élévation. Le mur ouest M 53 a été doublé intérieurement par une maçonnerie ne présentant de parement que sur sa face externe : M 52 ; sa fonction reste inconnue.

80Un petit sondage implanté contre le mur est, a permis de retrouver le sol d'origine de cette pièce, formé sur un remblai d'argile jaune pure (C. 1110), épais de 0,40 m et à 492,40 m d'altitude ; il est recouvert par une couche d'occupation cendreuse C. 1109, épaisse de 2 cm (fig. 77).

État 2

81Dès le XIVe s., les comptes de châtellenies attestent certaines restructurations de l'édifice et constructions annexes. Nous regroupons dans l'état 2 (fig. 64) 1'ensemble des transformations que nous avons pu observer. Elles ne sont datables que par chronologie relative, postérieures à l'en ceinte sur laquelle elles s'appuient. Celle-ci forme une barrière empêchant de mettre en relation les séquences stratigraphiques. La description du château faite dans l'inventaire de 1612 correspond à cet état de la construction.

64 : Château du Vuache, plan de l'état 2

64 : Château du Vuache, plan de l'état 2

Une porte à l'est ?

82Un petit bâtiment rectangulaire (zone 7), large de 4,60 m sur 7 m de long, est appuyé au centre du mur de courtine est M 1, à proximité de la partie est du logis. Les murs font 1,40 m de large et s'appuient sur le parement externe de la courtine.

83Une tranchée de 1 m de large a été pratiquée dans la longueur de cet espace ; elle n'a révélé qu'une succession de remblais hétérogènes. En raison du peu de temps et de moyens impartis pour la fouille, cette coupe n'a pas fait l'objet d'une analyse détaillée. Ce bâtiment pourrait correspondre à la porte dont la construction est mentionnée en 1327. Dans ce cas, il était surmonté d'un chaffal, petite construction de bois en encorbellement. Une tranchée a été ouverte suivant un axe perpendiculaire à cet édifice mais l'importance du remblai accumulé pour combler le fossé et la présence de la nappe phréatique rendaient difficile l'exploration de ce secteur. Seul l'angle d'une maçonnerie correspondant à une des piles du pont a pu être repéré sous le niveau de la nappe. Ce pont constitué d'arches maçonnées et d'un tablier de bois, est également mentionné dans les comptes pour l'année 1326, date de sa construction.

Un bâtiment annexe au sud

84Au sud de l'enceinte, un bâtiment annexe (zone 4) est aménagé contre le parement externe du mur M 30. Construit suivant un plan approximativement rectangulaire, de 14,20 m de long sur 9,40 m de large, il couvre une superficie de 133,50 m2.

85Cet espace est limité à l'ouest par le mur M 34, long de 9 m, au sud, par le mur M 38, long de 14 m et à l'est, par le mur M 37, long de 9,40 m ; tous ces murs sont larges de 1,25 m. L'angle sud-ouest présente un chaînage de blocs de molasse, disposés en carreaux et en boutisses. Le quatrième côté est constitué par le mur de courtine M 30.

86Les tranchées de fondation des murs sont creusées dans une couche d'argile grise, très plastique, d'origine alluvionnaire (C. 451) (fig. 65) accumulée contre le mur de courtine sud qui forme barrage à l'écoulement des eaux de ruissellement sur la pente de la montagne.

65 : Coupe stratigraphique zone 4, sond. 3

65 : Coupe stratigraphique zone 4, sond. 3

87Celle-ci est recouverte par une couche de couleur brune très foncée, d'aspect et d'odeur comparables à de la tourbe (fig. 66). Elle contenait de nombreux petits fragments de bois et pourrait résulter de dépôts d'origine naturelle accumulés au fond du fossé (C. 450). Ces deux couches contenaient également quelques ossements d'animaux.

66 : Zone 4, sond. 3 niveaux accumulés dans le fossé

66 : Zone 4, sond. 3 niveaux accumulés dans le fossé

88Au pied du mur d'enceinte, ces couches ont été recoupées par des tranchées successives, suivant l'alignement de son parement : F 465, F 464 et F 467 (fig. 67). Dues au dégagement de la base du mur de courtine, ces tranchées pourraient être consécutives aux curages du fossé : la tranchée F 465 a été comblée sur 0,80 m de profondeur par une couche d'argile jaune, pure (C. 466). Le sommet de ce comblement a été recreusé sur un mètre de large par la tranchée F 467, comblée par l'argile ocre, contenant des petits galets (C. 463), dont le sommet est partiellement recreusé sur 0,15 m de large par la tranchée F 464 et recouvert par une couche d'argile jaune pure (C. 462).

67 : Coupe stratigraphique zone 4, sond. 3

67 : Coupe stratigraphique zone 4, sond. 3

89La construction et la stratigraphie de ce bâtiment ont pu être observés par un sondage implanté à cheval sur le mur limitant ce secteur à l'est, (fig. 67). La tranchée de fondation (F 453) (fig. 65) du mur M 37 a été creusée dans les couches d'origine naturelle (C. 450 et C. 451), sur une largeur de 1,46 m pour une profondeur de 0,70 m.

90A l'intérieur de cette tranchée, la maçonnerie a été appuyée contre le bord ouest, sous la forme d'un parement vertical de moellons de molasse et de galets disposés sur trois assises, alors qu'à l'est, elle est constituée de deux ressauts de blocs de molasse se chevauchant ; large de 0,25 m à trois mètres de l'angle nord-est, ce ressaut s'amenuise vers le nord, pour finalement se confondre avec l'élévation du mur, 1 m avant l'intersection avec la courtine.

91Le sommet de la maçonnerie de fondation de ce mur est à 491,30 m d'altitude, environ 3 m en dessous du niveau du sol contemporain de la cour interne.

92Les élévations des murs de ce bâtiment présentent, en parements, un appareil irrégulier de blocs de molasse et un blocage d'éclats de molasse et de galets noyés dans du mortier de chaux (fig. 68).

68 : Zone 4, relevé de l'élévation intérieure du mur M 37

68 : Zone 4, relevé de l'élévation intérieure du mur M 37

93A l'intérieur du bâtiment, à partir du niveau correspondant au sommet des fondations, les paléosols antérieurs à cette construction sont recouverts par un lit de cailloutis, de sable et de particules de mortier, déposé pendant la construction et marquant le sol de travail (C. 445, C. 461) (fig. 65-67). Ce niveau est recouvert par une fine couche de cendres et de charbons de bois, contenant des restes osseux d'animaux complétant ceux trouvés dans les couches inférieures (C. 444 et C. 448), et localement, contre le mur nord, par un remblai d'argile brune, mêlée de cendres et de charbons de bois (C. 447). Ces couches correspondent probablement à la période de construction du bâtiment et se seraient déposées pendant l'occupation du chantier par les ouvriers.

94Les ossements d'animaux (porcs, boeuf, un mouton dont l'ensemble du squelette est à peu près représenté, poules et ceux d'un ours brun) correspondent à une période de rejet dans le fossé, antérieurement à la construction de bâtiment annexe.

95A l'extérieur du bâtiment, une couche d'argile grise (C. 459) (fig. 65) contenant également des cendres, recouvre les niveaux antérieurs à la construction. La base du mur M 37 est occultée par des dépôts alluviaux, dus au ruissellement des eaux de pluie (C. 458 et C. 457) (fig. 74).

96Dans la coupe stratigraphique, au sud du sondage, nous avons partiellement dégagé un parement de mur semi-circulaire F 443, dont la base est à 492,20 m d'altitude et qui s'appuie à l'ouest sur le parement externe du mur M 37 (fig. 65).

97L'intérieur de cet édifice est comblé postérieurement par trois importantes couches de remblais : C. 439, remblai de sable et de limon gris, contenant des cailloux, C. 437, remblai d'argile jaune compacte, incluant des éclats de molasse et de nombreux cailloux de calibre très varié et C. 431, remblai d'argile jaune compacte, contenant des galets et des éclats de molasse. Seule la surface de ce dernier porte des traces d'utilisation comme sol intérieur de la zone 4. Contre le mur M 37, un foyer, limité à l'ouest par une lauze de molasse, se signale par la rubéfaction de l'argile (C. 435) et une fine couche de cendres (C. 434) le recouvrant.

98Après ces aménagements, le niveau du sol du bâtiment annexe se trouve au même niveau que le sol intérieur de l'enceinte. Il est probable que ce rehaussement soit conçu dès l'origine et que l'accès à cette pièce se faisait depuis la cour intérieure.

La tour sud-ouest

99Elle est renforcée par un chemisage (zone 10, M 23), appuyé contre le parement extérieur du mur en blocs de molasse (fig. 69). Cette maçonnerie présente un blocage de galets noyés dans du mortier de chaux qui s'appuie contre le parement vertical du mur primitif et, à l'extérieur, un parement de gros blocs de calcaire, quadrangulaires, de 0,60 m à 0,70 m de coté ; les faces de ceux constituant les assises supérieures sont taillées en biais pour former un glacis. Ce revêtement est large de 2 m pour les assises inférieures et seulement de 1,50 m au niveau d'arasement. Il ne couvrait probablement que la base de la tour et témoigne d'un renforçement du caractère défensif du château.

69 : Tour sud-ouest, parement externe du chemisage

69 : Tour sud-ouest, parement externe du chemisage

Remaniement de l'enceinte

100L'angle nord-est de l'enceinte, formé par les murs M 17 et M 27 est arasé jusqu'à la côte d'altitude 489 m. Un nouveau mur de courtine M 16 est construit à leur emplacement (fig. 70), large de 1,60 m, il présente, d'ouest en est, trois pans longs, respectivement, de 10 m, 6 m et 5 m ; il est fondé sur une assise de gros blocs morainiques, hauts de 0,30 m (fig. 71) et recouvrant en partie l'arasement des murs de l'état I qui étaient plus larges. Son élévation est construite en blocs de molasse, dont la plupart paraissent être des remplois de l'état I, disposés en parement avec un blocage composé de galets et d'éclats de molasse noyés dans du mortier de chaux ; le parement interne est appuyé contre les extrémités des murs de refend.

70 : Coupe stratigraphique zone V, pièce VII

70 : Coupe stratigraphique zone V, pièce VII

101Pour l'installation de cette construction, une tranchée a dû être creusée dans les niveaux intérieurs du logis (F 113, pièce IV et F 220, pièce III).

71 : Assise de fondation du mur M 16

71 : Assise de fondation du mur M 16

102Ainsi, dans la pièce IV, cette tranchée est comblée par un remblai C. 105, (fig. 60) constitué par de l'argile jaune compacte, recouvrant également le sol de l'état 1 de cette pièce sur une épaisseur moyenne de 0,50 m. Il est lui-même recouvert partiellement par un remblai d'argile grise C. 104 (fig. 60). Ce double apport de remblais rehausse le sol jusqu'au niveau du seuil de la porte du mur de refend M 4.

103La porte reliant les pièces III et IV est condamnée par une maçonnerie de blocs de molasse remployés M 5, implantée dans une tranchée étroite F 167, creusée dans les sols de ces deux pièces (fig. 72-73).

72 : Coupe stratigraphique pièces II et III, sond. 4

72 : Coupe stratigraphique pièces II et III, sond. 4

73 : Maçonnerie condamnant la porte de la pièce IV

73 : Maçonnerie condamnant la porte de la pièce IV

104Cette réfection intervient après un affaissement du terrain ayant entraîné une fissuration des murs particulièrement remarquable sur le parement est du mur M 3 où les brèches ont été bouchées par des galets (fig. 74).

74 : Fissures et réparations du mur M 3, pièce III

74 : Fissures et réparations du mur M 3, pièce III

105La pièce III est entièrement remblayée par une série de couches contenant des débris de démolition : blocs de molasse, briques et tuiles plates (C. 204, C. 203 et C. 202) (fig. 59).

Un batiment annexe au nord

106Au nord, à l'extérieur de la courtine (zone 5), un bâtiment rectangulaire est appuyé sur le parement du nouveau mur M 16 (L : 9 m, 1 : 7 m), il est limité à l'ouest par le mur M 14, (L : 6,50 m, 1 : 1,40 m), à l'est, par le mur M 6, (L : 7 m 1 : 1,20 m et au nord par le mur M 57, (L : 8,20 m, 1 : 1,20 m). Ces murs sont construits en blocs de molasse appareillés en parements avec un blocage de galets et de molasse noyés dans du mortier de chaux (fig. 75).

75 : Vue d'ensemble de la zone 5

75 : Vue d'ensemble de la zone 5

107La maçonnerie de fondation a pu être observée sur le parement interne du mur M 14. Concrétisée par un léger ressaut saillant de 4 cm de l'aplomb du parement du mur, elle est implantée dans une tranchée étroite F 159 qui est creusée dans la couche de démolition du mur M 17 (fig. 70) caractérisée par l'accumulation d'un sable jaune contenant des blocs de molasse, des galets, du gravier et des nodules de mortier provenant de l'arasement du mur primitif de l'enceinte et dans la couche sous-jacente, constituée d'argile grise pure, peutêtre d'origine alluvionnaire (C. 160). Celle-ci contenait quelques petits morceaux de bois, conservés dans la nappe phréatique et s'appuyait contre le parement externe de M 17, mur de courtine de l'état 1.

108L'espace intérieur est divisé en deux par un petit mur de refend, M 15, large de 0,80 m et repéré sur 5 m de long. La base de ce mur est constituée de deux assises de fondation en galets et en blocs de molasse, posée sur la couche d'argile C. 160, sur une hauteur de 0,40 m ; son élévation est faite en blocs de molasse dont certains sont des éléments remployés. Parmi ceux-ci, deux blocs sont décorés, ils font certainement partie d'un même ensemble qui pourrait correspondre à un piédroit de cheminée engagée (fig. 76).

76 : Eléments architecturaux remployés dans la zone 5

76 : Eléments architecturaux remployés dans la zone 5

Moulure d'angle et colonnette engagée. Molasse, composition à partir de deux blocs : un bloc cubique de 0,45 m de côté, présentant une colonnette de 0,15 m de diamètre, engagée dans un des angles, un autre bloc approximativement cubique de 0,40 m de haut et 0,45 m de côté sculpté sur deux faces d'une moulure légèrement concave marquée au tiers inférieur d'un chanfrein double (H : 0,02 m), surmontée d'un tore à section ogivale (H : 0,08 m) l'angle est traité pour former un chapiteau campaniforme à corbeille nue (D : 0,15 m à la base).

109L'espace est de ce bâtiment, pièce VI, couvre une superficie de 24 m2 et la pièce VII, à l'ouest, une surface de 7,50 m2 (fig. 30).

110Le sol de ces pièces est formé sur la surface du remblai de démolition de l'enceinte primitive (C 158) dont le niveau supérieur est à 489,90 m d'altitude. A ce niveau est associée la découverte de nombreux ossements d'animaux domestiques (porc, boeuf et mouton, poule et oie) et de gibier (petit oiseau et lièvre commun). La profondeur de ces sols, par rapport à ceux du logis, permet de supposer que la partie inférieure de ce bâtiment, avait probablement une fonction de caves qui auraient été surmontées par un étage dont il ne reste aucun vestige.

Le bâtiment central

111Après la construction d'une nouvelle cuisine, celle de l'état 1 est transformée en grenier à grain, en septembre de l'année 1339 : « In uno granerio facto de novo... infra castrum de Vuache in loco in quo quoquina esse solebat  »(A.D.H.S., inv. 58, fol. 387, c. 126). Cette référence pourrait correspondre au remblaiement du bâtiment annexe (zone 12) sur une épaisseur de 1,60 m par une couche d'argile jaune pure (C. 1102) (fig. 77).

77 : Coupe stratigraphique zone 12, sond. 12

77 : Coupe stratigraphique zone 12, sond. 12

112C'est certainement à la même époque ou légèrement plus tard que les murs de cet édifice ont été arasés, ne dépassant plus que d'une seule assise du niveau supérieur du sol intérieur, à 494 m d'altitude et formant ainsi une petite terrasse au-dessus du sol de la cour intérieure.

L'escalier à vis

113L'angle nord-est de la zone 12 a été démoli lors de la construction d'un escalier à vis, appuyé sur l'angle du logis formé par le mur de façade M 19 et le mur M 2.

114Permettant une circulation verticale vers les étages (zone 13) la tourelle d'escalier, de forme trapézoïdale, présentait deux côtés de 4,80 m au sud et à l'ouest, un côté de 4,90 m au nord et un côté de 5 m à l'est. Elle a été implantée dans une fosse de fondation quadrangulaire F 1104. L'espace laissé libre après la construction de l'escalier est comblé par un remblai de gravier contenant des galets, des éclats de molasse, des fragments de tuiles et des tessons de verre et de céramique (C. 1103) (fig. 77).

115Ces tessons correspondent à deux albarelles en céramique glaçurée et à des gobelets côtelés ou non décorés, des bouteilles aplaties et des fioles à long col, en verre et dont la datation est à situer entre l'extrême fin du XVe s. et le début du XVIe s.

116La structure de l'escalier se présente sous la forme d'une importante maçonnerie de moellons de molasse et de galets, liés au mortier de chaux, composant la cage et supportant la première volée de marches (fig. 78). Un tronçon de colonne est remployé dans cette maçonnerie. La base de l'escalier est faite d'une maçonnerie servant de sol au palier inférieur à 492 m d'altitude ; ce palier comportait une porte donnant accès à la cave sud, mentionnée dans l'inventaire de 1612, et dont aucun vestige n'a été conservé.

78 : Vue d'ensemble de l'escalier

78 : Vue d'ensemble de l'escalier

117Les degrés de l'escalier à vis, taillés dans des blocs de molasse, étaient engagés dans le parement interne de la cage d'escalier et dans le parement du mur M 2. Ils ont été récupérés après l'abandon du château. Seules les extrémités engagées dans la maçonnerie sont conservées. Elles présentent une hauteur de 0,12 m et une profondeur de 0,60 m sur la circonférence ; longues de 2,40 m, elles se superposaient autour d'un noyau central de 0,20 m de diamètre, dont l'empreinte a été imprimée dans le mortier du massif de fondation soutenant les premières marches (fig. 79).

79 : Essai de reconstitution de la base de l'escalier

79 : Essai de reconstitution de la base de l'escalier

118Au pied de cet escalier, une niche a été aménagée sous la seconde volée de marches. Sa partie supérieure a été arasée. Elle se trouvait sous lesmarches 11 à 15. De plan trapézoïdal, le fond mesure 1 m de large, l'ouverture, 1,20 m et les côtés, 0,80 m de profondeur. La partie inférieure a été surélevée sur 0,40 m de hauteur au-dessus du sol du palier, par une maçonnerie présentant un parement extérieur de deux assises de petits moellons de molasse. L'intérieur est rempli par un blocage de galets et d'éclats de molasse noyés dans du mortier de chaux.

119L'inventaire de 1612 décrit ainsi la base de l'escalier : « Plus au pied de la Viorbe une armoyre ayant sa porte bois de sappin avecq ses esparres et verroil serrure... Plus la première porte de cave ». Le terme de « Viorbe » désigne précisement un escalier à vis (Desormaux J, 1902).

120L'état de conservation de cette construction ne permet ni de proposer un essai de restitution cohérent pour la superstructure, ni de préciser la datation de celle-ci. Dans son élévation, l'escalier donnait au moins accès au premier étage à la grandesalle et à la cuisine et au deuxième étage à une des chambres.

Cantonnement d'une garnison

121Les stratigraphies observées dans la partie orientale du logis, la tour nord-ouest et la zone 5 comportent une séquence de dépôts de nature identique. Elle se caractérise par des couches de couleur noire, accumulées sur les niveaux de sols et contenant des cendres et des charbons de bois ainsi qu'une grande quantité de matériel archéologique, elles sont recouvertes par des couches de démolition plus ou moins importantes :

122En zone 5, les couches C. 147 et C. 155 recouvrent les sols des pièces VI et VII, épaisses de 0,15 m en moyenne, de couleur noire, elles sont constituées de limon très chargé de cendres et de charbons de bois et d'éclats de molasse rubéifiés résultant probablement d'un incendie (fig. 70).

123Un abondant matériel a été enfoui dans ces couches : il se compose d'une grande quantité d'os d'animaux sauvages et domestiques, de nombreux tessons de verres (plus de 2 000, trouvés dans ce secteur), de quelques tessons de poteries, d'objets en fer : clous, armature de volet, sertis de vitraux, objets en bronze : ciseaux, épingles à tête ronde, anneaux ; une bague en or sertie d'un rubis et d'un saphir et deux pièces de monnaies soudées par leurs droits, trop dégradées pour être identifiables.

124Ces couches sont recouvertes par d'importants dépôts consécutifs à la démolition du bâtiment, comportant des fragments de tuiles, des pierres de la maçonnerie et du mortier désagrégé ainsi C. 145 (fig. 70). La couche 144 a livré une pièce de monnaie (fig. 118, p. 11), de Charles Emmanuel I frappée entre la fin du XVIe s. et le début du XVIIe s.

125L'importance des couches de démolition de ce bâtiment annexe et l'absence de niveau de sol postérieur incitent à penser qu'il a été démoli peu de temps aprés l'incendie.

126Les sols des deux pièces de la partie orientale du logis sont recouverts par des couches de nature identique, d'une épaisseur de 12 cm en moyenne (C. 103) (fig. 60). Constituées par un limon brun, mêlé de cendres et de charbons de bois, elles sont cependant moins cendreuses que dans les deux pièces précédemment décrites, mais contiennent également un important matériel ostéologique, des tessons du même type de céramique blanche à glaçure verte, des fragments de verre, des objets en fer en bronze et deux monnaies (fig. 118, p. 3).

127Une couche comparable recouvre, sur 0,30 m d'épaisseur, le sol de la tour nord-ouest (C. 803) (fig. 57) ; elle est constituée de limon brun, de cendres et de charbons de bois, sur 0,50 m d'épaisseur et contient également des fragments d'os d'animaux et en particulier de volaille, des tessons de céramique et de verre et des objets de fer et de bronze.

128Cette séquence stratigraphique est en relation avec une dégradation du bâtiment très importante en particulier pour la zone 5 qui semble avoir été entièrement démolie. Elle pourrait correspondre au démantèlement du château par les Bernois en 1536 et à son occupation par les troupes françaises de 1536 à 1564, époque pendant laquelle pourraient s'être déposées ces couches consécutivement à l'occupation et au bivouac de militaires.

129Dans l'inventaire de 1612 il est mentionné une tour en la qualifiant de « casée », un seul niveau est indiqué. Cette tour était probablement en partie arasée. Le châtelain fait état des nombreuses réparations, en particulier celles des portes, qu'il a effectuées durant son mandat. La zone 5, au nord de l'enceinte ne semble pas mentionnée dans ce texte. Une porte de cave donnait accès à la cour, elle ne pouvait se trouver que de ce côté puisque sur les autres, des remblais dont le niveau est nettement supérieur aux niveaux des sols des caves et le fossé ne permettaient pas d'ouverture ; à l'origine, cette porte donnait probablement accès au sous-sol de la zone 5 ; une fois ce bâtiment arasé, elle pouvait permettre de passer dans la « grand cour », c'est à dire la basse-cour.

État 3

130La troisième étape architecturale du château du Vuache se manifeste essentiellement par l'aménagement d'une importante structure, construite au centre de l'enceinte castrale (fig. 80). Elle est constituée au sud par le mur M 20, (L : 23 m, 1 : 1,15 m), à l'est, par le mur M 43, (L : 8 m, 1 : 1,10 m), s'appuyant sur le mur de façade M 44, à 6 m du mur de courtine est, à l'ouest, par le mur M 13, (L : 16 m, 1 : 1,10 m), distant de 6 m au nord et de 4 m au sud du mur de courtine ouest M 9 et au nord, par M 12 (L : 15 m, 1 : 1,10 m).

80 : Château du Vuache, plan de l'état 3

80 : Château du Vuache, plan de l'état 3

131Ces murs sont construits sur des fondations en gros galets et en blocs morainiques profondément implantées dans des tranchées, par exemple F 958, F 707, (fig. 81). La base de ces fondations est à 492,40 m pour le mur sud et à 491 m pour le mur est ; à 494 m pour le mur ouest et à 492,40 m pour le mur nord ; le sommet des fondations est marqué par un léger ressaut sur le parement nord des murs, orientés est-ouest.

81 :Coupe stratigraphique zones 9 et 6

81 :Coupe stratigraphique zones 9 et 6

132Les élévations sont construites avec des assises de galets en parements et un blocage interne de galets et d'éclats de molasse noyés dans du mortier de chaux (fig. 82).

82 : Détail des fondations du mur M 20

82 : Détail des fondations du mur M 20

133La partie nord de cette structure englobe la terrasse de l'état 2 et recouvre partiellement le mur de façade M 19 et le mur de refend M 7, arasés lors de la construction ce qui entraîne obligatoirement la restructuration de l'aile ouest du logis.

134Consécutivement à cette construction, une série de remblais viennent niveler les sols à l'extérieur et à l'intérieur de cette structure : le premier apport est constitué d'argile jaune contenant des petits galets (C. 943) (fig. 33), C. 704 (fig. 81), sur une épaisseur moyenne de 0,20 m il est recouvert par un remblai d'argile grise mêlée de petits galets et de cendres C. 942, C. 703 (fig. 81) et C. 4013 (fig. 34), épais de 0,10 m en moyenne et lui-même recouvert par une couche d'argile brune incluant de rares galets C. 941, C. 702 (fig. 81), C. 6007 (fig. 48), C. 4012, C. 4027 (fig. 34), d'une épaisseur moyenne de 0,50 m.

135Ce remblai est complété, à l'est, où il forme une pente perpendiculaire au mur de courtine, par deux couches de remblais : C. 953, argile jaune et C. 954, argile ocre, repérées à l'est de la tranchée II. A l'ouest, cette série de remblais recouvre le talus de l'ancienne levée de terre.

136A l'intérieur de cette structure, le sol se situe à 493,30 m d'altitude en moyenne, le niveau du sol extérieur est compris entre 494,50 m à l'ouest et 493 m au nord-est. Aucun aménagement autre que ce nouveau sol n'a été repéré autour de cette construction, dans les zones l'entourant au sud, à l'ouest et à l'est.

137Le sol originel de la pièce I est enseveli sous une couche de limon brun, contenant des éléments de démolition : cailloutis, galets, éclats de molasse, fragments de tuiles et petits blocs de mortier (C. 921, sondage 9). Epaisse de 0,10 m, elle est recouverte par une couche d'argile jaune, pure et compacte C. 920 (fig. 55), épaisse de 0,15 m. Elle constitue le remblai d'aménagement d'un nouveau sol de terre battue.

138Dans la pièce II, un petit mur de galets (M 24) est construit perpendiculairement au nouveau mur de façade M 12 et parallèlement au mur de refend M 7. Large de 1,20 m et long de 3,20 m, il est construit en galets disposés en parements avec un blocage de galets noyés dans du mortier de chaux. Il divise la partie sud de la pièce II en deux aires égales, de 3,40 m de large (fig. 80).

139Contre le parement est de M 23 s'appuie une maçonnerie de forme senti-circulaire, de 2 m de diamètre, construite en galets liés au mortier de chaux.

140Une monnaie était incluse dans le mortier de cette maçonnerie ; il s'agit d'un denier de l'évêché de Genève, frappé, probablement, au XIIIe s. (fig. 118, p. 1). Ne pouvant correspondre à l'époque de construction de l'état 3, elle provient, sans doute, du creusement de la tranchée de fondation de ce mur.

141Entre les murs M 3 et M 24, un niveau de sol, constitué sur un remblai d'argile (C. 260) a seulement été repéré en surface, son niveau supérieur est à 493 m et pourrait correspondre au sol de la pièce II, dès l'état 1.

Abandon

142Le château du Vuache a été par la suite entièrement démoli, servant peut-être de carrière pour la construction du nouveau château de Faramans où s'installe le siège de la seigneurie dès la première moitié du XVIIe s. Il est qualifié de mazure en 1701 et en 1730 ; il disparaît certainement au cours des années qui suivent.

143Cette démolition entraîne le remblaiement des niveaux antérieurs sous d'importants dépôts de déchets et de matériaux de construction, non récupérés : gravier, blocs de molasse, galets, mortier et tuiles ; ces couches contenaient quelques objets archéologiques.

144Les blocs de parement des murs sont récupérés très profondément, ce qui entraîne la formation de tranchées suivant l'alignement des murs, comblées par la suite avec des déblais de démolition.

  • 17 Parmi les éléments architectoniques en pierre, on a retrouvé une partie d'un meneau (fig. 83, A), c (...)

145Parmi les matériaux rejetés lors de la démolition des superstructures du bâtiment castrai, ont été retrouvés quelques éléments de pierre (fig. 83) ou de terre cuite (fig. 84), témoins du décor architectural de l'édifice disparu17 ; certains peuvent être rapprochés de mentions faites dans les textes : parmi toutes les fenêtres minutieusement détaillées par l'inventaire de 1612 (A.D.H.S., série J, 7J 493), une seule, située dans la chambre des chambrières, est qualifiée de « fenestre croisée », c'est-à-dire de fenêtre à meneau, « croisée » désignant une croix formée dans une fenêtre par un montant et une traverse de pierre (Huguet, 1929) « lesdites fenestres garnies de leurs portes esparres et verroilz saufz en celle dessus ou il ny a aulcung verroilz ». Parmi les dépenses faites en 1336, malheureusement sur le plus abîmé des rouleaux de comptes de châtellenie (A.D.H.S., inv. 58, F.387, c. 126), est signalé le travail d'un tailleur de pierre pour la fabrication d'une cheminée « chiminata », peut-être dans le cadre de la construction d'une nouvelle cuisine mentionnée dans le même document.

83 : Eléments architectoniques en pierre

83 : Eléments architectoniques en pierre

Meneau (fig. 83, A)
molasse, H. : 0,60 m, section octogonale :
0,17 m / 0,17 m, largueur des faces : 0,07m
Chambranle de fenêtre (fig. 83, B)
molasse, H. : 0,30 m, l. : 0,45 m ép. : 0,41 m
Borne armoiriée (fig. 83, C) en calcaire
H. : 0,95 m, section rectangulaire :
corps : 0,32 m / 0,20 m, base : 0,35 m / 0,25m,
ép. : 0,41 m

146La toiture des bâtiments, fréquemment restaurée, est souvent citée dans les comptes du XIVe s., la couverture des tours étant faites de tavaillons (terme régional désignant des bardeaux), le toit de la « magne aule » est, en 1329, réparé avec des tuiles neuves, des tuiles anciennes et des tavaillons, puis finalement entièrement refait en tuiles en 1341.

147Les éléments de terre cuite retrouvés dans les couches de démolition de l'édifice appartiennent probablement à un état tardif de la construction, en particulier, les tuiles émaillées connues en Bourgogne et en Forez à partir du milieu du XVe s.

84 : Eléments architectoniques en terre cuite

84 : Eléments architectoniques en terre cuite

Tuiles plates (fig. 84, A-B)
terre cuite, L : 0,30 m, 1: 0,19 m, ép. : 0,015 m.
tuile plate rectangulaire
Tuiles creuses (fig. 84, C)
terre cuite, L : 0,30 m, 0,12 m, 0,17 m, ép. : 1 cm
Briques(fig. 84, D)
terre cuite, L : 0,23 m, 1: 0,11 m, ép. : 6 cm
brique rectangulaire de construction
Briques chanfreinées (fig. 84, Ε)
terre cuite, L : 0,15 m, 1: 0,10, 5 cm, 2 cm
brique rectangulaire dont une des arêtes présente un chanfrein
de 2,5 cm de hauteur et de largeur.
Carreau (fig. 84, .F)
terre cuite, côté : 0,165 m, ép.: 3,5 cm, carreau de pavement ?
Fragment de brique moulée (fig. 84, G)
terre cuite, L : 0,10 m, 1: 0,10 m, ép. : 7 cm
fragment de brique moulée présentant une partie hémisphérique
de 5 cm de diamètre se rattachant à une partie centrale rectangulaire
large de 4 cm.

Données historiques

148D'après les documents analysés, le château apparaît comme premier point d'ancrage de la seigneurie. Le bâtiment castrai n'était cependant que la partie résidentielle et défensive d'un ensemble d'édifices constituant le patrimoine immobilier de la châtellenie et de la seigneurie médiévales. Dans certains textes apparaissent des constructions qui s'élevaient à proximité du château, à fonctions diverses. Les constructions abritant, four, moulin et pressoir, matérialisent les droits banaux. D'autres, à fonctions économique et agricole sont liés à la seigneurie foncière : grange, étable, colombier et un second pressoir ou cellier, sans oublier la chapelle seigneuriale aménagée dans l'église paroissiale de Vulbens. En raison de la disparition ou de l'état très médiocre des vestiges de ces édifices, nous ne pouvons qu'avoir recours aux archives conservées pour essayer de restituer l'organisation et le fonctionnement de ce que nous pourrions appeler le complexe castral.

149Dans les textes présentés au début du chapitre II quelques mentions sont faites de l'édifice castrai et des travaux de construction qui y sont faits. Elles permettent une interprétation plus fiable des vestiges découverts.

150Le terme de castrum est utilisé dans tous les documents à l'exception de l'acte de donation par le comte Amédée à sa nièce Jeanne de Genève, en 1296, dans lequel le rédacteur hésite entre : « Castro sen domus fortem » ceci pourrait s'expliquer par le fait que le comte conserve le droit de ban et n'accorde à sa nièce que le domaine foncier.

La grand-cour

151Les bâtiments annexes et les cultures pratiquées par les seigneurs sont mentionnés dès le XIVe s., dans les comptes de châtellenie ; le colombier est réparé avec d'anciennes portes du château, en 1326 ; la treille en 1331, 1335, 1336, 1339 et la clôture du jardin en 1332 et 1333, font l'objet de dépenses d'entretien ; la grange, où était entreposé le foin provenant des dîmes seigneuriales, était couverte par une toiture en tavaillons (bardeaux) réparée en 1329, 1331, 1332, 1334, 1337, 1339 et 1342 ; au moins un de ses côtés était clos par un mur fait de « vergis et rama ». Ces deux termes désignent des tiges et des branches entrelacées et font penser à ces parois de granges en branches d'aulne vert tressées comme une vannerie, connues dans l'architecture vernaculaire Savoyarde, dans la basse vallée de l'Arc et des vallées voisines (Cuisenier, 1979, p. 103). L'étable n'est mentionnée qu'à l'occasion de la construction d'un nouveau ratelier. Le fait que son toit ne soit jamais mentionné alors que celui de la grange était réparé fréquemment permet de penser que ces deux locaux étaient peut-être associés sous la même toiture, comme c'est le cas en 1612 ; cependant, à cause de la fragilité des matériaux de construction de cet édifice et à cause de l'évolution de la châtellenie, ce bâtiment a pu être plusieurs fois réparé, agrandi ou rebâti, aussi est-il difficile de comparer la grange du XIVe s. à celle du XVIIe s.

152Le cellier qui abritait un pressoir à vis, une cuve et des tonneaux, « dolia » est mentionné en 1328, mais sa localisation n'est pas précisée. Etaitil dans la basse-cour ou à l'extérieur de celle-ci ? En 1337, un nouveau cellier est construit « infra castrum  ».

153Le reste de l'espace était probablement utilisé pour le pâturage des montures des hôtes du château et des troupeaux de chevaux du comte, lors de leurs séjours occasionnels au Vuache et qui, en raison de leur valeur, nécessitaient une surveillance étroite ; c'est peut-être également une des raisons de la clôture du jardin.

154Dans les sommaires des titres de fief dressés lors de l'investiture des seigneurs du Vuache, au château avec ses courtines, son pont et ses fossés est associé « l'ale du dit (château) située autour » avec ses étables, grange, jardin ; ce terme dont nous n'avons retrouvé aucune mention dans les dictionnaires d'ancien français ni dans les glossaires régionaux, se rapporte sans équivoque à la basse-cour ; s'agit-il d'une forme locale de bayle ?

155En 1612, la basse-cour ou « grand cour » du château était clôturée par une palissade, s'ouvrant sur le chemin public par un portail couvert, élément d'architecture typique de l'Avant-Pays savoyard,

« la porte d'entrée de la cour d'une maison importante, est protégée par un portique ou un arc surmonté par une petite toiture à deux pans, recouverte d'ardoises ou de tuiles plates » (Dufournet, 1978, p. 103).

156A l'intérieur de cette enceinte, se trouvaient le colombier, peint en blanc et couvert d'un toit de chaume, un bâtiment réunissant la grange et l'étable, situé au nord du château et abritant un lit, certainement pour le logement des domestiques s'occupant des animaux, un édifice élevé par le châtelain du Vuache, avant 1612, dont la fonction n'est pas précisée et également un jardin, « clos à palissade » et une vigne cultivée sur « hutins » Les hautins sont des :

« arbres ou grands échallas sur lesquelles les ceps croissent en hauteur » (Cuisenier, 1979, p. 139).

157Après l'abandon du site, la basse-cour est divisée en parcelles et mise en culture. C'est cet état qui apparaît sur la Mappe Sarde de 1730. Le seigneur conserve les parcelles entourant les ruines du château : on y voit une grande maison et le four à pain appartenant au seigneur, qui a donc conservé l'un de ses privilèges banaux. Les vestiges de ces bâtiments sont actuellement intégrés dans des constructions modernes. L'espace entourant le château est limité au nord par la route principale traversant la seigneurie depuis Dingy jusqu'à Chevrier où elle se divise en deux branches, l'une allant vers la Semine, par le défilé de l'Ecluse et l'autre vers Cologny et le gué traversant le Rhône ; deux chemins perpendiculaires à l'axe principal se dirigeant vers le sommet de la montagne limitent cet espace à l'ouest et au nord-est ; au sud et au sud-est les parcelles limitrophes appartiennent à des paysans. Certaines ont sans doute été gagnées sur l'ancienne basse-cour car vendues par le seigneur.

158Ne présentant aucun caractère militaire ou simplement défensif, la basse-cour du château du Vuache ne semble pas avoir été aménagée pour servir de refuge à la population. Elle paraît essentiellement être liée au caractère domanial de cet édifice et au système économique seigneurial : l'espace réservé aux pâturages, le colombier, l'étable et le jardin sont prévus pour les besoins des habitants du château ; la grange est destinée au stockage des produits de la dîme et de la réserve seigneuriale, le four et le pressoir banaux sont les moyens de transformation mécanique des produits des récoltes, par lesquels le seigneur contraignait les habitants de son mandement à lui verser des redevances.

Le château

159L'architecture du château du Vuache est assez peu documentée. Il est par ailleurs assez difficile, étant donné l'état de conservation de celui-ci, de confronter les quelques indications réunies avec les vestiges mis au jour. Quelques mentions de constructions et de réparations apparaissent dans les comptes de châtellenie du XIVe s. (fig. 85) ; l'inventaire dressé en 1612 présente une descrip tion du château, pièce par pièce, détaillant principalement les portes, les fenêtres et le mobilier.

85 : Détail des comptes de châtellenie

85 : Détail des comptes de châtellenie

L'enceinte

160En l'absence de moyens de défense naturels autre que le petit cours d'eau alimentant le fossé, le rempart de maçonnerie était destiné à assurer, à lui seul, la capacité de résistance et la protection de l'édifice. Les documents soulignent l'importance des tours et révèlent les aménagements de bois couronnant le sommet des constructions.

161En 1329, les toits de deux tours, recouverts de tavaillons, sont réparés en plusieurs endroits.

162En 1333, une tour est désignée sous le nom de Villaret ou Villoret.

163En 1335, la porte d'une tour est refaite à neuf et munie d'une serrure.

164Ce sont les seules mentions directes des tours faites dans les comptes de châtellenie. Aucun détail n'est donné de leur aménagement intérieur. Il est intéressant de noter que leurs toits étaient, au XIVe s., couverts de bardeaux alors que le toit du logis, certainement pour des raisons de prestige, utilisait déjà des tuiles. Au XVIIe s., toutes les toitures de l'édifice castrai, tours et logis, étaient en tuiles plates.

165En 1612, les tours sont très rapidement décrites, mais leurs portes sont cependant détaillées ; cela nous permet de suivre ainsi le cheminement du rédacteur ; dans la première tour : après la porte d'entrée, munie d'une serrure neuve, il passe devant la porte de prison, fermant par une serrure et un verrou et percée d'un regard pourvu d'une grille, puis la porte de la pièce audessus de la prison, sans serrure, « et au donjon de la tour ny a aulcunne porte », l'emploi du terme donjon est difficilement compréhensible. Il semble désigner le dernier étage de la tour, directement sous la toiture qui est en assez bon état, sauf quelques tuiles qui ont été emportées par le vent.

166La seconde tour mentionnée a été en partie arasée, « cassée » et se réduit à un seul étage étant donné que l'inventaire ne présente qu'une seule porte.

167En 1333, le château du Vuache est restauré à la demande du comte de Genève Amédée III. Les travaux sont effectués en plusieurs endroits non précisés de l'édifice castrai, excepté ceux de charpenterie intervenant sur le platelage du pont et surtout ceux engagés sur les structures en bois couronnant l'enceinte : coursières « curseriarum super muros  », trois « eschifarum  », également désignées par le mot « garites ». Le terme technique, en poliorcétique médiévale, d'échiffe désigne habituellement en idiome savoyard, une guérite. Il s'agit, probablement dans ce cas, d'aménagements particuliers des coursières ou peut-être de hourds, construits au sommet des trois tours. Enfin un « chafalli » ou édicule construit en encorbellement au-dessus de la porte d'entrée.

168Les vestiges de la porte d'entrée de l'enceinte ont été retrouvés ; il s'agit d'un petit bâtiment rectangulaire, appuyé contre le parement externe de la courtine orientale, précédé par un pont maçonné, établi sur le fossé dont la construction est mentionnée dans le compte de l'année 1327. Fait d'arches maçonnées en blocs de molasse et de chevalets de bois (dont l'un est refait en 1339) supportant un manteau de bois de chêne provenant du bois du seigneur, le pont mesurait « 4 toyses et plus » de longueur et « I toyse » de largeur (7,80 m sur 1,95 m). Il aboutissait dans le porche originellement surmonté par un chaffal.

Le logis

169D'après les observations archéologiques, le logis du château du Vuache se présente comme un bâtiment où l'espace habitable est très développé, occupant tout le côté nord de l'enceinte. Dans les comptes de châtellenie du XIVe s., le logis apparaît spécifiquement désigné soit par le terme « aula », ou « magne aula » soit par le terme « sala » ou « magna sala » Il est probable que ces mots désignent plus particulièrement la grande salle du château, lieu essentiel du pouvoir seigneurial ; le terme de « sala » est occasionnellement associé aux « came ris ».

170La cuisine a fait l'objet de nombreuses restructurations : originellement construite hors du logis, elle sera intégrée à celui-ci avant le XVIIe s.

171Il ne nous est pas parvenu de descriptions détaillées du château du XIVe s. mais le bâtiment résidentiel et les pièces qui le composent sont mentionnés à l'occasion de travaux de réparation et d'aménagement.

172En 1326, les menuiseries de portes et de fenêtres sont refaites à neuf. En 1328, le toit du château est réparé en plusieurs endroits ; deux portes et deux fenêtres de la salle « sale » sont refaites. En 1329, la couverture de la grande salle « magne aule » est réparée avec des tuiles neuves, des tuiles anciennes et des tavaillons ; cinq portes de la salle et de chambres sont refaites à neuf « sala et cameris ». En 1334, une fenêtre est ouverte dans un des murs de la grande salle « magna sala ». Elle avait une fonction militaire mais les termes de la description sont certainement régionaux et nous n'en avons pas retrouvé la signification : « unam fenestram videlicet charmutanam propter guerram in magna sala et charmutanas internas ». En 1335, deux charpentiers réparent le toit au-dessus de la salle « super salam » et refont les fenêtres d'une chambre « camera supra sutteranum  ». Le terme de souterrain désigne ici, sans aucun doute, une des caves semi-enterrées de la partie est du logis.

173En 1337, la loge de l'aula qui était en ruine « aula domini castri de Vuachio cum logia » est restaurée ; six chênes, abattus dans le bois du seigneur sont nécessaires pour cette réfection. Il est difficile de déterminer exactement ce que désigne le terme de « logia ». Il semblerait qu'il s'agisse d'une galerie extérieure sur la façade du corps du logis ou d'un hourd couronnant ce bâtiment. En 1341, le toit de la grande salle « tecti aule maioris castri » est entièrement refait et recouvert de tuiles, sur des murs surélevés « expondis muri remergerunt ».

174L'inventaire dressé en 1612, près de 400 ans après l'édification du château offre une description qui, bien que peu détaillée, présente l'avantage d'énumérer les bâtiments annexes et les pièces du logis dans l'ordre de la visite des rédacteurs. Il paraît correspondre à l'état 2 et permet de proposer un essai de reconstitution des masses architecturales et d'identifer les vestiges découverts.

175A cette époque, le logis seigneurial présentait quatre niveaux. Au rez-de-chaussée, sont d'abord cités deux cabinets s'ouvrant sur la cour, qui pourraient avoir une fonction d'entrepôts ou de réserves, puis deux caves voûtées dont l'accès se faisait au bas de l'escalier à vis. Une seconde porte permettait d'accéder à la grande cour.

176Au premier étage, se trouvaient les pièces principales du logis dont la disposition n'est pas précisée, cependant l'escalier donnait accès à la cuisine et à la grande salle. Celle-ci, éclairée par quatre fenêtres dont deux dans le mur nord, était en communication avec la cuisine. Elle apparaît vide de meubles, à l'exception d'un châlit à piliers en noyer. La cuisine, équipée d'une grande cheminée était pourvue de deux fenêtres munies de barreaux. Elle était séparée, peut-être simplement par une cloison légère, de la « despence » où étaient conservées les réserves alimentaires. Le mobilier de cette pièce consistait en une table sur tréteaux en noyer et un petit buffet à deux portes. Un placard était aménagé dans un mur. La cheminée était pourvue de deux landiers et d'une crémaillière de fer.

177Au même étage, se trouvaient deux chambres ; la première : « chambre de Madame », est éclairée par une fenêtre vitrée, meublée par un lit à colonnes torsadés, « tournoyé  » en noyer avec un ciel en toile peinte, un autre lit dont le fond sert de coffre, une table, un buffet et une armoire ; la seconde, qualifiée plus loin de « chambre des chambrières », s'ouvrant par deux portes et éclairée par deux fenêtres, l'une à meneau, l'autre qualifiée de « derveilletz »(l), comportait un lit à colonnes en noyer, dont le fond est en sapin et le ciel en toile peinte, une garde-robe à quatre portes en noyer, un coffre, un lit bas en noyer et sapin, une table et ses tréteaux en noyer et une armoire en bois de sapin ; sur l'un des murs de cette pièce, est accroché un ratelier en noyer, destiné aux armes ; cette chambre communique avec une petite pièce « cabinet » où se trouve seulement une petite table.

178Au second étage, sont décrites quatre chambres, localisées par rapport au niveau inférieur. La première chambre mentionnée, située audessus de celle des chambrières, est munie de deux fenêtres et vide de tous meubles ; la seconde, au-dessus de la chambre de Madame, est éclairée par une fenêtre vitrée et uniquement meublée d'un lit en noyer dont le fond était en sapin ; la troisième, également vide, se trouve entre la chambre précédente et l'escalier, la quatrième, au-dessus de la cuisine, abritant un petit buffet de sapin, est close sur deux côtés par deux parois en chêne et communique avec le « grand grenyer » qui se trouve probablement au-dessus de la grande salle. Ces quatre chambres forment un étage situé sous un autre grenier : le « grenyer dessus ».

179La base de l'escalier à vis « viorbe », desservant les étages, a été mise au jour lors des fouilles. Il s'agit d'une construction postérieure au gros oeuvre de l'édifice. Au pied de l'escalier, est signalée une « armoyre ayant sa porte bois de sappin » correspondant probablement au placard aménagé sous la seconde volée de marches.

Les bâtiments annexes à l'intérieur de l'enceinte

180Des constructions à caractère utilitaire se trouvent à proximité du château. Il s'agit de bâtiments ayant une fonction spécifique : cuisine, cellier et qui pourraient correspondre, aux édifices accolés postérieurement à l'enceinte (zones 4 et 5).

181Si en 1612, la cuisine se trouvait à l'intérieur du logis, elle est mentionnée en 1331, lors de travaux de réfection de son toit, à l'extérieur de celuici : « coquina domini infra castrum ». En 1336, une nouvelle cuisine est construite, pourvue d'une cheminée faite par un tailleur de pierre, et placée sous un toit qui est construit spécialement donc toujours à l'extérieur. Le mauvais état de conservation de ce rouleau de comptes rend la description très lacunaire,

« Deux ouvriers qui ont coupé du bois dans le bois du seigneur....et ont fait cette cuisine..., travail d'un tailleur de pierre pour la fabrication d'une cheminée ».

182En 1334, un grenier « solarii » est érigé sous la tour dite Villaret.

183En 1337, un nouveau cellier « in factura de novo edificii domus torcularis Domini infra castrum » est construit à proximité du château. Un bâtiment, ayant fonction de cellier, « appelle pressoir » et abritant un four, est mentionné dans l'inventaire de 1612. Il se situe à l'extérieur du logis. En effet, il est désigné par le terme de « membre »ce qui indiquerait un édifice séparé de l'ensemble plutôt qu'une simple pièce. Sa description est faite après celle des deux cabinets (pièces I et II) et avant celle de l'escalier.

184En 1339, un grenier est construit à l'ancienne place de la cuisine « granerio facto de novo...infra castrum de Vuachio in loco in quo quoquina esse solebat  ».

Les bâtiments annexes à l'extérieur de l'enceinte

185Le seigneur du Vuache détenait également des édifices à l'extérieur de l'enceinte de la grand-cour ou basse-cour.

186Le cellier de Tary, mentionné dès 1447, est au centre d'une grande vigne appartenant au domaine seigneurial, à environ 200 m à l'ouest du château. Cette situation, au milieu de culture délicate, rend peu probable l'interprétation de pressoir banal. De plus il est contemporain de celui situé à proximité immédiate du château.

187Le moulin de Lavandier, à 200 m du château avait lui une fonction banale attestée depuis 1326 ; ce moulin, utilisant l'énergie hydraulique, était installé sur un bief dérivé de la rivière de Fontaine Froide.

188En 1447, le seigneur Richard de Montchenu a des droits sur un moulin par indivision avec l'Hospice de Cologny ; son petit-fils Antoine de Montchenu a acquis avant 1498 un autre moulin qualifié de raisse au lieu-dit « Coppier ». Comme nous l'avons déjà vu, il s'agit peut-être d'une scierie (A.D.S., série SA, 136). En 1730, le seigneur de Blancheville est propriétaire d'une tuilerie située à l'emplacement de l'ancien village de Moissel, à l'est de Bans (A.D.H.S., 1730, tabelles).

189Nous n'avons retrouvé ni document ni vestige archéologique attestant de la présence d'une chapelle castrale à l'intérieur du château. Le chapelain du seigneur est cependant mentionné dans le plus ancien rouleau de comptes, en 1326. En 1484, la chapelle du seigneur du Vuache, sous le vocable de Sainte-Catherine se situait à l'intérieur de l'église paroissiale (A.D.H.S., série G., doc. IG 18).

La vie vu château

190Le comte Amédée II de Genève semble avoir particulièrement apprécié séjourner à Vulbens. Après avoir cédé la seigneurie foncière à sa nièce en 1296, il continua d'y venir à plusieurs reprises (cf. supra chap. 2.1).

191Pour les comtes de Genève, des XIIIe et XIVe s., le château du Vuache revêtait une importance militaire et stratégique indéniable car il permettait de surveiller le Rhône dont la rive droite était devenue territoire savoyard à cette époque. Résidant à Annecy, le comte a éprouvé la nécessité d'une protection militaire de la rive gauche entre Genève et le mont Vuache, car le fleuve était ici facilement traversable par des troupes ennemies. En 1333, les éléments défensifs du château sont restaurés sur ordre du comte. De par son droit banal il délègue deux commissaires chargés de vérifier si les travaux ont été effectués et si la défense est assurée par des hommes d'armes ; le château a donc joué un rôle stratégique au début du XIVe s., durant les luttes qui opposèrent le comte de Savoie au Dauphin de Faucigny allié du comte de Genève.

192Cependant les documents nous renseignent essentiellement sur le rôle secondaire joué par le château durant ce conflit : protection et gîte d'étape des envoyés du comte, des troupes de passage et lieu d'approvisionnement.

Le château, gîte d'étape

193En 1329, le prince Jean de Savoie passe une nuit au château ; deux lieutenants du comte y séjournent avec des armes.

194En 1332, deux clercs du comte avec leurs chevaux et leurs valets résident pendant quatre jours au Vuache.

195En 1333, en plus des commissaires délégués à la surveillance des travaux, trois chevaliers et leurs valets séjournent au château, de la Toussaint 1333 à janvier 1334 ; plusieurs bouchers et hommes d'armes, accompagnant un troupeau (vaches et moutons) jusqu'à l'armée du comte, y font étape et une troupe de 1692 hommes d'armes « clientium  » y stationne.

196En 1336, plusieurs valets du comte séjournent au Vuache « pro tempore de g... » (guerra  ?).

197En 1337, le châtelain note les séjours de Bastien de Monte Jocerto et du notaire Perret de Pererea pendant trois jours, de Jacquemet de Chyedes Morelletti pendant cinq jours et ceux de trois valets de la maison de la comtesse venus prendre livraison de blé et d'autres gardant par intervalles les chevaux du comte.

198En 1339, des chevaux du comte sont à nouveau gardés au Vuache et un envoyé du comte vient prendre livraison de douze charrois de vin.

199En 1341, vingt-quatre « chevaux lyards » (gris pommelé) sont gardés par des valets du comte.

Le château, lieu de détention

200Le Vuache servait occasionnellement de lieu de détention provisoire pour les justiciables du pouvoir comtal. A plusieurs reprises, des prisonniers sont gardés dans la prison du château :

201Au printemps 1331, sept hommes d'armes y sont enfermés sous la surveillance de deux gardiens.

202En 1335, Philippe de Charreres est emprisonné au Vuache, sous la surveillance de quatre puis de deux gardiens quand il est entravé, pendant cinquante et un jours.

203Le nommé Genel, arrivé sous escorte de cinq hommes d'armes le jour de l'Ascension 1338, est tenu en captivité durant cinq jours sous la surveillance d'un homme d'armes.

Le château, lieu de ravitaillement

204Le comte envoie fréquemment des chasseurs dans les bois du Vuache pour l'approvisionnement de son hôtel ; durant leurs séjours, ils sont hébergés au château.

205En 1327, Bernardi chasseur du comte, accompagné par deux chasseurs et trente chiens séjourne dix jours au château pour chasser le chamois.

206En 1328, un séjour de chasseurs du comte est enregistré parmi les dépenses faites par le châtelain du Vuache.

207En 1333, Etienne de Rochefort, veneur du comte, séjourne par deux fois au château.

Le château, lieu de résidence

208Au XVe et au début du XVIe s., le fief du Vuache dépendait des seigneurs de Montchenu, résidant au château du Chaumont, à quelques kilomètres de celui du Vuache, mais nous ne disposons d'aucun document éclairant la vie quotidienne dans le cadre castral.

209En 1536, au moment de la guerre opposant la Savoie à la ville de Genève, le château du Vuache est pris par les Bernois, alliés de la cité calviniste et remis à une compagnie de Suisses, commandée par le capitaine Bremière, qui l'occupera jusqu'en 1564. Il s'agissait cependant plus de prendre le pouvoir sur la seigneurie que de s'assurer un lieu de défense. En effet, bien qu'une grande partie du conflit se déroule au fort de l'Ecluse, à proximité immédiate du Vuache, le château reste à l'extérieur des opérations certainement à cause de la vétusté de ses moyens de défense.

210Postérieurement, le logis paraît meublé et équipé pour être habité probablement par intermittence car les seigneurs successifs avaient également d'autres résidences. En 1612, le château est décrit dans un état de vétusté débutante qui permet d'émettre des doutes quant à son occupation permanente. Même le châtelain, chargé par le seigneur de la gestion du domaine, ne signale pas d'espace qui lui soit réservé et devait résider à l'extérieur.

Restitution et datation

211En confrontant les données de l'étude archéologique (plan des infrastructures) avec les quelques indications sur l'usage des pièces et des bâtiments annexes, l'aménagement des étages et les travaux de transformations, fournies par les textes postérieurs à la construction du château, il est possible de proposer une hypothèse de restitution des masses architecturales du château du Vuache et d'en préciser la chronologie.

212Si les comptes de châtellenies ne fournissent que très peu d'informations sur le bâtiment castrai, l'inventaire de 1612 présente en détail, les différentes parties du château et permet l'identification des pièces du niveau inférieur dont les vestiges ont été mis au jour ; cependant dans l'espace clos que formait l'enceinte, l'évolution de l'habitat a pu porter sur les niveaux supérieurs dans une mesure plus importante que celle que nous percevons.

213Le bâtiment castrai se présente, à l'Etat 1, comme une structure ramassée sur elle-même, suivant un plan complexe et n'occupant qu'une surface réduite (fig. 86 A). Un vaste logis occupe tout le côté nord de l'enceinte, les courtines et les tours circulaires sont destinées à assurer la capacité de résistance de l'édifice.

86 : Vue isométrique

86 : Vue isométrique

A. de l’état 1
B. de l’état 2

214Larges de 2,50 m en moyenne, les murs de l'enceinte pouvaient s'élever entre 10 et 20 m ; la tour sud-est, de 10 m de diamètre, comportant trois étages, avait entre 20 et 30 m de hauteur ; les deux tours ouest, de diamètre inférieur, devaient être plus petites.

215Ayant un plan polygonal irrégulier, le logis seigneurial se compose de deux corps de bâtiment ; à l'ouest, les deux grands espaces (pièces I et II) dont les niveaux de sols correspondent avec celui du sol de la cour sont certainement les deux qualifiés de « cabinet », pièces indépendantes servant d'entrepôts ou de resserres ; à l'est, la construction est profondément implantée, l'espace est divisé en trois pièces par des murs de refend (pièces III, IV, V) qui correspondent aux deux caves voûtées mentionnées en 1612 ; la pièce III remblayée antérieurement, n'apparaît pas dans ce document.

216Au XIVe s., le secteur habitation de l'édifice se compose de deux parties : la grande salle et des chambres « sala et cameris ». Le toit de la salle était, semble-t-il, individualisé. Une des chambres était située au-dessus d'un souterrain « supra sutteranum », sans doute une des caves. Cette organisation se retrouve en 1612 ; au premier étage, la grande salle est éclairée par quatre fenêtres et communique avec deux chambres importantes ; celles-ci sont surmontées d'un étage aménagé également en chambres alors que la salle se situe sous « le grand grenyer ». Un autre grenier surmontant le second étage de chambres indique un décrochement du toit entre les deux corps du bâtiment.

217Si l'on admet que la disposition des pièces n'a pas varié entre le XIVe et le XVIIe s., la grande salle devait se trouver dans la partie ouest, au-dessus des pièces I et II et les chambres se superpo sant sur deux étages, dans la partie est, au-dessus des caves, pièces III, IV et V. La proéminence que forme le corps de logis oriental pourrait expliquer l'absence de tour dans l'angle nord-est de l'enceinte. Le petit bâtiment situé dans la cour pourrait correspondre à la cuisine, mentionnée en 1331, lors de la réfection de son toit. Elle a été détruite en 1336, lors de la construction d'une nouvelle cuisine.

218De par sa conception initiale, le château du Vuache peut être rapproché de quelques exemples d'édifices castraux : son plan est voisin de celui de Yèvres-le-Châtel dans le Loiret, dont la construction est attribuée à Philippe-Auguste et remonte au début du XIIIe s. (Salch, 1977, p. 1261). Sa structure est similaire à celles de châteaux de Clermont-en-Morée (Oise) et de Boulogne-surMer (Pas-de-Calais), datés du début du XIIIe s. Ces exemples présentent également un plan très resserré, dans lequel l'importance des tours relativise celle du donjon qui ne conserve certainement pas la triple fonction de lieu d'habitation, de centre administratif et de point fort de la défense militaire (Fournier, 1978).

219Dans un cadre plus régional, le château du Vuache correspond au type des châteaux construits dans le domaine de la maison de Savoie dès le milieu du XIIIe s. (Blondel, 1956). Par ailleurs, en raison de l'influence des architectes savoyards au service d'Edouard I, roi d'Angleterre, il peut être rapproché de ceux bâtis à la frontière anglo-galloise, durant le dernier quart du XIIIe s. (Taylor, 1963 et 1985).

220Ce type de fortifications, en grande majorité construites en plaine, est désigné par l'expression « carré savoyard ». Il se caractérise par une enceinte quadrangulaire, pourvue de tours circulaires aux angles, et d'un bâtiment de logis aménagé contre l'une des courtines ; c'est le cas des châteaux savoyards de Cursinge-en-Chablais, d'Yverdon, de Coudray, de Les Marches et du château comtal de Saint-Georges-d'Espéranche (Isère) pour le domaine de Savoie et des châteaux de Conway, Flint, Harlech. Beaumaris et Caernarvon en pays de Galles ; seul le château de Rolle (canton de Vaud, Suisse) présente un plan approximativement triangulaire.

221Le plan du château du Vuache conditionné par l'aménagement antérieur du site, diffère de ce type par son plan octogonal. Il paraît donc possible de dater la construction du Vuache du second quart du XIIIe s., époque de la prise du pouvoir sur la seigneurie par le comte de Genève.

222Au XIVe s., les comptes de châtellenie (fig. 85) font état d'une défense renforcée sur commandement du comte de Genève ; aménagement du fossé, construction d'un pont et d'une tourelle d'entrée surmontée d'un chaffal qui correspondrait au petit édifice (zone 7) appuyé sur la courtine orientale en 1327, restauration des hourds, des coursières sur la muraille et de l'étage de bois de l'entrée en 1333, fenêtre à fonction militaire ouverte dans la salle du château en 1334. Les bâtiments indépendants (cuisine, cellier et grenier) sont regroupés à proximité du centre défensif : une nouvelle cuisine est construite en 1336 et un cellier en 1337 « infra castrum » peut-être adossé aux courtines. Un grenier est construit à l'emplacement de l'ancienne cuisine qui se trouvait, comme nous l'avons vu plus haut, à l'intérieur de l'enceinte.

223Cette phase de construction correspond à l'époque où le conflit entre le comte de Genève et le duc de Savoie se déroulait sur les rives du Rhône, en aval du Vuache. Le renforçement de la tour sud-ouest (zone 10) est peut-être à rattacher à cette période, cependant aucun indice ne permet de l'affirmer.

224D'autres transformations interviennent entre le XVe et le début du XVIe s. : réfection de l'angle nord-est de l'enceinte, condamnation de la pièce III, construction de la zone 5 et de l'escalier à vis (fig. 86, Β). L'ensemble de ces réfections entre le XIVe s. et le XVIIe s. ont été regroupées dans l'état 2.

225L'absence totale de matériel dans les niveaux correspondant à la construction du bâtiment annexe appuyé sur la courtine nord (zone 5) n'autorise pas d'en proposer une datation plus précise ni d'affirmer quelle soit contemporaine de la reconstruction de l'angle de l'enceinte ; le matériel recueilli dans la tranchée de fondation de l'escalier ne permet pas, dans l'état actuel de nos connaissances, d'en déduire sa date de construction.

226Au début du XVIIe s., un certain état de vétusté transparaît lors de l'inventaire : tour « cassée », nombreux travaux de réfections qu'a dû effectuer le châtelain.

227L'état 3 (fig. 86 C) correspond à une étape de construction qui peut être rapprochée du seul document iconographique dont nous disposons, le cadastre de 1730 (fig. 87). Le château y est sommairement relevé ; au centre du bâtiment castrai est représenté un espace quadrangulaire, correspondant approximativement à la construction de l'état 3. Il porte le numéro de parcelle 12, se rapportant à une cour.

87 : Représentation du château du Vuache en 1730

87 : Représentation du château du Vuache en 1730

228Cette construction est postérieure à 1612, époque à laquelle l'inventaire décrit le château dans son état 2 et certainement antérieure à l'édification du nouveau château seigneurial, datée par une inscription sur un linteau de porte, de 1640. L'état 3 apparaît comme une restructuration générale du château, effectuée au début du XVIIe s. ; malgré les toits aquarellés en rouge sur la Mappe Sarde, l'absence de vestiges de structures maçonnées, autour de cette cour, nous amène à supposer que cette réfection n'a peut-être pas été achevée avant l'abandon du site.

Notes

17 Parmi les éléments architectoniques en pierre, on a retrouvé une partie d'un meneau (fig. 83, A), colonnette octogonale dont la partie supérieure est cassée, un des côtés présente un ressaut semi-circulaire (diam. : 22 cm) percé d'un trou carré de 2 cm de côté servant au passage d'une barre assurant la fermeture de la fenêtre (pièce II, C. 201).Ainsi qu'un bloc de molasse dont une arête est décorée d'une large moulure à double chanfrein, s'évasant vers le haut et formant un angle vers le bas et surmontée par un lion couché dont subsistent les membres antérieurs et le poitrail. Un enduit blanc est partiellement conservé. Cet élément pourrait correspondre au décor d'un chambranle de fenêtre ou de porte (pièce IV, C. 102) (fig. 83, Β).
La borne armoiriée, (fig. 83, C) est un monolithe sculpté sur deux faces, face antérieure et côté droit ; la base du bloc, débordant sur ces deux côtés, haute de 0,25 m, est reliée au corps par une moulure complexe, demi-circulaire au bord extérieur et en gorge à profil circulaire à l'intérieur ; la moitié supérieure de la face antérieure porte un décor traité en relief : blason ovale de la famille de Menthon Lornay (de gueules au lion d'argent à la bande d'azur brochant sur le tout) surmontant un cartouche en forme de tessère dans lequel est inscrit la date de 1579 ; une sphère ovoïde (L : 0, 28 m, H : 0, 10 m, 1 : 0, 23 m) traitée en ronde-bosse surmonte le corps, alignée sur le bord antérieur. L'absence de traitement des autres faces indique que ce bloc formait probablement l'angle d'un muret dont la hauteur ne devait pas dépasser celle du monolithe. Cette pierre a été retrouvée à l'extérieur du bâtiment castrai dans le remblai de la tranchée de canalisation du cours d'eau alimentant originellement les fossés du château à l'est.
Parmi les éléments architectoniques en terre cuite, on a retrouvé des tuiles plates (fig. 84, A et B).
Soit rectangulaires : tuile munie sur le revers d'un tenon de fixation, la partie inférieure du côté extérieur, sur 0,10 m, soit le tiers de la longueur totale, est recouverte d'émail coloré (jaune, ocre brun, vert ou noir), un trait plus ; foncé d'alumine16 évitait les coulures d'émail lors de la cuisson. Deux types de tenons ont été retrouvés : le plus fréquent est un tenon moulé sur le dos de la tuile à 2 cm du bord supérieur, épais de 2 cm, large de 6 cm, haut de 3 cm et donc l'arête inférieure est chanfreinée sur 1 cm de haut ; le second type retrouvé en un seul exemplaire est un appendice approximativement carré de 4 cm de côté, situé au milieu de la partie supérieure de la tuile, rabattu après moulage sur le revers de la tuile auquel il est soudé par écrasement des bords.
Soit des tuiles creuses (fig. 84, C) : tuile canal émaillée sur un peu plus de sa moitié servant probablement pour la couverture des arêtiers ; les quelques fragments de ce type de tuiles sont tous émaillés de couleur verte.

Table des illustrations

Titre 30 : Plan de fouille du château du Vuache
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1654/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre 31 : Terrain naturel et premiers niveaux d'occupation (pièce IV)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1654/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre 32 : Plan de l'état antérieur au château de pierre
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1654/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre 33 : Coupe stratigraphique
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1654/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre 34 : Coupe stratigraphique zone 9, tranchée IV
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1654/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre 35 : Coupe stratigraphique zone 9, sondage 9
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1654/img-6.png
Fichier image/png, 74k
Titre 36 : Arasement du mur M 59 (pièce V)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1654/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre 37 : Niveau de sol de l'état primitif (pièce IV, sond. 4)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1654/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre 38 : Bougeoir zoomorphe, XIIe siècle
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1654/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre 39 : Château du Vuache, plan de l'état 1
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1654/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre 40 : Coupe stratigraphique zone 9 et pièce I, sond. 9
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1654/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre 41 : Détail des fondations internes du mur de courtine ouest (sond. 9)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1654/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Titre 42 : Relevé de l'élévation du mur de courtine sud M 30
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1654/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre 43 : Elévation du mur de courtine sud M 30
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1654/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre 44 : M 30 bloc taillé au pic ou à la broche
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1654/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre 45- 46 : M 30 bloc taillé à la brettelure
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1654/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre 47 : M 30 bloc portant les traces des deux instruments
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1654/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre 48 : Coupe stratigraphique pièce I, sond. 8
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1654/img-18.png
Fichier image/png, 94k
Titre 49 : Détail de l'assise de fondation du mur de façade du logis M 19
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1654/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre 50 : Structure du mur de refend M 7
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1654/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Titre 51 : Elévation du mur de refend M 2 (pièce IV)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1654/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre 52 : Départ de la voûte de couverture de la pièce V
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1654/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Titre 53 : Mur M 2, marque de tâcheron (pièce IV)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1654/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre 54 : Détail de l'élévation et de l'ouverture du mur M 4 (pièce IV)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1654/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre 55 : Coupe stratigraphique pièce I, sond. 9
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1654/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre 56 : Coupe stratigraphique pièce II, sond. 4
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1654/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre 57 : Vue d'ensemble de la pièce III
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1654/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre 58 : Coupe stratigraphique de la pièce IV, sond. 1
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1654/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre 59 : Niveau de sol de la pièce IV
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1654/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Titre 60 : Pièce IV, base de pilier
Légende Bloc calcaire, hauteur de 0,32 m, section octogonale irrégulière, les côtés opposés font 0,28 m et ceux diagonalement opposés, 0,20 m. Bloc soigneusement taillé à la brettelure, son arête supérieure est taillée en biseau sur 4 cm de haut, une rainure marque horizontalement le milieu. Cette pierre pourrait éventuellement correspondre au support d'un pilier d'escalier en bois.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1654/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre 61 : Podium dans l'angle sud-ouest de la pièce V
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1654/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre 62 : Tour nord-ouest, niveau de sol
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1654/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre 63 : Coupe stratigraphique de la tour nord-ouest (zone 8)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1654/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre 64 : Château du Vuache, plan de l'état 2
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1654/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre 65 : Coupe stratigraphique zone 4, sond. 3
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1654/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre 66 : Zone 4, sond. 3 niveaux accumulés dans le fossé
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1654/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre 67 : Coupe stratigraphique zone 4, sond. 3
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1654/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre 68 : Zone 4, relevé de l'élévation intérieure du mur M 37
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1654/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre 69 : Tour sud-ouest, parement externe du chemisage
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1654/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre 70 : Coupe stratigraphique zone V, pièce VII
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1654/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre 71 : Assise de fondation du mur M 16
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1654/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Titre 72 : Coupe stratigraphique pièces II et III, sond. 4
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1654/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre 73 : Maçonnerie condamnant la porte de la pièce IV
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1654/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Titre 74 : Fissures et réparations du mur M 3, pièce III
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1654/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
Titre 75 : Vue d'ensemble de la zone 5
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1654/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Titre 76 : Eléments architecturaux remployés dans la zone 5
Légende Moulure d'angle et colonnette engagée. Molasse, composition à partir de deux blocs : un bloc cubique de 0,45 m de côté, présentant une colonnette de 0,15 m de diamètre, engagée dans un des angles, un autre bloc approximativement cubique de 0,40 m de haut et 0,45 m de côté sculpté sur deux faces d'une moulure légèrement concave marquée au tiers inférieur d'un chanfrein double (H : 0,02 m), surmontée d'un tore à section ogivale (H : 0,08 m) l'angle est traité pour former un chapiteau campaniforme à corbeille nue (D : 0,15 m à la base).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1654/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 604k
Titre 77 : Coupe stratigraphique zone 12, sond. 12
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1654/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre 78 : Vue d'ensemble de l'escalier
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1654/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Titre 79 : Essai de reconstitution de la base de l'escalier
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1654/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre 80 : Château du Vuache, plan de l'état 3
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1654/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre 81 :Coupe stratigraphique zones 9 et 6
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1654/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre 82 : Détail des fondations du mur M 20
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1654/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 688k
Titre 83 : Eléments architectoniques en pierre
Légende Meneau (fig. 83, A)molasse, H. : 0,60 m, section octogonale : 0,17 m / 0,17 m, largueur des faces : 0,07mChambranle de fenêtre (fig. 83, B)molasse, H. : 0,30 m, l. : 0,45 m ép. : 0,41 mBorne armoiriée (fig. 83, C) en calcaireH. : 0,95 m, section rectangulaire :corps : 0,32 m / 0,20 m, base : 0,35 m / 0,25m,ép. : 0,41 m
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1654/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Titre 84 : Eléments architectoniques en terre cuite
Légende Tuiles plates (fig. 84, A-B)terre cuite, L : 0,30 m, 1: 0,19 m, ép. : 0,015 m.tuile plate rectangulaireTuiles creuses (fig. 84, C)terre cuite, L : 0,30 m, 0,12 m, 0,17 m, ép. : 1 cmBriques(fig. 84, D)terre cuite, L : 0,23 m, 1: 0,11 m, ép. : 6 cmbrique rectangulaire de constructionBriques chanfreinées (fig. 84, Ε)terre cuite, L : 0,15 m, 1: 0,10, 5 cm, 2 cmbrique rectangulaire dont une des arêtes présente un chanfreinde 2,5 cm de hauteur et de largeur.Carreau (fig. 84, .F)terre cuite, côté : 0,165 m, ép.: 3,5 cm, carreau de pavement ?Fragment de brique moulée (fig. 84, G)terre cuite, L : 0,10 m, 1: 0,10 m, ép. : 7 cmfragment de brique moulée présentant une partie hémisphériquede 5 cm de diamètre se rattachant à une partie centrale rectangulairelarge de 4 cm.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1654/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre 85 : Détail des comptes de châtellenie
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1654/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Titre 86 : Vue isométrique
Légende A. de l’état 1B. de l’état 2
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1654/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Légende C. de l'état 3
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1654/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre 87 : Représentation du château du Vuache en 1730
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1654/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 544k

© Alpara, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter