Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le château et la seigneurie du Vuache

 | 
Frédéric Raynaud

Chapitre 1. Cadre géographique et historique

Texte intégral

1Situé à trente kilomètres de Genève, le château du Vuache occupe une position centrale au sein d'un territoire dont l'occupation humaine remonte à la fin du Paléolithique supérieur (14000-9500 av. J.-C.), et qui est, de nos jours, divisé entre les trois communes de Chevrier, Vulbens et Dingy (canton de Saint-Julien-en-Genevois).

Géographie du Vuache

2La région occupée par l'ancienne seigneurie du Vuache se situe sur le versant nord de la montagne du Vuache, face à l'extrême pointe occidentale du territoire suisse (fig. 1).

3Le mont Vuache est un petit chaînon jurassien, culminant à 950 m d'altitude, long de 11 km du Défilé-de-l'Ecluse à l'ouest à celui du Malpas à l'est ; il pénètre l'Avant-Pays savoyard, région de plateaux et de collines formant une vaste dépression entre Jura et Préalpes. Il ferme le bassin du lac Léman au sud-ouest en dominant la rive gauche du Rhône à sa sortie de la plaine de Genève, avant que le fleuve ne s'engage dans le défilé du Pas-de-l'Écluse entre le Grand-Crêt-d'Eau et la montagne du Vuache.

1- Carte géographique de la partie nord du comté de Genève au Moyen Âge

Carte topographique 1 : 100 000 e

I.G.N.

4Ce relief est constitué par le plissement de couches de calcaire de l'Urgonien, dû à la poussée des Alpes. Celui-ci affleure sous des dépôts marins du Miocène ayant formé un grès tendre appelé régionalement molasse, recouvert luimême par des dépôts morainiques et argileux du quaternaire. L'érosion glaciaire et post-glaciaire du quaternaire, entamant facilement les couches de molasse, a mis en relief la crête de la montagne faite de dépôts tertiaires et crétacés.

5Les deux versants sont très différents : le côté méridional se présente sous forme de grandes falaises escarpées, sculptées dans le calcaire, alors que le versant septentrional est dû au modelage des couches de molasse sur un flanc de voûte synclinale, s'élevant rapidement et s'arrondissant avant d'atteindre le sommet (Cholley, 1925 : p. 67) Ce versant se décompose en trois étages : la zone montagnarde, depuis la cime jusqu'à la courbe de niveau 600 m, précédée par un plateau entre les niveaux 600 m et 400 m et lui-même bordé par la rive érodée du fleuve à 350 m d'altitude moyenne. Au pied de la montagne, de nombreuses sources donnent naissance à de petites rivières qui ont creusé profondément leur lit dans la molasse, et qui se jettent dans le Rhône.

6Entre deux grandes forêts, au sud sur les pentes de la montagne et au nord-est, sur la rive du Rhône et en bordure de la frontière franco-suisse, le paysage est composé de vastes zones d'herbages et de cultures. Des feuillus et des buissons, disposés en lignes délimitent des groupes de champs ou de pâturages et encadrent les chemins, ce qui n'est pas sans rappeler le paysage bocager. Mais la prédominance actuelle des vastes surfaces en herbe et cet aspect de bocage sont liés à l'extension de l'élevage à partir du XIXe s. (Périllat, 1966 : p. 6).

7L'habitat s'organise autour des villages de peu d'importance, avec un nombre de hameaux réduits et quelques maisons isolées au milieu de leurs terres.

Avant le Moyen Âge

Aux origines

8Les glaciers du quaternaire qui ont à plusieurs reprises recouvert la totalité de la Savoie, rendaient impossible une présence humaine continue aux époques Paléolithiques inférieures.

9Après le retrait du glacier wurmien, la région s'ouvre aux populations de l'époque magdalénienne (fig. 2). Des traces de leur séjour ont été retrouvées dans un abri sous roche, surplombant la rivière des Usses, à l'extrémité sud-est de la montagne du Vuache ; cette grotte fut également occupée au cours du Néolithique (Jayet, 1931).

2- Carte historique de la seigneurie du Vuache

2- Carte historique de la seigneurie du Vuache

10Sur le versant septentrional, à 735 m d'altitude, au-dessus de Chevrier, la grotte de La Balme, (fig. 2, n° 1) a également livré des vestiges de différentes époques dont les plus anciens sont datés du Néolithique.

  • 1 Actuellement conservées au Musée d'Annecy.
  • 2 Mappe Sarde A.D.H.S.

11En 1880, E.Tissot, ingénieur météorologiste, informé par les habitants du lieu de découvertes (silex taillés, os sculpté et coin en serpentine) faites quelques années auparavant par M. Cuvier, chargé de la construction du chemin de fer (Tissot, 1880 : p. 110), entreprend une nouvelle fouille de cet abri. Il met au jour une pointe de flèche en silex et une grande épingle de bronze protohistorique1 parmi de nombreux débris d'ossements d'animaux et tessons de céramique pré et protohistorique, romaine, médiévale et moderne (époque de la Révolution) (Tissot, 1880 : p. 44). Le toponyme de La Balme, déjà mentionné sur le cadastre sarde de 17302, serait un mot d'origine pré-latine signifiant : anfractuosité rocheuse (Wipf, 1982 : p. 78). Il est probable, exception faite pour les époques les plus anciennes de son occupation, que cette grotte ne servait pas d'habitat permanent mais plutôt de refuge en cas de danger ; les populations du Néolithique et de l'âge du Bronze, tirant leur subsistance de la chasse, de la pêche, de l'élevage et de l'agriculture, auraient trouvé sur la rive du Rhône, un endroit fertile plus propice à leur installation.

12Signalons également, sur le territoire de la commune de Dingy, la présence de deux monuments mégalithiques, aujourd'hui disparus, mais localisables grâce à la Mappe Sarde ; il s'agit de « pierres à cupules », gros blocs de forme tabulaire dont la surface est parsemée de petits godets (cupules) dont la nature archéologique est incertaine et dont le degré d'antiquité est loin d'être établi ; elles sont souvent considérées comme appartenant à l'âge du Bronze. La première (Tissot, 1880 : p. 110) correspond au microtoponyme : n° 114 «  la grosse pierre » (parcelle 636) (fig. 2, n° 3), la seconde est représentée à cheval sur la limite avec la paroisse de Savigny, et se situe au lieu-dit révélateur n° 215 « la pierre plate » (parcelles 1330-1334) (fig. 2, n°4 et fig. 3).

3 : Représentation de la pierre à cupules au lieu-dit « La Pierre Plate » cadastre de 1730

3 : Représentation de la pierre à cupules au lieu-dit « La Pierre Plate » cadastre de 1730

L'âge du Fer

13À l'âge du Fer, le territoire étudié fait partie de l'Allobrogie, province qui s'étendait entre le Rhône et l'Isère et dont Genève était une des principales métropoles.

14L'extrémité ouest du sommet de la montagne du Vuache est défendue par un mur de pierres sèches, d'une largeur indéterminée, s'étendant sur plus de 170 m sur le front sud et sur une longueur inconnue à l'est. Il complète l'escarpement rocheux offrant un retranchement naturel. L'ancien chemin d'accès forme un coude à l'angle sud-ouest de la position et longe ensuite le mur à l'intérieur. Cet oppidum (fig. 2, n° 2) du type « éperon barré » permettait de surveiller la région genevoise et surtout la vallée du Rhône, frontière entre le pays des Séquanes et celui des Allobroges. Le préhistorien savoyard C. Thury, à la fin du siècle dernier (Thury, 1899 : p. 322) et L. Blondel archéologue cantonal de Genève (Blondel, 1956) attribuent sa construction au début de l'âge du Fer (période de Hallstatt, 800-500 av. J.-C.). Pour sa part, P. Guichonnet, professeur à l'université de Genève, sans exclure une occupation hallstattienne, propose l'hypothèse d'une construction dans le cadre d'un système d'alerte et de défense mis en place pour faire face, soit à l'invasion romaine, soit à la menace d'incursions guerrières venues du Nord (Cimbres, Teutons) et donc correspondant à l'époque de la Tène III (120-58 av. J.-C.) (Guichonnet, 1973 : p. 54).

15Deux toponymes importants, car correspondant à des noms de village, seraient issus de la langue celtique : Bans, dérivé de « pen(n) » signifiant extrémité, confins ; et Dingy, dérivé de « dan i ciac » traduisible par sous le bois (Wipf, 1982 : p. 200 et 218). Ces deux toponymes s'accordent parfaitement avec la situation géographique des lieux, qui se distinguent des autres villages implantés de part et d'autre d'une voie romaine.

L'époque romaine

16L'Allobrogie est incorporée à la province de Narbonnaise en 118 av. J.-C., à la suite de la défaite des troupes indigènes face aux armées romaines en 122 et 121 av. J.-C. Cependant la pacification du pays dura jusqu'en 62 av. J.-C. Durant cette période, la région subit l'invasion des tribus barbares des Cimbres et des Teutons.

  • 3 D'après Jules César : "La guerre des Gaules" Livre I, chap. 8.
  • 4 Appien : "celtica", IV, 15.
  • 5 Dion Cassius: XXXVIII, 31.

17La tentative d'émigration des Helvètes par le territoire allobroge, en 58 av. J.-C., conduit Jules César à Genève, dont le pont commande l'accès septentrional de la Narbonnaise. Il y organise la protection de la province, en faisant détruire le pont et fortifier la rive gauche du Rhône, depuis le lac Léman jusqu'au Mont Vuache. Il fait construire un « mur long de 1900 pas, haut de 16 pieds  », précédé d'un fossé et renforcé de postes de garde et de redoutes aux endroits les plus vulnérables (là où le fleuve était guéable)3. Les Helvètes sont ainsi contraints d'emprunter le difficile passage du défilé du Pas-de-l'Écluse, sur la rive droite du Rhône. Cette construction est évoquée par Appien4 et Dion Cassius5, non pas comme un mur d'un seul tenant mais plutôt comme la fortification des points sensibles de la frontière. Nous avons repéré un seul vestige, bien discutable, pouvant appartenir à cette construction. Il s'agit d'un double fossé en bordure de la terrasse du Rhône, long d'environ 200 m et visible sous une haie en limite de parcelles (fig. 2, n° 7).

18De nombreuses découvertes de vestiges antiques témoignent d'une occupation importante de l'Avant-Pays savoyard à l'époque romaine. Dans sa partie nord, cette région était traversée par deux routes principales : d'abord celle reliant Milan à Genève, par le col du Petit-Saint-Bernard et la rive du lac d'Annecy, la seconde correspondant au passage terrestre, obligé en raison de l'impraticabilité du Rhône, entre le défilé du Pas-del'Écluse et son confluent avec la rivière des Usses. Cette voie fluviale unissait Lyon à Genève et audelà, par le lac Léman, avec le plateau suisse et les régions septentrionales par le bassin du Rhin (Broise, 1974). Ces deux routes se rejoignaient à Carouge, quelques kilomètres avant la cité genevoise. Construites à l'époque augustéenne elles pourraient faire suite à des cheminements préhistoriques (Dufournet, 1978).

19Les marchandises déchargées à l'emporium d'Albigny-Condion, au sud de Seyssel, étaient acheminées par portage jusqu'à Genève ; il était cependant possible de raccourcir ce chemin en se servant à nouveau du Rhône, soit à la remontée, mais plus sûrement à la descente, entre « Le Port des Isles », appellation médiévale du site de « Cologny » à Bans, en aval et la ville de Genève, en amont (Dufournet. 1978 : p. 126).

20Un axe secondaire de ce réseau longeait la montagne du Vuache par Dingy, Vulbens et Chevrier (approximativement les routes départementales 7 et 908) et traversait le Rhône par un pont (fig. 2, n°5) pour rejoindre l'établissement romain de Collonges sur la rive droite (Marteaux, 1894). Une des piles du pont, en gros appareil, était encore visible au siècle dernier, au pied du Mont Vuache, à 50 m en aval du pont actuel (Gay, 1887 : p. 8). Ce vestige a été repéré lors de la levée de la carte d'Etat-Major, en 1883 ; il est dénommé « La Folia, château ruiné ». Nous n'avons retrouvé aucune mention d'un éventuel château à cet emplacement, par contre le toponyme « La Folia », équivalent savoisien de « La Feuillée », « Les Fayes », « Les Fées » (folon, folonne en savoisien), pourrait éventuellement s'appliquer à un pont que l'inconscient collectif aurait placé sous la protection d'êtres mythiques (Marteaux, 1941 : p. 59-75). Cette voie romaine (fig. 2, A-B) est facilement repérable sur le cadastre sarde malgré des lacunes dues aux glissements de terrains, en particulier entre le hameau de La Fontaine et le village de Vulbens au lieu-dit « Lavanchy », terme savoisien dont le sens serait : l'avalanche (Boyer, 1979 : p. 96).

  • 6 Renseignements fournis par des agriculteurs et surtout par Mr P. Duret, professeur d'histoire, orig (...)

21Pour essayer d'appréhender l'occupation du territoire étudié à l'époque romaine, nous ne disposons que de très peu d'éléments : les recherches (non publiées  ?) menées par le colonel Stoffel, à la demande de Napoléon III, en 1865, sur la rive gauche du fleuve, pour retrouver des vestiges de la construction de César ; quelques découvertes fortuites signalées sur le territoire de Chevrier et de Vulbens et enfin le repérage sur carte, des lieux ayant livré des tuiles romaines lors des labours6. N'étant sur place que pendant une courte période de l'année, nous n'avons pas pu procéder à une prospection systématique du terrain pour vérifier ces informations et rechercher d'autres indices de sites. Il n'a donc pas été possible d'établir de chronologie plus précise.

  • 7 Actuellement conservée au Musée d'Art et d'Histoire de Genève.

22Au lieu-dit « Cologny » ou « Collogny » (fig. 2, n° 6), sur la rive du Rhône, le site, en partie fouillé par le colonel Stoffel (Gay, 1887 : p. 9), à qui l'on doit la découverte d'une petite statue de Mercure en argent7, semble revêtir une importance particulière : il fait face à un établissement romain, repéré sur la rive droite, au lieu-dit « Les Isles » et sur le territoire de l'actuelle commune de Collonges, et dont les toponymes équivalents, remonteraient à Colonica (Béatrix, 1851 : p. 9). Un vicus s'étendait peut-être sur les deux rives, reliées par un gué qui perdura pendant le Moyen Age et jusqu'à l'époque moderne. Cette agglomération avait-elle un rôle commercial lié à la navigation sur le Rhône ? Nous avons vu plus haut que ce pont aurait pu servir de point de rupture de charges, sur l'axe Seyssel-Genève et également de lieu d'embarcation des productions locales (tuileries romaines repérées à Arcine (Varaschin, 1982) et à Savigny (Fenouillet, 1913 : p. 14) vers la métropole genevoise).

  • 8 Actuellement conservées au Musée d'Art et d'Histoire de Genève.
  • 9 A.D.H.S : F 242, monographies communales rédigées par les instituteurs.

23A l'ouest du village de Chevrier, des trouvailles sont signalées dans l'enquête menée par l'Académie Florimontane auprès des instituteurs sur les vestiges antiques de leur circonscription. Une statuette de Bacchus en bronze et un camée serti dans une bague en or8 ont été découverts fortuitement lors du réaménagement de la route, en 1870. Une grande statue de déesse en calcaire, haute de 3 m, trouvée lors de la construction de la voie de chemin de fer, en 1876 a été morcelée pour servir de remblai9. Nous n'avons pas d'autres éléments permettant de replacer ces découvertes dans leur contexte.

  • 10 Corpus inscriptionum latinorum, XII, 5683 - 200.

24Dans son histoire de Genève, R. Montendon mentionne la découverte faite à Vulbens d'un petit vase et d'une anse d'amphore (Montendon, 1922 : p. 180, n° 272). Ici non plus aucune description n'est faite du contexte de cette trouvaille ; l'anse d'amphore porte l'estampille : CAT.Q, abréviation de Caius Antonius Quietus, fabricant connu du sud de la Bétique, de la fin du Ier siècle et du début du IIe s. ap. J.-C.10.

25L'ensemble de ces données, malgré d'importantes lacunes et sans que la nature et la chronologie des sites repérés soient établies, démontre cependant l'importance de l'implantation romaine sur ce terroir, à l'égal des régions voisines mieux étudiées. L'emprise de l'occupation humaine s'étend depuis le Rhône jusqu'aux pentes de la montagne, englobant l'ensemble du plateau traversé par la voie romaine.

26L'exploitation agricole a dû conditionner le peuplement autour de l'éventuel vicus de Cologny, dont l'existence pourrait être en rapport avec la voie fluviale, très active durant l'Antiquité.

27A deux reprises, en 260 et 277 ap. J.-C., la région genevoise est dévastée par les Alamans, tribu germanique du haut Danube. Le sentiment d'insécurité qu'ils provoquèrent incita les habitants de Genève à protéger la ville derrière un rempart et ceux des campagnes à réarmer les oppida (Guichonnet, 1973 : p. 68). En 1927, lors de la reconstruction de la chapelle implantée sur le site de l'oppidum du Vuache, l'abbé Pergot, curé de Vulbens, dit avoir observé

« les fondations d'un bâtiment rectangulaire de 12 m de long sur 10 m de large, construit en petits moellons de calcaire, liés au sable jaune, des débris de fer, des claveaux de tuf et des tuiles romaines » (Pergod, 1937 : p.56).

28Cette construction de type antique, témoigne-t-elle de la réoccupation ou du réarmement du site de Sainte Victoire ?

29En 284 ap. J.-C., l'arrivée au pouvoir de l'empereur Dioclétien rétablit la tranquillité pour plus d'un siècle. L'organisation de l'Empire se modifie et de nouvelles circonscriptions territoriales sont délimitées : Genève devient le chef-lieu de la Civitas Genavensium, englobant l'actuel canton de Genève, la Haute-Savoie, l'Albanais et les Bauges.

Au Moyen Âge

30La fin de l'Antiquité et le début du Moyen Âge sont, dans la région genevoise, dominés par deux événements majeurs : l'installation des Burgondes et le triomphe du christianisme. Pour cette période, les documents sont rares et peu explicites mais l'observation des indices hagiographiques et toponymiques permet de formuler quelques hypothèses.

31Originaires de Scandinavie, les Burgondes bénéficient d'un traité avec Rome qui leur accorde, en 443 ap. J.-C., le statut de confédérés et le pays de Sapaudia. Ils y fondent le premier royaume de Bourgogne et font de Genève leur capitale. Les propriétaires gallo-romains sont tenus de partager leurs biens avec eux, à raison de deux tiers des terres, un tiers des esclaves et la moitié des forêts, de la curtis (centre d'exploitation agricole) et des vergers (Van Berchem, 1972 : p. 65). L'intégration des nouveaux venus, se faisant au sein de l'organisation agraire existante, tend à démontrer la continuité du domaine latin, malgré l'instabilité politique et les invasions des IIIe et IVe s.

32La situation géographique exacte de la Sapaudia a fait l'objet de nombreuses interprétations. Les deux thèses les mieux fondées la placent soit dans l'actuel canton de Genève avec une fraction du Bugey et de la Haute-Savoie, soit sur la rive droite du Rhône, de part et d'autre du Jura, dans la province des Séquanes. Par la suite, les Burgondes s'étendirent progressivement en dehors du territoire qui leur avait été attribué : Lyon est occupée en 470 et devient capitale principale de leur royaume. A la fin du Ve s., leur territoire s'étend de la Champagne méridionale à la Durance et aux Alpes maritimes.

33Si la région du Vuache ne faisait pas partie du territoire initial, elle a dû être très vite annexée à cause de la possibilité qu'offre le sommet de la montagne pour la surveillance de la vallée du Rhône et pour la protection de Genève, qui reste capitale, mais joue un rôle secondaire après 470. Le toponyme de Vuache semble provenir du germanique Watha : guet, garde qui a donné en allemand moderne wacht : surveiller, guetter (Dufournet, 1978 : p. 173). Il est donc envisageable que l'oppidum du Mont Vuache ait connu durant cette période, peut-être occasionnellement, une occupation militaire.

34Sous quelle forme ont été occupés le plateau et la rive du Rhône autour du village de Cologny ? Par des groupes de colons ruraux ou bien ont-ils constitué le domaine d'un noble burgonde ? Nous en avons peut-être la trace dans le toponyme du village de Vulbens (fig. 2, n° 8) dont la première mention écrite est « Villa Wulbeengi » dans un texte de 1026 (R.G., n° 172) ; villa était sans doute le qualificatif du domaine du XIe s. et Wulbengi son appellation la plus ancienne. Elle est formée du génitif Wolf et du suffixe datif et locatif-inge, signifiant : « la ferme-des-loups » ou plus probablement : « la ferme-de Wolf » du nom de son propriétaire d'origine germanique (Wipf, 1982 : p. 146). Le hameau de Faramaz (fig. 2, n°9), distant de 800 m de Vulbens, porte également un toponyme qui peut être d'origine germanique, faisant référence aux Faramanni : hommes venus après, seconde vague de colonisation burgonde ou population étrangère, peut-être des Lombards ? Dans tous les cas recensés en Haute-Savoie, J. Vuy note que des contrées spéciales sont attribuées aux Faramans, toujours à l'écart de domaines burgondes (Vuy, 1889 : p. 60).

35En 379. Genève devient siège d'évêché, dépendant de l'archevêché de Vienne et centre d'un vaste diocèse couvrant une superficie de 6 800 km2, divisé en neuf circonscriptions dont huit décanats ruraux. Les paroisses qui nous intéressent dépendaient du décannat de Vuillonex (Mariotte, 1981).

36Suivant le travail de G. Manteyer, la titulature des paroisses pourrait indiquer la date d'émergence de celles-ci ; il se fonde sur le fait que la ferveur populaire pour un saint, spontanée ou provoquée par des moines, n'était forte que pendant une période relativement restreinte (Manteyer, 1924). Cette méthode appliquée à la Savoie (P. Dufournet, 1978 : p. 177 ; A. Varaschin, 1982) a permis d'établir l'hypothèse de trois grandes époques de dédicaces à certains saints pour la vallée du haut Rhône. Les trois églises paroissiales de Chevrier, Vulbens et Dingy, (fig. 2, n° 7, 8, 13, 14) respectivement dédiées à Saint-Martin, SaintMaurice et Saint-Pierre appartiennent au premier groupe correspondant au Ve s. Le culte de ces saints particulièrement vénérés par les moines de Saint-Claude, indiquerait peut-être l'influence de cette abbaye qui a connu une grande expansion à travers tout le Jura et la vallée du haut Rhône (Dufournet, 1978 : p. 178).

37Un ensemble de circonstances favorables permet aux premiers successeurs de Clovis de se rendre maîtres du royaume burgonde, après plusieurs campagnes infructueuses et de nombreux assassinats. Le pays est annexé en 534 et partagé entre Childebert Ier, Clotaire Ier et Théodebert, fils de Thierry Ier. Le territoire bourguignon passe ensuite du royaume franc à l'empire carolingien ; après la mort de Charlemagne, la Savoie fait partie de la Lotharingie. De cette époque, datent les premières mentions du Comté de Genève (Duparc, 1978) : en 888, à l'abbaye de Saint-Mauriced'Agaune, le marquis Rodolphe est proclamé roi de Bourgogne par les grands seigneurs des pays jurassiens. Le second royaume de Bourgogne s'étend à l'origine, sur les régions qui constituent aujourd'hui la Suisse Romande et la FrancheComté ; petit à petit, les Comtés de Vienne et de Lyon puis le royaume de Provence sont annexés.

38A partir de 962, le royaume de Bourgogne devient vassal de l'empereur germanique, Otton le Grand. Il est définitivement rattaché au Saint Empire Germanique en 1032 (Poupardin, 1907 : chap. 1). Pendant cette période, le système féodal achève de se mettre en place et, au début du XIIe s., le comte de Genève apparaît comme un grand seigneur et un prince puissant (Duparc, 1978).

  • 11 Cf. note 9 et A. Pergod : "Notice sur Sainte Victoire" Annecy 1937.

39Les premiers textes concernant notre secteur sont du XIe s. Il existe cependant un document qui s'applique probablement au Xe s., mais qui par sa nature même est peu fiable : il s'agit de la légende de Sainte Victoire à qui un culte est rendu dans la chapelle érigée au sommet du Mont Vuache, lors d'une procession annuelle qui s'est maintenue jusqu'au début du siècle. Cette histoire est consignée par deux auteurs, d'après des sources orales : l'instituteur de Chevrier, en 1890 et l'abbé Pergot, curé de Vulbens, en 193411. Lors d'une attaque perpétrée par les Sarrasins, Victoire, moniale vivant dans un couvent, qui devait se situer aux alentours de Chevrier, tente de se réfugier au sommet de la montagne (ancien oppidum  !) avec ses compagnes. Mais restée en arrière pour fermer le couvent, elle est poursuivie par les envahisseurs avant d'atteindre le refuge et préfère se jeter du haut de la falaise surplombant le Rhône plutôt que de tomber entre leurs mains. Elle est miraculeusement secourue par l'intervention divine qui lui permet d'atteindre, sans dommage, la rive opposée.

40Cette légende nous amène à nous poser trois questions :

  • L'incursion des Sarrasins fait-elle partie des nombreux raids menés périodiquement depuis la Provence, dans les Alpes et la vallée du Rhône ? A partir de 906, date du pillage de l'abbaye de Novalaise et jusqu'à la capture de l'abbé de Cluny, en 972, les Sarrasins sont signalés par des pillages et des incendies de monastères et de villages, des massacres de voyageurs et des prises d'esclaves. La région genevoise est dévastée en 939 et l'abbaye de Saint-Maurice-d'Agaune en 940 (Latouche, 1931). La région du Vuache a-t-elle donc été envahie et pillée par des troupes mauresques ? Nous n'en avons aucune preuve directe, mais cela est possible de par la proximité des théâtres de raids connus. Il est admis que dans la région, les Sarrasins ont semé la terreur et contribué à désorganiser les systèmes économiques et politiques.

  • Existait-il un couvent de religieuses à Chevrier ? Nous n'avons aucun indice tangible, mais nous verrons qu'au XIIe s. ce village dépendait de l'abbaye de Chézery (R.G., n° 248). Le couvent de Chevrier a-t-il été ruiné lors de ce raid, puis abandonné ? Etait-il issu de l'expansion de l'abbaye de Saint Claude, comme d'autres, contemporains, situés dans les zones limitrophes (Dufournet, 1978, p. 176) et la paroisse voisine de Savigny en 1110 (R.G., n° 248) ?

  • L'oppidum du Vuache a-t-il servi de refuge aux populations jusqu'au Xe s. ?

41En tout cas, et de notre point de vue, il est intéressant de noter que son existence est restée gravée dans la mémoire collective grâce à cette légende et au pèlerinage commémoratif.

42Les premiers documents écrits relatifs au territoire étudié, apparaissent au siècle suivant, sous le règne de Rodolphe III, dernier roi de Bourgogne. En 1026, le prêtre Ulrich et sa femme Girelda font donation à l'abbaye de Saint-Maurice-d'Agaune de biens considérables, consistant en terres, serfs et serves, situés en la « Villa Wulbeengi » (Vulbens). Avec le consentement du roi Rodolphe, ces biens sont remis aux donateurs, en précaire et sous le cens annuel de six sols (R.G., n° 172). Ulrich était le fils d'Aldiud, ancienne concubine du roi Conrad de Bourgogne et le demi-frère de Buchard, archevêque de Lyon et abbé de Saint-Maurice (Duparc, 1978). Il meurt sans enfant et la plupart de ses biens passe à son neveu Aimon, évêque de Sionen-Valais (Duparc, 1978).

43En 1030, un autre acte du roi Rodolphe confirme une acquisition de l'abbaye « in villa Bannis » (Bans). Ce document est cité par J.Y. Mariotte dans son dictionnaire des communes savoyardes mais nous n'avons pas retrouvé sa référence, malgré les recherches menées dans ce but.

44A cette époque, le terme « villa » continue de désigner un grand domaine royal, aristocratique ou ecclésiastique (Bonnasié, 1981 : p. 199). Qui en était ici le détenteur ? Ulrich possédait-il l'ensemble de la Villa Wulbengi ou seulement une partie en indivision avec un autre propriétaire ecclésiastique ou laïc ?

45Entre 1173 et 1178, l'abbaye de Chézery détient le territoire compris du Mont-Sion à Chaumont et depuis Valleiry jusqu'au Vuache, (R.G., n° 393) mais les termes utilisés dans cette charte ne permettent pas de déterminer si la région du Vuache est incluse dans leur domaine ou si elle en est limitrophe et dans ce cas limitée à la paroisse de Savigny. En 1236, noble Pierre de Vulbens, chevalier, notifie qu'il a injustement contesté un don à l'abbaye de Saint-Maurice, fait par un de ses hommes liges, nommé Rex et demeurant à Soral (Suisse, canton de Genève) (R.G., n° 703).

46En 1196, le prieuré clunisien de Saint-Victor, situé dans le faubourg nord de Genève, possède des droits sur le territoire de Bans (fig. 2, n° 19), puisque c'est le prieur qui autorise la construction de « l'oratoire » des Templiers de Cologny (fig. 2, n° 18) (R.G., n° 465). Ce monastère, membre (filiale) de la Commanderie de Compessières, est situé à proximité immédiate du lieu-dit « Port des Yelts » ou « Port des Isles » où les Templiers font fonctionner un bac à traille traversant le Rhône, qui permet de relier les régions septentrionales, la Michaille et le Pays de Gex, à la route allant de Genève à Chambéry, sans avoir à aller chercher un pont, soit à Genève à 20 km en amont, soit à Seyssel à 40 km en aval (Ganter, 1971). La maison du Temple de « Cologny sous Banz » existe toujours, transformée en centre d'exploitation agricole depuis la Révolution.

47Quelques années plus tard, en 1239, Hugues de Sallenoves, lègue à son fils puîné Vuilhemme, le « fief du Vuache, depuis Dingy jusqu'au Rhône » qu'il tient de Pierre de Vulbens (R.G., n° 224). Le chevalier était donc seigneur de Vulbens et du Vuache ; probablement mort sans héritier, son domaine serait passé à son suzerain le seigneur de Sallenoves. Résidait-il à Vulbens ? L'état antérieur au château de pierre, découvert partiellement au cours des fouilles et correspondant certainement à un édifice castrai de terre pourrait répondre à cette dernière question. Son pouvoir seigneurial s'étendait directement sur les deux paroisses de Vulbens et Dingy.

48En 1252, le comte Guillaume II de Genève lègue à son fils Henri, seul frère laïc du comte Rodolphe, les châteaux (castra) et mandements de Ternier et du Vuache (R.G., n° 401). Nous ignorons comment la seigneurie du Vuache est passée des mains de Vuilhemme de Viry-Sallenoves à celles du comte de Genève. Cela s'est cependant passé du vivant de Vuilhemme puisque nous le retrouvons en litige avec le comte Raoul, au sujet des dîmes de Marlioz et de Contamine (canton d'Annecy), en 1259 (R.G., n° 913).

49Au début du XIIIe s., les comtes de Genève ont à faire face à la politique expansionniste de la maison de Savoie dont les possessions encerclent le Genevois. Ayant perdu le château d'Arlod (Ain), le comte est contraint vers 1250-1260, de céder tous ses droits sur la rive droite du Rhône, de Seyssel (Ain) à Lausanne. Sur la rive gauche, de Seyssel (Haute-Savoie) à Genève, le conflit se poursuit jusqu'en 1287, à l'initiative de la coalition antisavoyarde, menée par Rodolphe de Habsbourg et par le Dauphin de Faucigny (Brondy, 1985 : p. 144). La situation du Vuache au sein de ce conflit et sa position stratégique ont pu inciter le comte à faire construire le château de Vulbens, édifice de maçonnerie à fonction militaire, à l'emplacement de l'ancien bâtiment castrai de terre. Cette construction est également à replacer dans un dispositif de protection et de surveillance du Rhône dont les rives sont ponctuées de fortifications et de postes de guet se répondant d'une rive à l'autre (Dufoumet, 1978 : p. 195-198).

50Le XIIIe s. marque le début de la fortune économique de Genève grâce à l'internationalisation de ses foires (Guichonnet, 1973). A partir de cette période nous pouvons, grâce aux documents, (fig. 4) suivre l'évolution du terroir qui était déjà en grande partie fixé autour des villages. Nous en avons une représentation très fiable pour la fin de l'Ancien Régime, antérieurement aux bouleversements des grandes réformes agraires de l'époque moderne.

51Après l'acquisition du comté de Genève par la maison de Savoie en 1410, la cité genevoise échappe cependant au pouvoir du comte. En 1526, Genève signe un traité de combourgeoisie avec Fribourg et Berne. Dix ans plus tard et suite au triomphe de la Réforme, Charles III de Savoie assiège Genève au secours de laquelle se porteront les Bernois. Le conflit s'étend à toute la région ; au cours de cet épisode, le château du Vuache est pris par les troupes bernoises puis occupé par une compagnie française jusqu'en 1559.

4 : Détail de la carte de Cassini (XVIIIe s.)

4 : Détail de la carte de Cassini (XVIIIe s.)

Carte topographique de la Seigneurie en 1730

Carte topographique de la Seigneurie en 1730

Structure du paysage associant les données de la Mappe Sarde aux courbes de niveau actuelles

Notes

1 Actuellement conservées au Musée d'Annecy.

2 Mappe Sarde A.D.H.S.

3 D'après Jules César : "La guerre des Gaules" Livre I, chap. 8.

4 Appien : "celtica", IV, 15.

5 Dion Cassius: XXXVIII, 31.

6 Renseignements fournis par des agriculteurs et surtout par Mr P. Duret, professeur d'histoire, originaire de Dingy.

7 Actuellement conservée au Musée d'Art et d'Histoire de Genève.

8 Actuellement conservées au Musée d'Art et d'Histoire de Genève.

9 A.D.H.S : F 242, monographies communales rédigées par les instituteurs.

10 Corpus inscriptionum latinorum, XII, 5683 - 200.

11 Cf. note 9 et A. Pergod : "Notice sur Sainte Victoire" Annecy 1937.

Table des illustrations

Légende Carte topographique 1 : 100 000 e
Crédits I.G.N.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1652/img-1.png
Fichier image/png, 135k
Titre 2- Carte historique de la seigneurie du Vuache
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1652/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Titre 3 : Représentation de la pierre à cupules au lieu-dit « La Pierre Plate » cadastre de 1730
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1652/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre 4 : Détail de la carte de Cassini (XVIIIe s.)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1652/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Carte topographique de la Seigneurie en 1730
Légende Structure du paysage associant les données de la Mappe Sarde aux courbes de niveau actuelles
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1652/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 310k

© Alpara, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter