Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le château et la seigneurie du Vuache

 | 
Frédéric Raynaud

Introduction

Texte intégral

1Cet ouvrage a pour origine une opération de fouilles de sauvetage sur le site du château du Vuache (Commune de Vulbens, Haute-Savoie). Aux recherches archéologiques sur l'édifice castrai, il était indispensable d'associer une étude des archives conservées. Ces données textuelles permettent de restituer l'élévation disparue du bâtiment mais également d'appréhender le contexte sociologique dont il était le point central : la seigneurie, châtellenie ou mandement, cadre de la société rurale du Moyen Âge et du début de l'Époque Moderne.

2S'étendant de la crête du mont Vuache à la rive gauche du Rhône, le territoire concerné a longtemps été marqué par le rôle de frontière que joua le fleuve, séparant, dans l'Antiquité, les provinces séquane et allobroge, limite Nord de la Narbonnaise et au Moyen Âge, les comtés de Genève et de Savoie.

3L'intérêt stratégique de cette région s'explique par l'importance du passage du défilé du Pas-del'Ecluse, accès méridional au territoire genevois, en amont duquel le fleuve était guéable. Il est souligné par la présence d'un oppidum au sommet de la montagne puis du château médiéval. Le site choisi pour l'édification de ce château permettait le contrôle des deux principales voies de communication et la surveillance d'une vaste région.

4Dès les premières mentions écrites remontant au XIIIe s., les termes de domaine, de châtellenie, ou mandement, relevant tous de la seigneurie banale sont étroitement associés au château. Ils couvrent le territoire de quatre paroisses formant le domaine direct, ou la directe, qui associé au domaine utile, ou réserve, constitue la propriété éminente du seigneur foncier.

5Son étude a pu être entreprise grâce à la variété des documents conservés et en particulier grâce à la Mappe Sarde. Ce cadastre, dressé en 1730, représente très précisément la réserve seigneuriale, bien que dans un état relativement récent et passager, ainsi que l'organisation du paysage autour des villages et hameaux qui composent le domaine direct.

6Le paysage peut être analysé en suivant plusieurs pistes grâce à la représentation cartographique très précise de la Mappe et aux indications fournies par les tabelles où sont enregistrées les parcelles regroupées en lieux-dits que désignent des toponymes.

7Certaines parcelles de la réserve seigneuriale sont soumises à la taille, mais les biens certifiés appartenant au seigneur avant 1584, en sont exemptés ; cette indication permet de restituer les quelques parcelles mentionnées au XIVe s. et certaines de celles acquises au XVe s.

8Les sources écrites relatives aux constructions sont peu nombreuses, comptes de châtellenies et inventaires. Elles permettent cependant une interprétation plus fiable des vestiges découverts et de la fonction des différentes pièces ou bâtiments annexes, pour proposer un essai de restitution des élévations disparues.

9L'opération de fouilles de sauvetage programmées répondait aux menaces de destruction du sous-sol par la construction d'un lotissement de maisons individuelles, d'immeubles locatifs et d'un nouveau centre communal. Nous avons pu réaliser quatre campagnes de recherches de 1982 à 1985, pendant les mois d'été. Le projet ne menaçant que partiellement et superficiellement les niveaux archéologiques dont la stratification s'est révélée peu complexe, mais dont les apports étaient souvent volumineux, il n'était donc pas nécessaire de procéder à une fouille extensive tant en plan qu'en profondeur.

10La partie sud du site, cour intérieur et enceinte, a été explorée par une série de tranchées parallèles est-ouest, dans la largeur du château, complétée par deux autres perpendiculaires et, enfin, une dernière suivant l'axe du mur de courtine est ; la partie nord, occupée par le logis seigneurial, a été partiellement dégagée en surface jusqu'au niveau du dernier sol. Des sondages ponctuels ont été effectués aux endroits menacés susceptibles de fournir le maximum d'informations. Au sud, un sondage profond a permis l'étude d'un bâtiment annexe et de l'élévation du mur d'enceinte, mieux conservé. Une tranchée ouverte dans la bassecour, en face de l'entrée du château, n'a pas pu être étudiée, faute de temps, mais a permis de repérer l'angle d'une des piles du pont qui enjambait le fossé.

11Implanté à proximité immédiate du village de Vulbens, sur les vestiges d'une occupation primitive qui correspond peut-être à un site fossoyé, le château du Vuache est un petit édifice castrai de plaine. Il présente une structure très ramassée qui offre une capacité de résistance certaine grâce à l'accumulation des moyens de défense, tours et courtines, surmontées de coursières et hourds, probablement dès l'origine. Un vaste logis seigneurial appuyé sur la courtine nord lui donne un caractère résidentiel. Le château est implanté au centre d'une vaste basse-cour entourée d'une palissade qui ne paraît pas être une ligne de défense avancée mais plutôt un organe distinct en liaison avec le rôle domanial de l'édifice. Quelques modifications architecturales permettront de renforcer ses moyens de défenses, d'accroître le confort des habitants ou de répondre à des besoins économiques.

12Au début du XVIe s., après avoir été en partie incendié, le château du Vuache est occupé par des troupes franco-helvétiques durant les guerres opposant le duc de Savoie à la ville de Genève, refuge de Calvin. Un niveau archéologique, très riche en matériel, correspond à l'incendie d'un bâtiment annexe et au bivouac des soldats. Une transformation radicale de l'architecture intérieure est entreprise par la construction d'une cour centrale probablement peu de temps avant l'abandon du site.

13Abandonné au milieu du XVIIe s., au moment du transfert du siège de la châtellenie vers le hameau voisin du Faramaz, l'édifice castrai servit probablement de carrière et disparut progressivement au cours des deux siècles suivants. Dès 1701, dans les sommaires de titre de fiefs du comte de Menthon-Lornay et du marquis Millet de Charles coseigneurs du Vuache, le bâtiment est déjà en ruines « le dit château, à présent réduit à mazures ». Il est également qualifié de « mazures » dans la tabelle des propriétés du cadastre de 1730 où son plan apparaît sommairement dressé : seules les deux tours sud correspondent approximativement avec le plan des structures retrouvées ; une cour est représentée, apparemment entourée par quatre corps de logis ; le fossé, peut-être déjà entièrement comblé, n'est pas indiqué ; aucun chemin ne se dirige vers le bâtiment et la basse-cour est divisée en parcelles mises en culture.

14Après l'arasement des derniers vestiges, le terrain est entièrement exploité en champs et vergers et au début de l'intervention archéologique, l'emplacement du site n'était seulement décelable que par un léger tertre formé par l'accumulation des déblais de démolition. Les modestes dimensions de ce bâtiment castrai incitaient à le considérer au premier abord comme une maison forte ; cependant, tous les textes étudiés, à l'exception d'une charte de 1296 où il y a hésitation entre « castrum seu domus fortem  », le désignent comme étant un véritable château.

15L'étude des différentes sources le fait apparaître dans ses trois fonctions complémentaires, forteresse et gîte d'étape militaire, lieu de résidence temporaire des seigneurs successifs et centre administratif dans le cadre de la seigneurie. Lors des investitures de fiefs du XVe s., c'est par leur château que les seigneurs du Vuache revendiquaient leurs droits sur un territoire regroupant quatre paroisses constituées de plusieurs hameaux. Deux d'entre eux, Raclaz et Faramaz, étaient inféodés à des petits aristocrates détenant des maisons fortes et un troisième, Cologny, dépendait des Templiers puis des Hospitaliers. C'est, à notre avis, cette place au sein de la hiérarchie féodale et les droits seigneuriaux qui lui sont attachés qui déterminent la qualité de château applicable au Vuache.

16L'illustration de la vie quotidienne dans le château est possible grâce à différentes études qui complètent ici les données historiques : de nombreux objets ayant été exhumés lors des fouilles, céramiques, verreries, objets métalliques, et quelques monnaies révèlent les diverses activités exercées. Les ossements d'animaux nous renseignent sur les activités cynégétiques et l'élevage ainsi que sur la présence d'animaux domestiques.

17Cette monographie qui constitue une tentative de recherche globale sur un château occupé du Moyen Âge à l'époque moderne et sur le territoire qui en dépendait permet de réinsérer des structures dans leur cadre historique et de suivre leur évolution à travers leurs cinq siècles d'existence.

© Alpara, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter