Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le pont de la Guillotière

 | 
Joëlle Burnouf
, 
Jean-Olivier Guilhot
, 
Marie-Odile Mandy
, 
et al.

Chapitre 4. Les chantiers du pont de la Guillotière

Texte intégral

1Les documents consultés ont fourni nombre de renseignements sur les chantiers eux-mêmes. Il ne dans le cadre de s’agit pas cette étude sur le pont de la Guillotière d’en faire un examen très détaillé. Mais, parmi les informations livrées sur ce sujet, certaines complètent les observations archéologiques, soit qu’elles contribuent à l’identification d’objets ou de vestiges dégagés lors de la fouille, soit, plus indirectement, qu’elles amènent à comprendre des particularités architecturales du pont, dans les fondations notamment. Trois aspects de ces chantiers seront donc plus particulièrement abordés ici : leur organisation générale, qui passe par une définition de leur statut juridique puis de la répartition des tâches et des responsabilités sur l’œuvre ; l’approvisionnement en matériaux les plus couramment utilisés sur le chantier, avec leur provenance et leurs principales caractéristiques : pierre et bois tiennent évidemment une place primordiale dans cette rubrique, mais une mention particulière sera faite des pièces métalliques, nombreuses dans les vestiges ; enfin, toute la partie technique de la construction où, à défaut d’explication technologique, seront signalés engins et procédés de construction les plus remarquables.

Organisation générale des chantiers : gestion et personnel

Le statut juridique

2Les campagnes de travaux effectuées sur le pont de la Guillotière se regroupent sous deux régimes juridiques, qui recouvrent deux sortes de chantiers assez différents : les travaux en régie directe de la Ville et les travaux adjugés à prix-fait.

3Les plus courants sont les travaux en régie directe, particulièrement importants d’après les archives consultées, aux XIVe et XVIe s. Le maître d’ouvrage (la Ville de Lyon et, par délégation, l’administrateur de « l’œuvre du pont et de ses revenus » nommé par les conseillers) commandite sans l’intermédiaire d’un maître-d’œuvre les divers artisans dont l’intervention lui paraît nécessaire. Au fur et à mesure de l’avancement des travaux, il les défraie directement sur les recettes de la Ville par des « mandements », généralement hebdomadaires. Chaque maître-artisan se charge de l’organisation pratique dans sa partie (outillage, fournitures, etc.), du recrutement de la main d’œuvre et de la répartition des salaires entre les ouvriers. Les rôles de dépenses qui justifient ces paiements ont l’énorme avantage de détailler pour chaque opération le temps et la main-d’œuvre requis, les différents corps de métier présents sur le chantier et l’essentiel de la tâche effectuée par chacun.

4Une adjudication par prix-fait se définit comme un

« accord de prix entre un maître d’ouvrage et un entrepreneur pour une prestation clairement définie » (Mesqui 1986 : p. 44)

5qui entre généralement dans le cadre d’un chantier important ; en fait, il s’agit pour un maître-artisan d’exécuter une tâche déterminée contre le paiement étalé d’une somme forfaitaire fixée par le contrat que lui passe le maître d’ouvrage, la Ville de Lyon. Dans le cas du pont de la Guillotière, des prix-faits sont signalés dans les comptes consulaires dès le XIVe s., en 1391 pour la construction du portail du pont du Rhône sur l’arc de la Trappe, assurée par le maître-maçon Jacques de Beaujeu (A.M.L. CC 384, f° 70 à 346 en discontinu), et en 1397 pour la réparation du « pont vieux » (A.M.L. CC 384, f° 484 et suivants) ; toutefois on n’en possède pas alors de texte complet. Plusieurs prix-faits du XVIe s., passés par la Ville de Lyon, sont publiés en annexe : celui de Pierre Gaban, maçon, et Claude Collet-Delègre, pour la substitution de vingt-huit arcs de maçonnerie à l’ancien pont de bois en 1558 (cf. Annexe, texte 3) ; celui du maçon Robert Danvin, maître-maçon, pour la réparation des trois piles écroulées sur le bras secondaire du Rhône en 1579 (cf. Annexe, texte 6) ; on peut y joindre le prix-fait accordé à Etienne Genyn, Claude Collet, charpentiers, et Pierre Faure, maçon, pour la substitution du pont de pierre en huit arcs au pont de bois en 1559, publié par G. Guigue (Guigue 1876). Ils témoignent de la diversité des clauses exprimées dans ces contrats, qui n’atteignent cependant un maximum de précision qu’au XVIIIe s., dans les cahiers des charges qui tiennent lieu de prix-fait (cf. Annexe, texte 9).

  • 61 On trouve aussi l’expression travaux au rabais.

6Il est probable que dès le XIVe s. l’adjudication ait été attribuée par enchères publiques, « au moins disant »61, bien que les textes n’en fassent pas ouvertement mention ; en revanche ceci est assuré pour les XVIe et XVIIIe s. L’adjudication se fait alors « à chandelle éteinte », selon le processus qui est décrit dans les textes 9 à 11 : après le rapport d’expertise il y a établissement d’un dossier d’exécution et d’un devis estimatif pour permettre aux entrepreneurs concurrents, ici au nombre de cinq, d’établir leurs devis et, offre après offre, de faire baisser les prix initialement proposés : ainsi, le pieu de batardeau passe entre la première et la dernière annonce de 35 à 22 livres pièce, celui de la palplanche de 25 à 13 livres pièce, les liernes* de chêne de 550 à 400 livres la centaine (cf. Annexe, texte 9, f° 29 à 34). Le contrat accepté par l’adjudicataire tient lieu de marché, donc d’engagement ferme sur les prix et les travaux à accomplir.

7Aux XIVe et XVIe s., le paiement de la somme forfaitaire décidée pour l’ensemble des travaux s’échelonne en fonction de l’avancement de la tâche : dans les comptes consulaires du XIVe s. apparaissent les versements faits par la Ville à l’entrepreneur au fur et à mesure de l’avancement de l’ouvrage, « en déduction de prix-fait ». Lors des quatre mois où les travaux au portail de l’arc de la Trappe sont les plus intensifs, le prix-facteur se fait verser 280 francs, soit 4/5 du total qui avait été fixé pour l’ensemble du chantier, par versements de 20 francs par semaine. Le paiement de la somme adjugée se fait par très petits versements : on n’en compte pas moins de soixante-dix à Robert Danvin, la plupart étant compris entre 15 et 100 écus. Les délais de paiement par rapport à la livraison (ou au travail effectué) sont très variables : lorsqu’il s’agit de rémunérer une équipe d’ouvriers (à la semaine, généralement), l’avance sur prix-fait est souvent immédiate, Robert Danvin se plaint même en août 1580 qu’on lui doive deux semaines ! (A.M.L. CC 1294), qu’il s’agisse de maçonnerie ou de battage de pieux. Mais les délais peuvent aussi être très longs : ainsi le paiement des cintres placés en juillet-août 1580 est étalé en six versements, du 11 août 1580 au 28 juillet 1581 (pour un prix-fait qui n’excède pas 600 écus). Comme il est logique, il subsiste jusqu’à l’achèvement total des travaux un reliquat qui est payé lors de la visite vérifiant leur bonne exécution : c’est le cas en 1561 où la Ville verse 1 300 livres tournois pour atteindre le total prévu de 14 300 livres ; c’est aussi le cas en 1579, à la fin des travaux de Robert Danvin.

8Compte tenu de tout cela, les adjudicataires se chargent de l’organisation totale du chantier, depuis le recrutement et la rémunération des ouvriers jusqu’à l’achat des matériaux qui sont à leur charge. Les clauses du prix-fait très explicites sur le détail du travail, les délais et les fournitures redevables de chaque partie, peuvent éventuellement servir de contrainte judiciaire : au XIVe s., on n’en a pas de preuve ; mais la forme des prix-faits de 1558 et de 1559 laisse peu de doute. Lors de la réfection de deux arcs du pont de pierre entre 1506 et 1510, les deux corporations adverses des maçons et des charpentiers ont utilisé les termes du prix-fait pour faire valoir leurs droits respectifs, et en 1512,

« voyant la ruyne qui est advenue en la démolition du pont du Rhône par la coulpe et la faute des entrepreneurs... a esté conclu... que l’on recherche leurs marchés et prisfaits pour, iceux veus se pourvoir ainsi que de raison ».

9Cependant, dans la pratique, le prix-fait paraît beaucoup moins contraignant que ne le laissent supposer les textes de marchés : dans le cas de Robert Danvin, en 1579, malgré le contrôle d’un maître-d’œuvre qui « a fait et continue (de faire des vacations) de jour à autre, à avoir l’œil qu’elle soit faite selon le prifait qui en a donné à l’entrepreneur » (cf. Annexe, texte 7 f° 15 v°), la réalisation semble assez souple : les délais ne sont pas tenus (deux ans au lieu de cinq mois) et le contenu n’est pas respecté non plus, puisque, tout en recevant l’intégralité du paiement prévu, Robert Danvin n’accomplit pas toute sa tâche et ne répare pas l’avant-bec de la pile treize qui était dans son contrat. Paradoxalement, il demande même un supplément au montant de son prix-fait :

« il a remonstré lesdits sieurs que ce qu’il était tenu par son prifait était parachevé et que, outre ce, il avait fait beaucoup d’œuvre de maçonnerie audit pont où il a souffert grands dommages et intérêts, suppliant lesdits seigneurs d’y avoir égard ». Le fait fut donc mis en délibération : « encores que l’œuvre dont il était obligé n’a été entièrement parfaite, et néantmoins celle qu’il a faite est du contentement de chacun », il est décidé que « outre le paiement qu’il a déjà reçu de tout son prifait, luy sera payée la somme de 500 écus d’or » (A.M.L. BB 107/237, 14 décembre 1581).

  • 62 A.M.L. 1C 159, 1701 : ...le sieur Mathieu nous a fait remarquer avoir été fait une créche autour d (...)

10La même souplesse d’exécution est constatée au XVIIIe s.62.

11Très fréquemment les délais, comme dans le cas de 1579, sont mal tenus ; au XVIIIe s., il semble que les travaux du pont aient été livrés avec deux ans de retard. Cependant, compte tenu des garanties qu’il présente, le prix-fait constitue une sécurité pour les municipalités, et il est évident qu’elles l’expriment déjà au XVIe s. :

« dès l’année passée (1512) fut ordonné que pour ladite ville on ne besoigneroit sinon à prix-fait, et si l’on faisait faire quelque chose à journées, que chacune semaine un des conseillers se donnerait garde, lequel chacun dimanche, assisterait aux paiements pour obvier que l’on ne feist faux ni tromperies... » (BB 30, f° 158).

12Pour les travaux entrepris sur le pont de la Guillotière, les deux systèmes de la régie directe et du prix-fait fonctionnent parallèlement. Entretien courant et petites réparations tels que le colmatage, la réfection du platelage et des chevalets, sont presque toujours en régie directe au XIVe s. (A.M.L. CC 384, f° 247, etc.) comme au XVIe, ainsi qu’en témoigne la campagne de réparations de 1514. Cependant, des circonstances plus exceptionnelles peuvent amener les responsables de la Ville de Lyon à assumer en régie directe des travaux qui sortent de ce cadre : ainsi en 1579, après le retrait de Robert Danvin, alors qu’il ne reste plus que la réfection d’un avant-bec, la Ville nomme Nicolas Gaulthier pour assurer en régie directe la coordination des travaux pendant quatre mois (septembre à décembre 1581).

13Les prix-faits peuvent s’appliquer à des travaux très divers. Fréquemment, ils sont établis pour la réalisation d’une tâche complète : ainsi au XIVe s., Jacques de Beaujeu prend-il en charge le portail de l’arc de la Trappe dans son ensemble ; de même au XVIIIe la totalité des réparations du pont est-elle adjugée à A. Facy. Il arrive que, pour cette tâche unique, le prix-fait soit commun à plusieurs corporations, les deux prix-faits de 1558 et 1559, pour la substitution du pont de pierre au pont de bois, sont accordés à la fois à des charpentiers et à des maçons, corporations qui assument conjointement la construction et l’entretien du pont de pierre.

14Les prix-faits peuvent aussi couvrir des tâches plus partielles, techniquement très spécifiques. En 1382, le battage des pieux à la pile huit suscite un contrat spécial (A.M.L. CC 378, pièce 5), alors que le reste de la réparation se fait en régie directe de la Ville. En 1579, on ne compte pas moins de quatre prix-faits accordés aux terrassiers, au menuisier chargé des cintres et au charpentier, en plus de celui adjugé à Robert Danvin, le maître-maçon. Au XVIIIe s. un certain nombre de travaux auxiliaires, nécessitant matériel et main d’œuvre très spécialisés, sont distraits du marché général et ne sont pas à la charge de l’entrepreneur adjudicataire des travaux de maçonnerie. Le battage des pieux et des palplanches, le débitage du bois, la taille de la pierre et l’approvisionnement en main-d’œuvre, de même que le pompage sont ainsi traités par contrats particuliers et ne figurent pas dans l’appel d’offre conservé (fig. 50).

50- Battage de pieux sur l’Arno à la « sonnette à bras »

50- Battage de pieux sur l’Arno à la « sonnette à bras »

Vue de Florence, vers 1480

Musée Historique de Florence

15Signalons que très souvent la fourniture des matériaux était assurée par la municipalité adjudicatrice. En 1558 et 1559, ceci est bien notifié dans le contrat. En 1391, elle se charge de l’approvisionnement de la chaux et du transport de la pierre depuis Couzon (A.M.L. CC 384, f° 80) ; en 1395 elle fournit pierre et sable, ainsi que l’infrastructure (logement des ouvriers et chemin d’accès au chantier) (A.M.L. CC 384, f° 382). En 1397, elle doit fournir tout l’outillage y compris les engins* nom communément employé pour les sonnettes* et moutons*, le béton nécessaire à la construction, le bateau destiné au transport des matériaux pendant le chantier, ainsi que les fournitures secondaires corde, fagots, accessoires métalliques (A.M.L. CC 384, f° 484-493).

La direction des chantiers

Le voyer de la ville

16Avant le XVIe s., ce sont les conseillers de la Ville, assistés de quelques maîtres-maçons et charpentiers, qui assurent la surveillance, l’expertise et le suivi des opérations exécutées sur le pont comme dans tout autre bâtiment communautaire de la Ville. Mais il n’est pas encore question de maître-d’œuvre unique, qui endosse la responsabilité du chantier dans son ensemble : les adjudications sont passées avec des représentants de chacun des corps de métier indispensables, sans qu’il existe de coordination entre eux.

  • 63 A.M.L. BB 81, 24 septembre 1560. Avec plusieurs conseillers, le voyeur de la ville (Jacques Gimbre (...)

17En 1559-1560 se manifeste, à travers les textes consultés, une sensible évolution dans l’organisation des travaux de la Ville : c’est un voyer de la Ville qui dorénavant assure les visites d’expertise avec les maîtres-maçons, les charpentiers, et les conseillers63. Ses attributions ne sont pas précisément définies dans les textes : on remarque simplement que, malgré sa présence, charpentiers et maçons gardent une certaine responsabilité technique sur le pont, pour la visite et l’entretien duquel ils reçoivent régulièrement des émoluments. On peut simplement noter que à Lyon, ce voyer est fréquemment un technicien-maçon. En 1579, le voyer Bertrand Castel (A.M.L. BB 107/234) apparaît comme un officier permanent qui assure les petites réparations en régie directe ainsi que la surveillance générale des bâtiments communs. En 1718, la fonction de « voyer de la ville de Lyon » subsiste : elle est remplie par Bertault (cf. Annexe, texte 8).

Les maîtres-d’œuvre

18Avant le milieu du XVIe s. donc, l’organisation des chantiers était fondée sur les travaux simultanés des maçons et des charpentiers auxquels un prix-fait commun était accordé sans qu’il existe d’autorité supérieure qui soit indépendante de l’une et l’autre corporation et qui supervise le chantier. Cette situation avait été à plusieurs reprises source de litiges entre les deux corps de métier rivaux.

  • 64 D’après J. Mesqui : il serait le premier à porter ce titre.
  • 65 A.M.L. CC 1096 : A Olivier Roland, 100 livres tournois pour ses peynes et vaccations d’avoir vacqu (...)

19Tandis que les prix-faits d’octobre et de décembre 1558 semblent fonctionner selon l’ancienne pratique, on voit apparaître, lors du deuxième projet du pont de pierre, la première manifestation d’une direction unique de l’ouvrage en la personne d’un architecte, au sens moderne du terme : Olivier Roland, ingénieur du roi64. Il fait le dessin ou « portrait » de l’ouvrage qu’il remet aux conseillers de Lyon, ce qui est un procédé très novateur, et il semble qu’il ait assuré la conduite du chantier, d’après un texte de décembre 156165. Pour la première fois, un maître-d’œuvre technicien a-t-il vraiment imposé son autorité aux deux corporations jusqu’alors totalement investies du déroulement du chantier ? Ou bien était-il coordinateur, sans statut précis ?

20En 1579, l’harmonisation des différentes corporations par un maître-d’œuvre unique semble définitivement entrée dans les mœurs. Malgré la présence de Bertrand Castel, voyer de la ville, c’est Jehan Vallet,

« architecte pour le Roy en ladite ville de Lyon » qui a « fait et continue la réparation du pont du Rhône et a l’œil qu’elle soit faite selon le prifait qui en a esté donné à l’entrepreneur et prifacteur d’iceluy » (cf. Annexe, texte 7)

21il endosse donc la responsabilité de maître-d’œuvre. On constate cependant que les dessins préparatoires, qui auraient logiquement dû être du ressort de ce dernier dans le contexte de cette reconstruction ex nihilo, semblent faits par le technicien-maçon. Après le retrait de Robert Danvin, alors qu’il ne reste plus que la réfection d’un avant-bec, la Ville décharge à nouveau Bertrand Castel de cette tâche, pourtant assez ponctuelle, et la fait exécuter en régie directe, sous les ordres de Nicolas Gaulthier.

22Au XVIIIe s., les travaux sur le pont sont entièrement sous le contrôle de l’administration royale : en 1697, un texte mentionne les plans et le devis effectués pour le pont de la Guillotière par le sieur Mathieu, « ingénieur et architecte des bâtiments du Roi ». Cette centralisation s’accentue après la création en 1713 du « Corps des Ponts et Chaussées » qui, sous la direction générale d’un premier ingénieur chargé de contrôler l’opportunité des travaux demandés par les intendants, délègue un ingénieur dans chaque généralité. C’est celui-ci qui est dorénavant officiellement chargé d’établir les appels d’offre et les différents dossiers techniques préliminaires à un chantier ainsi que les plans et dessins d’architecture, puis, à la fin des travaux, d’en assurer la réception. C’est dans l’exercice de cette fonction que l’ingénieur Jean-François Lallié effectue la visite annuelle du pont en 1762 (cf. Annexe, texte 11) que, en 1718, l’ingénieur Deville procède à un examen approfondi du pont en compagnie de Jacques Gabriel, alors premier ingénieur spécialement venu de Paris pour cette circonstance, et du voyer de la Ville de Lyon, seul représentant des autorités locales.

Les ouvriers

23Il y a peu de renseignements sur les ouvriers dans les prix-faits, leur recrutement étant, en règle générale, assuré par le prix-facteur. On ne peut donc étudier la composition du groupe et leur nombre qu’à travers les chantiers menés en régie directe.

  • 66 A plusieurs reprises le terme affaneur apparaît dans les rôles de travaux pour désigner les aides d (...)

24Au XIVe s., l’œuvre du pont est le terrain privilégié des chapuis (charpentiers) et des maçons qui, bien que les seconds, prennent peu à peu le pas sur les premiers, s’y répartissent des tâches préservées par la tradition : en plus de l’entretien du pont de bois, les premiers assurent le battage des pieux pour la fondation de toutes les piles, la construction des batardeaux et le cintrage des arcs ; les maçons se chargent du reste, en part croissante avec le développement du pont de pierre. A ces deux corps de métier principaux se joignent de nombreux artisans qui, sans travailler directement à la construction, en sont les collaborateurs très proches : les nautiers ou nauchiers, transporteurs par voie d’eau (le charroi par terre étant généralement confié à des manœuvres), les tioliers (tuiliers) qui fabriquent la chaux, les cordiers, les ouvriers métallurgistes, (particulièrement les forgerons qui fabriquent ou réparent les outils et les pièces pour les engins) les serruriers. Il faut y ajouter les ouvriers auxiliaires du bois que sont les serreurs (scieurs de long). Et enfin, cette profession qui n’en est pas une et qui effectue les travaux sans gloire dans toute leur diversité, les affaneurs66 : ils cassent la pierre pour en faire de la pierre menue ; ils aident aux chargements, aux déchargements, aux transports ; ils épuisent l’eau, etc.

25Au XIVe s., les équipes d’ouvriers qui animent chacun de ces chantiers semblent petites ; en effet, il ne faut pas compter plus de deux ou trois ouvriers (l’un étant le plus souvent un aide), pendant deux à trois jours pour la plupart des travaux de charpenterie ou de maçonnerie. Les opérations de plus grande envergure comme la réparation de 1382 et l’approvisionnement de béton sur le chantier en 1397 ne rassemblent guère plus de monde : cinq maçons (un maître et quatre ouvriers ?), douze manœuvres, un faure (forgeron) et un chapuis (charpentier chargé de la plante des pieux) pendant quatre jours dans le premier cas ; dans le deuxième exemple, trois ou quatre ouvriers maçons (sous les ordres d’un maître), un ou deux manœuvres pour la confection de béton, et sept ou huit manœuvres pour son transport, pendant huit ou neuf semaines de cinq ou six jours de travail (fig. 51).

51- Girard de Roussillon

51- Girard de Roussillon

Manuscrit de Vienne

Codex 2549, vers 145, planche XXIX (f. 164)

26Le recrutement et le nombre des équipes travaillant sur le pont de bois au XVIe s. ne sont guère différents, apparemment : certes, des équipes de cinquante ou soixante personnes sont employées au XVIe s. sur le pont de pierre. Mais sur le pont de bois en 1514, les opérations de racoustrage ne nécessitent que des équipes de trois ou quatre ouvriers, le maître charpentier et ses « serviteurs", éventuellement aidés de quelques manœuvres (entre trois et six). En 1579, les équipes de terrassements semblent un peu plus nombreuses que la moyenne des équipes de 1514, d’après le montant des sommes allouées chaque semaine à leur salaire (cf. Annexe, texte 7, f° 18 r° v°).

27Ces équipes sont, de toute façon extrêmement mobiles, particulièrement celles des affaneurs (ou manœuvres) : au XIVe s., alors que les ouvriers qui travaillent au côté du maître-artisan sont relativement stables ; les affaneurs sont embauchés et débauchés au jour le jour ; certains ne travaillent que deux jours en une semaine, d’autres cinq, selon les besoins immédiats du chantier. Le texte de 1579 fait découvrir un personnel plus instable encore ; les pauvres de l’Aumône qui, en cas de travail intensif (pompage), sont embauchés comme « personnel intérimaire » (cf. Annexe, texte 7, f° 17 v°).

28Quant aux salaires, ils reflètent une hiérarchie très simpliste des équipes : au XIVe s., d’un côté, maîtres-artisans et ouvriers qualifiés, sans discrimination de statut ni de profession, touchent 3 gros par jour ; de l’autre, les manœuvres, 2 gros par jour. Cette proportion se retrouve au XVIe s.

Les matériaux utilisés

Le bois

L’approvisionnement

29Le bois constitue le matériau essentiel pour le pont, qu’il s’agisse du pont de bois antérieur à 1558, dont il compose l’ossature dans sa quasi-totalité, ou du pont de pierre, pour la construction et la fondation duquel il est un appoint indispensable. L’approvisionnement de bois pour le pont se fait couramment de deux façons.

30Le recours aux négociants semble prédominer aux XIVe et XVIe s. Dans la documentation consultée pour le XIVe s., il s’agit d’un fournisseur lyonnais, Estevent Pinjon, charpentier, qui négocie plateaux et grandes pièces (3 à 4 gros la pièce). Au XVIe s., entre 1514 et 1520, tout le bois est acheté auprès de marchands dauphinois qui livrent à Lyon du bois déjà débité et transporté par leur entremise : en 1507, ainsi qu’il le fait à chaque arrivage de matériau, le maître-d’œuvre, Cochin, se déplace jusqu’au pont pour mesurer les plateaux (A.M.L. BB 27, 25 avril 1507). Les livraisons sont nombreuses (37 pour l’année 1520, dont 15 au mois de mars, 10 en mai), ce qui n’empêche pas qu’elles soient modestes : en moyenne un ou deux sommiers à la fois, quelques dizaines de travons, 5 à 20 pieds linéaires de largeurs de plateaux. Les quittances rassemblées dans les liasses comptables ont permis de cartographier l’origine de la plupart des bois employés pour les chantiers du pont de la Guillotière à cette période (fig. 52). On peut ainsi constater que, en règle générale, le bois provenait de la région dauphinoise toute proche de Lyon.

52- Provenance des bois du pont de la Guillotière au XVIe siècle

52- Provenance des bois du pont de la Guillotière au XVIe siècle
  • 67 A.M.L. BB 27, f° 188, 28 février 1508 : Pour ce qu’on été averti que en la forêt d’Arthas a grande (...)

31Cependant à certaines périodes, la majorité des achats se fait sur le lieu de production et le recours aux négociants apparaît plutôt comme un appoint : c’est le cas entre 1506 et 1512. Les actes consulaires font alors à plusieurs reprises allusion à des achats en gros de bois sur pied : un conseiller est envoyé sur le lieu de la coupe pour prospecter et négocier directement la quantité de bois prévue pour les travaux du pont, sur une échéance d’une année environ67.

  • 68 A.M.L. BB 27, f° 249, 1507 : Mandement de 35 livres 12 sols payés par le receveur à 2 hommes pour (...)
  • 69 A.M.L. CC 615, 11 octobre 1512 : les serreurs ont vaqué à faire plateaux et travons du bois acheté (...)

32Il semble que, pour des raisons pratiques évidentes, l’essentiel du bois arrive à Lyon déjà ébauché68, puisque cette opération doit se faire tout de suite après la coupe ; toutefois, une partie des sommiers ou des travons est destinée a être façonnée à Lyon même, selon les nécessités immédiates du travail69. Les scieurs de long, spécialement habilités à cette tâche, sont rarement mentionnés sur les chantiers lyonnais du XVIe s. ; le travail de débitage est assuré en temps habituel par les charpentiers.

33Le bois arrivé du Dauphiné est rarement utilisé immédiatement : le plus souvent il transite par l’une des granges de la Ville, où il est entreposé. Pour l’exploitation des données dendrochronologiques, il est particulièrement important de connaître le délai d’utilisation entre la coupe d’un arbre et sa mise en œuvre. En fait, étant donné la fréquence des arrivages, il semble que la rotation soit assez rapide et que ce délai excède rarement quelques mois : par exemple, lors des réparations de 1517, l’achat du bois se fait en juin, juillet et août ; le chantier en août-septembre (A.M.L. CC 645).

34L’observation archéologique et l’analyse dendrochronologique ont montré l’importance prise par le bois de remploi. Les textes stipulent expressément cette pratique : ainsi, au XIVe s., après la démolition de la « porte du pont du Ron » que Jacques de Beaujeu reconstruit, le bois est récupéré et entreposé dans la grange « desot SaintNicolas » (A.M.L. CC 385, f° 85) ; la réutilisation pour le chantier peut en être immédiate :

« ...à G le Β., 1 gros, pour porter des plateaux du portail vieil du Pont du Rhône de Saint-Nicolas jusque sur ledit pont... » (A.M.L. CC 385, f° 84).

35Au XVIe s., les prix-faits de 1558 et 1559 recommandent explicitement la réutilisation de « vieux bois qui est en la grange de la ville » (cf. Annexe, texte 3 f° 117 v°). Le bois de récupération, encore utilisable pour les « arches » dit un texte de 1512 (A.M.L. CC 607), est lui aussi entreposé dans les granges de la ville.

36En revanche, très peu de renseignements sont fournis sur le bois employé lors du chantier de 1718-1721. On sait qu’il en a été acheté sur pied. Compris dans l’exécution du prix-fait, cet approvisionnement devait être sous-traité et n’apparaît pas dans les contrats passés avec l’administration.

Les calibres

37Au XVIe s., les pièces de bois apparaissent dans les textes sous des noms très variés : « plateaux, trabs, travons, sommiers, » termes qui, selon J. Rossiaud (Rossiaud 1972) correspondent vraisemblablement à des calibres de bois coupés selon les normes de la haute vallée du Rhône ou de celle de l’Ain. Cette terminologie, toutefois, ne paraît pas très précise :

  • La largeur des plateaux se situe, en moyenne, entre 0,30 et 0,40 m et semble le critère principal, bien que l’uniformité de largeur entre chacun des plateaux ne semble pas indispensable : à leur réception à Lyon, ils sont mesurés globalement pour la totalité de la livraison et, sur le chantier du pont, toutes les évaluations sont ensuite établies en « largeurs de plateaux". Leur épaisseur n’est jamais connue ; et leur longueur, rarement spécifiée, équivaut le plus souvent à la largeur totale du pont (ce qui est logique dans le cas d’un platelage destiné à la circulation), ou bien à 10 ou 10,5 pieds (3,40 à 3,55 m), ce qui équivaut approximativement à une demi-longueur. Les plateaux sont négociés 4,5 à 5 sous pour 1 pied « de large » entre 1507 et 1514, 5 à 5,5 sous pour 1 pied entre 1515 et 1520 (A.M.L. DD 305, pièce 20, 14 mai 1520).

    • 70 Le terme de carrure employé au XVIe comme au XVIIIe s. est ambigu ; seule la confrontation des pieu (...)

    les grosses pièces de bois appelées travons, trabs ou sommiers font généralement de 1 pied à 1 pied 3 doigts (0,34 à 0,42 m) de carrure (ou section)70 ; elles peuvent être utilisées telles, pour les chevalets ou les autres grandes pièces maîtresses du pont, ou bien débitées en pièces plus petites, plateaux ou travons, comme l’indique le tableau ci-après (Tableau 2) établi pour l’année 1514.

Tableau 2 - Tableau comparatif des pièces de bois utilisées en 1514 pour l’entretien du pont : dimensions et terminologie

Tableau 2 - Tableau comparatif des pièces de bois utilisées en 1514 pour l’entretien du pont : dimensions et terminologie

38Le terme travons semble réservé aux plus petits de ces madriers (11 à 15 pieds de long, c’est-à-dire 3,74 à 5,10 m) ; en revanche, trabs et sommiers, qui semblent désigner un même type de pièces, sont de dimensions beaucoup plus importantes. Ils présentent donc une très nette différence de prix par rapport aux travons ; mais réservés aux pièces maîtresses du pont, ils ne représentent numériquement qu’une faible partie des livraisons : 20 % en 1514 (année où les arches, demandant des bois moins longs, avaient constitué une part importante du chantier), 30 % en 1520 où les réparations effectuées sur les structures importantes du pont avaient pourtant requis plus de pièces de grande portée.

39Le seul texte du XVIe s. qui, dans la documentation consultée, donne les dimensions de pièces de bois lors de leur utilisation indique des pieux « gros et longs, de carrure d’un pied et demi chacun », soit 0,50 m environ, ceux-ci sont donc sensiblement plus larges que les travons destinés aux pieux livrés entre 1512 et 1520.

  • 71 Les sections des pieux données ici semblent analogues aux diamètres donnés dans un texte de 1624 : (...)

40Au XVIIIe s., les dimensions de bois sont plus détaillées (Tableau 3). En 1718-1721, les pieux des crèches, ferrés et en chêne, font 6 à 7,5 m de long, ceux des fondations de pile 5 m ; quant aux palplanches, longues de 5 à 6 m pour les crèches, de 4 m pour les piles, elles ont une largeur de 0,32 m environ et une épaisseur de 8 à 11 cm. Par rapport à 1514, les bois de fondation sont donc en général un peu plus longs (80 % étaient alors inférieurs à 5,10 m ; 50 % ici), mais de largeur équivalente71. Il est cependant très difficile de comparer les approvisionnements du XVIe s. et ceux du XVIIIe s., les différents bois ne s’appliquant pas aux mêmes structures.

Tableau 3 - Fournitures prévues pour la campagne de travaux de 1718 (bois et autre fournitures)

Tableau 3 - Fournitures prévues pour la campagne de travaux de 1718 (bois et autre fournitures)

1 Pierre de choin

La pierre

41En général, c’est la pierre de chouin qui est imposée pour les parements à partir du XVIe s. pour sa résistance et sa facilité à être taillée : elle est imposée par les prix-faits de 1558 et 1559 pour les parties apparentes du pont. Mais les Monts d’Or, proches de Lyon, continuent à tenir une place importante dans l’approvisionnement, particulièrement dans la pierre de moindre qualité et non calibrée dite « pierre menue » ou « roupte » servant aux blocages.

42Au XIVe s., qu’il s’agisse de pierre de taille ou de pierre « menue », la totalité de la pierre utilisée à cette époque pour le pont provient des Mont-d’Or (surtout de Curis et de Couzon). Les comptes consulaires témoignent à plusieurs reprises (13951397) des visites faites sur place par les notables chargés de l’achat de matériaux :

« aler visiter les perrières à Curis et savoir le compte des quartiers de pierre, tant d’iceulx qui sont taillés comme à tailler, et aussi le compte de la menue pierre, quantes sapines il en y peut avoir » (A.M.L. CC 384, f° 382).

43Le transport se fait par bateau et se chiffre 9 à 12 francs pour une navée entre les Monts d’Or et le pont, en 1391.

44En 1579, un perreyeur de Saint-Cyr, dans les Monts d’Or, livre des pierres de taille pour la réfection des arcs, seize dix-sept et dix-huit. Au XVIIIe s., les pierres de grand appareil qui constituent les parements extérieurs du pont viennent du Dauphiné ou de Villebois, ainsi que l’indique le tableau récapitulatif bâti sur plusieurs documents provenant des archives du Rhône (Tableau 4) ; mais les Monts d’Or restent l’origine principale des moellons.

Tableau 4 - Description et évolution, d’après les textes, des matériaux utilisés pour le pont du Rhône de 1718 à 1781

Tableau 4 - Description et évolution, d’après les textes, des matériaux utilisés pour le pont du Rhône de 1718 à 1781

45Les seules indications de calibres des pierres de taille utilisées sont du XVIIIe s., dans les documents établis par l’ingénieur Gabriel. Les pierres de parement ont les dimensions suivantes : 1,20 m x 0,90 m x 0,32 m (Tableau 3).Comme pour le bois, on ne dédaigne pas de remployer du matériau ancien :

« ...à J.M., 13 sous... pour la pierre des murailles d’une maison, laquelle ledit Johan avait au bourg de l’île Barbe, laquelle pierre Maître Jacques de Beaujeu acheta pour la Ville pour emploier en portel, lequel il fait de novel... » (A.M.L. CC 384, f° 130).

46Au XVIe s., le contrat de 1558, comme celui de 1559, préconise que

« les priffacteurs auront et prendront la pierre menue qui se trouvera des murailles des vieux fossés de la Lanterne, lesquels ils feront abattre et démolir. » (cf. Annexe, texte 3).

Autres fournitures

47La quantité des fournitures métalliques nécessaire au chantier est importante : tous les pieux sont théoriquement ferrés ; les documents du XVIIIe s. indiquent les pièces métalliques qui solidarisaient les éléments de bois entre eux (frettes*, tirants, crampons*). Les renseignements, toutefois, sont peu nombreux dans les textes. Au XIVe s., les crosses pèsent 100 à 200 g par pièce, ce qui est peu. Elles sont façonnées spécialement pour le chantier par un artisan, et paraissent d’un prix assez modique pour du matériau spécialement ouvré : 1 à 2 gros par kg de fer. Le relevé de dépenses de 1579 donne le poids de « 75 pointes de fers pesans 93 livres » soit 6,20 livres (3 kg environ) pour chaque pieu, fabriquées et fournies par un maître-forgeron. Au XVIIIe s. les fers de pieux semblent beaucoup plus lourds : 5 kg pour une palplanche, 10 kg au moins pour un pieu ou un pilotis (Tableau 3).

48La chaux, quant à elle, est acquise d’un tioulier (tuilier), elle revient à 6 ou 7 francs le setier (le chantier du portail du Pont du Rhône nécessite 150 setiers en 1391). En 1397, la ville l’acquiert directement à Vaise (sur le lieu de production ?) et se charge du transport.

49La corde, en général livrée sous forme de tortessière, fenelle ou filoche, est indispensable pour le fonctionnement des engins de levage sur le chantier, ainsi que pour beaucoup d’autres opérations, telles que, en 1397, l’ancrage de la barge de travail à partir des rives où étaient entreposés les matériaux ou le halage des naveys. Elle est donc utilisée en grande quantité (110 toises soit 275 m environ de. fenelle pesant 85 livres en 1397), et sous une grande diversité que les textes, peu explicites, ne permettent pas de définir.

Outils, engins, procédés techniques

Les outils

50Fournis par la Ville pour les chantiers à prix-faits, les outils n’apparaissent souvent au XIVe s. que par une mention laconique dans laquelle leur fonction n’est pas toujours clairement définie. Il s’agit en général d’outils restés très usuels, et ils ont été cités ci-dessous en liste, avec l’usage que leur prête le texte :

  • les marteaux (martex) sont en assez grand nombre, forgés spécialement pour chaque chantier (18 en 1392 ; 37 en 1397) ; leur poids n’étant pas mentionné, il est impossible de savoir s’il s’agit de maillets ou réellement de marteaux ; dans certains cas, ils sont acérés.

  • les pelles (pales), en fer ; mentionnées comme servant à « porter la pierre menue ».

  • les pioches, dites aussi agives (A.M.L. CC 385, f° 694). Les manches d’outil sont généralement en frêne ou en chêne.

51Le transport des matériaux apparaît plus souvent dans les documents. Au XIVe s., on a recours à des récipients de bois servant au transport à bras de matériau tel que le béton ou le gravier : les « banches à béton » en sapin (A.M.L. CC 384, f° 486), les « bennots » (A.M.L. CC 385, f° 341) et les « bennes pour amener le gravier » (A.M.L. CC 385, f° 693). Il faut y compter aussi le vaisseau de transport à fond plat, le navey de chêne renforcé de sapin qui tient une grande importance dans le déroulement de l’ouvrage en 1397.

52Au XVIe s. ce sont surtout ces récipients destinés au transport, à dos d’homme, des matériaux, qui apparaissent sous le nom de bennots ou bennes, pour le gravier (A.M.L. CC 607, 26 avril 1512). Au XVIIIe s. le transport des matériaux est assuré par douze grands bateaux, quatre chariots, cent brouettes, et des bennots, étant précisé que l’usage du pays lyonnais est de transporter les charges à dos d’homme, ce qui attire la désapprobation de l’ingénieur Gabriel.

Les engins de levage, de battage et de pompage

53Les instruments de levage et de battage, généralement désignés sous le terme vague de « engins », apparaissent abondamment dans les textes des XIVe et XVe s., où ils sont représentés comme un rouage essentiel du chantier. Toutefois, les mentions ne permettent pas toujours de les différencier entre eux, ni de comprendre le niveau technologique qu’ils atteignent.

54Les instruments de levage sont les plus faciles à identifier. Au XIVe s. est cité, dans les comptes consulaires, un engin

« a (avec) que l’on charge le béton sur le navey » et auquel il faut « appareiller 2 cercles de fer pour poser au tour » (A.M.L. CC 384, f° 488)

55qui semble s’apparenter à une chèvre*. Au XVIe, les chèvres sont plus précisément décrites : elles semblent couramment équipées de nombreux accessoires métalliques, parmi lesquels figurent en priorité poulies et systèmes à roue (A.M.L. CC 645, juin 1517) :

« ...pour 6 grenoilles*, 3 pollies, 2 autres grenoilles, 2 torillons, 3 sercles, 1 lyen et 4 chevilles... » (A.M.L. CC 607, 22 mars 1512) ; « ...2 bandes de fer pour lyer le tour de la chèvre, et 12 douzaines de coins de fer pour bouter en la dite chèvre... ».

56Au XVIe s., pour le transport des matériaux, les documents signalent, en plus du transport à dos d’homme, un engin « à crochet » pour « lever et poser les cadettes » ; s’agit-il d’une chèvre munie d’une poulie ? (A.M.L. CC 645, 25 juillet 1517). En 1514, il est possible que, lors du remplissage des arches, on ait utilisé un système de godets perpétuels : « rhabiller le chapelet* de la chèvre » (A.M.L. CC 623,31 juillet 1514).

57Au XVIIIe s., quatre « gruaus à treuil » (fig. 53) servent au transport de gros matériaux. Quant aux chèvres, elles sont utilisées pour déplacer les pièces de bois, et aussi pour arracher les pieux de. batardeaux lors de leur destruction.

58Les instruments de battage de cette fin du XIVe et début du XVe s. à Lyon apparaissent davantage dans les comptes relatifs à la construction des digues entre 1400 et 1410 que dans ceux concernant véritablement le pont. J. Mesqui (Mesqui 1986) a mis en évidence les systèmes habituellement utilisés à la fin du Moyen Age et au début de l’époque moderne : ce sont principalement la hie (ou petit engin), poutre dotée à l’une de ses extrémités d’une masse pesante et pivotant autour d’un axe horizontal maintenu dans une fourchette, et les sonnettes, bâtis de bois munis à leur sommet d’une poulie qui permet le lâcher vertical d’un mouton sur la tête des pieux. Les variantes entre les sonnettes « à bras » et les sonnettes « à roue » apparaissent dans la façon de remonter le mouton en haut du dispositif, soit par la traction de plusieurs hommes grâce à une corde à terminaisons multiples (à bras), soit par l’intermédiaire d’une roue qui permet un levage beaucoup plus efficace.

  • 72 Il est actionné par une équipe de manœuvres tirant à la roue pour planter les paux.

59Au XIVe s., les chantiers du pont de la Guillotière font apparaître plusieurs engins fonctionnant simultanément ; parmi eux figurent particulièrement : un mouton dit « grand et gros » sans autre précision de poids et un « engin à la roue »72 servant à planter les pieux qui semble d’un type très analogue à la « sonnette à roue » décrite ci-dessus. Des précisions techniques sont données, parfois très claires

« une ruelle nove de noyer pour l’engin » (A.M.L. CC 385, f° 187) « une livre de crosses et 17 clous millier pour claveller l’engin et la roue » (A.M.L. CC 385, f° 197) ;

60d’autres détails font référence à des éléments de la sonnette qui nous sont moins connus :

« ...on met une platine de fer neuve sous le mouton... » (A.M.L. CC 385, f° 196) ; « on appareille le cercle de fer du mouton et les deux oreilles » (A.M.L. CC 385, f° 190).

61La sonnette pouvait fonctionner sur un bateau (aménagement logique et indispensable pour la construction d’un pont) :

« ...ce son cil qui ont débasté l’engin qui estoit sur la sapine... et mis ladite sapine à poinct, et mis l’engin et le mouton en terre ferme afin que ne fut perdu » (A.M.L. CC 385, f° 181). (fig. 50)

62Au XVIe s., les engins de battage paraissent peu différents dans leur principe : pour le battage des pieux, on cite simplement la chèvre, qui sert de support (A.M.L. CC 573, décembre 1506) et, évidemment, le mouton masse qui enfonce les pieux : « ...faire accostrer le mouton de la ville qui sert pour planter les paulx aux arches et plessières, de 160,5 livres de fer... » (soit 80 kg environ) (A.M.L. CC 629, 3 novembre 1516). Cet engin est éventuellement en place sur un bateau (décembre 1517).

63Au XVIIIe s. ils sont beaucoup plus perceptibles grâce aux illustrations de l’Encyclopédie de d’Alembert et Diderot (fig. 53) (cf. Annexe, texte 10) qui évoquent leur silhouette et leur fonctionnement généraux. Ils témoignent d’un très net perfectionnement technique. Sur le pont de la Guillotière, pour le battage des pieux, quatre sonnettes sont en batterie et deux en réserve ; montées sur de grands bateaux (sapines*) pontés le plus haut possible (tillacs *), elles font 6,40 m à 7,04 m de hauteur. Contrairement aux sonnettes habituellement utilisées sur les chantiers lyonnais qui, aux dires de Gabriel « sont mal construites et battent mal les pieux », elles sont relativement perfectionnées : nanties d’un treuil ou « tourniquet », elles sont vraisemblablement équipées d’un système à double poulie (ou « déclic") pour battre les pieux avec plus d’efficacité, à quoi s’ajoute l’amélioration d’une troisième poulie munie d’un « hallepot » (cf. Annexe, texte 10, f° 18 v°). Les moutons « d’orme ou de buisson » pèsent 600 livres, ce qui est énorme par rapport à celui utilisé en 1516, cité plus haut.

53- Engins de levage

53- Engins de levage

Extrait de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert. Pl XLVII, dans le recueil de planches ; L’Art de Charpenterie

64L’épuisement de l’eau constitue la difficulté majeure dans tous les travaux entrepris sur un pont. Un « engin qu’on appelle trompe fait exprès pour égoutter les eaux » est mis au point spécialement pour le chantier de fondation des piles seize et dix-sept en 1579, sans que les détails de son fonctionnement soient connus. Au XVIIIe s., l’opération est assurée, pour l’essentiel, par deux « moulins à cheval » : il s’agit de grands chapelets montés sur une roue mue par traction animale qui nécessite sur place la présence de trente-deux chevaux répartis en quatre relais (Mesqui 1986). Le dispositif est suffisamment élaboré pour qu’on le fasse éventuellement passer « tout équipé » d’un chantier à l’autre : les moulins utilisés à Lyon viennent de Blois. Le pompage est complété par des systèmes d’appoint : 8 chapelets « à bras d’hommes », 6 pompes et des récipients figurent dans l’inventaire du chantier. Pour « l’agotage » (l’épuisement) de l’eau, cité de loin en loin, aucune précision, en revanche, n’est donnée sur les systèmes employés entre 1390 et 1410.

Fondations de piles et batardeaux

65La méthode employée pour la fondation des piles apparaît très différente selon les époques, bien que les textes consacrés à cet aspect très technique ne soient pas très nombreux. Dans la documentation consultée pour le secteur est du pont de la Guillotière, deux textes seulement peuvent être utilisés : il s’agit du prix-fait de Robert Danvin en 1579 (cf. Annexe, texte 6) et du dossier d’exécution établi par J. Gabriel en 1718, (cf. Annexe, textes 9 et 10) auxquels on peut ajouter, pour information, un alinéa de compte consulaire daté de 1506 qui donne quelques indications très précises sur le type de fondation pratiqué en ce début du XVIe s. sous les piles sept et huit60.

66La qualité des pieux et les méthodes de mise en œuvre ont peu évolué à travers les siècles, on a pu les observer en détail pour le XVIIIe s. En revanche, c’est la nature de la fondation, qui se place immédiatement au-dessus de la tête des pieux, qui fait la différence entre les méthodes de construction : en 1506, il est recommandé de « jeter du gravier et de la chaux vive » entre les pieux, puis de faire une plate-forme de bois sur laquelle est montée la pile ; en 1579, au contraire, il n’y a pas de plancher : l’entrepreneur coule entre les têtes de pieux un béton de « pierres à mortier, de chaux et de sable », puis monte la pile directement au-dessus. Au XVIIIe s., comme on l’a vu, c’est encore plus élaboré.

67La dernière remarque sur les techniques employées sur le pont concerne le batardeau, enceinte fermée établie autour d’une pile en construction, de façon à maintenir le chantier hors d’eau : certes il s’agit d’un élément auxiliaire et temporaire du chantier, démonté immédiatement après, qui ne laisse théoriquement pas de traces archéologiques. En fait, il constitue une étape technique cruciale dans l’élaboration du pont : sa mise en place reste lourde et complexe et justifie une description minutieuse dans les dossiers d’exécution de travaux ; de plus, le texte du XVIIIe s. (cf. Annexe, texte 9) établit que les batardeaux peuvent être conservés autour de la pile en tant que crèches.

68La technique du batardeau est déjà pratiquée pour le pont de la Guillotière au début du XVe s. Elle est décrite de façon assez précise dans les comptes consulaires en 1413, lors de la réparation de l’arc « joste la Trappe ». Le batardeau est alors constitué d’une double enceinte de palplanches comblée de « terre grasse » : on va « quérir des paux de chêne et de la terre pour fere estanche à la pile » ; on plante les pieux « à l’engin » ; on rend (l’enceinte) étanche en y mettant « bois mossa et terre grasse de Colonges », puis on agoute (épuise) l’eau, afin que l’espace intérieur du batardeau reste hors d’eau le temps du chantier (A.M.L. CC 391, f° 381 et suivants).

69Les descriptions qui sont données des batardeaux installés entre 1718 et 1721 autour des piles dix, douze et quinze (cf. Annexe, texte 9, f° 4 à 6 et f° 14, et texte 10, f° 7 à 9), donnent des détails sur leur construction ; ils témoignent d’une grande maîtrise du procédé ; mais le principe est resté, pour l’essentiel, assez semblable à celui du XIVe s.

  • 73 Pour qu’elles soient plantées parfaitement à leur place et très verticales, on a recours à un guide (...)

70La construction de ces batardeaux du XVIIIe s. est assez conforme aux descriptions qu’en donnent l’Encyclopédie et les grands théoriciens de l’époque ; elle répond à deux objectifs prioritaires une très grande étanchéité et un démontage à courte échéance. Le batardeau de la pile dix, qui sert de référence de construction aux deux autres, est constitué d’une double enceinte large de 4 m, faite de pieux de chêne longs (6,72 m à 8 m), de 35 cm de diamètre environ, ferrés de sabots à quatre branches, espacés de 15 cm environ (13 pour la file intérieure, 17 pour la file extérieure) et enfoncés de 2 m dans le sol afin de pouvoir être arrachés sans grande difficultés (cf. Annexe, texte 10 f° 7 r°) ; ce dispositif doit dépasser de 2 m environ le niveau des plus basses eaux, en prévision des crues. Les palplanches qui joignent ces pieux les uns aux autres, épaisses de 10 cm et longues de 6 à 7 m sont elles aussi ferrées et « frettées » à leur sommet (cerclées de fer pour qu’elles n’éclatent pas ?)73 (cf. Annexe, texte 9 f° 5 r°). Après qu’elle ait été vidée à 4 m de profondeur au moins par rapport au terrain naturel, l’enceinte est remplie, comme au XIVe s., de

« terre grasse de bastion Saint-Clair et même de la meilleure glaise, comme terre à potier pour étancher les renards » (cf. Annexe, texte 10, f° 8 v°).

71Le but est ensuite d’épuiser l’eau du batardeau et de « l’entretenir étanche » pendant tout le temps de travail. Le batardeau de la pile dix présente la caractéristique d’être particulièrement grand : il mesure 37 m sur 42 environ ; en fait, un ou plusieurs contre-batardeaux peuvent être construits pour contenir de nombreux engins, dans le cas d’épuisement difficile de l’eau ou de travail en grande profondeur (cf. Annexe, texte 10 f° 8 r°) (Mesqui 1986). Les autres batardeaux établis pour des travaux plus réduits sur les autres piles sont beaucoup moins développés.

72L’analyse des archives relatives aux chantiers du pont de la Guillotière a apporté des compléments précieux à l’enquête archéologique et a orienté l’interprétation des vestiges découverts. C’est aussi l’occasion de faire des comparaisons, parfois surprenantes, entre les structures réelles et la description qui en est faite dans les textes (Tableau 5). Grâce à la précision des textes, la nature et les calibres des principaux matériaux sont connus, de même que certaines techniques spécifiques de la construction des ponts, particulièrement les fondations, qui ont laissé des vestiges dans le sous-sol. Les indications, telles que celles réunies sur les prix-faits, permettent d’évaluer les variations qui peuvent exister entre la teneur des textes et la réalisation de l’ouvrage, qu’il s’agisse de délais ou de techniques employées. Les observations sur l’outillage permettent d’évaluer plus justement les moyens et les procédés techniques mis en œuvre à chaque époque.

Tableau 5 - Calibres des bois utilisés pour le pont de la Guillotière entre 1718 et 1721

Tableau 5 - Calibres des bois utilisés pour le pont de la Guillotière entre 1718 et 1721

Comparaison entre les indications des textes et les observations archéologiques

Notes

61 On trouve aussi l’expression travaux au rabais.

62 A.M.L. 1C 159, 1701 : ...le sieur Mathieu nous a fait remarquer avoir été fait une créche autour d’un avant-bec contenant 12 toises de pourtour au lieu de 8 portées audit bail....

63 A.M.L. BB 81, 24 septembre 1560. Avec plusieurs conseillers, le voyeur de la ville (Jacques Gimbre) va veoir et visiter le Pont du Rosne, pour raison du vieux arc et de la pile que (le prifacteur) dit être creuse.

64 D’après J. Mesqui : il serait le premier à porter ce titre.

65 A.M.L. CC 1096 : A Olivier Roland, 100 livres tournois pour ses peynes et vaccations d’avoir vacqué, il y a deux ans de ça, tant à faire les desceings et portraits du pont de bois du Rhosne fait à neuf de pierre que à vacquer à la conduyte de l’oueuvre et prendre garde aux étoffes et matières qui y ont été employées.

66 A plusieurs reprises le terme affaneur apparaît dans les rôles de travaux pour désigner les aides de certains maîtres artisans (ex. charpentier). Le terme affaneur est habituellement réservé à de petits travailleurs agricoles. Au XIVe s., le terme apparaît épisodiquement et peut encore suggérer un travail d’appoint. Au XVIe s., en revanche, son emploi est devenu si systématique qu’il pourrait désigner aussi les auxiliaires de chantier.

67 A.M.L. BB 27, f° 188, 28 février 1508 : Pour ce qu’on été averti que en la forêt d’Arthas a grande quantité de boys de chêne qu’on vend et duquel la Ville pourrait avoir à faire pour le pont de boys du Rhône, Messieurs ont donné charge au trésorier s’informer et faire le marché des dites pièces de chêne qu’il verra être nécessaires pour ladite ville et pont et icelle acheter, paier et faire venir jusque s en ceste ville....

68 A.M.L. BB 27, f° 249, 1507 : Mandement de 35 livres 12 sols payés par le receveur à 2 hommes pour prifait de l’escarrage du bois acheté en la forêt de la Blache à la façon de 74 douzaines de plateaux.

69 A.M.L. CC 615, 11 octobre 1512 : les serreurs ont vaqué à faire plateaux et travons du bois acheté à La Blache”. A.M.L. CC 623, 8 et 15 mai 1514 : les serreurs ont serré les chesnes

70 Le terme de carrure employé au XVIe comme au XVIIIe s. est ambigu ; seule la confrontation des pieux trouvés en fouille et des textes qui les décrivent permet de supposer que le “quarissage, la “couronne” ou la carrure” désignaient alors une section ou un diamètre, et non pas une circonférence.

71 Les sections des pieux données ici semblent analogues aux diamètres donnés dans un texte de 1624 : 10 à 12 pouces (soit 0,27 à 0,32 m).

72 Il est actionné par une équipe de manœuvres tirant à la roue pour planter les paux.

73 Pour qu’elles soient plantées parfaitement à leur place et très verticales, on a recours à un guide constitué de deux pièces de bois horizontales de part et d’autre des pieux.

Table des illustrations

Titre 50- Battage de pieux sur l’Arno à la « sonnette à bras »
Légende Vue de Florence, vers 1480
Crédits Musée Historique de Florence
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1639/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 904k
Titre 51- Girard de Roussillon
Légende Manuscrit de Vienne
Crédits Codex 2549, vers 145, planche XXIX (f. 164)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1639/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre 52- Provenance des bois du pont de la Guillotière au XVIe siècle
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1639/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Tableau 2 - Tableau comparatif des pièces de bois utilisées en 1514 pour l’entretien du pont : dimensions et terminologie
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1639/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Tableau 3 - Fournitures prévues pour la campagne de travaux de 1718 (bois et autre fournitures)
Légende 1 Pierre de choin
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1639/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 732k
Titre Tableau 4 - Description et évolution, d’après les textes, des matériaux utilisés pour le pont du Rhône de 1718 à 1781
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1639/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Titre 53- Engins de levage
Légende Extrait de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert. Pl XLVII, dans le recueil de planches ; L’Art de Charpenterie
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1639/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre Tableau 5 - Calibres des bois utilisés pour le pont de la Guillotière entre 1718 et 1721
Légende Comparaison entre les indications des textes et les observations archéologiques
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1639/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 167k

© Alpara, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access