Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le pont de la Guillotière

 | 
Joëlle Burnouf
, 
Jean-Olivier Guilhot
, 
Marie-Odile Mandy
, 
et al.

Chapitre 2. La redécouverte d’un pont enfoui

Texte intégral

Les fouilles archéologiques

1(dépliant couleur)

2Ce chapitre, qui paraîtra à bien des lecteurs d’une certaine aridité, a été voulu par les auteurs dans la forme lui est donnée ici. Les archéologues ont en effet beaucoup tenu à fournir les preuves de leurs propos, aussi techniques soient-elles, car elles sont le fondement du raisonnement archéologique à partir duquel s’élabore le discours historique. La présentation a été guidée par le souci de séparer clairement les observations des interprétations, d’où la présentation des documents d’enregistrement des données de terrain, accompagnés des commentaires les plus objectifs possibles. Ce chapitre doit donc être considéré comme l’édition des « documents d’archives du sol » relatifs au pont de la Guillotière, rendue indispensable en raison de sa disparition.

3La fouille archéologique d’un pont est une occasion si rarement offerte aux archéologues qu’elle n’avait jamais donné lieu à la formalisation d’une méthode de fouille et d’enregistrement. En outre, dans le cas de cette opération, les contraintes du chantier de génie civil étaient lourdes : à cause de celles-ci, le travail a du être mené différemment selon les piles, allant de la simple observation à la fouille exhaustive (fig. 18).

18- Le chantier archéologique en 1985

18- Le chantier archéologique en 1985

4Ces contraintes n’ont pas permis d’avoir des méthodes de travail préétablies. L’équipe chargée de la fouille archéologique a dû les élaborer, au fur et à mesure de l’avancement du travail, selon les principes de la fouille traditionnelle : relevés cotés en trois dimensions, relevés stratigraphiques, numérotation continue des éléments mis au jour, couverture photographique, observations consignées dans un cahier de fouille etc... La méthode utilisée a donc été, pour chaque pile, un répertoire systématique et chronologique doublé d’un recueil graphique aussi précis que possible où sont consignés les faits archéologiques proprement dits puis les informations dendrochronologiques.

5Toutes ces données ont été rassemblées ici sous la forme de fiches standardisées dont l’organisation correspond à la structure même d’une pile. A chaque fiche de pile correspond une documentation graphique (relevés de terrain, proposition d’interprétation, photographies) qui vient en appui des descriptions et explications fournies par la fiche.

6A la nécessité d’un archivage méthodique sur le chantier de fouille s’ajoute celle d’une restitution intelligible pour le lecteur. C’est à cette condition que les interprétations des faits pourront être appréciées, discutées, voire contestées...

La pile 11

Description archéologique (fig. 19)

7L’étude de cette pile n’a pu se faire dans les mêmes conditions que celle des autres. En effet, une partie de la pile a été démolie sans observation systématique et les deux fragments de pieux prélevés l’ont été sans repérage de leur localisation sous la pile (proviennent-ils de la pile onze ou douze, de la pile elle-même, de la crèche* ou du bec ?). Ces échantillons ne présentaient par ailleurs pas assez de cernes et étaient donc inutilisables pour une datation. Les autres observations n’ont été qu’indirectes, les renseignements provenaient des ingénieurs travaillant au tunnelier. Les pieux prélevés à l’ouest de la pile, dans le tunnel, ont fait l’objet d’un relevé, mais pour des raisons pratiques il a été impossible de raccorder précisément les échantillons.

  • Pile : provenant de la pile, un échantillon est daté entre 1559 et 1579.

  • Crèche : provenant de la crèche est, quatre échantillons sont datés de 1718 ; provenant de la crèche ouest, cinq échantillons sont datés de 1718, et un de 1720.

  • Entre la crèche ouest et la pile, sept échantillons sont datés de 1514.

  • Au-delà de la crèche ouest, en direction de la pile dix, un échantillon est daté vers 1065.

19- Pile11. Relevé des structures archéologique

19- Pile11. Relevé des structures archéologique

Interprétation (fig. 20)

8L’analyse de chaque échantillon (travail des bois, ferrure, datation dendrochronologique) permet de les regrouper et de déterminer ensuite quatre grandes phases d’abattage :

  • La phase du XIe s. est peut-être un vestige d’un pont primitif. Un seul échantillon doit cependant inciter à la prudence, car ce pieu pourrait aussi bien être celui sur lequel un pêcheur du XIe s. amarrait sa barque et non appartenir à la fondation d’un pont.

  • La phase du début du XVIe s. est constituée de pieux circulaires ferrés qui ne peuvent pas appartenir à une crèche, parce qu’ils ne présentent aucun tenon*. Ils sont peut-être la trace d’une pile antérieure au pont de pierre (1559-1560). La date tardive témoignerait d’une réfection du pont de bois du XIVe s.

  • La phase de la fin du XVIe s. correspond à d’importants travaux qui marquent une transformation profonde du pont : le pont de pierre se substitue au vieux pont de bois.

  • La phase du XVIIIe s. voit la construction de crèches destinées à protéger les piles des affouillements dus au courant. Ce phénomène de consolidation se rencontre sur plusieurs autres piles.

20 - Pile 11. Restitution graphique à partir des données archéologiques

20 - Pile 11. Restitution graphique à partir des données archéologiques

La pile 12

Description archéologique

  • Pile : la plate-forme* apparue à la fouille consiste en un plancher jointif de poutres de chêne avec des couvre-joints en sapin clair cloués. Les bois sont placés perpendiculairement à l’axe du fleuve ; ce plancher repose sur des pieux de chêne en majorité de section circulaire. Trois échantillons du plancher sont datés entre 1383 et 1387, un autre est daté vers 1501. Les pieux supportant le plancher appartiennent à un groupe cohérent, mais la courbe obtenue ne se synchronise pas avec la séquence globale et n’a donc pas pu être calée chronologiquement : les bois proviennent sans doute d’un biotope différent.

  • L’avant-bec : le plancher est fait de poutres jointives disposées en arêtes de poisson par rapport à l’axe médian du bec ; les poutres convergent en direction de la pile. Ce plancher repose sur un pilotis de chêne et de résineux. Un échantillon est daté de 1514.

  • L’arrière-bec* : sa structure est identique à celle de la pile qu’il prolonge, formant corps avec elle.

Interprétation

9Seuls les pieux provenant de la fondation de cette pile forment un ensemble cohérent, malheureusement non daté. La plate-forme livre une série de dates couvrant la fin du XIVe et le début du XVIe s.

10La structure et les dimensions de la pile correspondent cependant à la construction du pont de pierre (1559-1560). Il faut donc admettre que l’on est en présence d’une pile de cette époque qui réutilise dans sa plate-forme* des éléments des superstructures du pont de bois (par exemple : le platelage* du tablier*). Les différentes dates confirment le constant entretien (remplacement des pièces de bois défectueuses) que nécessitait le pont de bois, phénomène souligné par les textes.

La pile 13

Description archéologique (fig. 21 à 23)

11Pile : La fouille a montré sa structure hétérogène composée de trois ensembles distincts.

  1. à l’ouest, un plancher constitué de plateaux de chêne de 1,80 m de longueur présentant les traces d’un assemblage antérieur sous forme de trous d’encastrement de chevilles*. Ce plancher repose sur un pilotis* de chêne très dense : quatre échantillons du plancher sont datés de 1514 et quatorze échantillons de pieux de 1387.

  2. au centre, une plate-forme constituée de poutres en chêne de 6,70 m de longueur, orientées perpendiculairement à l’axe du fleuve. L’espace entre les poutres, environ 0,40 m, est comblé par du béton. Cette plate-forme repose sur de rares petits pieux de résineux. Trois poutres sont datées : deux de 1387 et une de 1384.

  3. à l’est, un espace de 1,80 m de large ne possède aucune plate-forme de charpente, ni pieux de fondation.

  • Avant-bec et arrière-bec : aucune observation n’a pu être réalisée.

  • Crèche et vannage* : L’espace entre la pile et le vannage, ainsi que l’espace entre le vannage et l’enceinte de la crèche, est comblé de béton sur une hauteur de 1 m environ. L’enceinte de la crèche est reliée à des pieux bordant la pile par des tirants* horizontaux en bois. Deux échantillons prélevés dans le vannage à l’ouest sont datés de 1645, trois échantillons prélevés dans l’enceinte de la crèche de 1721. Sous la crèche, à l’ouest, ont été mis au jour des blocs de béton, de pierres de taille et des poutres dont deux échantillons datés de 1514.

21- Pile 13. Relevé des structures archéologiques

21- Pile 13. Relevé des structures archéologiques

22- Pile 13. Plate-forme de poutres et les pieux sous cette plate-forme

22- Pile 13. Plate-forme de poutres et les pieux sous cette plate-forme

23- Pile 13. Plate-forme de poutres et béton avec plancher jointif - Pieux sous plate-forme

23- Pile 13. Plate-forme de poutres et béton avec plancher jointif - Pieux sous plate-forme

Les échantillons soulignés sont datés de 1387

Interprétation (fig. 24)

12Cette pile complexe permet de comprendre les différentes techniques et phases de construction du pont.

13A l’ouest de la pile du XVIe s., on constate la présence d’une pile du XIVe s. large d’environ deux mètres. Bien conservée, elle est composée d’un pilotis de chêne très dense. Cette pile supportait le pont de bois.

14En 1559-1560, la construction du pont de pierre s’accompagne de la destruction du pont de bois. Les blocs et poutres effondrés de part et d’autre de la pile du XIVe s. marquent bien cette phase de destruction des piles et chevalets*. Une quantité importante de bois peut ainsi être récupérée. Ce sont essentiellement les grandes poutres des chevalets et les plateaux du tablier. Les pieux, quand le terrain n’est pas purgé, sont laissés en place, ils ne sont d’ailleurs pas réutilisables.

15Ici, l’implantation de la pile treize en 15591560 englobe la pile du XIVe s. dans ses fondations. Le reste de la pile est fondée sur de petits pieux de sapin.

16La plate-forme est composite : elle réutilise, sur les vestiges du XIVe s., des plateaux datés de 1514 ; et dans le centre de la pile, sur les pieux de sapin, des poutres de la fin du XIVe s. A l’est, l’espace libre de toute fondation est de dimensions équivalentes à la pile du XIVe s.. On serait tenté d’y reconnaître le négatif d’une autre pile étroite. L’absence de fondation sous cette partie de la pile du XVIe s. serait peut-être due à un affouillement qui aurait emporté les vestiges du pont de bois. Il semble en effet illogique que l’on n’ait pas fondé la pile treize sur toute son assise. Le vannage installé au XVIIe s. visait en tout cas à remédier à ces affouillements.

17Toute cette phase de construction du pont de pierre est marquée par la réutilisation de pièces de bois remployées à un autre emplacement que celui pour lequel elles avaient été initialement prévues. L’interprétation des résultats dendrochronologiques doit donc s’effectuer à deux niveaux ; datation absolue des bois mais aussi chronologie relative des stuctures.

24- Pile 13. Restitution graphique d’après les données archéologiques

24- Pile 13. Restitution graphique d’après les données archéologiques

La pile 14

Description archéologique (fig. 25)

18Pile : la plate-forme est composée de poutres en chêne de 8 m de long. L’espace entre les poutres, large de 0,40 m environ est comblé avec du béton. Elle repose sur des petits pieux de résineux. A l’est et à l’ouest, elle est ancrée par des tirants en fer dont une extrémité est noyée dans le béton, et l’autre, cerclée, entoure la tête de forts pieux de chêne. Trois échantillons de cette plate-forme sont datés de 1383. A la limite est de la pile ont été observées une forte densité de pieux de chêne qu’un échantillon a daté de 1383 et des pierres à bossage en granit. A l’ouest, au-delà des pieux arrimant la pile et en avant du vannage, des pieux de chêne ont été mis au jour dont un échantillon daté entre 1331 et 1341.

  • Avant-bec et arrière-bec : seule l’amorce de ces structures a été observée. La plate-forme est constituée de petites poutres en chêne avec un tenon et un trou de cheville aux deux extrémités. Ces traces d’assemblage, qui ne jouent aucun rôle dans la structure présente, attestent le remploi de ces pièces de bois provenant d’un ouvrage antérieur. La présence de pieux de fondation n’a pas pu être observée. Seul un élément de l’avant-bec est daté de 1383.

  • Crèche et vannage : ils n’ont été observés qu’à l’ouest de la pile. Un échantillon de la ceinture* de la crèche est daté de 1718. L’espace entre la crèche et le vannage est rempli de blocs de béton sur 1 m d’épaisseur environ, tout comme l’espace entre le vannage et la pile.

  • Structures antérieures : une petite poutre isolée, trouvée à 60 cm sous la plate-forme et sans relation avec celle-ci, est datée de 1383. De même, à 2 m sous la plate-forme, ont été recueillis deux demi-troncs mortaisés en chêne, de facture identique, dont l’un a été daté vers 1190. A Test de la pile, des pierres de granit à bossage se trouvaient à 2 m sous le niveau de la plate-forme.

25- Pile 14. Relevé des structures archéologiques

25- Pile 14. Relevé des structures archéologiques

Interprétation (fig. 26)

19La pile quatorze permet de confirmer et de compléter l’analyse proposée pour la pile treize.

20-A Test et à l’ouest de la plate-forme nous retrouvons, moins bien conservées, deux piles étroites du pont de bois. L’une est datée de 1331-1341, l’autre de 1383. La présence de moellons à bossage au pied d’une de ces piles, scellées par la plateforme du XVIe s., ajoute un élément à la compréhension de la structure du pont de bois. Ces blocs que Ton retrouvera systématiquement en association avec les piles du pont primitif étaient supportés par les pieux et servaient d’ancrage aux chevalets.

  • En 1559-1560, comme pour l’édification de la pile treize, la plate-forme réutilise des éléments des superstructures du pont de bois en cours de destruction.

  • Au XVIIIe s., selon les directives de l’ingénieur Gabriel, cette pile sera renforcée par une crèche et un vannage.

21Par ailleurs, les deux demi-troncs mortaisés, datés de 1190, en relation avec un premier niveau stratigraphique de travail humain, proviennent peut-être d’un pont primitif, éventuellement celui que les textes mettent en relation avec le passage des Croisés (cf. pile 11).

26- Pile 14. Restitution graphique à partir des données archéologiques

26- Pile 14. Restitution graphique à partir des données archéologiques

Observations sédimentologiques

22Une lecture sédimentologique de la stratigraphie en relation avec les vestiges de la pile quatorze illustre le jeu complexe des interactions entre l’ouvrage et son milieu depuis le XIIe s. jusqu’au XVIIIe s (fig. 27).

27- Pile 14. Relevé de la coupe est-ouest

27- Pile 14. Relevé de la coupe est-ouest

23La pile quatorze a été mise en place dans un milieu fluvial de haute énergie caractérisé par des crues violentes (supérieures à 2 000 m3/s), une charge de fond caillouto-sableuse et une charge en suspension sableuse. La stratigraphie permet de lire des phases de construction de la pile et des phases d’érosion et d’accumulation par le Rhône.

  • Phase 1. Banc caillouteux sableux, convexe vers le haut, plongeant vers l’ouest et l’est en direction des chenaux du fleuve. Un colmatage sableux, visible en limite ouest, semble contemporain (dépôt de décrue ?). Il n’est pas exclu que ce banc caillouteux soit, en réalité, artificiel, si l’on imagine un déversement de cailloutis à cet emplacement.

  • Phase 2. A la surface de ce cailloutis reposent des blocs calcaires anguleux, de taille décimétrique. Ils sont sans doute contemporains de la construction du pont primitif et ont pu contribuer à stabiliser le cailloutis en bloquant l’affouillement des piles.

  • Phase 3. Dépôt sableux dans le chenal situé à l’est de la pile quatorze.

  • Phases 4. et 5. Destruction du pont. Des bois datés de 1190 sont emballés dans un matériel caillouteux qui peut être contemporain d’épisodes de crue ; à l’abri du bois 746 (phase 5) dépôt d’un matériel plus sableux.

  • Phase 6. Remblais caillouteux de forme convexe établi sur les ruines du pont primitif. Le sommet présente une microtopographie de ravinement par le courant.

  • Phase 7. Mise en place en 1558-1559 des pieux et de la poutre plate-forme réutilisée, datée de 1383.

  • Phase 8. Béton de fondation de la pile.

  • Phase 9. Piégeage de dalle, de limons et de cailloutis entre les piles, sous la plate-forme du XVIe s. Il est aussi possible que le bâti soit installé sur les matériaux 6 et 9 arasés.

  • Phase 10. Construction de la crèche du XVIIIe s., en limite ouest de la pile. La ceinture ferme l’extension de la pile formée d’un vannage et d’un blocage en gros blocs calcaires anguleux. Sur sa face externe, la ceinture est également tenue par de gros blocs.

  • Phase 11. Remplissage du chenal ouest par des dépôts sableux à stratifications entrecroisées. Ces dépôts signifient que l’énergie du courant a diminué puisque la charge de fond caillouteuse ne transite plus de part et d’autre de la pile quatorze ; à la décrue se déposent des sables grossiers issus de suspensions mais ils sont érodés et remis en mouvement lors des crues. A une époque, que la granulométrie ne permet pas de déterminer, le danger d’affouillement a donc cessé et le chenal s’est progressivement effacé.

La pile 15

Description archéologique (fig. 28 et 30)

  • Pile : elle ne possède pas de plate-forme en charpente, et la tête des pieux est prise directement dans la maçonnerie. La fondation de pieux est constituée de deux ensembles : à l’est, un groupe dense, de deux mètres de large environ, dont un échantillon donne une fourchette chronologique comprise entre 1331 et 1341 ; l’autre groupe à l’ouest, peu dense et aligné, est échantillonné mais n’a pas encore pu être daté.

  • Avant-bec et arrière-bec : l’avant-bec est constitué de pieux dont la tête est prise dans le béton. L’arrière-bec n’a pas été observé.

  • Crèche : deux échantillons prélevés dans la ceinture de la crèche ouest sont datés de 1718-1721.

  • Autres structures : à l’est de la pile, on observe des pieux munis d’un tenon et des poutres mortaisées, un échantillon est daté entre 1331 et 1341. L’espace entre les piles quatorze et quinze est entièrement comblé avec du béton sur une épaisseur de 0,50 à 1 m.

28- Pile 15. Relevé des structures archéologiques

28- Pile 15. Relevé des structures archéologiques

Interprétation (fig. 29)

24De nouveau la pile du XVIe s. englobe une pile étroite du XIVe s.

  • La présence de pierres à bossage, dont une à double bossage qui provient de la pointe d’un bec, atteste bien de leur fonction de maçonnerie de pile dans le pont de bois. Les pieux de section carrée, disposés symétriquement dans la fondation de la pile, doivent être mis en relation avec la pile étroite.

  • La technique de fondation du pont de pierre diffère de celle observée pour les piles onze à quatorze ; il n’y a pas de plate-forme de charpente. En l’absence de date on rapprochera cette pile, par sa technique de construction, de la pile seize et des becs de la pile dix-sept datés de 1579.

29- Pile 15. Restitution graphique à partir des données archéologiques

29- Pile 15. Restitution graphique à partir des données archéologiques

30- Pile 15. Pieux en cours de dégagement

30- Pile 15. Pieux en cours de dégagement

La pile 16

Description archéologique (fig. 31)

  • Pile : comme la pile quinze elle ne possède pas de plate-forme en charpente ; la tête des pieux est directement prise dans le béton. Cinq échantillons sont datés de 1579. A l’ouest de la pile, à 2 m environ, un groupe de pieux qui se terminait juste sous son bord ouest a été localisé, un pieu de ce lot est daté de 1331-1341.

  • Becs : les becs sont de même facture que la pile mais sans datation.

  • Crèche : la crèche ouest figurée sur le plan de 1734 n’a pas fait l’objet d’observations archéologiques. Par contre, des éléments de crèche dont un échantillon (N° 106) est daté de 1589, ont été repérés à l’est sous une chape de béton. A 6 m à l’ouest de la pile, de gros pieux ont été découverts (sans datation).

Interprétation (fig. 32)

25Au XVIe s. on implante, à proximité d’une pile étroite du XIVe s., une pile sans plate-forme de charpente. Cette technique, la présence d’un fragment de voûte écroulée à l’ouest de la pile, la datation de 1579 alors que le pont de pierre est réalisé en 1559-1560, permettent d’envisager une reconstruction.

26Celle-ci sera confirmée par l’étude d’archives. Cette reconstruction sera suivie dix ans plus tard par la mise en place d’une première crèche, puis d’une seconde au début du XVIIIe s. par l’ingénieur Gabriel.

27Le groupe de pieux observé entre la pile seize et la pile quinze pourrait correspondre à une autre pile étroite du pont de bois, mais l’absence de datation laisse la question ouverte.

32. Pile 16. Restitution graphique à partir des données archéologiques

32. Pile 16. Restitution graphique à partir des données archéologiques

La pile 17

Description archéologique (fig. 33 - 34)

  • Pile : elle ne possède pas non plus de plate-forme de charpente, la tête des pieux étant prise dans le béton. Cette pile se trouve dans l’axe de la rampe d’accès au chantier : de ce fait, les observations ont été réduites et aucun prélèvement n’a été réalisé.

  • Avant-bec et arrière-bec : ils sont de même facture que la pile. Onze échantillons prélevés dans l’avant - bec sont datés de 1559-1579. Par ailleurs, en bordure ouest de l’avant-bec, deux palplanches* sont également datées de 1579.

  • Digue : Une digue nord-sud a été observée, constituée de pieux et de palplanches : elle longeait le bord ouest de la pile. Trois échantillons sont datés de 1718-1721.

33- Pile 17. Partie du tablier de l’arche 17 du pont du XVIe siècle

33- Pile 17. Partie du tablier de l’arche 17 du pont du XVIe siècle

34- Pile 17. Pieux de l’avant-bec en cours de dégagement

34- Pile 17. Pieux de l’avant-bec en cours de dégagement

Interprétation

28Bien que seul l’avant-bec soit daté, du fait de l’homogénéité de la structure de la pile, une datation simultanée des trois éléments qui la composent peut être proposée : cette date de 1579 est à rapprocher de celle obtenue sur la pile seize dont la construction est identique : les têtes de pieux sont noyées dans le béton. Les palplanches mises au jour à l’ouest de l’avant-bec correspondraient à la crèche primitive de la pile. La digue est un élément précieux de compréhension des mouvements de déplacement du cours du Rhône et de son tracé au XVIIIe s. La construction ou la reconstruction de crèches aux piles treize à seize au début du XVIIIe s., a nécessité la mise en œuvre de travaux importants autour des vieilles piles de la fin du XVIe s. Ceci permet de conclure qu’à cette époque, ces quatre piles étaient encore dans le courant permanent du fleuve avec tous les risques d’affouillement que cela supposait à la base des piles.

La pile 18

Description archéologique

  • Pile : la fouille a permis d’observer une plateforme composée de poutres non assemblées, bordant les quatre faces de la pile, et d’un plancher jointif sur ces poutres, constitué de plateaux orientés est-ouest. Cette plate-forme ne repose sur aucun pieu. Une poutre est datée vers 1188.

  • Avant-bec et arrière-bec : il n’y a pas de plateforme en charpente mais des pieux dont la tête est prise dans le béton ; huit échantillons de l’arrière-bec sont datés de 1547 à 1579.

Interprétation

29Nous sommes ici en présence d’une pile composite : le corps de la pile est fondé sur une plateforme de charpente. Cette technique correspond à l’édification du pont de pierre (1559-1560). Cependant, les becs sont de même facture que ceux des piles seize et dix-sept datés de 1579. Les pieux provenant des becs fournissent effectivement deux phases d’abattage : 1559 et 1579.

30Lors des travaux de 1579, seuls les becs de la pile dix-huit auraient été reconstruits. L’utilisation d’une poutre de 1188 dans la plate-forme du corps de la pile pose une nouvelle fois le problème d’un pont primitif antérieur à celui du XIVe s.. Cette poutre pourrait avoir subi une double réutilisation : au XIVe s. lors de la destruction du pont de la fin du XIIe s., puis au XVIe s. lors de la construction du pont de pierre.

La pile 19

Description archéologique

31Les renseignements archéologiques recueillis sur le terrain sont fragmentaires et disparates. En effet, la destruction de cette pile correspond au début de l’intervention archéologique réelle en sauvetage et aucune stratégie de fouille n’était encore élaborée. Seul un relevé de poutres à encoches biaises et mortaisées, non datées, a été effectué. Deux pieux mal localisés ont été prélevés et fournissent les dates de 1721 et 1547.

Interprétation

32L’assemblage de ces poutres permet de constituer soit le cadre d’une pile, soit plus certainement une ceinture de crèche. Les encoches biaises servaient à assembler les poutres entre elles et les mortaises à les enfiler sur les pieux situés en dessous. Cette pile est aussi très intéressante par son gabarit : elle mesure un peu plus de 2 m de large, ce qui rappelle la dimension des piles étroites du XIVe s. déjà décrites. Il est possible qu’au niveau de la culée, où le courant était moins puissant, une pile étroite ait été conservée lors de la transformation du pont de bois en pont de pierre à la fin du XVIe s. En arrière de cette pile, vers l’est, a été relevé l’emplacement d’une palissade formée d’une double rangée de petits pieux de chêne, très serrés, de 4,80 m de long et de 0,15 m de diamètre, non ferrés, retenant des planches horizontales placées de chant. Cette palissade, contre laquelle étaient accrochés des troncs d’arbre charriés par le courant, marque sans aucun doute une ancienne berge du Rhône, à quelques 35 m en arrière de celle réalisée au début du XVIIIe s. Huit échantillons ont été datés de 1514.

Étude dendrochronologique

33Le parfait état de conservation des structures de bois implantées sous les piles du pont de la Guillotière offrait un matériel d’étude exceptionnel pour l’histoire des techniques de construction et de charpenterie, la chronologie du pont et la constitution d’une courbe dendrochronologique régionale de référence. Tout au long des différentes opérations, l’idée directrice a été le souci d’un échantillonnage pertinent et exhaustif pour les analyses dendrochronologiques (fig. 35).

34Chaque pile présentait une moyenne de cinq cents bois en soubassement ; comme il n’était pas possible de procéder à un relevé ni à un prélèvement exhaustif de l’ensemble, il a été décidé de constituer un échantillonnage le plus représentatif possible pour permettre d’obtenir des résultats d’analyse cohérents ; il fallait tenir compte également des écarts chronologiques dans la réalisation des différentes parties des piles et des remplois probables de pièces de bois provenant d’ouvrages plus anciens.

35- Echantillonnage réalisé pour la dendrochronologie

35- Echantillonnage réalisé pour la dendrochronologie

35Une attention toute particulière a été accordée aux éléments situés sous et entre les piles qui apparemment ne correspondaient à aucune structure des piles connues. Ils devaient nous renseigner sur les réparations ou les ouvrages précédents, détruits et/ou réutilisés sur place. Pour les piles, l’échantillonnage portait sur la plate-forme de la pile quand elle existait, l’avant-bec et l’arrière-bec, sur les pieux situés sous la plate-forme de la pile de l’avant-bec et de l’arrière-bec. Pour les crèches, cet échantillonnage portait sur les pieux, les chapeaux*, les palplanches et les vannages.

36Chaque bois découvert et repéré a reçu un numéro et, après les relevés planimétriques et photographiques, a été extrait à la pelle mécanique, et tronçonné sur place ; ceci permet un premier tri par élimination du bois peu utilisable pour une analyse dendrochronologique.

37Il a été retenu 700 échantillons. Sur ce chiffre 154 ont été sélectionnés par le laboratoire et analysés ; 122 ont été datés à l’heure actuelle, soit 3 % des bois qui constituaient les structures des ponts successifs. L’échantillonnage des bois a été effectué sur le terrain par des archéologues ayant déjà utilisé la dendrochronologie et ayant une bonne connaissance des contraintes et exigences requises pour ces prélèvements.

38Dans ce contexte, et même en l’absence de séquence régionale de référence, nous pouvions estimer aboutir positivement dans notre recherche en procédant par plusieurs étapes successives. Tout d’abord, en analysant une série de bois présentant des types de croissance différents et provenant des diverses piles, nous espérions obtenir les séquences correspondantes à chaque étape de construction. Etant donné la bonne densité des cernes sur quelques échantillons, le chevauchement partiel et probable de ces séquences nous permettrait alors de dégager la chronologie relative de ces travaux successifs. On aboutirait à la constitution d’une séquence suffisamment longue et étayée pour réaliser une datation "à distance" sur les séquences de référence existantes pour la Suisse et l’Allemagne. Cette recherche en datation absolue fournirait par la même occasion, à la région lyonnaise, le squelette d’une séquence de référence régionale. Compte tenu des exigences financières, les analyses ne pouvaient pas porter sur la totalité des échantillons prélevés et la sélection des échantillons a été minutieusement préparée avec l’équipe d’archéologues chargée des fouilles. Lors du tri, nous avons retenu le maximum d’échantillons présentant le dernier cerne de croissance (avant l’écorce). Celui-ci permet de déterminer précisément l’année d’abattage de l’arbre ainsi que la saison d’abattage. Si cette partie extérieure du bois a été en partie érodée, la présence de l’aubier*, pour le chêne, permet encore de réaliser à quelques années près une estimation de cette date. En l’absence de ces deux indicateurs, nous ne pouvons fournir qu’une date extrême. Certains des échantillons ont été sélectionnés pour leur densité de cernes qui pouvait fournir de longues séquences utiles à la constitution d’une chronologie.

39Dans une première partie, nous présentons le corpus étudié, les séquences dendrochronologiques obtenues et leur situation chronologique. La deuxième partie, réservée à la datation, situe l’évolution chronologique des travaux réalisés sur le pont. Ces résultats sont présentés, d’une part, pour chaque pile étudiée (cf. fiche technique pour chaque pile) et d’autre part, par ordre chronologique.

Corpus et séquences dendrochronouogiques

40154 échantillons ont été analysés en 1984 et 1985 dont 43 en 1985. Sur ces chênes, la présence de l’aubier a été relevée sur 109 échantillons dont 51 présentaient encore le dernier cerne de croissance.

41Nous ne détaillons pas ici les processus de l’analyse et de la construction des séquences dendrochronologiques. Nous présentons uniquement celles qu’illustrent et résument l’état actuel des recherches.

42a) La séquence globale 0002RLG couvre 758 ans. Elle résulte de la synchronisation des séquences de 122 échantillons. Ce montage illustré par un diagramme (fig. 36) nous a permis d’assurer la chronologie relative des différentes phases de construction. Simultanément nous avons recherché sur les références de Suisse et d’Allemagne la situation chronologique de cette séquence suffisamment longue et étayée. La position synchrone retenue situe cette séquence 0002RLG entre les années 964 et 1721. Dès lors, nous passions d’une chronologie relative à une chronologie absolue. Toutefois, avant de faire office de véritable séquence de référence, d’autres bois devront encore être intégrés à cette séquence. En effet, certaines sections de celle-ci ne sont encore constituées que de quelques bois dont les caractéristiques spécifiques de croissance sont encore trop dominantes. Seule l’analyse d’un nombre suffisant d’échantillons fera ressortir le caractère climatique général de la région.

43b) Trois autres séquences n’ont encore pu être datées. Toutefois, chacune d’entre elles est composée d’échantillons qui appartiennent à la même phase d’abattage. Cette information peut déjà être exploitée au plan archéologique, en attendant l’analyse de nouveaux bois permettant de dégager les datations absolues. Il s’agit des séquences suivantes :

  • 7007RLG 113 ans 4 échantillons N° 750, 753, 7530 et 7531

  • 9003RLG 36 ans 3 échantillons N° 19, 37 et 46

  • 7009RLG 128 ans 2 échantillons N° 743 et 744

44Un petit nombre d’autres bois n’ont pas encore pu être synchronisés entre eux ou datés. En général, il s’agit de bois ayant fourni des séquences trop courtes ou présentant des problèmes de croissance.

Dates d’abattage des bois dans l’ordre chronologique

45Ci-dessous nous indiquons, par année, les piles ayant fait l’objet de travaux. Chaque année mentionnée résulte de l’analyse dendrochronologique. Tous les bois n’ayant pas été prélevés et quelques bois analysés n’ayant pas encore pu être synchronisés, il est probable que certaines phases de travaux ne soient pas encore connues ou représentées ci-dessous.

1721

 : piles 13, 15, 19.

1720

 : pile 11.

Entre 1718 et 1721

 : piles 14, 15, 17.

1645

 : pile13.

1589

 : pile 16.

1579

 : piles 16, 12, 18

1578

 : pile 12.

1575

 : pile 18.

Entre 1575 et 1579

 : pile 17, n° 11

(arbitraire)

1565

 : pile 18.

1559

 : pile 18.

1547

 : piles 18, 19.

Entre 1559 et 1579

 : pile 17.

1514

 : piles 11, 12, 13,

pallissade est, n° 27

(non attribué à une pile)

1448

 : pile 18.

1387

 : pile 13.

1385

 : n° 1 (arbitraire)

1383

 : pile 14.

1383 à 1387

 : piles 12, 13.

Aux environs de 1341

 : piles 14, 15.

Pas antérieure à 1188

 : pile 18.

Aux environs de 1190

 : pile 14.

Aux environs de 1065

 : pile 11.

46Comme pour la plupart des analyses dendrochronologiques que nous réalisons, nous constatons qu’il est nécessaire d’analyser le maximum de bois pour parvenir à reconstituer exactement les événements. Lorsque le contexte le permet ou que l’analyse archéologique indique précisément le nombre d’ensembles étudiés, nous pouvons nous restreindre à n’analyser que quelques bois par ensemble. Dans le cas présent, seule l’analyse systématique de tous les bois permettrait de connaître exactement l’évolution et la chronologie des travaux réalisés sur ce pont. Les contraintes techniques et financières, malheureusement, n’autorisent pas toujours un travail systématique.

47Au moment de la mise en forme des données, grâce à la technique de numérotation en place des bois relevés, photographiés, numérotés, échantillonnés, l’histoire du pont, ou plus exactement des ponts de la Guillotière, est progressivement apparue avec la datation des échantillons ou la fourchette chronologique proposée : le plan des éléments architecturaux se transformait en une carte topochronologique à partir de laquelle pouvait être entreprise la réflexion sur l’organisation des structures, l’explication de leur superposition, de leur imbrication et la restitution de la chronologie du pont. A toutes les questions qui surgirent alors, l’enquête historique, essentiellement le recours aux archives, devait tenter d’apporter des éléments de réponse complémentaires.

Diagramme des résultats dendrochronologiques

  • la partie supérieure de la figure représente sous forme d’un rectangle la longueur de la courbe de chaque échantillon dans sa position relative.

  • la partie médiane représente la référence dendrochronologique pour le site (moyenne de tous les échantillons).

  • en bas, le bloc diagramme figure le cumul des courbes prises en compte lors de la construction de la référence pour le site, année par année.

  • Les codes saison sont
    0 pour indéterminé
    1 pour printemps
    2 pour été
    3 pour automne-hiver
    4 pour incertain
    5 pour 5 ans après présence de moelle

36- Bloc diagramme, séquence dendrochronologique et couverture de la séquence globale, de 964 à 1721. 000 2 R L G (QU)

36- Bloc diagramme, séquence dendrochronologique et couverture de la séquence globale, de 964 à 1721. 000 2 R L G (QU)

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1637/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre 18- Le chantier archéologique en 1985
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1637/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Titre 19- Pile11. Relevé des structures archéologique
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1637/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre 20 - Pile 11. Restitution graphique à partir des données archéologiques
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1637/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1637/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 568k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1637/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Titre 21- Pile 13. Relevé des structures archéologiques
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1637/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre 22- Pile 13. Plate-forme de poutres et les pieux sous cette plate-forme
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1637/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 548k
Titre 23- Pile 13. Plate-forme de poutres et béton avec plancher jointif - Pieux sous plate-forme
Légende Les échantillons soulignés sont datés de 1387
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1637/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre 24- Pile 13. Restitution graphique d’après les données archéologiques
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1637/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1637/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 644k
Titre 25- Pile 14. Relevé des structures archéologiques
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1637/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre 26- Pile 14. Restitution graphique à partir des données archéologiques
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1637/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1637/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
Titre 27- Pile 14. Relevé de la coupe est-ouest
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1637/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre 28- Pile 15. Relevé des structures archéologiques
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1637/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre 29- Pile 15. Restitution graphique à partir des données archéologiques
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1637/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre 30- Pile 15. Pieux en cours de dégagement
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1637/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1637/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 628k
Titre 31- Pile 16. Relevé des structures archéolog1iques
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1637/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre 32. Pile 16. Restitution graphique à partir des données archéologiques
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1637/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 580k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1637/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre 33- Pile 17. Partie du tablier de l’arche 17 du pont du XVIe siècle
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1637/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Titre 34- Pile 17. Pieux de l’avant-bec en cours de dégagement
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1637/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 688k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1637/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1637/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1637/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre 35- Echantillonnage réalisé pour la dendrochronologie
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1637/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre 36- Bloc diagramme, séquence dendrochronologique et couverture de la séquence globale, de 964 à 1721. 000 2 R L G (QU)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1637/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1637/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1637/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1637/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1637/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 393k

© Alpara, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access