Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le pont de la Guillotière

 | 
Joëlle Burnouf
, 
Jean-Olivier Guilhot
, 
Marie-Odile Mandy
, 
et al.

Préface

Paul Bernard et Jacques Oudot

Texte intégral

1Le Pont de la Guillotière fait partie de l’imaginaire lyonnais, même si le plus grand nombre n’a pas clairement conscience que cette appellation recouvre une évolution le XIIe siècle et le longue depuis que pluriel convient mieux : les ponts de la Guillotière.

2L’avant-propos rappelle les circonstances du sauvetage des vestiges mis au jour lors des travaux de construction de la ligne D du métro, en marge des opérations d’archéologie préventive désormais habituelles à Lyon. Le travail fourni par les archéologues sous l’égide de la Direction Régionale des Affaires Culturelles, service du Ministère de la Culture dans la région Rhône-Alpes, n’en est que plus considérable, qui débouche aujourd’hui sur une étonnante confrontation entre les archives écrites et les archives du sol.

3Cet ouvrage est ainsi susceptible de plusieurs lectures. La construction du pont de la Guillotière est d’abord un défi technique : ingénieurs, techniciens, ouvriers se heurtent à un fleuve tumultueux et aux effets de l’érosion et des crues périodiques. Mais cette liaison aux confins du Royaume, impérieuse nécessité, met aussi en jeu, entre les deux rives du Rhône et au sein de chacune d’entre elles, ambitions et rivalités, en un mot, les pouvoirs. Enfin, ce livre nous offre l’histoire d’une recherche qui a réuni les compétences complémentaires de l’archéologue, de l’archiviste, de l’architecte, du géographe et du dendrochronologue, et qui, de ce fait, s’apparente à une enquête policière pour notre plus grand plaisir.

4La Direction Régionale des Affaires Culturelles, et plus spécialement, en son sein, la Direction des Antiquités, a accompli un remarquable effort pour sauver, étudier et publier ces vestiges. Des concours qu’elle a su fédérer est né cet ouvrage passionnant, par lequel les archéologues, en renouant les fils qui nous relient au passé, nous dotent d’une mémoire commune.

*

5Depuis toujours, Lyon doit sa vitalité, avant tout, à sa position géographique qui en fait un noeud routier, un carrefour international. Mais, en ce de confluence, circuler impliquait aussi de traverser Saône et point Rhône ; le Rhône surtout, au régime naguère contrasté et parfois violent, aux abords difficiles et ingrats, nécessitant de grands travaux d’aménagement.

6Aujourd’hui où les ponts sont si nombreux à Lyon, imagine-t-on l’importance du couple fleuve-pont au Moyen Âge ? Le Rhône, rien moins que frontière entre Empire et Royaume, est aussi une des grandes artères de la ville ; le fleuve qui unit, pour peu qu’on le domestique ou qu’on le franchisse, des régions contrastées, aux destinées diverses, riches de potentiels humains et économiques. C’est dire le rôle vital du « pont du Rhosne », unique à Lyon jusqu’au XVIIIe siècle.

7Porte de Lyon vers les routes des pays alpins et surtout de l’Italie, partenaire privilégié des célèbres foires médiévales, ce pont reflète aussi, pour les voyageurs arrivant par le bourg de la Guillotière, l’image de la ville. Aussi est-ce le souci constant de ses édiles que d’en faire un monument remarquable, en quelque sorte un signal. La construction de ce pont « idéal » s’étala sur six cents ans, du XIIe au XVIIIe siècle : étonnante aventure que cette lutte des Lyonnais et du fleuve pour installer un passage solide et durable...

8Juste retour des choses que la découverte archéologique des vestiges du monument lors du creusement de la ligne D du métro, répondant, elle aussi, aux nécessités de la circulation urbaine. Il fallait tout l’enthousiasme de la jeune équipe de spécialistes, regroupée autour de la Direction des Antiquités, pour recueillir, pendant qu’il en était encore temps, les informations fournies par ces vestiges et les restituer au public lyonnais et non lyonnais grâce à un livre érudit et captivant. Aussi suis-je heureux que la Région Rhône-Alpes, par le financement apporté à l’édition de cet ouvrage, contribue à faire revivre un des monuments les plus emblématiques de notre métropole.

Auteurs

Préfet du Rhône et de la Région Rhône-Alpes

Vice-Président du Conseil Régional

© Alpara, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access