Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un dépôt d'objets gaulois à Larina

 | 
Franck Perrin

Chapitre 3. Synthèse

Texte intégral

1A partir de l’étude exhaustive des objets non céramiques, d’une sélection des vestiges céramiques, de l’analyse des monnaies, des restes osseux animaux et humains et malgré les incertitudes dues aux conditions de découvertes, il semble possible d’appréhender la nature et la fonction du gisement.

Chronologie du site

2La faille de La Chuire a livré du mobilier très différent selon les époques. Pour ce qui concerne l’âge du Bronze final, les documents sont en quasi-totalité des vestiges céramiques et le métal n’est représenté que par deux parures intactes. Si la majeure partie du mobilier appartient au Bronze final III b, il est possible d’isoler quelques récipients plus anciens datables vraisemblablement de la phase II.

3Le premier âge du Fer est apparemment très peu représenté ; le Hallstatt C est individualisé par un unique objet fragmentaire appartenant à l’armement et le Hallstatt D n’est perceptible qu’à partir de quelques objets vestimentaires. Une incertitude demeure et demeurera sans doute longtemps sur l’éventuelle attribution à cette époque de divers ustensiles et outils : ces derniers, très stables dans leur morphologie, ne constituent pas de bons indices chronologiques et rien ne permet de les attribuer assurément à telle ou telle phase de l’âge du Fer. D’autre part, demeure le problème de la définition d’un faciès céramique régional pour le premier âge du Fer ; dans l’état actuel des recherches, il est impossible de préciser s’il y a eu une continuité chronologique à partir du Bronze final III b jusqu’à la fin du premier âge du Fer, qui se traduirait par la présence de vaisselle indigène. Par contre, l’arrivée des premières importations méditerranéennes est sensible dès la fin du VIe siècle av. n. è. et il s’agit tout à la fois de céramiques et d’objets métalliques peu nombreux.

4Les phases La Tène A et Β du second âge du Fer sont très mal attestées ; deux parures seulement sont rapportées sans certitude aux périodes anciennes de La Tène. Par contre, les phases C et D1 sont très bien reconnues, tant dans le mobilier non-céramique que dans la vaisselle, par une grande diversité de formes et d’activités : objets vestimentaires, domestiques, culinaires, artisanaux, agricoles et militaires. La phase finale D2 de La Tène est plus difficile à saisir et semble même absente. Un second courant d’importation originaire du domaine italique peut être situé au cours de la phase D1 à partir d’objets céramiques. Chronologiquement, tous les documents laténiens se situent entre le deuxième quart et le milieu du IIIe siècle av. n. è. et le deuxième quart du Ier siècle av. n. è., soit une durée d’un peu plus de deux cents ans correspondant à une dizaine de générations d’individus.

5Dans l’état actuel des recherches ce sont donc surtout deux époques distinctes qui semblent massivement attestées ; l’une appartient à la phase finale de l’âge du Bronze et l’autre à la culture des oppida qui caractérise les phases finales de La Tène.

Nature du gisement

Un dépotoir d’habitat ?

6La coexistence de restes de consommations alimentaires d’espèces d’élevage, de vaisselle céramique et de mobilier métallique, le plus souvent usagé, s’accorde avec la définition la plus courante des dépotoirs d’habitats. Il s’agit de regroupements comprenant des déchets alimentaires et des objets inutilisables, usagés ou périmés, localisés dans les angles de pièces, stockés dans des fosses d’extraction de matériaux ou repoussés le long de fortifications. Ces structures, extrêmement fréquentes dans les habitats, sont généralement considérées comme le résultat de balayages réguliers des sols des demeures. Le plus souvent, les dépotoirs sont constitués rapidement et ont ainsi une chronologie brève, mais il existe aussi des dépotoirs constitués durant un long laps de temps : plus de deux siècles pour le dépotoir J de Nages (Py 1978).

7La présence de restes humains d’adultes et d’adolescents dans ce type de contexte ne peut surprendre et ce genre d’observation est fréquente lors de la fouille de fosses dépotoirs de La Tène. Le site de Bâle-Gasfabrik est exemplaire quant à la localisation des restes humains : ceux-ci apparaissent dans de multiples fosses liées à l’habitat, mais aussi dans et aux abords d’une enceinte quadrangulaire vraisemblablement cultuelle et dans une nécropole à inhumation pauvre en mobilier (Wyss 1975). Dans ce cas, la présence de restes humains dans des fosses à déchets peut s’expliquer par l’exclusion de certains individus du groupe social et leur rejet hors de la nécropole classique. D’autres explications peuvent être évoqués pour expliquer cette présence : l’existence de sépultures à inhumations méconnues, oubliées et un jour fortuitement bouleversées, générant ainsi des restes erratiques déplacés dans des fosses à déchets. Quelques anomalies laissent entrevoir d’autres interprétations : la présence de restes non incinérés dans des régions où seule cette pratique est attestée et la fréquente surreprésentation des os du crâne (qui se conservent mieux) sur les autres parties du corps sont autant d’observations qui peuvent être liées à la conservation de reliques dans les habitats, par ailleurs décrite dans les sources antiques. Comme on le voit, l’existence de restes humains dans le mobilier osseux de La Chuire n’est pas contradictoire avec la fonction de dépotoir suggérée a priori pour le site.

8Dans l’hypothèse d’un dépotoir d’habitat, l’ensemble de La Chuire paraît cependant assez singulier par plusieurs aspects. D’abord sa chronologie, bien que discontinue, est extrêmement longue puisqu’elle débute au Bronze final pour finir à La Tène D, avec des époques mieux et diversement représentées que d’autres. Cette première observation distingue le site des autres dépotoirs protohistoriques et seules les découvertes effectuées en grotte semblent comparables, du moins pour ce qui concerne leur chronologie. Ensuite, la concentration de mobilier dans la faille de La Chuire implique un regroupement préalable des restes et surtout leur transport, à partir des habitats en direction de la falaise où ils sont ensuite jetés. Il y a là une pratique dans le traitement des déchets qui paraît très naturelle et qui trouve des analogies sur quelques sites du Midi de la Gaule : à La Liquière, un dépotoir du VIe siècle av. n. è. était localisé sur la bordure même du plateau (Py 1984 : p. 312). Cependant, des dépotoirs situés au pied des falaises ne semblent pas connus, mais il y a peut-être là un défaut de la recherche. Il paraît peu probable que le cas de La Chuire soit unique et des dépotoirs analogues doivent exister sur de nombreux gisements de hauteur installés le long d’un à-pic. Leur découverte pourrait sensiblement modifier la connaissance de ce type d’habitat en apportant un complément de données, s’ajoutant aux informations provenant des niveaux de sols et des dépotoirs situés dans l’habitat même.

9Une autre remarque concerne les rapports entre les découvertes de La Chuire et celles effectuées sur le plateau du Camp de Larina.

10Chronologiquement, on n’observe que deux coïncidences, l’une au Bronze final III b et l’autre à La Tène D. La fin de l’âge du Bronze est attestée sur le Camp par de multiples fosses, partiellement étudiées, qui pourraient être des structures comblées par des déchets ; quant à l’âge du Fer, seule sa phase la plus récente est connue et le peu de mobilier recueilli hors contexte peut provenir de niveaux de sols ou de structures érodées. La rareté des vestiges laténiens sur le site peut très bien s’expliquer par leur rejet en masse dans la faille de La Chuire. Il semblerait que divers traitements des déchets aient coexisté et que l’on ait soit enterré, soit jeté ces derniers à la fin de l’âge du Bronze, et plutôt massivement jeté ces restes à La Tène.

Un dépôt de sanctuaire ?

11L’hypothèse, pratique et immédiate d’un dépotoir, doit être nuancée par diverses observations ponctuelles d’ordre quantitatif et qualitatif, limitées à la série métallique de l’âge du Fer. Celle-ci est quantitativement importante, et le demi-millier d’objets exhumés lors d’une dizaine de sondages rapproche le Camp de Larina des grands oppida laténiens où le nombre de ces vestiges atteint plusieurs milliers (plus de 2 000 à Manching). Il s’agit cependant de sites sans commune mesure avec le Camp de Larina, dotés d’enceintes considérables enserrant des surfaces dépassant parfois plusieurs centaines d’hectares.

12Si la série métallique appartient à la culture des oppida, elle comporte quelques absences notables qui la distinguent des corpus établis sur les sites majeurs laténiens : pas de mobilier lié aux activités de forge (pinces de forgeron, marteau, enclume) et même peu de mobilier en rapport avec les travaux du métal, pas de socs de charrues mais pourtant des outils agricoles, pas de chaudrons mais nombre de ses accessoires, une seule hache alors que les oppida en livrent par dizaines. Manifestement, le corpus habituel des oppida ne figure que partiellement dans La Chuire et l’on peut douter de la représentativité du mobilier ou invoquer des sélections volontaires qui réserveraient certains objets à d’autres finalités : sans qu’il y ait de caractère systématique, il faut constater, par exemple, que les chaudrons figurent parfois dans des contextes fluviaux (la Saône, la Thielle) et les socs d’araires sont parfois déposés hors des habitats pour servir de bornages agraires (Brunaux 1986 c : p. 92-93). La rareté des outils de métallurgiste est plus surprenante dans la mesure où le minerai de fer est présent au pied même du site.

13Outre ces absences, la série métallique offre quelques autres particularités définies par le degré de conservation du mobilier métallique. Si une bonne part des objets montre des traces nettes d’utilisation ayant conduit à la cassure, un nombre relativement élevé d’entre eux est simplement usagé ou même intact et rien ne permet d’expliquer le rejet en dépotoir, alors que d’autres contextes auraient pu les accueillir ou qu’ils auraient pu être encore longtemps utilisés, tels quels ou après une légère transformation (reforgeage, réaffûtage). C’est le cas pour des parures, des accessoires du service des viandes, de l’outillage de boucherie, des outils agricoles et artisanaux. Certains objets paraissent ne pas avoir servi, par exemple, certains clous intacts. La présence d’objets complets dans les habitats n’est pas très fréquente, elle caractérise plutôt les contextes funéraires ou certains sites cultuels. Néanmoins, l’hypothèse de rejet dans la faille implique l’état de dépôt définitif, alors que sur un habitat, les pièces périmées peuvent faire l’objet de multiples manipulations ayant pour conséquence une fragmentation extrême.

14Si des objets sont complets ou intacts, d’autres, très peu nombreux, montrent des déformations manifestement volontaires (fig. 148). Un ou deux cas de déformations au plus sont attestés dans les différentes catégories regroupant les objets de même fonction : la parure, les ustensiles liés à la cuisson et au service des viandes, l’outillage agricole et des travaux du bois, peut-être même l’armement. Les cas les plus nets montrent des torsions ayant pour résultat la superposition presque exacte d’une des extrémités de l’objet sur l’autre, suite à une rotation d’environ 180°. Il ne s’agit donc pas de torsions anarchiques et le résultat très simple obtenu est la conséquence d’un choix. Ces déformations peuvent affecter la totalité de l’objet ou la partie la plus fonctionnelle de celui-ci : ainsi, une dent d’une fourchette à chaudron a été martelée jusqu’à être recourbée sur elle-même. Quelques objets montrent des torsions médianes moins marquées, variant de 40° à 90°. La plupart ont pour conséquence la réduction de la longueur initiale de l’objet ; seule une torsion a conduit à l’effet inverse, certainement en raison de la morphologie particulière de l’objet. Un autre traitement peut être appréhendé à partir de divers fragments et consiste au démontage de certains objets composites, suivi de torsions. Cela pourrait être le cas pour un gril, dont les barres transversales ont dû être retirées avant la torsion d’une des deux barres-supports. Plusieurs barres transversales isolées montrent d’ailleurs des torsions allant jusqu’à 90°. Le démontage pourrait aussi concerner quelques armes, en particulier les boucliers, puisqu’au moins un umbo ne possède plus ses rivets de fixation, alors que sont visibles les traces de leur mise en place. Ces démontages pourraient aussi concerner les trépieds et les seaux. Un certain nombre d’objets présentent des écrasements, des traces de chocs et des cassures qui pourraient résulter d’une action délibérée, mais les stigmates de ces éventuels traitements ne sont pas assez cohérents et ne permettent pas d’être affirmatif. En fait, vu les conditions de découvertes (dans un éboulis rocheux), seuls les cas de torsions et les démontages peuvent être retenus avec certitude comme étant la conséquence d’un traitement qui a pour but la mise hors d’usage définitive de l’objet. Ces destructions volontaires ont pu être obtenues de différentes manières : à froid, manuellement ou à l’aide d’un support rigide ; avec un marteau ou tout autre percuteur ; vraisemblablement après un passage au feu pour les objets les plus massifs.

148- Répartition des objets métalliques selon leur degré de conservation

148- Répartition des objets métalliques selon leur degré de conservation

15L’existence de destructions volontaires, ponctuelles et rudimentaires, dans la série métallique de l’âge du Fer de La Chuire, pose un certain nombre de problèmes quant à leur présence dans ce qui apparaît au premier abord comme une masse de déchets, issue des activités normales d’un habitat. En effet, on ne peut s’empêcher de rapprocher ces traitements de ceux reconnus depuis longtemps en milieux funéraires et attestés depuis peu dans certains sites cultuels où ils constituent le pendant dans le domaine matériel du sacrifice des êtres vivants.

16Dans les sépultures, les pratiques ayant pour but de rendre un objet inutilisable sont connues dès le début de l’âge du Fer et se multiplient jusqu’à la fin de cette époque. Elles concernent principalement l’armement, mais on peut les observer plus rarement sur des parures (Biel 1987 : p. 167-170 ; Vitali 1985 : p. 268) et sur des pièces de char (Gustin 1985 : p. 71-73 ; Marcadal 1986 : p. 76). Si elles sont très fréquentes dans les contextes funéraires à incinération, on connaît néanmoins de rares exemples de destructions volontaires dans des tombes à inhumations. Manifestement, les destructions volontaires observées dans le mobilier de La Chuire n’ont que peu de rapports avec les pratiques liées aux rites funéraires qui ne s’appliquent pas aux mêmes objets. Bien que l’on puisse envisager la présence d’inhumations bouleversées dans La Chuire, puisque l’étude des restes osseux a montré l’existence de vestiges humains, il semble difficile d’associer à ces fragments erratiques tous les cas de torsions et de démontages recensés.

17Les destructions volontaires d’objets sont aussi reconnues dans des contextes cultuels, en particulier dans les sanctuaires dits de type belge, définis à partir de l’étude du site de Gournay-sur-Aronde (Brunaux 1985 b : Brunaux 1986 b). Ces rassemblements, constitués sur plusieurs siècles, comptent plusieurs centaines ou milliers de fragments d’objets détruits. Ces destructions volontaires concernent principalement des panoplies militaires, mais parfois aussi des objets vestimentaires.

18Si, à l’âge du Fer. les destructions volontaires concernent donc surtout l’équipement militaire dans le cadre de rituels religieux, le mobilier de La Chuire montre que des traitements similaires concernent d’autres catégories d’objets. Pourtant, il paraît difficile de les considérer comme le résultat de gestes dénués de sens et effectués sans raison, et il faut envisager qu’elles sont la conséquence de motivations indéterminées, dont le but reste le même que dans les sanctuaires : rendre un objet inutilisable.

19Ces déformations associées aux anomalies telles que la présence d’objets rejetés intacts ou réutilisables, ainsi que certaines absences permettent-elles de reconsidérer l’hypothèse initiale d’un dépotoir d’habitat ? Bien que limitées aux objets métalliques de l’âge du Fer, elles sont assez nombreuses pour permettre d’envisager d’autres interprétations, du moins en ce qui concerne cette époque. Outre les activités de la vie quotidienne dans un habitat, d’autres sources pourraient générer des déchets comparables à ceux de La Chuire. Leur approche est la conséquence directe de la disparité observée entre le mobilier de l’âge du Fer découvert sur le Camp de Larina et celui provenant de La Chuire. Il faut au préalable dissocier la documentation de l’âge du Bronze final du reste du mobilier : a priori aucune anomalie n’a été constatée dans l’ensemble céramique se rapportant à cette époque et, sans trop préjuger de l’étude des structures de la fin de l’âge du Bronze découvertes sur le plateau, on peut considérer que l’on a affaire à des structures comblées par des déchets attestant une intense occupation du site à cette époque ; au cours de laquelle la faille de La Chuire aurait déjà constitué un dépotoir.

20La situation concernant l’âge du Fer est toute différente. Actuellement, le plateau n’a livré que des documents épars attribuables à La Tène et aucune structure ou niveau de sol n’a été mis en évidence. Le mobilier retrouvé hors contexte apparaît comme intimement lié à la notion d’échange : il s’agit d’une part de monnaies dont une part importante est d’origine extra-régionale auxquelles il faut ajouter un coin monétaire qui indique éventuellement la frappe d’espèces monétaires sur le site, et d’autre part de témoins liés à la diffusion de produits italiques (amphores, campaniennes, simpulum) et la consommation du vin. De même, dans les quelques parures existantes figurent aussi des types extérieurs à la Provincia, à laquelle le site est rattaché. En outre, si on ne peut nier l’existence de céramiques indigènes de l’âge du Fer dans les 30 000 tessons présents dans les remblais gallo-romains, il faut constater une fragmention poussée impliquant un nombre réduit de récipients dans un lot qui livre surtout des tessons du Bronze final. Dans l’état actuel des recherches sur le site, l’absence de structure, la rareté et la nature des documents laténiens sur le plateau semblent difficilement attester une occupation dense et durable du Camp de Larina au cours de l’âge du Fer. Que la faille de La Chuire ait constitué le principal lieu de rejet du site est une chose, que l’on ne trouve pas de traces nettes d’occupation en est une autre. Comment alors expliquer la présence en masse de documents de l’âge du Fer dans La Chuire et les anomalies constatées dans la série métallique ? Au terme de l’étude, on peut proposer l’hypothèse suivante : ces derniers ne seraient pas le produit d’une occupation dense et durable du site mais plutôt le résultat de fréquentations ponctuelles du Camp de Larina. Il pourrait s’agir de rassemblements périodiques au cours desquels se dérouleraient des consommations alimentaires collectives, ainsi que des activités artisanales et des échanges économiques. D’autres pratiques, aboutissant à des destructions volontaires d’objets et évoquant le domaine cultuel seraient aussi effectuées lors de ces rassemblements. Dans ce cas, le Camp de Larina serait avant tout un habitat fortifié de hauteur du Bronze final fréquenté épisodiquement au cours de l’âge du Fer en raison de sa position privilégiée.

21L’hypothèse de la fréquentation d’un sanctuaire peut être envisagée mais demeure fragile. En effet, bien que l’on connaisse surtout les lieux de cultes consacrés à des divinités guerrières, les quelques sanctuaires préromains se rapportant à d’autres dieux livrent des offrandes bien particulières (séries de monnaies, fibules, céramiques importées, vases miniatures) très différentes du mobilier livré par La Chuire. Un autre type de rassemblement peut être proposé : les foires ou marchés qui réunissent périodiquement un grand nombre d’individus, nécessitent la présence pendant une durée limitée de constructions et doivent naturellement générer une masse importante de déchets.

22L’existence de foires ou de marchés en dehors des habitats n’est pas connue à l’âge du Fer et ces activités sont localisées à l’intérieur des grands oppida laténiens. Par contre, diverses sources postérieures à l’âge du Fer attestent la réalité de rassemblements en dehors des habitats : la plus connue est celle se déroulant au Mont-Beuvray (Chédeville 1980 : p. 114), mais d’autres exemples pourraient être cités, notamment dans le Massif Central. D’autre part, la littérature médiévale irlandaise, formée à partir d’un fond oral celtique, relate plusieurs types de réunions qui méritent d’être mentionnés. La fête de Lugnasad donne lieu tous les trois ans à des rassemblements, réunissant toutes les classes sociales lors d’une trêve générale. A l’occasion de cette fête se déroulent des banquets, des échanges économiques, des jeux et des cérémonies religieuses et politiques. Dans un cas, l’emplacement de la fête est lié à la présence de sépultures princières ou de tertres supposés tels (Leroux 1986). Il est bien sûr difficile dans l’état actuel des recherches d’affirmer que ces mentions tardives soient l’écho de réalités anciennes, voire protohistoriques ; cependant, l’exemple concret de la foire de Bibracte incite à envisager ce type d’hypothèse pour le camp de Larina. Dans ce cas, on aurait dans la faille de La Chuire le produit d’une récolte de déchets.

23Ces fréquentations semblent cesser à la fin de La Tène D1 ou au début de La Tène D2, soit à l’approche du soulèvement allobroge de 62 av. n. è. Par la suite, sur le site de Larina existe probablement un bâtiment public. Ce dernier est révélé par la présence de blocs monumentaux épars et par l’existence d’une inscription (Corpus Inscriptionum Latinarum XII 2373) dont la provenance locale n’est pas totalement assurée, qui mentionne la réfection à l’époque augustéenne d’un bâtiment dédié à Mercure (la nature de celui-ci n’est pas précisée : temple, autel ?). Cette dédicace est très complexe puisqu’elle associe au nom de Mercure le qualificatif de vainqueur (Victor) et ce qui pourrait être un nom de peuple : les Magniaci. Si l’existence à l’intérieur du Camp d’un bâtiment dédié à Mercure devait se confirmer, on aurait sans doute là un lien éloquent avec la situation suggérée pour l’âge du Fer. En effet, Mercure, ou plutôt l’interprétation romaine de la première divinité gauloise, est qualifié « ... d’inventeur de tous les arts... guide des voyageurs... protecteur actif et influent du gain et du commerce... » (Rémy 1971 : p. 179-181 ; Buisson 1987). D’autre part, on peut noter que le site de Larina ne génère pas d’occupation importante à l’époque gallo-romaine dans sa périphérie ; sur le site même, il faut attendre l’Antiquité tardive pour voir se développer un habitat durable et dans les alentours, seules quelques villas sont signalées, en particulier un très grand domaine à Saint-Romain-de-Jalionas.

24L’hypothèse proposée pour expliquer les caractéristiques de La Chuire et du Camp de Larina ne peut évidemment servir de modèle et devra être vérifiée au cours de l’extension des fouilles qui concernent actuellement l’habitat de l’Antiquité tardive. On peut se demander si d’autres sites fortifiés de hauteur ou oppida du domaine celtique n’auraient pas eu la même fonction à une époque précise de leur histoire ; il semble, en effet, que si une occupation véritable est fréquemment reconnue à La Tène D2 sur certains gisements, les éléments de confirmation indiquant l’existence des phases antérieures sont loin d’être nombreux.

  • 1 La relation de la découverte signale “une infinité de tessons” et seuls 1 054 tessons sont étudiés.

25Existe-il d’autres sites de “dépotoirs” qui pourraient ne pas être en rapport avec des habitats permanents ? L’ensemble du mobilier découvert à Vienne sur la colline de Sainte-Blandine présente de nombreuses analogies avec le mobilier métallique laténien de La Chuire. Il s’agit d’une découverte fortuite, se présentant sous la forme d’une masse compacte d’objets métalliques et céramiques, localisée à proximité de l’enceinte gallo-romaine de la ville. Au vu des conditions de découvertes, on peut douter du prélèvement systématique des documents archéologiques1, expliquant la rareté de la vaisselle et l’absence de faune. Une différence notable entre les deux gisements concerne la chronologie, puisqu’à Sainte-Blandine les phases C2 et D1 sont principalement représentées et que le gisement a livré un nombre conséquent d’objets gallo-romains. La colline de Sainte-Blandine recèle les vestiges d’un important bâtiment gallo-romain certainement public. Peu de données existent concernant l’occupation à l’âge du Fer du site de Vienne, mais des découvertes récentes et encore inédites (information ; Service Municipal d’Archéologie de Vienne) attestent une occupation laténienne dans la partie basse de la ville. Il semble donc peu probable que la découverte de Sainte-Blandine soit un dépotoir lié à un habitat de hauteur dont la surface d’occupation potentielle est d’ailleurs réduite et il faut envisager une interprétation analogue à celle de La Chuire. Dans ce cas, le territoire allobroge apparaîtrait comme délimité au nord par des sites à vocations commerciales localisés sur le cours du Rhône ; les récentes fouilles de Genève ont justement mis en évidence l’existence d’un port établi entre 123 et 105 av. n. è. et précédé d’une fréquentation de nature cultuelle (Bonnet 1989). Si on confronte la création de cette structure portuaire à la situation perceptible par l’étude monétaire de Larina, où font défaut les espèces de Gallia Comata, les limites de la Provincia semblent se dessiner : celles-ci ne sont pas seulement naturelles (le Rhône) et il faut envisager le contrôle politique d’anciens sites-marchés et la réorganisation des circuits économiques impliquant la création de nouveaux sites d’échanges immédiatement après la conquête de 121 av. n. è. Cette hypothèse est d’ailleurs renforcée par l’examen des répartitions d’objets de type italique (simpulum du type de Pescate) et celtiques (fibules du type de Lauterach et Feugère type 4c 2) : il reste à expliquer les étapes du processus qui a conduit à “figer” la limite nord de la Provincia et à ce propos, on ne peut que rappeler la présence à Lyon de fossés romains de type militaire dont la datation très discutée pourrait se situer au plus tôt dans le second quart du Ier siècle av. n. è. (cf. la conclusion générale de Ch. Goudineau dans l’ouvrage “Aux origines de Lyon” DARA n° 2).

  • 2 Cf. Rybovâ 1983. Les découvertes regroupées dans le type de Kolín sont variées et ces découvertes n (...)

26D’autres sites évoquant La Chuire, et par là l’interprétation du Camp de Larina, méritent d’être mentionnés en particulier le “Massenfunde” découvert sur l’oppidum de la Engehalbinsel de Berne. Des analogies existent aussi avec plusieurs dépôts hétéroclites, parfois isolés et exclusivement métalliques disséminés dans tout le monde celtique : par exemple celui de Kolín en Tchécoslovaquie2. Toutefois, le peu de qualité des données de terrain disponibles pour toutes ces découvertes incite à se demander si leur compréhension n’est pas avant tout liée à la reprise de nouvelles fouilles, par exemple, sur la colline de Sainte-Blandine....

Le site et son contexte culturel

27Le Camp de Larina et le site de La Chuire apportent une masse de données considérable pour ce qui concerne la connaissance de la protohistoire tardive en Dauphiné. Toutefois, les conditions de découvertes permettent d’appréhender de manières très différentes le problème de la définition du faciès régional et son rapport avec les cultures protohistoriques limitrophes. Dans l’état actuel des recherches, il est sans doute prématuré de vouloir préciser l’appartenance culturelle des documents du Bronze final alors que plusieurs sites régionaux de cette période sont en cours d’étude. Vraisemblablement plusieurs phases existent, et seule la plus récente est bien documentée. Le mobilier du Bronze final III b évoque, par son répertoire de formes, les sites septentrionaux du domaine rhodano-alpin ; la présence de céramiques peintes le distingue des sites plus méridionaux (Sud Drôme, Sud Ardèche) où ces productions ne figurent que d’une manière ponctuelle. L’occupation de l’Isle Crémieu semble très dense à cette époque et le Camp de Larina occupe très certainement une place privilégiée dans un contexte où les sites de plaines et les occupations en grottes sont bien attestés. La découverte récente d’une sépulture aristocratique, datée du Ville siècle av. n. è. et située à moins de deux heures de marche du Camp de Larina, pourrait être mise en relation avec ce dernier. Une datation des fortifications de celui-ci s’avèrerait sans doute pleine d’intérêt s’il devait se confirmer qu’il s’agit d’une structure de la fin de l’âge du Bronze, ce que la présence de mobilier de cette époque dans la masse de matériau rapportée semble indiquer. L’existence d’une organisation sociale de type aristocratique à l’extrême fin de l’âge du Bronze et au début de l’âge du Fer semble envisageable en Dauphiné. Outre le secteur de l’Isle Crémieu, un autre terroir a livré des éléments en rapport avec ce type de structure sociale : il s’agit de la plaine de Bièvre-Valloire, qui relie la vallée du Rhône à celle de l’Isère, d’où provient la célèbre découverte du char de la Côte-Saint-André, située non loin du site fortifié de hauteur de Plan (Chapotat 1962 : p. 33-78 ; Lasfargues 1984 : p. 21).

28D’autres incertitudes concernent une éventuelle continuité entre la fin de l’âge du Bronze et le début de l’âge du Fer, et seuls quelques objets permettent d’entrevoir l’existence des périodes intermédiaires entre la fin de l’âge du Bronze et l’arrivée des premières importations méridionales. A la fin du premier âge du Fer, le site de Larina n’atteste que partiellement la circulation des produits et denrées méditerranéens. Ceux-ci ne sont que faiblement représentés et on note l’absence des céramiques attiques et des flacons en verre polychrome, pourtant connus à Lyon-Vaise et à Saint-Romain-en-Gal. Il ne semble donc pas que le site de Larina ait été l’un des aboutissements de la circulation du vin massaliote et de ses produits d’accompagnement et on peut l’écarter de la liste des sites princiers hallstattiens. Il est vrai que l’hypothèse proposée pour le gisement explique le peu de mobilier importé, mais bien qu’il ne soit guère aisé d’isoler la céramique indigène contemporaine, celle-ci semble minoritaire et le site de Larina paraît être entré dans une période de déclin dès la fin du VIe siècle av. n. è. L’essentiel de la circulation des produits méditerranéens en direction des sites princiers devait transiter par la moyenne vallée du Rhône, puis au niveau de Lyon, suivre la vallée de la Saône, pour aboutir à la « ... tête de pont... » que constituait le site de Bragny (Feugère 1986).

29Quant au second âge du Fer, il se caractérise par la coexistence de mobiliers témoignant de filiations diverses. Le mobilier non céramique et céramique appartient sans conteste à la culture laténienne et montre des affinités marquées avec les sites du Plateau Suisse, voire de Bavière. Toutefois, on constate la présence de productions dérivées des céramiques grecques d’Occident qui semblent être apparues aux portes de la Provence. Cette situation qui se retrouve sur d’autres sites de la moyenne vallée du Rhône permet d’établir un lien entre les populations de Gaule méridionale et nord-alpines. C’est certainement dans le secteur compris entre les sites du Pègue et de Larina que s’expriment le mieux les modalités de la celtisation du Midi de la Gaule. Dans la moyenne vallée du Rhône ce phénomène ne peut se réduire à des raisons d’ordre économique, mais semble mieux s’expliquer par l’arrivée aux IVe-IIIe siècles av. n. è. de populations celtiques qui ont su intégrer certains aspects de la culture matérielle locale.

30Ainsi, l’ethnonyme “Allobroges”, signifierait, selon l’étymologie la plus communément admise : « les gens venus d’un autre pays ».

Notes

1 La relation de la découverte signale “une infinité de tessons” et seuls 1 054 tessons sont étudiés.

2 Cf. Rybovâ 1983. Les découvertes regroupées dans le type de Kolín sont variées et ces découvertes ne semblent d’ailleurs pas typiques de l’âge du Fer, puisque des dépôts analogues sont datés du IXe siècle ap. n. è. Cf. A. Pleterski, Sebenjki zaklag. Arheoloski vestik, Acta Archaeologica, 38. 1987, p. 237-330.

Table des illustrations

Titre 148- Répartition des objets métalliques selon leur degré de conservation
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1619/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 185k

© Alpara, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access