Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un dépôt d'objets gaulois à Larina

 | 
Franck Perrin

Introduction

Texte intégral

2- La Gaule d’après César : localisation du Camp de Larina, des Allobroges et des principaux peuples gaulois

2- La Gaule d’après César : localisation du Camp de Larina, des Allobroges et des principaux peuples gaulois

1Les premières mentions de l’ethnie celtique allobroge apparaissent dans les textes concernant la deuxième guerre punique, relatée par les auteurs grecs et latins des époques républicaine et impériale (Barruol 1975). A la fin du IIIe siècle av. n. è., le passage de l’expédition militaire d’Hannibal dans le Sud de la Gaule est l’occasion pour les auteurs antiques de décrire l’attitude des différents peuples portant des noms celtiques vis-à-vis des Carthaginois (Volques, Cavares...). Par la suite, le comportement belliqueux des Allobroges (fig. 2) à l’égard du peuple romain fournira aux commentateurs antiques la matière à de multiples mentions. Mais si ce peuple, qui occupait l’actuel Dauphiné, est bien connu par la philologie, son approche à partir de l’analyse des vestiges archéologiques reste cependant très lacunaire.

2Dès le XIXe siècle pourtant, un certain nombre de découvertes sont rapportées à l’âge du Fer, en particulier par le savant E. Chantre, puis signalées par J. Déchelette dans son Manuel. Il s’agit de sépultures assez exceptionnelles (tombes à char de la Côte-Saint-André et de Saint-Romain-de-Jalionas, Isère) qui cependant ne feront l’objet que de brèves relations dans la littérature archéologique. Au début du XXe siècle, le Grenoblois H. Müller signale plusieurs découvertes datables du second âge du Fer et publie la sépulture de guerrier de Voreppe qui demeure l’ensemble funéraire le mieux décrit de l’époque de La Tène en Dauphiné (Müller 1913). Il faut attendre les années 1970 pour voir la parution des deux principaux ouvrages concernant l’âge du Fer en pays allobroge : « L’Isère pré-et protohistorique » de A. Bocquet et « Le matériel de La Tène III découvert sur la colline de Sainte-Blandine à Vienne (Isère) » de G. Chapotat (Bocquet 1969 a ; Chapotat 1970). Depuis peu, les découvertes et le réexamen de collections anciennes se multiplient et permettent une première esquisse du peuplement du pays allobroge au second âge du Fer (structures et niveaux d’habitats de Vénissieux dans le Rhône et de Vienne ; redécouverte des sépultures de Saint-Romain-de-Jalionas) (fig. 3).

3. Le territoire des Allobroges et les découvertes de l’âge du Fer

3. Le territoire des Allobroges et les découvertes de l’âge du Fer

3Cette époque est principalement attestée par des découvertes funéraires, plus particulièrement par des sépultures de guerriers. Les habitats sont mal localisés ou encore trop peu étudiés : les rares sites connus sont le plus souvent des gisements de hauteur (oppidum de Rochefort, de Saint-Loup et de Plan en Isère) dont les occupations sont mal datées ; l’existence de vestiges de La Tène sur des sites gallo-romains laisse entrevoir des occupations pré-augustéennes (Revel-Tourdan, Isère). Il faut mettre à part le cas de Vienne qui a livré depuis longtemps des témoins de La Tène dans le lit du Rhône, sur une hauteur dominant la ville moderne et dans celle-ci (Feugère 1982 ; Pelletier 1966 ; Chapotat 1970). De même, il faut distinguer le site de Genève (Suisse), mentionné dans les Commentaires de César sur la Guerre des Gaules, dont la connaissance vient d’être tout récemment renouvelée par l’archéologie (Bonnet 1989).

4Cet état de la connaissance qui privilégie les contextes funéraires au détriment des habitats est certainement dû à l’histoire de la recherche archéologique régionale, marquée par la trouvaille en 1888 du char de la Côte-Saint-André (Chapotat 1962). Ce bilan, qui tend à se modifier rapidement au gré des découvertes récentes, montre que le Dauphiné à l’âge du Fer se rapproche des régions alpines et même du Plateau Suisse où la majeure partie des structures appartenant au second âge du Fer est de type funéraire. La situation est similaire pour les périodes antérieures ; le premier âge du Fer est surtout connu à partir de découvertes funéraires (nécropoles de Rochefort, d’Ornon, du Mont-de-Lans en Isère) ; quant à l’âge du Bronze final, c’est surtout par des trouvailles en grottes (sépulcrales ou non) que cette époque a pu être appréhendée (Bocquet 1969 a). En pays allobroge sur le territoire français, seul un secteur a fait l’objet d’une succession de travaux archéologiques et de trouvailles fortuites : il s’agit de la région de l’Isle Crémieu (fig. 4), principalement du site fortifié de hauteur du Camp de Larina à Hières-sur-Amby et plus spécialement d’un des ses gisements : La Chuire (fig. 1).

Table des illustrations

Titre 2- La Gaule d’après César : localisation du Camp de Larina, des Allobroges et des principaux peuples gaulois
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1609/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre 3. Le territoire des Allobroges et les découvertes de l’âge du Fer
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1609/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 394k

© Alpara, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access