Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lyon Saint-Jean

 | 
Françoise Villedieu

Annexe

Annexe 4. Étude numismatique

Alain Audra et Luc Jacquin

Texte intégral

1Les techniques adoptées pour réaliser la fouille tout en nous pliant aux impératifs du calendrier fixé par la SEMALY, ont eu des conséquences évidentes dans le domaine de la numismatique : les monnaies recueillies sont peu abondantes et leur nombre est particulièrement faible dans les couches du Moyen Âge, qu’il aurait certainement été nécessaire de tamiser pour retrouver les espèces émises durant cette période. A ce déséquilibre de la documentation fait pendant la diversité des solutions adoptées par les personnes qui ont étudié ce matériel. Si A. Audra et L. Jacquin ont été en mesure de proposer une analyse de la circulation monétaire à partir de l’examen des monnaies antiques, J.-L. Charlet ne s’est pas senti autorisé à tirer des conclusions du même ordre de l’étude du matériel médiéval et moderne. Il le présente donc uniquement sous la forme d’un catalogue. Afin d’alléger la publication, à la demande des responsables de la collection, le catalogue des monnaies antiques étudiées par A. Audra et L. Jacquin est mis à la disposition des lecteurs sur un support informatisé, qu’il sera possible d’obtenir en s’adressant à la D.A.H. de la région Rhône-Alpes. La composition du lot de monnaies associées aux pièces de l’équipement d’un militaire, qui forme un ensemble clos au caractère exceptionnel, est présentée sous forme de tableau. Le catalogue et l’ensemble de l’étude, entreprise dans ce cas par A. Phoungas, sera publié ultérieurement. A ces travaux succède une présentation du mobilier replacé dans le cadre des périodes qu’il a été possible de distinguer sur la base des observations faites sur le terrain. Cette présentation de la stratification du site n’ayant pas été donnée ailleurs dans l’exposé des résultats, toutes les périodes distinguées sont décrites ici, même lorsque les niveaux correspondants n’ont pas livré de monnaies.

2Françoise VILLEDIEU

Les monnaies antiques

3Le matériel numismatique recueilli avenue Adolphe Max offre l’opportunité d’analyser la circulation monétaire à Lyon à partir du milieu du IIe siècle, complétant ainsi le tableau qui commence à se dessiner grâce aux informations livrées par plusieurs chantiers fouillés au cours des quinze dernières années.

4Le lot constitué par les 189 monnaies émises jusqu’au IVe siècle se décompose de la manière suivante :

  • 2 monnaies du Ier siècle après J.-C., soit 1 % de cet ensemble ;

  • 24 monnaies du IIe siècle, soit 13 % ;

  • 81 monnaies du IIIe siècle, soit 43 % ;

  • 20 monnaies n’ont pu être lues, mais elles appartiennent vraisemblablement au IIIe siècle : 10,5 % ;

  • 47 monnaies appartiennent au IVe siècle : 25 % ;

  • 14 monnaies sont totalement illisibles et ne peuvent être attribuées à une époque précise : 7 % ;

  • il faut signaler la présence d’un flan : 0,5 %

Les monnaies du Ier siècle après J.-C.

  • 18 Le trésor de Seyssel, en Flaute-Savoie, enfoui à la fin du IIe siècle ap. J.-C., contient une monna (...)

5Leur faible nombre démontre bien leur caractère résiduel. Ces monnaies sont antérieures à l’urbanisation du site au milieu du IIe siècle après J.-C., elles ont échappé aux refontes successives et ont continué à circuler pendant la deuxième moitié du IIe siècle18.

Les monnaies du IIe siècle

  • 19 Sur les 188 monnaies du trésor de Seyssel, six appartiennent au règne de Trajan.

6Sur les 24 monnaies attribuées à cette période, 3 seulement datent du règne de Trajan19 et 5 de celui d’Hadrien, qui est généralement très bien représenté sur tous les sites occupés durant ce siècle à Lyon et à Vienne, 7 monnaies ont été émises lorsque Antonin le Pieux était empereur : 5 sont à son nom, 2 autres au nom de Marc Aurèle César. Le règne de ce dernier est représenté par 6 monnaies : 1 porte son nom, 1 celui de Lucius Verus, 3 celui de Faustine II et 1 celui de Lucille. Le règne de Commode est représenté par un as et un denier fourré. Ces espèces sont toutes issues de l’atelier de Rome.

Les monnaies du IIIe siècle

7Bien que le site ait été occupé durant tout le IIIe siècle, les témoignages numismatiques concernant les cinquante premières années se réduisent, pour le monnayage de bronze, à un as de Sévère Alexandre frappé à Rome entre 223 et 224 après J.-C., alors que le mobilier céramique datant de la première moitié de ce siècle est extrêmement abondant. Lyon ne se distingue pas du reste de la Gaule où cette raréfaction du numéraire a déjà été relevée (REMY 1980, RICHARD 1978). Pour les transactions courantes étaient utilisés alors les stocks de monnaies anciennes (BUTTREY 1981), constitués principalement de types émis durant le IIe siècle.

8Sur le site examiné, il faut attendre le règne de Gallien (256-268), représenté par 8 monnaies provenant de l’atelier de Rome sur un total de 13 trouvailles (fig. 99), pour assister à une arrivée importante d’antoniniani. Le règne de Claude II est représenté par 25 monnaies parmi lesquelles 18 sont des frappes posthumes ; parmi ces dernières, 10 sont des imitations.

9Un antoninianus de Laelien, 2 de Victorin et 13 monnaies émises au nom de Tetricus, mais dont 8 sont des imitations, couvrent l’époque de l’Empire gaulois. 23 autres imitations n’ont pu être attribuées à un règne précis. Il est possible dans la plupart des cas de distinguer au droit une tête radiée, mais les légendes sont incompréhensibles. Leur poids est faible, de même que leur épaisseur, leur diamètre réduit et leur aspect médiocre. Il est encore impossible d’établir la chronologie de ces espèces, d’origine locale (NICOLETPIERRE 1978, MEISSONNIER 1984). Ces imitations semblent s’être diffusées massivement durant les règnes des usurpateurs gaulois, et particulièrement sous celui de Tetricus (270-273). Leur production a certainement continué durant plusieurs années, peut-être jusqu’au début du IVe siècle.

99. Tableaux de répartition par ateliers

99. Tableaux de répartition par ateliers

10Quelques monnaies postérieures à la réforme d’Aurélien (274) nous sont parvenues ; il s’agit de 4 antoniniani, un de Tacite frappé à Ticinum, un de Florien, un de Carin et le quatrième de Maximien, tous trois frappés à Lyon.

  • 20 Lots de monnaies du IIIe et IVe siècles sur le chantier de l’îlot Vieille-Monnaie à Lyon, en cours (...)

11Sur les 81 monnaies appartenant à la deuxième moitié du IIIe siècle après J.-C., 41 sont des imitations locales soit 50,61 % (fig. 100) des monnaies de cette période. Nous avons déjà noté ce phénomène en étudiant les monnaies du IIIe siècle mises au jour sur le site de la rue Vieille Monnaie20.

100. Répartition des monnaies du 1er au IVe siècle

100. Répartition des monnaies du 1er au IVe siècle

101. Monnaies antiques : répartition par empereurs

101. Monnaies antiques : répartition par empereurs
  • 21 L’étude du trésor a été confiée à A. Phoungas.

12Il faut enfin signaler la découverte d’un trésor monétaire dissimulé dans un coffre contenant des effets ayant appartenu à un militaire. Ce trésor fera l’objet d’une étude à part21, mais sa composition est donnée, ci-dessous, sous forme de tableau.

Composition du lot de monnaies associé à l’équipement d’un militaire

Composition du lot de monnaies associé à l’équipement d’un militaire

13Andréas PHOUNGAS

Les monnaies du IVe siècle

  • 22 Monnaies recueillies sur les chantiers de la rue Tramassac et de la rue Jean Carriès à Lyon, en cou (...)

1447 monnaies identifiées appartiennent à des types monétaires créés durant ce siècle. La faible quantité d’espèces recueillies ne permet pas de tirer de conclusions pertinentes sur la circulation monétaire à Lyon. Néanmoins, il est intéressant de remarquer (fig. 100) que les émissions des années 330-341, 341-348, 364378, et 388-395 sont les plus importantes, mais que les frappes au type FEL TEMP REPARATIO (l’empereur terrassant un cavalier) sont faiblement représentées par rapport à leur important volume d’émission. En revanche, avec quatre monnaies, le monnayage de Constantin I daté entre 305 et 318 est attesté plus fréquemment ici que dans les autres lots du IVe siècle recueillis à Lyon et que nous avons eu l’occasion d’examiner22.

15Le tableau de répartition par ateliers (fig. 99) montre une prédominance du numéraire issu des ateliers de Lyon et d’Arles durant les années 330-341. Trèves et Cyzique ne sont représentées qu’au tout début du siècle. Il y a deux imitations dans ce lot : la monnaie n° 147 au nom de Magnence ou Décence portant au revers VICTORIAE DD NNAVG ET CAE et la monnaie n° 143, un solidus fourré contrefaisant une monnaie, émise entre 347 et 360, pour le tricennalia de Constance II au revers GLORIA/REI/PVBLICAE. Nous n’indiquons pas le poids de cet exemplaire, car pour en permettre la lecture, il a fallu enlever les nombreuses concrétions de bronze recouvrant la feuille d’or, la déplier et la remonter sur un support en résine.

16Alain AUDRA et Luc JACQUIN

Les monnaies et jetons médiévaux et modernes

17Ont été examinés 36 monnaies, 7 jetons dont 3 médiévaux, 2 plombs et un flan illisible.

18Les 36 monnaies se répartissent comme suit :

  • XIVe s.

1

  • fin XVe s.

1

  • XVe ou XVIe s.

1

  • XVIe s., première moitié

2

  • XVIe, deuxième moitié

3

  • XVIIe, première moitié

20

  • XVIIe, deuxième moitié

3

  • XVIIIe, première moitié

1

  • XVIIIe, deuxième moitié

4

19Les monnaies se concentrent donc essentiellement dans la première moitié du XVIIe siècle et les 3 monnaies de la seconde moitié du XVIe siècle sont en fait des monnaies de la fin du siècle : elles ont été émises entre 1590 et 1600.

20Sur le plan géographique, on trouve :

  • 2 monnaies de provenance non déterminable,

  • 1 monnaie de Savoie,

  • 1 monnaie de Genève,

  • 17 monnaies des Dombes,

  • 1 monnaie d’Orange,

  • 1 monnaie d’Avignon,

  • monnaies françaises (où les ateliers du Sud sont bien représentés : Lyon, Grenoble, Aix, Bordeaux).

21Cette répartition est tout à fait normale pour des monnaies trouvées à Lyon (concentration de monnaies des Dombes, présence de monnaies de Genève, de Savoie ainsi que d’Orange et d’Avignon)

22Jean-Louis CHARLET

Monnaies et stratigraphie

23Les caractéristiques du site et les difficultés rencontrées pour exploiter toutes les données réunies, confèrent au regroupement des couches archéologiques dans le cadre de périodes précises un caractère encore provisoire. Il est certain toutefois que, si des retouches devront être apportées au tableau suivant, elles ne les modifieront pas profondément. Les monnaies dont les numéros d’identification suivent sont décrites dans le catalogue numismatique diffusé sur un support informatique.

24Le bref commentaire donné sur le mode de formation des couches a pour but d’expliquer, dans certains cas, l’abondance du mobilier résiduel, ou parfois de donner valeur de référence à des ensembles homogènes.

25Période 1 - Travaux réalisés au XXe siècle (pose de la bordure du trottoir, aménagement d’un couloir de circulation pour les autobus, arrachage d’une rangée de platanes, mise hors service du tramway).

26Période 2 - 1866 - début du XXe siècle : plantation des platanes, installation des réverbères, travaux des T.C.L., pose d’égouts et de cables.

27Période 3 - Ouverture de l’avenue en 1866 : démolition des bâtiments et récupération des éléments en grand appareil.

224

An 7 (Révolution)

219

1692-1705

218

1656

28Période 4 - Première moitié du XIXe siècle : transformations dans les immeubles, reconstruction de la grille du palais archiépiscopal, installation des égouts et aménagement des quais (utilisation de remblais prélevés sur des sites occupés dans l’Antiquité pour relever le niveau de rue de l’Archevêché).

109

IIIe siècle (imitation)

29IIIe siècle (imitation)

30Période 5 - 1791-1800 : construction d’un immeuble (ouverture d’une cave, installation de fondations puissantes entraînant la remontée d’objets anciens).

215

XVIIIe siècle

168

388/395

5

114-117

121

illisible

31Période 6 - XVIIIe et XIXe siècles : transformations, mal datées, dans l’ancienne cure de Saint-Romain et dans la maison Pingon.

32Période 7 - Deuxième moitié du XVIIIe siècle : travaux réalisés dans les caves de l’ancienne cure de Saint-Romain, ainsi que dans la rue de l’Archevêché et la cour du palais (construction de la grille Morand).

198

1600-1608

33Période 8 - Reprise de la façade de la maison Pingon et autres travaux en 1746.

34Période 9 - XVIIe et XVIIIe siècles : travaux dont la chronologie n’a pu être toujours fixée avec précision. Entre 1761 et 1763, transformation de l’église de Saint-Romain en auditoire ; remaniements dans la cave Β ; construction de la maison Maclas.

225

an 8

223

1787

222

1771

219

1692-1705

220

1693-1698

217

1638-1639

181

illisible

35Période 10 - Vers 1620 : travaux dans la maison Pingon, qui ont touché le rez-de-chaussée et les caves.

79

270-273 (imitation)

36Période 11 - Reprise de la façade de la maison curiale en 1674.

216

XVIIe siècle

37Période 12 - Construction des prisons de l’Archevêché en 1665-1666. Le cimetière est abandonné et les corps déterrés pour être ensevelis ailleurs. Ouverture de la rue de l’Archevêché.

213

1633-1644

211

1627-1650

210

1627/1650

209

1627

207

1624

208

1624

205

1620

214

1619

212

1618-1625

204

1610-1626

199

1608-1626

201

1608-1626

202

1608-1626

196

1592/1608

197

1592/1608

190

1343/1383

233

jeton

235

illisible

38Période 13 - Première moitié du XVIIe siècle : reprise du mur mitoyen de la cure de Saint-Romain et de la maison Pingon, vers 1604 ; construction du bâtiment préexistant aux prisons (ouverture des caves Ε et F) à partir de 1615 et avant 1664.

206

1622

203

1608/1626

232

1615 (jeton)

231

1600 (jeton)

105

2e moitié IIIe siècle (imitation)

17

145

39Période 14 - fin XVIe et début du XVIIe siècle : reconstruction de l’église Saint-Romain, qui a entraîné la démolition d’une partie des bâtiments qui prenaient appui contre la façade nord de l’édifice. Parallèlement, installation de l’enclos funéraire et de structures en pierres sèches.

191

Moyen Âge ou XVIe siècle

228

jeton de compte médiéval

194

1541-1547

193

1515-1540

192

1461-1483 ou 1483-1498

40Période 15 - XlVe siècle (environ) : ouverture de la rue Saint-Romain, construction des maisons qui la bordent à l’ouest, aménagement de la cour de Lyon. Démolitions, terrassements, installation de caves, ont fait disparaître des niveaux médiévaux et ont largement entamé ceux de la période antique.

229

jeton de compte médiéval

146

341-346

138

330-335

134

330-331

130

316

76

270-273 (imitation)

54

après 270

50

après 270

36

256-258

111

250-300

101

250-300

27

223-224

26

192

24

175-180

22

161-175

125

illisible

41Période 16 - IXe - XIIIe siècle : occupation médiévale se marquant en particulier par l’installation de fosses creusées dans des couches antérieures.

226

jeton de compte médiéval

174

IVe-Ve siècle (imitation)

156

364-367

147

après 341 (imitation)

132

début IVe siècle

184

illisible

42Période 17 - VIIe - IXe/Xe siècles : les structures antiques demeurent en usage, parfois remaniées ; le creusement de fosses dans les sols favorise la remontée d’objets anciens.

164

388-395

172

388-395

170

388-395

171

388-395

158

367-378

154

367-375

159

364-378

162

364-378

160

364-378

149

353-360

141

341-346

142

341-346

133

321

129

314-315

89

270-300

78

270-300 (imitation)

109

270-300 (imitation)

100

2e moitié IIIe siècle

114

2e moitié Me siècle

21

164-180

7

117-138

180

illisible

43Période 18 - (Ve et) VIe siècle : les thermes perdent leur fonction initiale et sont l’objet d’une restructuration profonde, qui se répercute dans l’ancienne cour-palestre par l’apport d’une couche de remblai qui a livré un mobilier céramique relativement abondant.

163

378-383

152

367-375

155

367-375

153

367-375

157

367-375

148

353-361

144

341-346

145

341-346

140

335-341

139

330-335

131

après 318

128

295

61

après 270

113

258-267

123

Me illisible

119

illisible

179

illisible

44Période 19 - Ve (et VIe) siècles : transformation des thermes, construction d’un péristyle auquel semble pouvoir être associé un corps de bâtiment.

166

388-395

167

388-395

161

364-378

151

352-360

137

330-335

55

après 270

62

après 270

67

268-270

74

270-300

95

2e moitié IIIe siècle

97

2e moitié IIIe siècle (imitation)

18

illisible

18

illisible

17

illisible

45Période 20 - Construction des thermes à la fin du IVe siècle ou au tout début du Ve siècle. Dans certains secteurs l’installation des fondations a été précédée par des terrassements larges et profonds ayant entraîné le bouleversement des couches des IIe et IIIe siècles ; les remblais déversés pour niveler le sol ont livré un mobilier comptant une forte proportion d’éléments résiduels.

169

388-395

143

341-346

135

337-341

136

330-337

84

283

65

après 270

49

après 270

63

après 270

81

270-273

69

270-273

71

270-273

70

270-273

33

260-268

98

2e moitié Me siècle

117

2e moitié Me siècle

86

2e moitié Me siècle (imitation)

110

2e moitié IIIe siècle (imitation)

94

2e moitié IIIe siècle (imitation)

102

2e moitié IIIe siècle (imitation)

108

Me siècle

13

138-161

2

64-67

186

illisible

180

illisible

175

flan

46Période 21 - Début du IVe siècle : traces d’une destruction violente d’une partie des bâtiments construits au IIIe siècle. L’une des deux salles concernées fut rapidement remise en usage : un sol vint sceller la couche de déblais (2104). Dans le second cas, l’espace détruit fut nivelé, mais il ne fut pas reconstruit avant la fin du IVe ou le début du Ve siècle (1677).

127

290/294

82

276

83

276

51

270

52

après 270

53

après 270

56

après 270

64

après 270 (imitation)

57

après 270 (imitation)

58

après 270 (imitation)

59

après 270 (imitation)

60

après 270 (imitation)

66

après 270 (imitation)

72

270-273

73

270-273

75

270-273 (imitation)

77

270-273 (imitation)

80

270-273 (imitation)

68

268-270

41

268-270

43

268-270

42

268-270

44

268-270

45

268-270

46

268-270

47

268-270

48

268

28

260-268

29

260-268

30

260-268

31

260-268

32

260-268

34

260-268

35

256-258

40

253-258

37

253-268

38

253-268

39

253-258

92

2e moitié IIIe (imitation)

93

2e moitié IIIe (imitation)

85

2e moitié IIIe (imitation)

87

2e moitié IIIe (imitation)

88

2e moitié IIIe (imitation)

90

2e moitié IIIe (imitation)

91

2e moitié IIIe (imitation)

96

2e moitié IIIe (imitation)

99

2e moitié IIIe (imitation)

103

2e moitié IIIe (imitation)

104

2e moitié IIIe (imitation)

107

2e moitié IIIe (imitation)

106

2e moitié IIIe (imitation)

112

illisible (2e moitié IIIe siècle)

115

illisible (2e moitié IIIe siècle)

116

illisible (2e moitié IIIe siècle)

117

illisible (2e moitié IIIe siècle)

118

illisible (2e moitié IIIe siècle)

8

117-138

124

illisible

126

illisible

176

illisible

177

illisible

47Période 22 - Constructions fondées dans les remblais apportés au cours de la phase 28. Une grande partie du mobilier recueilli provenait sans doute de ces remblais : les types de céramiques attestés dans les deux cas sont très proches et seuls quelques objets un peu plus récents introduisent une légère différence entre les deux opérations. Celles-ci durent se succéder assez rapidement (datation proposée : deuxième quart ou milieu du IIIe siècle).

12

138-161

48Période 23 - Aménagement d’un groupe de salles isolées par les interventions postérieures ; le mobilier recueilli ne permet pas de proposer une date de construction précise, mais le contexte suggère de l’attribuer au IIIe siècle.

15

148-149

49Période 24 - Aménagement du secteur fouillé au prix d’importants travaux accompagnés par l’apport de remblais très importants utilisés pour colmater le bras secondaire de la Saône dans les années 210/230 probablement. Dans ces couches, le mobilier céramique est très abondant.

25

190

18

145

11

137

9

125-138

6

114-117

4

98-111

3

Domitien

1

10-14

120

illisible

184

illisible

50Période 25 - Colmatage progressif (et naturel) du bras secondaire de la Saône et destruction des bassins au début du IIIe siècle.

20

163-164

14

140-144

51Période 26 - Réparation d’une partie des structures (fin du IIe siècle-début du IIIe siècle).

10

125-128

52Période 27 - Construction d’un premier bâtiment, précédée par l’apport de remblais ; première période d’utilisation troisième quart du IIe siècle.

16

158-160

122

illisible

53Période 28 - Milieu ou troisième quart du IIe siècle : traces d’une fréquentation du site sur la rive droite du bras secondaire de la Saône.

54Ce tableau montre que la plupart des monnaies mises au jour sur le chantier de l’avenue Adolphe Max l’ont été dans des unités stratigraphiques très bouleversées par les nombreuses constructions qui se sont succédé sur le site depuis le IIe jusqu’au XIXe siècle. Cependant, les lots regroupés dans les périodes 24-2118 et 20 paraissent plus homogènes et permettent de faire quelques remarques.

55La période 18 correspond à la transformation des bâtiments thermaux. Le lot monétaire se compose essentiellement d’espèces du IVe siècle, 4 du milieu du siècle et 6 émises entre 353 et 383. Il est normal que ce numéraire continue de circuler aux Ve et VIe siècles, car la fermeture des ateliers gaulois dans les années 420 ne permet plus de renouveler le stock monétaire.

56L’ensemble monétaire de la période 20, correspondant à la construction des thermes, donne une image assez intéressante de la circulation monétaire à la fin du IVe et au début du Ve siècle. Les unités stratigraphiques qui composent cet ensemble ont livré un nummus au revers VICTORIA AVGGG, 3 monnaies du milieu du IVe siècle, et la présence encore importante d’antoniniani 15 peut s’expliquer par les bouleversements engendrés par la construction des bâtiments ; ces monnaies sont donc résiduelles.

57La période 21, composée de 3 unités stratigraphiques (1677, 2104, 2106), a livré 60 monnaies. La plus ancienne est un sesterce d’Hadrien. Le reste du monnayage s’échelonne de 253 à 294 (55 antoniniani), avec une bonne représentation des règnes de Gallien (11) et de Claude II le Gothique (8). Il convient de noter l’abondance des imitations émises après 270 par des ateliers locaux, qui forment l’essentiel du monnayage à la fin du IIIe siècle en Gaule. La production des ateliers monétaires officiels après la réforme d’Aurélien est représentée par 3 antoniniani : 1 de Tacite frappé entre 275-276 à Ticinum, un autre de Florien fabriqué à Lyon en 276 et le troisième émis par l’atelier lyonnais au nom de Maximien Hercule en 290294. Bien que l’on n’ait pas retrouvé dans ces contextes de folles de la tétrarchie et de Constantin, nous pensons qu’ils pourraient dater du début du IVe siècle. Durant cette période semblent circuler principalement des espèces officielles ou locales de la deuxième moitié du IIIe siècle. L’absence de monnaies plus tardives peut être due à une distribution du monnayage officiel excluant les circuits économiques de la cité, ou plus vraisemblablement à une thésaurisation rapide des monnaies de bon aloi.

58Les 10 monnaies récoltées dans les couches de l’ensemble 24 sont un reflet de la circulation monétaire au début du IIIe siècle. En effet, dès la fin du règne de Commode, l’approvisionnement en numéraire se fait de plus en plus rare, et on utilise le stock monétaire des siècles précédents. Cette pénurie pourrait être la conséquence des événements qui marquent à Lyon l’accession de Septime Sévère à l’Empire. Ce lot est composé d’un semis de Tibère, de deux dupondius (Domitien - Trajan) de 4 as (Trajan - Hadrien - Aelius - Commode) et d’un sesterce de Marc Aurèle ; deux monnaies sont illisibles.

Notes

18 Le trésor de Seyssel, en Flaute-Savoie, enfoui à la fin du IIe siècle ap. J.-C., contient une monnaie de Domitien.

19 Sur les 188 monnaies du trésor de Seyssel, six appartiennent au règne de Trajan.

20 Lots de monnaies du IIIe et IVe siècles sur le chantier de l’îlot Vieille-Monnaie à Lyon, en cours d’étude.

21 L’étude du trésor a été confiée à A. Phoungas.

22 Monnaies recueillies sur les chantiers de la rue Tramassac et de la rue Jean Carriès à Lyon, en cours de publication.

Table des illustrations

Titre 99. Tableaux de répartition par ateliers
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1582/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre 100. Répartition des monnaies du 1er au IVe siècle
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1582/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre 101. Monnaies antiques : répartition par empereurs
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1582/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 800k
Titre Composition du lot de monnaies associé à l’équipement d’un militaire
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1582/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 100k

© Alpara, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access