Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lyon Saint-Jean

 | 
Françoise Villedieu

Chapitre 5. De l’archéologie à l’histoire

Texte intégral

La rive droite de la Saône au IIe siècle

1C’est dans un paysage instable, caractérisé par la présence de bras secondaires de la Saône, qu’apparaissent les premières traces d’occupation enregistrées dans l’espace fouillé, durant les dernières décennies du IIe siècle. L’un de ces bras coulait dans l’espace où a été ouvert le chantier. Il bordait une île qui n’a pas livré de vestiges antérieurs au IIIe siècle (pl. III). Le premier bâtiment se dressait sur la rive opposée, où il semble apporter le témoignage d’une expansion progressive de l’habitat, partant du pied de la colline pour se propager en direction de la rive actuelle de la Saône.

  • 10 Leurs résultats doivent être publiés dans un prochain numéro des D.A.R.A.
  • 11 Les fouilles réalisées rue J. Carriès et dans l’îlot Tramassac étaient dirigées par C. Arlaud et J. (...)

2L’examen des alluvions fluviatiles entrepris par C. Amoros et J.-P. Bravard, a éclairé les motifs de cette urbanisation tardive et permis de mieux interpréter ses premières étapes10. Complétées par les observations faites sur les chantiers ouverts peu après, rue Jean Carriès et dans l’îlot Tramassac, ainsi que sur la rive opposée, rue de la Monnaie et place Bellecour11, ces données viennent s’ajouter au lourd dossier consacré à la localisation du confluent du Rhône et de la Saône et au tracé antique du lit de cette dernière (Steyert 1895, pp. 275-279 ; Audin 1947, pp. 99-113 ; 1956, pp. 10-15 ; Turcan 1980. pp. 65-66 ; Desbat 1982, pp. 29-37 ; Russo 1964, pp. 53-58). Si tous les problèmes n’ont pas encore été réglés - le tableau reste encore bien flou - un certain nombre d’hypothèses peuvent maintenant être écartées. En ce qui concerne plus strictement le secteur de l’avenue Adolphe Max et donc les quartiers situés sur la rive droite de la Saône, il apparaît que, repoussée sans doute par le Rhône à une époque encore indéterminée, la rivière a aménagé son lit, en totalité ou en grande partie, au pied de la colline de Fourvière. Puis, progressivement, elle s’en est éloignée pour couler à l’emplacement qu’elle occupe encore actuellement, en laissant derrière elle un réseau de bras secondaires, auquel se rattache celui dont les traces ont été mises au jour dans la partie occidentale du chantier de l’avenue A. Max.

3L’analyse de la stratification, enrichie à compter du IIe siècle par l’introduction de matériaux anthropiques, permet de dater cette phase finale et de mesurer l’action de la nature et celle de l’homme, qui se sont conjuguées pour contenir entièrement la Saône dans son lit majeur.

4Ces acquis ne peuvent se parer réellement du prestige de la nouveauté. Déjà, J.-F. Artaud avait noté :

« le Rhône et la Saône réunis ont souvent tout inondé le terrain où se trouve actuellement la ville basse de Lyon ; ce qu’on peut juger par les graviers et les sables de ces deux fleuves qu’on rencontre partout sur le roc primitif »

5et quelques indices l’incitèrent à repousser la rive antique de la rivière au pied de l’éperon de Fourvière (Artaud 1846, pp. 30-32, p. 232). Plus récemment, les observations faites en deux points de la rue Tramassac ont encouragé A. Audin à développer cette thèse (Audin 1957, pp. 57-61 ; Russo 1964, pp. 53-58). Dans les publications réalisées avec Ph. Russo, il démontre l’existence, dans l’Antiquité, d’un bras de la Saône coulant au pied de Fourvière et isolant la langue de terre sur laquelle devait naître, tardivement, le quartier Saint-Jean (Russo 1964, p. 53 ; Audin 1965, p. 200). La possibilité de fouiller un espace plus vaste et d’introduire les informations livrées par la stratigraphie nous autorise à nuancer cette interprétation qui tendait à figer pour toute la période gallo-romaine ce qui ne fut vraisemblablement qu’une étape dans le cadre d’une évolution, dont seuls, pour l’heure, peuvent être datés les derniers moments.

6Des remblais furent apportés pour asseoir le premier bâtiment ; ils étaient contenus par une palissade en bois dressée au-dessus du bras d’eau, où ont été relevées des traces fort ténues d’un aménagement de berge. Les salles dégagées représentent la partie avancée d’une construction qui se développait au nord et à l’ouest. Les bassins qui lui sont associés révèlent que l’on a tiré parti de la présence d’une eau courante pour exercer ici une activité industrielle, qui doit être en rapport avec la boucherie ou le tannage des peaux de bovidés.

7La durée d’utilisation de ces structures est sans doute inférieure à un demi-siècle, une période relativement courte durant laquelle pourtant l’activité du bras secondaire de la Saône évolue rapidement, en se réduisant considérablement le plus souvent, pour s’éveiller parfois brutalement en période de crues. Si l’une d’elles est à l’origine d’une sérieuse destruction des bassins qui, cette fois, ne furent pas réparés, la tendance précédente a vraisemblablement encouragé le dessein de colmater le bras pour gagner de nouveaux espaces constructibles.

8Les données de la fouille nous permettent de reconstituer différentes phases de cette entreprise. Il semble que l’on ait, dans un premier temps, élevé des structures solides de part et d’autre du bras (pl. IV : M11-13 et M34). Elles se plient encore à la topographie du site, en épousant la courbe du bras. De l’eau stagne parfois dans le lit du bras : des restes d’animaux vivant en milieu lacustre ont été examinés par C. Amoros contre le mur dressé sur la berge orientale. Entre ces deux ensembles furent ensuite déversés d’importants remblais qui ont livré un mobilier dont les éléments les plus récents pourraient dater des années 210-230. En amont, là où le bras se détachait du lit principal, une digue fut peut-être bâtie pour couper l’arrivée de l’eau et faciliter le colmatage. L’hypothèse, pour l’heure, ne repose sur aucun témoignage archéologique ; le mur mis au jour durant les fouilles du groupe épiscopal aurait pu éventuellement jouer ce rôle, mais il est certainement plus récent (cf. annexe 1, n° 11).

Les thermes antiques

9Vers le milieu du IIIe siècle, des constructions relièrent les deux ensembles antérieurs. A la même époque, sans doute, apparut la salle à hypocauste sur pilettes bâtie sur l’ancienne île (salle 2 C, pl. IV).

10L’état de conservation des structures interdit tant de définir l’organisation des constructions que d’établir avec certitude si elles appartenaient à un ou à plusieurs édifices distincts. Quelques indices incitent toutefois à retenir la première solution, à titre d’hypothèse (voir, supra, dernier paragraphe du ch. 1). Il s’agirait donc des restes de thermes, dont les proportions indiquent - quelle que soit la solution adoptée - qu’ils étaient publics.

11A plusieurs reprises, déjà, le sol de Lyon a livré des vestiges de thermes et l’existence de deux établissements est révélée par l’épigraphie. Les thermes d’Ulattius sont connus par une inscription mise au jour quai Pierre-Scise, dans le voisinage d’une source ; à proximité, A. Audin a relevé la présence de structures qui pourraient, selon lui, appartenir à cet édifice (Allmer 1888/93, II, pp. 63-66, n° l 13 et p. 315 ; Audin 1956, p. 144). Des thermes, sans doute assez richement décorés, ont été vus sur les pentes de la Croix-Rousse, près de l’amphithéatre, au lieu-dit La Déserte (Artaud 1846, pp. 95-96 ; Allmer 1888/93, II, p. 332 ; Audin 1956, p. 129). Au cours des fouilles menées récemment rue des Farges, un grand établissement balnéaire a été partiellement dégagé (Desbat 1984), et un autre serait attesté au voisinage de la fontaine des Récollets, montée SaintBarthélemy (Allmer 1888/93, III, p. 24 ; Audin 1956, pp. 138-139). J.-F. Artaud en signale d’autres sur les flancs de la colline de Fourvière, montée du Gourguillon ; il pense qu’ils étaient alimentés par le réservoir de la grotte Bérelle (fig. 93, n° 23 : Artaud 1846, p. 70). Au pied de cette colline, sur la rive droite de la Saône, les thermes nouvellement mis au jour avenue A. Max, auraient été encadrés, au nord, par ceux qui ont été vus à l’emplacement du groupe scolaire de Saint-Paul (fig. 93, n° 3 : Audin 1956, p. 137) et, au sud, par ceux de la Quarantaine (fig. 93, n° 26 : Wuilleumier 1949, p. 3). Il est difficile d’affirmer que les salles à hypocauste dégagées au cours des fouilles du groupe épiscopal sous les églises Sainte-Croix et Saint-Etienne, appartenaient à des thermes, ce système de chauffage ayant fréquemment été adopté dans des maisons d’habitation (Reynaud 1981, p. 125-126 ; cf. annexe 1, n° 11). Il faut, à propos des derniers édifices, évoquer l’existence de ces bains d’Apollon que Pompeius Catussa invitait à fréquenter, ainsi qu’il l’avait souvent fait lui-même avec son épouse : tu qui legis, vade in Apollinis lavari, quod ego cum coniuge feci, vellem si adhuc possem (Allmer 1888/93, II, pp. 504-507, n° 187 et, dans l’annexe 1, le n° 25). L’épitaphe a été recueillie dans les fondations de la Commanderie de Saint-Georges, certainement hors de son contexte d’origine : elle ne nous apprend rien sur la localisation de ces thermes. Au contraire, l’existence, à Saint-Georges, de la fontaine des « Trois-Cornets », réputée au Moyen Âge pour ses vertus curatives, et celle d’une source ferrugineuse découverte par de Boissieu, introduit un argument plus convaincant en faveur de la proposition avancée par A. Allmer de les localiser dans ce quartier (Allmer 1888/93, II, p. 307 et pp. 504-507, n° 180). C’est au même établissement que faisait peut-être allusion l’enseigne de l’auberge de Septumanus, qui indique parmi les avantages que pouvait en attendre le voyageur : Mercurius hic lucrum promittit, Apollo salutem (Allmer 1888/93, II. pp. 6566 ; Turcan 1980, pp. 81-83 ; sur le culte d’Apollon à Lugdunum : Bruhl 1964, p. 167 et sur son aspect de divinité salutaire : Duval 1976, p. 32 et pp. 76-77). Si la plupart des éditeurs de ce texte ont pensé qu’il faisait référence aux dons de guérisseur de la divinité, cette interprétation n’est pas retenue par P.-M. Duval qui rappelle qu’Apollon « assure le succès des traversées » et c’est peut-être à ce titre qu’il est associé à Mercure, le protecteur des « voyages sur terre » (Duval 1976, pp. 77-78). Cette inscription, dont le lieu de provenance n’est pas connu, ne peut contribuer à nous aider à localiser l’emplacement de ces bains. Une troisième inscription, mise au jour à Périgueux, mentionne, à Lyon, un temple dédié à Apollon Cobledulitavus et des thermes (C.I.L. XIII, n° 939 ; voir, Allmer 1888/93, II, pp. 89-91, n° 120 et pp. 63-66, n° 113). Les différentes données dont on dispose demeurent insuffisantes pour identifier avec cet établissement des restes de thermes connus, mais elles nous invitent à les rechercher dans le quartier Saint-Georges, par rapport auquel les thermes de l’avenue A. Max occupent donc une position trop marginale. Le fait que ces derniers pourraient être jugés trop modestes pour correspondre à un édifice qui paraît avoir joui d’un certain prestige, ne doit sans doute pas être retenu. En effet, les thermes du sanctuaire d’Apollon Moritasgus, à Alesia, semblent être de dimensions plus réduites encore (Le Gall 1963, pp. 146-160).

12Les vestiges attribués au IIIe siècle révèlent une volonté d’étendre l’habitat, mais il est difficile d’estimer l’ampleur spatiale et matérielle du programme d’urbanisme dont ils dépendent. L’irrégularité du plan qu’ils dessinent suggère que cette politique pourrait avoir été appliquée principalement à la faveur des mutations du cours de la Saône. Pourtant, si l’on ne retrouve pas ici la rigueur qui présida, dès l’époque augustéenne, à la distribution des constructions dans la ville haute (Mandy 1983, pp. 23-24), il faut souligner que le gain de nouveaux espaces se fit au prix de travaux beaucoup plus importants. Il n’est pas toujours aisé de déterminer si la diversité des orientations que suivent les structures est liée uniquement aux contraintes que faisait peser encore la configuration du terrain, ou si elle trahit aussi le caractère relativement spontané de la genèse du quartier.

  • 12 Les témoignages, concordants, de ce développement ont été recueillis, rue de la Martinière (Lasfarg (...)

13Cette urbanisation de la rive droite de la Saône, dont la fouille n’apporte, il est vrai, qu’un témoignage ponctuel, est en contraste avec l’image qu’offre le noyau ancien de la ville établi autour de Fourvière. Les recherches effectuées au cours des deux dernières décennies, en particulier à partir des fouilles de la rue des Farges et du clos du Verbe Incarné (Desbat 1984 ; Mandy 1983 ;), ont, en effet, mis en évidence les signes d’un abandon des hauteurs qui se manifeste à partir du IIe siècle, mais s’étale sans doute sur tout le siècle suivant (Desbat 1981, pp. 105-117). La ville, qui s’était étendue entre Saône et Rhône dès le début du Ier siècle de notre ère, sous le principat de Claude vraisemblablement12, semble se développer alors principalement dans les quartiers bas, au voisinage des cours d’eau. Les résultats de cette fouille donnent un nouvel éclairage au problème de l’abandon de la colline, sans pour autant simplifier une réponse dans laquelle entrent, certainement, bien des arguments de nature diverse. L’espace situé sur la rive droite de la Saône, assaini, est sans doute devenu un pôle d’attraction dont l’un des atouts majeurs était la proximité des cours d’eau, qui jouèrent un rôle capital dans le développement économique et commercial de la ville.

14Sans souscrire à la thèse défendue par A. Audin (1956, pp. 161-163), qui pense que l’abandon de la colline est la conséquence du pillage des tuyauteries de plomb des aqueducs, que rien n’atteste, on ne peut écarter totalement la question de l’alimentation en eau des différents quartiers concernés. Notons, à ce propos, que si des aqueducs desservaient la ville haute, la présence de citernes destinées à recueillir les eaux de pluie, sur le site du Verbe Incarné, dévoile qu’ils ne couvraient pas tous les besoins ; il est, toutefois, difficile de déterminer si l’utilisation de ces citernes répondait à une nécessité impérieuse ou si elle ne représentait qu’une contribution accessoire. Les problèmes d’approvisionnement en eau n’ont probablement pas joué un rôle déterminant pour engager les habitants de la colline à aller s’installer dans la ville basse, mais la présence de nombreuses sources au pied de l’éperon de Fourvière (Audin 1956, pp. 16-17) ne pouvait qu’accroître l’intérêt de ces espaces.

15Sans doute ne peut-on non plus rester indifférent à un argument qui émerge de l’étude des maisons du clos du Verbe Incarné entreprise par Eric Delaval : le vieillissement de l’habitat, qu’il perçoit, pourrait avoir joué également un rôle important. Cette situation peut être mise en parallèle avec celle que créera, au XVIIIe siècle, l’assainissement de plusieurs espaces gagnés sur le Rhône. Dans ce cas aussi, les quartiers neufs se sont développés souvent aux dépens du remodelage et de la rénovation des secteurs plus anciens de la ville, dans lesquels les efforts tentés en ce sens se heurtaient à des difficultés matérielles, mais aussi à la rigidité de la propriété foncière et à des intérêts privés.

16Pour la plupart des auteurs qui se sont penchés sur la question, cet abandon des hauteurs est une conséquence des difficultés économiques et peut-être politiques que l’on a très tôt entrevues à travers la documentation épigraphique. A. Allmer est convaincu que la ville a été épuisée par les pillages et la rapacité des soldats de Septime Sévère, à la suite de la bataille qui les a opposés à Albin en 197 (Allmer 1888/93, II, pp. 242-243) ; au début du IIIe siècle le commerce lui paraît stagner : « plus d’inscriptions qui rappellent ces corporations naguère si florissantes, à présent désorganisées ». Il note que les délégués des nations élus à des fonctions ne reçoivent plus de statues, et en conclut que cet appauvrissement a touché l’ensemble des trois Gaules. Pour sa part, J. Rougé tend à minimiser le poids de ces représailles (Rougé 1980, pp. 227-228), mais il reconnaît que les confiscations de biens qui ont suivi ces événements ont pu avoir des conséquences graves. Toutefois, les difficultés que connaît Lugdunum lui semblent devoir être replacées dans le cadre plus large de la crise de l’Empire qui se manifeste à partir de Marc Aurèle (Rougé 1980, pp. 229-230). On a invoqué encore, à ce sujet, l’altération des monnaies et, également, l’isolement politique de la Gaule au IIIe siècle (Steyert 1895, p. 438).

17Les thermes demeurèrent en usage pendant un siècle et demi environ, mais le terrain n’avait conservé que peu de témoignages de cette période. L’épisode que matérialise l’abandon dans un coffre de la bourse et de la plupart des pièces de l’équipement d’un militaire est difficile à replacer dans le cadre de l’histoire interne de l’édifice (voir photo au dos du volume). Il se situe en 259 ou 260, peu après, semble-t-il, que la construction eut été achevée, et ne nous apprend rien sur l’organisation et la fonction des espaces. L’adjonction d’un mur permet d’entrevoir que l’on opère quelques remaniements, durant la deuxième moitié du IIIe siècle sans doute (pl. IV, M21). Les traces d’incendie relevées dans une partie du bâtiment, et datées du début du IVe siècle, ne nous autorisent pas à imaginer que le désastre s’est étendu hors de celui-ci : il s’agit vraisemblablement de l’un de ces incidents si fréquents dans les thermes. Il fut à l’origine de l’abandon de l’une des salles chauffées par un hypocauste à pilettes, tandis que, dans une autre pièce, un nouveau sol fut établi au sommet de la couche constituée par les déblais de l’incendie (pl. II a). En revanche, nous n’avons retrouvé aucune trace de cette mise à sac que, selon A. Steyert, la ville aurait subie en 273, lorsque Tétricus livra la Gaule à Aurélien (Steyert 1895, p. 454).

18La composition du mobilier des couches qui se sont formées à la fin du IIe et au IIIe siècle sur le site de l’avenue A. Max apporte un autre témoignage de cette évolution de la situation économique (cf., infra, annexe 3 ; sur l’économie de Lyon aux IIe et IIIe siècles, voir Rougé 1977, pp. 47-63). Elle démontre clairement que les importations de denrées alimentaires transportées en amphores depuis des régions très éloignées de Lugdunum ont nettement fléchi. La réduction du nombre d’amphores de Bétique, sensible déjà au seuil du IIIe siècle, est antérieure aux difficultés que connaît cette province vers le milieu du même siècle. Bien qu’il ne soit pas certain que l’huile ait été la denrée la plus fréquemment commercialisée dans les conteneurs africains, le faible nombre d’exemplaires de ceux-ci permet d’exclure que les produits africains aient pu remplacer ceux de la Bétique. La rareté des lampes à huile fournit une preuve supplémentaire de la diminution de sa consommation (Rougé 1977, pp. 57-58). Des mêmes régions provenaient encore des conserves et des sauces de poisson, mais dans leur cas aussi le volume des importations est très faible (Rougé 1977, p. 58). Le commerce avec l’Orient a subi un sort similaire : quelques amphores attestent qu’il n’a pas été interrompu, mais il ne peut avoir eu alors qu’un poids négligeable. Quelques types d’amphores, représentés par un petit nombre d’individus, pourraient être originaires des régions situées au nord ou à l’ouest de Lyon : c’est la solution que l’on entrevoit dans le cas d’une forme apparentée au type Peacock 1977, fig. 1, 1-4. Ces documents viendraient s’ajouter, si l’on parvenait à déterminer plus fermement leur provenance, à ceux que J. Rougé a réuni sur les relations commerciales liant Lyon à ces régions (Rougé 1974). A ces amphores il faut adjoindre les restes de poteries importées d’Afrique, qui ne paraissent pas avoir menacé de concurrence les productions locales, et pourraient avoir joui auprès des consommateurs d’une certaine considération, due certainement à des qualités techniques généralement supérieures à celles des productions locales, mais peut-être aussi à leur caractère « exotique ». Il semble, en effet, que cette vaisselle ait été l’objet d’une attention particulière, qui a valu à bien des vases une durée de conservation supérieure à la moyenne, à laquelle il nous faut attribuer la présence de certains exemplaires dans des contextes stratigraphiques nettement postérieurs à leur date de fabrication. Ce bilan, jusqu’ici plutôt négatif, ne nous autorise pas, pourtant, à imaginer que le marasme régnait dans les affaires lyonnaises, car durant la même période on assiste à un essor extraordinaire du trafic des vins de Narbonnaise, dont témoigne l’extrême abondance des restes d’amphores Gauloise 4 (Laubenheimer 1985).

19Cette analyse rapide du mobilier met en évidence les signes d’une mutation. Peut-on vraiment expliquer ce qui se passe à Lyon en invoquant une crise générale touchant la totalité de l’Empire (Rougé 1980, p. 230 ; Desbat 1981, p. 110) ? Cela me paraît difficile, car si l’on enregistre également des changements dans les régions les plus proches de la Méditerranée, actuellement les mieux connues, les échanges inter-régionaux n’y cessent ni ne diminuent, seule pouvant fluctuer et connaître des alternances l’importance des diverses régions exportatrices (Panella 1986, pp. 437-446 ; Anselmino 1986, pp. 45-81). Les difficultés de la navigation fluviale ne devraient pas représenter un obstacle déterminant - il ne l’était pas durant le Haut Empire - à moins d’admettre que le régime des cours d’eau, et principalement du Rhône, n’ait connu des changements importants (Rougé 1977, pp. 50-51). L’origine de ces transformations réside peut-être dans les réformes relatives à l’organisation des armées, dont le ravitaillement avait certainement joué, auparavant, un grand rôle dans le développement économique et commercial de Lugdunum, ou dans d’autres mesures administratives. C’est vers cette dernière solution que s’oriente L. Cracco Ruggini, qui analyse les effets négatifs qu’eurent, sur le commerce, les mesures prises pour limiter les droits d’association et faire disparaître les corporations dont l’importance à Lyon, jusqu’au début du IIIe siècle, est attestée par de nombreuses inscriptions (Cracco Ruggini 1977, pp. 79-87). Pour A. Steyert, l’affaiblissement du commerce lyonnais aurait été la conséquence tant de l’évolution de l’économie monétaire que de celle des structures mises en place par le pouvoir : la multiplication des corvées et des prestations pesant sur certaines catégories professionnelles, ainsi que le développement des industries d’Etat (Steyert 1895, p. 463). Toutefois, l’analyse du mobilier conduit à dater plus tôt qu’il ne le faisait les manifestations de ces changements, et il reste à expliquer pourquoi ces causes de caractère général ont eu à Lyon des répercussions que l’on n’enregistre pas partout dans l’Empire.

Les grands travaux de la période paléochrétienne

20Quelques éléments, dont une salle complète de ces thermes, furent intégrés dans le nouveau complexe édifié à la fin du IVe ou au début du Ve siècle (pl. V : salle 2 C). L’état de conservation relativement meilleur des vestiges permet, dans ce cas, d’appréhender un peu plus aisément l’organisation du bâtiment, même si la destination de certains secteurs reste douteuse (pl. VI et fig. 17). Il s’agit encore de thermes, dont les proportions indiquent qu’ils étaient publics. Dans les espaces dégagés, qui ne couvrent qu’une partie de l’édifice, ont été reconnues la cour palestre, placée au nord de même que la piscine, quatre salles à hypocauste, ainsi qu’une fournaise installée dans une cour de service. Une autre fournaise, et donc aussi la cour de service dans laquelle elle devait être aménagée, ont pu être localisées à partir des traces d’échauffement observées sur le sol d’un hypocauste. Une allée revêtue de grandes dalles reliait ce secteur balnéaire à deux corps de bâtiment symétriques. La fonction de ces derniers n’a pu être déterminée et il est impossible d’affirmer qu’ils appartenaient au même ensemble, bien qu’un détail le suggère : une canalisation masquée par le dallage de l’allée alimentait vraisemblablement la chaudière qu’il faut certainement restituer dans l’une au moins des cours de service. Sur la limite nord du chantier, un reste de mur mal conservé, mais convenablement situé, pourrait avoir appartenu à la conduite qui desservait la piscine. Dans la cour, les eaux de ruissellement étaient convoyées par un chenal creusé dans de grands blocs de calcaire placés au pied des bâtiments, puis par une canalisation masquée sous le sol du couloir par lequel les salles chauffées ouvraient sur la piscine. Parmi celles-ci, il faut distinguer une très grande pièce chauffée par un hypocauste à canaux rayonnants, qui a pu être utilisée comme vestiaire ( ?) et comme palestre lorsque les conditions climatiques rendaient impossible l’usage de la cour. Dans deux des pièces dotées d’hypocaustes sur pilettes, la température n’a pu atteindre des valeurs très élevées, car l’une était trop distante de la fournaise, tandis que l’autre s’ouvrait vers l’extérieur par une grande porte. Seule la troisième salle disposant de ce type d’installation est susceptible d’avoir abrité l’étuve. A partir de ces données, plusieurs hypothèses peuvent être avancées pour retracer le schéma de circulation adopté dans ces bains, mais aucune n’emporte totalement l’adhésion (fig. 17). Le fait que toutes les pièces n’aient peut-être pas été retrouvées interdit, en outre, d’opter définitivement pour l’une de ces solutions.

21En dépit de quelques concessions imposées par l’intégration de structures antérieures, l’ordonnance des constructions réalisées à la fin du IVe ou au début du Ve siècle traduit la volonté de régulariser le tissu urbain, dont la trame s’était pliée jusqu’alors aux conditions imposées par le milieu naturel (la Manécanterie, bâtie au Moyen Âge, semble respecter les orientations principales de ces constructions). Replacé dans son contexte, quelques années après la création du groupe épiscopal à une cinquantaine de mètres de distance (voir, annexe 1, n° 11), ce programme de construction ne peut être traité comme un fait isolé. A travers sa réalisation, c’est un projet plus vaste de restructuration du quartier, autour de son nouveau centre religieux, qui semble se dessiner. Les thermes peuvent-ils, dès cette époque, avoir fait partie de cette domus ecclesiae qui se développe autour des groupes cathédraux, mais dont on connaît mal encore l’organisation spatiale ? Les informations recueillies sur le terrain n’apportent pas une réponse claire à cette interrogation ; toutefois, les signes d’une continuité, sensibles dans l’utilisation des mêmes bâtiments au cours des siècles suivants, permettent de ne pas écarter cette direction de recherche.

22De la ville du IVe siècle, nous ne connaissons, pour l’heure, que fort peu de choses. L’étendue de l’espace habité peut être évaluée très grossièrement. Les mosaïques datées du IVe siècle par H. Stern (Stern 1967, n° 100, pp. 82-83, n° 102, p. 85, n° 136, p. 105) apportent le témoignage d’une continuité de l’occupation et des activités dans la presqu’île. Les fouilles réalisées rue de la Monnaie et rue de la Martinière, confirment cette impression (Audin 1981, p. 475 ; Lasfargues 1982, p. 416 ; supra, note 9). La rive droite de la Saône, au pied de Fourvière, est occupée, et les résultats des fouilles du groupe épiscopal et de l’avenue A. Max suggèrent que s’y développe un grand mouvement de restructuration et de construction. En revanche, les principaux centres de la vie politique et religieuse de la cité du Haut Empire sont abandonnés et leurs monuments servent de carrières (Lasfargues 1980, p. 400 ; Audin 1981, pp. 461-464 et 474-475 ; Reynaud 1986, p. 12). La ville chrétienne semble avoir élu des lieux plus neutres sur le plan religieux, et si elle ne couvre pas, vraisemblablement, une superficie aussi vaste que l’agglomération du Haut Empire, l’image que dessinent les bribes d’information recueillies n’est certes pas celle d’une ville engagée dans un mouvement de récession irréversible. Pourtant, dans son énumération des villes nobles de la Gaule, Ausone ne nomme pas Lyon, alors qu’il décrit Trèves, Bordeaux, Toulouse et Arles, et fait allusion à Vienne à propos du rôle joué par cette dernière (Ausone, Ordo urbium nobilium, pp. 204-205). Bien qu’il la cite parmi les villes illustrant la première Lyonnaise, Ammien Marcellin ne semble pas lui accorder une importance bien supérieure à celle des autres grandes agglomérations de la même province (Ammien Marcellin, p. 141).

23Les caractéristiques des constructions réalisées sur le site fouillé, les murs fondés solidement au prix de gros travaux de terrassement et de remblaiement, la qualité des maçonneries, démontrent, à leur manière, la vitalité d’un quartier où l’on entreprend encore une opération d’urbanisme ambitieuse. Par ailleurs, l’examen du matériel recueilli met en évidence quelques signes d’un renouvellement timide des activités commerciales (voir annexe 3). Bien que la composition du mobilier des couches de cette période soit en quelque sorte faussée par l’abondance des fragments résiduels, le phénomène le plus marquant et le plus évident qui se manifeste au IVe siècle est la diminution des amphores Gauloise 4 (fig. 98, annexe 3). Cette régression a déjà été enregistrée ailleurs : sur les lieux de production, à Ostie, à Porto Torres (Panella 1973, p. 542 ; Manacorda 1977, pp. 226227 ; Villedieu 1984, p. 173 ; Laubenheimer 1985, pp. 391-392). Elle ne peut être retenue ici pour analyser les conséquences que put avoir, sur les mouvements des ports lyonnais, l’édit de Probus autorisant, en 280, la culture de la vigne dans les Gaules. L’abandon des vases en terre cuite, au profit sans doute de tonneaux dont on ne retrouve généralement pas les traces, nous prive d’une documentation essentielle pour aborder cette question. Les échanges avec l’Orient et avec la péninsule ibérique se poursuivent, mais ils portent toujours sur un nombre de conteneurs trop faible pour rendre sensibles les signes d’un changement. Au contraire, et bien que là aussi le volume des denrées importées soit resté fort modeste, un léger accroissement des importations africaines se dessine dans les dernières années du IVe siècle (la sigillée africaine D est représentée par quelques types qui n’ont pas été introduits avant les dernières décennies du IVe siècle). Dans l’ensemble, les activités commerciales de Lugdunum conservent, au cours de cette période, un caractère régional.

24Les bâtiments thermaux demeurèrent en usage pendant tout le Ve siècle (pl. VII-VIII). Les modifications qu’ils subirent alors visaient dans la plupart des cas à réduire les espaces : une salle chauffée est refaite sur un plan plus étriqué, et surface et profondeur de la piscine sont diminuées. Par ailleurs, l’un des corps de bâtiment mis au jour dans le secteur ouest du chantier fut arasé pour laisser place à une cour bordée, sur deux et peut-être trois côtés, par un portique dont la couverture reposait sur des piliers carrés alternant avec des colonnes (fig. 21).

Les transformations de l’ancien édifice thermal

25Les bâtiments en fonction au VIe siècle pourraient appartenir, au plus, à quatre ensembles distincts (pl. VII et IX) : d’une part l’édifice aménagé à l’emplacement du balnéaire et dans ses murs, d’autre part le péristyle et les salles avec lesquelles il semble communiquer à l’ouest, l’ancien bâtiment 3 I et, peut-être, l’église Saint-Romain.

26Les bains furent remodelés par l’adjonction de plusieurs murs, mais la destination du nouvel ensemble est impossible à établir : aucun plan cohérent ne peut être restitué à partir des données recueillies, mais la destruction des hypocaustes implique l’abandon de la fonction thermale (pl. VII et IX). Il est parfois même impossible de différencier, parmi les structures anciennes, celles qui ont été maintenues en usage de celles dont la conservation partielle pourrait n’être due qu’au rôle de contrefort qu’elles pouvaient encore jouer en doublant de nouveaux murs moins solidement fondés.

27Pour l’église Saint-Romain, qu’un faisceau de présomptions attribue à une date assez haute, la fouille n’a pas fait réellement progresser nos connaissances. Seule s’entrevoit la possibilité de son installation dans les thermes, dans l’espace fort étroit où elle a pu être fouillée sur l’une des limites du chantier.

  • 13 Pour A. Coville (Coville 1928, p. 476), le pluriel adopté par Leidrade (...domus quoque episcopates (...)
  • 14 Ad hospitale quoque Sancti Romani, habet colonicas vestitas XXII, absas X : Coville 1928, p. 288.

28Ces bâtiments présentent des proportions assez importantes pour que l’on puisse envisager qu’ils aient fait partie d’édifices mis au service d’un pouvoir politique ou religieux. Cette hypothèse, qui a déjà été formulée plus haut, acquiert un peu plus de force au cours de la période considérée ici, alors que ces constructions paraissent à la fois conserver une certaine importance et susciter toujours l’intérêt des bâtisseurs. La présence du palais épiscopal dans le voisinage immédiat du chantier n’est clairement attestée qu’à partir du XIe siècle, mais plusieurs textes font allusion, dès le VIe siècle, à la domus ecclesiae. Ainsi, c’est dans cette demeure que l’on situe un miracle accompli par Saint Nizier (Vita Nicetii, p. 523) et Grégoire de Tours rapporte que Priscus, le successeur de Nizier, s’y est installé avec sa famille (Grégoire de Tours, H. F., p. 170). Plus tard, au IXe siècle, Leidrade mentionne une ou plusieurs demeures épiscopales dans le rapport qu’il adresse à Charlemagne13. Rien ne prouve que ces bâtiments aient été situés dès l’origine à l’emplacement qu’occupera plus tard le palais épiscopal, mais rien, pour l’heure, ne s’y oppose. L’espace fouillé pourrait donc en avoir été fort proche, et il est tentant de supposer qu’il était occupé par certaines des annexes qui se développent autour des centres religieux importants, et constituent cette domus ecclesiae, au sens large, qui a préparé la naissance des quartiers canoniaux (Duchesne 1902, p. 399 ; Lesne 1910, pp. 196-204 ; Levillain 1925, pp. 71-74). Il faudrait, pour progresser sur ce point, acquérir une vision plus complète de la topographie du quartier et donc explorer un terrain couvrant à la fois les édifices religieux et ceux qui les circonscrivent. Les données livrées par la fouille sont encore trop isolées et ont parfois été bien décevantes. Ainsi, rien n’est venu éclairer la notice signalant l’existence de l’hospitale Sancti Romani, que Ton relève dans le Bref du début du IXe siècle conservé à la suite de la lettre de Leidrade14. Si, d’une part, il est impossible de l’identifier aux structures qui succèdent aux thermes, il faut d’autre part souligner que rien dans ce texte, ni ailleurs à ma connaissance, ne permet d’affirmer que l’hôpital en question dépendait de Saint-Romain de Lyon et non des églises placées sous le patronage du même saint à Anse ou à Saint-Romain-de-Couzon. L’idée que l’on ait pu adjoindre aux services créés autour de la cathédrale ce xenodochium desservi par une chapelle est pourtant bien séduisante.

29La fouille a livré, pour cette période, des informations un peu plus claires sur le cadre de vie, l’évolution des techniques et la société. A travers les transformations et les remaniements transparaît la qualité des programmes de construction, qui se font de moins en moins ambitieux au fur et à mesure que semblent se réduire les moyens matériels consacrés à leur réalisation. Si, au Ve siècle encore, les maçons n’hésitaient pas à démolir complètement des structures anciennes et à ouvrir des tranchées relativement importantes pour asseoir les nouveaux murs, leurs successeurs du VIe siècle cherchent à tirer parti systématiquement des constructions antérieures en installant celles qu’ils créent, soit dessus soit à côté, pour en assurer à moindres frais la stabilité. Les techniques de construction employées sont le plus souvent adaptées aux circonstances nouvelles. Ainsi, deux des fondations mises au jour étaient faites de matériaux hétérogènes liés par de l’argile, tassés dans une tranchée large mais peu profonde (M107 et M116, pl. VII) ; quatre autres reposaient sur des pilotis dont l’emploi épargnait l’excavation de tranchées profondes (M75, M89, M113 et Ml 17). L’appareillage des murs, la qualité des mortiers, étaient peut-être sensiblement moins soignés, mais les techniques en usage durant les siècles précédents n’avaient pas été abandonnées. Seules, il est vrai, peuvent être prises en considération ici les bases maçonnées des murs, car rien ne nous est parvenu des élévations et des revêtements, mis à part le sol fait de petit cailloux installé dans la salle 4 F (pl. VII).

30Cette évolution se traduit, dans la stratification, par la disparition de couches de démolition et la raréfaction des remblais de construction, sources prolifiques de renseignements au cours des périodes antérieures. En conséquence, le niveau des sols ne s’éleva pas, ou peu, au cours de ces deux siècles, et il pourrait même avoir été abaissé dans les salles 4 G, à l’emplacement de la salle 2 C.

31Parallèlement, la multiplication des fosses - pour partie le corollaire de l’abandon des systèmes d’évacuation des eaux usées et des détritus, le comblement de la canalisation M56, identifiée à une adduction d’eau, et peut-être la création d’un puits (M90), révèlent que les équipements ne sont plus entretenus et donc que les services ne sont plus assurés. Les données matérielles rejoignent ici les témoignages des textes sur l’appauvrissement de la bourgeoisie municipale, incapable de remplir des fonctions qu’elle essaie depuis longtemps de fuir et qu’elle cesse totalement d’assumer, dans ces domaines, peut-être dès le début du VIe siècle (Steyert 1895, p. 515).

  • 15 Sidoine Apollinaire, Carmina XVII, 15, fait allusion, de façon détournée, à la consommation de vins (...)

32Le mobilier recueilli permet d’analyser le passage de modes de production et d’échanges caractérisant l’Antiquité à une culture propre au Moyen Âge (voir l’annexe 3). Durant le Ve siècle, et encore pendant une partie au moins du siècle suivant, Lugdunum paraît bien intégré dans un système économique et commercial hérité des siècles antérieurs. Des denrées commercialisées en amphores y sont encore introduites et les restes de ces vases attestent la permanence des rapports commerciaux établis avec la péninsule ibérique jusqu’au milieu du Ve siècle ou un peu plus tard, avec l’Orient et l’Afrique certainement encore pendant le VIe siècle. Ces renseignements rejoignent et donnent une nouvelle dimension aux témoignages de Sidoine Apollinaire et de Grégoire de Tours concernant la consommation de vins orientaux15. Certes, le volume des denrées importées est si faible qu’elles ne peuvent avoir réellement joué un rôle déterminant sur le marché local, mais seulement avoir satisfait la demande d’une élite. A Lyon, toutefois, cette situation n’est pas propre à la fin de l’Antiquité : depuis le IIe siècle, ainsi que le démontre le mobilier trouvé sur le chantier, les arrivages de denrées alimentaires produites hors de Gaule ne représentent plus qu’une part très minoritaire du trafic. Il semble même, au contraire, que l’on enregistre une très légère reprise des importations, en particulier des produits orientaux, africains et peut-être hispaniques, au Ve et surtout au VIe siècle, et il est probable que la consommation d’huile ait connu un regain, après une éclipse de près de deux siècles, ainsi qu’en témoignent les restes d’amphores de Bétique forme Dressel 23 et peut-être certains conteneurs africains qui pourraient avoir été utilisés pour en transporter, de même que la réapparition de lampes à huile.

33Les modes de production des céramiques sont encore, au VIe siècle, ceux qui furent adoptés durant la période gallo-romaine, puisque les pâtes calcaires cuites en atmosphère oxydante sont encore très abondantes. Si le répertoire des formes de vases utilisés indique que les pratiques culinaires ont changé - l’usage des mortiers étant réintroduit, tandis que les marmites semblent devenir plus nombreuses - la population lyonnaise se comporte sur ce point comme celle de la plupart des autres régions de l’Empire, puisque les mêmes tendances se manifestent ailleurs, particulièrement sur les rivages de la Méditerranée (Hayes 1977 ; Fulford 1984, pp. 156-166, pp. 198-203 ; Villedieu 1984, p. 149 et pp. 155-156).

34Ces observations rejoignent les conclusions auxquelles était parvenu, par d’autres voies, A. Coville (Coville 1928, pp. 223-224, pp. 227-228 et pp. 531-546). L’exploitation de tous les documents dont il pouvait disposer lui avait permis d’entrevoir une ville conservant une certaine activité commerciale et industrielle, une population cosmopolite et de reconnaître les signes d’une continuité avec les périodes précédentes, tant au niveau des modes de vie, de la culture que des cadres administratifs. Pour lui, au temps de la domination burgonde, « Lyon dut encore conserver dans l’ensemble son aspect et ses caractères de ville gallo-romaine » (Coville 1928, p. 223). Dans la réapparition d’une riche documentation épigraphique A. Allmer a vu, lui aussi, la manifestation d’une forme de renouveau de la ville, qu’il attribue à la présence des Burgondes, qui auraient soulagé la population de la tyrannie exercée par l’administration romaine (Allmer 1888/93, IV, pp. 1-3). Peut-être faut-il sur ce point établir un parallèle entre le Lyon burgonde et la Carthage vandale, où la conquête barbare semble ouvrir une période de prospérité (Fulford 1980, p. 75 ; Villedieu 1984, p. 145 ; Panella 1986, pp. 446447). Ce dynamisme de la ville, H.-I. Marrou l’entrevoit pour sa part dans le domaine des activités intellectuelles, en rétablissant l’existence d’une école calligraphique à partir de l’examen des manuscrits des Ve-VIIe siècles (Marrou 1960, pp. 342-343). Lorsque, en 534, Lyon passe dans le royaume franc et perd ses fonctions de capitale, la loi burgonde reste en usage et l’aristocratie gallo-romaine continue de jouer un rôle important. Il n’est pas possible actuellement d’affirmer que cette continuité se manifeste également à travers le matériel, bien que quelques indices ténus - la présence de types d’amphores orientales (Riley L.R.A. 1-2, 4, 5-6) et africaines (un exemplaire de la forme Keay LXII dans le mobilier de la fouille du groupe épiscopal) - permettent de l’envisager. L’histoire du marchand malhonnête rapportée par Grégoire de Tours (G.C.. 110) et l’épitaphe d’un negotiator, Agapus, décédé en 601 (Allmer 18881893, IV, n° 462) attestent par ailleurs que la ville conserve une activité commerciale (nous verrons toutefois, plus bas, que les siècles suivants livrent des témoignages similaires, qu’il est impossible, pour l’heure, de mettre en parallèle avec des vestiges matériels recueillis sur le terrain).

35Les traits rattachant, à travers la culture matérielle, cette période à celle qui l’a précédée, sont en fait plus aisément perceptibles que les signes annonciateurs de temps nouveaux. Sans doute, depuis le IVe siècle, les céramiques culinaires à pâte grise, qui durant le Moyen Âge constituèrent la presque totalité des productions en usage, étaient devenues bien plus nombreuses. Il faut peut-être voir là le signe d’un lent appauvrissement encourageant l’abandon de techniques de cuisson complexes et nécessitant plus de combustible. Des formes de marmites à lèvre en bandeau, antécédents des types qui devinrent bientôt les plus courants, sont produites à partir du Ve siècle. Doit-on penser qu’elles furent l’expression matérielle de changements profonds, ou supposer que, à partir du VIIe siècle surtout, ces formes furent sélectionnées parce que mieux adaptées à la cuisine pratiquée alors ? Sans doute faudra-t-il admettre que chacune de ces solutions couvre partiellement la réalité, car cette dernière ne semble pas pouvoir être contenue dans une réponse simple. S’il est difficile de nier qu’il y ait eu rupture, celle-ci se présente clairement comme l’aboutissement d’une évolution qui brutalement s’est accélérée. Passé le VIe siècle (ou le milieu de ce siècle ?), la composition du mobilier lyonnais change nettement. Sur le site présenté ici, la perception de ces transformations peut être entravée par la présence, constante, d’objets résiduels. Cependant, peu à peu. un second groupe se dessine, formé exclusivement de céramiques à pâte grise dont l’aspect n’est plus exactement celui des céramiques communes antérieures. Quelques formes identifiables viennent parfois conforter ces impressions, et leur rareté est la marque d’une époque qui a adopté d’autres procédés de fabrication et certainement d’autres matériaux - au premier rang desquels doit se placer le bois - qui n’ont pas favorisé la conservation des objets. Parallèlement, les importations de denrées alimentaires transportées dans des amphores cessent totalement : ainsi se tarit une source de renseignements précieuse.

La naissance du quartier canonial

36Les difficultés rencontrées pour déterminer l’agencement des bâtiments et leur fonction s’aggravent nettement à partir du VIIe siècle : les vestiges médiévaux sont ceux que les constructions modernes ont le plus sévèrement entamés, en n’épargnant au mieux que le fond de quelques fosses (pl. X et fig. 27). Seule la fouille des rues et des cours d’immeubles a livré des restes de constructions, à partir desquelles il est, cependant, impossible de restituer le plan des édifices. Les caractéristiques de la stratification, à travers laquelle transparaît l’évolution des techniques et des modes de vie, deviennent alors beaucoup plus difficiles à lire et exploiter. Toutefois, les observations faites sur le terrain m’ont conduite à diviser en deux la période qui s’étend du VIIe au XIIIe siècle, et quelques indices, correspondant généralement à la présence ou à l’absence de céramiques à fond marqué aisément identifiables, m’ont fait placer la césure vers le IXe ou Xe siècle, à titre d’hypothèse.

37Les bâtiments aménagés durant les Ve et VIe siècles restent en usage durant la période considérée ; ils pourraient n’avoir subi que des remaniements et de rares adjonctions. Les signes d’une continuité se manifestent dans le bâtiment 3 I, dans les salles installées à l’emplacement du bain, ainsi que dans la cour à péristyle et l’ancienne cour des thermes. Le bâtiment 4 Ε pourrait avoir changé de destination, ainsi que le suggère la présence d’un petit four à chaux. Plusieurs fosses sont creusées dans la cour à péristyle et un petit four domestique y fonctionne durant le haut Moyen Âge. Dans la cour orientale, l’ancienne cour des thermes, apparaît un four à chaux rectangulaire, près duquel est implantée une structure légère, sans doute un appentis ; ce four demeura peut-être en usage jusqu’au XIVe siècle.

38Entre le Xe et le XIIIe siècle, les traces d’activités se multiplient. Les transformations enregistrées dans le secteur où étaient regroupées les salles principales du balnéaire, les remaniements, semblent directement liés à la ruine progressive des structures anciennes. Dans la cour voisine, deux murs apparaissent, dont un fort large (M 151). L’église Saint-Romain pourrait être fondée, au plus tard, durant cette période : son existence est clairement attestée par les archives du XIIIe siècle (Guigue 1885, II, p. 391 ; 1902, p. 57). Dans l’ancienne allée 3 J se succèdent des constructions, qui en ont condamné l’usage. La cour voisine, si elle perd sa colonnade, demeure un espace ouvert. Vers l’extrémité occidentale du chantier, l’aménagement d’une cave, d’un puits et d’un puisard permet d’entrevoir les premiers éléments constitutifs de maisons, dont nous connaissons mieux les phases plus récentes, mais qui pourraient avoir commencé à prendre forme alors.

39Les observations faites sur le terrain sont en totale harmonie avec le tableau des édifices lyonnais que trace Leidrade dans le rapport destiné à Charlemagne ; elles nous incitent à penser qu’à ce délabrement des édifices religieux dont il parle, correspondait celui de la plupart des constructions (Coville 1928, pp. 266-286). Rien sur ce site ne peut, actuellement, prétendre illustrer la renaissance carolingienne. Les activités commerciales de la ville nous échappent totalement. Il est certain pourtant que des marchandises y transitaient au VIIe siècle puisque Dagobert institua un tonlieu à Lyon (Kleinclausz 1939, pp. 87-88). La polémique engagée par Agobard, au IXe siècle, contre les juifs de Lyon qui s’adonnaient au commerce d’objets de luxe, de vins et d’esclaves, nous dévoile une certaine activité économique que l’on ne perçoit pas à partir des données de la fouille actuellement exploitées (voir Coville 1928, pp. 535-544).

40Les renseignements recueillis démontrent que l’occupation de l’espace et les constructions elles-mêmes ne connurent pas alors de modifications profondes. Cependant, cette constatation s’impose sans doute trop facilement par suite de la disparition totale des vestiges sur plus de la moitié de l’espace exploré. L’analyse des résultats restitue une image très stable du tissu urbain, les seules transformations entreprises s’effectuant à l’intérieur des cadres fixés à la fin de la période antique. Un tournant semble se dessiner aux alentours du Xe siècle, mais il ne débouche pas sur des changements majeurs. L’habitat peu à peu vieillit et les campagnes de construction semblent avoir eu pour objectif principal d’entretenir ce qui pouvait être sauvegardé. Pourtant, des travaux importants furent certainement effectués dans le voisinage, ainsi que nous amène à le supposer la présence du four à chaux rectangulaire. Fut-il construit pour approvisionner les chantiers entrepris par Leidrade au début du IXe siècle, en particulier dans le cadre des travaux intéressant l’une des demeures épiscopales (cf note 13) ou pour bâtir le cloître des chanoines (Coville 1928, pp. 266-286) ? Les deux édifices ne sont toujours pas localisés avec précision à cette date, mais il est probable qu’ils ne furent pas déplacés au cours des siècles suivants, ainsi que le suggèrent des indications plus récentes faisant allusion à des reconstructions plutôt qu’à des créations. Ce four à chaux pourrait aussi avoir été utilisé - et dans ce cas les données de la fouille rendent l’hypothèse moins fragile - lorsque Humbert Ier, entre 1065 et 1076, entreprit de fortifier la demeure épiscopale, que l’on n’hésite plus alors à localiser à l’emplacement du palais moderne, puis au cours des travaux effectués par plusieurs de ses successeurs de 1085 à 1193 (Archevêché 1980, pp. 17-18). Il faut rappeler encore à son propos les modifications apportées au cloître au début du XIIIe siècle, lorsqu’il fut voûté par le prêtre Rodolphe (Sachet 1914, I, p. 71 n.2). Le mur M151 (pl.X) appartenait peut-être au palais épiscopal, non pas au corps de logis, plus proche de la Saône, mais éventuellement à une dépendance.

41L’absence de datations interdit de choisir entre les différentes hypothèses. Elle constitue aussi un obstacle sérieux contre lequel butent les tentatives visant à décrypter, à partir des vestiges, les conséquences qu’aurait pu avoir la construction de l’enceinte que l’évêque Guichard aurait fait élever au XIIe siècle (Sachet 1914, I, p. 343). Ce mur, consacrant la constitution du quartier canonial isolé du reste de la cité, marque certainement une étape dans la lutte qui opposait l’Église de Lyon aux comtes du Forez et qui se conclut par la permutatio de 1173 (Fédou 1975-A, p. 76). Aucun événement remarquable ne semble se produire dans le secteur fouillé durant la période concernée et, de nos investigations, naît le sentiment que cette construction, comme celle de la cathédrale commencée au XIIe siècle, a compromis sérieusement la réalisation de projets d’urbanisme visant à rénover l’habitat. Les travaux effectués durant cette période pourraient ne concerner que les ouvrages d’intérêt général, si l’on admet que le cas examiné avenue A. Max est représentatif de ce qui se passait alors dans le quartier et peut-être globalement dans la ville. A l’époque de Charlemagne déjà, la politique de rénovation pratiquée par Leidrade n’avait pas eu de conséquences sensibles au niveau de l’architecture civile, et il semble que cette situation ait duré pendant toute la période considérée. Il est clair que les orientations en matière d’urbanisme étaient largement conditionnées par l’état stagnant des affaires économiques et commerciales. Peut-être donnent-elles aussi, à travers les choix opérés, une image de la vie canoniale organisée par Leidrade sur un mode communautaire, à une époque où le recrutement était encore assez large, son caractère aristocratique ne s’étant, semble-t-il, imposé que lentement par la suite (Kleinclausz 1939, pp. 123-124 ; Fédou 1975-A, p. 85).

Les bouleversements de la fin du Moyen Âge

42C’est vers le XIVe siècle (ou dès le XIIIe ?) que se produisent, me semble-t-il, les transformations qui ont profondément modifié la physionomie de cette partie de la cité canoniale. Des bâtiments sont arasés pour créer la voie qui portera plus tard le nom de rue Saint-Romain (pl. XI-XII et II,a). La stratigraphie nous a appris qu’elle ne fut pas pavée à l’origine, mais elle l’avait été, dans quelques secteurs, avant 1578 puisque, à cette date, son revêtement fut refait (A.D.R. 10 G 133, f°66). A l’ouest de la rue se dressent trois maisons, dans lesquelles sont repris des éléments plus anciens, mais qui sont entièrement restructurées. Dans leur sous-sol sont aménagées systématiquement des caves. La distribution des corps de logis autour des cours intérieures se fixe alors, et elle ne subira que quelques modifications de détails avant la démolition des maisons au XIXe siècle. Dans la maison curiale est intégrée une cave sans doute plus ancienne (cave A) et sur sa limite nord se perpétue l’alignement de la façade de l’un des corps du bâtiment construit à la fin du IVe ou au début du Ve siècle (3 I). L’existence de sa voisine, la maison Pingon, est attestée par un document de 1401, dont le texte permet de supposer qu’elle existait avant cette date (A.M.L., Fonds Pointet). Les interventions modernes ont laissé subsister peu de vestiges de ce premier état, mis à part au niveau des caves et dans la cour intérieure, mais données de terrain et textes se rejoignent pour démontrer que les reconstructions n’ont pas modifié le plan initial. Une troisième maison, reconstruite en 1477 (A.D.R. 10 G 1520), la flanque au nord, hors du périmètre du chantier.

  • 16 La localisation des prisons de l’archevêché avant leur transfert en 1664/1665 demeure légèrement im (...)

43De l’autre côté de la rue s’élève l’église Saint-Romain, un édifice modeste, constitué sans doute par une nef unique que prolonge une abside semi-circulaire : c’est l’image que donne le plan scénographique de Lyon dressé vers 1555 (fig. 45), peu avant sa reconstruction. D’après ce témoignage, elle ne possède pas de clocher, bien qu’un don ait été fait en 1226 pour la doter d’une cloche (Guigue 1902, p. 57). Contre son mur nord, prend appui un bâtiment que divers indices conduisent à restituer bien que seul un court tronçon de mur puisse lui être attribué (pl. XII). Il communique sans doute avec les autres constructions adossées au même mur de l’église et réutilisant des murs bâtis au VIe siècle. En revanche, les structures introduites dans le même secteur, durant le Moyen Âge, sont arasées au plus tard au XVe siècle, en relation sans doute avec l’aménagement d’une cour qui apparaît dans les textes sous des dénominations diverses : cour de l’Officialité, cour de Lyon, cour de Monsieur l’Archevêque, de la Maison de l’Archevêque ou de l’Archevêché. A travers elle se perpétue la cour des thermes de la fin de l’Antiquité. Un texte de 1406 pourrait attester qu’elle existe déjà à cette date, mais il est difficile d’affirmer que la cour dont il traite est bien celle qui a été fouillée (A.D.R. 10 G 1509). Celle-ci est bordée au nord par le chevet de la cathédrale et, peut-être, par le bâtiment de l’officialité, au nord-est par le palais archiépiscopal, au nord-ouest par le cloître. Dans sa moitié sud, ses limites sont constituées par les constructions appuyées contre le flanc nord de Saint-Romain et, au sud-est, vraisemblablement par une maison et les prisons épiscopales (abritées peut-être dans le même bâtiment que l’auditoire de l’officialité)16. Deux portes donnaient accès à la cour, à l’est et à l’ouest. Des documents de 1442 et 1449 attestent leur existence à ces dates (A.D.R. 10 G 1527 ; 10 G 693). L’une d’elles portait les armes d’un archevêque de Talaru (A.D.R. 1 G 268 : A.C. de 1664, cf. annexe 5), mais cette famille ayant donné trois prélats à l’Église de Lyon - Jean (1375-1389), Amédée (1415-1444) et Hugues (1488-1499) - l’information ne permet pas d’établir sa date de construction. Plusieurs textes rappellent que ces portes devaient être fermées la nuit et que les droits de passage du chapitre et de l’archevêque étaient strictement réglementés (A.D.R. 10 G 693 = A.C., 1.18, f°207 en 1449 ; 10 G 96, f°26 en 1467 ; 10 G 141, f°426 en 1611). Ces portes doivent être localisées hors du périmètre de la fouille, qui ne les a pas touchées. Un grand four à chaux circulaire était installé dans la partie de la cour qui a été dégagée (pl. X). Il fut bâti peut-être au XVe siècle, à l’occasion de la reconstruction du cloître à partir de 1419, ou de l’édification du palais de Charles de Bourbon (Sachet 1914, I, p. 102 ; Archevêché 1980, p. 18). Si l’archevêque avait la jouissance de cette cour, qui semble avoir constitué le centre administratif du quartier canonial, le chapitre en demeura toujours propriétaire (cf. le texte de 1406 dont il est question supra : A.D.R. 10 G 1509 ; la liasse A.D.R. 10 G 1390 dont les documents ont été réunis en 1760 ; le compte rendu d’une assemblée capitulaire tenue en 1747 : A.D.R. 1 G 268).

  • 17 Le plan dessiné en 1659 par Simon Maupin, la “Description au naturel de la ville de Lyon et paysage (...)

44Ni la fouille, ni les archives, ni même les sources iconographiques, n’ont permis de restituer l’agencement des constructions qui s’élevaient au-delà de l’église Saint-Romain, au sud-est de la cour. Seuls les restes de deux murs (M223 et M224, pl. XI) témoignent de la présence de constructions, sans doute pas - ou de peu - antérieures au XVIe siècle. Il faut toutefois conjecturer l’existence d’une maison plus ancienne dans ce secteur, où l’on peut, grâce aux archives, la localiser à côté des prisons de l’Archevêché (A.D.R. 28 G 69 f°44 et 49 ; 28 G 70 f°13 ; 28 G 72 f°19 ; 28 G 73)17.

45A travers les démolitions, remblaiements et constructions, attestés sur l’ensemble du chantier, transparaît une évolution du paysage urbain qui semble avoir pris trop d’ampleur dans ce secteur pour ne pas avoir touché plus largement le quartier. Un phénomène similaire a été enregistré, un peu plus tôt, dans le Midi de la France. P.-A. Février note que « quelque chose commence avec ces XIe et surtout XIIe et XIIIe siècles, quelque chose qui fera la ville moderne » (Février 1983, p. 335). En l’absence d’une datation exacte des données de la fouille, il est bien délicat de proposer de replacer ces faits dans un cadre historique précis. S’agit-il d’une évolution propre à la cité canoniale, dont la population recrutée exclusivement dans la noblesse réclame un cadre mieux adapté à ses goûts, revenus et habitudes et abandonne des modes de vie plus strictement communautaires (cf. Kleinclausz 1939, pp. 123-124 ; Gonthier 1981, p. 256 ; Fédou 1975-A, p. 85) ? L’importance de la mense canoniale permet certainement d’entreprendre alors la rénovation d’un habitat devenu fort vétusté. Ces transformations pourraient être les premiers signes de cette reprise de l’industrie et du commerce, sensible dès le début du XIIIe siècle, et que l’on commence à bien analyser pour la fin de ce siècle et le début du suivant à partir des tarifs de péage qui énumèrent les produits de nature et origine diverses introduits dans la ville (Kleinclausz 1939, pp. 162-164 ; Fédou 1975, pp. 95-97). Parallèlement, l’examen des sources fiscales met en lumière l’accroissement démographique et le développement des constructions que connut Lyon au XIIIe siècle (Gonthier 1981, p. 255). Rappelons que durant la même période les représentants du pouvoir royal s’installent dans le voisinage immédiat du cloître, renforçant ainsi le caractère de cette partie de la ville, qui se distingue nettement des quartiers bourgeois et commerçants et de ceux, plus populaires, qui sur les marges de l’agglomération associent vocation artisanale et semi-agricole (Gonthier 1981, pp. 256-257).

46Par leur plan au sol, les maisons de la cité canoniale se différencient de celles des quartiers voisins. La survivance de formes d’occupation du sol très anciennes, mise en évidence par la fouille, est peut-être à l’origine de ces particularités. Ici, les maisons s’étalent en largeur alors que, à l’extérieur de l’enceinte canoniale, elles occupent l’extrémité de parcelles très allongées, masquant un jardin ou une cour, bâtis à leur tour au début de l’époque Moderne à la faveur d’une nouvelle conjoncture économique. Le traitement des façades trahit des différences sans doute moins d’ordre socio-professionnel que chronologiques. Sur le plan scénographique de Lyon dressé vers 1555, qui prend ici le relais des données de terrain, les maisons des quartiers les plus densément urbanisés peuvent être réparties, en général, en deux groupes : l’un d’eux est caractérisé par des façades étroites et hautes, animées à la base par plusieurs arcs de boutiques, tandis qu’à l’autre correspondent des bâtisses généralement plus trapues, au rez-de-chaussée desquelles n’apparaît le plus souvent que la porte d’entrée. Les maisons du quartier canonial semblent appartenir principalement à cette seconde catégorie, la plus ancienne sans doute, ainsi qu’en témoignent les exemples encore conservés sur la rive droite de la Saône.

Premières brèches dans l’enceinte canoniale

47La reconstruction de Saint-Romain entreprise en 1560, et poursuivie par étapes jusqu’au début du XVIIe siècle (chap. 3), fut à l’origine d’une nouvelle série de transformations (pl. XI, XIII). De l’édifice antérieur seuls pourraient avoir été conservés deux tronçons des murs latéraux, délimitant un étroit narthex (fig. 49), au-dessus duquel fut peut-être dressé un clocher, ainsi que le suggère un détail du plan Maupin réalisé vers 1630 (fig. 51). Le portail fut repris, de même que la nef, légèrement élargie, et le chevet remodelé sur un plan rectangulaire. C’est peut-être à la suite de ces travaux et sans doute en relation avec la réfection du portail, que le pavé de la rue fut refait en 1611. sur « 75 toises au devant et proche l’église Saint-Romain » (A.D.R. 10 G 141, f° 431). La volonté de respecter le corps de bâtiment bordé par la rue Saint-Romain pourrait être à l’origine de la conservation du tronçon occidental du mur nord de la nef. En revanche, la reconstruction de celui-ci entraîna, au-delà, la destruction des bâtisses adjacentes. A leur emplacement, et sur l’espace voisin, fut aménagé ce que je propose d’identifier à un enclos funéraire, rectangulaire, fermé sur trois côtés (pl. XIII). Ses vestiges étaient constitués par des restes de poutres carbonisées, disposées par deux et séparées par quelques galets et des moellons bruts, des traces de mortier et d’argile (fig. 52). A l’intérieur a été mise au jour une sépulture. Dans son voisinage, le terrain, riche en épingles de linceul et en matériel datant des XVIe et XVIIe siècles, avait été bouleversé par l’enlèvement des autres sépultures, déplacées lorsque ce lieu perdit sa fonction cémétériale, vraisemblablement en 1664 ou 1665, lorsque furent aménagées les prisons de l’archevêché.

48Les informations livrées par les archives deviennent plus abondantes et plus précises à partir du début du XVIIe siècle. Elles offrent souvent la possibilité d’établir la chronologie des phases de construction identifiées sur le terrain et de les replacer dans leur contexte. Ces documents dévoilent le mauvais état des maisons situées à l’ouest de la rue Saint-Romain.

49En 1603, les murs de la maison Pingon, du côté du Doyenné, doivent être étayés (A.D.R. 10 G 390) ; la même année, un maçon y effectue des réparations (idem, f°429). Le mur mitoyen de la cure et de la maison Pingon doit être refait en 1604 (A.D.R. 10 G 56). Un texte cité par A. Sachet (1918, II, p. 594, sans référence) signale que, en 1620, la maison Pingon est « tellement vieille et caduque, les murailles fendues et corrompues dedans et dehors que, sans l’estampaige ci-devant faict et duquel elle est retenue, elle serait pieçà par terre. Est besoin la rebâtir estant impossible y loger sans hazard et péril ». C’est probablement peu après que fut entreprise une réfection de la maison attestée par la fouille (pl. XIV). Un escalier donnant accès aux caves fut installé et on aménagea une pièce dans une partie de l’espace qu’occupait la première cour. Les murs de la cave C furent repris et l’on monta des cloisons en bois dans la cave D.

50La maison D’Amanzé est probablement reconstruite ou restaurée durant la même période, puisque l’on décide, en 1602, que les armes de M. de Faye, qui l’a faite bâtir, « seront mises sur laditte maison » (A.D.R. 10 G 56).

51Le bâtiment longé par la rue Saint-Romain et appuyé à l’église est refait à partir de 1615 et certainement avant 1664. Dans son sous-sol étaient aménagées deux caves desservies par un escalier, qui ont été remises au jour (caves Ε et F, pl. XI, XIV).

52La construction d’un pont en bois sur la Saône, entre Bellecour et Saint-Jean, représente l’événement majeur de l’histoire du quartier au XVIIe siècle (Sachet 1918, II, pp. 317-320). Situé entre la place Bellecour et le chemin Neuf, aménagés sous l’impulsion du baron des Adrets, il complète l’opération urbanistique entreprise durant l’insurrection protestante. Occupant le même emplacement que l’actuel pont Bonaparte, il abordait donc la rive droite de la rivière dans le voisinage immédiat du secteur fouillé (voir la « Vue d’une partie de la ville de Lyon » dessinée par Fr. Cléric en 1720, dont un détail est donné ici, fig. 53). La décision de le construire fut prise en 1634 et il fut réalisé en 1635 et 1636. Dans ce secteur du quartier canonial, qui s’anime alors, s’impose aussitôt la nécessité de remodeler le tissu urbain et d’adapter le système viaire. Les conséquences de cette construction sont sensibles en plusieurs points du secteur fouillé. Ainsi, l’archevêque contraint de déplacer ses prisons d’un lieu proche du débouché du pont, décide de les installer dans le bâtiment accolé au flanc nord de l’église Saint-Romain, qu’il fallut pour cela transformer ; il doit par ailleurs s’incliner devant l’usage qui s’est imposé d’utiliser la cour de l’archevêché comme axe de circulation. Les nouvelles prisons furent construites en 1664 et/ou 1665 (pl. XV - XVI). Les caves du bâtiment daté de la première moitié du XVIIe siècle furent intégrées dans le nouvel édifice, fermé au nord par un mur puissant constituant l’une des limites de la future rue de l’Archevêché. Il n’est pas aisé d’établir une concordance entre la restitution de l’élévation du bâtiment établie par M.-O. Mandy à partir des archives et les données de la fouille (cf. annexe 5). Aux deux bâtiments de trois étages que l’on entrevoit à la lecture de procès-verbaux d’évasions du XVIIIe siècle (liasse A.D.R. 10 G 3818) - l’un accolé à l’église, l’autre donnant sur la rue de l’Archevêché - semblent correspondre au sol les restes d’un seul corps de logis, dont le sous-sol était occupé par des caves (caves E, F, G et H, pl. XV-XVI). La puissante fondation M.251-254 supportait peut-être le corps de bâtiment donnant sur la rue de l’Archevêché ; il me semble peu probable qu’une substruction aussi solide ait été surmontée uniquement par le « guichet du concierge, au-dessus duquel est une petite chambre ». La chapelle, dont l’existence n’est attestée qu’en 1732 (A.D.R. 1 G 269) et qu’une description faite en 1781 après sa démolition m’a permis de situer en plan (A.D.R. 10 G 3815) ; (pl. XVI), n’existe pas en 1665 (A.D.R. 10 G 178) (annexe 5). Une clôture, dressée entre les dépendances du chapitre et le palais archiépiscopal, donnait naissance à l’actuel jardin de la Bibliothèque et achevait la création de la rue. Celle-ci paraît cependant avoir été encore pendant quelques années obstruée par des structures qui perpétuaient l’ancien système de fermeture de la cour.

53« Afin d’eslargir la rue tendante de la grande place Saint-Jean à l’Archevêché » (A.M.L., BB, 186, f°181v), on envisagea d’abattre plusieurs maisons. L’une d’elle, la maison D’Amanzé, peut être localisée au nord-ouest de l’espace fouillé. Elle ne fut que partiellement détruite, et la partie épargnée fut adjointe, en 1637, à la maison Pingon. L’un des murs mis au jour fut bâti vraisemblablement à l’occasion de ces travaux (M197, pl. XV).

54La cure, jugée trop vétuste par l’assemblée des paroissiens, fut cédée à charge de pension, en 1669, à un laïc. Celui-ci entreprit de la faire rénover et fit en particulier reculer la façade en 1674 afin de l’aligner sur celle de la maison voisine, « pour la décoration et la plus grande commodité de la place » (A.D.R. 10 G 595) (pl. XVI). C’est peut-être alors que lui fut ajouté un (ou deux ?) étage : elle est dite « haute, moyenne et basse » en 1634 (A.D.R. 10 G 1529) - mais « haute et basse » en 1638 (idem) -, tandis qu’en 1742 elle se compose « de son rez-de-chaussée, quatre étages et grenier au-dessus » (A.D.R. 10 G 1535).

Sécularisation et paupérisation du quartier Saint-Jean

55Des travaux de rénovation parfois importants sont effectués durant le XVIIIe siècle dans les maisons canoniales. La façade et les murs de refend de la maison qu’occupait alors le comte de Pingon furent entièrement repris en 1746 (A.D.R. 10 G 670 ; pl. XV - XVII) et de nouveaux travaux y furent réalisés avant la fin du siècle (sur G. de Pingon, voir Sachet 1918, II, pp. 594-596 et pp. 612-613). L’ancienne maison curiale ne conservait pas de traces de remaniements lisibles en fouille, sinon au niveau des aménagements internes des caves.

56L’église Saint-Romain est désaffectée par l’assemblée capitulaire du 20 avril 1743, en raison de sa vétusté. On aurait envisagé un moment la possibilité de la reconstruire, mais cette solution ne fut pas retenue (Martin 1908, p. 49). L’office et les fondations furent transférés à Saint-Pierre-le-Vieux. Le bâtiment acheté par le chapitre (A.D.R. 10 G 1517, nov. 1752) fut employé à plusieurs usages : pour abriter durant l’hiver les orangers du doyen, ou pour entreposer des matériaux lorsque fut restaurée la maison du comte de Pingon en 1746. On tenta également de la louer (Sachet 1918, II, p. 548 ; Martin 1908, p. 50). Le chapitre proposa à l’archevêque d’y installer ses écuries, mais c’est comme auditoire qu’elle fut réutilisée après avoir été transformée (A.D.R. 10 G 268, 1747 ; A.D.R. BP 2561, 1761). Seule une partie du projet élaboré par l’architecte de l’archevêché, Toussaint Loyer, fut réalisée, ainsi que le révèle le plan fig. 89 (A.M.L. 1 S 192). Les travaux étaient achevés en 1763 (A.D.R. 10 G 615, pièce 7), mais l’auditoire semble avoir été utilisé pendant moins de vingt ans. Un texte daté du 16 octobre 1781 (A.D.R. 10 G 3815) signale que l’archevêque A. Demalvin de Montazet

« a fait démollir les anciennes prisons de l’Archevêché situées vis-à-vis la cour de son palais, et le bâtiment qui joignait lesdites prisons qui donnait sur la rue de l’Archidiaconé où était l’Officialité et a fait reconstruire sur leur emplacement un corps de bâtiment destiné à former les écuries ».

57L’auditoire aurait donc été démoli alors. La fouille n’a apporté aucun témoignage-à ce sujet : aucune trace de l’installation des écuries n’a été identifiée. Les travaux de construction d’un immeuble, après 1791, ont sans doute totalement oblitéré cette phase de l’histoire du site. Sur ces aménagements, nous ne disposons que de la description enregistrée dans le Bref de Vente du 5 décembre 1791 (A.D.R. 1 Q 329 pièce 279) concernant la

« maison ditte les Ecuries de l’Evêché située rue de l’Evêché, cy-devant dépendant de la maison épiscopale, composée de grande cour d’entrée avec pompe et auge en pierre, bâtiment d’écurie et remise avec entresol et fenil au-dessus, ayant le tout environ cinq mille quatre cents pieds de superficie (...). Les écuries sont garnies de rateliers et crèches pour dix-huit chevaux ».

58La volonté de lutter contre la sécularisation du quartier canonial se manifeste dans plusieurs actes capitulaires à travers lesquels transparaissent les difficultés auxquelles se heurte cette politique. Un acte daté du 3 novembre 1580, rappelle que les

« seigneurs (...) et autres bénéficiaires de ladite église ne loueront leurs maisons à genzs laïcs » (Sachet 1918, II, pp. 160-161 ; Sachet 1914, I, p. 532 et 1918. II, pp. 568-569).

59Les rappels à l’ordre sont fréquents par la suite et ils sont sans doute totalement sans effet au XVIIIe siècle, puisque les documents réunis sur la maison Pingon révèlent qu’elle est subdivisée en appartements loués à des particuliers, parmi lesquels apparaissent des artisans installés dans les boutiques ouvertes sur la rue Saint-Romain et sur la rue de l’Archevêché (fig. 67). Le propriétaire ne conservait que le « piano nobile », qu’il n’occupait pas toujours puisqu’il possédait souvent - c’est le cas du comte de Pingon - un ou plusieurs autres appartements dans la ville, en particulier dans les quartiers neufs (Sachet 1918, II, pp. 568-569).

  1. Sachet écrit que le cloître, au début du XVIIIe siècle, demeurait encore

« une cité à part, non plus guerrière ni féodale, mais cité religieuse (...) on en écarte encore avec soin tout ce qui est commerce et entreprise laïque » (Sachet 1918, II, pp. 539-544).

60La situation aurait changé radicalement vers 1740 :

« ce sont des boutiques qui s’installent un peu partout (...) boutiques fixes, appuyées contre les maisons, adossées aux murs de la manécanterie et de l’archevêché » (...).

61Un état de 1750 nous apprend que

« cinq sont adossées tant aux murs du palais qu’à celui de la cour de Lyon » (Sachet 1918, II, p. 544 et 546).

62Durant la même période, se manifestent les signes d’un appauvrissement du quartier, à travers l’évolution de sa population et la dégradation des immeubles. L’habitat est ancien et les moyens nécessaires pour le rénover font défaut. Parmi les bâtiments mis au jour avenue A. Max, plusieurs reposaient sur des substructions datant du tout début de l’époque moderne et souvent de périodes plus hautes encore (fig. 6, 15, 33-34, 43, pl. I a, II b). Les remaniements qu’ils avaient subis avaient affecté principalement, et presque uniquement, les façades.

82. Vue du pont de l’Archevêché et du chevet de la cathédrale (XVllle siècle)

82. Vue du pont de l’Archevêché et du chevet de la cathédrale (XVllle siècle)

B.M.L. Coste 256

83. Jean-Jacques de Boissieu, vue de Lyon depuis le quai de la Pêcherie, en 1785, gravée à l’eau forte par Bellay

83. Jean-Jacques de Boissieu, vue de Lyon depuis le quai de la Pêcherie, en 1785, gravée à l’eau forte par Bellay

B.M.L. Coste 255

63En outre, le pont de bois (fig. 82), dont la création avait vivifié ce secteur du cloître au XVIIe siècle, était hors d’usage vers le milieu du siècle suivant (Sachet 1918, II, pp. 555-562). En 1779, il fut démoli et avec le produit de la vente des matériaux on construisit un pont de bateaux (fig. 83) attaché au port de Saint-Jean, un peu en amont du précédent. Parallèlement, divers projets étaient élaborés pour remplacer l’ancien pont. On envisagea de le réaliser en bois (fig. 84) tandis que, concurremment, plusieurs projets de pont en pierre étaient élaborés (fig. 85 : celui de M. d’Argout). C’est cette dernière solution qui fut adoptée et la construction, commencée en 1788, interrompue pendant la Révolution, fut reprise et achevée entre 1804 et 1808 (fig. 86 ; Sachet 1918, II, pp. 555-562).

84. « Plan pour un pont de bois », projet présenté vers 1773

84. « Plan pour un pont de bois », projet présenté vers 1773

A.D.R. 10 G 613, en couleurs

64Tous les efforts réalisés à Lyon dans le domaine de l’urbanisme touchent alors essentiellement les quartiers neufs. Le 17 avril 1774,

« le grand custode représente que, depuis plus de deux ans, le pont de bois est barré (...) ce qui cause un très grand dommage au quartier Saint-Jean, le premier et le plus ancien de la ville que l’on abandonne successivement, parce que toutes les dépenses d’embellissement, et même pour les choses utiles, sont portées dans les autres quartiers, où se jettent, pour cette raison, les plus riches et les plus opulents propriétaires et locataires » (cité par Sachet 1918, II, p. 556. fig. 92).

85. A. « Plan, élévation et coupe d’un pont de pierre pour la ville de Lyon, à construire sur la Saône, pour la communication de la place Louis-le-Grand, au quartier Saint-Jean. Projetté par Mr d’Argout (...) en datte du 28 may 1779 »

85. A. « Plan, élévation et coupe d’un pont de pierre pour la ville de Lyon, à construire sur la Saône, pour la communication de la place Louis-le-Grand, au quartier Saint-Jean. Projetté par Mr d’Argout (...) en datte du 28 may 1779 »

A.M.L. 2 S 443, en couleurs

86. « Pont de l’Archevêché à Lyon"

86. « Pont de l’Archevêché à Lyon"

B.M.L. Coste 472 bis

65Pourtant, de grands travaux étaient entrepris dans le voisinage immédiat de l’espace où a été implanté le chantier : la Nouvelle Manécanterie était bâtie entre 1768 et 1778 (Sachet 1918, II, pp. 549-551) et J.-G. Soufflot fut chargé de transformer le palais archiépiscopal (Sachet 1918, II, pp. 549-551 ; Ternois 1982, p. 88 ; Charre 1982, p. 120). Son projet de porte monumentale encadrée par deux pavillons, à l’entrée de la cour du palais, ne vit pas le jour (fig. 87 ; voir A.D.R. 1 G 268, A.C. du 6 nov. 1747). On installa, au même endroit, une grille dessinée, peut-être, par J.-A. Morand et forgée par J. Jacquin (Archevêché 1980, pp. 59-61 ; Sachet 1918, II, pp. 604-605). Les bases moulurées, en calcaire blanc (choin), réemployées dans la fondation de la clôture dressée après la Révolution, appartenaient vraisemblablement à cette structure (fig. 88), édifiée entre 1778 et 1781, ainsi que le suggèrent des plans postérieurs à sa réalisation (voir les plans, fig. 90, qui illustre le projet, fig. 68 et 91, la réalisation). Cela permet d’affirmer que le résultat fut quelque peu différent de ce qui avait été conçu à l’origine, et qu’il n’eut pas la légéreté ni la richesse ornementale qui caractérisent le dessin du projet conservé aux archives (Archevêché 1980, pp. 5960, n° 44).

87. Projet d’aménagement de la cour du palais archiépiscopal, par J.-G. Soufflot, 1747-1749

87. Projet d’aménagement de la cour du palais archiépiscopal, par J.-G. Soufflot, 1747-1749

A.D.R. 10 G 1621

66La volonté de restructurer le quartier, en particulier dans le voisinage de ces édifices et donc dans le secteur touché par la fouille, amena le chapitre à conclure avec les échevins un concordat pour l’embellissement du quartier (Sachet 1918, II, p. 559). Divers projets furent élaborés pour tenter de le plier aux lois de l’urbanisme et donc de réorganiser la voirie et remodeler les maisons, généralement en reprenant l’alignement de leurs façades (fig. 68, 74-76 et 89-91). Certains se concrétisèrent en partie, mais la plupart échouèrent face à l’insuffisance des ressources matérielles et au poids des contraintes dérivant tant de la densité et de l’ancienneté de l’habitat que des problèmes de propriété foncière. Certaines de ces difficultés ressortent clairement à la lecture de deux séries de documents concernant les édifices fouillés. Elles sont en rapport avec la construction de la Nouvelle Manécanterie, qui occupe, à l’est, l’emplacement des écuries de l’Archevêché (pl. XVI-XVII), et dont l’aile occidentale ne pouvait être réalisée qu’à condition d’amputer la maison Pingon (fig. 89-91). Dans le cas des écuries, plusieurs textes illustrent les efforts faits par le chapitre pour convaincre l’archevêque d’abandonner ce local. En 1747, il lui proposa de les installer dans l’église Saint-Romain, alors désaffectée. Le compte rendu de l’assemblée capitulaire du 6 novembre met en regard les arguments avancés par le chapitre et les réflexions du représentant de l’archevêque ; il permet de mesurer le poids qu’ont pesé intérêts particuliers et habitudes (A.D.R. 1 G 268, annexe 5). Deux décennies environ s’écoulèrent avant que la question ne fût réglée. En effet, Toussaint Loyer l’affrontait à nouveau en 1761, et il proposa alors de les installer dans l’espace correspondant au tronçon de la rue des Estrées englobé dans le palais (A.D.R. BP 2561). Sa proposition fut sans doute retenue puisque, d’une part A. Sachet indique que l’ancien local était démoli en 1767 (Sachet 1918, II, p. 551), d’autre part nous pouvons supposer qu’elles n’ont pas été installées à l’emplacement des prisons avant 1781 (A.D.R. 10 G 3815 : 16 oct. 1781). Les réticences de M. de Pingon ont également fait coulé beaucoup d’encre (cf. annexe 5) ; il semble toutefois qu’à un moment le chapitre lui-même renonça à démolir partie de la maison, et l’aile ouest de la Nouvelle Manécanterie ne fut jamais construite (Sachet 1918, II, p. 595).

67C’est à cette conjoncture que les bâtiments situés dans l’emprise du chantier durent d’échapper à la destruction à laquelle les destinait l’architecte J.-A. Morand, en 1778 (fig. 90). Celui-ci, appuyé en cela par J.-G. Soufflot que la Ville avait nommé, en 1773, Contrôleur général des bâtiments et embellissements de Lyon, souhaitait ainsi dégager les abords du palais et de la primatiale et régulariser les façades des immeubles épargnés (Chaire 1982, p. 120).

Les réalisations de l’époque contemporaine

68Le décret du 14 mai 1790, qui décida que les biens nationaux seraient vendus aux enchères, s’appliqua tout spécialement à Lyon aux biens ecclésiastiques et, du 27 novembre 1790 au 30 avril 1792, les ventes se succédèrent sans interruption. Les édifices fouillés furent tous concernés par cette mesure et c’est en 1791 que fut enregistrée leur vente (A.D.R. 1 Q 327 et 329). Les maisons changèrent de propriétaires, mais cela n’eut pas de conséquences au niveau des bâtiments. En revanche, un immeuble fut bâti à l’emplacement des écuries de l’archevêché (pl. XVIII-XIX). La description établie le 7 mars 1865, à la veille de l’ouverture de l’avenue actuelle, correspond parfaitement à notre lecture des vestiges mis au jour, et la complète. L’immeuble

« est composé d’une grande cour à laquelle donne entrée un portail en fer, lequel est flanqué de deux pavillons comprenant un rez-de-chaussée et trois étages. Au fond de la cour, et faisant retour sur les côtés, est un grand bâtiment d’architecture régulière composé d’un rez-de-chaussée, de quatre étages plus un cinquième moins élevé » (A.M.L. liasse Ο 1 « A. Max », devis estimatif des travaux à exécuter).

69Les caves des anciennes prisons furent intégrées dans la construction. Celle-ci offrit l’occasion d’élargir un peu la rue de l’Archevêché et de régulariser le tracé du tronçon occidental de la rue Saint-Romain. En contrepartie, l’immeuble s’étendit sur une partie du second tronçon de la rue Saint-Romain, réduit alors aux proportions d’un couloir. Nous n’avons pu établir la date précise de la construction de cet immeuble, qui est représenté sur le plan cadastral dressé en 1815 (pl. XX).

88. Bases réemployées, en 1830, dans les fondations de la nouvelle clôture du jardin de l’Archevêché

88. Bases réemployées, en 1830, dans les fondations de la nouvelle clôture du jardin de l’Archevêché

89. « Plan général d’allignement de la juridiction du chapitre de MM. les Comtes de Lyon et des nouvelles rues projettées (quartiers Saint-Jean et Saint-Georges) », 1774

89. « Plan général d’allignement de la juridiction du chapitre de MM. les Comtes de Lyon et des nouvelles rues projettées (quartiers Saint-Jean et Saint-Georges) », 1774

A.M.L. 1 S 192, en couleurs

90. « Plan proposé au devant de l’Archevêché » par A. Morand ; mention manuscrite de J.-G. Soufflot, datée du 25.8.1778

90. « Plan proposé au devant de l’Archevêché » par A. Morand ; mention manuscrite de J.-G. Soufflot, datée du 25.8.1778

A.M.L. 3 S 270, en couleurs

70Les principales transformations entreprises durant le XIXe siècle, avant la percée de l’avenue, sont liées d’une part à l’aménagement des quais de la Saône, qui entraîna un exhaussement des sols dans les rues et les cours d’immeubles, d’autre part à l’installation des égouts. La seule nouveauté introduite dans le secteur fouillé concerne la clôture du jardin de l’archevêché, dont la grille, détruite dans les années 1790, fut refaite en 1830 par L. Charbonnet, sur un dessin de Flachéron (Archevêché 1980, p. 36).

71La régularisation des contours de l’ancien îlot des prisons ne réglait pas les graves problèmes de circulation qui se posaient au débouché du pont, pour pénétrer dans le quartier. Le Second Empire apporta les moyens nécessaires pour effectuer des transformations qui furent plus radicales que celles préconisées par le plus ambitieux des projets avancés au XVIIIe siècle (Kleinclausz 1939, pp. 55-58). Un décret impérial daté du 5 juillet 1865 déclarait

« d’utilité publique la création dans la ville de Lyon de deux avenues aux abords du pont de Tilsitt et de la Primatiale » :

72l’avenue de l’Archevêché - aujourd’hui Adolphe Max - et l’avenue du Doyenné (A.M.L. Ο 1, liasse A. Max). Sur leur tracé, les édifices furent rasés et remblayés, puis masqués par un pavage en moellons de calcaire non équarris. On planta des platanes sur les trottoirs et l’on installa des réverbères (pl. XXI). Les derniers épisodes de l’histoire de cet espace se résument en quelques lignes : l’installation des rails d’un tramway au XIXe siècle (fig. 81), puis leur mise hors service, l’élargissement de la chaussée aux dépens d’une partie du trottoir nord et de l’un des alignements de platanes (pl. XXII), la réfection du revêtement, avant l’aménagement de la descenderie de la ligne D du métropolitain.

91. « Plan d’embellissement arrête entre Monseigneur l’Archevêque et Comte de Lyon, Messieurs du chapitre de l’Eglise, Comtes de Lyon et Messieurs les Prévôt des Marchands et Echevins de ladite Ville... », dressé sans doute dans les années 1770-1780

91. « Plan d’embellissement arrête entre Monseigneur l’Archevêque et Comte de Lyon, Messieurs du chapitre de l’Eglise, Comtes de Lyon et Messieurs les Prévôt des Marchands et Echevins de ladite Ville... », dressé sans doute dans les années 1770-1780

A.D.R. 3 PI 453, en couleurs

92. « Plan de Lyon avec ses agrandissements », par L. Denis, 1780

92. « Plan de Lyon avec ses agrandissements », par L. Denis, 1780

A.M.L. 3 S 116

Notes

10 Leurs résultats doivent être publiés dans un prochain numéro des D.A.R.A.

11 Les fouilles réalisées rue J. Carriès et dans l’îlot Tramassac étaient dirigées par C. Arlaud et J. Burnouf ; L. Jacquin a assumé la responsabilité du chantier de la rue de la Monnaie ; C. Becker et J. Burnouf, celle des trois dernières opérations entreprises sur les places Bellecour et Antonin Poncet. Leur publication est en préparation.

12 Les témoignages, concordants, de ce développement ont été recueillis, rue de la Martinière (Lasfargues 1982, p. 416) et, au cours des six dernières années, sur les chantiers de fouilles de sauvetage effectués par des membres de l’équipe archéologique de la Ville de Lyon -C. Becker, L. Jacquin et M. Monin- place Bellecour, rue de la Monnaie, et dans une cour des Facultés Catholiques (des rapports de fouilles dactylographiés ont été déposés à la D.A.H.).

13 Pour A. Coville (Coville 1928, p. 476), le pluriel adopté par Leidrade (...domus quoque episcopates inter quas unam restauravi que jam pene destructa erat, quam operui. Aliam quoque domum cum solario de novo edifficavi et duplavi... : cf. Coville 928, pp. 285) ne signifie pas que l’évêque possédait plusieurs demeures ; la formule employée par le prélat de Charlemagne désignerait les divers corps de bâtiment du complexe épiscopal. A ce propos, on peut invoquer l’opinion de L. Duchesne (Duchesne 1902, p. 399) pour lequel la domus ecclesiae “était quelque chose d’assez compliqué, à la fois église, évêché, réfectoire, dispensaire, hospice”. Voir également Lesne 1910, pp. 196-204 (p. 197 sur la domus ecclesiae de Lyon).

14 Ad hospitale quoque Sancti Romani, habet colonicas vestitas XXII, absas X : Coville 1928, p. 288.

15 Sidoine Apollinaire, Carmina XVII, 15, fait allusion, de façon détournée, à la consommation de vins orientaux et italiens (vina mihi nun sunt Gazetica, Chia, Falerna / quaeque sarepteno palmite missa bibas : “je n’ai point de vins de Gaza, de Chios, de Falerne et je ne te donnerai pas à boire les produits du vignoble de Sarepta”). Le vin de Gaza était fort apprécié, en Gaule, par les contemporains de Grégoire de Tours, ainsi que le démontrent deux anecdotes qu’il rapporte dans le Liber in gloria confessarum (c. 64, pp. 785-786), ainsi que dans l’Historia Francorum (VII, 29, p. 309 : Laticina videlicet adque Gazitina) où il cite un autre vin, de Latina (éd. W. Arndt, p. 309, n.l) ou de Laodicée (Latouche 1965, p. 104). Voir, sur ce sujet, le commentaire de H. Grégoire au ch. 58 de la vie de Porphyre de Gaza (Marc le Diacre, pp. 124-126). La consommation de vins italiens n’est pas attestée par l’examen du matériel ; des exemplaires de l’amphore type Keay LU pourraient en provenir, mais cette origine n’a pas encore été établie clairement.

16 La localisation des prisons de l’archevêché avant leur transfert en 1664/1665 demeure légèrement imprécise, mais les hypothèses fluctuent dans un espace bien réduit, entre le bâtiment accolé au sud de la porte orientale de la cour de Lyon et la, ou les, tours qui se dressent de l’autre côté de la même porte (A.D.R. 28 G 69 f° 44 et f° 49 ; 228 G 70 f° 13 ; 28 G 72 f° 19 ; 28 G 73). C’est peut-être lorsque les prisons furent transférées au nord de Saint-Romain, en 1664 ou 1665, que l’auditoire fut placé près du chevet de la cathédrale (cf. A.D.R. 1 G 269 : textes des visites effectuées en 1732 et 1733). Les travaux entrepris par J.-G. Soufflot, entre 1747 et 1749 (Archevêché 1980, p. 22), occasionnèrent un nouveau transfert : le rapport établi par Toussaint Loyer le 6 juillet 1761 (A.D.R. BP 2561) signale qu’il est depuis lors installé dans la salle des archives du palais, un local que l’architecte juge inadéquat et auquel il préfère l’église Saint-Romain, qu’il propose de réaménager dans cette perspective. Un document datant de 1763 prouve que son projet a abouti (A.D.R. 10 G 615). Ce bâtiment fut détruit en 1781 (A.D.R. 10 G 3815, 16 oct. 1781). Les domaines dans lesquels s’exerçaient les juridictions de l’Archevêque et celle du chapitre, ainsi que leur emprise territoriale, ont connu de multiples variations au cours des siècles. On trouve quelques informations sur ce sujet dans les ouvrages suivants : Sachet 1914, I, pp. 345-348, p. 368 ; Sachet 1918, II, p. 558, pp. 552-553 ; Fédou 1975-B, pp. 106-108 ; Fédou 1975-C, p. 123.

17 Le plan dessiné en 1659 par Simon Maupin, la “Description au naturel de la ville de Lyon et paysages alentours d’icelles” (A.M. 1 S 171) aurait dû nous aider à régler le problème de la localisation de cette maison et des prisons ; malheureusement, les défauts du collage nous privent des détails nécessaires pour identifier sûrement les bâtiments représentés.

Table des illustrations

Titre 82. Vue du pont de l’Archevêché et du chevet de la cathédrale (XVllle siècle)
Crédits B.M.L. Coste 256
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1575/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre 83. Jean-Jacques de Boissieu, vue de Lyon depuis le quai de la Pêcherie, en 1785, gravée à l’eau forte par Bellay
Crédits B.M.L. Coste 255
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1575/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7M
Titre 84. « Plan pour un pont de bois », projet présenté vers 1773
Crédits A.D.R. 10 G 613, en couleurs
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1575/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre 85. A. « Plan, élévation et coupe d’un pont de pierre pour la ville de Lyon, à construire sur la Saône, pour la communication de la place Louis-le-Grand, au quartier Saint-Jean. Projetté par Mr d’Argout (...) en datte du 28 may 1779 »
Crédits A.M.L. 2 S 443, en couleurs
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1575/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Titre 86. « Pont de l’Archevêché à Lyon"
Crédits B.M.L. Coste 472 bis
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1575/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Titre 87. Projet d’aménagement de la cour du palais archiépiscopal, par J.-G. Soufflot, 1747-1749
Crédits A.D.R. 10 G 1621
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1575/img-6.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre 88. Bases réemployées, en 1830, dans les fondations de la nouvelle clôture du jardin de l’Archevêché
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1575/img-7.png
Fichier image/png, 570k
Titre 89. « Plan général d’allignement de la juridiction du chapitre de MM. les Comtes de Lyon et des nouvelles rues projettées (quartiers Saint-Jean et Saint-Georges) », 1774
Crédits A.M.L. 1 S 192, en couleurs
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1575/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre 90. « Plan proposé au devant de l’Archevêché » par A. Morand ; mention manuscrite de J.-G. Soufflot, datée du 25.8.1778
Crédits A.M.L. 3 S 270, en couleurs
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1575/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 952k
Titre 91. « Plan d’embellissement arrête entre Monseigneur l’Archevêque et Comte de Lyon, Messieurs du chapitre de l’Eglise, Comtes de Lyon et Messieurs les Prévôt des Marchands et Echevins de ladite Ville... », dressé sans doute dans les années 1770-1780
Crédits A.D.R. 3 PI 453, en couleurs
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1575/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre 92. « Plan de Lyon avec ses agrandissements », par L. Denis, 1780
Crédits A.M.L. 3 S 116
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1575/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 706k

© Alpara, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access