Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lyon Saint-Jean

 | 
Françoise Villedieu

Chapitre 4. Remodelage du quartier

Texte intégral

Les grands projets du XVIIIe siècle

Les transformations de la maison Pingon (pl. IIa, XV-XVIII)

1Entre le 30 avril 1746 et le 24 mai 1747, la maison qui devait bientôt être concédée au comte de Pingon, fut l’objet de travaux importants : les façades donnant sur la rue Saint-Romain et sur la rue de l’Archevêché furent refaites, de même que les murs de refend qui s’y rattachaient et le grand escalier (A.D.R. 10 G 670). Les autres interventions portèrent essentiellement sur les revêtements des sols et des murs, l’installation de cheminées, l’exhaussement d’une partie de l’immeuble et la réfection des couvertures. Il était précisé, dans le devis, que l’entrepreneur était tenu

« de reconstruire sur la hauteur de trente trois pieds les façades tant du costé de la rue de l’Archevêché que du costé de la rue derrière la prison et sur la même… des anciennes fondations, lesquelles façades celle sur la rue de l’Archevêché sera composée de quatre arcs de boutique au rez de chaussée et d’une porte ayant issue sur laditte rue au dessus desquels arcs de boutiques seront pratiqués les jours larmiers et croisées suivant le nombre désigné par le plan ; quant à la façade sur la rue du derrière de la prison elle sera composée de deux arcs de boutique et des jours et croisées aussy désignés par le plan » (A.D.R. 10 G 670, 30 avril 1746). Ces prescriptions furent suivies à la lettre dans le cas de la façade donnant sur la rue Saint-Romain. Seule une fine saignée signalait, le long du mur M233, qu’il avait été bâti à partir du revêtement de la rue en usage au XVIIIe siècle. Aucun vestige du mur qui l’avait précédé n’a été retrouvé. Le texte définit également la procédure que l’entrepreneur devait adopter pour reprendre la façade : il « sera tenu avant de démolir de faire étayer tous les planchers qui ont leur poids dans les murs de façade de laditte maison et en telle sorte que les dits planchers ne puissent souffir ny estre dérangés de l’état où ils sont de même que la charpente » (fig. 66).

66. Joubert, « Plan géométral de la ville de Lyon, assujetti aux nouveaux allignemens des quartiers neufs et enrichi des bâtiments principaux », 1773

66. Joubert, « Plan géométral de la ville de Lyon, assujetti aux nouveaux allignemens des quartiers neufs et enrichi des bâtiments principaux », 1773

A.M.L. 1 S 90a, gravé

2La fondation du mur de façade fut réalisée en grande partie avec des matériaux récupérés probablement dans les parties démolies : un fragment d’encadrement de porte, des blocs quadrangulaires et des moellons de calcaire blanc et jaune, aux dimensions variées et assez grossièrement appareillés. Sans doute est-ce aux élévations que fut réservée la « bonne maçonnerie de mailon de Couson bien enlié avec mortier composé d’un tiers de chaux et de deux tiers de sable ».

3Le plan A.D.R. 10 G 1621 (fig. 67) pourrait être celui auquel renvoyait le devis de 1746, bien qu’il comporte une indication-qui paraît, toutefois, ajoutée dans un deuxième temps-correspondant au projet de recul de la façade nord de la maison (selon Sachet, 1918, p. 595, ce plan de reculement aurait été dressé en 1768), réclamé pendant la deuxième moitié du XVIIIe siècle par le chapitre (fig. 68), et qu’il ait été rattaché depuis à ce dossier. Il livre diverses informations qui concordent avec celles données par la fouille : la répartition des pièces au rez-de-chaussée est la même, à part dans l’espace proche de la marge nord du chantier, où a été dégagé un couloir occupant une partie de l’emplacement de l’une des boutiques. Le corridor représenté sur la plan est plus étroit et plus court. Cet aménagement serait donc postérieur aux travaux effectués en 1746 ; le corridor et la cuisine qui le jouxte sur le plan n’ont pas laissé de traces claires dans le sol.

67. « Plan de reculement de la maison de Monsieur de Pingon »

67. « Plan de reculement de la maison de Monsieur de Pingon »

A.D.R. 10 G 1621, en couleurs

68. « Plan des bâtiments et dépendances du ci-devant Evêché de Lyon avec ses divisions… »

68. « Plan des bâtiments et dépendances du ci-devant Evêché de Lyon avec ses divisions… »

Original daté du 21.12.1792, copie du 25.7.1824

A.D.R. 10 G 1621, en couleurs

4La pièce située entre la cuisine sud et les boutiques de la rue Saint-Romain est donnée comme « cave » sur ce plan, bien qu’elle n’ait pas été aménagée en sous-sol. Toutefois, son sol était fait de terre battue et il est probable qu’elle faisait fonction de débarras.

5Le devis prévoyait

« la construction de la voûte d’une cave », mais celle-ci n’est pas localisée, et le texte de la visite faite le 24 mai 1747 « pour examiner les réparations et additions de la maison canoniale » est tout aussi imprécis ; il relate seulement que l’ingénieur architecte de la ville chargé de cette mission « serait descendu dans une cave pratiquée sous un bas, et dont il auroit remarqué que la voute est solide de même que les murs repris sous oeuvre ».

6Se rattachent en revanche à ces travaux, la partie conservée d’une cloison (M272, pl. XVIII) séparant deux boutiques et, peut-être, le revêtement de carreaux de terre cuite rouge de l’une d’elles (pl. XVIII). Il n’est pas exclu, toutefois, que celui-ci ait été réalisé vers 1780, car le devis estimatif de réparations à effectuer dans la maison établi cette année-là, le 17 juillet, signale

« quatre toises de carrelage hors service qu’il faut refaire à neuf » chez le tourneur et « chez le cordonnier, deux toises de carrelage aux murs intérieurs ( ?) de ladite boutique » (A.D.R. 10 G 672).

7L’aménagement des « lieux » a probablement imposé la construction de la fosse maçonnée, sur plan carré (M271, pl. XVIII) dont la présence, dans la cour, est attestée par le devis établi en 1780, alors que celui de 1746 n’y fait pas allusion. Le puits perdu M124 fut vraisemblablement abandonné au cours de la même période.

8En dépit de leur ampleur, les travaux entrepris ne portèrent pas remède à la détérioration de ce bâtiment vétuste, et le comte de Pingon s’adressait au chapitre dès 1760 pour demander des « réparations urgentes et nécessaires » (A.D.R. 10 G 56). Plusieurs actes datés de 1760, 1763, 1764 et 1765, traitent de « travaux de charpente » (A.D.R. 10 G 672).

9A partir de 1767, le nom du comte de Pingon apparaît à plusieurs reprises dans les archives capitulaires, à propos du recul de la façade nord de sa maison, qu’imposait le projet de construction de la nouvelle Manécanterie. Ainsi qu’en témoignent les plans (fig. 68, 76, 89, 90, 91), l’angle sud-ouest de l’édifice aurait dû atteindre le voisinage immédiat de la maison et boucher la rue de l’Archevêché (A.D.R. 10 G 3814, 671, 672, 15, 56/515). Monsieur de Pingon refusa de laisser abattre une partie de sa maison pour résoudre des difficultés, qui ne se posèrent en fait que sur le papier puisque l’aile ouest de la nouvelle Manécanterie ne fut pas réalisée. Les plans du XIXe siècle attestent que la maison canoniale ne fut pas touchée alors (pl. XX, fig. 79, 80).

La vente de l’église Saint-Romain

10En 1743, le cardinal de Tencin interdit de rendre le culte dans l’église Saint-Romain, car le bâtiment menaçait ruine ; l’office, de même que les fondations, furent transférés à Saint-Pierre-Le-Vieux (Martin 1908-1909, pp. 49-50). Dans un acte capitulaire daté du 4 septembre 1743 est enregistrée la décision « d’acheter ladite église au nom du chapitre » (A.D.R. 10 G 1517). Si l’acte de vente date seulement de novembre 1752, l’acquéreur est toujours le chapitre (A.D.R. 10 G 1517). Avant cette date, elle fut utilisée à plusieurs reprises. A. Sachet écrit qu’« en 1745, on permet au Doyen d’y fermer ses orangers » (Sachet 1918, II, p. 548) ; le devis des travaux à effectuer sur la maison de Pingon, établi en 1746, autorisait l’architecte Masson, chargé de les réaliser, à « entreposer les matériaux dans la cour de l’archevêché et dans la chapelle Saint-Romain » (A.D.R. 10 G 670). Il fut question aussi d’y installer les écuries de l’archevêché et c’est dans ce but que le chapitre céda à l’archevêque la propriété de l’église ainsi que celle de la cour des prisons : « les dits Seigneurs archevêques auraient celle (la propriété) des bâtisses où étoit autrefois la chapelle de Saint-Romain avec les aisances situées derrière les prisons dudit archevêché » (A.D.R. BP 2561, A.C. du 6 nov. 1747). Après avoir visité l’église, en 1761, l’architecte Toussaint Loyer déclarait qu’elle « seroit très convenable pour y faire les salles et appartements nécessaires à l’exercice des jurifications ecclésiastiques et séculières dudit archevêché et dépendances » (A.D.R. BP 2561). La description des lieux qu’il donne et celle des travaux qu’il envisage de réaliser pour la transformer en auditoire de justice, ont permis de réunir quelques informations sur l’agencement de l’église (Cf. chapitre précédent). Durant ces travaux, le sol fut surélevé et revêtu de carreaux rectangulaires de terre cuite, rouges (U.S. 419) ; un fragment de pierre tombale était réemployé, probablement comme seuil (fig. 69). Seule une partie du programme fut réalisée : le chevet de l’église, que l’on avait envisagé de réaménager, fut abattu, ainsi que le révèlent un plan (fig. 89) et un texte conservé aux archives (A.D.R. 10 G 3815), transcrit en annexe ; (fig. 49 et pl. XVII). Dans « le dénombrement des maisons sizes dans la juridiction du cloître », dressé vers 1763 (A.D.R. 10 G 615), la mention de « l’ancienne église Saint-Romain servant à présent d’auditoire et prétoire pour toute la juridiction ecclésiastique », nous apprend que les travaux étaient alors terminés.

69. Fragment de pierre tombale réemployé dans l’auditoire

69. Fragment de pierre tombale réemployé dans l’auditoire

Les écuries de l’archevêché

11Le compte rendu de la réunion du chapitre du 6 novembre 1747 conservé dans la liasse A.D.R. 1 G 268 (cf. Annexe 5) expose clairement les raisons qui poussaient le chapitre à demander à l’archevêque de déplacer ses écuries et les objections que ce dernier formulait à l’encontre de ce projet. Les écuries de l’archevêché étaient situées dans les bâtiments accolés au cloître, vis-à-vis du palais, et elles ouvraient dans sa cour (pl. XVI). Le chapitre tentait ainsi de reprendre possession de l’espace sur lequel il avait été prévu d’élever la nouvelle Manécanterie, et il proposait alors au prélat d’installer ses écuries dans l’église Saint-Romain. La perspective d’abandonner un local placé face à sa demeure en échange d’un édifice dont l’accès était certainement moins commode ne séduisait sans doute pas beaucoup l’intéressé. Il la repoussa et, en 1761, on cherchait encore une solution. Toussaint Loyer envisagea alors d’installer les écuries dans l’ancienne rue des Estrées, sous le palais (A.D.R. BP 2561). Il est probable que l’on adopta sa proposition puisque l’archevêque fut certainement contraint d’abandonner les anciens locaux lorsque commencèrent les travaux pour la construction de la nouvelle Manécanterie, en 1767 (Sachet 1918, II, p. 551) et que nous n’avons pas de preuve de l’installation de ses écuries à l’emplacement des prisons avant 1781. Une requête, enregistrée le 16 octobre 1781 (A.D.R. 10 G 3815), nous apprend, en effet, que Monseigneur de Montazet « a fait démolir les anciennes prisons de l’archevêché situées vis-à-vis la cour de son palais et le bâtiment qui joignait lesdites prisons, qui donnait sur la rue de l’Archevêché où était l’Officialité ; et a fait reconstruire sur leur emplacement un corps de bâtiments destiné à former des écuries » (fig. 68). Aucune trace des travaux entrepris en cette occasion n’a été relevée au cours de la fouille : les terrassements qui précédèrent la construction d’un nouvel immeuble à la fin du XVIIIe siècle avaient tout effacé. Le bref de vente du bâtiment, établi le 5 décembre 1791, en donne une description trop vague pour que l’on tente d’évaluer l’importance des changements apportés afin d’adapter les prisons à leur nouvelle fonction (A.D.R. 1 Q 329, pièce 279).

La révolution et la propriété foncière

12La plupart des bâtiments mis au jour sur le chantier appartenaient à l’Église et ils furent donc vendus comme Biens Nationaux en 1791 (A.D.R. 1 Q 327, n° 229).

13Les maisons canoniales conservèrent la fonction d’immeubles de rapport qu’elles avaient acquise depuis quelques décennies. La vente des anciennes prisons où étaient installées les écuries de l’archevêché à la fin de la Monarchie, et celle de l’auditoire aménagé depuis peu dans les murs de l’église Saint-Romain, fut, en revanche, à l’origine de leur démolition.

14Un immeuble fut élevé à l’emplacement des écuries de l’archevêché, probablement durant les dernières années du XVIIIe siècle, au plus tard en 1815, car il est représenté sur le plan cadastral dressé à cette date (pl. XX). Il se composait de deux ailes latérales auxquelles on accédait par deux cages d’escaliers flanquant un portail donnant accès à la cour intérieure. Un troisième corps de bâtiment, élevé sur quatre étages, et occupant toute la longueur de la parcelle, fermait l’ensemble au sud (fig. 77). Les deux ailes latérales ne comptaient que trois étages, mais elles reposaient sur des caves. L’une d’elles, la cave J, fut construite en même temps que l’immeuble, sous l’aile orientale. Elle ouvrait sur la rue par un soupirail, et par deux autres sur la cour intérieure. Dans son mur ouest (M304) avait été intégrée la maçonnerie du puits M255 (fig. 70), probablement celui dont il est question dans l’acte daté du 5 décembre 1791, et qui fut utilisé comme puits perdu dans le nouvel immeuble. Les murs de la cave étaient bâtis en moellons et blocs, généralement de calcaire doré, plus ou moins soigneusement équarris en fonction de leur emplacement dans la construction. L’angle nord-ouest était renforcé, à l’extérieur, par un gros massif de maçonnerie dans lequel étaient utilisés, en remploi, des blocs moulurés présentant les caractères d’un travail moderne (fig. 60), et des fragments d’une pierre tombale. A l’est, le bâtiment prenait appui sur le mur de la maison Maclas (M267).

70. Relevé du mur ouest de la cave J

70. Relevé du mur ouest de la cave J

71. Coupe réalisée dans les caves F et E

71. Coupe réalisée dans les caves F et E

15Les murs de l’aile occidentale reposaient sur l’extrados des voûtes couvrant les caves des bâtiments préexistants, qui furent intégrées dans le nouvel ensemble. C’est sans doute alors que le mur ouest de la cave H fut renforcé par un massif de béton qui le doublait.

16Un mur fut construit pour supporter un nouvel escalier débouchant dans la cave H et dont les empreintes étaient lisibles encore dans le mur M299, contre lequel il prenait appui.

17Un autre escalier, fut aménagé dans la cave E. Il reposait sur le mur M289, parallèle au mur sud de la cave, qui fut repris alors pour encastrer les marches (fig. 71 et pl. II b) ; la voûte fut percée pour le faire déboucher au rez-de-chaussée, dans un couloir. Dans ce dernier, ouvraient également deux portes donnant, l’une sur la rue SaintRomain (fig. 72), l’autre dans une pièce de l’aile sud de l’immeuble ; il communiquait aussi avec la cour intérieure.

18L’escalier desservant la cave F resta en usage, jusqu’à l’ouverture, quelques années plus tard, du puits perdu M285.

19Le mur M291 donne la limite sur la cour de l’aile ouest, subdivisée au rez-de-chaussée par le mur M288. Le sol de la salle située dans l’angle nord-ouest de l’immeuble avait été revêtu de galets, dont seuls quelques exemplaires étaient encore en place. Celui de la salle voisine, au sud, pourrait avoir été constitué d’une chape de ciment, tout comme l’angle sud-ouest de la cour. Partout ailleurs, le sol de cette cour était fait de galets.

20L’emprise de la cage d’escalier desservant l’aile ouest peut être restituée, par symétrie, jusqu’au mur 158 (pl. XIX). L’escalier conduisant dans la cave H y prenait accès. La seconde cage d’escalier conservait des détails plus précis de son agencement interne. Dans le sol de galets 46 étaient enclavés deux éléments cubiques, en pierre blanche à grain fin, creusés d’une cavité centrale, des logements pour les montants de la rampe.

21Plusieurs seuils, dont trois ont été dégagés, étaient ouverts dans le mur M277-279 qui limitait l’aile méridionale. Ils permettaient d’accéder à des salles de forme allongée, qui ne paraissent pas avoir été utilisées comme habitations. La première à l’ouest, donnée sur le plan pl. XVIII, réunit deux pièces antérieures de superficie équivalente, séparées par une cloison nord-sud, que le nouveau carrelage a masquée. La fosse septique (M275) aménagée dans l’angle ouest est antérieure-sans doute fut-elle créée avec l’immeuble-bien qu’elle ait subi quelques remaniements durant la première moitié du XIXe siècle. Cette fosse carrée occupait un espace défini par la fondation du mur M277, ainsi que par le mur de façade sur la rue Saint-Romain (fig. 72) et celui de l’ancien édifice de culte, qui furent tous deux repris en sous-oeuvre ; le mur sud ne semble pas avoir pris appui sur une structure antérieure.

72. Immeuble bâti à la fin du XVIIIe siècle : partie de la façade ouest

72. Immeuble bâti à la fin du XVIIIe siècle : partie de la façade ouest

22La fonction du soubassement M276, maçonné en petites briques réfractaires, n’a pas pu être déterminée (fig. 73). Peut-être n’est-elle pas sans rapport avec la présence de charbon dans ce secteur, ainsi que dans le couloir voisin. De même, la fonction originelle des structures mises au jour dans la cour, le muret M281 et le « dallage » voisin, ainsi que le mur M280, n’a pas été identifiée.

73. Immeuble bâti à la fin du XVIIIe siècle : structure non identifiée et fosse d’aisance

73. Immeuble bâti à la fin du XVIIIe siècle : structure non identifiée et fosse d’aisance

23Les eaux usées s’écoulaient par un collecteur débouchant sur l’axe médian de la cour, et raccordé par une canalisation à l’ancien puits M255, utilisé alors comme puits perdu. Les murets qui isolaient le puits furent arrachés, probablement lorsqu’il fut remplacé par un puits plus large et plus solide (M285) bâti près du collecteur auquel le reliait une nouvelle canalisation. L’installation de ce puits pourrait être à l’origine de l’abandon de l’escalier qui débouchait dans la cave F et qui fut alors muré par la maçonnerie M324, dépouillé de ses marches et rempli de galets (fig. 71).

24La construction de l’immeuble provoqua des ruptures dans le revêtement de galets de la rue de l’Archevêché réalisé au XVIIIe siècle (fig. 63) : quelques reprises assez grossières ont été notées le long de la façade. Au début du XIXe siècle, après la construction du pont de Tilsitt et l’aménagement des quais, le niveau de cette rue fut modifié par l’apport d’un remblai, qui s’amincissait en direction de la colline et reçut une couverture de galets beaucoup moins soignée que la précédente. La couche inférieure de ce remblai était constituée de terre argileuse contenant des matériaux produits par une destruction et des céramiques gallo-romaines ; la seconde, de petits cailloux. Cet exhaussement du niveau de la voie entraîna, à son tour, une recharge du sol de la cour de l’immeuble et un bouchage partiel des soupiraux.

25Les dernières transformations apportées à cet habitat étaient liées à la construction, avant 1865, de l’égout collecteur de la rue de l’Archevêché. L’immeuble érigé à la fin du XVIIIe siècle y fut relié par trois conduites. Le cabinet d’aisances (M296) construit en petites briques, put alors être installé, sans doute sous la première volée d’escalier, dans un espace que ferma le mur M293. Il est possible que la construction d’un mur incurvé condamnant le fond de la cave H soit en rapport avec cette innovation (M297, fig. 56). Peut-être faut-il situer au même moment, ou éventuellement peu après, la construction du mur qui fermait l’escalier desservant la cave H ; les marches de celui-ci furent arrachées, et son emplacement comblé par des remblais scellés par un nouveau sol de galets.

26Dans les maisons canoniales, cette période n’était représentée que par quelques remaniements tel que l’aménagement d’un couloir défini au nord par le mur M197/198, dans la maison Pingon, ainsi que des reprises ponctuelles. Des soupiraux furent remaniés alors, sur la rue Saint-Romain.

La percée de l’avenue de l’archevêché en 1866

27La construction de l’immeuble, à la fin du XVIIIe siècle, permit de reprendre les contours de l’îlot, auquel fut imprimée une forme plus régulière, et d’élargir la rue de l’Archevêché ainsi que le tronçon de la rue Saint-Romain dégagé durant les fouilles. Les plans consultés ont permis d’établir que la surface libérée ici fut récupérée au dépens de la partie de la rue Saint-Romain limitant l’îlot au sud (pl. XIX-XX, fig. 76, 79).

74. « Projet de redressement des rues des Deux Cousins, de l’Archevêché, de la place projetée et du pont de l’Archevêché… », Lyon, 1814

74. « Projet de redressement des rues des Deux Cousins, de l’Archevêché, de la place projetée et du pont de l’Archevêché… », Lyon, 1814

A.M.L. 3 S 477 en couleurs

75. Projet d’élargissement et d’alignement de la rue Saint-Romain, de la rue de l’Archevêché et de la place Montazet, s.d. (vers 1815)

75. Projet d’élargissement et d’alignement de la rue Saint-Romain, de la rue de l’Archevêché et de la place Montazet, s.d. (vers 1815)

A.M.L. 3 S 483, en couleurs

76. [Plan du] « quartier Saint-Jean et du Palais de Justice » (nouveaux alignements et projets d’ouverture de rues), 1816

76. [Plan du] « quartier Saint-Jean et du Palais de Justice » (nouveaux alignements et projets d’ouverture de rues), 1816

A.M.L. 2 S 336, en couleurs

77. Photographie réalisée vers 1850 : vue prise de Fourvière

77. Photographie réalisée vers 1850 : vue prise de Fourvière

En bas, à droite, l’îlot détruit en 1866

78. « Vue du pont de l’Archevêché et du quartier Saint-Jean »

78. « Vue du pont de l’Archevêché et du quartier Saint-Jean »

Gravure réalisée entre 1831 et 1841 : sur Fourvière apparaît la tour carrée de l’Observatoire (1831) mais le clocher de la chapelle n’a pas été reconstruit (1850) ; sur le pont, les réverbères n’ont pas été dressés (1841)

B.M.L. Coste 475 bis

79. « Projet de deux avenues pour la rectification des abords du pont Tilsit et de la primatiale Saint-Jean. Plan d’alignement avec indication des parcelles, dressé pour l’enquête publique »

79. « Projet de deux avenues pour la rectification des abords du pont Tilsit et de la primatiale Saint-Jean. Plan d’alignement avec indication des parcelles, dressé pour l’enquête publique »

7.3.1865, avenue de l’Archevêché

A.M.L. 01 liasse avenue de l’Archevêché, en couleurs

28La nécessité de remodeler le tissu urbain dans ce quartier et plus particulièrement au débouché du pont inspira plusieurs projets. Durant la seconde moitié du XVIIIe siècle, des aménagements furent proposés en relation avec les transformations apportées au palais archiépiscopal par J.-G. Soufflot et T. Loyer, ainsi qu’avec la construction de la nouvelle Manécanterie (fig. 68, 89, 90, 91). L’une des solutions avancées consistait à reprendre les contours des îlots en introduisant partout la même orientation (A.D.R. 3 Ρ 453, fig. 91). J.-A. Morand suggéra, en 1778, de détruire l’îlot des prisons pour ouvrir une place, et de rectifier l’alignement des immeubles voisins (A.M. L. 3 S 270, fig. 90). Ce projet était soutenu par J.-G. Soufflot, qui annota le « plan proposé au-devant de l’archevêché » par J.-A. Morand. Le « plan général d’alignement de la juridiction du chapitre de MM. les comtes de Lyon et des nouvelles rues projetées », daté de 1774, est presque identique (A.M.L. l-S-192, fig. 89). Ces projets ne furent pas réalisés, ni même ceux qui furent conçus durant la première moitié du XIXe siècle (fig. 68, 74, 75, 76). Pourtant, dans le voisinage, quelques nouvelles artères furent créées pour percer les îlots caractérisés par des formes irrégulières et massives, mal desservis par des ruelles étroites (ainsi, la rue du Doyenné).

80. « Projet de deux avenues pour le dégagement des abords du pont Tilsit et de la primatiale Saint-Jean », 5.7.1865

80. « Projet de deux avenues pour le dégagement des abords du pont Tilsit et de la primatiale Saint-Jean », 5.7.1865

A.M.L. 01 liasse avenue de l’Archevêché, en couleurs

  • 9 L’avenue pourrait avoir été dénommée avenue de l’Impératrice, pendant une période brève, au moment (...)

29Ce n’est que sous le Second Empire que fut prise une décision concernant le secteur fouillé, en faveur d’une solution radicale. Avec l’ouverture, en 1866, de l’avenue de l’Archevêché -devenue depuis l’avenue Adolphe Max9- et de l’avenue du Doyenné, plusieurs îlots disparurent et d’autres furent amputés (fig. 79, 80). Sur ces derniers furent plaquées des façades respectant le nouvel ordonnancement, beaucoup plus régulier, sans être rigoureusement orthogonal.

30Un large trottoir planté de deux rangées de platanes bordait l’avenue au nord ; son vis-à-vis était plus étroit et garni d’une seule rangée d’arbres. On installa des réverbères, dont les soubassements ont été remis au jour sur le chantier, et la chaussée fut empierrée. Durant la deuxième moitié du XIXe siècle, on posa les rails d’un tramway qui rejoignait la gare du funiculaire (fig. 81). Le fonctionnement de ce dernier nécessitait l’apport d’importantes quantités d’eau, que l’on puisa dans la Saône. Il fallut, pour cela, aménager le parcours de la conduite, dont un important tronçon a été retrouvé sur le chantier, qu’elle traversait d’ouest en est. La galerie avait été creusée soit à l’air libre, soit en souterrain, en tirant parti de la présence d’anciennes caves. Elle était maçonnée seulement dans le premier cas ; des regards furent prévus et munis de barreaux pour faciliter la descente et permettre de contrôler ou réparer la conduite. Le sous-sol de l’avenue fut remanié aussi à l’occasion de l’installation de nouveaux égouts, de conduites d’adduction d’eau et de câbles divers. Ces dernières interventions ne touchèrent généralement que les niveaux modernes et contemporains.

31Dans les années 1950, le trottoir nord fut réduit de moitié et l’une des rangées de platanes disparut alors. Cet espace fut réservé à la circulation des tramways et des autobus (pl. XXII).

81. « Lyon - avenue du Doyenné » (en réalité, avenue de l’Archevêché)

81. « Lyon - avenue du Doyenné » (en réalité, avenue de l’Archevêché)

Carte postale expédiée le 19.6.1907

Notes

9 L’avenue pourrait avoir été dénommée avenue de l’Impératrice, pendant une période brève, au moment de son ouverture. Elle porta le nom d’avenue de l’Archevêché, puis celui d’avenue de la Bibliothèque à partir de 1909, après la séparation de l’Église et de l’État. C’est en 1939 que lui fut attribuée la dénomination encore en vigueur actuellement (D.C.M. 24.12.1939, p. 145). Adolphe Max, homme politique belge, qui vécut de 1869 à 1939, s’illustra en résistant aux Allemands durant le premier conflit mondial.

Table des illustrations

Titre 80. « Projet de deux avenues pour le dégagement des abords du pont Tilsit et de la primatiale Saint-Jean », 5.7.1865
Crédits A.M.L. 01 liasse avenue de l’Archevêché, en couleurs
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1574/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 816k
Titre 67. « Plan de reculement de la maison de Monsieur de Pingon »
Crédits A.D.R. 10 G 1621, en couleurs
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1574/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre 68. « Plan des bâtiments et dépendances du ci-devant Evêché de Lyon avec ses divisions… »
Légende Original daté du 21.12.1792, copie du 25.7.1824
Crédits A.D.R. 10 G 1621, en couleurs
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1574/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Titre 69. Fragment de pierre tombale réemployé dans l’auditoire
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1574/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre 70. Relevé du mur ouest de la cave J
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1574/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre 71. Coupe réalisée dans les caves F et E
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1574/img-6.png
Fichier image/png, 267k
Titre 72. Immeuble bâti à la fin du XVIIIe siècle : partie de la façade ouest
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1574/img-7.png
Fichier image/png, 263k
Titre 73. Immeuble bâti à la fin du XVIIIe siècle : structure non identifiée et fosse d’aisance
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1574/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre 74. « Projet de redressement des rues des Deux Cousins, de l’Archevêché, de la place projetée et du pont de l’Archevêché… », Lyon, 1814
Crédits A.M.L. 3 S 477 en couleurs
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1574/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre 75. Projet d’élargissement et d’alignement de la rue Saint-Romain, de la rue de l’Archevêché et de la place Montazet, s.d. (vers 1815)
Crédits A.M.L. 3 S 483, en couleurs
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1574/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre 76. [Plan du] « quartier Saint-Jean et du Palais de Justice » (nouveaux alignements et projets d’ouverture de rues), 1816
Crédits A.M.L. 2 S 336, en couleurs
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1574/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 652k
Titre 77. Photographie réalisée vers 1850 : vue prise de Fourvière
Légende En bas, à droite, l’îlot détruit en 1866
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1574/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 868k
Titre 78. « Vue du pont de l’Archevêché et du quartier Saint-Jean »
Légende Gravure réalisée entre 1831 et 1841 : sur Fourvière apparaît la tour carrée de l’Observatoire (1831) mais le clocher de la chapelle n’a pas été reconstruit (1850) ; sur le pont, les réverbères n’ont pas été dressés (1841)
Crédits B.M.L. Coste 475 bis
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1574/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre 79. « Projet de deux avenues pour la rectification des abords du pont Tilsit et de la primatiale Saint-Jean. Plan d’alignement avec indication des parcelles, dressé pour l’enquête publique »
Légende 7.3.1865, avenue de l’Archevêché
Crédits A.M.L. 01 liasse avenue de l’Archevêché, en couleurs
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1574/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
Titre 81. « Lyon - avenue du Doyenné » (en réalité, avenue de l’Archevêché)
Légende Carte postale expédiée le 19.6.1907
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1574/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 448k

© Alpara, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access