Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lyon Saint-Jean

 | 
Françoise Villedieu

Chapitre 2. Formation de la cité ecclésiastique

Fin IVe - XIIIe siècle

Texte intégral

Les thermes de l’Antiquité tardive (pl. I b, II, V-VI)

Les vestiges

1Les premières constructions élevées dans l’espace fouillé furent pour la plupart abattues vers la fin du IVe ou au début du Ve siècle, à l’occasion de la réalisation d’un nouveau programme de construction. Certaines structures anciennes furent cependant intégrées dans le nouvel ensemble, où elles introduisent des irrégularités bien lisibles en plan.

2La date de ces travaux a été établie à partir de l’examen du mobilier recueilli dans les remblais contemporains de la mise en place des fondations des bâtiments 31 et 3H ; elle a été étendue, pour l’heure à titre d’hypothèse, à l’ensemble des nouvelles structures créées, que rapprochaient des similitudes sur le plan technique. Cependant, en dépit de cette parenté sensible au niveau des modes de construction, il est impossible d’affirmer que tous les corps de bâtiment dégagés appartenaient au même édifice. Celui-ci (ou ceux-ci) couvrait une superficie importante, beaucoup plus étendue sans doute que le chantier de fouille, puisque sur trois côtés les limites n’en ont pas été retrouvées et que le dernier alignement qui se dessine au nord n’en est vraisemblablement pas une.

Les installations balnéaires

3A l’est du mur M34, ont pu être identifiés des restes de thermes qui se développaient peut-être aussi dans le secteur occidental du chantier, où les informations recueillies ne permettent pas de déterminer la fonction des bâtiments et donc de démontrer ou d’exclure cette hypothèse.

4Au nord-est s’ouvrait une cour dont l’extension n’est pas connue. Elle est, dans l’espace exploré, bornée à l’est par la piscine, au sud par les salles des thermes, à l’ouest par le mur M34. Au nord, la structure M65, qui fut coupée plus tard par une puissante fondation, paraît suivre une direction légèrement oblique par rapport aux constructions contemporaines. Conservée en hauteur sur deux à trois assises et sur une faible longueur, elle pose des problèmes d’interprétation qui n’ont pu être réglés : fermait-elle la cour, ou s’agit-il d’un tout autre aménagement, éventuellement une conduite alimentant les thermes ?

5Dans les espaces où il a été atteint, le sol de cette aire ouverte conservait quelques traces-une fosse, quelques cavités plus étroites et une saignée régulière-pouvant être mises en relation sans doute avec des plantations.

6Au pied du mur M62, un caniveau taillé dans de grands blocs de calcaire blanc (U.S. 1945) de section rectangulaire, creusés d’une rigole médiane, recueillait les eaux de pluie qui s’écoulaient des toits et les évacuait vers la canalisation M69, à travers une ouverture aménagée dans le mur M67. La canalisation M69, au conduit non maçonné, était recouverte par de larges dalles plates sommairement équarries.

7La piscine couvrait certainement une superficie supérieure aux 29 m2 qui peuvent être restitués, puisqu’elle se développait au-delà de la limite orientale de la fouille. Elle était contenue par des murs assez solides pour avoir supporté une couverture. L’état de conservation du mur M68 n’a pas permis de déterminer s’il fut revêtu de ces grandes dalles de calcaire placées de chant, dont la présence n’est attestée que le long du mur opposé, où elles isolaient la maçonnerie M71 (fig. 11) ; le mur ouest était simplement revêtu d’un mortier hydraulique, tout comme le fond de la piscine posé sur un hérisson de moellons bruts de schiste enchâssant de grosses dalles de calcaire. L’ensemble reposait sur une couche argilo-sableuse ne comportant aucun élément d’origine anthropique. On supposera que l’évacuation des eaux s’effectuait par une bonde placée dans l’angle nord-est : c’est l’emplacement qu’elle occupa, plus tard, après que la surface de la piscine eut été réduite.

11. La piscine des thermes (fin IVe, début Ve-VIe siècle)

11. La piscine des thermes (fin IVe, début Ve-VIe siècle)

8Dans le prolongement du mur M62, ont été mis au jour des vestiges d’une structure hétérogène, faite de petits moellons ou blocs sommairement ébauchés (M70). Il n’a pas été possible d’établir, à partir des données réunies, si elle fut construite au cours de la même campagne que les thermes, ou plus tard ; le mauvais état des vestiges retrouvés dans cette partie du chantier, en a rendu l’interprétation délicate. Ainsi, les murs conservés en négatif (pl. IV, U.S. 1196, 1278, 1280) ont été attribués à la période précédente uniquement en fonction de leur orientation, car on ne dispose d’aucune indication sur ce point ; ils auraient été, dans ce cas, intégrés dans le nouvel édifice. Ils délimitaient, sur le terrain, l’extrémité d’un espace 3A, probablement une salle communiquant avec la piscine. Un espace 3B peut être individualisé, au sud, mais il est impossible de dire s’il fut couvert, ou de lui attribuer une destination précise. La salle 3C avait, en revanche, conservé des lambeaux d’un sol d’hypocauste installé au cours de la campagne de construction des thermes tardifs, comme le démontre le mobilier inclus dans la couche d’argile sur laquelle il reposait, ainsi que ses relations avec le mur M64 contre lequel il s’appuyait (fig. 30). Ce fait pourrait être éventuellement retenu contre l’hypothèse présentée plus haut à propos de la datation des murs arasés (U.S. 1196, 1278, 1280), la fouille n’ayant pas apporté la preuve de l’existence d’un sol antérieur ; celui-ci pourrait cependant avoir été détruit pour permettre l’installation d’un nouveau sol placé plus bas (cote N.G.F. 164,41 m) que celui de la salle 2C (164,93 m). La chappe de mortier de tuileau qui le constituait, reposait sur un lit de moellons de schiste bruts placés sur l’arête, et supportait des pilettes carrées mesurant en moyenne 19 à 21 cm de côté ; la présence de liants dont la composition variait indiquait qu’elles durent être l’objet de réparations. Leur répartition dans l’espace n’était pas toujours régulière : les espacements de 30 ou 60 cm environ donnent les dimensions des carreaux de brique des suspensurae.

9Un fragment de baignoire en marbre (fig. 12) a été retrouvé sur le sol de cet hypocauste ; il avait été utilisé avec des remblais de terre pour asseoir un nouveau sol lorsque l’hypocauste fut détruit (cf. infra, p. 45).

12. Fragment d’alveus en marbre

12. Fragment d’alveus en marbre

10Le foyer se trouvait certainement au sud, dans le même espace que celui de la salle 2C. Cette dernière fut intégrée dans le nouvel édifice et rien n’indiquait qu’elle ait subi des modifications en cette occasion (fig. 13).

11Dans la salle 3D fut aussi, à l’origine, aménagé un hypocauste : des vestiges de pilettes très mal conservées ont été mis au jour dans les angles sud-est et sud-ouest. Il n’est pas permis de définir, à partir de ce renseignement, à quel type d’hypocauste elles appartenaient.

12Une porte la mettait en communication avec la salle 3E ; son seuil en calcaire blanc conservait, dans la cavité extrême de la feuillure, un élément en plomb qui pourrait être la crapaudine de l’axe vertical, sur lequel tournait un vantail.

13. Coupe est-ouest couvrant en partie les salles 2C et 3E

13. Coupe est-ouest couvrant en partie les salles 2C et 3E

13La salle 3E était chauffée par un hypocauste à canaux rayonnants ; placés le long des murs (fig. 13) ainsi que sur les diagonales et sur l’axe nord-sud, les canaux convergeaient vers le centre de la pièce où, dans un espace de 2,85 m sur 2,10 m, le sol de circulation reposait sur des carreaux de brique de 50 cm de côté environ, supportés par des pilettes carrées mesurant 20 à 22 cm de largeur. La restitution du dessin complet de cet hypocauste, fondée sur l’agencement des installations conservées, justifie l’incorporation du mur M34 dans le plan des thermes tardifs. La pièce avait donc la forme d’un trapèze et sa superficie avoisinait 75 m2. Le sol de circulation était constitué par une couche de mortier de tuileau, en contact avec le mur dans les parties conservées. Cette pièce n’était pas pourvue de conduits de chaleur plaqués contre les murs.

14Le foyer de cet hypocauste était partiellement conservé au sud de la pièce (fig. 13). La communication était assurée par un conduit réservé au centre du mur M59, couvert par un arc formé de briques liées au mortier, et souligné par un rang de briques tangentes aux premières (fig. 14). Le foyer de l’hypocauste bâti sur plan rectangulaire, selon un schéma semblable à celui qui fut adopté dans les thermes de Bade (Daremberg 1887, art. hypocausis, hypocaustum, fig. 3939), devait s’ouvrir à l’ouest. Sur la face sud du mur M60 apparaissait encore l’amorce d’un arc, dont la fonction n’est pas connue.

14. Restes de l’hypocauste à canaux rayonnants (salle 3E) et de son foyer

14. Restes de l’hypocauste à canaux rayonnants (salle 3E) et de son foyer

15Il est tentant d’imaginer qu’une clôture isolait la cour de service dans laquelle était installé ce foyer : si aucune trace n’en a été retrouvée, la permanence de cet alignement dans les structures postérieures -les bâtiments des Ve et VIe siècles, l’église Saint-Romain, etc.- peut justifier cette hypothèse.

Le secteur occidental

16Les dalles conservées à quelques mètres du mur sud de la salle 3E établissent un lien entre les aménagements réservés au bain qui viennent d’être décrits et les bâtiments dégagés dans la partie occidentale du chantier, suggérant leur appartenance à un même édifice. Elles étaient, en effet, placées au même niveau et constituées d’éléments semblables à ceux qui couvraient l’espace séparant les corps de bâtiment 31 et 3H. Il s’agissait de grandes dalles de calcaire blanc à grain fin, de dimensions variables et d’une épaisseur moyenne de 25 cm, de toute évidence, dans plusieurs cas, en remploi. Elles revêtaient une allée dans la partie ouest (fig. 16), et vraisemblablement une cour dans la partie proche de la salle 3E où la zone caractérisée par ce dallage s’élargissait. Les exemplaires conservés ont dû leur sauvegarde à leur réutilisation dans des murs postérieurs (fig. 48 et pl. II b) et il est possible de supposer que l’aire qu’elles revêtaient s’étendait encore un peu au nord, car certaines furent récupérées et réutilisées au XVIIIe siècle, lorsqu’on aménagea deux caves à cet emplacement (caves Ε et F, pl. XI ; sol 168, fig. 55).

17La maçonnerie M58 réunit alors le mur M62 au mur M32 bâti antérieurement. Dans l’espace 3G délimité par les murs M55, M32, M58 et M34, les aménagements créés durant la nouvelle campagne de construction avaient presque totalement disparu, seule faisant peut-être exception la fondation M57 qu’il n’a pas été possible de dater, mais qui s’apparentait par son orientation aux constructions de la fin du IVe ou du début du Ve siècle.

18De part et d’autre de l’allée revêtue de dalles s’élevaient deux corps de bâtiment, dont l’implantation au sol présente d’étroites similitudes (pl. I b, fig. 15, 42, 43). Installés à l’emplacement du lit de l’ancien bras secondaire de la Saône, ils furent fondés avec le plus grand soin ; sans doute savait-on qu’une partie des structures antérieures s’était effondrée par suite du tassement des remblais apportés durant la première moitié du IIIe siècle pour colmater ce lit. De larges tranchées furent excavées bien au-dessous des sols des bâtiments créés au IIIe siècle (pl. I b, fig. 42). Les murs furent assis sur une semelle de fondation réalisée en tranchée, au-dessus de laquelle ils furent montés à ciel ouvert, avant d’être ennoyés, sur plus d’un mètre de hauteur, dans de nouveaux remblais. L’appareillage de ces fondations fut très soigné.

15. Cave B, mur ouest

15. Cave B, mur ouest

19Une petite dalle de marbre, située au même niveau que celles de l’allée 3J, a été dégagée en limite de fouille, dans la partie orientale du corps de bâtiment 31 ; la fouille n’ayant pu être poursuivie dans ce secteur, il n’est pas certain qu’il s’agisse d’un reste du sol originel. Dans le bâtiment voisin a été notée la présence de quelques lambeaux de sols stratifiés, parmi lesquels apparaissaient d’épais dépôts de charbon de bois, peut-être les restes d’un plancher, dont ce serait là le seul témoin puisque les murs ne présentaient aucune marque d’ancrage d’un pavement. Ces sols disparurent au cours des travaux entrepris durant les siècles suivants.

20Il est certain que le corps du bâtiment 3H ne comportait pas une subdivision parfaitement symétrique de celle que créait le mur M53 dans le bâtiment voisin (fig. 37). Ce mur représente le seul élément recueilli sur leur organisation interne et nous n’avons relevé aucun détail concernant leur destination.

21Le mur M48 appartenait certainement au même ensemble, dans lequel il est, en revanche, difficile d’intégrer la structure M47, présentée en plan avec les thermes tardifs uniquement parce que le liant employé était semblable à celui qui caractérisait cette phase de construction. Le mur M45, repris dans une cave moderne, pourrait éventuellement être dans le même cas, mais il faut admettre aussi que l’appareil en épi adopté plus systématiquement ici que dans les autres maçonneries, pourrait signaler un travail plus récent (fig. 34). Cette structure, totalement isolée de son contexte stratigraphique, ne peut être datée qu’à partir de ce détail et en tenant compte de l’orientation du mur, qui correspond à celle qu’ont introduit les travaux réalisés vers la fin du IVe ou au début du Ve siècle.

22L’absence de tout autre vestige de ces bâtiments dans la partie occidentale de la fouille est la conséquence des transformations entreprises au cours des périodes suivantes, et surtout de l’aménagement des caves modernes.

23Les grandes dalles du passage 3J recouvraient une canalisation parallèle au mur M26 (pl. I b, U.S. 1242 et 1432) à laquelle se raccordait une première dérivation orthogonale, qui butait contre le mur M51 (pl. V), et probablement une autre (M49) qui longeait le mur M50. Ces conduites posent un problème délicat, car les arguments réunis en faveur de l’identification d’un canal d’évacuation sont contrebalancés par les indices qui suggèrent qu’il pourrait s’agir d’une adduction d’eau. Parlent en faveur de la première interprétation le fait que les canalisations étaient recouvertes directement par le dallage et, également, la légère inclinaison d’est en ouest du tronçon M56, sur lequel a été enregistrée une pente de 2 cm par mètre. Ce second argument ne peut emporter la décision, car cette inclinaison pourrait avoir été accentuée, et peut-être même provoquée en inversant la situation d’origine, par le tassement des remblais sous-jacents, plus marqué au creux du lit de l’ancien bras de la Saône que vers ses rives. Les déformations étaient plus sensibles au niveau du dallage de l’allée, dont la pente de 4 cm par mètre ne fut pas imposée, ou n’eut pas la même importance, lorsqu’elle fut aménagée (fig. 16).

16. Le dallage de l’allée 3J

16. Le dallage de l’allée 3J

24Par ailleurs, les trois canalisations paraissent trop soigneusement maçonnées pour avoir été réalisées dans le seul but d’évacuer des eaux usées. Leur radier, assis sur une semelle de fondation faite de cailloux liés par du mortier, était constitué de carreaux de brique. Les pieds-droits, montés également en cailloux et mortier, étaient revêtus d’un enduit de tuileau formant à la base un joint d’étanchéité profilé en quart de rond. Enfin, il faut tenir compte du fait que l’alimentation en eau des thermes, auxquels il est tentant de proposer de raccorder la canalisation M56, dut tirer parti des ressources de la colline, tandis que les égouts devaient déboucher dans la Saône ; sur ce dernier point, l’hypothèse se fonde sur les observations faites à l’est du chantier où la canalisation M69 et la bonde de la piscine donnent cette direction. La conduite M56 aurait pu éventuellement alimenter en eau les salles des thermes et c’est le même rôle que dut jouer, au cours de la période antérieure, la canalisation très mal conservée, individualisée à proximité de la structure M27 (pl. IV). Le parallélisme de la nouvelle canalisation (M56) et du mur M27, qui fut intégré dans le nouvel ensemble où il bordait l’allée 3J, témoigne aussi en faveur d’une continuité.

25Le radier de la dérivation de la canalisation M56, que masquait encore le dallage, était situé à 4 cm environ au-dessus de celui de la conduite principale. Au pied du mur M51, une ouverture était aménagée dans le revêtement.

Modes de construction et décor

  • 5 A propos de ces constructions, H. Savay-Guerraz note que : “le phénomène du remploi des blocs de pi (...)

26Les murs bâtis au cours de cette campagne de construction sont caractérisés par un petit appareil de moellons de granite, schiste et calcaire, bruts ou grossièrement ébauchés, disposés en assises horizontales ; parmi celles-ci furent intercalées quelquefois soit une assise de briques, soit une ou plusieurs assises formées de moellons inclinés, constituant un pseudo-appareil en épi puisque souvent cette disposition ne fut adoptée que sur une assise isolée (fig. 43). La présence de quelques rares blocs de calcaire blanc à grain très fin, taillés en chevron, a également été relevée (deux roches différentes ont été utilisées : le calcaire urgonien crayeux, exploité au sud de Bellegarde, connu sous le nom de “pierre de Seyssel”, et le calcaire miocène de la basse vallée du Rhône, dit “pierre du Midi” ; ces matériaux ont été identifiés par H. Savay-Guerraz). Dans les fondations, furent introduits des galets. Un mortier blanchâtre, riche en sable grossier et petits cailloux, liait ces matériaux. Les joints étaient beurrés et sans doute systématiquement tirés au fer, ainsi que l’ont révélé les parements des fondations des bâtiments 3H et 31 sur lesquels ce détail était encore bien lisible. Dans le dallage de l’allée 3J, H. Savay-Guerraz a noté la présence du calcaire portlandien du Jura méridional (dit “choin de Fay”), matériau extrêmement dur et intensivement utilisé à Lyon à partir des années 50 de notre ère, ainsi que celle d’un autre, de provenance inconnue, caractérisé par la présence de cristaux de dolomite ferreuse (identifiés sur lame mince). Les dalles utilisées pour revêtir les parois de la piscine étaient en calcaire dur (calcaire portlandien du Jura et deux autres variétés d’origine inconnue, dont un calcaire cristallin blanc)5.

27Aucune trace de la présence d’élévations en brique crue ou pisé n’a été relevée, mais cela ne suffit pas à exclure que l’une de ces techniques ait pu être adoptée : les remaniements subis par ces bâtiments, demeurés très longtemps en usage, nous ont privés de nombreuses informations.

28S’il est certain que, dans la salle équipée d’un hypocauste à canaux rayonnants (3E), les parois des murs ne furent pas doublées pour permettre à l’air chaud de circuler, il est impossible de déterminer quelles furent les solutions retenues dans les autres salles, leurs murs ayant été arasés au-dessous du niveau des sols de circulation. Toutefois, la présence de fragments de tubulures dans les couches postérieures à la création de l’édifice, indique que ce procédé dut être parfois adopté.

29Les seuls revêtements retrouvés sur des sols ou des murs, mis à part un petit fragment de mosaïque totalement isolé dans une couche riche en matériaux de démolition, étaient réalisés en mortier de tuileau. Le faible nombre de fragments d’enduits peints recueillis conduit, sans doute, moins à supposer que ce type de décor ne fut pas introduit, qu’à admettre que la composition des mortiers n’en favorisa pas la conservation, fortement compromise aussi par la très longue durée d’utilisation de ces bâtiments.

Les salles et leur usage

30Si l’identification de thermes, dont les proportions attestent qu’ils furent publics, s’impose dans le cas de ces vestiges, l’analyse du programme des bains se heurte à de multiples difficultés et ne peut déboucher sur une solution totalement satisfaisante. En effet, trop souvent, font défaut les détails techniques, qui pourraient éclairer la destination des salles mises au jour. Par ailleurs, le plan de l’édifice est incomplet, et il est impossible d’estimer l’importance des parties manquantes. Lorsque l’église Saint-Romain fut détruite, au XVIIIe siècle, on nota la présence de vestiges d’installations thermales à son emplacement (Artaud 1846, p. 188 cité dans l’annexe 1, au n°16 ; Meynis 1872, p. 74, rapporte que “on trouva, en la détruisant, des restes de constructions en briques, qui prouvaient qu’elle avait été bâtie sur les ruines d’un édifice antique”). Ces renseignements suggèrent donc que les thermes se développaient au-delà de la limite méridionale du chantier. Toutefois, nous ne sommes pas en mesure de déterminer s’il s’agissait de structures créées au IIIe siècle ou de restes des thermes de l’Antiquité tardive.

31Le plan restitué qui est proposé (pl. VI) reprend les informations livrées directement par la fouille, à travers les vestiges retrouvés (en noir sur le plan), mais également celles qu’apportent indirectement les bâtiments plus récents qui semblent reprendre des structures antérieures, dont nous n’avions plus de traces. Ainsi, le mur qui divise l’espace 3G occupe approximativement l’emplacement d’une structure bâtie au IIIe siècle, mais son existence est suggérée surtout par l’apparition, au cours du Ve siècle, d’un péristyle dont la galerie orientale, bizarrement, ne tire aucun parti du mur arasé du bâtiment 3H et s’installe immédiatement à l’extérieur de celui-ci. Le fait que l’on n’ait même pas réutilisé ce mur comme fondation du stylobate, qui lui fut accolé (pl. II a), conduit à penser que le portique pourrait avoir pris appui sur une autre structure, privilégiée par rapport au bâtiment 3H. De même, l’alignement du mur fermant cette cour au sud pourrait nous donner celui du mur isolant une cour de service, à côté de la salle dotée d’un hypocauste à canaux rayonnants. Dans d’autres cas, sur ce plan restitué, des murs ont été tracés dans le prolongement de structures connues, bien que le terrain soit resté muet en ce qui les concerne.

32Quatre salles à hypocauste ont été individualisées dans le secteur regroupant les aménagements strictement réservés au bain. La température, dans deux d’entre elles, pouvait atteindre des valeurs élevées, puisqu’elles étaient vraisemblablement toutes deux alimentées directement par des foyers et que leurs sols, reposant sur des pilettes, laissaient l’air chaud circuler librement (salles 2C et 3C). Ces foyers peuvent être localisés dans la cour de service 3K (fig. 17, n° 5). L’hypocauste de la salle 3D ne pouvait être alimenté que par des conduits de chaleur aménagés dans les murs qui la séparaient des pièces voisines : la fouille n’a pas permis de le déterminer, mais cette solution s’impose par sa vraisemblance. La température de cette pièce, bien isolée thermiquement du fait de sa position dans l’édifice, ne pouvait toutefois être très élevée. De même, le système de chauffage adopté dans la salle 3E et ses dimensions importantes ne favorisaient pas l’obtention d’une atmosphère très chaude. Nous disposons donc là, comme base de réflexion, de deux salles dans lesquelles la température pouvait être élevée et deux autres qui ne pouvaient qu’être tièdes, et il faut admettre que le nombre de pièces chauffées pourrait avoir été plus important.

33L’accès aux thermes pouvait se situer soit dans la cour, et se trouver alors dans l’une des salles tièdes (fig. 17, Β), ou plutôt par la porte aménagée dans le mur sud de la salle 2C (fig. 17, A). Dans ce second cas, il faudrait donc identifier la salle 2C à une entrée et vraisemblablement au vestiaire. La possibilité d’obtenir dans cette pièce, une température assez élevée en dépit de cette ouverture vers l’extérieur, rend cette hypothèse fragile. Pourtant, cette même porte interdit d’y reconnaître l’étuve ou la salle du bain chaud. La seule alternative plausible consiste à supposer que la salle 3D fut utilisée comme entrée et la salle 2C comme tepidarium, mais il fallait alors repasser sans doute par l’entrée pour gagner l’étuve.

34Dans tous les cas de figure, la position de la salle 3E paraît un peu marginale. Je propose de lui attribuer le rôle d’une annexe, réservée peut-être aux soins corporels, au repos ou encore aux exercices d’échauffement, pendant la saison froide.

35La sudatio ne peut être localisée qu’à l’emplacement de la salle 3C, la seule, parmi celles qui ont été mises au jour, qui fut à la fois chauffée directement et correctement isolée. Il est, toutefois, impossible d’affirmer que cette salle fut utilisée uniquement comme étuve ou si, subdivisée peut-être par une cloison, elle regroupa étuve et bain chaud. La découverte d’un fragment d’alveus en marbre sur le sol de son hypocauste (fig. 12) ne peut intervenir à ce stade du raisonnement. Il révèle seulement la présence de ce type d’équipement, sans exclure l’existence d’un bassin maçonné. L’une des solutions proposées, à titre d’hypothèse (fig. 17), consiste à séparer sudatio, localisée dans la salle 3C, et cella soliaris, placée là où a été individualisé l’espace 3B, à l’est de la cour de service 3K (fig. 17, n° 5). Dans cette cour aurait pu être installé son foyer. Elle pourrait avoir été associée, ou avoir été voisine du destrictarium, qui peut être situé dans le même espace. L’espace 3A pourrait avoir constitué une partie de la salle du bain froid et donc avoir été associé à la piscine. On peut aussi envisager que dans la salle 7 (espace 3B) fut aménagé le frigidarium, précédé par un couloir (8) qu’une colonnade séparait peut-être, déjà, de la piscine, ainsi que l’a démontré la fouille pour une date plus récente (voir infra, p. 40).

17. Les thermes de l’Antiquité tardive : hypothèses sur la destination des salles et le schéma de circulation (les indications entre parenthèses renvoient à la pl. VI)

17. Les thermes de l’Antiquité tardive : hypothèses sur la destination des salles et le schéma de circulation (les indications entre parenthèses renvoient à la pl. VI)

1ère solution (A) : 1 = cour de service ; 2 = salle réservée aux soins et aux exercices d’échauffement ; 3 = entrée (et vestiaire ?) ; 4 = tepidarium ; 5 = cour de service (praefurnia et chaudière) ; 6 = sudatio ; 7 = cella soliaris (ou frigidarium) ; 9 = piscine ; 10 = palestre.
2e solution (Β) : 1 et 2 = voir la première solution ; 3 = tepidarium ; 4 = entrée ; 5 à 10 = voir la première solution.

36Il n’est pas aisé de localiser le passage mettant en communication la piscine et la cour-palestre. Sans doute se trouvait-il dans une partie des thermes qui n’a pas été touchée par les fouilles, au-delà de la limite imposée aux recherches, à l’est.

37Nous pouvons, à partir des données de la fouille, localiser deux cours de service, mais leurs limites ne peuvent être tracées avec précision. Les hypothèses élaborées à partir des informations disponibles ne sont pas très satisfaisantes, puisque la cour n° 1 (3L) dans laquelle n’était vraisemblablement installé qu’un foyer d’hypocauste, occupe une surface plus importante que la cour n° 5 (3K) dans laquelle nous pouvons localiser au moins deux foyers et où il serait logique de placer la chaudière. La première pourrait, certes, avoir été utilisée pour emmagasiner des combustibles, mais il est possible aussi que l’espace qui lui est attribué ici ait été subdivisé, ainsi que le suggèrent les observations faites sur la nature des sols, probablement de terre battue à l’est du foyer de l’hypocauste, certainement dallé au sud et à l’ouest de celui-ci.

38Si l’on suppose que les corps de bâtiment 3H et 31 étaient incorporés à l’édifice occupé par les thermes, il faut leur attribuer un rôle d’annexes, mais leur destination ne peut être définie avec plus de précision ; il en va de même si l’on opte pour l’hypothèse contraire.

39Le plan de ces corps de bâtiment et leur distribution de part et d’autre de l’allée dallée, paraissent définir un axe de symétrie qui, prolongé vers l’est, aurait pu gouverner la répartition de bains doubles. Une telle interprétation ne peut, toutefois, être plus amplement développée et intervenir au niveau des restitutions graphiques, en particulier parce qu’elle repose sur une observation faite dans un secteur dont le rapport avec les thermes n’est pas clair.

40Parmi les arguments examinés ci-dessus dans le but de déterminer la fonction des canalisations M56 et M49, ceux qui engagent à y voir des conduites d’adduction d’eau sont les plus nombreux, sinon les plus solides. Dans cette hypothèse, il pourrait s’agir d’une conduite alimentant des thermes. La fouille n’a livré aucune indication claire concernant, sur ce sujet, la piscine. Seule la structure M65 permet d’imaginer, à la faveur de son mauvais état de conservation qui laisse le champ libre à l’expression de toutes les hypothèses, que cette fonction pourrait avoir été assurée par une conduite dont elle serait le seul vestige. Cette eau devait provenir de la colline.

Les modifications durant les Ve et VIe siècles

41Les bâtiments qui viennent d’être décrits demeurèrent en usage très longtemps, mais ils subirent assez tôt des transformations et perdirent rapidement leur destination originelle (pl. VIIIX, XII).

42Leurs vestiges apportent des témoignages de l’évolution de l’économie et de la société, qui se manifeste par l’abandon progressif de techniques et d’usages caractérisant l’époque gallo-romaine ; la stratification reflète ces modifications à travers des traces matérielles moins riches et moins immédiatement compréhensibles que celles léguées par les périodes antérieures. En outre, ces témoins ont fréquemment été complètement emportés par les aménagements de l’époque moderne, sans laisser d’empreinte : si les caves avaient souvent épargné des fondations plus anciennes, dont la conservation a facilité la reconstitution des plans et donc l’interprétation des ensembles, les constructions de la fin de l’Antiquité étaient fondées trop superficiellement pour échapper à une destruction totale (fig. 18). Les difficultés rencontrées de ce fait, au stade de l’analyse, ne peuvent être correctement surmontées actuellement en tirant parti des informations que peut donner le mobilier. Celui-ci est, en effet, encore très mal connu et l’étude qui aurait été nécessaire pour l’exploiter n’a pu être réalisée. En conséquence, les résultats exposés ci-dessous gardent un caractère provisoire en ce qui concerne les datations, mais aussi la chronologie relative des interventions qui n’a pas toujours été établie de façon sûre entre les différents secteurs.

18. Structures bâties ou en usage aux Ve et VIe siècles, avec implantation des caves, maçonneries et égouts qui ont fait disparaître une partie des vestiges

18. Structures bâties ou en usage aux Ve et VIe siècles, avec implantation des caves, maçonneries et égouts qui ont fait disparaître une partie des vestiges

Dernières transformations des bains

43Les thermes demeurèrent vraisemblablement en fonction pendant le Ve siècle et peut-être au-delà. Toutefois, ce siècle ne devait pas s’être entièrement écoulé lorsque furent entrepris divers travaux qui apportèrent quelques changements dans les bâtiments réservés au bain, et transformèrent plus profondément l’espace voisin.

Le bain

44La salle 3C fut détruite : ses murs sud et est furent rasés et le mur nord paraît avoir été touché également. La construction qui lui succéda, sur un espace réduit en largeur, reposait sur une fondation dont les restes mis au jour dessinent un “E” (Ml 16). Elle était représentée sur le terrain par son hérisson formé de matériaux divers, moellons, cailloux, fragments de briques et tuiles liés par de l’argile, surmonté encore en deux points par des lambeaux de maçonneries, les murs M103 et M104. Ces derniers étaient appareillés en moellons bruts de calcaire et granite, de forme généralement allongée, liés par un mortier très dur contenant des gravillons et des tuileaux. Cette fondation coupa le radier de l’hypocauste, dont le sol de circulation était alors entièrement détruit.

45Le tronçon M103 appartenait certainement au même mur que M102, qui fut simplement appuyé sur le sol de l’hypocauste, sans que l’on jugeât nécessaire de le fonder plus solidement, et appuyé contre le mur est de la salle 3D. Le mur M104 était placé dans le prolongement du mur M38, contre lequel il est probable qu’il allait buter.

46Seul le sol de petits cailloux 1013 peut être associé à ces structures ; pourtant, elles ne furent pas créées dans le but de le supporter et il fut certainement installé plus tard, à l’occasion de nouveaux travaux (voir infra, les modifications effectuées au VIe siècle).

47A l’est de la fondation Ml 16, une structure en pierre sèche (Ml 13) bâtie sur un plan en forme de “U”, se rattachait au même ensemble. Des petits moellons bruts de taille, principalement de calcaire, furent employés pour la construire ; seul le parement interne fut relativement soigné, et il semble qu’elle fut plaquée contre un remblai. Dans son mur oriental était aménagé un conduit, et l’espace qu’elle circonscrivait conservait les négatifs d’un alignement de pilotis, dont la fonction ne paraît pas en rapport direct avec l’installation des murs retrouvés. Aucune trace de feu ou de circulation d’eau n’est venue éclairer la destination de cette construction et du conduit qui en occupait l’axe principal.

48Les données recueillies sur le terrain n’ont pas permis de dater l’apparition du mur M117 qui, cependant, a certainement été en usage en même temps que le mur appuyé sur la fondation Ml16, et qui s’intègre bien dans le plan du bâtiment. Il était fondé sur une série de pilotis, puis sur une semelle maçonnée comptant deux assises, en ressaut par rapport à l’élévation. Il fut appareillé en petits moellons de granite et calcaire, liés par un mortier blanchâtre riche en gravillons.

49La salle 2C paraît rester en usage durant le Ve siècle, de même que la salle 3E dont l’hypocauste ne fut détruit que vers la fin du siècle. L’utilisation du foyer de cette dernière s’était traduite par une accumulation importante de couches de cendres dans l’angle formé par les salles 3E et 2C, dans la partie orientale de l’espace 3F (fig. 23).

50Au cours de la même période, la surface de la piscine fut réduite par la construction de la maçonnerie M108, qui faisait retour au nord, où elle recouvrait les dalles levées bordant le bassin (fig. 11). Le fond fut rehaussé en même temps, par l’apport d’un blocage masqué en surface par une couche épaisse de mortier de tuileau. A l’est du mur M108 ont été dégagés des restes de maçonneries hétérogènes et des remblais qui ont livré un mobilier tardif permettant de dater cette opération probablement vers la fin du Ve siècle. Il est tout à fait impossible de dater les deux autres exhaussements du sol de la piscine, qui ne s’étaient matérialisés que par l’introduction d’un blocage à base de mortier de tuileau. Il faut sans doute échelonner ces trois opérations sur le Ve siècle, puisque les bains disparurent vraisemblablement au siècle suivant.

51La partie supérieure de la maçonnerie M66 pourrait dater de ces transformations : elle remplaça peut-être la structure M65.

52Ces constructions furent appareillées en petits moellons de calcaire et granite, bruts de taille, liés par un mortier contenant des gravillons et des tuileaux.

53La façade des salles réservées au bain (M70 -pl. V- et M62) fut reprise par une nouvelle construction dont seul un tronçon a été retrouvé (M 105) ; il est impossible d’établir si elle se prolongeait sur toute la longueur du mur M62 ou si, ce qui paraît plus vraisemblable, elle était liée à l’installation de la salle 4B. Elle ne recouvrit que partiellement les murs antérieurs. Tout comme le mur M70, cette maçonnerie réunit des matériaux hétéroclites, souvent en remploi, des blocs aux dimensions variables ainsi que des moellons bruts de calcaire et de granite. La distribution de ces matériaux suggère la présence de piliers, ou supports de colonnes, dont les fondations étaient réalisées avec les blocs et que séparaient les éléments construits en moellons souvent posés en biais (fig. 19).

19. Transformation des thermes au Ve siècle : le mur (ou stylobate) M105

19. Transformation des thermes au Ve siècle : le mur (ou stylobate) M105

La cour à portiques

54La même technique fut adoptée dans la construction du stylobate nord du péristyle 4D. Ce dernier aménagement, daté du Ve siècle, fut précédé par la démolition du bâtiment 3H. Ses murs furent arasés à un niveau de peu inférieur à celui du dallage de l’allée 3J, sans doute au-dessous des sols dont les traces disparurent alors totalement.

55L’implantation au sol de cette cour à portiques n’est connue que partiellement : un tronçon du mur qui la limitait au sud a été dégagé (M84) ainsi que, dans presque toute sa longueur, le stylobate de la galerie orientale. Des blocs du caniveau bordant la galerie nord apparaissaient en limite de fouille sur environ 7 m (pl. II a). Le plan restitué à partir de ces vestiges est décalé par rapport au bâtiment arasé (3H, pl. VI). Une bande de terrain fut libérée au sud : l’allée 3J fut élargie et un sol de mortier jaune compléta le revêtement lorsque les travaux furent achevés (pl. I b). A l’est, le stylobate fut collé contre le mur du bâtiment antérieur (fig. 10, 24). Il a été noté plus haut, à propos des thermes de l’Antiquité tardive que le fait que l’on n’ait pas, dans ce cas, utilisé le mur arasé pour asseoir le stylobate laisse supposer que l’implantation de la nouvelle construction avait été guidée par la présence d’une autre structure, dont nous n’avons pas retrouvé de traces. De même, il est tentant d’imaginer que le mur sud de la cour a repris un alignement préexistant, peut-être celui du mur fermant une cour de service localisée au sud de la salle à hypocauste rayonnant.

56Le mur qui fermait le péristyle au sud (M84) fut construit en deux temps : dans la large tranchée excavée dans les remblais contemporains de la construction de la fin du IVe ou début du Ve siècle, furent montées d’abord deux à quatre assises de moellons de calcaire et de granite, bruts de taille et liés par un mortier blanc caractérisé par la présence de gravillons (pl. I b). Cette première étape de la construction fut vraisemblablement suivie, immédiatement, par un premier remblaiement. Dans le mur élevé ensuite, avec le même type de matériau appareillé un peu plus soigneusement, fut réservée une porte (Ml15). L’arrêt marqué entre les deux étapes de la construction était matérialisé par un lit de mortier plus épais que les autres. Du seuil de la porte créée à l’origine, ne restait plus, au moment de la fouille, qu’une couche de mortier jaunâtre, proche de celui qui fut utilisé dans l’allée 3J pour compléter le revêtement ; une dalle de pierre devait la recouvrir. Un bloc, en pierre de Seyssel, sur lequel était ménagée une feuillure, réemployé entre les structures M85 et Ml 15, pourrait avoir appartenu à l’aménagement de cette porte et avoir été récupéré lorsqu’elle fut bouchée plus tard (fig. 24) ; il fut certainement mis en place à l’occasion de remaniements.

57Dans la construction du stylobate du portique oriental, sur le tronçon M86, alternaient des massifs construits en moyen appareil de blocs de calcaire sommairement équarris ou en moellons de pierre de Seyssel sciés, et des maçonneries réalisées en moellons posés parfois en biais (fig. 22). Un mortier blanchâtre contenant des gravillons et quelques tuileaux fut employé comme liant. Deux colonnes et un pilier prenaient appui sur les parties de la fondation réalisées en moyen appareil.

20. Bases de colonnes du péristyle construit au Ve siècle

20. Bases de colonnes du péristyle construit au Ve siècle

58La structure M88, conservée sur une plus grande hauteur, était bâtie en moyen appareil de petits blocs et de moellons, comme les éléments porteurs du stylobate (fig. 10, pl. II a) ; elle présentait d’étroites similitudes avec le premier pilier, mais s’en différenciait par une longueur plus importante, bien qu’elle n’ait été qu’incomplètement dégagée.

59Les bases de colonnes, en calcaire, ont été retrouvées en place (fig. 21, 24). La première (fig. 20A), la moins éloignée des types canoniques, est subdivisée en deux parties égales, dont l’une est réservée à la plinthe. Le tore inférieur présente un profil un peu aplati. La moulure médiane ne mérite plus le nom de scotie : il s’agit d’une gorge relativement peu fouillée, que bordent deux filets au profil émoussé. Ces deux zones ont la même hauteur, un peu supérieure à celle du second tore. Sur l’autre base (fig. 20B), la taille de la plinthe, proportionnellement à l’ensemble, est bien moindre. Une confrontation des deux révèle que la principale différence se situe au niveau du tore inférieur et surtout de la gorge, qui présentent un développement en hauteur inhabituel, mais les profils des diverses moulures sont assez proches pour laisser supposer qu’il s’agit de pièces contemporaines. Il est impossible, en revanche, d’affirmer si elles furent taillées pour être utilisées dans ce péristyle ou s’il s’agit de remplois ; pourtant, la première solution me paraît la plus correcte compte tenu des caractères stylistiques tardifs de ces versions de la base attique.

21. Le péristyle construit au Ve siècle

21. Le péristyle construit au Ve siècle

60Elles portent des encoches latérales, rectangulaires, attestées également sur le pilier ainsi que sur le mur M88. Dans ces logements furent encastrés des panneaux ou des transennes fermant partiellement le portique.

61Le sol de la galerie a été dégagé sur une bande très étroite : il était revêtu d’une couche de mortier de tuileau posée directement sur les couches de remblai liées à la construction du portique ou éventuellement à l’une de ses transformations, un point sur lequel la fouille n’a pas apporté de réponse.

62Devant la galerie fut installé un caniveau et il est fort probable que les grands blocs de calcaire blanc creusés d’une rigole médiane, qui le composent, furent récupérés dans la cour des thermes tardifs, où des éléments identiques ont été retrouvés (fig. 21, pl. V, U.S. 1945). Pour tailler ces blocs, on utilisa du calcaire portlandien du Jura méridional et un calcaire oolithique du Beaujolais dit “pierre de Lucenay”. Ils furent posés sur un hérisson fait de moellons de schiste (fig. 22).

22. Le péristyle construit au Ve siècle : stylobate oriental et hérisson sur lequel reposait la canalisation

22. Le péristyle construit au Ve siècle : stylobate oriental et hérisson sur lequel reposait la canalisation

63A l’origine, ce caniveau longeait uniquement les galeries ; c’est à la suite d’interventions plus récentes que deux fragments de la même canalisation furent placés, l’un au pied du mur M84, l’autre dans l’aire centrale (fig. 21). Cette dernière ne portait pas de revêtement et il est permis de supposer que certaines des très nombreuses fosses qui bouleversèrent totalement cet espace furent ouvertes pour recevoir des plants d’arbustes.

64La galerie orientale pourrait avoir été subdivisée par le mur M87, qui coupa le stylobate et prit appui contre le mur ou pilier M88. La fondation M89 assise sur des pilotis et dont seul le fond a été retrouvé sous le sol d’une cave moderne, pourrait se rattacher à la même structure. Tout semble indiquer qu’il s’agit d’une adjonction.

Le bâtiment occidental

65Si les indices relevés sur le terrain autorisent à placer un portique au nord de la cour et exclure par ailleurs qu’il y en ait eu un au sud, il est bien difficile de définir l’organisation de la partie occidentale et d’analyser les rapports liant ce péristyle aux structures dégagées dans l’angle nord-ouest du chantier (bâtiment 4E). Entre les deux secteurs, les constructions modernes avaient fait disparaître tous les vestiges de cette époque ou en avait rendu l’interprétation fort ardue. Il est clair, toutefois, que tout ce secteur fut reconstruit au Ve siècle.

66Les structures mises au jour, laissent entrevoir la présence d’un corps de bâtiment (4E) communiquant peut-être avec le péristyle. Les murs M80 et M83 encadraient une porte dont le seuil en pierre calcaire était partiellement conservé. Un couloir se dessinait, défini par les murs M77 et M79, mais il paraît coupé par une autre structure très ruinée (M78), qui pourrait éventuellement correspondre à une marche. Des sols revêtus de mortier, parfois très riche en chaux, ont été retrouvés de part et d’autre du seuil. Certains devraient être contemporains de l’utilisation du four à chaux installé plus tard dans l’angle du bâtiment. Les informations livrées par la fouille n’ont pas permis de décider si les maçonneries M81 et M82 étaient liées directement à l’installation de ce four, ou si elles furent seulement transformées lors de sa construction. La première hypothèse est certainement la plus séduisante, car il n’est pas facile de les intégrer dans le plan du bâtiment du Ve siècle, dont les structures voisines permettent d’ébaucher le dessin. La fondation de M76, représentée en partie par une trace en négatif, pourrait en revanche donner la limite du bâtiment ; elle est placée sur le même alignement que le mur sud de la cour à portiques.

Abandon des bains

67Une seconde phase de remaniements a été individualisée et, dans ce cas encore, il est difficile au stade actuel de l’exploitation des résultats de déterminer si les travaux furent réalisés en une ou plusieurs campagnes. Parfois, la présence d’un mobilier abondant, comprenant des objets importés qui permettent de fixer approximativement la chronologie des couches, suggère de les dater de l’extrême fin du Ve ou du VIe siècle. La même datation est proposée ici pour toutes les interventions qui paraissent se manifester dans le même contexte. La poursuite des recherches conduira sans nul doute à nuancer l’exposé qui va suivre et peut-être à modifier nettement quelques points.

Le bain

68Les travaux les plus importants furent entrepris après que les thermes eurent cessé de fonctionner. L’hypocauste à canaux rayonnants de la salle 3E fut détruit vers la fin du Ve ou le début du VIe siècle. Sur son sol de circulation n’a été retrouvée qu’une couche de cendres, en moyenne assez fine, mais aucune trace d’un autre sol antérieur à la couche qui ensevelit l’ensemble au XVIe siècle. Par ailleurs, une reprise du mur méridional indiquait que des restaurations avaient été entreprises ; un seuil fut alors installé au-dessus des restes de l’ancien foyer d’hypocauste (fig. 13). La salle semble donc être restée en usage, avec ses canaux effondrés et remplis de terre. La destruction de cet hypocauste ne signifie pas que toutes les salles chauffées aient été mises hors service au même moment, mais seule celle-ci nous a livré des informations aisément exploitables.

69La construction des murs M91 et M92 est postérieure à cette destruction, puisqu’elle implique que le foyer d’hypocauste était alors hors d’usage. La stratigraphie a permis de les relier au mur M93 et l’aspect de la maçonnerie les rapprochait des murs M96 à 101 (fig. 23). Bien que quelques couches liées à leur construction aient été fouillées, le mobilier recueilli est si pauvre qu’il ne peut fournir de repères chronologiques solides. Les murs M94 et M95, qui pourraient avoir été bâtis directement sur le dallage des thermes tardifs, ont été rattachés au même ensemble à titre d’hypothèse, sans que puissent intervenir d’autres arguments, ces structures ayant été remises au jour totalement isolées de leur contexte et sérieusement ruinées par l’installation d’une fondation à la fin du XVIIIe siècle.

23. Coupes stratigraphiques : murs bâtis au VIe siècle et structures antérieures

23. Coupes stratigraphiques : murs bâtis au VIe siècle et structures antérieures

70Lorsque fut bâtie cette série de murs, l’ancienne salle 2C était presque totalement détruite (fig. 23). Le sol de son hypocauste fut toutefois réutilisé, débarrassé de tous décombres ainsi que des pilettes, pour asseoir les murs M96 à 100. Le mur M101 fut bâti sur les restes du mur M39, et il est probable que les murs M37 et M38 furent également repris en élévation.

71Ces constructions furent montées en petits moellons bruts de calcaire et granite, assez soigneusement appareillés, liés par un mortier jaune contenant de petits cailloux. Les premières assises de celles qui portent les numéros M96 à 100 étaient un peu plus larges que les élévations et beaucoup plus grossièrement parementées. Elles furent toutes masquées sur plusieurs dizaines de centimètres par une couche de terre contenant très peu de matériel. Sur ce remblai durent être installés les sols, dont aucun vestige n’était conservé.

72La maçonnerie M98, située dans le prolongement de M97, présentait les caractères d’une adjonction, mais il est probable qu’elle fut réalisée dans un second temps durant la même campagne de construction, car les matériaux employés étaient identiques à ceux des murs voisins et le même remblai recouvrait sa base.

73L’hypocauste de la salle 3D était alors également hors d’usage ; un sol, fait de petits cailloux liés plus ou moins solidement par du mortier, fut étendu sur ses ruines, ainsi que dans l’espace voisin limité par les murs M104 et M62/105 (fig. 30 : U.S. 1013). Il est clair que la ou les salles 4B changèrent alors de destination. Dans les remblais que scellait ce sol a été retrouvé le fragment d’alveus présenté plus haut avec les vestiges des thermes de l’Antiquité tardive (fig. 12).

74Divers travaux furent entrepris dans la cour, certainement au VIe siècle, ainsi que le démontre le mobilier recueilli dans les couches de remblai qui recouvraient les sols antérieurs.

75Un nouveau mur (M106) vint à son tour doubler le mur M105 et, dans son cas aussi, les interventions postérieures ont interdit d’en connaître l’extension et donc la fonction précise : était-ce tout le mur M62 que l’on renforçait ainsi, ou seulement le tronçon correspondant aux réaménagements du Ve siècle ?

76Dans la cour, deux fondations carrées furent installées, pour supporter peut-être des piliers. De l’une, M107, a été retrouvé le fond constitué de moellons calés par de la terre. La seconde n’était plus représentée que par son empreinte (U.S. 2148). L’aménagement de cette dernière semble indiquer que la piscine était alors hors d’usage.

77Au nord de l’espace fouillé, deux nouvelles maçonneries (M111 et 112) furent construites successivement, peut-être pour renforcer les murs antérieurs contre lesquels elles s’appuyaient. Il n’est pas exclu que le mur M111 puisse être daté du Ve plutôt que du VIe siècle : sa position, entre deux autres murs, n’a pas permis de rétablir ses relations avec les strates contemporaines.

La cour à portiques et les constructions voisines

78Il en va de même pour les transformations enregistrées dans le péristyle 4D, que seule la chronologie relative des interventions et la vraisemblance engagent à présenter dans le même cadre que les travaux précédents.

79Le bouchage de la baie (M 115) qui avait été réservée dans le mur sud, fut réalisé au moyen de moellons bruts de calcaire et granite liés par un mortier beige riche en gravillons, un appareil et des matériaux qui ne le différenciaient pas nettement de la construction originelle (M84). Le stylobate du portique fut rehaussé par l’adjonction entre les colonnes et le pilier, d’une maçonnerie similaire.

80C’est au cours de la même période que cessa l’entretien des canalisations, qui se remplirent d’une terre fine. Parallèlement se multiplièrent les fosses utilisées vraisemblablement pour évacuer eaux usées et détritus, mais peut-être aussi comme silos (fig. 24).

24. Fouille du péristyle : fosses creusées à partir du VIe siècle

24. Fouille du péristyle : fosses creusées à partir du VIe siècle

81A titre d’hypothèse, les éléments de datation faisant défaut, je propose d’attribuer à la même période l’installation du puits M90, dont seul le fond fait de petits moellons irréguliers posés à sec a été retrouvé, sous le sol d’une cave moderne. Dans son remplissage étaient présents des tessons de céramiques gallo-romaines tardives qui pourraient attester qu’il fut créé très tôt, mais aussi des céramiques médiévales révélant qu’il demeura longtemps en usage. Ce puits atteignait la couche de graviers stérile ; il paraît logique d’en situer la construction à un moment où les systèmes d’adduction d’eau paraissent hors d’usage.

82Le mur M75 est dans le même cas : les données sont floues, mais un faisceau de présomptions conduit à l’attribuer à la fin de la période traitée ici. Quelques lambeaux de couches contemporaines de son utilisation ont pu être fouillés, mais ce mur était pour l’essentiel représenté par la base de sa fondation, amputée lors du creusement d’une cave moderne. Elle avait été établie sur des pilotis et était constituée de plaques et moellons bruts de schiste posés de biais (pl. I a, fig. 25). La terre qui s’y mêlait, sous le sol de la cave, contenait quelques rares restes d’objets antiques et un fragment de céramique moderne. Ce dernier fut certainement introduit lors du démontage du mur, au moment où la cave fut créée, car les quelques informations livrées par la stratigraphie incitent à en placer la construction vers la fin de la période antique ou au début du Moyen Âge. Ce sentiment est conforté en outre par la présence de pilotis, attestés dans trois autres cas sur le site, dans des structures qui peuvent être situées dans la même fourchette chronologique (M89, 113, 117).

25. Négatif des pilotis sur lesquels prenait appui la fondation du mur M75

25. Négatif des pilotis sur lesquels prenait appui la fondation du mur M75

Organisation et fonction des espaces (pl. VIII-IX)

83Il devient, à partir de cette période et pour très longtemps, impossible de déterminer la destination des vestiges dégagés. Seuls font exception les aménagements thermaux restés en usage pendant tout le Ve siècle.

84Les transformations que subit le bain, peuvent être, dans le cas de la reconstruction occupant l’emplacement de la salle 3C (M 102-104, 116), la conséquence du mauvais état de cette partie du bâtiment où la présence de l’hypocauste aggravait une fragilité dérivant de son ancienneté.

85Au sol, le corps de bâtiment 4B était subdivisé en deux ou trois espaces, un cloisonnement qui pourrait être lié à l’installation d’aménagements particuliers, nécessitant une assise solide et qui ne se traduisit pas nécessairement dans tous les cas par l’érection d’un mur. En effet, la fondation M116 ne paraît pas avoir été conçue uniquement en fonction de l’élévation, ainsi que le suggère le fait qu’elle ne supportait qu’une partie des structures créées. Elle permit d’asseoir le tronçon M103, mais l’autre vestige du même mur, M102, reposait directement sur le sol de l’ancien hypocauste. Elle servit peut-être de soubassement à des baignoires. Il est possible que l’ancien hypocauste ait été alors remis en usage, car les pilettes des parties intégrées dans la nouvelle construction ne furent pas détruites. Il n’est donc pas exclu qu’une nouvelle salle chaude (ou plusieurs salles chaudes) ait été créée alors, bien qu’il soit difficile de s’avancer avec assurance sur un terrain aussi perturbé par les diverses interventions postérieures. La fonction de la structure M113, qui fut certainement en rapport direct avec la destination de cette (ou ces) salle(s), n’a pu être définie (fig. 26, espace 8).

26. Les thermes à la fin du Ve siècle (début du VIe ?) : essai de restitution du plan

26. Les thermes à la fin du Ve siècle (début du VIe ?) : essai de restitution du plan

1 = cour de service ; 2 = salle tiède (hypocauste à canaux rayonnants) ; 3 et 4 = salles tièdes (hypocaustes sur pilettes) ; 5 = cour de service ; 6 = sudatio et cella soliaris ; 7 = entrée de la salle du bain froid ; 8 = cour de service ;9 = piscine ; 10 = cour-palestre.

86Aucune salle n’a pu être localisée au sud du mur M117, dans un secteur du chantier qui fut, il est vrai, profondément excavé à l’époque moderne. Cette situation conduit à supposer, si l’on admet les hypothèses émises pour lire le plan des thermes de la fin du IVe ou début du Ve siècle (fig. 17), que l’une des salles chaudes pourrait avoir été abandonnée, à moins que les deux cellules (ou trois) que dessine la fondation M116, ne correspondent l’une à la sudatio, l’autre à la cella soliaris. Dans les deux cas, l’opération autorisait une réduction de la consommation de combustible.

87L’espace limité par le mur M105 d’une part, d’autre part par les murs M102-103 et M117, pourrait avoir assuré la transition entre les salles chaudes et la piscine. Entre les deux fut vraisemblablement réaménagée une colonnade.

88La réduction progressive des moyens consacrés au fonctionnement des bains se manifeste aussi, semble-t-il, à travers les transformations successives apportées à la piscine ; l’unique but poursuivi fut probablement d’en limiter la capacité en la réduisant en superficie et en rehaussant son fond, aucun signe d’une détérioration des parties abandonnées n’ayant été relevé.

89Dans la partie occidentale du chantier, l’aménagement du péristyle à l’emplacement du bâtiment 3H, ainsi que celui du bâtiment situé à l’ouest et auquel il paraît lié, pourraient indiquer que ce secteur n’eut jamais aucun rapport direct avec les thermes. Pourtant, l’élargissement de l’allée 3J, qui semble les desservir, est difficile à comprendre s’il faut admettre que les deux ensembles étaient autonomes. Il faut ici introduire l’hypothèse selon laquelle l’église Saint-Romain aurait pu être construite au cours de la même période ; son apparition contribuerait à expliquer l’évolution des bâtiments voisins. Cet édifice occupait, à la fin du Moyen Âge et au cours des siècles suivants, l’espace qui, dans les thermes tardifs, pourrait correspondre à une cour dans le prolongement de l’allée 3J. La tradition transmise par les chroniqueurs lyonnais l’attribuait à la fin du Ve ou au VIe siècle et le vocable sous lequel elle était placée est un autre indice pouvant témoigner en faveur de son ancienneté. Toutefois, la fouille, qui l’a seulement effleurée, n’a pas apporté de renseignements précis sur sa fondation. Toutes les informations réunies sur ce sujet seront exposées plus loin, lorsque sera traitée une période durant laquelle l’existence de cet édifice est plus clairement attestée par les vestiges mis au jour ainsi que par d’autres types de documents (voir p.70-76).

90Les constructions du VIe siècle dévoilent une nouvelle tendance, qui semble avoir fortement marqué l’évolution de l’habitat au cours de la période suivante. Les travaux entrepris alors, mis à part quelques modifications enregistrées dans le péristyle, concernent essentiellement les anciens thermes. Ceux-ci furent adaptés à de nouvelles fonctions, en tirant tout le parti possible des structures encore utilisables, quel qu’ait été sans doute leur état, ainsi que le démontre le cas de la salle 3E, restée en service bien que son sol ait été probablement défoncé à l’emplacement des canaux de l’hypocauste.

91La volonté d’utiliser les structures antérieures se manifeste clairement par le réaménagement d’un secteur des thermes (salle 2C et espace 3F) où les nouvelles constructions furent moulées dans un cadre préexistant et, également, par l’apparition de murs appuyés contre les structures antérieures, conservées dans le but de contreforter des maçonneries beaucoup moins fondées. Cette dernière pratique introduit un handicap supplémentaire au stade de l’analyse, car il est souvent impossible de déterminer, à partir des vestiges, si les murs anciens conservaient une fonction portante.

92Le bâtiment, dont la pl. IX donne une restitution en plan, comptait deux grandes salles, la salle 3E ainsi que l’ancienne salle 3D (pl. VIII) élargie aux dépens des aménagements voisins (salle 4F, pl. IX). Vers le sud, l’espace fut au contraire très morcelé (salles 4G, pl. IX). Au nord, l’ancienne cour-palestre paraît rester un espace ouvert, au sol de terre tassée, mais la piscine est alors abandonnée.

93Les restes du bâtiment 31 ne présentaient pas de marques de modifications structurelles apportées durant les Ve et VIe siècles, alors qu’il paraît encore en usage. seuls certains de ses murs furent touchés, au niveau le plus bas des fondations, lorsque furent creusées des fosses utilisées, dès le vie siècle, comme silos ou comme dépotoirs (fig. 15, 38).

94La relative importance de ces constructions conduit à supposer qu’elles jouèrent quelque rôle dans le quartier, réunissant fonctions religieuses, administratives et politiques, qui se développa vraisemblablement autour du groupe épiscopal.

Dégradation de l’habitat (VIIe-XIIIe siècle)

État des vestiges

95L’évolution de la stratification que provoquèrent les transformations des modes de vie et des techniques de construction, sensible dès les Ve et VIe siècles, acquit un caractère plus radical durant le Moyen Âge. Parfois, les sols des bâtiments anciens furent utilisés pendant longtemps ; dans d’autres circonstances l’occupation provoqua une sédimentation anthropique très lente, matérialisée par une couche de terre d’aspect uniforme, qui exhaussa peu les niveaux de circulation. En conséquence, les faits enregistrés dans le terrain, et perceptibles, étaient relativement peu nombreux et beaucoup moins faciles à exploiter que ceux des périodes antérieures ou plus récentes. Pour faire face à cette situation lors de la fouille, nous avons été contraints parfois de créer artificiellement des couches afin de restituer une séquence stratigraphique, la possibilité de localiser les objets dans l’espace pour rétablir leurs relations dans le temps étant exclue compte tenu de la rigueur des délais imposés pour la réalisation de l’opération.

96Les vestiges de cette période sont, par ailleurs, ceux qui pâtirent le plus des destructions postérieures (fig. 27). Le plan pl. X le montre clairement en mettant en évidence les îlots correspondant à des rues ou à des cours d’immeubles modernes où les restes de cette période ont pu être analysés, l’aménagement des caves et des parties bâties n’ayant épargné que quelques fonds de fosses. L’importance du rôle que peut jouer le mobilier pour établir des concordances entre les couches fouillées dans les différents secteurs du chantier, s’accentue de ce fait, tandis que les structures qui avaient parfois constitué une trame fort utile pour réorganiser les données sont alors trop mal conservées pour être d’aucun secours. L’exploitation de ce mobilier n’a pas encore été suffisamment développée en liaison étroite avec les données stratigraphiques et, surtout, adaptée dans ses critères d’analyse et d’interprétation aux problèmes spécifiques posés, tant par la conservation partielle des vestiges, que par la présence constante d’un mobilier antérieur résiduel déplacé lors du creusement des fosses devenues alors fort nombreuses. les difficultés de cette étude sont dues, en outre, au fait que, au sein de ce mobilier très mal connu, rares sont les points de repère permettant d’établir des datations sûres. L’exposé qui suit est donc fondé exclusivement sur les observations faites sur le terrain et il se pliera parfois à un plan plus spatial que chronologique, puisque les différents secteurs fouillés ont rarement pu être raccordés.

27. Structures bâties ou en usage durant le Moyen Âge, avec implantation des caves, maçonneries et égouts qui ont fait disparaître une partie des vestiges

27. Structures bâties ou en usage durant le Moyen Âge, avec implantation des caves, maçonneries et égouts qui ont fait disparaître une partie des vestiges

97Le plan réunissant les vestiges médiévaux (pl. X), reflète les incertitudes et les difficultés rencontrées au stade de l’interprétation. Y sont portées les structures apparues au VIe siècle et qui demeurèrent certainement en usage, les murs et les fosses réalisés entre le VIIe et le XIIIe siècle environ, ainsi que quelques structures qui sont certainement plus récentes (four à chaux circulaire). N’apparaissent pas, en revanche, des structures plus anciennes qui probablement perdurèrent, mais dont on ne saurait définir l’état précis durant la période considérée : sont dans ce cas, le péristyle du Ve siècle et le bâtiment 31. Le faible nombre de faits archéologiques concernant les sept siècles traités ici, ne justifiait pas la réalisation de plans illustrant les principales étapes de l’évolution de l’habitat, bien que certains secteurs aient fait exception ; ainsi, sous le revêtement de la rue Saint-Romain, ouverte à la fin du Moyen Âge, avait été préservée une séquence stratigraphique assez riche et certains détails n’ont pu être reproduits parce qu’ils se superposaient à d’autres informations, tandis qu’il a été décidé de représenter le four installé durant le haut Moyen Âge dans la cour du péristyle et le sol de chaux 1640 sur le plan des structures antérieures (pl. VII).

98Stratification et vestiges conduisent à scinder en deux la période considérée et à situer très approximativement la charnière vers le IXe ou le Xe siècle.

Du VIIe au Xe siècle

99Durant cette période, les constructions léguées par les Ve et VIe siècles continuèrent, semble-t-il, d’être utilisées sans subir de modifications importantes.

100Dans l’angle nord-ouest du chantier, l’aménagement d’un petit four à chaux (M127) implique qu’une partie du bâtiment 4E était détruite ; les murs M80 et M76 furent toutefois épargnés. Cette structure, sévèrement amputée à l’époque moderne, ne peut être reconstituée même hypothétiquement ; les vestiges suggèrent seulement qu’elle était bâtie sur un plan rectangulaire.

101Les murs M45 et M75 pourraient éventuellement apparaître, au plus tard, dans ce contexte ; les données qui les concernent ont été exposées plus haut.

102La cour du péristyle fut alors bouleversée par le creusement de nombreuses fosses (fig. 24). Les plus anciennes présentaient généralement une forme assez régulière. L’une d’elles, située contre la maçonnerie, dans l’angle sud-est, fut utilisée comme dépotoir ; sur son remplissage, fut posé un fragment de caniveau, parallèlement au mur sud. Plusieurs autres fosses furent réalisées devant la galerie nord, vraisemblablement au cours de la même période. Elles présentaient la même section légèrement ovoïde, et mesuraient autour d’un mètre de profondeur. Leurs parois ne portaient aucune trace de revêtement et leur remplissage, généralement très hétérogène, comptait une forte proportion de mobilier antique tardif. Le niveau de la cour et les portiques qui la circonscrivaient ne paraissent pas avoir été modifiés alors.

103Des excavations plus larges et plus irrégulières y furent réalisées par la suite. Dans la composition des remblais qui les colmatèrent entrait une forte proportion de matériaux provenant d’une toiture. Il est impossible d’exclure qu’il s’agissait de celle des portiques, mais dans ce cas il faut admettre que ce serait là le témoignage d’une réparation et non d’une démolition du péristyle, du moins dans les parties qui ont été remises au jour et qui semblent alors rester en usage.

104De nouvelles fosses furent encore réalisées dans la cour après cet épisode (U.S. 1757, pl. I b) et un petit four y fut installé (pl. VII, fig. 29). La base de celui-ci, seule partie conservée, permettait de distinguer une chambre de cuisson ovale, précédée d’une petite aire de chauffe. Il fut aménagé dans une légère cavité creusée dans le sol, dont la paroi était revêtue de terre rubéfiée. Le même matériau semblerait avoir été utilisé pour monter la coupole. Des blocs posés au centre de la chambre de cuisson et faisant peut-être office de sole, restèrent en place après sa destruction. L’absence de tout témoignage d’une utilisation artisanale suggère qu’il eut une fonction culinaire. Sa position dans la stratification par rapport à des fosses contenant des vases à fond marqué caractéristiques du début du second millénaire, permet de le dater avant le Xe siècle.

28. Fragments de plaques de calcaire décorées d’entrelacs trouvés dans les remblais de la construction de la fin du XVIIIe siècle : époque carolingienne

28. Fragments de plaques de calcaire décorées d’entrelacs trouvés dans les remblais de la construction de la fin du XVIIIe siècle : époque carolingienne

105Durant cette période, le dallage de l’allée 3J, ainsi que le revêtement qui le complétait, restèrent en usage, de même que le bâtiment 31 établi sur son côté sud (pl. I b).

106Dans la moitié orientale du chantier, les modifications apportées au cours du Moyen Âge furent peu nombreuses et certainement étalées dans le temps. Divers indices et l’absence de transformations notables permettent d’imaginer que le bâtiment reprenant les thermes tardifs ne subit pas de remaniements profonds durant le haut Moyen Âge.

107L’installation d’un premier four à chaux dans la cour située au nord de ce bâtiment peut être replacée dans le cadre de la première période distinguée, pour l’heure à titre d’hypothèse, à partir des quelques renseignements tirés de la stratigraphie. Bâti sur un plan rectangulaire, il prit appui ou fut accolé à la façade des bâtiments, constituée encore par le mur antique (M62) ou par une reprise plus récente de celui-ci (M105 ou 106), dont les interventions modernes ont gommé toute trace. La permanence de cet alignement s’impose à la lecture des vestiges. La limite nord du four avait également disparu : il faut la restituer sur le tracé de l’égout construit au XIXe siècle.

  • 6 Ce type de four, de même que le four circulaire élevé plus tard à proximité, rentre dans la catégor (...)

108La chambre de cuisson, mesurant 2,70 m de largeur sur une profondeur qui peut être estimée aux environs de 3 m, avait été aménagée légèrement en contrebas du sol. Les murs conservés étaient montés en moellons bruts de granite et schiste liés par de la terre ; une épaisse couche de cendre et de charbon de bois recouverte par un dépôt de chaux revêtait le sol. L’ouverture du foyer, qui se confondait probablement avec la baie de défournement, n’a pas été retrouvée. Sans doute occupait-elle la face nord du four. Aucun aménagement interne n’ayant été introduit, il faut admettre que les pierres à chaux étaient entassées directement à l’intérieur de la tourelle, en réservant à la base un espace occupé par un foyer où brûlait le combustible6. Une couche se forma à l’est du four durant sa période d’utilisation, ainsi que le démontraient les restes de marbres antiques et des cailloux de calcaire partiellement calcinés, entrant dans sa composition mêlés à de la terre. L’étude du mobilier livré par cette couche devrait permettre de situer plus précisément la période durant laquelle fonctionna le four. Celui-ci reposait directement sur des couches antiques tardives et pourrait avoir été soit contemporain, soit postérieur à la formation d’un sol qui demeura en usage pendant une partie du Moyen Âge. La stratigraphie conduit donc à admettre qu’il pourrait avoir été bâti très tôt, mais elle révèle par ailleurs qu’il resta en place jusqu’à la restructuration de l’espace à la veille des temps modernes (XIVe siècle ?).

109Le mur M144, parallèle aux vestiges du four et posé sur le même sol, fut réalisé en moellons bruts de schiste liés à la terre. Il pourrait avoir supporté une structure légère, un appentis peut-être, utilisée en même temps que le four.

29. Four domestique aménagé durant le haut Moyen Âge

29. Four domestique aménagé durant le haut Moyen Âge

Du Xe au XIIIe siècle

110Dans leur majorité, les vestiges attribués au Moyen Âge dans le même secteur du chantier semblent se rattacher plutôt à la seconde période distinguée. Dans le bâtiment aménagé dans les anciens thermes, l’évolution se manifeste surtout dans les modes d’occupation des espaces. Des fosses percèrent le sol de l’ancienne salle 3E et l’une d’elle consacra la ruine de son mur oriental, entraînant certainement des remaniements dans l’agencement des salles 4G. La même dégradation pourrait être à l’origine de la construction du mur M142, placé à l’alignement des murs M97 et M98 (fig. 30).

30. Coupe couvrant la salle 3D et partie des salles 3C et 3E

30. Coupe couvrant la salle 3D et partie des salles 3C et 3E

111La salle 4F partagea alors sans doute le même sort que la salle 3E (pl. VII), à l’ouest de ce mur, tandis que sa partie orientale restait unie aux constructions qui subsistaient. Le bâtiment semble alors avoir été progressivement remanié par des adjonctions introduites au moment où certaines parties se dégradaient et tombaient sans doute en ruine.

112Dans la cour, deux murs furent bâtis au cours de la période considérée. Le plus ancien. M151, n’était plus représenté que par une large assise de moellons de schiste liés à la terre. A l’est du four à chaux rectangulaire, des moellons respectant un semblant d’alignement ont été remis au jour dans un contexte stratigraphique qui paraît plus tardif (M147). Il pourrait s’agir d’une construction contemporaine des dernières utilisations du four à chaux, ou postérieures à celles-ci.

113Au centre du chantier n’ont été retrouvés que quelques fonds de fosses ainsi que la base du puits M90, qui fut utilisé pendant au moins une partie du Moyen Âge.

114Le démontage partiel des maçonneries formant l’angle nord-ouest de l’église Saint-Romain a mis en évidence, sous des reprises modernes, des restes d’une structure faite de petits moellons liés par de la terre, une technique de construction adoptée fréquemment durant le Moyen Âge. Il faut certes faire preuve d’une imagination fertile pour y reconnaître les vestiges de l’église. Toutefois, l’existence de celle-ci est attestée durant cette période, d’abord indirectement et de façon aussi imprécise que sujette à caution par la notice du début du IXe siècle concernant l’hospitale Sancti Romani (Coville 1928, pp. 287-292) et plus clairement par des documents du XIIIe siècle, puis des siècles suivants. Un testament daté de juillet 1226 conserve le souvenir du legs fait par Guillaume de la Palud, prévôt de Fourvière, de 12 sols forts “ad campanam faciendum” (Guigue 1902, p. 57) ; un autre nous apprend qu’elle avait le statut de paroisse en août 1277 : “ecclesie seu parrochialis Sancti Romani Lugdunensis” (Guigue 1885-1893, p. 391). Aucune couche de cette période n’a été retrouvée dans l’espace très restreint où un angle de cette église a pu être fouillé.

115Les quelques bribes d’informations recueillies sur la topographie médiévale de ce secteur ne peuvent être aisément conciliées avec l’apparition de constructions à l’emplacement de l’ancienne allée 3J, où elles semblent couper l’accès à l’église. Dans cette allée, ainsi que dans le péristyle voisin, la césure entre les deux périodes distinguées s’était matérialisée par la formation d’une couche (1202 et 1243, pl. I b) contemporaine de la destruction, partielle probablement, des galeries. En effet, si les colonnes et les piliers qui se dressaient sur le stylobate oriental furent abattus, la galerie qui s’élevait au nord pourrait avoir été épargnée, ainsi que le suggérait l’état de conservation nettement meilleur du mur M88 et du caniveau qui la longeait. En revanche, le mur sud fut démonté, mais à son emplacement fut bientôt construit un nouveau mur (M132 et 138) qui épousait parfaitement le tracé du premier, bien qu’une fine couche de terre les ait séparés. L’ancien péristyle paraît, pour l’essentiel, avoir conservé sa vocation originelle : il demeura ouvert et la densité des fosses retrouvées à son emplacement permet sans doute d’exclure qu’il ait été subdivisé. Parmi ces fosses, certaines étaient relativement superficielles ; l’une de celles-ci contenait quelques vases bien conservés (fig. 31). D’autres s’enfonçaient sur plus de deux mètres de profondeur sous les sols ; ces dernières ont presque toujours livré des céramiques portant sur le fond un décor en relief obtenu par moulage.

31. Fosse médiévale

31. Fosse médiévale

116Le bâtiment 31 paraît s’être perpétué pendant toute cette période, à travers des transformations qui n’épargnèrent sans doute que les substructions et les alignements principaux, lisibles encore dans la trame urbaine moderne. Son mur nord fut prolongé d’abord par le mur M133, que la structure M135 paraît avoir réuni aux murs M132 et 138. Ces constructions, réalisées en moellons bruts de granite et calcaire liés par une argile verte, étaient dépourvues de fondations (fig. 32). Il semble que les murs M134 et M136 aient été destinés à renforcer les précédents, ou à les remplacer. Ils furent construits également en moellons liés à l’argile et posés directement sur le sol. Les élévations étaient, au moins en partie, constituées par les mêmes matériaux ainsi qu’en témoignaient les inclusions d’argile verte et les très nombreux moellons abandonnés sur place lorsque ces bâtiments furent détruits. Aucune trace d’éléments en bois employés dans les élévations n’a été relevée et il est probable que, de même qu’au cours des périodes antérieures et postérieures, les élévations furent réalisées essentiellement en moellons et argile. Il est impossible de préciser si cette dernière fut utilisée autrement qu’associée à des moellons, sous forme de briques crues ou encore de pisé.

32. Restes de constructions médiévales sous la rue Saint-Romain

32. Restes de constructions médiévales sous la rue Saint-Romain

117Dans l’angle nord-ouest du chantier, des structures que caractérisait le même mode de construction ont été remises au jour (M129-131). Elles furent bâties peut-être avant le Xe siècle, à l’est du mur M80. Le mur M131 fut certainement détruit avant la fin de la période considérée ici. Le puits M119 pourrait apparaître relativement tôt, de même que le puits perdu M125. Du premier, seul le fond monté en petits moellons de granite et schiste posés à sec a été retrouvé sous le sol d’une cave postérieure. Le haut du puits perdu avait également disparu ; sa paroi revêtue de moellons de schiste posés à sec et en retrait les uns sur les autres, s’ouvrait vers le haut dans la partie conservée, mais elle avait dû se refermer au-dessus jusqu’au niveau de l’ouverture.

33. Mur antique repris dans la cave A

33. Mur antique repris dans la cave A

118La construction de la cave A n’a pu être datée archéologiquement, car le mobilier recueilli dans les remblais constituant le sol n’a pas encore été pleinement exploité. Toutefois, l’analyse de ses relations avec les caves voisines démontre son antériorité. Celles-ci étant datées du XIVe ou du XVe siècle, hypothétiquement, à partir des archives, je propose de situer l’apparition de la cave A au XIIIe ou au XIVe siècle. Son excavation nécessita la destruction partielle du bâtiment antique 2A, dont le mur oriental fut toutefois réutilisé à la base du mur M122 (fig. 33), tandis que son mur méridional réapparaissait en élévation dans la maçonnerie M120 (pl. I a, M11). Le mur antique (ou médiéval ?) M45 fut intégré dans la partie méridionale (fig. 34). Au nord, la structure était plaquée directement contre la terre (qui a livré des céramiques à fond marqué). Des moellons bruts de granite principalement, ainsi que des petits fragments de briques et de tuiles, liés par un mortier gris peu abondant, furent employés dans cette construction. L’aspect de ces maçonneries, caractérisées par l’emploi de matériaux de petite taille et par un appareillage très irrégulier, distingue encore cette cave de celles qui ont été attribuées à une période un peu plus récente. La voûte en berceau, réalisée en moellons plats de schiste bloqués par du mortier, pourrait avoir été refaite ou renforcée plus tard, ainsi que le suggérait une reprise de la maçonnerie à sa naissance sur le mur est, et son ancrage dans le mur sud qui fut partiellement reconstruit plus tard. Ni l’emplacement, ni la nature du dispositif adopté -échelle ou escalier- pour y accéder, à l’origine, n’ont été reconnus.

34. Relevé du mur sud de la cave A

34. Relevé du mur sud de la cave A

Notes

5 A propos de ces constructions, H. Savay-Guerraz note que : “le phénomène du remploi des blocs de pierre de taille est souligné ici par l’hétérogénéité des matériaux. On retrouve en effet les principales roches utilisées à Lyon au cours des deux premiers siècles de notre ère :
-calcaire biodétritique miocène de la basse-vallée du Rhône (pierre du Midi), qui affleure dans la vallée du Rhône au sud de Saint-Paul-Trois-Châteaux ;
-calcaire sublithographique portlandien du Jura méridional (choin de Fay) extrait sur les deux rives du Rhône, (Isère et Ain), entre le Pont de Groslée et La Balme ;
-calcaire oolithique bathonien du Beaujolais (pierre de Lucenay) extrait notamment à Anse et Lucenay, dans le Rhône ;
-calcaire crayeux urgonien du Jura (pierre de Seyssel), dont les carrières sont situées sur les bords du Rhône, au sud de Bellegarde (P. Dufournet, Pierre blanche et carrières antiques de Seyssel, Actes du 96e Colloque National des Sociétés Savantes, 1976, pp. 245-272).” Il remarque “également la présence de calcaires durs de provenance inconnue, qui atteste la variété des pierres de taille utilisées. La pierre de Seyssel est fréquente dans les structures des IVe-VIe s., mais on ne peut en conclure pour autant qu’elle était encore employée à cette époque : les éléments considérés peuvent, en effet, être facilement obtenus par le débitage à la scie de blocs plus anciens”.

6 Ce type de four, de même que le four circulaire élevé plus tard à proximité, rentre dans la catégorie Al définie par J.-P. Adam et P. Varenne (Fours à chaux artisanaux dans le bassin méditerranéen, Histoire des techniques et sources documentaires. Méthode d’approche et expérimentation en région méditerranéenne, Actes du colloque du GIS, Aix-en-Provence, 1982, Cahier n° 7, Aix-en-Provence, 1987, pp. 87-100). Il s’agit des fours à calcination périodique les plus rudimentaires, sur lesquels étaient utilisés des combustibles produisant une flamme longue, sous une voûte montée à la veille de chaque cuisson avec les pierres à chaux.

Table des illustrations

Titre 11. La piscine des thermes (fin IVe, début Ve-VIe siècle)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1572/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre 12. Fragment d’alveus en marbre
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1572/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre 13. Coupe est-ouest couvrant en partie les salles 2C et 3E
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1572/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre 14. Restes de l’hypocauste à canaux rayonnants (salle 3E) et de son foyer
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1572/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre 15. Cave B, mur ouest
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1572/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre 16. Le dallage de l’allée 3J
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1572/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre 17. Les thermes de l’Antiquité tardive : hypothèses sur la destination des salles et le schéma de circulation (les indications entre parenthèses renvoient à la pl. VI)
Légende 1ère solution (A) : 1 = cour de service ; 2 = salle réservée aux soins et aux exercices d’échauffement ; 3 = entrée (et vestiaire ?) ; 4 = tepidarium ; 5 = cour de service (praefurnia et chaudière) ; 6 = sudatio ; 7 = cella soliaris (ou frigidarium) ; 9 = piscine ; 10 = palestre.2e solution (Β) : 1 et 2 = voir la première solution ; 3 = tepidarium ; 4 = entrée ; 5 à 10 = voir la première solution.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1572/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre 18. Structures bâties ou en usage aux Ve et VIe siècles, avec implantation des caves, maçonneries et égouts qui ont fait disparaître une partie des vestiges
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1572/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
Titre 19. Transformation des thermes au Ve siècle : le mur (ou stylobate) M105
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1572/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre 20. Bases de colonnes du péristyle construit au Ve siècle
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1572/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
Titre 21. Le péristyle construit au Ve siècle
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1572/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre 22. Le péristyle construit au Ve siècle : stylobate oriental et hérisson sur lequel reposait la canalisation
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1572/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre 23. Coupes stratigraphiques : murs bâtis au VIe siècle et structures antérieures
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1572/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre 24. Fouille du péristyle : fosses creusées à partir du VIe siècle
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1572/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre 25. Négatif des pilotis sur lesquels prenait appui la fondation du mur M75
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1572/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre 26. Les thermes à la fin du Ve siècle (début du VIe ?) : essai de restitution du plan
Légende 1 = cour de service ; 2 = salle tiède (hypocauste à canaux rayonnants) ; 3 et 4 = salles tièdes (hypocaustes sur pilettes) ; 5 = cour de service ; 6 = sudatio et cella soliaris ; 7 = entrée de la salle du bain froid ; 8 = cour de service ;9 = piscine ; 10 = cour-palestre.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1572/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre 27. Structures bâties ou en usage durant le Moyen Âge, avec implantation des caves, maçonneries et égouts qui ont fait disparaître une partie des vestiges
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1572/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Titre 28. Fragments de plaques de calcaire décorées d’entrelacs trouvés dans les remblais de la construction de la fin du XVIIIe siècle : époque carolingienne
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1572/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Titre 29. Four domestique aménagé durant le haut Moyen Âge
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1572/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre 30. Coupe couvrant la salle 3D et partie des salles 3C et 3E
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1572/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre 31. Fosse médiévale
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1572/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre 32. Restes de constructions médiévales sous la rue Saint-Romain
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1572/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 900k
Titre 33. Mur antique repris dans la cave A
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1572/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre 34. Relevé du mur sud de la cave A
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1572/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 147k

© Alpara, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access