Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Aux origines de Lyon

 | 
Christian Goudineau

Conclusion générale

Texte intégral

1A la veille même de l’impression de ce volume, l’on m’apprend qu’une troisième série de fossés (après ceux du Verbe-Incarné et de la rue Le Châtelier) vient d’être découverte à l’hôpital Sainte-Croix (Fig. 2, 9). Avec un matériel abondant qui serait postérieur à celui du Verbe-Incarné. Tentons cependant de conserver notre sang-froid.

2Commençons par le plus simple, c’est-à-dire par ce sur quoi tous ceux qui ont contribué à ce livre sont d’accord. D’abord (si l’on excepte l’installation, apparemment épisodique, des VIe et Ve s. à Gorge-de-Loup), le site même de Lugdunum n’a connu aucun établissement humain stable avant le milieu du 1er s. av. J.-C. Nul ne croit plus à une bourgade gauloise antérieure à la guerre des Gaules, dont l’existence n’était argumentée que par des analyses erronées de tessons et d’objets métalliques dont l’origine et la datation ont été remises en question.

3En second lieu, il est admis par tous que les premiers vestiges reconnus par l’archéologie correspondent à des ouvrages militaires, ou de type militaire - dont ne nous restent que des fossés et leur comblement.

4En troisième lieu, un certain temps s’est écoulé entre le comblement de ces fossés (au moins de ceux du Verbe-Incarné) et l’apparition d’activités en relation avec des constructions proprement dites : le creusement de fosses où l’on prélevait les matériaux utilisés pour former le socle des premiers murs. Mais de ce premier habitat, ne subsistent que des traces fugitives (une portion de maison). C’est seulement la “deuxième vague”, celle de la rue des Farges, qui a laissé des témoignages un peu plus solides.

5Reste à organiser tout cela selon une séquence chronologique et, si possible, en fonction de données historiques.

6Les données historiques sont claires : il n’est aucun texte qui laisse supposer une quelconque occupation du site avant 44 ou 43 av. J-C. (les colons viennois, expulsés par les Allobroges, se réfugient au confluent ; Plancus et Lépide, avec leurs troupes, séjournent quelque temps en 43 pour régler le problème). B. Mandy, qui ne souhaiterait que cela, avoue avec une honnêteté qui l’honore, qu’il ne saurait trouver, dans les événements antérieurs, une quelconque justification pour un camp pré-césarien ou césarien.

7Cependant, si l’on se réfère aux études du meilleur connaisseur de la protohistoire en terre ségusiave, M. Vaginay, le mobilier des fossés du Verbe-Incarné correspondrait à la fin de la phase 3 de Feurs (vers 80/60), celui de Sainte-Croix à la phase 4 (60-40), celui de la rue Le Châtelier étant peut-être légèrement postérieur. Voilà qui interdit apparemment d’attribuer un système de fossé au camp de Plancus, un autre à celui de Lépide, un troisième aux malheureux (bientôt heureux) colons viennois !

8Nous pourrions nous contenter des résultats les plus importants de l’enquête et conclure que l’archéologie confirme rigoureusement les données textuelles : c’est à partir de 43 que, progressivement, se constitue un habitat. Foin du passé protohistorique de Lyon, foin des hypothèses fondées sur de fausses étymologies ou sur la sur-interprétation de certains textes. Après tout, c’est l’origine de la ville de Lugdunum qui nous intéresse et nous avons vu celle-ci engager ses premiers travaux de construction vers 40-30, implanter peu après les éléments d’une organisation qui allait pour longtemps modeler son paysage.

9Mais les archéologues sont ainsi faits que ce positivisme les laisse insatisfaits. A quoi ont donc correspondu ces campements ? Allez, on en attribue un à Lépide ou à Plancus, mais les deux autres ? A César ? A des Gaulois ? Admettons que la question soit importante (ce dont je ne suis pas convaincu). Elle doit se traiter d’abord au plan méthodologique, qui présente deux faces : la représentativité du matériel qu’ils ont livré. Faute de la moindre idée d’une organisation d’ensemble de ces ouvrages, comment répondre ? Comment même être sûr qu’il faut raisonner en termes de chronologie relative alors que nous n’avons aucun indice palpable de succession ?

10Je suggère que, sur les fossés et les campements auxquels ils ont servi de défenses, nous observions une grande prudence. J’ajoute une proposition : que ceux qui s’intéressent à ces questions (ils sont nombreux et pas seulement en France) se préparent à saisir une occasion qui a chance de se présenter bientôt : une fouille dans les ouvrages césariens d’Alésia (qui, eux, sont datés au mois près !). Nous reparlerons alors de ces questions de chronologie et de mobilier.

11Pour le reste, ce livre nous restitue une Lugdunum fondée non à la suite d’un plan médité mais presque par hasard (au terme de négociations). Sur une colline - Fourvière. Un rythme de départ peut-être un peu lent mais qui s’est vite accéléré. Un statut exceptionnel pour la Comata, l’engagement politique de Rome, la création du sanctuaire confédéral de Condate, les routes - notamment vers le Rhin, etc. : Lyon a bénéficié de volontés, d’actions délibérées qui, à partir d’origines précaires, l’ont portée à la grande capitale décrite par Strabon et illustrée par l’archéologie.

© Alpara, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access