Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Aux origines de Lyon

 | 
Christian Goudineau

Chapitre 2. Les textes antiques sur la fondation et sur la topographie de Lugdunum

Texte intégral

1Nous présenterons chacun de ces textes de la manière suivante :

  • L’auteur

  • Le contexte du passage

  • Traduction (par nos soins)

  • Commentaire

Dion Cassius, Histoire romaine, XLVI, 50

21-Dion Cassius fut à la fois un homme politique et un homme de lettres. Né en Asie Mineure, à Nicée, vers 160, d’une famille de rang sénatorial, il gagna Rome et siégea au Sénat, fut préteur en 193, exerça diverses charges administratives (dont les gouvernements d’Afrique, de Dalmatie et de Pannonie Supérieure), fut consul suffect en 222 avant de connaître la disgrâce. Parallèlement à cette carrière, il écrivit divers ouvrages dont, en dernier lieu, l’Histoire Romaine depuis les origines jusqu’à son époque. Des 80 livres de cette Histoire, nous avons conservé les livres 36 à 60 (de 68 avant J.-C. jusqu’à 47 après J.-C.) et quelques fragments.

32-On ne peut établir le contexte historique avec une absolue précision car Dion Cassius n’observe pas la chronologie avec un soin constant. Néanmoins, le passage se situe probablement au début du printemps de l’année 43 avant J.-C. Jules César est mort depuis plus d’un an et la guerre civile fait rage, opposant le Sénat et les pouvoirs réguliers de Rome à Marc Antoine. Celui-ci vient de subir une défaite au mois d’avril dans les environs de Modène, en Italie du Nord, mais les consuls Hirtius et Pansa y ont laissé la vie. Le jeune Octavien, fils adoptif de César, a levé des troupes à titre personnel, procédure irrégulière que le Sénat a légalisée en lui accordant le titre de pro-préteur. Antoine, vaincu, mais non abattu, se replie vers l’Ouest, c’est-à-dire vers la Gaule Transalpine. Celle-ci a pour gouverneur Lépide (M. Aemilius Lepidus) qui administre également l’Espagne Citérieure (i.e. septentrionale), la Gaule Chevelue - celle qu’a conquise César - étant gouvernée par L. Munatius Plancus. Que vont faire les deux gouverneurs, à la tête de nombreuses légions et d’auxiliaires gaulois : soutenir la cause sénatoriale ou pactiser avec Antoine ? C’est la question qui intéresse Dion Cassius, et il tente d’expliquer les conduites.

4Revenons un peu en arrière. Au moment où s’engageait la campagne de Modène, le Sénat avait donné ordre à Lépide et à Plancus de passer en Italie pour aider les armées des consuls à combattre Antoine. Mais un lieutenant de Lépide, Silanus, qui s’était rendu sur les lieux en reconnaissance, avait fait défection et s’était rangé aux côtés d’Antoine. Du coup, à en croire Dion, le Sénat avait enjoint à Lépide et à Plancus de demeurer dans leurs provinces par peur qu’eux-mêmes n’adoptent la même conduite.

53-

« Les sénateurs, lorsqu’ils eurent appris que Silanus avait fait cause commune avec Antoine, redoutèrent que Lépide et Munatius Plancus ne rejoignissent celui-ci à leur tour et leur envoyèrent le message qu’ils n’avaient plus besoin d’eux. Mais pour éviter qu’ils ne soupçonnent une manœuvre et réagissent mal, on leur donna ordre de fonder une colonie pour ceux (τονς) qui, quelque temps auparavant (ποτέ), avaient été chassés de Vienne Narbonnaise par les Allobroges et s’étaient établis dans l’espace entre le Rhône et la Saône, là où ils se mêlent l’un à l’autre. C’est ainsi que, ne faisant pas mouvement, ils fondèrent Lougoudounon- selon l’ancienne dénomination- Lougdounon, comme on dit aujourd’hui ».

64-Encore une fois, gardons-nous de vouloir établir une chronologie rigoureuse. A plus de 250 ans de distance, Dion interprète, comme on le voit dans l’expression « pour éviter qu’ils ne soupçonnent une manoeuvre et réagissent mal » : Lépide et Plancus ne sont pas des enfants et ne risquent pas d’être dupes. Au contraire, il faut retenir que, vers mars 43, la fondation de Lyon constituait une affaire assez grave pour que les deux gouverneurs, de la Transalpine et de la Comata, aient à la prendre en mains, et ce, au cœur de la guerre civile.

7Dion- pour qui cela n’a pas d’importance : il s’intéresse aux intrigues - ne donne aucun renseignement précis sur la qualité des colons ainsi installés à Lyon. Des civils, des militaires ? On ne sait : il dit « ceux qui... ». Quand avaient-ils été chassés de Vienne par les Allobroges ? « un jour », « autrefois », « naguère » : le mot (ποτέ) est vague.

8On connaît la thèse le plus souvent défendue par les historiens, ceux de Lyon notamment, sur l’identité de ces expulsés : ce seraient des commerçants italiens chassés de Vienne par le soulèvement des Allobroges des années 62-61 décrit par le même Dion Cassius (XXXVII, 47-48). A cela, les objections ne manquent pas :

  • si tel était le cas, Dion aurait sans doute relié lui-même les deux événements ;

  • comment admettre qu’on n’ait rien fait pendant dix-huit ans et que l’affaire devienne subitement urgente au point de mobiliser Lépide et Plancus ?

  • pourquoi ces négociants se seraient-ils réfugiés, en 62-61, au Confluent (c’est-à-dire en Gaule encore indépendante) au lieu de se replier sur la Transalpine ?

9Cette interprétation pêche par trop d’invraisemblances. Bien mieux, d’autres textes la contredisent.

Tacite, Histoires, I, 65

101-Né vers 56-57 (peut-être en Gaule Narbonnaise, plutôt en Cisalpine), mort vers 120. Inutile de présenter Tacite, l’un des plus grands historiens romains. Parmi ses œuvres, les Histoires relataient les événements des années 68 à 96. Nous n’en avons conservé que les débuts, pour les années 68-70 après J.-C.

112-Le passage se situe dans le contexte compliqué des luttes pour l’empire. En mars 68, le gouverneur de la province de Lyonnaise, C. Julius Vindex, appelle à la révolte contre Néron. Il est suivi par les Eduens, les Arvernes, les Séquanes et les Viennois (c’est-à-dire, vraisemblablement, ceux qu’on appelait autrefois les Allobroges). Le mouvement s’étend à l’Espagne et à la Lusitanie (où l’on trouve, aux postes de commandement, Galba et Othon), à l’Afrique. Lyon demeure fidèle à Néron. Le légat de Germanie Supérieure, également loyaliste, assiège Besançon, capitale des Séquanes, au secours de laquelle accourt Vindex. En dépit d’efforts de conciliation, les légionnaires de Germanie massacrent les recrues de Vindex - qui se suicide. Pendant ce temps, les Viennois avaient mis le siège devant Lyon ; la mort de Vindex les amène à se retirer (mai 68 environ). Peu après, Néron s’étant donné la mort, Galba est proclamé empereur. Il accorde des faveurs à ceux qui avaient suivi Vindex et punit les autres - entre autres, les Lyonnais.

12Parmi ceux que Galba poursuit de sa rancune, les Trévires et les Lingons, qui, peu après, entrent en relation avec les légions stationnées près du Rhin. Un soulèvement général du Nord-Est de la Gaule se dessine, sous les ordres de Vitellius. Les légions proclament celui-ci empereur au tout début 69 et se mettent en marche vers l’Italie. A Rome, Othon qui vient de succéder à Galba assassiné, tente de négocier. En vain : les troupes du Rhin traversent la Gaule, semant la terreur (à en croire Tacite), détruisant Metz, taxant les Eduens. Lyon, en revanche, les accueille avec enthousiasme : elle compte sur elles pour prendre sa revanche sur les Viennois.

133-

« La vieille discorde entre Lyonnais et Viennois avait été ravivée par la guerre récente. Nombreux avaient été les désastres qu’ils s’étaient mutuellement infligés, plus intenses et plus acharnés que s’il s’était seulement agi de combattre pour Néron et pour Galba. De plus, Galba avait assouvi sa colère en confisquant les revenus des Lyonnais ; en revanche, les Viennois avaient été comblés de faveurs. Séparés par un fleuve, leur lien c’était les rivalités, les jalousies et la haine ! C’est pourquoi les Lyonnais excitent, un à un, les soldats, les poussent à exterminer les Viennois, rappelant que ceux-ci ont assiégé leur colonie, appuyé les entreprises de Vindex, recruté récemment des légions pour soutenir Galba. Et lorsqu’ils avaient mis en avant toutes les raisons de haïr les Viennois, ils faisaient miroiter l’ampleur du butin. On passa vite de pressions individuelles à des exhortations publiques : « qu’ils aillent à la vengeance, qu’ils exterminent ce foyer de guerre gauloise ; là-bas, tout est étranger, hostile : eux, ils sont une colonie romaine, une part de l’armée, des alliés dans la fortune comme dans l’adversité ».

144-Ce texte met d’abord en lumière l’« antique haine » entre Lyonnais et Viennois, que tout invite à rattacher à l’expulsion à laquelle Dion Cassius fait allusion. S’il s’était agi de négociants italiens, pourquoi d’aussi vivaces ressentiments ? Surtout l’insistance est mise sur le fait que Lyon est une colonia, pars exercitus, « partie de l’armée ». C’est dire très clairement que, au contraire de Vienne (qui n’était que colonie honoraire, peuplée de civils gaulois), Lyon fut fondée par des soldats. Autrement dit, une colonie militaire avait été décidée à Vienne pour des soldats ; les Allobroges chassèrent les colons qui se réfugièrent au Confluent ; c’est pour eux que Lépide et Plancus créèrent Lugdunum.

15Ce scénario, le seul possible pour rendre compte des deux textes précédents, peut-il trouver des confirmations extrinsèques ?

Suétone, Vie de Tibère, 4

161-Né vers 70, mort vers 140. Nombreuses œuvres dont les Vies des douze Césars, depuis César jusqu’à Domitien.

172-Commençant le récit de la vie de l’empereur Tibère, Suétone évoque son père, Tiberius Claudius Nero.

183-

« Le père de l’empereur Tibère, questeur de C. César, commandant l’armée navale pendant le siège d’Alexandrie, contribua puissamment à la victoire. C’est pourquoi il fut nommé pontife à la place de P. Scipio et chargé d’aller déduire en Gaule des colonies, parmi lesquelles Narbonne et Arles ».

194-La date de ces déductions coloniales se détermine en fonction de deux éléments : elle est survenue avant la mort de César (mars 44) et après la nomination de Ti. Claudius Nero à la charge de pontife, en remplacement de P. Scipio qui s’était suicidé en février 46 après la bataille de Thapsus. L’intervalle maximum est donc de deux ans (février 46-mars 44). Divers arguments semblent plaider en faveur de l’année 45 et même de ses derniers mois.

20Suétone, en employant l’expression « parmi lesquelles » laisse entendre qu’il y eut d’autres déductions que Narbonne et Arles. Depuis longtemps, on a proposé d’autres noms : Béziers, Orange, Fréjus, voire d’autres. Récemment, M. Rambaud a suggéré Vienne : Ti. Nero y aurait fondé (déduit, c’est-à-dire avec apports extérieurs) une colonie pour des vétérans. Ceux-ci, chassés après la mort de César par les Allobroges, se seraient réfugiés au Confluent chez les Ségusiaves (ce qui n’a rien d’anormal en 44 : la Gaule Chevelue est romaine).

21Cette thèse présente cependant des difficultés :

  • Narbonne et Arles - les deux noms cités par Suétone - ont une particularité révélée par l’épigraphie : celle de s’intituler Colonia Julia Paterna. Le mot paterna ne peut s’expliquer que d’une manière : le fils de César, Octave-Auguste, a permis à ces deux cités de rappeler dans leur titulature qu’elles avaient été fondées par son père, Jules César. Aucune autre colonie ne porte ce titre. Donc, l’expression « parmi lesquelles » employée par Suétone doit posséder un sens : ce n’est pas par hasard qu’il cite ces deux colonies.

  • Comme Narbonne, Arles, Béziers, Orange et Fréjus, Lugdunum est une colonie dotée du droit romain (cf. le texte de Strabon), c’est-à-dire que ses citoyens sont aussi citoyens romains et qu’ils peuvent, notamment, exercer les magistratures à Rome - sans évoquer d’autres avantages statutaires. Mais Lyon présente une particularité : à la différence des autres qui ont été fondées pour les vétérans d’une légion (la Xème pour Narbonne, la VIème pour Arles, la VIIème pour Béziers, la IIème pour Orange, la VIIIème pour Fréjus) et qui le rappellent dans leur titulature, Lyon ne peut être associée à un numéro de légion ; les inscriptions et les textes sont muets à cet égard.

22Comment rendre compte de ces étrangetés ? Il existe une piste. On sait que, jusqu’à l’époque augustéenne, les colonies déduites pouvaient avoir, soit le droit romain, soit le droit latin (dans ce dernier cas, leurs citoyens ne recevaient le statut de citoyens romains que lorsqu’ils avaient exercé une magistrature) ; ensuite, on réserva le titre de colonies aux communautés dotées du droit romain. C’est peut-être cet usage qu’observe Suétone : il indique que Tiberius Nero fut envoyé en Gaule déduire des colonies (de droit romain et de droit latin) mais, selon l’usage, il n’indique que celles qui jouissaient du droit romain : Narbonne et Arles. Les autres (« parmi lesquelles ») étaient des colonies « latines ». On supposera donc qu’à Vienne fut déduite une colonie de droit latin pour des militaires qui n’étaient pas les vétérans d’une légion déterminée (des auxiliaires ? des soldats de divers corps ?). Ce sont eux qui furent chassés par les Allobroges.

23Reste une question : si l’établissement viennois était de droit latin, pourquoi donc, quelques mois plus tard, Lugdunum fut-elle fondée avec le droit romain ?

Cicéron, Lettres à ses familiers, X, 22 et X, 24

241-Par chance, nous avons conservé certaines des lettres que, peu avant sa mort, Cicéron a échangées avec les principaux acteurs des événements qui ont suivi la mort de César. C’est le cas pour Lépide et pour Plancus.

252-La lettre X, 22 est adressée par Cicéron à Plancus, au printemps 43. Elle fait allusion à une lettre précédente de Plancus qui ne nous a pas été conservée. Un laps de temps s’écoule avant l’envoi de la lettre X, 24 par Plancus à Cicéron ; il est probable qu’un autre échange a eu lieu dont nous ne savons rien.

263-X, 22 : Cicéron à Plancus :

« A propos de ce que tu m’as écrit sur la fondation coloniale : si le Sénat en avait délibéré, j’aurais bien sûr été le premier à suivre la proposition qui t’aurait accordé le plus d’honneur [honorificentissimam]. Mais la longueur des interventions et un retard général empêchent d’aboutir à des décisions, si bien que ton frère et moi avons jugé plus expédient d’user du texte en l’état ; s’il n’a pu être mis en forme selon nos vœux, tu as appris par la lettre de Plancus (-le frère) qui en était responsable. Mais si tu trouves à redire soit sur le senatus-consulte soit sur toute autre chose, sois certain que tous les gens de bien te portent une telle affection qu’on ne saurait imaginer nulle marque de la plus haute considération qu’on ne soit prêt à t’accorder ».

27X, 24 : Plancus à Cicéron :

« Tu as pris soin d’obtenir les avantages (que je demandais) pour les soldats. Pour moi, ce n’était pas une affaire de prestige personnel : si j’ai voulu qu’ils reçussent des honneurs du Sénat-[ornari a senatu], c’est d’abord parce que je jugeais qu’ils l’avaient mérité ; ensuite parce que je voulais les rendre en toute occasion plus unis à la république ».

284-Pour comprendre le sens de ces lettres, il faut tenter de restituer les pièces manquantes de cette correspondance. On distinguera cinq étapes :

  1. (pièce manquante). Plancus écrit à Cicéron au sujet d’une fondation coloniale. Il lui demande de porter l’affaire devant le Sénat. Il souhaite qu’un texte soit modifié.

  2. (X, 22). Réponse embarrassée de Cicéron. Le Sénat n’a pu délibérer. On s’est contenté de reprendre l’ancien texte. Mais si Plancus insiste, on tentera d’obtenir un nouveau senatus-consulte.

  3. (pièce manquante). Vives protestations de Plancus. Il tient absolument à ce que sa demande soit satisfaite.

  4. (pièce manquante). Plancus est informé qu’il a eu satisfaction.

  5. (X, 24). Plancus remercie chaleureusement Cicéron.

29Le scénario que nous proposons est le suivant. Après la mort de César, les Allobroges expulsent les colons que Tiberius Nero venait d’établir à Vienne dans une nouvelle colonie de droit latin. Ceux-ci se réfugient au Confluent. Ils se répandent en récriminations. Dans cette période troublée, les pouvoirs de Rome commencent par ne pas réagir. Mais l’affaire s’envenime. Le Sénat charge les deux gouverneurs (Lépide parce que Vienne se trouve en Transalpine, Plancus parce que le Confluent se trouve en Comata) de trouver une solution. Que faire ? Réinstaller par la force les colons à Vienne ? C’est risquer de s’aliéner les Allobroges, redoutables par leur force militaire, et les faire passer d’un camp à l’autre. Accepter la situation ? C’est provoquer la fureur des colons et, plus généralement, des soldats : si Rome ne garantit plus les entreprises coloniales, toutes les promesses qu’on leur a faites ou qu’on leur fait ne valent plus rien.

30Devant cette alternative inextricable, Plancus propose au Sénat une solution « diplomatique » : on ne revient pas à Vienne, on fonde une colonie à Lyon mais, pour calmer colons et soldats, on accorde à cette nouvelle colonie le droit romain, un privilège qui apaisera les esprits. Plancus demande qu’on réforme en ce sens le senatus-consulte constitutif. C’est la pièce 1 (manquante) adressée à Cicéron qui exerce le « leadership » au Sénat.

31Catastrophe : comme en témoigne la pièce 2 (X, 22), le Sénat accepte le transfert Vienne-Lyon mais reprend le texte originel sans le modifier, c’est-à-dire que le statut de la colonie demeure de droit latin. Embarras de Cicéron qui se justifie platement auprès de Plancus : les séances sont encombrées, on n’a pas pu délibérer au fond, etc....

32L’affaire trouvera néanmoins un heureux dénouement : sur l’insistance de Plancus, Cicéron fait passer une délibération qui donne satisfaction (X, 24). Le vocabulaire employé par Plancus montre qu’il s’agit d’une affaire de privilège, d’honneurs : le droit romain est octroyé à la nouvelle colonie.

33Ce scénario (par force hypothétique) explique les différents textes à notre disposition. Lugdunum est de droit romain tout en ne s’appelant pas Julia Paterna et en ne mentionnant aucune légion. Les colons sont des soldats et leurs descendants n’oublieront pas cette origine militaire, de même qu’ils conserveront à l’égard de leurs voisins viennois une solide haine transmise de génération en génération.

Recueil des Inscriptions Latines, Livre X, 6087

341-Le Corpus Inscriptionum Latinarum rassemble les inscriptions en langue latine de la République et de l’Empire. Il est organisé, pour l’Empire, selon un ordre géographique.

352-L’inscription provient de Gaète (Italie, Latium, au nord de Naples). Elle prenait place sur le mausolée funéraire de Plancus (fig. 12, 13).

12-Le mausolée de Plancus à Gaète (Italie)

12-Le mausolée de Plancus à Gaète (Italie)

Fac-similé d’un croquis d’après nature d’A. Pochet

13-Inscription funéraire de Plancus

13-Inscription funéraire de Plancus

(placée au-dessus de la porte du mausolée)

363- Texte et développement :

37L(ucius). MVNATIVS. L(ucii). F(ilius). L(ucii). N(epos). L(ucii). PRON(epos). PLANCVS. CO(n)S(ul). CENS(or). IMP(erator). ITER(um). VII. VIR. EPVLON(um). TRIVMPH(avit). EX. RAETIS. AEDEM. SATVRNI. FECIT. DE. MANIBIS. AGROS. DIVISIT. IN. ITALIA BENEVENTI. IN. GALLIA. COLONIAS. DEDVXIT. LVGDNVNVM. ET. RAVRICAM.

38-Traduction :

« Lucius Munatius, fils de Lucius, petit-fils de Lucius, arrière-petit-fils de Lucius, Plancus. Consul. Censeur. Imperator deux fois. Septemvir du collège des Epulons. Il triompha sur les Rhètes. Il fit un temple de Saturne avec les dépouilles. Il lotit des terres en Italie à Bénévent. En Gaule, il déduisit les colonies de Lugdunum et de Raurica ».

394-La carrière politique de L. Munatius Plancus est bien connue, notamment grâce à ce texte. Ce qui nous intéresse ici, c’est que la fondation de Lugdunum (de même que celle de Raunca, Augst) lui est nommément attribuée. Pourquoi à lui seul, alors que le texte de Dion Cassius (supra) indiquait une intervention conjointe de Plancus et de Lépide (ce que confirme une lettre de ce dernier à Cicéron, Fam., X, 34 : « Apprenant qu’Antoine avait pris le chemin de ma province avec ses troupes, précédé par Lucius (son frère) avec une partie de la cavalerie, j’ai quitté avec mon armée le camp que j’occupais au confluent du Rhône ») ? Les textes précédents permettent de le comprendre : Lépide avait été mis à contribution en tant que gouverneur de la Transalpine dans la mesure où Vienne et les Allobroges étaient concernés par l’affaire. A partir du moment où la solution retenue était de ne pas chercher à réinstaller les colons à Vienne mais à fonder Lugdunum, son rôle était terminé et l’entreprise revenait normalement à Plancus, gouverneur de la Gallia Comata.

Strabon, géographie, IV, 3, 2

401-Né vers 64-63 en Asie Mineure, mort vers 21 après J.-C. Historien et géographe, il écrivit des Esquisses historiques qui continuaient l’œuvre de Polybe et qui sont perdues. Sa Géographie est une description du monde, d’Ouest en Est. Strabon a beaucoup voyagé mais ne connaît pas la Gaule. Il a utilisé à la fois des sources anciennes et récentes de géographes et d’historiens et des pièces administratives contemporaines.

412-Dans son livre IV, Strabon décrit la Gaule. Après la Narbonnaise et l’Aquitaine, il passe aux provinces (augustéennes) de Lyonnaise et de Belgique qu’il préfère - dit-il - examiner ensemble.

423-

« En tant que telle, Lougdounon, fondée sous une colline près du confluent du fleuve Saône et du Rhône, est occupée par des (citoyens) romains : par son peuplement, elle l’emporte sur toutes les villes à l’exception de Narbonne. Et, de fait, les gouverneurs romains l’utilisent comme place forte de commerce et y battent monnaie d’or et d’argent. Le sanctuaire dédié en commun par tous les Gaulois à César Auguste s’élève devant cette ville au confluent des fleuves ; s’y trouvent aussi un autel remarquable portant inscription des peuples (au nombre de soixante), les images de chacun d’eux ainsi qu’un grand bois sacré.
Cette même ville est aussi la capitale des Ségusianes, un peuple situé entre le Rhône et le Doubs ».

434-Ce texte a fait couler beaucoup d’encre car on a voulu absolument en faire coïncider les termes avec les réalités retrouvées par l’archéologie - ou supposés !

44Strabon, au début, indique que Lyon a été fondée près du confluent ; plus loin, il indique que le sanctuaire fédéral se trouve au confluent. La distinction est donc nette. En revanche, l’expression « sous une colline » est très vague, elle implique seulement qu’un sommet domine la ville.

45Strabon indique le statut : ce sont des Romains qui habitent Lyon. Ce qui est précisé par l’expression : « par son peuplement, elle l’emporte... », traduction volontairement un peu vague d’un terme grec qu’on forcerait peut-être en traduisant « par l’excellence de son peuplement ».

46La fin du premier paragraphe est corrompue : « ainsi qu’un grand bois sacré » est une hypothèse parmi d’autres (Fr. Lasserre, dans l’édition des Belles-Lettres, adopte une autre leçon et traduit « et un autre autel de grandes dimensions »).

47L’ensemble du texte est organisé de la manière suivante :

  1. Strabon décrit Lyon en tant que ville, capitale de province et abritant le sanctuaire confédéral ;

  2. d’autre part, reprenant l’énumération des peuples de Lyonnaise et de Belgique, il indique que Lyon joue aussi le rôle de capitale du peuple (i.e. de la civitas) des Ségusiaves (Strabon dit : Ségusianes).

48Ce dernier passage a donné lieu à beaucoup d’exégèses pour deux raisons. D’abord, le texte, tel qu’il est transmis par le manuscrit, devrait être traduit ainsi : « A la tête du peuple des Ségusianes se trouve cette même ville qui est située entre le Rhône et le Doubs » ; c’est évidemment contradictoire avec les indications précédemment données par Strabon lui-même et il faut donc attribuer cette mention géographique au peuple des Ségusiaves, mais ce qu’on sait de ce peuple le situe ailleurs, dans l’actuel Forez ! D’autre part, nous savons par d’autres sources que la capitale de la civitas romaine des Ségusiaves était Feurs (Forum Segusiavorum) et non pas Lyon ! Comment rendre compte de ces difficultés ? D’abord en rappelant que les connaissances géographiques et cartographiques de Strabon sont dans le détail sujettes à l’erreur : le décalage des Ségusiaves vers le Nord-Est n’aurait rien de surprenant (mais on peut se demander s’il ne s’agit pas ici d’une erreur de copie, le nom du Doubs (qui devait apparaître un peu plus loin) étant écrit à la place de la Loire). D’autre part, rien n’interdit de penser que Lyon a joué un temps le rôle de capitale des Ségusiaves avant d’être remplacée par Feurs. Strabon se réfère grosso modo à l’époque augustéenne qui, contrairement à ce qu’on prétend habituellement, n’a pas mis en place des structures intangibles ni même définitives. Strabon a consulté des documents administratifs et n’a aucune raison de se tromper : si ses renseignements géographiques et ethnographiques remontent à des sources anciennes et approximatives, on peut lui faire confiance pour les questions d’organisation administrative. Lyon a donc bien été placée à la tête des Ségusiaves, sur le territoire desquels elle avait été créée, comme le signale Pline (H.N. III, V, 4 : Secusiani [...] in quorum agro colonia Lugdunum). Strabon lui-même (IV, 1, 11) écrivait : « Le Rhône, en descendant vers les plaines du pays des Allobroges et des Ségusianes conflue avec la Saône à proximité de Lyon, ville des Ségusianes (ou : capitale des Ségusianes) ».

Sénèque, Apocoloquintose du divin Claude

491-Né à Cordoue, en Espagne Ultérieure, aux environs du changement d’ère, Sénèque fut élevé à Rome où il s’illustra comme avocat et homme de lettres. Agrippine lui confia en 49 l’éducation de Néron dont il fut ensuite l’un des principaux ministres avant de se retirer et de tomber en disgrâce ; il s’ouvrit les veines en 65. Il avait épousé la fille d’un armateur d’Arles ; son beau-frère, Pompeius Paulinus, légat de Germanie supérieure, est cité par Pline pour sa fabuleuse argenterie. Sénèque – lui-même d’origine hispanique - a dû entendre souvent parler de la Gaule non seulement par sa famille mais par Burrhus, chevalier originaire du pays voconce (autour de Vaison-la-Romaine), comme lui éducateur puis ministre de Néron, et par d’autres relations : la lettre qui constitue le texte suivant mentionne un Lyonnais, Aebutius Liberalis.

502-L’Apocoloquintose du divin Claude est un libelle satirique publié par Sénèque après la mort et la divinisation de l’empereur à l’automne 54 après J.-C. Le mot « apocoloquintose » est un calembour sur le mot « apothéose », il signifie « transformation en citrouille ». Si on voulait trouver un équivalent français, on proposerait, par exemple : « la crapauthéose du divin Claude » ou « lapinothéose... ». La parution de cette satire démontre le faible prestige du disparu, jugé contrefait et quelque peu gâteux. Le texte nous montre Claude (divinisé) essayant de se faire admettre dans l’Olympe, siège des dieux, où personne ne le connaît ni le reconnaît. L’humour est tantôt direct tantôt au second degré. Vu la difficulté des allusions littéraires du texte, nous ferons suivre la traduction de notes.

513-(V, 2 sq.) :

  • 1 Claude était affligé de faiblesses physiques et sujet à des crises d’épilepsie.
  • 2 Allusion, bien sûr, aux douze travaux d’Hercule.
  • 3 Après avoir indiqué que Claude ne s’exprimait pas en grec, Sénèque met en scène Hercule lui parlant (...)
  • 4 Suétone, Vie de Claude, 41 : « Durant son adolescence, il entreprit d’écrire une histoire [...]. Un (...)
  • 5 Vers tiré du récit d’Ulysse à Alcinoos : après la chute de Troie, il met à la voile et débarque che (...)
  • 6 Allusion de Sénèque au rôle selon lui désastreux de Claude à l’égard de Rome. Cf. un passage antéri (...)
  • 7 La déesse Fièvre n’abandonne pas Claude : allusion à ses incessantes maladies.
  • 8 Le texte est incertain : “concitoyen de Munatius” est une restitution hypothétique.
  • 9 La notation “à 16 milles de Vienne” signifie clairement que celle-ci est conçue comme la limite du (...)
  • 10 Allusion, bien sûr, à la prise de Rome par les Gaulois vers 390 avant J.-C.
  • 11 Ancien procurateur, sous Auguste, de la province de Lyonnaise, réputé pour sa gestion scandaleuse. (...)
  • 12 Le Xanthe est un fleuve proche de Troie-Ilion.
  • 13 Hercule cite sans doute par antiphrase un proverbe du genre : “Les meilleurs rats ne peuvent ronger (...)
  • 14 Les vers qui suivent rappellent que Sénèque a composé de nombreuses tragédies. Ils sont de qualité (...)
  • 15 Allusion au travail d’Hercule concernant les bœufs de Géryon, roi de l’île d’Erythie, dans l’extrêm (...)
  • 16 Pour ceux qui voudraient connaître la suite : malheureusement la réponse de Claude est tronquée et (...)

« On annonce à Jupiter qu’est arrivé un personnage de bonne stature, bien chenu, mais avec on ne sait quoi de menaçant, car sans arrêt il agite la tête, il traîne le pied droit1. On lui a demandé à quel peuple il appartenait : il a répondu on ne sait quoi d’inaudible en bafouillant. On ne comprend pas sa langue : il n’est ni Grec ni Romain, d’aucun peuple connu. Alors Jupiter donne des instructions à Hercule : puisqu’il avait vagabondé sur la terre entière et semblait connaître tous les peuples, qu’il aille donc explorer et détermine le groupe humain du bonhomme.
Au premier coup d’œil, Hercule fut complètement bouleversé : il se dit qu’il lui restait des monstres à redouter2 ! A voir cette figure d’une espèce nouvelle, cette démarche inhabituelle, cette voix étrangère à toute créature terrestre mais proche de celle des monstres marins tant elle était rauque et inarticulée, il fut persuadé qu’un treizième travail lui arrivait. Il s’appliqua à mieux regarder : l’apparence avait quelque chose d’humain. Il s’approcha donc et, avec l’aisance d’un nourrisson de la Grèce, dit : « Quel es-tu ? D’où viens-tu, de quel pays des hommes ?
Quelle est donc ta cité et quels sont tes parents ? »3.
Claude se réjouit : en ce lieu se trouvent donc des gens érudits, peut-être qu’il arrivera à placer ses Histoires4 ! C’est pourquoi, adoptant lui-même le genre homérique, pour signifier qu’il est César, il dit :
« C’est d’Ilion que je viens ; le vent m’y a saisi. Avec lui, j’ai gagné le pays des Cicones »5.
Le vers suivant aurait été plus véridique (et tout aussi homérique) :
« J’ai détruit cette ville et massacré ses hommes »6.
Il en aurait imposé à Hercule - qui n’est pas trop subtil - sans la présence de la (déesse) Fièvre qui avait quitté son sanctuaire pour accompagner Claude, toute seule, en laissant tous les autres dieux à Rome7. « Ce type, dit-elle, raconte de purs mensonges. C’est moi qui te le dis, qui ai vécu tant d’années avec lui. Il est né à Lyon. C’est un concitoyen de Munatius que tu as sous les yeux8. Ecoute l’histoire : il est né à seize milles de Vienne, c’est un Gaulois pur et dur9. Alors, il a fait ce que devait faire un Gaulois : il a pris Rome10. Mais c’est à Lyon qu’il faut - crois-moi - ramener sa naissance, là où Licinus a régné de nombreuses années11. Toi qui as usé tes semelles en plus d’endroits que le plus infatigable conducteur de mules, tu connais obligatoirement les Lyonnais et tu sais que de nombreux milles séparent le Xanthe et le Rhône12. »
A ce moment là, Claude vit rouge et, autant qu’il pouvait, gronda de colère. Ce qu’il disait ? Personne ne comprenait. [...] Alors Hercule inter vint : « Ecoute-moi bien. Arrête tes délires. Là où tu te trouves maintenant, il y a des rats qui rongent tout. Même le fer13. Presse-toi de dire la vérité ou je vais te secouer et t’exterminer, toi et tes idioties ».
Et, pour le terrifier encore plus, il prit le ton de la tragédie et dit14 :
[...] « Quand je me dirigeais vers le lointain royaume
Du roi au triple corps (afin de ramener,
De la Mer Hespérie à la Ville Inachienne
Les illustres troupeaux)15 au-dessus de deux fleuves
J’aperçus un sommet que Phoebus au lever
Voit chaque jour en face ; ici le Rhône immense
Précipite ses flots, tandis que, hésitante,
Ne sachant où couler, la Saône, en silence,
De son onde paisible arrose ses deux rives.
Cette terre a-t-elle nourri en toi la vie ? » »16

524-Pourquoi avoir cité un aussi long passage alors que seule la fin nous intéresse directement ? Essentiellement pour reconstituer un contexte qui ne concerne pas seulement Claude mais aussi Lyon.

53Claude y était né le 1er août 10 avant J.-C., comme on le sait par Suétone (Cl., 2) : « Claude naquit sous les consulats de Julius Antonius et de Fabius Africanus, le 1er août, à Lyon, le jour même où, précédemment, avait été dédié l’autel à Auguste » (cette phrase a souvent été mal traduite : « le jour même où l’on dédia pour la première fois un autel à Auguste »). Il semble, à lire le texte précédent, qu’il n’ait pas été considéré comme un vrai Romain : sa naissance constitue une tache d’autant plus forte qu’il n’épargna pas ses efforts en faveur de sa province d’origine. La phrase de Sénèque : « il a fait ce que devait faire un Gaulois : il a pris Rome » constitue une réponse au discours de Claude des Tables Claudiennes (C.I.L., XIII, 1668) et de Tacite, Annales, XI, 23-25 : « Nous avons été conquis par les Gaulois ! Mais nous avons aussi donné des otages aux Etrusques et nous sommes passés sous le joug des Samnites ». De même, l’allusion à Vienne, dernière ville de Narbonnaise, trouve écho dans la phrase que Claude s’adresse à lui-même devant le Sénat : « Il est temps de dévoiler aux sénateurs à quoi tend ton discours : tu es parvenu aux limites extrêmes de la Gaule Narbonnaise [...]. C’est avec scrupule, sénateurs, que j’ai franchi les bornes des provinces qui vous sont habituelles et familières pour plaider désormais la cause de la Gaule Chevelue ». Rappelons-le : il s’agissait d’accorder aux citoyens romains des Trois Gaules (Claude utilise encore le vieux terme de Gallia Comata, preuve qu’il n’avait pas disparu en dépit de l’organisation augustéenne en trois provinces), le droit de se présenter aux magistratures de Rome afin d’entrer dans la classe sénatoriale, devenir questeur, édile, préteur, consul. Ce droit n’était accordé qu’aux citoyens romains des colonies de droit romain, les autres ne jouissant que des droits civils et non des droits politiques. A Lyon, colonie de droit romain, un citoyen pouvait (si sa fortune et les circonstances le lui permettaient) devenir préteur et sénateur à Rome ; à Bourges, un citoyen, même s’il avait reçu le droit romain après avoir exercé une magistrature dans sa cité ou par faveur, ne le pouvait pas. Claude avait plaidé devant le Sénat pour généraliser ce qui avait été accordé en 14 aux citoyens de Narbonnaise. Le Sénat refusa, à une seule exception : celle des Eduens. Le texte de Sénèque confirme ces réticences.

54Ce passage nous donne également des indications topographiques : Lyon, c’est avant tout un sommet qui domine les deux fleuves. Voilà qui confirme le texte de Strabon. D’autre part, ce sommet est éclairé par le soleil levant, il se trouve donc à l’Ouest dans l’organisation générale du paysage. Ce ne peut être, évidemment, que Fourvière.

Sénèque, Lettres à Lucilius, XIV, 91

551-Voir notice précédente.

562-Rédigées après la disgrâce de Sénèque en 62, les lettres à Lucilius dateraient de l’été 63 à l’automne 64. Plutôt qu’une véritable correspondance, elles composent une série de méditations. Celle qui nous intéresse est d’août 64. A propos d’un incendie survenu à Lyon et qui a navré un des amis de Sénèque, Aebutius Liberalis, cette lettre offre la leçon suivante : « toute chose est vouée à disparaître, les villes comme les hommes, préparons-nous donc en pensée à tous les accidents de la Fortune ». Liberalis nous est un peu connu par le traité sur les Bienfaits que Sénèque lui a dédié et au cours duquel on apprend ou devine que, lyonnais d’origine, il s’est installé à Rome où il est probablement jurisconsulte. L’incendie mentionné ici est également signalé par Tacite (Annales, XVI, 13) qui rappelle que, peu de temps auparavant, lors de l’incendie de Rome, les Lyonnais avaient envoyé un don de 4 millions de sesterces ; Néron leur fit don d’une somme équivalente pour les aider à se redresser à leur tour.

573-

§ 1 « Notre cher Liberalis est accablé par la nouvelle de l’incendie qui a ravagé la colonie de Lyon » [...].
§ 2 - « Tant de superbes réalisations, dont chacune aurait pu faire la gloire d’une ville, une seule nuit les a jetées à terre » [...].
§ 10 - « Elle a brûlé, cette cité opulente, ornement des provinces dans lesquelles elle avait place, une place exceptionnelle. C’est pourtant sur un seul mont qu’elle s’était implantée et encore pas bien haut : toutes ces cités dont on te vante la splendeur et le lustre, elles aussi verront leurs vestiges effacés par le temps ».

584-Les termes sont à la fois catastrophiques et emphatiques (§ 2). Ce qui nous intéresse ici, c’est l’allusion topographique : Lyon est implantée sur un seul mont et encore pas bien haut. Voilà qui confirme la description de Strabon et le texte précédent de Sénèque. Lugdunum est liée à une colline (ou une montagne). A noter que le confluent n’est pas mentionné.

59Dans le § 10, un passage est d’interprétation délicate. On traduirait littéralement : « ornement des provinces dans lesquelles elle est insérée mais dont elle est aussi exceptée ». On a parfois voulu voir dans cette expression le signe que Lyon se trouvait à la fois à l’intérieur et à l’extérieur des provinces, c’est-à-dire qu’incluse dans la Lyonnaise elle bénéficiait cependant d’un statut à part. Cette thèse est improbable : Sénèque parle des provinces (de Gaule) et non de la seule Lyonnaise ; à la rigueur, l’expression s’appliquerait mieux à Condate, siège du sanctuaire confédéral. Nous avons donc préféré observer la logique du texte, c’est-à-dire : Lyon était l’ornement des provinces de Gaule au sein desquelles elle était exceptionnelle par son éclat ; pourtant elle n’occupait jamais qu’une seule colline - eh bien, d’autres villes célèbres (plus étendues) s’écrouleront aussi !

Pseudo-Plutarque, Des noms des fleuves et des monts et des choses que l’on y trouve, VI

601-Cet ouvrage en grec a été faussement attribué à Plutarque. Il se compose de 25 notices avec des références dont une bonne part a chance d’avoir été inventée. C’est le type même de la fausse érudition. IIIème siècle ( ?).

612-Chaque notice porte le nom d’un fleuve. On donne l’explication de son nom, on signale les animaux, plantes, minéraux dotés de vertus ou de caractères particuliers. Puis est cité un sommet, montagne ou colline, proche de ce fleuve pour lequel sont donnés les mêmes renseignements (étymologie, particularités). La Saône figure en compagnie illustre, à côté du Nil, du Pactole, de l’Euphrate, de l’Indus, etc.

623-« La Saône (Arar).

1-L’Arar est un fleuve de la Celtique dont le cours est ainsi nommé avant sa réunion avec le Rhône ; il se jette dans ce dernier en traversant le pays des Allobroges. Précédemment, il s’appelait Brigoulos, et voici pourquoi il a changé de nom. (Un dénommé) Arar, pour chasser, pénétra dans une forêt et y trouva son frère Celtiberos déchiré par les bêtes sauvages. Eperdu de chagrin, il se blessa lui-même mortellement et se jeta dans le fleuve Brigoulos qui prit ainsi le nom d’Arar.

2-Dans ce fleuve, vit un grand poisson appelé par les indigènes « cloupaia ». Lorsque la lune croît, il est blanc ; lorsqu’elle décroît, il devient entièrement noir. Lorsqu’il a atteint sa taille extrême, il est tué par ses propres arêtes.

3-Dans la source (de ce fleuve), on trouve aussi une pierre semblable à un grain de sel qui agit merveilleusement sur les fièvres quartes si on l’applique sur les parties gauches du corps lorsque la lune décroît : c’est ce que rapporte Callisthène de Sybaris dans le livre XIII des Galatiques, auquel Timagène a emprunté cette notation.

4-Auprès de ce fleuve se dresse un mont appelé Lougdounon. Voici pourquoi il a changé de nom. Mômoros et Atepomaros, chassés du pouvoir par

Sésêroneos, gagnèrent cette colline que leur avait désignée un oracle afin d’y fonder une ville. Alors qu’on creusait les fondations, d’un coup apparurent des corbeaux voltigeant de tout côté, qui emplirent les arbres alentour. Alors Mômoros, très versé dans la science augurale, nomma cette ville Lougdounon. En effet, dans leur dialecte, on appelle le corbeau « lougon » et « dounon » un lieu saillant. C’est ce que rapporte Clitophon dans le livre XIII de ses Fondations urbaines ».

634 - Il est difficile de porter une appréciation sur ce genre de texte, dont je me demande s’il ne tient pas parfois du canular. Laissons ce qui concerne la Saône : le récit d’Arar se jetant dans le fleuve et lui donnant son nom, outre qu’il relève d’un poncif éculé (voir, par exemple, la légende d’Egée), n’apporte aucun renseignement extrinsèque intéressant.

64En revanche, le paragraphe consacré à Lyon n’est pas indifférent. On relève d’abord que Lougdounon est défini comme un mont - ce qui renforce les textes précédents. Une réplique simplifiée de la fondation légendaire de Rome est ici présentée, Atepomaros et Mômoros reprenant les rôles de Remus et Romulus, et les vautours étant remplacés par les corbeaux. Ce récit ne peut se justifier que s’il existait une tradition selon laquelle le mot Lougdounon pouvait être interprété comme « le mont aux corbeaux » (« Montcorbeau », « Montcorve », ou autre). Ce qui n’implique nullement que Γ étymologie soit bonne.

65Amusons-nous à imaginer un récit du même genre. « Un roi et une reine avaient une fille, très belle. Hélas, la reine mourut. Au bout de quelque temps, le roi se remaria. Sa nouvelle femme se prit bientôt de jalousie à l’égard de sa belle-fille dont la beauté, à mesure qu’elle grandissait, risquait d’éclipser la sienne. Elle chargea un de ses valets d’emmener la jeune fille qui s’appelait Marguerite dans une forêt au flanc d’une colline lointaine. Le valet, plein de pitié, l’épargna et la laissa au cœur des bois. La nuit tomba. La jouvencelle commença à être transie de froid. Elle s’étendit sur le sol. Son corps était glaçé. Silencieusement, des animaux à la douce fourrure s’approchèrent d’elle, l’entourèrent, la recouvrirent et la réchauffèrent. Ainsi fut sauvée Marguerite. Ces animaux, qu’on appelle fouines, étaient en ce temps nommés martres. C’est pourquoi celle colline s’appelle Montmartre. Voilà ce qu’écrit Bossuet dans le chapitre 5 des Princesses Affriolantes ».

66Le commentaire érudit de ce récit devrait montrer qu’il s’agit d’une transposition (pas très fine) de Blanche-Neige et mettre éventuellement en doute la paternité attribuée à Bossuet. Il ne devrait pas contester que « Montmartre » pouvait s’interpréter comme le « Mont des Martres », fût-ce à titre de calembour, à une certaine époque, même si l’étymologie exacte représente soit le « Mont de Mars » soit le « Mont des Martyrs ».

67Donc, pour Ludgunum, une tradition a dû exister l’associant aux corbeaux et on a tenté de la justifier par la fadaise inspirée de la légende romaine. Faut-il pour autant voir à tout prix des corbeaux dans l’iconographie lyonnaise ? On cite souvent l’aureus frappé par Marc-Antoine en 43 (lorsque, après les accords de Blindes, lui revint la Gaule Chevelue) et qui montre le triumvir dans la nudité héroïque affublé de divers attributs symboliques (fig. 14 C) ; devant lui, un corbeau perché sur un monticule qu’on retrouve également sur les médaillons d’applique au Genius (Wuilleumier 1952, p. 71-72). Mais le corbeau en question n’a rien de spécifiquement lyonnais : c’est l’oiseau augurai, la comix, qui, sur les monnaies, rappelle la qualité de tel personnage (Marc-Antoine était précisément augure et, sur ses monnaies, figurent fréquemment le lituus, le praefericulum et la cornix), ou fait simplement allusion à la fondation d’une ville et aux heureux auspices qui l’ont accompagnée. Donc, cette représentation ne conforte en rien l’étymologie fantaisiste de « Mont des Corbeaux ».

14-Monnaies évoquant la fondation de Lyon

14-Monnaies évoquant la fondation de Lyon

A-Petit bronze trouvé à Gergovie
D/ : tête tourelée, corne d’abondance sur l’épaule droite ; légende : COPIA FELIX.
R/ : Hercule domptant le taureau ; légende : MVNATIA (Blanchet 1936).
B-Quinaire d’argent
R/ : lion à droite flanqué de A et X [L] ; légende : DVNI ; à l’exergue : LVGV (Blanchet 1936).
C-Aureus
R/ : génie ailé tourné à gauche avec arc et carquois sur l’épaule ; dans la main droite un caducée, dans la main gauche une corne d’abondance ; pied appuyé sur un globe ; à ses pieds, un aigle sur un cippe et derrière lui un bouclier ; légende : P. Claudius. M.F. IV. VIR. A.P.F.

68A. Audin a présenté un autre argument en sa faveur. L’orientation du decumanus de Lyon correspond à une visée du soleil levant qui, pour l’an 43, ne peut se faire que le 9 mars ou le 9 octobre. Le 9 mars étant exclu pour des raisons historiques, il ne reste que le 9 octobre. Or, c’est aux environs de cette date que reviennent à Lyon les « freux migrateurs ». La théorie est bizarre car on imagine mal la fondation d’une colonie romaine conditionnée par le retour des corbeaux ; les études récentes de J. Le Gall (1975) sur les problèmes d’orientation permettent de l’éliminer complètement.

69Quelle est donc la « bonne » étymologie ? La proposition qui a rencontré le plus de succès, c’est celle qui fait de Lugdunum le « rocher de Lug » ou la « montagne de Lug ». Lug est un héros des épopées de l’Irlande celtique (postérieures de plusieurs siècles à notre époque). Une fête lui était dédiée, la Lugnasad, qui se déroulait le 1er août de chaque année. Or, c’est précisément le 1er août que commençaient les cérémonies en l’honneur de Rome et d’Auguste au sanctuaire confédéral ! C’est cette conjonction qui a fait admettre par beaucoup que Lug était une divinité celtique (alors que ce nom n’est nulle part attesté) dont Lyon portait le nom. L’argument, en soi acrobatique et étonnant (les cérémonies religieuses du Confluent commandées par la fête d’un dieu celtique !), n’aurait quelque valeur que si la date du 1er août était dépourvue de signification dans le calendrier romain. Or, il en va tout autrement : c’est l’anniversaire de la prise d’Alexandrie par Octave en 30 avant J.-C. Le Sénat déclara ce jour férié et proposa même (Dion, LI, 19, 6) qu’il devienne le point de départ du calcul des années - proposition non retenue. C’est le 1er août qu’entraient en fonction les magistn vicorum de Rome chargés du culte des Lares et du Genius Augusti et, en province, les Augustales (C.I.L., X, 112). Le 1er août 2 avant J.-C. vit la dédicace du temple de Mars Ultor à Rome et les jeux en l’honneur du dieu. Donc, quoi d’étonnant à ce que les cérémonies de Condate (et non pas de Ludgunum, notons-le) aient été fixées ce jour là ?

70On voit la faiblesse de l’argumentation en faveur du « rocher de Lug » et en même temps le prestige de Lugdunum puisque, sur cette seule base, on a admis au sein du panthéon celtique et galloromain un dieu qui n’est attesté nulle part !

71Plus sérieuse, la proposition de J. Whatmough (1955) de rattacher la première partie du toponyme à la racine *luco-qui signifie marécage, zone humide. Nous n’y croyons cependant pas, car, même si la zone du Confluent offrait un paysage d’eaux stagnantes et de terrains instables, on saisit mal un nom du genre « le mont marécageux » ou « le mont des marécages ».

72En définitive, la seule étymologie convaincante est celle... de Sénèque. P. Flobert (1968) l’a étayée d’arguments linguistiques puissants. Lugdunum, c’est « Clermont », la montagne lumineuse, celle qu’éclaire le soleil levant, le mons lucidus mentionné au IXème siècle dans la Vie de Saint-Germain. Lug ou Loug-se rattache à la racine de la lumière *leug-/lug-(celle qui a donné lux). Hercule, dans l’Apocoloquintose décrivait parfaitement le paysage : deux fleuves dominés par un mont « que Phoebus à son lever voit toujours en face ».

73Notons pour finir que cette étymologie (pas plus qu’une autre d’ailleurs) n’implique en rien une occupation humaine du site avant la fondation coloniale. Un confluent, un mont sont des accidents naturels assez caractéristiques pour être nommés pour eux-mêmes.

Conclusion

74La relecture des textes conduit à deux sortes de conclusions.

L’histoire de la fondation

75La reconstitution que nous avons proposée (des colons déduits à Vienne sont chassés par les Allobroges, se réfugient au Confluent et y sont installés définitivement par Plancus en 43 avant J.-C., avec divers avantages dont le droit romain) exclut le choix délibéré du site de Lyon comme siège d’une colonie. Contrairement à ce qui a souvent été affirmé, Plancus n’a pas exécuté un projet médité de longue date par César : il s’est adapté à des circonstances imprévues.

76Voilà qui élimine les considérations sur les vertus stratégiques ou naturelles du site et qui conforte l’opinion émise par J.-F. Drinkwater (1975) : par rapport à la plupart des colonies connues, Lyon présentait un terrain très peu favorable qui exigea d’énormes travaux de soutènement et d’assainissement. Lorsque se manifestèrent des difficultés économiques, la nature prit sa revanche.

77Voilà aussi qui rend improbable une occupation humaine permanente avant 43 : les colons expulsés se sont établis chez les Ségusiaves à un endroit qui ne pouvait être que libre. Leur choix se comprend : il était hors de question, depuis Vienne, de « descendre » vers le Sud en traversant le territoire allobroge hostile. Vers le Nord, la Comata était proche et les Ségusiaves - comme le dit César - étaient le premier peuple qu’on rencontre après avoir quitté la Transalpine. Cet épisode, entre parenthèses, traduit le climat proche de l’insurrection qui, la mort de César connue, a régné chez les Allobroges ; il est vrai que, de tous les peuples de la future Narbonnaise, cette nation avait été la dernière à déposer les armes et que César, au début de la guerre des Gaules, s’interrogeait sur sa fidélité. Durant les événements de 44-43, on voit les différentes parties soucieuses de s’attacher leur alliance, ce qui explique le « recul » du pouvoir acceptant l’expulsion des colons comme un fait accompli sur lequel on ne reviendrait pas. Ainsi naissent des haines ataviques de cité à cité : Lyonnais et Viennois en offrent, pour la Gaule, la plus éclatante illustration.

La topographie de Lyon

78Les textes concordent parfaitement. Le site de Lyon se définit par le confluent du Rhône et de la Saône et, d’autre part, par l’existence d’un sommet (colline, montagne, mont, éminence : peu importe le terme précis) qui le domine à l’ouest. Les colons chassés de Vienne s’étaient établis dans l’espace entre les deux fleuves. La colonie de Plancus puis la ville de Lugdunum fut édifiée sur les pentes de la colline à proximité du confluent, tandis que le sanctuaire fédéral des Trois Gaules prit place au confluent lui-même.

79Les données textuelles fournissent-elles des pistes à la recherche archéologique ? Elles invitent à rechercher « dans l’intervalle entre le Rhône et la Saône, là où ils confluent » les traces de la première occupation, celles des colons expulsés de Vienne. Mais de quoi s’agissait-il ? Probablement d’un campement provisoire sans équipement en dur : les colons attendaient des secours qui les ré-installeraient à Vienne. On ne peut donc guère penser retrouver des habitats sinon quelques vestiges ténus. Le hasard comptera pour beaucoup, ce d’autant plus que le sanctuaire des Trois Gaules et ses monuments ont pu faire disparaître beaucoup de ces minces témoins.

80La seconde piste tient à la présence - de quelques jours au moins, de quelques semaines peutêtre - des deux gouverneurs, Lépide et Plancus, avec une partie importante de leurs troupes durant le printemps 43. Peut-être à court terme, les premiers travaux d’urbanisation furent-ils engagés par les légions de Plancus ?

81C. G.

Notes de fin

1 Claude était affligé de faiblesses physiques et sujet à des crises d’épilepsie.

2 Allusion, bien sûr, aux douze travaux d’Hercule.

3 Après avoir indiqué que Claude ne s’exprimait pas en grec, Sénèque met en scène Hercule lui parlant en cette langue. Mais il s’agit cette fois de grec littéraire, homérique, c’est-à-dire inintelligible sauf pour des lettrés. Le libelle de Sénèque était évidemment destiné aux cercles cultivés de Rome. Nous avons transposé en alexandrins les citations poétiques, empruntées à l’Odyssée.

4 Suétone, Vie de Claude, 41 : « Durant son adolescence, il entreprit d’écrire une histoire [...]. Une fois empereur, il écrivit beaucoup et régulièrement assura des lectures publiques. Son histoire commençait après le meurtre de César, puis il passa à des temps plus récents [...]. De sa première Histoire, il laissa deux volumes, de la suivante quarante et un ». L’ironie de Sénèque laisse entendre que les Histoires rédigées par Claude n’avaient guère rencontré de succès.

5 Vers tiré du récit d’Ulysse à Alcinoos : après la chute de Troie, il met à la voile et débarque chez les Cicones, sous les murs de la ville d’Ismaros, qu’il ravage -comme l’indique aussitôt Sénèque.

6 Allusion de Sénèque au rôle selon lui désastreux de Claude à l’égard de Rome. Cf. un passage antérieur du même texte (III, 3) : « il s’était promis de voir en toge tous les Grecs, Gaulois, Espagnols et Bretons »). On rapprochera ces textes de la Table Claudienne de Lyon. Il est intéressant de noter que les résistances de la classe sénatoriale à la politique d’« assimilation » de Claude décrites par Tacite (Annales, XI, 23-25) sont corroborées ici avec force.

7 La déesse Fièvre n’abandonne pas Claude : allusion à ses incessantes maladies.

8 Le texte est incertain : “concitoyen de Munatius” est une restitution hypothétique.

9 La notation “à 16 milles de Vienne” signifie clairement que celle-ci est conçue comme la limite du monde civilisé : c’est la dernière ville de la province de Narbonnaise. Au-delà ce sont les Gaulois ! Notre traduction “Gaulois pur et dur” est une approximation : Sénèque écrit “Gallus germanus”, i.e. un Gaulois véritable, mais il y a ambiguïté avec le mot “germain”. Voilà qui confirme la distinction nette, dans les milieux politiques de Rome, entre le Midi de la Gaule et le reste, plus d’un siècle après la conquête césarienne. Si ce n’est pas le sentiment propre de Sénèque (voir texte suivant) - mais on l’ignore -, il est néanmoins assez répandu pour être utilisé dans cette pochade.

10 Allusion, bien sûr, à la prise de Rome par les Gaulois vers 390 avant J.-C.

11 Ancien procurateur, sous Auguste, de la province de Lyonnaise, réputé pour sa gestion scandaleuse. Sénèque le cite dans deux lettres à Lucilius (XX, 119 et 120).

12 Le Xanthe est un fleuve proche de Troie-Ilion.

13 Hercule cite sans doute par antiphrase un proverbe du genre : “Les meilleurs rats ne peuvent ronger le fer”. Dans l’Olympe, au contraire, les rats rongeraient le fer - ce qui est destiné à effrayer Claude.

14 Les vers qui suivent rappellent que Sénèque a composé de nombreuses tragédies. Ils sont de qualité médiocre.

15 Allusion au travail d’Hercule concernant les bœufs de Géryon, roi de l’île d’Erythie, dans l’extrême Occident (près de la mer d’Hespérie : là où se couche le soleil). Hercule reçut l’ordre de s’emparer de ces troupeaux pour les ramener à Argos (la ville inachienne, car son premier roi avait été Inachos). Il s’y rendit en prenant passage sur la coupe du Soleil, tua Géryon (le roi au triple corps) et ses auxiliaires, puis ramena les troupeaux en traversant tout l’Occident, voyage qui fit l’objet de toutes sortes de récits légendaires et qui est notamment à la base d’une “voie héracléenne” suivant la côte orientale de l’Espagne et traversant le Midi de la Gaule. Le passage par Lyon est évidemment dû à l’imagination de Sénèque. Bien que celui-ci l’ait sûrement ignoré, rappelons que Hercule était le principal dieu de Tibur, patrie de Plancus, et qu’il est représenté sur la première monnaie de Lyon de 43 avant J.-C. (fig. 14 A).

16 Pour ceux qui voudraient connaître la suite : malheureusement la réponse de Claude est tronquée et on ne sait s’il évoquait Lyon. Pour le reste, son apothéose tournera court, il se retrouvera aux Enfers, chargé de travaux subalternes sous les ordres d’un affranchi.

Table des illustrations

Titre 12-Le mausolée de Plancus à Gaète (Italie)
Légende Fac-similé d’un croquis d’après nature d’A. Pochet
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1544/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre 13-Inscription funéraire de Plancus
Légende (placée au-dessus de la porte du mausolée)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1544/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Titre 14-Monnaies évoquant la fondation de Lyon
Légende A-Petit bronze trouvé à GergovieD/ : tête tourelée, corne d’abondance sur l’épaule droite ; légende : COPIA FELIX.R/ : Hercule domptant le taureau ; légende : MVNATIA (Blanchet 1936).B-Quinaire d’argentR/ : lion à droite flanqué de A et X [L] ; légende : DVNI ; à l’exergue : LVGV (Blanchet 1936).C-AureusR/ : génie ailé tourné à gauche avec arc et carquois sur l’épaule ; dans la main droite un caducée, dans la main gauche une corne d’abondance ; pied appuyé sur un globe ; à ses pieds, un aigle sur un cippe et derrière lui un bouclier ; légende : P. Claudius. M.F. IV. VIR. A.P.F.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1544/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 258k

© Alpara, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable