Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Viviers, cité épiscopale

 | 
Yves Esquieu

Chapitre VIII. La ville basse et ses maisons au Moyen Âge

Marie-Christine Grasse

Texte intégral

1Viviers, composée d’une ville haute (quartier canonial) et d’une ville basse (laïque), était entourée d’une enceinte, reconstruite en grande partie à partir de 1365. Les à-pics au nord et à l’est, le rempart ouvert par les seules portes de la Gâche (ouest) et de l’Abri (sud) assurent la défense de la cité canoniale, à laquelle se raccordent les remparts et les fossés de la ville laïque : il subsiste dans la partie ouest quelques vestiges de ce système défensif, notamment une tour carrée - dite de Flourès - et quatre portes - Riquet, Saint-Laurent, de la Cire et de la Trau-. Les deux quartiers communiquaient par la porte de la Gâche. Depuis la fin du XIVe siècle, la ville a conservé son plan longitudinal avec sa Grande Rue axiale subdivisée vers le nord, après une place triangulaire - place de la République - en deux branches formant un Y parmi un réseau plus flou de ruelles.

2La maison du petit artisan ou commerçant de la rue de la Chèvrerie s’oppose à celle du bourgeois de la Grande Rue (Fig. 74). La distinction sociale détermine la grandeur des parcelles, la localisation de la bâtisse en ville, et le nombre de pièces. Parfois les parcelles carrées ou rectangulaires sont jointives par deux côtés, voire trois. Toutes possèdent au moins une partie sur une voie publique. Les plus allongées - non pas forcément les plus larges - se trouvent dans la Grande Rue. Il arrive que les demeures aient été édifiées le long des grands axes sur des terrains occupés à l’origine par des cours ou des jardins (cf. la maison rue O’Farel). Si les petites parcelles de la rue de la Chèvrerie ont dû immédiatement être couvertes dans leur totalité par une maison, l’occupation d’un terrain plus long fut progressive.

Fig. 74. Plan de la ville

Fig. 74. Plan de la ville

d’après le cadastre de 1811, avec (en noir) indication des parcelles de la ville basse sur lesquelles ont été inventoriés des vestiges d’habitations médiévales, a : rue de la Chèvrerie. b : Grande-Rue

  • 1 Il s'agit de maisons présentant au moins un élément de type « roman » Nous avons appliqué la même d (...)
  • 2 J. REGNE, Histoire du Vivarais, II, Largentière, 1914, p.97.

3Dans tous les cas, la demeure romane ou gothique1 n’est initialement qu’un bloc qui tend à se dilater. L’augmentation de la population et une nouvelle conception de vie favorisent, à la fin du Moyen Âge, l’empiétement sur l’espace libre : des étages sont progressivement additionnés, la construction s’étend par la suite sur le jardin lorsqu’il existe, et conditionne la structure de la cour intérieure, et on construit sur des ruelles couvrant de ce fait des rues : il en est ainsi de la maison des Chevaliers avec un arceau gothique liant un bâtiment, contemporain de celui-ci, à un autre, roman. L’urbanisation supprime des passages, transforme des venelles en impasses... Les élargissements se font également par l’achat du logis mitoyen - le percement de quelques ouvertures suffit alors. A la fin, les demeures, de par les constructions déjà existantes, s’adaptent non seulement au site mais au réseau urbain, créant quelquefois des logis plus irréguliers. Cependant il ne semble pas que l’allure générale de la ville ait beaucoup bougé. Pour l’intérieur de la bâtisse, la structure diffère s’il s’agit d’un immeuble de location de plusieurs appartements ou d’un logement pour une seule unité familiale. Les faubourgs nord et sud, probablement du XIVe siècle, sont détruits au XVe - en même temps d’ailleurs que la première église paroissiale Saint-Laurent, qui sera rebâtie dans les murs - pour se protéger des routiers2.

La maison urbaine

  • 3 P.-A. FÉVRIER, Le développement urbain en Provence, de l'époque romaine à la fin du XIVe siècle, Pa (...)
  • 4 S. ROUX, « Eléments quantitatifs pour une histoire urbaine : la rue Saint-Victor à Paris, du milieu (...)

4Dans le Midi de la France, les maisons ne montrent souvent qu’une fenêtre sur rue3. A Paris, leur largeur varie de 6 à 7 mètres en moyenne4. Celles de Viviers, à la même période - au milieu du XIVe siècle - atteignent 10 à 12 mètres. Pourtant, le premier niveau n’est pas toujours occupé par de vastes commerces (Fig. 75, e). L’étendue du mur sur rue reflète une catégorie sociale et annonce la profondeur donc la superficie de la demeure. La largeur d’une maison de la Grande Rue, qui regroupe les habitants les plus riches, oscille de 7,50 à 10 mètres ; dans la rue de la Chèvrerie - rue de petits commerçants - elle varie de 4 à 5 mètres. Cette voie comprend donc des constructions bien plus étroites : seules deux portes, à même hauteur, en façade, occupent la totalité du rez-de-chaussée. Ailleurs - rue O’Farel, Grande Rue... - l’une des deux ouvertures est fréquemment en contrebas de l’autre. Dans les deux cas il s’agit d’accès à l’habitat et aux boutiques, écuries ou étables... ; la maison possède alors un escalier extérieur. Comme à Villeneuve-de-Berg et à Alba, ce dernier est composé d’une ou de plusieurs marches en pierre qui permettent d’accéder à la porte d’entrée. A partir du XIV e siècle, la porte d’accès au logis perce uniquement le premier niveau, elle n’est plus en hauteur, sauf exception. La même évolution se produit à Villeneuve-de-Berg ou à Cruas. L’accès restera au rez-de-chaussée, même si une cave l’occupe, reléguant presque toujours l’entrée à l’extrémité de la façade (Fig. 75, d) pour laisser libre au maximum cet étage.

Fig. 75. Elévations de façades dans la ville basse

Fig. 75. Elévations de façades dans la ville basse

A : maison de type roman. Β : façade précédente remaniée à la fin du Moyen Âge. C : maison de type gothique. D et Ε : maison de la fin des XV-XVIe siècles.

  • 5 AA 11, n° 42, registre de 48 folios sur papier, archives municipales folios non numérotés.

5Si les portes sont souvent remaniées, les fenêtres romanes jumelles et en plein cintre sont mieux conservées (Fig. 75, a). Celles du premier étage sont presque toujours au centre de la façade ; quand il existe un deuxième niveau, les ouvertures sont réparties de part et d’autre de celle du niveau inférieur. Cela permet d’envisager la présence de différentes pièces au deuxième étage alors qu’une seule, évidemment plus vaste, occupe le premier. Puis, les fenêtres à croisées et à traverses remplaceront ces premières ouvertures. Elles aussi seront au centre de la façade - par deux dans le cas de traverses, ou une de chaque, dans le cas de façades plus larges ; mais nous n’avons jamais rencontré deux croisées au même étage, sauf au logis oriental de la maison des Chevaliers. L’inventaire après décès de P. Mitraes, rédigé le 29 juin 13695, indique la, présence des deux pièces par niveau - une cuisine et un cellier au rez-de-chaussée, une pièce et une chambre au premier, deux chambres au second et une chambre sous les combles. Les façades étroites de la rue de la Chèvrerie n’annoncent qu’une pièce par étage. La majorité des bâtiments sont couverts par des toitures en bâtière ; peu de maisons ont pignon sur rue.

6Durant le bas Moyen Âge, la mouluration des ouvertures se complique de plus en plus. L’arc en plein cintre (Fig. 75, a) de la maison romane est ensuite remplacé par l’arc brisé (Fig. 75, c) ; puis les fenêtres à traverses ou à croisées ornées d’un chanfrein (Fig. 75, e) vont l’être ensuite par une mouluration prismatique (Fig. 75-d). Il semble que la complexité atteigne son summum au XVI e siècle. A partir de là, on observe un retour à la simplicité.

7Partie de la « maison bloc » initiale, l’habitation urbaine à Viviers s’est ramifiée ensuite sur un terrain qui ne comportait à l’origine aucune construction. L’agrandissement des maisons s’est fait par l’élévation d’un étage supérieur, par l’achat de la construction voisine ou par l’édification d’un second corps de bâtiment (cf. maison rue du Château, voir plus loin). L’espace exploité en hauteur l’est aussi en largeur. Ces divers travaux ont modifié les façades des bâtisses favorisant ainsi l’élaboration de formes diverses dont l’évolution a pu être établie. Si la composition des élévations est bouleversée au cours des aménagements successifs, une volonté d’organisation constante de la façade persiste. En effet, celle-ci a un rôle ostentatoire en informant du rang social de son propriétaire par sa largeur, son décor. Sa localisation dans la ville a le même rôle.

Etude de deux maisons

8L’intérêt d’étudier les maisons de la ville basse, au travers de leurs structures subsistantes - extérieures comme intérieures - de les dégager de leur gangue d’enduits successifs, pour lire sur les vieux murs leur évolution au cours des différentes époques, prend toute sa valeur dans le cadre d’une fouille archéologique. Cette dernière permet de préciser les structures supposées, d’après l’étude de l’élévation du bâtiment, et révèle un matériel céramique spécifique des demeures.

9Cette étude a pris un caractère d’urgence depuis 1984. Les propriétaires, dans le cadre de restaurations tendant à redonner à Viviers son allure d’autrefois (la ville a été déclarée secteur sauvegardé), ont décidé d’entreprendre des travaux de réaménagement à l’intérieur de leurs demeures. Grâce à leur compréhension, la Direction des Antiquités Historiques de la région Rhône-Alpes a envisagé une première fouille de sauvetage en 1984, puis une seconde en 1985. Elles se donnaient pour objectifs de compléter nos informations sur les maisons de deux parcelles de la ville basse, afin d’établir, sinon une datation précise, du moins une chronologie des différentes parties de la demeure et surtout de comprendre l’évolution de l’habitat urbain sur la parcelle.

10La première parcelle, 232, se trouve rue O’Farel, en face de la porte de la Gâche, une des entrées de la ville haute, intra-muros. La deuxième, 306, se situe plus au nord, à l’angle de la rue de la Roche et de la rue du Château (Fig. 1). Nous n’avons trouvé aucun document d’archive concernant ces bâtiments, mais les fouilles effectuées dans les cours ont permis de confirmer nos premières suppositions, faites lors de l’étude préliminaire.

La maison de la rue O’Farel

11L’édifice présente un plan (quadrilatère) très irrégulier qui s’explique par différentes périodes de construction. Les pièces A et Β (Fig. 77) ne seront pas prises en considération : A appartient en réalité à la parcelle voisine, 231, et Β est une construction récente.

12En regardant les parois du bâtiment et plus particulièrement la fenêtre à mouluration prismatique incluse dans la cloison qui sépare les pièces G et H (Fig. 76), il semble que l’aire H ne soit pas d’origine. Initialement nous avions certainement une construction en L composée des espaces G, I, J. Un « coup de sabre » dans le mur arrière de l’édifice suggère que la surface de G différait d’aujourd’hui. Mais jusqu’où se poursuivait G ?. Dans la cour, deux sondages ont été ouverts le long du mur mitoyen avec la parcelle 232, au nord, afin de dater la paroi est-ouest et de noter, ou non, sa continuité à l’arrière de la parcelle (séparation des pièces G et H). Afin d’avoir une stratigraphie de la cour la plus large possible, ces deux zones ont été espacées au maximum.

Fig. 76. Parcelle 232. Plan du1 er étage

Fig. 76. Parcelle 232. Plan du1 er étage

Fig. 77. Parcelle 232. Plan du rez-de-Chaussée

Fig. 77. Parcelle 232. Plan du rez-de-Chaussée

1. Le sol naturel

13Il consiste en une roche calcaire qui se situe entre les cotes-3,95 m et-6,95 m ; les cotes les plus basses ont été atteintes dans le sondage A (Fig. 78 et 79).

Fig. 78. Parcelle 232. Coupe transversale du sondage B

Fig. 78. Parcelle 232. Coupe transversale du sondage B

2. Une première structure médiévale

14Le plus ancien bâti repose directement sur le rocher (Fig. 77, période 1) et ne peut être antérieur au haut Moyen Âge. La structure en Τ du mur évoque deux espaces. Cette construction, vestige d’un habitat accroché sur le rocher, est composée de pierres et de mortier blanc. On se situe certainement à la jonction de deux pièces. L’espace le plus au sud comporte encore des restes de sol assez compact et composé d’un amalgame de mortier blanc, de cailloux et de tuiles. La partie nord n’a pas été dégagée.

15Seuls des morceaux de tegulae, un tesson de céramique pseudo-ionienne, certainement le reste d’une urne (IVe av. J.-C.) et un tesson de dérivée de sigillée paléochrétienne, vestige d’une coupe (Ve - VIe siècles) ont été trouvés.

16Durant le haut Moyen Âge (V e-VI e siècles), la parcelle n’est occupée que sur l’avant sud ; l’arrière du terrain restant abrupt. Aucune trace d’habitat n’a été découverte avant cette période.

3. Une deuxième structure médiévale : L’agrandissement du premier habitat

17La première demeure est encore utilisée pendant la suite du Moyen Âge. Puis l’on construit un mur au-delà, à l’ouest et au nord (0,75 m plus à l’ouest et 3,30 m plus au nord) sur un remblai contenant 8 tessons de DSP, 3 sigillées antiques d’Arrezo et du matériel médiéval à pâte grise ainsi que quelques tessons à pâte rouge vernissée plus tardifs (couche n° 6 du sondage B) en surface. Le sol n° 2 est refait. Cette nouvelle maison, plus large et plus profonde que l’ancienne (mais sur son emplacement) va être utilisée pendant une plus courte période : XIII e-début XIV e siècle. Du matériel médiéval a été recensé dans cette couche d’habitation (couche n° 5 du sondage B) (Fig. 77 et 79).

18Il est difficile de proposer le plan au sol de ce bâtiment : allait-il jusqu’à l’angle de la pièce F jouxtant la rue ? N’empiétait-il pas sur la parcelle 233, voisine au nord ?

Fig. 79. Parcelle 232. Coupe transversale du sondage A

Fig. 79. Parcelle 232. Coupe transversale du sondage A

4. La structure du bas Moyen Âge

19La structure de la demeure encore visible aujourd’hui, date de la fin du Moyen Âge (XIVe peut-être même XVe s.). La construction s’appuie sur la parcelle voisine 233 qui lui est donc antérieure (Fig. 77).

  • 6 J. PÉRON, A. ROBERT, « L'architecture civile médiévale à Montpellier : les voûtes », dans Cahiers L (...)

20F occupait le rez-de-chaussée, comprenant l’escalier d’accès au premier étage. Etait-il à l’emplacement actuel, ou relégué au nord de la pièce - laissant ainsi un grand espace libre - au lieu de morceler celle-ci en deux ? Ε et C se juxtaposaient à F. L’ouverture entre C (partie d’habitation) et D (jardin) se faisait par un grand arc. Une voûte d’ogives ornait certainement la première pièce. A Lyon ou à Montpellier le cas est fréquent6. La voûte couvrait aussi G, située juste au-dessus (Fig. 76). Au premier étage, le mur entre la façade (b) et le mur est de H, homogène sur toute sa longueur, sont liés. Initialement I et J ne formaient qu’une seule pièce IJ ouvrant sur G, petite et voûtée. La fouille permet de préciser que cette dernière n’a pas été agrandie (Fig. 77).

  • 7 Différentes fresques ont été trouvées dans cette maison. On distingue aussi dans la même pièce un é (...)

21Le deuxième étage n’existait pas. La représentation peinte d’un fronton dans la pièce I sise au-dessus de I, sur le mur sud - au ras du sol et non dans la partie supérieure de la paroi - prouve l’inexistence du sol à l’origine. C’était alors une seule grande et haute pièce : l’aula ( ?)7.

  • 8 P.-A. FÉVRIER, Le développement urbain... p.17
  • 9 S. ROUX, « La construction courante à Paris du milieu du XIVe siècle à la fin du XVe », dans La con (...)
  • 10 S. ROUX, « L'habitat urbain au Moyen Âge : le quartier de l'Université à Paris », dans Annales E.S. (...)

22L’espace derrière la construction, à l’arrière de la parcelle, avait une fonction de jardin. Contrairement à la période précédente dont les vestiges supposent une structure compacte, à cette époque plus avancée, la partie édifiée forme un L. La bâtisse possède une profondeur maximale, comme cela semble fréquent en Provence8. Tout comme à Paris9, la maison ouvre sur la rue, avec un jardin à l’arrière. Toutefois, contrairement au quartier de l’université, toujours à Paris10, ce n’est pas la partie la plus étroite qui donne sur la rue.

23Les résultats de la fouille montrent que cette demeure est tardive. De plus, l’ensemble EF, de la même période que C, peut dater du XVe siècle (Fig. 77) : en effet, nous avons trouvé sur le mur de la parcelle 231, s’appuyant sur le mur pignon du n° 232, un tesson de céramique commune languedocienne (Psalmodi), identique à ceux trouvés à Saint-Laurent-des-Gauzes (Gard), dans les couches stratigraphiques des XIVe-XVe siècles. Il s’agit d’une marmite à pâte réfractaire. Elle est décorée d’un bandeau de terre vertical, orné d’un motif à roulette à l’extérieur. A l’intérieur, elle est glaçurée à l’oxyde de cuivre.

24A la fin du XVe siècle, peut-être même au début du XVIe, la parcelle est rectangulaire et allongée en profondeur. La maison, à large façade, enserre un jardin. Elle a pignon sur rue et ne possède qu’un étage, même si sa hauteur en égale presque deux.

5. Les structures modernes

25Les parties D et H sont ensuite ajoutées à la structure déjà existante en L (G et IJ). La construction empiète, peu à peu, sur les surfaces libres, en élevant un second corps de bâtiment, ce qui est fréquent. C’est probablement à cette période que l’on construit le mur arrière de la demeure (Fig 77, période 4). H devient en surface supérieur à I. Ceci permet de proposer un déplacement de la pièce principale vers l’arrière de la maison.

26Si les fouilles urbaines se révèlent délicates, et parfois incomplètes du fait de la restriction de la surface à fouiller, elles semblent un élément indispensable à la recherche sur l’évolution de l’habitat en milieu urbain. Le sondage A nous a permis de démontrer l’absence de structure à l’arrière de la parcelle et nous a fourni un nombreux matériel. Le sondage B, lui, a permis d’envisager de nouvelles hypothèses. Il favorise, par la découverte de structures anciennes, la connaissance de l’évolution de la construction de la parcelle. Si les surfaces ouvertes nous ont donné une vision assez complète des structures à l’arrière de la parcelle qu’en est-il à l’avant ? Que devient le retour du mur en L ? Comment se poursuit la structure en Τ ?

La maison de la rue du Château

  • 11 Pour simplifier, nous appelons « maison avant » la maison sur rue, « maison arrière » la maison sur (...)

27Deux corps de bâtiments - la maison sur me ou « maison avant » et la « maison arrière »11 - séparés par une cour, occupent la parcelle 306.

28La façade de la « maison avant » est percée de fenêtres à croisillon et de fenêtres à traverse reliées par un larmier, tandis que la « maison arrière » est éclairée par des fenêtres à traverses ornées de cavets. Quel est le premier bâtiment construit sur cette parcelle ?

29La cour de la maison a été fouillée dans l’espoir de comprendre la chronologie de l’occupation du sol : « maison avant »-« maison arrière » ainsi que le lien entre cette parcelle et les voisines, ceci au cours des différentes périodes de constructions.

1. Un premier remblai

30Un sondage a été ouvert à l’avant de la parcelle (Fig.85), dans le passage voûté menant de la rue à la cour (Fig. 85, Β et D). Il a révélé, en couche n° 3, du matériel antique (notamment d’Arrezo, de la sigillée claire D, et d’atelier sud gaulois) et médiéval. Ce remblai a-t-il servi de fondation à un habitat ? Il n’en reste aucune structure.

2. Les structures médiévales

  • 12 S. ROUX La construction courante à Paris...

31Seule une partie de la façade et le mur gouttereau sud, organisés en L, subsistent d’un habitat de dimension et d’allure indéterminés (Fig. 80, période 2). S. ROUX12 signale, sans mentionner les raisons, que les maisons parisiennes du milieu du XIVe siècle sont pratiquement toutes reconstruites. La réédification des demeures vivaroises a pu avoir les mêmes mobiles ignorés.

Fig. 80. Parcelle 306-310. Plan du rez-de-chaussée

Fig. 80. Parcelle 306-310. Plan du rez-de-chaussée
  • 13 G. DÉMIANS D'ARCHIMBAUD, L. VALLAURI, J. THIRIOT, La céramique d'Avignon, les fouilles de l'hôtel d (...)
  • 14 J. REGNE, Histoire du Vivarais, p.200-201.

32Dans le mur gouttereau sud, lors des récents travaux, des maçons ont trouvé un tesson de céramique verte et brune semblable à celle découverte en Avignon, dans les niveaux stratigraphiques de la deuxième moitié du XIVe siècle13. Il s’agit d’une majolique archaïque à pâte calcaire : plat à marli, à fond plat et à large diamètre (0,31 m à la base), décorée à l’oxyde de cuivre et au brun de manganèse. Sur le fond, des motifs à spirales sont organisés en panneaux. La panse est décorée d’au moins une frise de chevrons emboîtés (Fig. 85). Cette datation apportée, nous pouvons faire allusion à l’histoire du Vivarais de J. Régné qui mentionne l’abandon et la mine de nombreuses maisons, ainsi que le brigandage14 Que s’est-il passé exactement pour cette bâtisse ? Comportait-elle plusieurs pièces ? Elle n’occupait certainement pas toute la parcelle 306 en profondeur, puisque les fouilles de la cour ne révèlent pas une occupation antérieure au XVIIe siècle. Le reste de la façade plus large à l’origine qu’actuellement vient s’appuyer sur les vestiges organisés en L.

33Nous avons, pour cette période (Fig. 80, période 3) :

  • une pièce incluse dans l’espace F, de dimension indéterminée,

  • un couloir B, sans lien intérieur avec F,

  • l’ouverture de ce couloir, sur la pièce A, se fait par un grand arc de 4,4 m de large.

  • 15 P. DESPORTES, Reims et les Reimois aux XIIe et XIVe siècles, thèse 1976, Paris, 1977, p. 676

34Le bâtiment construit en moellons grossiers de 0,10 m x 0,15 m était composé de deux pièces au rez-de-chaussée, de part et d’autre d’un couloir Β qui desservait, sans doute, une cour ou un jardin. Il s’agissait d’une « maison bloc » composée de deux étages probablement identiques. Le plan cadastral laisse envisager l’hypothèse d’une occupation partielle du terrain. La pièce A s’étendait plus en profondeur qu’aujourd’hui (environ 2 mètres). Le rocher occupait les espaces C, D, E. La fouille n’a révélé aucune structure. Le remblai de la cour, datant du XVIIIe siècle, le rocher est resté tel quel, jusqu’à cette époque tardive. Sa surface dépend de la profondeur de cette maison avant, édifiée sur une large parcelle allongée. La partie rocher paraît aussi importante que l’habitat, à moins qu’il n’y ait eu reconstruction complète. P. Desportes explique, pour Reims, qu’en contrepartie de la faible densité urbaine, les jardins, terrains non bâtis, sont encore très nombreux au XIVe siècle15.

3. Les structures modernes

  • 16 J. PÉRON, « Montpellier médiéval, urbanisme et architecture », dans Annales du Midi, juillet-septem (...)

35L’ensemble prend l’allure que nous lui connaissons aujourd’hui. La construction se poursuit, maintenant, au-delà du remplissage en (b) du passage B. Les caves (Fig. 80, période 4) prennent place. Le mur gouttereau sud reste uniforme jusqu’à la « maison arrière ». Cette dernière daterait donc de cette période. La pièce C ouvre sur la cour D par un grand arc. J. Peyron16 signale déjà ces larges ouvertures pour le XIIIe siècle, bien que différentes, à Montpellier. A Viviers, cette structure est nettement postérieure. L’accès à la pièce H sur la cave C, (Fig. 80) identique à celle d’aujourd’hui, rectangulaire et voûtée d’arêtes, reste énigmatique. Est-ce de cette période que date sa fonction de cuisine ? Ce bâtiment ressemble à l’annexe du corps principal sur rue. Il en est de même pour les caves Ε ouvrant sur la cour D pavée (Fig. 80).

  • 17 Voir sa description annexe : monnaie = Β 64

36Il semble que les couches 2 à 8 de la cave (Fig. 81) ne soient que des remblais servant de soubassement à une callade. Pour celle-ci, une mise à niveau du sol, par rapport au rocher nord-est, fut nécessaire car elle s’appuie sur lui. Les déchets animaux sont nombreux, ainsi que la céramique, notamment dans la couche 2. Une monnaie pontificale d’Urbain VIII (1623-1644)17, a été découverte dans la couche 3. Les éléments les plus récents datés de cette couche sont du milieu du XVIIe siècle. L’aménagement de la callade de la cave date aussi de cette période.

Fig. 81. Viviers : parcelle 306. Coupe transversale de la cour

Fig. 81. Viviers : parcelle 306. Coupe transversale de la cour

37Un dallage revêt la cour. Deux à trois couches de remblai, selon les endroits, sont nécessaires pour la mise à niveau du sol. La première couche (Fig.81, couche 3) n’est présente que par endroit. La terre est dure, sèche et compacte et contient de nombreuses pierres, le matériel médiéval, Xe-XIIIe siècles (pâte grise) et XIIIe-XVe siècles (pâte rouge), est fréquent, mais il subsiste de la céramique moderne.

  • 18 Voir sa description en annexe : monnaie = Β 61

38Une structure d’écoulement des latrines s’intègre à la couche. Elle est composée d’une rangée de tuiles, posées à même le sol, s’emboîtant les unes dans les autres, et recouvertes par une autre rangée mise dans l’autre sens, bordée de chaque côté par des pierres. Dans cette couche, nous avons trouvé essentiellement de la céramique médiévale mais aussi du matériel moderne. La couche supérieure (Fig. 81, couche 2) est datée par un double tournois en cuivre, du règne de Louis XIII18. La terre est noire, collante, avec de nombreux petits cailloux. La structure d’écoulement de la citerne se rattache à cette couche, tout comme l’implantation du pilier (Fig. 81) qui supporte la galerie (Fig. 80).

Étude de la céramique médiévale

39Le nombre élevé de couches de remblai interdisant un classement chronologique, il a semblé judicieux de reprendre le classement par groupe de pâtes effectué pour le matériel de la nécropole du cloître :

  1. Cuisson réductrice - pâte grise

  2. Cuisson oxydante - pâte blanche

  3. Cuisson oxydante - pâte rose calcaire

  4. Cuisson oxydante - pâte rose grossière

  5. Cuisson oxydante - pâte rouge

  6. Cuisson oxydante - pâte claire type Uzège afin de noter la présence d’une catégorie ou d’une forme liée à une fonction différente de la céramique ou à une autre période.

La céramique commune

40• Groupe I : pâte cuite en atmosphère réductrice. Des céramiques appartenant aux quatre groupes observés dans la nécropole (chap. VI p. 82) sont également présentes dans les couches liées à l’habitat. Cependant deux catégories supplémentaires ont pu être discernées :

41I.5 : pâte grise grossière

42I.6 : cette sélection se justifie d’avantage par une technique particulière de fabrication que par la coloration même de la pâte qui s’apparente au groupe I.1. En effet les récipients sont plus soignés voire plus formés, plus anguleux.

43Aucune des deux n’a été repérée dans le matériel de la nécropole du cloître.

  • 19 J. TARDIEU et E. FAURE-BOUCHARLAT, « Sauvetage archéologique place du Pilori à Vienne », dans Bulle (...)

44Comme pour la ville haute, le pégau représente la majorité des fragments d’objets répertoriés. Ceux, sans anse ni bec, sont les plus nombreux (Groupe I.1 Fig. 82, d). Cependant d’autres possèdent des anses qui s’attachent sous la lèvre (Groupe I.1, Fig. 82, c, Fig. 84, e). Trois d’entre eux, dont une forme archéologiquement complète, possèdent un bec ponté proéminent. Ils s’apparentent au groupe à pâte grise épurée I.4 malgré le cœur rouge de celle-ci. Il s’agit de pots (Fig. 82, a) décorés de trois rajouts de bandes verticales à décor digital. Un type identique a été découvert à Saint-Victor-les-Oules (Gard), daté du XIIIe siècle. Un autre a été mis au jour à Vienne dans un remblai probablement plus tardif d’un siècle19 Un bec tubulaire (Fig. 84, b) semble appartenir à un gros pégau très globulaire ; la qualité de la pâte le rapproche de la chope de la nécropole (Fig. 65 et 67-15).

45Ces pégaus sont presque toujours de dimensions supérieures à ceux trouvés dans les sépultures. Les rebords déversés dominent largement (Fig. 82, a, c, d). Cependant dix rebords aplatis de marmites ont été recensés ainsi que cinq en bandeau. Les rebords triangulaires sont fortement marqués (angles vifs) et sont accompagnés d’une anse attachée sous la lèvre qui respecte son profil. L’anse est souvent très cannelée (Fig 83-c), ses bords extérieurs sont relevés entre les cannelures et s’apparentent aux types (1.1, 1.2, 1.4 de la Fig. 67). Une marmite décorée de cannelures sur la panse (Groupe, I.3, Fig. 85, f) prouve la présence d’un autre type de matériel, qui est généralement largement représenté dans les couches liées à l’habitat. Dans la ville basse ce seul exemple découvert, était certainement pourvu d’un col et d’anses verticales. Aucune trace de feu n’est visible sur la partie retrouvée.

46Appartiennent encore au groupe des marmites deux séries de fragments de poteries qui n’existaient pas dans la ville haute - il s’agit de divers rebords aplatis et d’une anse à section carrée - différentes des autres (Groupe I.1. et I.3 essentiellement) par la qualité de la pâte qui est plus grossière. Enfin notons des tessons d’objets dont le profil est plus anguleux (Fig. 83, b), ou même décorés à la roulette (Fig. 83, b).

47A l’exception de ce dernier sous-groupe, les pégaus et les marmites offrent les mêmes caractéristiques technologiques que dans la ville haute. Quand ces poteries ont reçu un décor, celui-ci consiste en un traitement de la surface, réalisé à la roulette à la fin du tournage (Fig. 83, b) ou à un rajout de pâte (Fig.82, a).

Fig. 82. Céramiques trouvées dans la fouille de la parcelle 232

Fig. 82. Céramiques trouvées dans la fouille de la parcelle 232

Fig. 83. Céramiques trouvées dans la fouille de la parcelle 232

Fig. 83. Céramiques trouvées dans la fouille de la parcelle 232

48• Groupe II : pâte blanche, cuisson oxydante.

49Une grande partie de ces récipients se rangent dans la catégorie du pégau au rebord déversé (Fig. 84, g). Certains sont partiellement glaçurés à l’intérieur (Fig. 82, b) ou à l’extérieur tout comme le matériel des tombes. Les pégaus de ce sous-groupe ne présentent aucun élément de décor. Il faut aussi ajouter deux rebords de cruches (Fig. 84, k, n) non glaçurés. Peu de fragments composent ce groupe des pâtes blanches. Il est donc peu représentatif du matériel de la ville car il ne paraît pas majoritaire non plus pour celui de la nécropole.

50• Groupe III : pâte rose fine, de type calcaire.

51Comme pour la nécropole, les poteries qui se classent dans ce groupe sont caractérisées par une pâte cuite en atmosphère oxydante, de couleur rose ; elles semblent cependant plus cuites, plus sonores. Ceci peut s’expliquer par une période ou une fonction différente, mais aussi par l’emploi d’un autre four.

52Deux rebords de cruches s’apparentent à cette catégorie. Une glaçure plombifère qui comporte aussi des grains ferrugineux, revêt l’extérieur du premier pot (Fig. 82, d) Le deuxième comporte un rajout à la roulette (Fig. 84-, a). Le même type de vernis recouvre l’ensemble.

53• Groupe IV : pâte rose grossière.

54La céramique trouvée dans la ville basse est beaucoup plus représentative de ce groupe que du précédent.

55Plusieurs fonds de pégaus, toujours plats, ont été retrouvés (Fig. 83, h, i). Ces pots de texture grossière ne comportent pas systématiquement une glaçure.

56Contrairement à la ville haute, plusieurs rebords et fonds de cruches ont été mis au jour (Fig. 83, d, e, f). Le col est étroit et la lèvre légèrement déversée. Les fonds sont plats et bien dégagés (Fig. 85, i, j).

57• groupe V : pâte rouge.

  • 20 G. DÉMIANS D'ARCHIMBAUD, L. VALLAURI, J. THIRIOT, La céramique d'Avignon..., p. 122, fig. 11.

58De nombreuses jattes composent cet ensemble (Fig. 85, a, b, c, d). Quand une anse est présente (Fig. 85, a), celle-ci se rattache sous la lèvre tout en respectant son profil et elle est rubanée. Une de ces jattes en possédait peut-être deux (Fig. 83, k) ce qui rapprocherait alors la pièce d’un récipient trouvé en Avignon, à l’Hôtel de Brion, daté de la fin du XIVe siècle20 car les dimensions sont identiques.

59Notons enfin la présence de deux cruches : l’une, au col étroit et à la panse très globulaire qui possède une anse cannelée attachée sur le col juste sous la lèvre (Fig. 84, a), l’autre ne paraît pas être munie d’anse et son large diamètre la différencie de la gargoulette (Fig. 84, j).

60Les fonds quant à eux, sont plats (Fig. 85, g, h). D’une manière générale ce mode de cuisson est utilisé pour des récipients de grande dimension destinés à des fonctions diverses.

61• Groupe VI : pâte claire, type Uzège.

62On remarquera dans le groupe à pâte claire et glaçure plombifère brillante quelques cruches au rebord en bandeau et au col vertical important mais sans trace d’attache d’anse (Fig. 84, c), des fragments d’anses rubanées qui présentent des restes de glaçure partielle, ainsi que des rebords de plats triangulaires (Fig. 84, m).

63• Groupe VII : pâte claire glaçurée.

64Les vases de ce lot ont une pâte claire, beige, qui contient de nombreux grains blancs. Sa structure ainsi que sa dureté l’apparentent aux argiles de type réfractaire.

65Cette catégorie n’appartient pas au groupe I.1 car elle est toujours associée à une glaçure plombifère vert-jaune. Cependant elle ne peut être classée non plus dans le type d’Uzège (VI) même si elle s’en rapproche. Il nous a semblé prudent de créer un groupe à part, uniquement présent dans les couches de la ville basse, liées à l’habitat.

66De nombreux fragments de pégaus de tailles moyennes aux rebords déversés, des bords plats de cruches ont été répertoriés. Ce lot beaucoup plus important que celui du groupe des pâtes blanches renferme des formes voisines.

La céramique décorée

67Neuf tessons de céramiques vertes et brunes ont été découverts dans les fouilles de la ville basse. Il s’agit d’une pâte rouge calcaire, décorée au brun manganèse et à l’oxyde de cuivre (Fig. 83, g et 85, k, 1, n). Très peu de fragments ont été trouvés à Viviers, lors des fouilles antérieures de la ville haute (Fig. 45, a). Un tesson du type Uzège (ou de SaintQuentin-la-Poterie) à pâte réfractaire est lui aussi recouvert d’oxyde de cuivre et de brun de manganèse (Fig. 85, m). Un autre, de type majolique florentin, (Fig. 85, 0) possède une pâte claire très fine recouverte d’un vernis plombifère sur les deux faces et d’un décor extérieur au bleu de cobalt.

Fig. 84. Céramiques trouvées dans la fouille de la cour 306. Formes fermées

Fig. 84. Céramiques trouvées dans la fouille de la cour 306. Formes fermées

Fig. 85. Céramiques trouvées dans la fouille de la cour 306. Formes ouvertes et décorées

Fig. 85. Céramiques trouvées dans la fouille de la cour 306. Formes ouvertes et décorées

68La qualité de la pâte, mais surtout du décor et du revêtement, classe ce lot dans la vaisselle luxueuse de table, tranchant avec le reste du matériel moins soigné.

Résultats et interprétation

69L’observation des sept groupes de pâte discernés révèle que les pâtes claires glaçurées dominent largement avec les pâtes grises.

70Comme pour la nécropole, le pégau est la seule forme attestée en pâte grise. Cependant les volumes sont souvent, mais pas toujours, supérieurs à ceux trouvés dans les sépultures, où il semble bien que l’on utilise surtout la miniature, il en est de même pour les marmites surtout celles du groupe I.3. De plus le groupe I.4 des pâtes grises épurées semble réservé à de grosses formes globulaires.

71Retenons aussi que deux catégories supplémentaires ont été rajoutées dans le groupe des pâtes grises. L’une pour la qualité même de la pâte, l’autre pour la technique. Ni l’une ni l’autre n’étaient présentes dans la ville haute. La diversité et la qualité des formes reflètent peut-être l’importance du répertoire lié à l’habitat. Le groupe VII des pâtes claires glaçurées suggère la même hypothèse. Comme pour le matériel issu des sépultures, celui en pâte blanche lié à la demeure est peu nombreux. Notons enfin que le groupe V des céramiques à pâte rouge ne comporte que des grandes formes.

72En règle générale les récipients recensés appartiennent à des familles plus variées et différentes de la nécropole, ce qui ne saurait étonner. Ce matériel lié à l’habitation comprend autant de cruches (Fig. 83, b) que de pégaus (Fig. 84, f à h) ou de jattes (Fig. 85, b) mortiers (Fig. 85, c), plats (Fig. 85, a) aux rebords variés, légèrement déversés (Fig. 84, e, et 82, b), droits (Fig. 84, n), en bandeaux (Fig. 84, j), plats, triangulaires (Fig. 84, k à m). Le diamètre du col des vases oscille entre 2,5 cm et 14 cm, pour recevoir un couvercle (Fig. 85, e). Les anses sont souvent accrochées sur le col en respectant le dessin de la lèvre (Fig. 84, a). Les fonds sont en général épais et plats, souvent bien dessinés (Fig. 83, h, i et 85, g à j).

73A l’exception de quelques types des poteries archaïques, qui datent vraisemblablement du haut Moyen Âge (Fig. 84, i) ou du XII e siècle (Fig. 82, d et 85, f), l’ensemble du matériel paraît tardif, d’un point de vue technique et d’un point de vue morphologique (variété du lot considéré, formes, dimensions des ouvertures...).

74Cependant le matériel lié aux couches d’habitat n’est aucunement comparable à celui de la nécropole où les formes sont souvent plus petites, moins variées. Cela s’explique par la différence d’usage mais aussi par la différence d’atelier de production et peut-être même par un matériel dans l’ensemble plus tardif. Le lot des sépultures est daté au plus tard de la première moitié du XIVe siècle, le nôtre ne serait-il pas alors à rapprocher de la fin de ce siècle, voire même du suivant, surtout si l’on considère certaines formes très ouvertes (Fig. 83, h, i), probablement très tardives ?

Conclusion

75Le premier résultat des fouilles réalisées dans la ville basse de Viviers est d’avoir révélé l’évolution d’une demeure simple sur une parcelle de terrain. C’est-à-dire de prouver archéologiquement que l’infrastructure d’un bâtiment ne cesse d’évoluer même si les traces des murs vite masquées, sont difficilement discernables par la simple observation visuelle.

76Les maisons médiévales, malgré les différentes périodes de construction, et malgré la diversité des rangs sociaux de leurs propriétaires, ont un point commun : elles tendent à devenir « maison bloc », quitte à se ramifier par la suite. L’étude de la première demeure (230) tend à montrer que la bâtisse du XIVe siècle ne forme pas toujours une « maison bloc » mais que le plan peut aussi offrir une structure en L. L’avant de la parcelle, bâti en priorité, laisse souvent l’arrière peu soigné. Le rocher de la parcelle de la deuxième maison (306) n’est pas aménagé avant le XVIIe siècle. L’aménagement constant des espaces vides semble être la caractéristique de l’habitat urbain. Ce phénomène se remarque très bien sur les deux parcelles considérées. L’observation des bâtiments a montré que le nombre des pièces s’accroît ainsi que celui des étages. La stratigraphie, malgré les nombreux remblais, a été d’un grand secours, même si elle n’a pas apporté la fourchette restreinte de datation espérée.

77La fouille a eu aussi l’avantage de mettre au jour un nombreux matériel caractéristique de l’habitat. Son étude, parallèle à celle des céramiques de la nécropole, a montré que les récipients trouvés dans la ville basse sont en général plus gros que ceux des sépultures. Les fragments d’anses et de pots divers attestent des familles plus variées. Ceci s’explique aussi bien par les fonctions variées liées aux multiples emplois culinaires que par une production peut-être différente si l’on pense au cas des pâtes claires glaçurées, ou encore par une période d’utilisation sans doute plus tardive... Certains types de cuisson restent liés à une forme précise. Cette étude a aussi montré la diversité des approvisionnements en une ville où l’on rencontre des céramiques d’origine aussi bien septentrionale que méridionale. Malheureusement nous n’avons pu apporter aucune précision chronologique du fait des nombreux remblais qui regroupent pêle-mêle toutes les périodes.

Notes

1 Il s'agit de maisons présentant au moins un élément de type « roman » Nous avons appliqué la même définition pour le type « gothique ».

2 J. REGNE, Histoire du Vivarais, II, Largentière, 1914, p.97.

3 P.-A. FÉVRIER, Le développement urbain en Provence, de l'époque romaine à la fin du XIVe siècle, Paris, 1964, p. 170.

4 S. ROUX, « Eléments quantitatifs pour une histoire urbaine : la rue Saint-Victor à Paris, du milieu du XIVe siècle au milieu du XVe siècle », dans Economie et société au Moyen Âge, Mélanges Perroy, Paris, 1973, p.521.

5 AA 11, n° 42, registre de 48 folios sur papier, archives municipales folios non numérotés.

6 J. PÉRON, A. ROBERT, « L'architecture civile médiévale à Montpellier : les voûtes », dans Cahiers Ligures de Préhistoire et d'Archéologie, 19 (1970), p.83.

7 Différentes fresques ont été trouvées dans cette maison. On distingue aussi dans la même pièce un écu, sur fond orangé, détérioré lors de la mise en place du sol actuel, qui surplombe un décor (plus récent, sans doute de période renaissante) fragmenté en motifs géométriques : une rangée d'octogones et une rangée de losanges s'articulent sur les deux-tiers du mur ; ces derniers comprennent des éléments végétaux. L'ornementation se poursuit dans la partie supérieure de la surface. Une frise composée de cercles concentriques avec une fleur en leur centre, orne horizontalement la paroi. Ceci à l'exception du mur sud sur lequel elle forme un fronton. L'ensemble de ce décor date vraisemblablement du XIVe siècle. M.-C. GRASSE, « Nouvelles peintures murales découvertes à Viviers (Ardèche) », in Bulletin Monumental, 143 (1985), p.53-54.

8 P.-A. FÉVRIER, Le développement urbain... p.17

9 S. ROUX, « La construction courante à Paris du milieu du XIVe siècle à la fin du XVe », dans La construction au Moyen-Âge, actes du congrès de la société des historiens médiévistes de l'enseignement supérieur, Besançon, 1972.

10 S. ROUX, « L'habitat urbain au Moyen Âge : le quartier de l'Université à Paris », dans Annales E.S.C. n°5, 24e année, (sept-oct 1969), p. 1212.

11 Pour simplifier, nous appelons « maison avant » la maison sur rue, « maison arrière » la maison sur cour. Par commodité, nous considérons que la demeure est orientée nord-sud et est-ouest.

12 S. ROUX La construction courante à Paris...

13 G. DÉMIANS D'ARCHIMBAUD, L. VALLAURI, J. THIRIOT, La céramique d'Avignon, les fouilles de l'hôtel de Brion et leur matériel, Avignon, 1980, p.93, fig. 37/2.

14 J. REGNE, Histoire du Vivarais, p.200-201.

15 P. DESPORTES, Reims et les Reimois aux XIIe et XIVe siècles, thèse 1976, Paris, 1977, p. 676

16 J. PÉRON, « Montpellier médiéval, urbanisme et architecture », dans Annales du Midi, juillet-septembre 1979.

17 Voir sa description annexe : monnaie = Β 64

18 Voir sa description en annexe : monnaie = Β 61

19 J. TARDIEU et E. FAURE-BOUCHARLAT, « Sauvetage archéologique place du Pilori à Vienne », dans Bulletin de la société des amis de Vienne, n° 81,1986, p.47-60.

20 G. DÉMIANS D'ARCHIMBAUD, L. VALLAURI, J. THIRIOT, La céramique d'Avignon..., p. 122, fig. 11.

Table des illustrations

Titre Fig. 74. Plan de la ville
Légende d’après le cadastre de 1811, avec (en noir) indication des parcelles de la ville basse sur lesquelles ont été inventoriés des vestiges d’habitations médiévales, a : rue de la Chèvrerie. b : Grande-Rue
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1527/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Titre Fig. 75. Elévations de façades dans la ville basse
Légende A : maison de type roman. Β : façade précédente remaniée à la fin du Moyen Âge. C : maison de type gothique. D et Ε : maison de la fin des XV-XVIe siècles.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1527/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Fig. 76. Parcelle 232. Plan du1 er étage
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1527/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Fig. 77. Parcelle 232. Plan du rez-de-Chaussée
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1527/img-4.png
Fichier image/png, 925k
Titre Fig. 78. Parcelle 232. Coupe transversale du sondage B
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1527/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Fig. 79. Parcelle 232. Coupe transversale du sondage A
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1527/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Fig. 80. Parcelle 306-310. Plan du rez-de-chaussée
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1527/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Fig. 81. Viviers : parcelle 306. Coupe transversale de la cour
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1527/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Fig. 82. Céramiques trouvées dans la fouille de la parcelle 232
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1527/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Fig. 83. Céramiques trouvées dans la fouille de la parcelle 232
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1527/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Fig. 84. Céramiques trouvées dans la fouille de la cour 306. Formes fermées
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1527/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Fig. 85. Céramiques trouvées dans la fouille de la cour 306. Formes ouvertes et décorées
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1527/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 228k

© Alpara, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access