Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Viviers, cité épiscopale

 | 
Yves Esquieu

Chapitre I. Viviers dans l’Antiquité : l’apport de l’archéologie

Texte intégral

1La synthèse qui suit, opérée aussi bien à partir des découvertes anciennes de nos fouilles, fait apparaître quelques points saillants pour l’histoire antique du site. C’est peut-être le sud du terroir qui a été en priorité occupé au Néolithique puis à l’âge du Bronze. Autour du début de l’ère chrétienne Viviers semble n’avoir été qu’une agglomération très modeste dont le développement ne parait sensible qu’à partir du IIIe siècle. L’installation de l’évêque vers 475 est cause de l’essor tardif et relatif de la ville ; dès lors l’extension de la cité, la situation des sanctuaires et des nécropoles déterminent une topographie qui sera peu modifiée jusqu’aux temps modernes.

2Mais on mesure les lacunes de nos connaissances, notamment en ce qui concerne la ville basse (les fouilles opérées dans deux maisons médiévales n’ont pratiquement rien appris sur le site antique). Un programme de recherche reste à établir pour une connaissance plus solide des premiers temps de l’histoire de Viviers.

Viviers avant la domination romaine

3Notre connaissance du passé préromain de Viviers reste très vague. Seules quelques découvertes fortuites permettent d’entrevoir ce que fut le peuplement d’un site qui paraît assez privilégié : à l’entrée du défilé de Donzère, le terroir de Viviers est ponctué par une série de hauteurs qui ont pu constituer des sites de refuge ou des stations d’observation contrôlant la vallée. Les fouilles opérées sur la butte de Viviers proprement dite ont fait apparaître que le sol naturel était constitué par une couche de loess éolien très fin conservé sur une épaisseur de 10 à 60 cm recouvrant la roche calcaire. Ce même loess s’observe facilement sur les collines du voisinage.

4Mais la fouille n’a révélé, sur ce loess, aucune trace ancienne d’occupation : place de la Plaine et place de l’Ormeau aucune structure ni couche d’occupation ne semble remonter au-delà du IIIe siècle ap. J.-C., ce qui peut paraître étonnant lorsque l’on considère l’intérêt du site ; on peut certes avancer que les réaménagements monumentaux ont fait disparaître les traces antérieures et aussi relativiser ces remarques en notant que l’importance des structures médiévales et l’épaisseur des remblais qu’il était nécessaire de fouiller pour atteindre les couches les plus profondes ont limité considérablement les surfaces fouillées à ce niveau. Notons cependant que dans les remblais médiévaux figuraient quelques éclats de silex, deux perçoirs et un fragment de lame très usée par des eaux d’écoulement, éléments trop peu typiques pour être datés. Sur l’éperon de Châteauvieux aucune trace d’occupation antique n’a été mise en évidence : on peut estimer que cette partie du site rocheuse et irrégulière, la plus exposée au vent du nord si violent dans ce resserrement de la vallée rhodanienne, n’a pas facilité une installation humaine.

5En revanche la hauteur de Saint-Michel, située plus au sud, et les terrasses fluviales localisées à proximité ont livré des témoignages d’occupation ancienne. Cela ne tient sans doute pas qu’au hasard des découvertes : une zone mieux exposée et fertile à proximité d’un éperon refuge s’est révélée plus propice à une occupation précoce.

  • 1 R. CHAREYRE, « Préhistoire à Viviers : prospections », dans Patrimoine Vivarois, décembre 1983, p. (...)

6Au cours de l’hiver 1982-1983, une prospection de surface opérée par un habitant de Viviers, M. Roger Chareyre, dans le secteur sud de la commune, à la suite de profonds labours, a permis de mettre en évidence une station néolithique de plein air. « Le matériel recueilli, tant lithique que céramique, semble correspondre à une occupation du site au Néolithique moyen-final, pouvant s’étaler du chasséen (lames typiques) au chalcolithique (perle en plomb) (...) Désormais la cellule familiale se fixe sur des terres propices à l’épanouissement de ses nouvelles conquêtes : l’agriculture et l’élevage. Ainsi le site de Viviers est particulièrement fonctionnel : exposition plein sud sur une terrasse fluviale en bordure de la plaine fertile, avec en prime la proximité de terrains de chasse et d’un éperon refuge pour un repli éventuel ».1

7La fouille de la chapelle Saint-Victoret, située à mihauteur du rocher de Saint-Michel, et des ramassages de surface ont livré plusieurs tessons de céramique protohistorique, notamment des fragments d’une urne à épaulement et rebord déversé de l’âge du Bronze.

  • 2 L'identification et ces renseignements sont dus à A. Deroc.

8C’est aussi dans cette zone qu’a été trouvée en surface une monnaie au bouquetin en argent, probablement fourrée de bronze (ce que suggèrent les traces d’oxydation et le poids un peu faible : 1,83 g pour une moyenne de 2,20 g). Il s’agit d’une monnaie dite de la classe III : les premières (tête et bouquetin à droite) ont été émises vers 100 av. J.-C. ; celles de la classe II (type à gauche) ont été émises vers 85 ; celles de la classe III (type à droite), de facture assez barbare, l’ont été vers 80 av. J.-C. (Fig. 2). Ces monnaies sont attribuées aux Cavares, peuple qui occupait la rive gauche du Rhône, d’Avignon à Valence.2

9Nos fouilles ont quant à elles livré deux modestes témoignages d’échanges commerciaux antérieurs à la domination romaine : un fond de petite urne ( ?) en céramique « pseudo-ionienne » du VI e siècle av. J.-C., avec décor extérieur peint à l’ocre, trouvé dans la maison de la rue O’Farel ainsi qu’un tesson et un rebord de coupe de Campanienne A provenant, l’un de cette même fouille, l’autre de la place de l’Ormeau.

Fig. 2. Monnaie au bouquetin découverte sur la rocher de Saint-Michel

Fig. 2. Monnaie au bouquetin découverte sur la rocher de Saint-Michel

Viviers durant les premiers siècles de l’ère chrétienne

  • 3 J. ROUCHIER, Histoire du Vivarais, I,1862, p. 321.
  • 4 R. LAUXEROIS, Le Bas-Vivarais à l'époque romaine. Recherches sur la cité d'Alba, Paris, 1983, p. 97 (...)

10Qu’était exactement la place de Viviers dans la vie de la petite cité helvienne dont Alba était le cheflieu ? J. Rouchier a autrefois suggéré qu’il n’y avait là au départ qu’une simple agglomération de pêcheurs qui dut ensuite son développement à son rôle de débouché d’Alba, le chef-lieu regardant Viviers « comme son port et presque comme l’un de ses faubourgs »3 R. Lauxerois a plus récemment proposé de mettre les « utriculaires », dont une inscription découverte à Alba nous fait connaître l’existence, en relation avec la navigation sur le Rhône plutôt que sur l’Escoutay dont la navigabilité est plus que douteuse ; dans ce cas ce collège professionnel dont l’une des activités était de faciliter la flottaison des barques sur les rivières en leur adjoignant des outres, aurait pu être installé à Viviers et non à Alba.4

  • 5 A. OXE, H. COMFORT, Corpus Vasorum arretinorum, Bonn, 1968, n° 160-163, p. 67-70. Ateius et ses aff (...)

11Nos fouilles du « Château » ont livré, dans des couches de remblai, quelques lèvres et anses d’amphores vinaires du type Dressel I qui ont été en utilisation autour du début de l’ère chrétienne ainsi que quelques dizaines de tessons de céramique sigillée italique (Arezzo) ou de provenance gauloise (La Graufesenque) : fragments de plats, de bols, de patères... qu’il est possible de dater entre 10 av. J.-C. et 100 ap. J.-C. (voir annexe I). Mais on remarque que par rapport à la masse de céramique antique découverte sur le site, les tessons dont il est question ici sont bien peu nombreux. Ce matériel est, de plus, très fragmentaire ; les tessons montrant un décor moulé sont rares. On n’a trouvé qu’une seule estampille, sur le site de Château vieux, au nom de Cnaeius Ateius Euhodus, potier de tradition italique assez fréquemment attesté au milieu du 1 er siècle5 ; la forme de ce nom (ATEI EVHODI) n’est pas enregistrée par ailleurs (Fig. 3). Ces témoignages modestes conduisent à supposer une occupation encore légère du site.

Fig. 3. Estampille du potier Cnaeius Ateius Euhodus

Fig. 3. Estampille du potier Cnaeius Ateius Euhodus

12A partir du IIe et surtout du IIIe siècle, les témoignages archéologiques se font plus nombreux : tessons de sigillée claire A (rares) et surtout de claire Β et de luisante, monnaies impériales (as d’Hadrien, antoninianus de Salonina, bronze de Claude le Gothique, antoninianus de Probus : voir annexe IV).

13A proximité de la cathédrale, dans le comblement d’un caveau funéraire tardif, a été retrouvé, hors de son contexte monumental, un chapiteau de pilastre, en calcaire, orné, sur sa seule face antérieure, de deux acanthes et de la rosette médiane. Ce type de chapiteau peut remonter au II e siècle (Fig. 4).

Fig. 4. Chapiteau du IIe siècle découvert place de la Plaine

Fig. 4. Chapiteau du IIe siècle découvert place de la Plaine
  • 6 J. ROUCHIER, Histoire du Vivarais, p. 322, note 2.

14Jusqu’à nos fouilles, la seule construction antique connue de Viviers, en dehors du pont romain, était une villa découverte en 1785 au lieu de la Roudière, sur les bords de l’Escoutay, par Honoré Flaugergues, fils de l’astronome. J. Rouchier a autrefois rapporté cette découverte, en se référant aux écrits de Flaugergues6. Nous croyons utile de reproduire ici cette description : « En effondrant un champ, des ouvriers mirent au jour les fondements d’un édifice considérable, présentant une enfilade de trois grandes pièces. A l’intérieur, le soubassement des murs paraissait formé d’un placage en marbre, dont on retrouvait des morceaux assez grands parmi ces ruines. Le pavé de deux de ces pièces était une mosaïque grossière, composée de petits fragments de marbre poli et de morceaux de brique rouge. La première, encadrée dans une large bordure, figurant une branche de lierre ou de vigne qui serpente, se divisait en neuf compartiments égaux. Chacun des compartiments des angles représentait un buste d’homme aux traits assez mal dessinés, ayant une espèce d’écharpe ou de manteau blanc jeté sur les épaules, et sur la tête, une branche de lierre tressée en forme de couronne : devant chaque personnage était une large coupe. Les compartiments intermédiaires dessinaient des torsades et des entrelacs.

15Enfin, dans celui du milieu, une levrette blanche, courant, se détachait admirablement sur un fond rouge. La seconde mosaïque, outre la bordure en losanges entrelacés, blancs et noirs, présentait un personnage dessiné en pied, de grandeur naturelle, que nous prendrions volontiers pour un faune ; une sorte d’écharpe ou peplum lui descend de l’épaule gauche et vient se nouer sous le bras droit ; tout le reste du corps est nu ; d’une main il tient une espèce de panier, de l’autre le pédum ; sur la tête, il porte une épaisse couronne de feuillage de diverses couleurs.

Fig. 5. Mosaïque antique provenant d’une villa située au nord de Viviers

Fig. 5. Mosaïque antique provenant d’une villa située au nord de Viviers

Musée Crozatier, Le Puy-en-Velay

16M. Honoré Flaugergues, qui nous a fourni ces détails (Mém. ms), était parvenu à détacher presque en entier ce précieux fragment de mosaïque ; il fit enchasser, dans un cadre en plâtre, la partie qui représentait le buste. Du cabinet de ce savant, ce morceau est passé au Musée d’antiquité de la ville du Puy » (Fig. 5).

17L’étendue du centre urbain gallo-romain peut se déduire de l’emplacement des nécropoles de la basse Antiquité qui nous sont assez bien connues (voir la 3e partie de ce chapitre) : la ville médiévale (et moderne) a succédé à l’agglomération antique à peu près dans les mêmes limites. Cependant la découverte de sépultures à l’ouest de la Grande Rue semblerait indiquer, de ce côté, une extension un peu plus limitée. Viviers était donc un centre bien modeste, nettement moins étendu qu’Alba. Nous ignorons s’il a existé une enceinte (Fig. 1).

18La ville occupait aussi la hauteur, appelée depuis le Moyen Âge le « Château ». Nos fouilles ont permis de faire d’intéressantes observations sur le site antique.

19■ A l’extrême nord, sur l’éperon de Châteauvieux, nous n’avons retrouvé aucune structure antique (il est vrai que nous n’avons fouillé qu’une faible partie de ce quartier). Loin de ressembler au site actuel, totalement aplani, cet endroit laissait apparaître, à nu, une roche très irrégulière, peu propice à une implantation.

20■ Plus au sud, la maison qui fut, dès le Moyen Âge sans doute, celle d’un dignitaire du chapitre cathédral, le viguier, recouvre en partie une voie dallée antique (parcelle cadastrale n° 311). Il nous a été permis de suivre, en 1981 et 1982, les travaux de réfection entrepris par le nouveau propriétaire. A cette occasion on a pu voir que la partie de la maison ajoutée au XVe siècle du côté de la rue qui mène de Châteauvieux à la place de la Plaine repose sur le dallage d’une voie qui s’interrompt au nord, paraissant obliquer vers l’ouest, du côté moins abrupt par lequel on accédait sans doute à la ville haute, comme plus tard au Moyen Âge (Fig. 6).

Fig. 6. Structures antiques dans la maison de la viguerie

Fig. 6. Structures antiques dans la maison de la viguerie

En A et B, dallage d’une rue. En C, fondations d’un mur.

21Nous avons pu ôter l’une de ces dalles et observer son support ; sur une épaisseur de 0,50 m on trouve successivement :

  • un peu de terre fine avec de petits fragments de tuiles et quelques tessons de céramique grise et un de sigillée claire,

  • une couche de pierres,

  • un béton gris au milieu duquel figurait un tesson de sigillée claire,

  • une couche de pierres.

22Venait ensuite le sol naturel : loess et calcaire.

23A l’ouest de ce dallage et sous son niveau, sont apparus les éléments de fondation d’un mur nordsud, large de 0,60 m, lié à un sol de terre.

24■ Place de la Plaine, de part et d’autre des fondations du mur occidental du cloître médiéval, ont été dégagées en 1979 les dalles d’une autre voie, sans doute orientée nord-sud (Fig. 7). Elle était large d’au moins 5 m (largeur du sondage dans lequel elle a été mise en évidence). Les couches constituant la charge du dallage ne sont pas les mêmes que pour la portion de voie mentionnée plus haut ; sur une épaisseur de 0,55 m sont superposés, de haut en bas :

Fig. 7. Voie dallée située à l’ouest du cloître médiéval

Fig. 7. Voie dallée située à l’ouest du cloître médiéval
  • un lit de grosses pierres irrégulières mais plates avec, entre elles, du sable, quelques cailloux, des fragments de tuiles,

  • une couche de cailloux,

  • un béton de tuileau,

  • une dernière couche de cailloux reposant sur le loess naturel (Fig. 37).

25Ce support est plus soigneusement agencé que celui des rues dallées fouillées à Alba. Une monnaie de l’empereur Arcadius (395-408) trouvée sous le dallage indique sa constitution, ou du moins une réfection, tardive (voir annexe IV, monnaie A 65).

26■ Sur cette même place de la Plaine, à l’est du dallage dont il vient d’être question, la structure la plus ancienne que l’on a mise au jour se présente sous la forme d’un espace au moins partiellement dallé, entouré d’un portique longé par une rigole d’écoulement large de 0,34 m, soigneusement taillée dans de grandes dalles larges de 0,90 m environ. Le caniveau de la galerie nord a été reconnu, depuis son angle nord-est, sur une longueur de 24 m. De cette même galerie, on a dégagé trois colonnes en maçonnerie de pierres, couvertes d’un enduit jaune ; les colonnes étaient reliées par une mince murette pourvue du même enduit (Fig. 10). La galerie est large de 3,20 m à 3,70 m. Son sol a partout disparu. Son mur nord était orné d’un enduit peint dont on a retrouvé de larges fragments qui ne permettent guère d’évoquer que des panneaux unis de couleur rouge ou jaune.

Fig. 8. Place de la Plaine

Fig. 8. Place de la Plaine

Plan des structures les plus anciennes

Fig. 9. Place de la plaine

Fig. 9. Place de la plaine

Plan des structures de la basse Antiquité

10. Colonnes et murette du portique antique

10. Colonnes et murette du portique antique

A gauche, le rebord de la rigole d’écoulement.
En haut : angle nord-est du bâtiment paléochrétien.

27De la galerie orientale, large de 4,80 m environ, on a retrouvé le béton de pose d’un dallage en opus sextile (à carreaux de 0,28 m de côté) avec, au nord, une petite porte (plus tard condamnée) au seuil encadré de deux colonnes de briques, ouvrant sur une pièce où l’on a noté des restes de mosaïque (Fig. 11). Le mur sud de cette pièce (mur du péristyle) était peint et animé de demi-colonnes adossées : on en a dégagé une, construite selon la même technique que celles du péristyle. Au-delà du mur est du portique nous avons dégagé une partie de salle au sol de béton dans laquelle un mur d’orientation est-ouest est sans lien avec le mur occidental de la pièce.

Fig. 11. Edifice à portique : seuil d’une porte, ensuite condamnée, ouvrant sur la galerie est

Fig. 11. Edifice à portique : seuil d’une porte, ensuite condamnée, ouvrant sur la galerie est

28Quelle était la nature de cet ensemble monumental, le plus important que l’on ait mis au jour sur la butte vivaroise ? On ne peut exclure d’emblée le péristyle d’une riche maison privée. Cependant la monumen talité de l’ensemble et sa situation au sommet de la ville font plutôt penser à un édifice public : une aire précédant un temple ? Sa datation sera envisagée dans le chapitre de cet ouvrage consacré à la stratigraphie.

29■ Sur la place de l’Ormeau, au sud de la cathédrale, on a mis en évidence, au niveau le plus profond, les éléments d’une bâtisse antique directement implantée sur le sol naturel de loess. Il s’agit d’un mince refend, large de 0,30 m seulement, construit en moellons et séparant deux pièces au sol de tuileau, le sol de la pièce nord étant plus élevé d’une vingtaine de centimètres par rapport à celui de l’autre pièce. Nous ne pouvons rien dire sur l’affectation et la datation de cette bâtisse dont on n’a pu fouiller qu’une très faible partie.

Viviers siège épiscopal

  • 7 Sur les origines du Christianisme en Vivarais, voir la mise au point de R. LAUXEROIS, Le Bas-Vivara (...)

30La liste épiscopale fournie par le préambule de la Charta Vêtus, le vieux chartrier de la cathédrale de Viviers retranscrit par l’évêque Thomas vers 950951, apprend que cinq évêques siégèrent à Alba : Januarius, Septimius, Maspicianus, Melanus et Auxonius. C’est probablement vers la fin du IV e siècle ou au début du suivant que ce siège épiscopal fut institué7.

  • 8 Sur les circonstances de la découverte et l'iconographie de ces sarcophages, VOIR Y. ESQUIEU, « Sar (...)

31La découverte, en 1979, d’importants fragments de deux sarcophages paléochrétiens près de la cathédrale de Viviers donne la certitude que le Christianisme était présent parmi l’élite romanisée de l’Helvie dès le deuxième quart du IVe siècle, c’est-à-dire bien avant la fondation du siège : le plus ancien des deux sarcophages, montrant sur la petite face que nous possédons des scènes disposées sur deux registres, date en effet de cette époque (Fig. 12) ; le second, du type à strigiles, appartient plutôt à la fin du siècle8 Que la découverte ait été faite à Viviers porterait à suggérer que la christianisation a pu être plus précoce dans cette ville, port sur le Rhône, en contact plus étroit avec le milieu lyonnais, qu’à Alba ; cependant le transport tardif de ces sarcophages près de la cathédrale et les raisons qui l’ont dicté ne permettent pas d’être trop affirmatif sur leur origine.

Fig. 12. Fragments d’un sarcophage paléonchrétien découverts place de la Plaine

Fig. 12. Fragments d’un sarcophage paléonchrétien découverts place de la Plaine
  • 9 R. LAUXEROIS, Le Bas-Vivarais..., p. 226-234.

32Après les cinq premiers épiscopats, le siège fut transféré à Viviers, non pas, sans doute, en raison d’une destruction violente d’Alba qui demeure toutà-fait hypothétique, mais plutôt à cause d’une adaptation à de nouvelles conditions politiques et économiques, le site de Viviers s’étant révélé plus favorable que celui de l’ancien chef-lieu. R. Lauxerois, à la suite de Mgr Duchesne, propose de faire de Promotus le premier évêque de Viviers et de lui attribuer l’épitaphe de Saint-Thomé plutôt qu’à son successeur Lucianus. Promotus aurait siégé de 474475 à sa mort en 487, son successeur ayant vécu, selon la Charta Vêtus, au temps d’Alaric9

Les remaniements du nouveau site épiscopal

33A cette époque paraît correspondre pour Viviers une activité plus intense. Les fouilles ont livré assez largement des tessons de sigillée claire D (plats de type Hayes 87, fond d’assiette orné de rouelles) et de céramique estampée grise (assiettes à marli, bols, coupes carénées avec motifs de rouelles ou d’arceaux) ainsi qu’un nombre relativement important de tessons d’amphores datés du IVe au VIe siècle, voire du VIIe siècle ; beaucoup de ces tessons appartiennent à des amphores d’origine africaine et orientale - Palestine, Gaza, Egypte-, quelques-uns à des amphores espagnoles. Nous donnons en annexe la liste de ces céramiques tardives (annexes II et III).

34On constate qu’il y eut au même moment, sur la hauteur de Viviers, des remaniements monumentaux sans doute importants.

35Sur la place de la Plaine, une tranchée de fondation de l’édifice qui a succédé au monument à portique a livré une monnaie de l’empereur Jovien (411-413 ; voir annexe IV, n° A 604 ; Fig. 13). Le nouveau monument, aux murs de moellons, a occupé, semble-t-il, une grande partie de l’ancienne cour à portique décrite plus haut : seules les colonnes de l’angle nord-est du péristyle ont été conservées, délimitant un espace où l’on a creusé un bassin. De ce bâtiment on connaît le mur nord qui s’est superposé à la colonnade du portique arasée et ses deux retours vers le sud qui en font un édifice sensiblement plus court que le péristyle (Fig. 9).

Fig. 13. Monnaie de l’empereur Jovin

Fig. 13. Monnaie de l’empereur Jovin

36Le bassin, installé dans l’angle conservé de la colonnade, a coupé l’ancienne rigole d’écoulement orientale ; il est de plan rectangulaire, construit en une maçonnerie couverte d’un béton de tuileau. On en connaît sa largeur (1,75 m) et sa profondeur (0,60 m). On a dû creuser le rocher pour l’aménager.

37Certes, rien dans cet édifice, dont on a dégagé une trop faible partie ne permet d’affirmer qu’il s’agit de la première cathédrale de Viviers. Seuls son emplacement et la nature plus assurée de la construction qui lui a succédé le suggèrent. On peut tout au moins affirmer qu’il a été lié au premier ensemble cathédral.

38Sur la place de l’Ormeau, l’édifice le plus ancien a été relayé par un second dont on a mis au jour un seul mur, large de 0,60 m, de construction peu soignée, en matériau de dimensions diverses. Le remblai antérieur à cette bâtisse contenait une monnaie du milieu du III e siècle (imitation des monnayages de Tetricus ou Victorin ; voir annexe IV, n° A 622) et des tessons de sigillée claire D et d’estampée grise, les éléments datés les plus récents étant des plats de claire D, forme 87, que Hayes date de la seconde moitié du V e ou du début du VIe siècle.

  • 10 Acta Sanctorum, August, II, p. 108.

39La Charta Vetus donne comme troisième successeur à l’évêque Promotus, Venance dont on sait par ailleurs qu’il appartenait à la famille des rois burgondes, et qu’il participa en 517 au concile d’Epaone et en 535 à celui de Clermont ; il serait mort en 544. Les Acta Sancti Venantii, dont la rédaction tardive incite à ne pas accepter toutes les traditions qu’ils recueillent comme vérité historique, nous apprennent qu’il releva les murailles de la cité qui tombaient en ruine, orna la ville de superbes édifices, agrandit et restaura avec magnificence la cathédrale, « fit construire aussi l’église de Saint-Julien martyr » où l’on trouvait « au-dessous des colonnes de marbre qu’on y avait établies un pavement de pierre orné avec goût ». Le texte ajoute que Venance fonda aussi « un baptistère dans cette même église précédemment mentionnée, avec des pavements et des colonnes de marbre, avec un couronnement de sculpture par-dessus »10 ; l’église « précédemment mentionnée » est-elle Saint-Julien qu’un lieu-dit situe loin de Viviers, au nord de la rivière d’Escoutay, ou plutôt la cathédrale Saint-Vincent ? Rien des magnifiques constructions attribuées à Saint-Venance n’a été retrouvé : on aura du mal à mettre en rapport les édifices modestes du haut Moyen Âge dont il sera question dans le chapitre suivant et le magnifique ouvrage dont parlent les Acta.

  • 11 A. VASSY, «Note sur la trouvaille de monnaies d'or de Viviers», dans Rhodania, (1927), p. 120-128.

40A cette époque doit être rattaché le trésor monétaire mis au jour fortuitement en 1926 lors de la destruction de maisons médiévales au nord-est de la place de la Plaine : 1 000 pièces environ dont seulement 200 ont pu être étudiées. Il s’agit essentiellement de sous d’or imités des pièces impériales d’Orient (à l’effigie de Théodose II, Léon I er, Zénon, Anastase I er, Justin I er, Justinien). Il est impossible de savoir si ces contrefaçons sont visigothes, franques ou burgondes. Le trésor a dû être enfoui peu après le milieu du VIe siècle, le dernier empereur représenté étant Justinien (527-565). Il s’agit d’un véritable trésor (monnaies d’or uniquement et sans trace d’usure) enfoui, certainement par l’évêque, à l’occasion d’une invasion ou d’un siège11.

Les nécropoles du Bas Empire

41Toute une série de découvertes fortuites effectuées depuis le XVII e siècle permettent de bien cartographier les nécropoles vivaroises du Bas Empire et des premiers temps du Moyen Âge (Fig. 1).

42Il s’agit d’abord de cimetières implantés à la périphérie immédiate de l’agglomération antique, tout près de la ligne d’enceinte médiévale ou, parfois, recoupés par elle.

  • 12 J. DE BANNE, Mémoires des antiquités de l'église cathédrale de Viviers, Viviers, archives de l'évêc (...)
  • 13 J. CLUZEL, Mémoires servans à l'histoire de notre Eglise Cathédrale, Viviers, archives de l'évêché, (...)
  • 14 E. LE BLANT, Inscriptions chrétiennes de la Gaule antérieures au VIII e siècle, Paris, 1856-1865, I (...)

43Le plus important paraît avoir été situé au sud, au pied de la butte, là où fut élevé le sanctuaire de Notre-Dame-du-Rhône. Lorsque les religieuses dominicaines s’installèrent à cet endroit en 1624 et qu’elles y construisirent leur cloître, elles y découvrirent, aux dires du chanoine de Banne qui consigna ce fait dans ses mémoires, « plus de cent tombeaux faits aucun tout d’une pièce dans lesquels on trouve des petits pots ou toupins de terre ». Ces tombeaux n’étaient certainement pas tous antiques puisque « dans l’un de ces tombeaux on trouva une espée, on trouva aussy une partie d’une table de marbre escripte en lettre gothique »12 On peut se demander si les « pots de terre » ne sont pas les pégaus que l’on a observés en abondance dans les sépultures des XIIIe et XIVe siècles près de la cathédrale. Dans une partie plus méridionale de cette nécropole, bouleversée lors de l’établissement du jardin potager du nouvel évêché en 1737, on mit au jour, selon le chanoine Cluzel qui relata la découverte, « une épitaphe très ancienne (...) gravée sur une pierre tirée de la carrière de Cruas (...) La pierre (...) était bien scellée et très fortement cimentée sur le tombeau du prêtre Pascasius »13 Cette longue inscription (11 lignes) vante « le zèle à s’acquitter du ministère divin » défunt qui fut « le premier de ses frères par la charité, d’une humilité profonde, d’une bonté d’âme qui s’épuisait en pieuses largesses »14 ; Pascase mourut après l’épiscopat de Venance. Les découvertes de 1987 ont fait connaître, à proximité du palais épiscopal, une série de sépultures dont une porte le négatif d’une épitaphe qui pourrait justement être celle de Pascase ; il existait là, en liaison avec cette nécropole, une basilique paléochrétienne associée sans doute à d’autres bâtiments funéraires (le deuxième chapitre de cette publication est consacré aux résultats de cette fouille d’urgence).

  • 15 J. CLUZEL, Mémoires..., p. 68, 71. L'hôtel de Roqueplane, devenu mairie, est depuis 1987 l'évêché.

44La nécropole s’étendait aussi à l’ouest de NotreDame-du-Rhône puisqu’en construisant l’hôtel de Roqueplane on mit au jour « plusieurs autres tombeaux ou de pierre ou de brique » et qu’au début du XVIIIe siècle le curé « fit remuer et fouiller la terre où l’on découvrit plusieurs tombeaux de pierre ou de brique », de l’autre côté de la route de Bourg-SaintAndéol, au pied de la colline de la Johanade15.

  • 16 Y. ESQUIEU, R. LAUXEROIS, « La nécropole de Saint- Pierre à Alba (Ardèche) », dans Archéologie médi (...)
  • 17 J. CLUZEL, Mémoires servans..., p. 71-72.

45A l’ouest de la ville, on découvrit, en 1763, sur le site de l’hôtel de Tourville (Grande Rue), un grand nombre de tombeaux en pierre ou « en brique ». Comme dans les cas précédents, le terme « brique » désignait certainement des tegulae. Les cuves des sarcophages étaient en deux blocs. Une « urne de terre cuite » dont « le bas se terminait en une pointe comme la plupart de celles des Romains » était partagée en deux et contenait un crâne ; il s’agissait d’une amphore utilisée à des fins funéraires. L’astronome Flaugergues qui mena la fouille poursuivit ses recherches plus à l’ouest, vers la porte de la Cire, et trouva un tombeau sur lequel était enchâssée l’épitaphe du diacre Domnolus, mort dans la 12e année du règne d’Alaric (496 ou 497)16 Cluzel signala de son côté qu’un paysan « creusant la terre d’un petit jardin (...) près de la porte de la Cire joignant les remparts y découvrit 3 ou 4 tombeaux de pierre. On a trouvé dans plusieurs (!) de ces tombeaux de petits pots de brique avec différentes pièces des anciennes monnaies ». Cluzel ajoutait « qu’en voulant réparer les murs de la ville, les consuls provoquèrent la découverte de « plusieurs autres cercueils de pierre qui étaient au travers des remparts »17.

  • 18 C.I.L., n° 2701 ; E. LE BLANT, Inscriptions chrétiennes... II, n° 484 ; R. LAUXEROIS, Le Bas-Vivara (...)

46On ignore la provenance de l’épitaphe d’un jeune lecteur, Severus, mort à l’âge de 13 ans, trouvée aussi par Flaugergues. L’inscription serait de la fin du Ve siècle ou du début du suivant18.

  • 19 J. DE BANNE, Mémoires ms, Bibliothèque Nationale, acquisitions françaises, 887, F° 6.

47D’autres nécropoles sont signalées à plus grande distance de la ville. En plantant une olivette au pied de la tour Saint-Martin, c’est-à-dire vers le débouché du pont de l’Escoutay, un habitant de Viviers mit au jour en 1623 « quantité de tombeaux faits en pierre tout d’une pierre »19. Non loin de là, la chapelle romane de Saint-Ostian contient en remploi d’une plaque avec les éléments d’une chrisme entre l’alpha et l’oméga inscrits dans un cercle, qui a pu appartenir à un sarcophage.

48Au sud de Viviers cette fois, des travaux entraînèrent en 1985 la découverte fortuite de sépultures à proximité des vestiges de l’ancienne église Saint-Aule. Trois d’entre elles appartiennent à la période qui nous intéresse ici. L’une est construite en tegulae disposées en bâtière ; le fond et chacune des parois sont constitués de cinq tegulae, deux autres, plantées verticalement, formant les extrémités ; pas de tuiles rondes comme couvre-joints, ni sur le faîte ni sur les pans. La seconde tombe est un coffrage mixte de pierres et de tegulae, une paroi faite de pierres sur chant, l’autre de tuiles ; celles-ci étant plus hautes, le couvercle de tuiles est en pente. La troisième sépulture est un caisson en pierres plates sur chant, ces deux dernières tombes ne comportent pas de fond.

  • 20 J. ROUCHIER, Histoire du Vivarais, p. 357-360, 638.

49La chapelle Saint-Aule, à côté des vestiges de laquelle ces sépultures ont été découvertes, passe à juste titre pour être fort ancienne. Sa plus ancienne mention figure dans la Charta Vetus ou dotatio de l’église de Viviers, qui regroupe les mentions des donations effectuées au profit de la cathédrale de Viviers entre le Ve et le VIIIe siècle. Saint-Aule aurait été le 8e évêque depuis le transfert du siège. Selon la vita Β. Auli, rapportée par le chanoine de Banne, Aule se serait fait remarquer par son zèle en faveur de la libération des esclaves et du rachat des captifs. Son corps fut déposé dans son église située au sud de la ville et qu’on dédia plus tard en son honneur20.

  • 21 J. DE BANNE, Mémoires..., Viviers, archives de l'évêché, p. 46.

50Vers 1638, de Banne put décrire l’église qui était encore partiellement debout : « C’est un édifice fort ancien basti de quelques autres vieilles ruines, ce qui paroyt par certaines colonnes que l’on a emploié au bastiment au costé de l’Evangile au lieu qu’il y avoit un tombeau a ce que l’on juge par la structure il y a des colomnes partie de marbre ou d’albastre avec des chapiteaux, le tout mal ordonné. Ce tombeau estoyt garni de grandes tables de pierre tout autour »21.

  • 22 M. COLARDELLE, Sépultures et traditions funéraires du Ve au XIII e siècle ap. J.-C. dans les campag (...)

51L’église ainsi décrite paraît avoir été une basilique à trois nefs que séparaient des colonnes et des chapiteaux de remploi, ce qui expliquerait l’allure « mal ordonnée ». A quand remontent ce sanctuaire et les sépultures les plus anciennes mises au jour ? Aucun tesson de céramique n’a pu être observé lors de la découverte. Les coffres de tegulae en bâtière sont datés par S. Gagnière du Ve au VIIe siècle mais peuvent éventuellement remonter plus haut. Les tombes à coffres mixtes (dalles et tegulae) sont probablement plus récentes (VIIe-VIIIe, voire IXe siècle ?). Selon M. Colardelle, les autres fouilles qui ont livré des coffres mixtes analogues dans le Dauphiné et la vallée du Rhône n’ont permis aucune datation précise en raison du manque de mobilier22.

  • 23 Analyse effectuée par le Centre de Recherches Géodynamiques, Thonon-les-Bains.

52Toujours au sud de la ville, sur un replat à mihauteur du rocher de Saint-Michel, en bordure du Rhône, une fouille menée sur le site de la chapelle médiévale de Saint-Victoret a montré que, dans la nef, quelques sépultures s’étaient regroupées autour d’un sarcophage contenant sans doute un corps saint. Le sarcophage est une cuve monolithe en calcaire, avec rétrécissement au pied ; le couvercle est fait de deux dalles (Fig. 14). Le squelette d’âge adulte a été daté au C 14 d’entre 400 et 61023. Aucun tesson n’a été trouvé à proximité et on n’a pu confirmer cette datation.

Fig. 14. Chapelle de Saint-Victoret

Fig. 14. Chapelle de Saint-Victoret

Sarcophage et angle sud-ouest de la nef

53Si la sépulture a bien cette ancienneté, on daterait du même coup la chapelle elle-même dont l’implantation est visiblement liée à la présence de ce corps vénéré. Il s’agit d’un édifice à nef unique de deux travées, long de 8,30 m et large de 3,30 m (Fig. 16) ; l’abside semi-circulaire est de même largeur que la nef.

54Parmi les tombes peu nombreuses qui se sont regroupées en cet endroit isolé, certaines peuvent être d’époque ancienne. Une réduction de squelette d’enfant a été placée contre le sarcophage, sous des fragments de tegulae formant un couvercle en demibâtière (tombe 2) (Fig. 15); une autre tombe d’enfant, sans entourage, lui a été superposée (tombe 1) ; dans les deux cas des fragments de verre fin provenant de flacons accompagnaient la sépulture. Trois autres tombes ont été pratiquées, au moins en partie, sous des tuiles plates : la n° 5 abritant un squelette d’enfant, devait être en bâtière ; la n° 6 comportait un couvercle de trois tegulae à peu près horizontales se recouvrant partiellement ; ses petites dimensions font aussi penser à une inhumation d’enfant (sa destruction avant que nous ayons pu la fouiller interdit de le confirmer). La tombe 10 a été creusée dans le rocher au pied du mur sud de la chapelle ; une tegula horizontale couvrait la tête, des fragments de tuiles retrouvés à côté montrent que la fermeture se poursuivait de cette façon. La tombe 10 est la seule de cette série à avoir contenu une sépulture d’adulte. Ce regroupement d’inhumations d’enfants, presque toutes sous tuiles, autour d’un sarcophage est intéressant à observer. Il est impossible de dater précisément ce minuscule cimetière.

Fig. 15. Chapelle Saint-Victoret

Fig. 15. Chapelle Saint-Victoret

Tombe 2 contre le sarcophage

Fig. 16. Plan de la chapelle Saint-Victoret

Fig. 16. Plan de la chapelle Saint-Victoret

Notes

1 R. CHAREYRE, « Préhistoire à Viviers : prospections », dans Patrimoine Vivarois, décembre 1983, p. 9-10.

2 L'identification et ces renseignements sont dus à A. Deroc.

3 J. ROUCHIER, Histoire du Vivarais, I,1862, p. 321.

4 R. LAUXEROIS, Le Bas-Vivarais à l'époque romaine. Recherches sur la cité d'Alba, Paris, 1983, p. 97-98.

5 A. OXE, H. COMFORT, Corpus Vasorum arretinorum, Bonn, 1968, n° 160-163, p. 67-70. Ateius et ses affranchis Euhodus, Mahes, Xanthus, Zoilus, installèrent des filiales à Pise, Lyon et sans doute aussi à la Graufesenque dès l'époque augustéenne, ce qui explique que leurs produits sont moins fréquents en Italie même qu'au-delà des Alpes. L'atelier d'Ateius a vraisemblablement poursuivi son activité un peu après le milieu du 1 er siècle ap. J.-C. (note de R. Guéry).

6 J. ROUCHIER, Histoire du Vivarais, p. 322, note 2.

7 Sur les origines du Christianisme en Vivarais, voir la mise au point de R. LAUXEROIS, Le Bas-Vivarais..., p. 205-226.

8 Sur les circonstances de la découverte et l'iconographie de ces sarcophages, VOIR Y. ESQUIEU, « Sarcophages paléochétiens découverts à Viviers (Ardèche) » dans Cahiers archéologiques, 32 (1984), p. 5-13.

9 R. LAUXEROIS, Le Bas-Vivarais..., p. 226-234.

10 Acta Sanctorum, August, II, p. 108.

11 A. VASSY, «Note sur la trouvaille de monnaies d'or de Viviers», dans Rhodania, (1927), p. 120-128.

12 J. DE BANNE, Mémoires des antiquités de l'église cathédrale de Viviers, Viviers, archives de l'évêché, p. 74.

13 J. CLUZEL, Mémoires servans à l'histoire de notre Eglise Cathédrale, Viviers, archives de l'évêché, p. 6870.

14 E. LE BLANT, Inscriptions chrétiennes de la Gaule antérieures au VIII e siècle, Paris, 1856-1865, II, n° 483. L'inscription est remployée dans l'ancienne maison de l'astronome Flaugergues, place de la République.

15 J. CLUZEL, Mémoires..., p. 68, 71. L'hôtel de Roqueplane, devenu mairie, est depuis 1987 l'évêché.

16 Y. ESQUIEU, R. LAUXEROIS, « La nécropole de Saint- Pierre à Alba (Ardèche) », dans Archéologie médiévale, 5 (1975), p. 34-35 ; C.I.L., XII, n° 2700 ; E. LE BLANT, Inscriptions chrétiennes.... II, n° 482 ; R. LAUXEROIS, Le Bas-Vivarais... p. 291, n° 97. L'inscription se trouve dans la maison Flaugergues.

17 J. CLUZEL, Mémoires servans..., p. 71-72.

18 C.I.L., n° 2701 ; E. LE BLANT, Inscriptions chrétiennes... II, n° 484 ; R. LAUXEROIS, Le Bas-Vivarais..., p. 291292, n° 98.

19 J. DE BANNE, Mémoires ms, Bibliothèque Nationale, acquisitions françaises, 887, F° 6.

20 J. ROUCHIER, Histoire du Vivarais, p. 357-360, 638.

21 J. DE BANNE, Mémoires..., Viviers, archives de l'évêché, p. 46.

22 M. COLARDELLE, Sépultures et traditions funéraires du Ve au XIII e siècle ap. J.-C. dans les campagnes des Alpes françaises du nord, Grenoble, 1983, p. 350-352.

23 Analyse effectuée par le Centre de Recherches Géodynamiques, Thonon-les-Bains.

Table des illustrations

Titre Fig. 2. Monnaie au bouquetin découverte sur la rocher de Saint-Michel
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1515/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Fig. 3. Estampille du potier Cnaeius Ateius Euhodus
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1515/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Fig. 4. Chapiteau du IIe siècle découvert place de la Plaine
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1515/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Fig. 5. Mosaïque antique provenant d’une villa située au nord de Viviers
Crédits Musée Crozatier, Le Puy-en-Velay
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1515/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 880k
Titre Fig. 6. Structures antiques dans la maison de la viguerie
Légende En A et B, dallage d’une rue. En C, fondations d’un mur.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1515/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 7. Voie dallée située à l’ouest du cloître médiéval
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1515/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre Fig. 9. Place de la plaine
Légende Plan des structures de la basse Antiquité
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1515/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre 10. Colonnes et murette du portique antique
Légende A gauche, le rebord de la rigole d’écoulement.En haut : angle nord-est du bâtiment paléochrétien.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1515/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre Fig. 11. Edifice à portique : seuil d’une porte, ensuite condamnée, ouvrant sur la galerie est
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1515/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Fig. 12. Fragments d’un sarcophage paléonchrétien découverts place de la Plaine
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1515/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Titre Fig. 13. Monnaie de l’empereur Jovin
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1515/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Fig. 14. Chapelle de Saint-Victoret
Légende Sarcophage et angle sud-ouest de la nef
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1515/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Titre Fig. 15. Chapelle Saint-Victoret
Légende Tombe 2 contre le sarcophage
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1515/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Fig. 16. Plan de la chapelle Saint-Victoret
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1515/img-14.png
Fichier image/png, 1,3M

© Alpara, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access