Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dynamique du paysage

 | 
Jean-Paul Bravard
, 
Michel Prestreau

Géoarchéologie des vallées et cours d'eau

Milieu et sociétés dans la vallée des Baux

Philippe Leveau

Texte intégral

1Les travaux de géoarchéologie dans la vallée des Baux ont leur origine dans une collaboration nouée en 1986 à Aix-en-Provence entre archéologues travaillant sur la période historique et environnementalistes. Elle avait débuté dans le cadre de l'Action Thématique Programmée, « Histoire de l'environnement et des Phénomènes Naturels » : deux contrats ont ainsi été successivement obtenus dans la région de l'Εtang-de-Berre. Des programmes de Prospections/Inventaire ont été conduits en collaboration avec le Service Régional de l'Archéologie de PACA (Leveau 1993a). Ces programmes ont toujours été conçus en relation avec une réflexion sur l'archéologie de sauvetage. De ce fait notre équipe est intervenue dans la vallée des Baux, à partir de 1989, à l'occasion d'une opération d'archéologie de sauvetage occasionnée par la construction d'un golf à Mouriès. Cette collaboration s'est poursuivie dans le cadre d'une fouille programmée au vallon des Arcs à Fontvieille puis aux pieds des Moulins de Barbegal. Très logiquement ces deux expériences ont débouché sur un programme de recherche sur l'Holocène englobant tout le bassin versant. La vallée des Baux présentait l'avantage d'offrir un schéma de fonctionnement bien renseigné ; ses caractéristiques de dépression fermée laissait espérer l'existence de séquences lisibles couvrant l'Holocène ; des faits culturels et des événements majeurs du point de vue historique permettaient d'établir une relation précise entre la « pression anthropique » et la constitution des dépôts. Enfin, dans la mesure où la dépression fermée est une unité paysagère caractéristique du milieu méditerranéen, il était possible de donner à cette recherche une dimension plus large, pour y réaliser la combinaison des approches archéologique et environnementaliste.

La vallée des Baux, le cadre naturel et l'histoire récente

Le milieu

2Proche d'Arles, la vallée des Baux est une micro-région de la Provence rhodanienne qui appartient à la série des dépressions fermées qu'a étudiée Paul Ambert (Ambert 1992) (fig. 1, 2). Par ailleurs cette cuvette et son bassin d'alimentation juxtaposent trois unités paysagères caractéristiques du milieu méditerranéen. Au nord, en position dominante, les Alpilles, petit massif calcaire, constituent un château d'eau dont les ressources ont été largement exploitées dans l'Antiquité. Les collines en roches tendres du versant sud. les sols et les formations pléistocènes hérités nourrissent des apports sédimentaires qui aboutissent dans la dépression. Au sud, s'étend le plateau de Crau formé par des épandages pléistocènes d'une paléo-Durance. Les cailloutis perméables qui le constituent sont à l'origine d'un paysage désertique et d'un mode de mise en valeur longtemps essentiellement pastoral. Au centre, la vallée des Baux, elle-même, communique mal avec la vallée du Rhône et la zone deltaïque située immédiatement à l'aval ; elle en est séparée par un étroit goulet. Définie par la topographie comme une forme en creux, située très approximativement en dessous de la courbe de niveau des 20 m, l'érosion quaternaire y a déblayé une série de rides et de multiples cuvettes ; l'alluvionnement les a partiellement comblés et les parties les plus basses se situent encore entre 1 et 3 m au dessus du 0 NGF. En l'absence de réseau hydrographique organisé, on observe une multitude d'écoulements plus ou moins diffus.

1- Localisation de la zone d'étude

1- Localisation de la zone d'étude

2- Les cuvettes endoréiques du pourtour du Golfe du Lion (d'après Ambert 1992)

2- Les cuvettes endoréiques du pourtour du Golfe du Lion (d'après Ambert 1992)

La cuvette des Baux se trouve au nord d'Arles

Le problème hydrologique dans la vallée des Baux

3La vallée des Baux est actuellement couverte de cultures, mais une nappe d'eau en occuperait le fond si les eaux n'étaient pas évacuées par pompage dans un canal qui rejoint la mer après un parcours parallèle au Rhône. L'aménagement actuel des marais des Baux en « polder » est considéré comme une application heureuse en zone méditerranéenne d'un mode de mise en valeur plus largement développé dans les régions septentrionales (fig. 3). Actuellement avec des précipitations se situant aux environ de 500 à 600 mm par an et une évaporation qui atteint le double (1 200 mm par an), le bilan hydrique est négatif. La tendance naturelle serait donc l'assèchement du bassin. La présence d'une nappe d'eau affleurante est due à sa position en contrebas des eaux de ruissellement du massif des Alpilles et à l'apport de la nappe de Crau (que grossissent les apports du canal de Craponne) et aux difficultés du drainage naturel vers le Rhône.

3- Le Marais des Baux

3- Le Marais des Baux

Situé entre la plaine de Crau au sud et le chaînon des Alpilles au nord, le Marais des Baux occupe une zone déprimée dont les points les plus bas se situent à peine au-dessus du 0 NGF. Tout au nord, les Alpilles dominent la plaine de la Durance. Les deux zones marécageuses de Maillane et de Saint-Andiol sont séparées par la Petite-Crau

4Les aménagements jouent un rôle important : l'été, l'inondation est entretenue artificiellement par les irrigations : depuis le XVIe s., le canal de Craponne et, depuis la fin du XVIIIe s., celui de Boisgelin conduisent de la Durance vers Arles des eaux d'irrigation chargées de sédiments ; elles irriguent le piémont sud des Alpilles et la Crau et sont en partie récupérées dans le fond de la vallée. Ces canaux ont complètement modifié un hydrosystème dont les prolongements doivent être cherchés, au-delà de la Crau, jusque dans le bassin de la Durance. Déjà, à l'époque romaine, des aqueducs réalisaient des transferts d'eau dont l'importance n'était pas négligeable (Vaudour 1991). Les principales sources du versant sud et des venues d'eau artésiennes (Mas de la Dame) étaient captées par les hydrauliciens romains.

Occupation du sol et carte archéologique

5Le choix de cette micro-région pour une recherche pluridisciplinaire s'explique par la richesse de son patrimoine archéologique et historique. Une série de sites importants y constituent autant de « marqueurs » pour l'étude des différentes phases de son histoire : ce sont les monuments funéraires dits « hypogées » de Fontvieille dont le plus récent est daté du Chalcolithique, les moulins romains de Barbegal et le château des Baux. Mais les recherches bibliographiques et les premières vérifications de terrain en cours ont montré qu'à côté de ces sites majeurs existaient une série de sites qui, en plus grand nombre que l'on pouvait espérer, jalonnaient l'histoire de l'occupation de la vallée des Baux durant l'Holocène. Une enquête a permis à M. Gazenbeek de proposer une carte archéologique qui, déposée au Service régional de l'Archéologie de PACA, a servi au fichier DRACAR (Gazenbeek 1995).

6L'ensemble des monuments funéraires de la fin du Néolithique et du Chalcolithique que l'on regroupe sous la dénomination impropre mais consacrée d'hypogées de Fontvieille comprend en réalité des monuments mixtes constitués de longues tranchées couvertes d'énormes dalles. Au sein d'un mégalithisme provençal qui appartient à la même « province » que celui du Languedoc, ils se distinguent par leur taille : la centaine de sépultures connues ailleurs sont pour la grande majorité de petites dimensions. Distincts des deux autres types de dolmens qu'a définis G. Sauzade (Sauzade 1990), — les dolmens de type alpin et les dolmens à couloir de Provence orientale —, ils se caractérisent par une longue chambre funéraire, à parois latérales en pierre sèche, de forme trapézoïdale, aménagée dans une fosse creusée préalablement. A l'intérieur de cette série, les hypogées du Castellet sont remarquables par leur gigantisme : creusé dans la molasse, celui de la grotte des Fées (dite aussi Épée de Roland) est un ensemble complexe dont la longueur atteint 44 m. Pour expliquer cet ensemble, on a invoqué des facteurs écologiques : la présence de petites éminences rocheuses, la nature et la qualité de la roche (molasse). Depuis le siècle dernier, on les imaginait dans un paysage noyé par les eaux d'où émergeaient les quelques reliefs sur lesquels ils sont situés, cet isolement géographique et une situation de « bout du monde » servaient d'explication : dans de nombreuses sociétés, l'isolement géographique et donc la faiblesse des apports extérieurs, — l'insularité à Malte, en Sardaigne et aux Baléares — auraient favorisé l'apparition de créations architecturales mégalithiques originales.

7D'une manière générale, les cartes de répartition des sites du Néolithique moyen et final, du Chalcolithique et de l'âge du Bronze privilégiaient évidemment les marges de la zone endoréique actuelle des marais des Baux et les bas de pente. Mais, à partir du moment où les résultats de nos recherches remettaient en question la permanence de l'inondation, il devenait indispensable de reprendre les prospections dans les zones basses afin de vérifier l'absence de l'habitat préhistorique. L'accumulation de sédiments postérieurs masquait les vestiges préhistoriques. Or les prospections réalisées par M. Gazenbeek lui ont montré qu'il n'en était rien : d'une part les recouvrements actuels masquaient une topographie différenciée ; d'autre part, les sites funéraires s'intègrent à une série longue et nourrie de gisements appartenant au Néolithique et à la Protohistoire ancienne.

  • 1 Recherches en cours par O. Maufras (AFAN) et J. Palet Martinez (Université de Barcelone).

8La richesse des séries archéologiques concernant l'âge du Fer et la période gallo-romaine n'est pas moins grande. La trentaine de sites connus se répartit sur l'ensemble de la région, mais là encore il faut observer que seuls certains secteurs ont été prospectés de façon systématique. Comme dans le reste du Midi Méditerranéen, la période de l'âge du Fer est caractérisée par la présence d'agglomérations de hauteurs, les oppida : à l'ouest, le Mont des Cordes qui est doté d'un rempart (Bourilly 1911) et le Castellet où les premières installations étendues remontent peut-être au premier âge du Fer (VIIe au VIe s. av. J.-C.) et se poursuivent jusqu'à l'abandon au IIe s. avant notre ère (Poumeyrol 1953) ; au centre, les Tours-deCastillon (Tréziny 1987-1988)1 et le Castellas de Maussane (Treziny 1990) qui encadrent le bassin de Maussane/Paradou ; à l'est, les Caisses de Mouriès, site occupé dès le premier âge du Fer (l'oppidum des Caisses et le site de Servanne en bas de pente). Il existe en outre un ensemble funéraire et cultuel du Ier s. avant notre ère à la fontaine de l'Arcoule, une des sources captées par l'aqueduc romain au sud des Al pilles entre Paradou et les Baux.

9À l'époque romaine, la vallée des Baux est dans la dépendance de la colonie romaine d'Arles fondée dans les années 40 av. J.-C. A son extrémité occidentale, la vallée était franchie par le grand pont de l'aqueduc qui, à l'époque augustéenne sans doute, amena à Arles l'eau des Alpilles. A proximité de ce point de franchissement se trouvent les célèbres moulins romains de Barbegal que l'on, datait de la fin de l'Antiquité, jusqu'aux fouilles récentes (Leveau 1995a). Le grand itinéraire de liaison, la Voie Aurélienne, passait au nord, entre les Alpilles et la vallée. D'après une tradition dont F. Benoit s'est fait l'écho (Benoit 1940), tout le pays autour d'Arles était inondé et les relations étaient assurées par des radeaux. A proximité de la chapelle Saint-Gabriel, où est localisé le site à'Ernaginum, on montre l'endroit où abordaient des embarcations légères. Cette vision a été complètement remise en question par les fouilles qui ont montré d'une part que les moulins dataient vraisemblablement de l'époque d'Hadrien (IIe s.) et avaient fonctionné comme établissement à caractère industriel jusque dans les années 270 et qui d'autre part - nous l'avons vu - ont remis en question l'image que l'on avait du paysage antique. Pas plus qu'aux temps préhistoriques, la vallée des Baux n'était un bout de monde à l'époque romaine. A proximité des moulins existait un habitat important : des monuments funéraires ont été démontés pour consolider les aqueducs dans la dernière période de leur utilisation ; au second siècle, une villa contemporaine des moulins était implantée à proximité du mas de la Mérindole, quelques centaines de mètres à l'est des moulins. Elle devait comporter une partie résidentielle, mais surtout une de ses annexes appartient à la série des entrepôts à dolia des villae viticoles connue en Provence. A proximité, les fouilles réalisées par Peter Bellamy et Bruce Hitchner ont révélé la présence d'un cimetière daté des VIIe-VIIIe s. (Bellamy 1996). Le site de la Mérindole n'est pas isolé : les prospections réalisées par M. Gazenbeek ont confirmé la présence de traces d'une occupation antique de la vallée : elle n'avait fait l'objet d'aucune recherche dans la mesure où la permanence de l'inondation la rendait invraisemblable.

10Au-dessus de la vallée, au pied du massif des Défends de Sousteyran et d'une manière générale des collines du piémont sud des Alpilles, les prospections réalisées le long de l'aqueduc romain avaient montré l'apparition de nouveaux sites durant le IVe s. et la réoccupation de certains sites abandonnés à la fin de la période protohistorique. A quelques kilomètres de là, près de l'église paroissiale de Paradou, Saint-Martin, mentionnée depuis la fin du Xe s. dans les textes, une série de fouilles d'urgence ont permis de suivre la continuité de l'occupation du sol depuis l'époque où fut créée la piste qui précéda la voie Aurélienne, jusqu'à la fin de l'Antiquité et durant le haut Moyen Âge.

  • 2 Recherches en cours par O. Maufras (AFAN) et J. Palet Martinez (Université de Barcelone).

11La période médiévale est connue grâce à plusieurs sources écrites majeures : les cartulaires des abbayes de Saint-Paul-de-Mausole, de Montmajour et de Saint-Victor de Marseille ainsi que les recueils de Gallia Christiana Novissima pour les diocèses d'Arles et d'Avignon et le recueil des chartes de la Maison des Baux. Malgré leur caractère lacunaire, ces documents permettent d'étudier la répartition spatiale des églises et des chapelles rurales puis des villae (au sens pris par le mot à l'époque médiévale) qui structurent le paysage. Cependant les textes ne sont suffisamment nombreux qu'à partir du IXe s., voire du Xe s. Grâce à l'identification des céramiques à cuisson réductrice, essentiellement kaolinitiques, la prospection a commencé à apporter d'utiles indications sur la présence d'habitations durant le Haut Moyen Âge près de chapelles rurales, en des lieux isolés, mais aussi et d'abord sur les sites à'oppida protohistoriques ou à leurs abords (Castellet, Tours-de-Castillon, Mont des Cordes). La présence de lieux habités au Moyen Âge est également révélée par la présence d'un parcellaire concentrique fossile, ainsi autour de Barbegal et sans doute ailleurs dans la vallée. A côté des occupations médiévales bien attestées sur les sites fortifiés des Baux ou du Montpaon. on en connaît en zone basse (Saint-Martin à Paradou, Saint-Roman à Fontvieille), autour du marais ou plus rarement sur des points élevés au milieu de celui-ci. Au Moyen-Age, le marais n'était pas en effet un lieu désert : il était parcouru de canaux, on y péchait et on y ramassait des plantes ; les troupeaux y descendaient durant la saison sèche et ses parties les plus hautes étaient alors mises en culture2.

12Les premières grandes tentatives de drainage débutent aux Temps Modernes ; elles sont liées à la pénétration du pouvoir royal : une délégation de la ville d'Arles vint rencontrer Louis XIII à Lunel et obtint l'envoi de l'ingénieur hollandais Van Ens. Le pouvoir royal était seul en effet en mesure de vaincre la force de résistance des pouvoirs locaux et de financer l'opération. Les travaux qui débutèrent dans la région d'Arles, durent tenir compte des intérêts divergents des trois communautés politiques qui se partageaient la région : au nord, la ville de Tarascon qui voulait évacuer les eaux arrivant des Alpilles par le bassin de la Duransole, au sud ; la vallée des Baux qui voulait se débarrasser des eaux reçues d'un bassin versant incluant le versant sud des Alpilles ; à l'ouest, la ville d'Arles qui souhaitait protéger ses terroirs agricoles contre ces arrivées d'eau et contre les inondations du Rhône. L'oeuvre de Van Ens a été louée à juste titre : les marais d'Arles et de Tarascon furent asséchés (Waton-Chabert 1963). Mais l'oeuvre de l'ingénieur fut éphémère. Dès la fin du XVIIe s., ses travaux se dégradèrent. Le dessèchement de la vallée des Baux fut le premier abandonné et les ouvrages réalisés détruits lorsque le Prince de Monaco, qui avait reçu la seigneurie des Baux, annula les privilège consentis à Van Ens.

Sites archéologiques et évolution du milieu

13Les problématiques « paysagères » et géoarchéologiques qui ont pris une place essentielle dans les recherches sur la vallée des Baux ont commencé à émerger il y a une dizaine d'années : le problème de l'enfouissement des structures archéologiques fut posé à l'occasion d'une fouille de sauvetage dont les résultats avaient incité à développer la collaboration entre archéologues et environnementalistes.

Les caisses de Servanne à Mouriès et l'érosion dans les Alpilles

14La première intervention conjointe entre archéologues et géomorphologues a porté sur le site de Servanne à Mouriès. Situé au pied d'une crête calcaire portant l'important oppidum des Caisses, le vallon de Servanne faisait l'objet d'un aménagement pour un golf. Une fouille de sauvetage dirigée par R. Royet avait mis au jour un petit groupement de maisons en pied de pente. Daté de l'Age du Fer, ce site (un hameau ?) avait connu deux périodes d'occupation, l'une du VIe au Ve s. av. J.-C. et l'autre aux Ile-Ier s. av. J.-C. Or sous une topographie d'apparence régulière, des tranchées avaient révélé l'existence d'un paléotalweg profond de plusieurs mètres, fossilisé par des dépôts torrentiels puis colluviaux. Dans le remplissage, le matériel archéologique contenu avait permis de distinguer deux dépôts torrentiels dont le premier correspondait à la période située entre les deux occupations. Le village de la fin de l'âge du Fer s'était installé sur un talweg qui ne fonctionnait plus. Le comblement de la gouttière subsistante avait été achevé par une nouvelle arrivée torrentielle, postérieure à la période antique.

15L'interprétation de ces données en terme de géomorphologie avait été réalisée par M. Jorda et M. Provansal (Jorda 1991). La formation torrentielle suggérait qu'à l'âge du Fer, les conditions climatiques étaient différentes de celles d'aujourd'hui : un régime pluviométrique caractérisé par des précipitations plus intenses provoquait des écoulements à forte compétence. Cette situation climatique n'était susceptible d'engendrer les modifications visibles du modelé que parce qu'elle s'exerçait sur des sols fragilisés par une exploitation agricole liée à la présence d'une agglomération paysanne importante et sans doute en croissance démographique. Ils observaient d'autre part que l'occupation d'époque romaine, bien que vraisemblablement plus intense, n'avait pas engendré de crise érosive comparable : on ne pouvait lui attribuer que des effets limités dus à des ruissellements diffus mobilisant des colluvions. Il convenait donc de rechercher la cause première de la réduction des écoulements torrentiels dans une moindre abondance et une meilleure répartition des pluies.

16Cet exemple qui montrait assez clairement l'intérêt d'une réflexion sur l'évaluation des paramètres bioclimatiques et des pratiques sociales, fut vérifié et complété par d'autres interventions parmi lesquelles on retiendra celle qui fut réalisée sur le site galloromain de la Grande-Terre à Maussane.

Les fouilles de Barbegal et la question de la paludification (lac, marais et paluds)

17La fouille de sauvetage des Caisses de Servanne à Mouriès attirait l'attention sur les origines climatiques et anthropiques des changements du modelé sur le versant sud des Alpilles. Quelques années plus tard, les fouilles de Barbegal apportèrent des nouveautés sur l'évolution de la dépression elle-même. L'opération avait eu pour origine le souhait manifesté par les collectivités locales en faveur d'une reprise des activités archéologiques sur le site prestigieux des Moulins de Barbegal. L'un de ses objectifs était de dater le monument en effectuant des sondages dans une zone épargnée par la fouille de F. Benoit. Lorsque dans les années 1940 en effet, celui-ci avait dégagé le monument, il avait fait porter son effort sur le dégagement des chutes qui s'étageaient sur le flanc sud du chaînon de la Pêne et avait arrêté ses investigations au niveau du chemin qui longeait le pied de pente. On pouvait espérer que, dans le fossé d'écoulement des eaux des moulins, seraient conservés des dépôts correspondant à la dernière période de fonctionnement de l'usine et que le matériel céramique charrié permettrait de préciser la chronologie du monument.

18Menée en 1992 et 1993, l'opération amena les résultats attendus. Mais elle conduisit aussi à revoir complètement l'histoire de la dépression. Elle mit en évidence la superposition de trois couches constituées de dépôts correspondant à trois phases de fonctionnements de la vallée des Baux dans ce secteur (Leveau 1995a). La constitution de la couche supérieure nous renvoyait à l'histoire la plus récente de la dépression. Par leur couleur, leur texture et leur malacofaune, les sédiments qui la constituent montraient qu'elle s'était déposée dans une nappe d'eau permanente, celle qui occupait le fond de la vallée à la fin du Moyen Âge et aux débuts des Temps Modernes quand, à la suite des conflits évoqués plus haut, un barrage fut édifié pour éviter que, lors des grandes pluies, le marais de Barbegal ne déborde vers la plaine d'Arles. La couche intermédiaire, déposée après l'abandon des moulins, était constituée de colluvions déposées entre la fin de l'Antiquité et la fin du Moyen Âge. Ses caractéristiques sédimentologiques montraient que l'inondation n'était pas alors permanente : la nappe phréatique affleurait seulement à certains moments. Le faciès et la géométrie de la couche inférieure, déposée lorsque les moulins fonctionnaient, montraient que l'eau qui avait servi à actionner les roues, sortait à un niveau proche de 1 m NGF. Les caractéristiques des galets roulés déposés sur le substrat attestaient l'absence d'une nappe d'eau à cet endroit.

19L'étude de l'encaissant des structures archéologiques prouvant que le monument était implanté sur des sédiments mis en place durant une période d'inondation, M. Jorda et M. Provansal montrèrent que la lente montée des eaux dans la dépression durant l'Holocène n'avait pas été un mouvement linéaire. La dépression avait connu des phases de régression - dont précisément celle qui avait été mise en évidence pour l'époque romaine. La période d'utilisation des moulins (IIe-IIIe s.) est contemporaine d'un drainage (partiel ?) de la cuvette (Provansal à paraître). Le raisonnement tenu à propos du site de Servanne trouvait son application ici : là aussi, la situation de l'époque romaine résultait de la combinaison d'une évolution naturelle et d'une intervention humaine, cette fois dans la mise en valeur du milieu humide.

20La suite des opérations qui, en 1993 et 1994, marquèrent l'achèvement de cette phase du programme archéologique, confirma le bien fondé de l'hypothèse proposée sur le caractère progressif et en définitif tardif de l'inondation dans la vallée des Baux (fïg. 4). En 1993, la découverte et la fouille du petit cimetière situé près de la ferme de la Mérindole, au débouché d'un vallon actuellement sec, à quelques centaines de mètres à l'est des moulins, donna une première confirmation de la réalité du peuplement de la vallée à la fin de l'époque mérovingienne. L'année suivante en déplaçant les déblais de fouilles de F. Benoit, on découvrit au pied même des moulins quelques inhumations datées des IVe-Ve s. Il devenait ainsi certain que, contrairement à ce que l'on écrivait depuis F. Benoit, l'occupation humaine ne s'était pas précocement repliée vers le nord abandonnant le fond de la vallée devant la montée de l'eau : la vallée restait occupée. Cette vision nouvelle permettait de revoir la situation de sites médiévaux qui se trouvent plus à l'est, les Tours de Castillon et le château des Baux.

4- Evolution du plan d'eau dans la vallée des Baux durant les deux derniers millénaires

4- Evolution du plan d'eau dans la vallée des Baux durant les deux derniers millénaires

D'après Provansal à paraître

21Il n'est évidemment pas question de nier l'importance de l'eau dans le paysage médiéval de la région : l'abbaye de Montmajour apparaît comme une île au milieu de marais (Stouff 1993), au maintien desquels les moines sont attachés. Dans les textes qu'a étudié O. Maufras, les mentions de terres en eau dans la vallée des Baux sont fréquentes. Il convient seulement de relativiser cette donnée ou plutôt de lui rendre une dimension historique occultée pour rétablir les conditions d'une approche scientifique dans l'étude des paysages du passé. On a proposé des images contradictoires et tout aussi peu fondées des paysages du Bas Rhône à l'époque romaine. Prenons un exemple : en 1674, une crue, à la suite de laquelle la Durance inonda les zones basses comprises entre la Montagnette et les Alpilles accrédita l'hypothèse d'un passage de la Durance dans cette trouée encore à l'époque antique. Cette théorie a été abandonnée mais lui en a succédé une autre dans laquelle les Romains n'en jouent pas moins un rôle excessif. Citons la présentation de la dépression de Graveson et de Maillane par une géographe : « Partant de Laurade et recevant les eaux d'Eyrargues et de Graveson, (la Duransole) finissait par constituer un gros cours d'eau qui aboutissait par Saint-Gabriel à la région d'Arles. Les Romains asséchèrent, drainèrent, canalisèrent et amenèrent aussi vers ce fleuve les eaux des marais de Rognonas, créant la Laune, affluent de ce que l'on appelait le fleuve de Saint-Gabriel. Les mêmes Romains le mirent aussi en communication avec la vraie Durance par un canal dit le Réal, par l'Aiguillon, affluent de la Durance. Ce rialis Durentiae est attesté en 1327 et 1469, d'où la confusion » (Hayez 1978). En l'absence de fouilles de carottages ou d'observations de terrain ces affirmations fondées sur la seule utilisation de textes demeurent de pures hypothèses.

Taphonomie des sites et des parcellaires : les forages et l'histoire des dépôts

22La spatialisation des données archéologiques suppose une étude de la sédimentation dans la vallée des Baux. Envisagée ici du point de vue de l'archéologue, - de ce fait, on parlera de taphonomie-, l'analyse géomorphologique est en effet essentielle pour la compréhension des processus d'enfouissement des sites et des parcellaires.

23Actuellement nous pouvons nous appuyer sur une récente synthèse collective publiée par J.-L. Ballais, M. Jorda, M. Provansal et Covo (Ballais 1993). Elle dresse un bilan du remblaiement de la dépression à partir de données issues des observations faites sur le site archéologique de Barbegal, complétées par des sondages à la pelle mécanique au pied et en aval des moulins et légèrement plus à l'est sur le cône du torrent des Crottes d'Aubert. Ces sondages avaient atteint surtout des dépôts holocènes, en plus grande partie d'âge protohistorique ou historique. Antérieurement deux carottages avaient été réalisés par Hélène Laval dans la partie nord-est de la dépression (probablement au sud immédiat des rochers de la Pêne) (Trial-Laval 1979) et plusieurs sondages avaient été pratiqués au pied des moulins. Ils ont été complétés en mars 1995 par seize sondages à la tarière hélicoïdale dont les emplacements ont été choisis en fonction d'une double problématique géomorphologique (comprendre la dépression dans l'espace et saisir l'histoire des flux détritiques et hydriques) et archéologique (appréhender les modes d'occupation du sol).

24Les zones retenues ont été les points de franchissement de la dépression : à l'ouest, le goulet de Barbegal, où deux séries de forages ont été réalisées, au nord du pointement rocheux du Mas d'Agard et au sud des Moulins de Barbegal, dans la partie orientale de la dépression, le secteur traversé par la chaussée fossile et la route actuelle au sud des Tours de Castillon où deux sondages distants de 2 km ont été pratiqués. La nouveauté principale est la mise en évidence d'une topographie surcreusée à l'est de la cuvette. Les analyses géomorphologiques réalisées jusqu'ici n'avaient envisagé qu'une seule situation, celle d'un écoulement vers l'ouest. Désormais la question de l'écoulement des eaux et du drainage se pose en termes nouveaux. Le fonctionnement de la cuvette a varié. Dans une première synthèse, H. Bruneton propose le schéma évolutif suivant (Bruneton 1995) : dès le début de l'Holocène, un remplissage sans doute quasi exclusivement d'origine locale aurait gommé la plupart des irrégularités topographiques. Cependant, la zone orientale nettement déprimée et lacustre se serait très tôt opposée à une zone occidentale peut-être palustre, très rarement inondée. Il est en tout cas certain que la montée de l'eau a été lente et continue avec de brèves épisodes régressifs et qu'en particulier le niveau était redescendu de manière sensible à l'époque romaine après un maximum durant l'époque protohistorique ; ce maximum serait en tout cas resté bien inférieur aux niveaux atteints durant les Temps Modernes. Malgré l'extension régulière de la zone palustre la différence entre les deux parties de la dépression aurait subsisté jusqu'à l'uniformisation récente du bassin à la suite des aménagements : formation d'un plan d'eau continu au XVIe s. puis assèchement complet achevé dans les années 1950. Parmi les éventualités, il faut envisager celle d'un écoulement naturel d'une grande partie des eaux de surface vers l'est et non vers le Rhône et du creusement à l'époque romaine d'un exutoire remettant en fonctionnement le goulet.

25Des profils polliniques avaient été étudiés par H. Triat-Laval seule puis en collaboration avec J. Médus (Triat-Laval 1979 et Laval 1994). Les carottages réalisés ont permis à V. Andrieu de reprendre l'étude avec une maille serrée d'échantillonnage en bénéficiant des progrès réalisés dans le traitement des sédiments. Au mois de mars 1996, trois carottes avaient été ainsi analysées, deux prélevées au centre du marais donnaient un enregistrement de l'histoire de la végétation depuis le début de l'Holocène, la troisième prélevée au pied des moulins était caractérisée par un profil très segmenté. Moins intéressante en terme d'histoire de la végétation, cette carotte présente le grand intérêt d'offrir un enregistrement d'une période de défrichement et d'activités pastorales associées à une phase d'apaisement du niveau de l'eau du marais. Zone humide susceptible d'avoir accueilli des troupeaux, la vallée des Baux a pu également constituer à l'époque antique une zone de production céréalière... Ainsi s'esquisse la possibilité de mieux saisir le phénomène agricole à partir d'une recherche sédimentologique.

Milieu naturel, exploitation des sols et systèmes spatiaux

  • 3 Le système spatial est le produit de l'interaction entre lieux centraux, réseaux de relations, unit (...)

26L'étape suivante de la recherche consiste à intégrer les données environnementales et archéologiques collectées sur des sites précis (Servanne, Barbegal) dans un espace régional diversifié réunissant outre la vallée, le massif calcaire des Alpilles, le plateau de Crau et la zone deltaïque du Bas Rhône. C'est l'approche par ce que les géographes appellent le système spatial3 Une identification correcte des systèmes spatiaux successifs est en effet indispensable pour écrire l'histoire d'une société régionale : les établissements se sont répartis dans un espace, ils ont généré leurs ceintures de champs que des chemins ont desservis, qu'ont traversés des axes déterminés par l'intégration de cette micro-région dans un espace aux horizons plus vastes. Ces établissements se sont agrégés entre eux pour former des unités politiques ou ethniques dont les limites regroupent les terroirs et des ensembles paysagers...

27Dans la région envisagée, la mise en valeur agricole actuelle commande la dispersion de l'habitat en gros mas, centres d'exploitations agricoles qui coexistent avec des bourgades (Maussane, Mouries, Paradou,...) où les fonctions de service sont essentielles. Cette forme d'habitat liée à l'intégration de la région dans une économie agricole orientée vers la commercialisation n'est pas nouvelle : un rapprochement s'impose avec la période romaine durant laquelle — prospections et fouilles le prouvent — se développe le système de la villa. A l'époque romaine puis à partir des Temps Modernes (pour le Moyen Âge, la question est posée) ces formes d'occupation du sol ont généré des réseaux de chemins et surtout de canaux d'irrigation et de drainage sur lesquels, pour la période moderne et contemporaine, on dispose d'une documentation cartographique abondante et qui, pour la période antique peuvent être reconstitués avec plus ou moins d'exactitude par carto et photo-interprétations et à partir des traces fossiles observables sur les images satellitaires. L'attention portée aux usages agricoles de l'eau est ancienne. Les lignes de sources ont contribué à la localisation des cultures et à un moindre degré de l'habitat, l'utilisation du milieu humide a varié selon l'extension naturelle du plan d'eau. Très tôt les sociétés ont dû procéder à des aménagements. Sans doute la période romaine a-t-elle marqué une étape décisive et donc observable : les travaux de drainage et d'irrigation réalisés changent d'échelle. Les Romains n'ont inventé ni l'irrigation ni le drainage mais l'intégration de la région dans l'espace impérial se traduit dans les aménagements par la mise en place de réseaux techniques régionaux et non plus seulement locaux. Un phénomène analogue se produit à l'époque moderne : dans un premier temps arrivent les eaux d'irrigation du canal de Craponne. Dans un second temps, à partir du XVIIIe s., commence le drainage de la dépression. Les canaux constituent donc les lignes fortes du paysage : sur les marges, un système d'irrigation fondé sur les branches du canal de Craponne ; dans la dépression elle-même, un système de drainage dont l'organisation est déterminée par le canal qui, partant de l'étang du Comte, suit le fond de la dépression pour rejoindre au-delà le canal de vidange d'Arles à Port de Bouc, parallèlement au Rhône (Bethemont 1972). La question importante maintenant est la place peut-être sous estimée des aménagements médiévaux.

  • 4 Conduite par J. Palet-Martinez en collaboration avec F. Mocci (CCJ) pour la recherche des traces fo (...)

28En revanche, jusqu'à une époque récente, les données dont on disposait pour saisir dans la longue durée la place de l'élevage du mouton dans les paysages et la vie agricole régionale, étaient très limitées et réduites aux indications sur la consommation des espèces fournies par l'archéozoologie (Goudineau 1988). La documentation ne devient importante qu'à la fin du Moyen Âge quand se met en place le système de la transhumance. Au XIXe s., l'élevage ovin était encore une activité dominante ; il s'exprime par deux types de drailles : les réseaux de drailles rayonnant autour de mas bien visibles sur la carte d'État Major (80 000e) et les grands chemins de transhumance. Pour les périodes antérieures, l'une des découvertes archéologiques importantes de ces dernières années a été la mise en évidence de bergeries antiques sur ce plateau. Elle confirme des propos de Pline : « les plaines de pierre dans la province de Narbonnaise sont aujourd'hui remplies de thym ; c'est presque le seul revenu, des milliers de moutons y venant de régions lointaines paître ce thym » (Hist. Nat., 21, 57). Sans entrer dans le détail de la discussion qui peut s'instaurer autour de cette découverte, observons ce qu'elle implique pour notre propos. La présence de plusieurs dizaines de milliers de moutons dans la Crau antique a obligatoirement eu des conséquences sur l'économie agricole des régions voisines : les bonnes relations entre troupeaux et cultures ont été certainement assurées par un système de chemins limitant la divagation des bêtes. D'après les textes, un tel système existait encore au Moyen Âge et il sera important d'en repérer les caractéristiques afin de saisir une éventuelle continuité avec la période antique4 Durant cette période de fort contrôle de la vie régionale par un pouvoir impérial, il est impensable qu'il n'y ait eu un regard sur la circulation des troupeaux. Si la transhumance a bien existé, comme le suggèrent 0. Badan, J.-P. Brun et G. Congés (Badan 1995), cela renforcerait une proposition formulée par P. Gros à propos du site de Glanum qui, à l'époque romaine, aurait constitué un lieu de passage des troupeaux à travers les Alpilles (Gros 1995).

  • 5 L'inflation de propositions d'identification de centuriations pose problème. Ainsi M. Assénât, (Le (...)

29L'essentiel de la recherche en archéologie des formes paysagères a porté sur l'organisation des surfaces qu'a générée à l'époque romaine la mise en place de deux types d'axes : les axes de liaison entre centres administratifs que sont les voies romaines et les axes de la centuriation qui ont présidé à la répartition du sol au lendemain de la conquête. Il est de ce fait important d'étudier la manière dont les aménageurs romains - comme leurs successeurs modernes - ont concilié les logiques régionales que sont les passages d'itinéraires de liaison ou les grands aménagements agraires avec les chemins desservant des exploitations agricoles ou assurant les passages des troupeaux et avec les réseaux hydrauliques. Depuis plus de 30 ans, les recherches conduites dans la région du Bas-Rhône ont permis d'apercevoir l'existence de plusieurs centuriations d'orientations différentes. Le premier, M. Guy, avait mis en évidence un réseau quadrillé à proximité d'Arles dans la Crau dont il évaluait l'extension à environ 200 km2 ; il concluait à des implantations réalisées par tâches (Guy 1954 et 1991). Ses résultats ont été repris par F. Benoit qui, le 12 juin 1964, présentait à l'Académie une communication intitulée « Le développement de la colonie d'Arles et la centuriation de la Crau » (Benoit 1964). F. Benoit proposait une datation fondée sur l'intégration de la ville dans la structure parcellaire ; il la datait de l'époque d'Auguste et en faisait une mesure consécutive au lotissement des vétérans de la VIe légion. Cette centuriation serait en relation avec un ancien chemin massaliète reliant directement Entressen à Mouriès. Une vingtaine d'années plus tard, G. Chouquer situait au nord des Alpilles l'un des trois cadastres d'Orange, le cadastre A. En se fondant sur des données onomastiques et la concordance entre un fragment inscrit et le cours fossile de la Duransole, il le localisait au nord des Alpilles. Mise en place à partir d'un point de référence (le locus gromae) situé aux environs d'Ernaginum (Saint-Gabriel) (Chouquer 1983), cette centuriation est limitée par la « voie Aurélienne » dans son tracé au sud des Alpilles ; elle intéresse donc la partie nord du territoire d'Arles. Ces constructions parcellaires sont liées à des problèmes de répartition et de mise en valeur de terres. En 1992, le même Chouquer proposait d'identifier un cadastre dit « Arles A » correspondant aux orientations de la trame urbaine d'Arles. Visible en trois secteurs, au nord d'Arles, en Crau (Saint-Martin-de-Crau) et à Maussane, en Camargue, il correspondrait à une seconde série d'assignations (Chouquer 1992). A cette liste, il convient d'ajouter deux propositions plus ou moins inédites, l'une a été faite par M. Faudot (entre 2 et 3° ouest) (Faudot 1992), l'autre tout récemment, par Ph. Ferando (Ferando 1994). Ces trames se recouvrent partiellement. Si ces centuriations existent bien5 il faudra en expliquer la genèse. Elles entretiennent une relation avec la réalité paysagère régionale et en particulier avec l'implantation des vétérans autour d'Arles et non dans la Crau ou sur les marges de la plaine comme l'écrivait F. Benoit (Leveau 1995 b). Dans le cas d'un système centurié s'étendant au sud des Alpilles, trois solutions sont possibles : la zone formait une zone de marais (subcessives) entre Crau et Alpilles, mais il a pu aussi y avoir extension de l'occupation romaine grâce au drainage à moins que la vallée des Baux n'ait formé une limite entre deux systèmes.

  • 6 Les systèmes spatiaux qui constituent le fond de la trame paysagère de la dépression des Baux et se (...)
  • 7 Il est probable que les plus importants des habitats en ont généré un. Leur repérage par l'étude de (...)

30Actuellement la recherche sur l'organisation des surfaces agraires mérite d'être poursuivie par une prise en compte des phases de l'aménagement agraire autres que d'époque romaine (Gazenbeek 1996)6 Or les images satellites permettent d'observer un certain nombre d'anomalies susceptibles de correspondre à des formes héritées. Des structures circulaires correspondent parfois à un carrefour, mais aussi à un centre dont ils conservent la mémoire, ainsi autour de Barbegal7 Dans la Crau trois types de parcellaires : à l'ouest, un petit parcellaire d'apparence totalement inorganisé et limité à l'ouest et au nord par la bordure du plateau, qui joue un rôle structurant ; à l'est, de celui-ci, un parcellaire plus large et plus régulier s'appuie sur un des axes forts N. N-W ; plus à l'est encore, un autre parcellaire relativement régulier suit en partie à une orientation Ν. N-E.

31Réseaux de drainage, chemins des troupeaux et parcellaires correspondent à des logiques spatiales parfois en contradiction avec celles du réseau viaire. Le réseau viaire actuel est caractérisé par le développement de l'axe de liaison est-ouest Salon-Arles par Saint-Martin-de-Crau au sud de la vallée des Baux. Son tracé diffère sensiblement de celui de la voie romaine qui passait au nord de la vallée et se dirigeait vers Beaucaire et non vers Arles : la vallée est actuellement traversée en deux points par des axes nord sud : à l'ouest, le goulet de Barbegal était déjà franchi par l'aqueduc romain et on y établit au XVIe s. un pont de 160 m de long avec 3 arches pour le passage des eaux ; à l'est, le tracé emprunté par la route qui va de Saint-Martin-de-Crau à Maussane, coïncide avec une chaussée visible sur les vues aériennes et les images satellites au sud des Tours de Castillon. Cette chaussée formait un gué connu des bergers et des chasseurs avant que le marais du Comte ne soit drainé. Entre les deux, un passage maintenant abandonné reliait Paradou/Maussane à la Crau.

Conclusion

  • 8 Comme il était prévisible (et prévu), la tranchée du gazoduc a rencontré un site occupé du Chalcoli (...)

32Les recherches sur la vallée des Baux constituent un bon exemple de ce qu'apporte une recherche paysagère à l'archéologie « intersite ». Cette micro-région nous a offert la possibilité de poursuivre la recherche sur les paysages qui avait débuté sur l'Étang-de-Berre. Ici, quand l'étude commença il y a dix ans, il s'agissait d'écrire l'histoire d'un ensemble monumental romain, les Moulins de Barbegal et les aqueducs qui les alimentaient. Par ses prolongements, en orientant la recherche vers l'étude des processus d'enfouissement du site au bas du versant (sa taphonomie), la fouille nous a amené à glisser vers l'histoire des paysages. L'importance accordée à la dimension spatiale conduisait à pratiquer une archéologie du « hors site ». Celle-ci apportait une meilleure compréhension de l'histoire de la région et pouvait servir à l'élaboration de stratégies de recherche en sauvetage. La plaine d'Arles et la partie occidentale de la vallée des Baux sont en effet menacées par des aménagements autoroutiers. La pose d'une canalisation par Gaz de France a été réalisée, notre réflexion sur « le hors site » et les indications issues des prospections, des fouilles et des travaux de carto et photo-interprétation, ont contribué à la réussite de l'entreprise8.

33Ces recherches ont également des développements théoriques. L'intégration de données portant sur des phénomènes observables selon des espaces de différentes dimensions (local, micro régional, régional,...) et des systèmes chronologiques hétérogènes (géologique, longue et moyenne durée historique) nécessitent en effet le recours à des approches qui intègrent la notion d'échelles d'espace et de temps, tiennent compte de la notion d'héritage et admettent les principes de rétroaction. C'est pourquoi dans la présentation des données, il a souvent été fait appel à la notion de système qu'utilisent maintenant de manière courante un certain nombre de sciences humaines, mais peu les disciplines historiques (Jollivet 1992). Dans la mesure où l'existence de contrastes forts entre les unités paysagères qui composent la région favorisait la modélisation des relations homme-milieu, l'étude en cours a conduit à l'élaboration d'une grille d'analyse « systémique » des dynamiques paysagères qui pourrait être généralisée aux dépressions et plaines humides méditerranéennes (Leveau 1997).

34Cette même recherche conduit en outre à discuter un concept largement utilisé, « l'anthropisation » des milieux. Les naturalistes qui prêtent attention à l'action de l'homme sur le paysage ont en effet tendance à envisager celle-ci de manière unitaire ; pour la désigner, ils emploient le terme « anthropisation », comme pour eux du fait de son caractère général. Adopté rapidement par les préhistoriens et valable à l'échelle de la mobilité climatique, ce concept se révèle inadapté à l'étude des sociétés historiques dans la mesure où il ne prend pas en compte les différences fondamentales qui existent entre elles (Leveau, à paraître). L'action de l'homme sur le milieu est marquée par des discontinuités et des ruptures qui s'expliquent par les techniques dont il dispose ; mais sa capacité à les utiliser est en relation directe avec le niveau de développement des formations sociales.

Bibliographie

Bibliographie

Ambert 1992 : AMBERT (P.) et CLAUZON (G.). — Morphogenèse éolienne et ambiance périglaciaire : les dépressions fermées du pourtour du Golfe du Lion (France méditerranéenne). Zeitschrift für Géomorphologie N.F., suppl. Bd 84, 1992, pp. 55-71.

Badan 1995 : BADAN (O.), BRUN (J.-P.), CONGÉS (G.). — Les bergeries romaines de la Crau d'Arles. Les origines de la transhumance en Provence. Gallia 52, 1995, pp. 263-310.

Ballais 1993 : BALLAIS (.-L.), JORDA (M.), PROVANSAL (M.) et COVO (J.). — Morphogénèse holocène sur le périmètre des Alpilles. In : Leveau (Ph.) et Provansal (M.) (dir.). De la Sainte Victoire aux Alpilles, Publ. de l'Univ. de Provence, 1993, pp. 515-546.

Bellamy 1996 : BELLAMY (P.) et HITCHNER (B.). — The villa of the Vallée des Baux and the Barbegal Mill : excavations at la Mérindole villa and cemetery, J.R.A., 1996-9, pp. 154-176.

Benoit 1940 : BENOIT (F.). — L'usine de meunerie hydraulique de Barbegal (Arles). Revue Archéologique, 1940-45, 1, pp.19-79.

Benoit 1964 : BENOIT (F.). — Le développement de la colonie d'Arles et la centuriation de la Crau. CRAI, janv.-juin 1964, pp. 156-169.

Bethemont 1972 : BETHEMONT (J.). Le thème de l'eau dans la vallée du Rhône, Essai de genèse d'un espace hydraulique, Saint-Etienne, Le Feuillet Blanc, 1972.

Bourilly 1911 : BOURILLY (J.) et MAZAURIC (F.). — Note sur la Montagne de Cordes, près Fontvieille, Bull. S.RE, 1911, pp. 307-309.

Bruneton 1995 : BRUNETON (H.). — Stabilité et instabilité des Environnements dans les Alpilles à l'Holocène, DEA de Géographie Physique, Option Géosystème Anthropisé, Aix-en-Provence, 1995.

Chouquer 1983 : CHOUQUER (G.). — Localisation et extension géographique des cadastres affichés à Orange. In : Clavel-Lévêque (M.) (dir.), Cadastres et espace rural, CNRS, Paris, 1983, pp. 288-290.

Chouquer 1992 : CHOUQUER (G.) et FAVORY (F.). — Les arpenteurs romains. Théorie et pratique, Ed. Errance, Paris, 1992, 150p.

Denizet 1928 : DENIZET (M.). — La formation et le dessèchement des marais d'Arles ; l'oeuvre de Van Ens, Marseille, 1928.

Faudot 1992 : FAUDOT (M.). — Les réseaux cadastraux Artésiens. Dialogues d'Histoire Ancienne, 1992, pp. 317-320.

Gazenbeek 1995 : GAZENBEEK (M.). — Occupation du sol et évolution environnementale depuis le Néolithique dans la Montagnette et la partie occidentale des Alpilles (Bouches-duRhône), Thèse pour le Doctorat, Univ. de Provence, Aix-en-Provence, 1995.

Gazenbeek 1996 : GAZENBEEK (M.), LEVEAU (Ph.), MAUFRAS (O.), MOCCI (F.), SINTÈS (M.), TREZINY (H.). — Archéologie des paysages, parcellaires et recouvrements sédimentaires sur le piémont sud des Alpilles. In : Chouquer (G.) (dir.). Les formes du paysage, t. 2, Colloque « Archéologie des parcellaires », Orléans, 28, 29 et 30 mars 1996, Paris, pp. 113-123.

Goudineau 1988 : GOUDINEAU (C.). — Le pastoralisme en Gaule. In : Whittaker (C.R.) (dir.), Pastoral economies in classical Antiquity, Cambridge Philogical Society, 1988, pp. 160-170.

Gros 1995 : GROS (P.). — Hercule à Glanum. Gallia 52, 1995. pp. 311-331.

Guy 1954 : GUY (M.). — Traces du cadastre romain de quelques colonies de la Narbonnaise. Etudes roussillonnaises, IV-3, 1954-1955, pp. 217-238.

Guy 1991 : GUY (M.). — Prospection aérienne et télédétection des structures de parcellaires, p. 105, fig. III. 1. In : Guilaine (J.) (sous la dir.), Pour une archéologie agraire, A. Colin, Paris.

Hayez 1978 : HAYEZ (A.-M.). In : Études vauclusiennes, juillet 1978.

Jollivet 1992 : JOLLIVET M. (dir.) — Sciences de la nature, Sciences de la société, CNRS, Paris, 1992.

Jorda 1991 : JORDA (M.), PROVANSAL (M.) et ROYET (R.). — L'histoire « naturelle » d'un site de l'âge du Fer sur le piémont méridional des Alpilles. Le domaine de Servanne (Mouriès). Gallia, vol. 47, 1991, pp. 57-66.

Laval 1994 : LAVAL (H.) et MÉDUS (J.). — Une séquence pollinique subboréal - subatlantique dans la vallée des Baux : changements de végétation, climatiques et anthropiques de l'âge du Bronze à celui du Fer en Provence. Arcs. Sci. Genève, Al, 2, pp. 83-93.

Leveau 1993a : LEVEAU (Ph.) et PROVANSAL (M.) (dir.). — De la Sainte Victoire aux Alpilles, Publ.de l'Univ. de Provence, 1993.

Leveau 1993b : LEVEAU (Ph.) et PROVANSAL (M.). — Systèmes agricoles et paysages au nord-est de l'Étang de Berre depuis le Néolithique. In : Beck (C.) et Delort (R.) (dir.), Pour une histoire de l'environnement. Travaux du programme interdisciplinaire de recherche sur l'environnement, CNRS éd., 1993, pp. 173-200.

Leveau 1995a : LEVEAU (Ph.) Les moulins romains de Barbegal, les ponts-aqueducs du vallon des Arcs et l'histoire naturelle de la vallée des Baux (Bilan de six ans de fouilles programmées), CRAI1995, pp. 115-144.

Leveau 1995b : LEVEAU (Ph.). — Colonie romaine et milieu naturel : Arles et les plaines du Bas-Rhône. In : L'homme et la dégradation de l'environnement. XVes Rencontres internationales d'Archéologie et d'Histoire d'Antibes, 20-21-22 oct. 1994. APDCA, Juan-les-Pins, 1995, pp. 245-262.

Leveau 1997 : LEVEAU (Ph.). — Sociétés historiques et milieux humides. Un « Modèle systémique des données » appliquable aux marais continentaux de cuvette. Nature - Sciences - Sociétés. Dialogues, vol. 5, juin 1997, pp. 5-18.

Leveau à paraître : LEVEAU (Ph.). — L'archéologie des paysages et les époques historiques : les grands aménagements agraires et leur « signature » dans le paysage (anthropisation des milieux et complexité des sociétés). In : Mélanges Robert Delort.

Pinchemel 1988 : PINCHEMEL (Ph. et G.). — La face de la terre. Éléments de géographie, Paris, A. Colin (3e éd. 1994).

Poumeyrol 1953 : POUMEYROL (L.). — In : Gallia 1953, 112 ; Gallia 1954, 430-431 ; Gallia 1960, 305-306 ; Gallia 1967, 403 ; Gallia 1969, 423 ; Gallia 1972, 518 ; Gallia 1977,517.

Provansal à paraître : PROVANSAL (M.), LEVEAU (Ph.), BALLAIS (J.-L.), JORDA (M.). — Les moulins romains et le Marais des Baux. Archéologie et paléoenvironnements, de la protohistoire à l'époque moderne. Séminaire sur L'évolution du milieu physique durant la période historique sur le pourtour de la Méditerranée, Ravello, 5-8 juin 1993.

Sauzade 1990 : SAUZADE (G.). — Les dolmens de Provence occidentale et la place des tombes de Fontvieille dans l'architecture mégalithique méridionale. In : Guilaine (J.) et Gutherz (X.), (dir.), Autour de Jean Arnal, Montpellier, 1990, pp. 305-334.

Stouff 1993 : STOUFF (L.). — La lutte contre les eaux dans les pays du bas Rhône. XIIe-XVe s. L'exemple du pays d'Arles. Méditerranée, 1993-3/4, pp. 57-68.

Treziny 1987-1988 : TREZINY (H.). — In : Gallia Informations, 1987-1988/2, pp. 254-255.

Treziny 1990 : TREZINY (H.). — In : Gallia Informations, 1990, p. 178.

Triat-Laval 1979 : TRIAT-LAVAL (H.). — Contribution pollenanalytique à l'histoire tardi et postglaciaire de la végétation de la basse vallée du Rhône, Thèse, Aix-Marseille III, 1979.

Vaudour 1991 : VAUDOUR (J.). — La notion de géosystème appliquée à l'étude des aqueducs antiques concrétionnés. In : Fabre (G.), Fiches (J.-L.), Paillet (J.-L.) (dir.). — L'aqueduc de Nîmes et le Pont du Gard, Nîmes, 1991, pp. 95107.

Waton-Chabert 1963 : WATON-CHABERT (Α.). — Historique du dessèchement de la région d'Arles, de la Durance à la mer. Delta, n° 10-14, 1963.

Document

Ferando 1994 : FERANDO (Ph.). — Bilan Scientifique 1994, PACA, p. 167.

Notes

1 Recherches en cours par O. Maufras (AFAN) et J. Palet Martinez (Université de Barcelone).

2 Recherches en cours par O. Maufras (AFAN) et J. Palet Martinez (Université de Barcelone).

3 Le système spatial est le produit de l'interaction entre lieux centraux, réseaux de relations, unités d'appropriation, unités administratives et utilisation du sol (Pinchemel 1988).

4 Conduite par J. Palet-Martinez en collaboration avec F. Mocci (CCJ) pour la recherche des traces fossiles, cette recherche a donné des résultats probants.

5 L'inflation de propositions d'identification de centuriations pose problème. Ainsi M. Assénât, (Le cadastre colonial d'Orange, dans RAN 27-28 — 1994-1995, p. 45-55) ajoute cinq nouveaux réseaux à ceux qu'elle avait déjà proposé en 1993. J'ai suggéré l'idée d'un moratoire dans la publication de nouveaux réseaux pour la Gaule du Sud et cette idée a été approuvée par la plupart des spécialistes, en particulier par G. Chouquer, lui-même de plus en plus sensible à la nécessité de placer ce phénomène dans la longue durée et de ne plus limiter la recherche aux constructions antiques (Aux origines antiques et médiévales des parcellaires, dans Histoire et Sociétés rurales, 4, 1995, p. 11-46).

6 Les systèmes spatiaux qui constituent le fond de la trame paysagère de la dépression des Baux et ses abords font l'objet d'une série d'études par carto et photo-interprétation par FI. Mocci (CCJ Aix-en-Provence) et par imagerie satellitaire par M. Sintès (CRA Valbonne).

7 Il est probable que les plus importants des habitats en ont généré un. Leur repérage par l'étude des formes du parcellaire napoléonien devrait permettre de compléter la carte des lieux habités et/ou cultivés. Ce parcellaire pourrait en effet être en relation avec l'occupation médiévale. Mais un parcellaire circulaire a pu aussi être généré par la topographie (dépression de forme circulaire avec drainage en étoile).

8 Comme il était prévisible (et prévu), la tranchée du gazoduc a rencontré un site occupé du Chalcolithique au Premier âge du Fer. Situé aux environs de la cote 200 N.G.F., il confirme les hypothèses présentées sur la montée de l'eau dans la vallée.

Table des illustrations

Titre 1- Localisation de la zone d'étude
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1494/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre 2- Les cuvettes endoréiques du pourtour du Golfe du Lion (d'après Ambert 1992)
Légende La cuvette des Baux se trouve au nord d'Arles
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1494/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre 3- Le Marais des Baux
Légende Situé entre la plaine de Crau au sud et le chaînon des Alpilles au nord, le Marais des Baux occupe une zone déprimée dont les points les plus bas se situent à peine au-dessus du 0 NGF. Tout au nord, les Alpilles dominent la plaine de la Durance. Les deux zones marécageuses de Maillane et de Saint-Andiol sont séparées par la Petite-Crau
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1494/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre 4- Evolution du plan d'eau dans la vallée des Baux durant les deux derniers millénaires
Légende D'après Provansal à paraître
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1494/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 51k

© Alpara, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access