Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dynamique du paysage

 | 
Jean-Paul Bravard
, 
Michel Prestreau

Géoarchéologie des versant et terrasses

Géoarchéologie des versants

Les dépôts de pente

Pascal Bertran et Jean-Pierre Texier

Résumé

Cet article présente 1) une revue des principaux processus sédimentaires impliqués dans la mise en place des dépôts de pente, 2) les potentialités de reconstructions paléoenvironnementales offertes par ces dépôts et 3) l'incidence des différents processus évoqués sur la formation des sites archéologiques. Des données assez précises sur les paléoenvironnements locaux et leur évolution peuvent être déduites d'une étude sédimentologique approfondie. En revanche, l'identification d'un signal climatique est plus problématique et requiert la prise en compte d'un grand nombre de dépôts datés et représentatifs de la zone étudiée. Les données acquises dans les milieux modernes permettent de penser que, dans la plupart des cas, les assemblages archéologiques trouvés dans les dépôts de pente ont subi des modifications plus ou moins importantes au cours de leur enfouissement. On décrit, à partir d'exemples pris dans des sites préhistoriques, différentes méthodes susceptibles de permettre une évaluation des remaniements subis par les niveaux archéologiques.

Texte intégral

Nous remercions M. Prestreau (Service régional de l'archéologie, Lyon) pour avoir suscité la rédaction de cet article, D. Caclin (AFAN, Lyon), J.-J. Cleyet-Merle (Musée National de Préhistoire, les Eyzies), D. Legoupil (Institut d'Art et d'Archéologie, Paris), A. Rebiscoul (AFAN) et J.P. Rigaud (Institut de Préhistoire et Géologie du Quaternaire, Bordeaux) pour nous avoir fait part de données inédites ainsi que M. Provansal (Université d'Aix-Marseille) qui a bien voulu corriger le manuscrit.

1De nombreux mécanismes de transport des débris rocheux se produisent sur les versants, sous l'influence de la seule gravité ou aidés par l'eau, l'activité biologique ou anthropique. Les accumulations détritiques qui en résultent sont très répandues ; elles peuvent atteindre des épaisseurs considérables en particulier dans les régions montagneuses et posséder un intérêt économique non négligeable. Les versants ont souvent constitué un milieu attractif pour l'homme, en raison des structures d'accueil offertes par les parois rocheuses, la présence d'écoulements ou encore celle de matières premières facilement exploitables. De ce fait, de très nombreux sites archéologiques ont été découverts dans ce type d'environnement.

2Avec les dépôts fluviatiles, les formations de pente constituent donc un contexte sédimentaire privilégié pour la recherche archéologique. Alors que les milieux de sédimentation et les principales caractéristiques des dépôts en domaine alluvial sont abondamment décrits dans la majorité des manuels de sédimentologie (Reineck et Singh 1980, Reading 1986), les mécanismes de versant ne sont généralement que très partiellement abordés dans les ouvrages généraux et les développements récents de la géologie de ces formations restent difficilement accessibles aux archéologues.

3Cet article se propose de faire une revue de quelques aspects des dépôts de pente concernant directement l'archéologie, illustrés à partir d'exemples essentiellement pris dans le Paléolithique. Trois points sont développés sucsuccessivement : une brève revue des différents processus et des faciès associés, l'intérêt des dépôts de pente pour les reconstitutions paléoenvironnementales et enfin, le rôle de ces mécanismes dans la formation des sites archéologiques.

Principaux processus, faciès associés et exemples en contexte archéologique

4Sous l'action de différents facteurs, les parois se dégradent et forment à leur pied des talus détritiques, englobés dans leur ensemble sous le terme général d'éboulis. La fragmentation des parois peut s'effectuer de manière plus ou moins régulière et continue pour donner naissance à des tabliers ou des cônes d'éboulis. Elle peut parfois prendre un caractère catastrophique suite à des éboulements et des avalanches rocheuses.

5Les avalanches rocheuses sont des mouvements en masse d'un grand volume de roche (> 103 m3) consécutifs à un écroulement ou à un glissement, qui forment des accumulations épaisses en forme d'éventail ou de langue (Hsü 1975, Eisbacker 1979) (fig. 1). Ces mouvements peuvent être extrèmement rapides (plus de 300 km/h) et s'écouler à plusieurs kilomètres de leur zone de départ, voire le cas échéant remonter sur le versant opposé de la vallée. Les dépôts sont principalement caractérisés par une très forte fragmentation de la roche initiale, donnant naissance à une matrice fine plus ou moins abondante, et par la présence de mégablocs souvent concentrés au sommet de la masse du matériel accumulé (Yarnold 1993, Bertran 1996) (fig. 2). Certains auteurs pensent que les avalanches rocheuses sont à l'origine de la plus grande partie du volume des accumulations détritiques en pied de paroi dans les régions montagneuses (Gray 1972, Gardner 1977). De nombreux exemples ont été ainsi inventoriés en France ces dernières années grâce aux études suscitées par la prévention des risques naturels et l'aménagement du territoire, dans des zones où ces phénomènes étaient jusqu'alors totalement passés inaperçus (Vidal et al. 1996). Les avalanches rocheuses peuvent avoir un impact morphologique considérable et avoir de grandes conséquences sur les populations. Les exemples suivants sont très démonstratifs à cet égard. Au Mont Granier en Savoie, un glissement dans des marnes entraînant l'écroulement de la barre calcaire qui les surmontait a mobilisé environ 5x108 m3 de roche (Goguel et Pachoud 1972). Cet événement précisément daté de 1248 grâce aux archives, a provoqué la disparition de plusieurs villages et les débris se sont étalés sur plus de 7 km de longueur. Plusieurs exemples d'avalanches rocheuses sont également connus pour avoir barré une vallée et entraîné la formation d'un lac en amont. Ryder et al. (1990) citent le cas d'un tel événement au cours de l'Holocène à Texas Creek (Canada) qui eu pour conséquence la quasi-disparition d'un groupe amérindien en raison de la raréfaction du saumon dans la rivière Frazer, suite à la formation d'un barrage à l'aval du territoire du groupe. L'impact sur les structures anthropiques est essentiellement destructif. Heim (1932) qui a étudié l'écroulement survenu en 1881 à Elm (Suisse) mobilisant environ 106 m3 de roche, donne les détails suivants : « les maisons ont été cisaillées au niveau de la jonction fondations-superstructures et déplacées vers l'aval par la coulée de blocs ; une canalisation enterrée à 1 m de profondeur a été arrachée et déplacée sur 1 km ».

1- Avalanche rocheuse, Alpes du sud

1- Avalanche rocheuse, Alpes du sud

Noter la présence de mégablocs à la surface du dépôt et les bordures nettes de l'accumulation, qui résultent d'un mouvement en masse des débris rocheux

2- Coupe dans une avalanche rocheuse, Mont Granier en Savoie

2- Coupe dans une avalanche rocheuse, Mont Granier en Savoie

Les blocs sont emballés dans une abondante matrice limono-argileuse, qui provient de la fragmentation intense des débris

6Les éboulis gravitaires résultent de l'accumulation en pied de paroi de pierres tombées isolément ou sous forme de paquets de volume relativement faible, au sein desquels les éléments suivent chacun une trajectoire autonome (fig. 3). Le talus construit en pied de paroi possède une pente forte, la pente modale mesurée par de nombreux auteurs avoisinant 35° (Chandler 1973, Francou 1991). Dans le segment amont du talus, les débris rocheux sont affectés après leur dépôt par une reptation rapide (creep), de quelques centimètres à une dizaine de mètres par an, liée aux réajustements provoqués par l'impact des pierres tombant sur le talus, le lavage, les variations de température et le piétinement par la faune (Gardner 1979, Francou 1991). En coupe, les dépôts se présentent comme un matériel caillouteux assez mal trié, massif ou avec une stratification rudimentaire (fig. 4). Les cailloux sont jointifs et les vides entre les éléments sont généralement incomplètement colmatés par une matrice fine. Ce type de faciès constitue rarement l'ensemble des éboulis naturels, mais se rencontre fréquemment interstratifié avec des dépôts résultant de mouvements en masse des débris. Les éboulis gravitaires sont très peu favorables à une implantation humaine en raison de la pente très forte et de l'instabilité des débris. Quelques sites enfouis dans la partie distale d'éboulis sont cependant connus, comme le Roc Allan en Dordogne (Paléolithique supérieur) et le sanctuaire gallo-romain de Viuz-Faverges en Haute-Savoie (Rebiscoul 1994). Le mur d'enceinte de ce dernier, encore préservé par endroits sur près de deux mètres de hauteur, a fait l'objet de plusieurs phases de réfection vraisemblablement à la suite des destructions causées par la chute de blocs (fig. 5). Les divers édifices cultuels ont finalement été totalement abandonnés et recouverts par les débris rocheux au IVe s. ap. J.-C.

3- Eboulis gravitaire alpin

3- Eboulis gravitaire alpin

On distingue le granoclassement longitudinal des débris, marqué par une concentration des éléments les plus volumineux vers la base du talus. A l'aplomb des couloirs rocheux, de part et d'autre de l'éboulis, d'autres dynamiques sédimentaires interviennent (ruissellement, flots de débris)

4 - Faciès d'un éboulis gravitaire

4 - Faciès d'un éboulis gravitaire

Matériel caillouteux, non stratifié et faiblement colmaté

5- Sanctuaire gallo-romain de Viuz-Faverges (HauteSavoie) au cours des fouilles archéologiques

5- Sanctuaire gallo-romain de Viuz-Faverges (HauteSavoie) au cours des fouilles archéologiques

Les bâtiments sont enfouis sous plusieurs mètres de débris rocheux dans la partie distale d'un talus d'éboulis gravitaire

Photo aimablement communiquée par A. Rebiscoul (AFAN)

7Divers processus de redistribution des débris sur la pente interviennent fréquemment en association avec l'éboulisation sur les talus naturels (éboulis polygéniques ou éboulis assistés) et donnent naissance à des talus moins pentus, dont le potentiel archéologique est important. Sur les talus situés au pied de parois qui libèrent des débris en abondance, ces processus comprennent essentiellement les coulées de pierres sèches, les avalanches de neige et les flots de débris (également appelés laves torrentielles, coulées de boue ou coulées de débris). En l'absence de paroi ou sous une paroi peu productive, d'autres processus de versant deviennent prépondérants. Ils comprennent la solifluxion, caractéristique des milieux périglaciaires, les glissements de terrain, notamment aux dépens de matériaux riches en argile, le ruissellement et la reptation du sol sensu lato liée à une combinaison de phénomènes variés. Coulées de pierres sèches (Hétu et al. 1995) et avalanches (Luckman 1977) ne sont citées ici qu'à titre indicatif, dans la mesure où ces phénomènes n'ont jusqu'à présent pas été identifiés en contexte archéologique. Ces processus de redistribution des débris sur les talus génèrent fréquemment des dépôts stratifiés, caractérisés par une succession plus ou moins régulière de couches à texture différente. Van Steijn et al. (Van Steijn et al. 1995) font une revue des différents modèles de stratification connus à partir d'exemples pris dans des milieux de sédimentation actuels. Ces travaux peuvent être directement appliqués à l'interprétation de la mise en place de la plupart des sites paléolithiques français situés en pied de paroi, en abri-sous-roche ou sous porche de grotte. Ils montrent en particulier, en contradiction avec le point de vue traditionnellement adopté en géoarchéologie (Laville 1975), que les différents lits ne sont pas le reflet de variations de la production de débris par la paroi sous l'influence du climat, mais sont d'origine dynamique, c'est-àdire qu'ils résultent d'une ségrégation des différentes fractions granulométriques au cours de la sédimentation. Différents exemples sont illustrés sur la figure 6 (fig. 6).

6- Exemples de dépôts de pente stratifiés

6- Exemples de dépôts de pente stratifiés

A - Empilement de dépôts mis en place par différents mécanismes sur un talus du Québec, d'après Hétu (1991).
Β - Stratification produite par des coulées de pierres sèches, d'après un exemple provenant d'un talus des Pyrénées (Van Steijn et al. 1995). Les variations de granulométrie résultent d'une ségrégation des débris au cours du mouvement sur la pente.
C - Dépôts stratifiés mis en place par des flots de débris, d'après un exemple alpin (Bertran et Texier 1994). La formation des niveaux caillouteux sans matrice résulte d'une ségrégation des débris au cours de la sédimentation et du lavage secondaire des dépôts.
D - Empilement de coulées de solifluxion à front pierreux, donnant naissance à des dépôts stratifiés, d'après un exemple provenant des Andes de Bolivie (Bertran, Francou et Texier 1995). La cryoexpulsion et le lavage provoquent la différenciation d'un pavage en surface de la coulée et d'un front caillouteux. Ce dernier est progressivement enfoui au cours de l'avancée de la nappe riche en matrice, a : niveau caillouteux, b : niveau riche en matrice, c : niveau d'accumulation des limons consécutif au lavage des dépôts

8Les flots de débris sont des écoulements rapides d'eau, de cailloux et de particules plus fines, le plus souvent déclenchés par des averses violentes sur des versants peu végétalisés (Johnson et Rodine 1984, Sauret 1987, Bertran et Texier 1994), qui impliquent des volumes allant de quelques m3 à plusieurs milliers de m3 (fig. 7). Suivant les caractéristiques du bassin-versant, le temps de retour de ce type d'événement est très variable, des valeurs entre 10 et 400 ans étant souvent citées dans la littérature. Les flots de débris s'interstratifient fréquemment avec d'autres types de dépôts ou construisent des cônes au débouché de couloirs rocheux ou de ravins. Les dépôts sont caractérisés par un matériel mal trié, dont les cailloux sont dispersés dans une masse de sédiments fins (fig. 8), avec souvent des lentilles caillouteuses ouvertes (sans matrice interstitielle) dans les faciès proximaux (fig. 9). Les flots de débris constituent un agent morphogénétique très actif dans les régions montagneuses et causent régulièrement à l'heure actuelle des dommages importants aux installations humaines. Des exemples d'événements exceptionnels en Rhône-Alpes sont détaillés par Peiry (Peiry 1990) et Ballandras (Ballandras 1993). L'impact sur des sites archéologiques peut être assez variable : destruction du bâti (voir les photographies des destructions causées par des flots importants dans Colas 1987 et Johnson et Rodine 1984), remaniement et dispersion sur la pente du matériel mais aussi enfouissement brutal et relativement bonne préservation locale des vestiges. Des observations très précises sur l'action érosives des flots de débris sont fournies par Suwa et Okuda (1980). Dans la partie amont du tracé suivi par les écoulements, le fond du vallon est périodiquement recreusé et les matériaux accumulés précédemment sont évacués, des blocs de taille métrique étant traînés sur plusieurs mètres. Dans la partie distale des accumulations, en revanche, de nombreux auteurs ont souligné le caractère peu érosif des flots de débris (Johnson et Rodine 1984, Bertran et Texier 1994). La végétation basse et des structures délicates sont ainsi enfouies sans perturbation.

7- Cône polygénique alpin

7- Cône polygénique alpin

La dynamique sédimentaire est dominée par l'éboulisation, les avalanches de neige et les flots de débris, dont on voit un exemple récent composé par un matériel boueux de couleur claire

8- Coupe dans la partie distale d'un cône de flots de débris en Dordogne

8- Coupe dans la partie distale d'un cône de flots de débris en Dordogne

On observe une succession de niveaux de texture différente, qui correspondent à l'empilement de coulées boueuses plus ou moins chargées en graviers

9- Coupe dans la partie proximale d'un cône de flots de débris, Alpes du sud

9- Coupe dans la partie proximale d'un cône de flots de débris, Alpes du sud

Les dépôts présentent une stratification rudimentaire, marquée par des lentilles caillouteuses sans matrice dans un matériel colmaté. On distingue localement des sables et des graviers lités correspondant à des niveaux repris par le ruissellement

9Plusieurs sites paléolithiques français semblent s'être constitués par l'empilement de flots de débris. Combe-Capelle-bas en Dordogne, situé au pied d'un long versant rocheux, a ainsi été interprété comme un petit cône torrentiel interstratifié avec d'anciens dépôts fluviatiles de la Couze (Bertran et Texier 1995b). Ce site, connu de longue date, a livré une abondante industrie moustérienne (Dibble et Lenoir 1995). La dispersion verticale à peu près uniforme du matériel archéologique et l'orientation préférentielle des objets allongés selon la pente suggèrent fortement que la physionomie actuelle du site est le résultat d'une redistribution complète des niveaux d'occupation. L'analyse archéologique a cependant montré que des ensembles lithiques relativement différents pouvaient être distingués, autorisant une approche chronologique des caractères typologiques et technologiques de l'industrie (Dibble et Lenoir 1995). Les vestiges gallo-romains de Montgilbert en Isère (Caclin 1995) sont installés sur un cône de déjection construit par un torrent affluent de l'Arc (fig. 10). Ce site a été brutalement enfouis au IIe ou au IIIe s. ap. J.-C. par des flots de débris et se retrouve actuellement enterré sous environ 5 m de dépôts. Les murs ont été préservés sur 1 à 2,5 m de hauteur, mais plusieurs présentent des déformations en liaison avec l'impact des coulées, en particulier un basculement vers l'aval d'une dizaine de degrés par rapport à la verticale ou un cisaillement à la base accompagné d'un déplacement en bloc.

10- Vue du site gallo-romain de Montgilbert en Savoie

10- Vue du site gallo-romain de Montgilbert en Savoie

Les restes de plusieurs bâtiments sont enfouis sous plusieurs mètres de matériaux déposés par des flots de débris

Photo aimablement communiquée par C. Caclin (AFAN)

11- Coulées de solifluxion à front pierreux dans les Alpes du sud

11- Coulées de solifluxion à front pierreux dans les Alpes du sud

Des lobes essentiellement composés de débris de schistes noirs affleurant en sommet de versant progressent sur un pavage de débris calcaires de couleur plus claire. La longueur des blocs transportés par les coulées peut dépasser un mètre

10La solifluxion périglaciaire correspond à une lente déformation du sol (quelques centimètres par an) résultant du soulèvement et de l'affaissement répétés du sol sous l'action des cycles de geldégel ainsi que de l'écoulement lent du sédiment sursaturé pendant les périodes de dégel (Williams et Smith 1989, Harris et al. 1993). Ce phénomène est étroitement lié aux environnements froids (fig. 11, 12). La solifluxion se produit sur des pentes supérieures à 3-4° et construit des dépôts généralement mal triés (cailloux jointifs ou dispersés dans une matrice fine). Les accumulations liées à une solifluxion pelliculaire ou à des lobes et des banquettes de solifluxion non triés, typiques des zones possédant une couverture herbacée, sont massives ou possèdent une stratification rudimentaire, parfois marquée par des sols organiques enfouis (Benedict 1970, Matthews et al. 1986) (fig. 13). En revanche, les lobes et nappes de solifluxion à front pierreux que l'on rencontre dans les déserts périglaciaires mettent en place des dépôts stratifiés, présentant une alternance de couches caillouteuses ouvertes et de couches colmatées (Bertran, Francou et Texier 1995) (fig. 14).

12- Coulée de solifluxion sous pelouse, Andes de Bolivie

12- Coulée de solifluxion sous pelouse, Andes de Bolivie

13- Coupe de dépôts de solifluxion à stratification rudimentaire, site des Jamblancs en Dordogne

13- Coupe de dépôts de solifluxion à stratification rudimentaire, site des Jamblancs en Dordogne

Il s'agit d'un dépôt caillouteux riche en matrice, avec des cailloux majoritairement orientés dans le sens de la pente. On distingue également des blocs imbriqués, qui correspondent à des zones de compression au sein de la masse de sédiment en mouvement sur la pente, ainsi qu'un niveau plus sombre dans la partie médiane de la coupe, très riche en matériel archéologique et en charbons de bois. Ce niveau provient de l'étalement sur le talus de niveaux d'occupation du Paléolithique supérieur, dont des lambeaux plus faiblement perturbés sont conservés en pied de paroi

Photo aimablement communiquée par J.-J Clayet-Merle (Musée National de Préhistoire)

11L'étude réalisée par Texier (Texier et al. sous presse) sur un site archéologique expérimental installé sur un versant de solifluxion alpin permet de se faire une bonne idée des transformations qui s'opèrent dans ce type de milieu. Les principales conclusions qui ont été obtenues sont les suivantes. Des modifications très rapides et importantes se sont produites. Les déplacements moyens des artefacts varient entre 1,66 et 4,75 cm/an, avec des maxima dépassant 2 m. De forts déplacements individuels affectant essentiellement les objets peu denses (os), liés au ruissellement et au vent, s'ajoutent à des déplacements collectifs provoqués par la solifluxion. La vitesse de translation des objets vers l'aval varie très rapidement latéralement et induit une déformation de l'organisation initiale. L'enfouissement des objets suit un schéma complexe. Certains éléments s'infiltrent entre les cailloux au niveau du front des coulées et sont recouverts par l'avancée de la nappe. D'autres restent à proximité de la surface et continuent à progresser sur la pente. La cryoexpulsion est un phénomène très actif. 23 % des objets enfouis à 5 cm de profondeur et 4 % de ceux enfouis à 10 cm sont réapparus à la surface en 5 ans. Tandis que les traces d'utilisation sur les silex n'ont pas été affectées de manière sensible et restent parfaitement identifiables, les os ont subi une fragmentation très importante due aux alternances gel-dégel.

14- Coupe de dépôts de solifluxion stratifiés, site paléolithique moyen de Baume-Vallée en Haute-Loire

14- Coupe de dépôts de solifluxion stratifiés, site paléolithique moyen de Baume-Vallée en Haute-Loire

Les lits grossiers sans matrice correspondent à des pavages et des fronts caillouteux progressivement enfouis par la progression des coulées

12Ces mécanismes ont été identifiés dans de nombreux sites paléolithiques français, qui sont pour un grand nombre d'entre eux contemporains de climats périglaciaires, comme Laugerie-Haute et Le Callan en Dordogne (Paléolithique supérieur), Baume-Vallée (Paléolithique moyen) et La Roche à Tavernat (Paléolithique supérieur) en Haute-Loire (Bertran 1994). Le site de BaumeVallée en Haute-Loire peut servir d'exemple pour illustrer ces mécanismes. Il a livré une industrie moustérienne (Raynal et Decroix 1987) inclue pour une grande part dans des dépôts stratifiés, sur une pente d'environ 10° (fig, 14). Ces dépôts présentent de nombreuses figures typiques des lobes de solifluxion, notamment la présence de plis étirés dans la pente indiquant une lente déformation du sol, des accumulations de limon au sommet des niveaux colmatés sous l'action du lavage associé à la fonte des neiges, et des grano-classements verticaux dans les niveaux caillouteux provoqués par l'effet de crible, c'est-à-dire l'infiltration des sables et des graviers entre les éléments plus grossiers des pavages en surface des coulées. Quelques lentilles de sédiment fin sont interprétées comme des taches de boue (ostioles) formées par la cryoturbation. La distribution des vestiges, en particulier l'orientation préférentielle des objets allongés selon la pente, indique que le matériel archéologique a été significativement remanié. Ceci explique probablement l'absence de structure anthropique évidente et la présence de témoins de combustion dispersés dans l'ensemble du sédiment.

15- Petit glissement rotationel dans un talus artificiel

15- Petit glissement rotationel dans un talus artificiel

13Les glissements de terrain correspondent à des déplacements en masse du sol, où le mouvement se concentre principalement au niveau de surfaces distinctes, à la base et à l'intérieur de la masse en mouvement (fig. 15). La masse peut glisser en blocs ou se désintégrer à des degrés variables et s'écouler lentement, ou encore donner naissance à un flot de débris par incorporation d'eau et liquéfaction. Ils se déclenchent en réponse à un accroissement de la contrainte de cisaillement exercée sur le sol (suppression de la butée de pied, surcharge...) ou à une diminution de la résistance du sol (forte pression d'eau interstitielle, altération, chute de la résistance suite à une reptation lente...) (Varnes 1978). En coupe, les principaux critères d'identification concernent la présence de plans de glissements striés et brillants, une structure « bréchique » caractérisée par des fragments du sédiment originel dispersés dans une matrice homogénéisée ou bien une déformation (plissement des lits, étirements) ou un basculement à contre-pente du litage préexistant (fig. 16). Les glissements sont la cause principale des désordres enregistrés actuellement sur la voirie et le bâti dans certaines régions à substratum argileux. Peu de sites archéologiques connus sont directement associés à des glissements de terrain. Les dépressions formées en tête des glissements peuvent donner naissance à des marais, autour desquels s'implantent des habitats. Un site de l'âge du Bronze a par exemple été décrit près de Sinard (Isère) dans ce type de contexte (Thierriot 1994). Pour les périodes historiques, les terrains affectés par des glissements constituent souvent une zone repoussoir. La dépression du Trièves (Isère), en grande partie occupée par des terrains glaciolacustres, est démonstrative. La géographie humaine de cette région et le mode d'exploitation des sols apparaissent en effet fortement contraints par la nature du sous-sol. La localisation actuelle des villages est étroitement liée à celle des plateaux graveleux, plus rarement, aux collines marno-calcaires. La confrontation des données de la carte archéologique et de la géologie indique que l'implantation des sites, qu'ils soient préhistoriques ou gallo-romains, suit un canevas à peu près identique à celle du bâti actuel. Il en est de même pour les voies de communication et notamment les vestiges de voies « gallo-romaines », qui évitent largement les terrains argileux instables.

16- Coupe dans un glissement de terrain aux dépens de till et de laminites glacio-lacustres, sud Chili

16- Coupe dans un glissement de terrain aux dépens de till et de laminites glacio-lacustres, sud Chili

Les dépôts sont caractérisés par la juxtaposition de blocs de sédiments plus ou moins intensément déformés

14Le ruissellement peut être localement un agent de sédimentation important et construire des cônes colluviaux d'épaisseur plurimétrique (fig. 17). Sur les versants, les lames d'eau écoulées sont rarement très épaisses (quelques centimètres) et les conditions de transport des particules sont généralement assez différentes de celles qui régnent en milieu fluviatile : mélange des éléments en saltation ou tractés sur le fond et des particules en suspension en raison de la faible épaisseur de l'écoulement (Moss et Walker 1978), perturbation de l'écoulement liée à l'impact des gouttes de pluies (Moeyersons et De Ploey 1976), rapides variations de la concentration en particules suite à l'éboulement des parois des rigoles (Govers 1987), sédimentation forcée induite par la végétation (Faury 1990). Suivant la morphologie de la zone d'érosion, la composition granulométrique et les propriétés mécaniques des matériaux parentaux, l'accumulation de sédiments est dominée soit par des écoulements dilués avec des figures de traction (litage, granoclassement) bien développées, soit par des écoulements hyperconcentrés d'aspect massif ou avec des laminations peu marquées. Les dépôts sont généralement caractérisés par un tri médiocre. En coupe, on observe typiquement des lentilles litées (remplissages de rigoles, nappes) interstratifiées avec des dépôts massifs (fig. 18). Les premières correspondent à des zones où l'accrétion par des écoulements dilués est rapide, les secondes à des zones où l'accrétion est lente et les perturbations post-dépositionnelles corrélativement fortes (activité biologique et anthropique, gel-dégel, humectation-dessication...) ou bien des zones où l'accumulation est essentiellement due à des écoulements hyperconcentrés, voire à des flots de débris.

17- Cônes ruisselés dans des badlands des Alpes du sud

17- Cônes ruisselés dans des badlands des Alpes du sud

À l'aval, les cônes deviennent coalescents et donnent naissance à un large épandage de graviers, sur une pente de 4 à 8°. Les débris grossiers sont concentrés dans les rigoles

18- Coupe dans un cône colluvial sur un site galloromain à Vaise (Rhône)

18- Coupe dans un cône colluvial sur un site galloromain à Vaise (Rhône)

On observe une alternance de niveaux lités correspondant à des écoulements de haute énergie à faible charge en suspension et de niveaux sableux massifs, avec quelques graviers dispersés, qui proviennent d'écoulements hyperconcentrés

15Plusieurs travaux concernant la vitesse de transport des graviers ont été réalisés par des géomorphologues et peuvent donner d'utiles indications pour l'interprétation des sites archéologiques situés dans ce type de contexte. Sur des versants faiblement végétalisés d'Arizona, Kirkby et Kirkby (1974) ont enregistré un transport de débris environ 100 fois plus important dans les rigoles qu'en dehors. Dans les zones inter-rigoles, seules les particules de taille inférieure à 5 cm étaient mobiles, le déplacement maximum atteignant 50 cm au cours d'une pluie (pente 17°). Sur des sols limoneux de Belgique, Poesen (Poesen 1987) note également un transport relativement lent des graviers dans les zones inter-rigoles, d'au maximum 5 cm/an sur des pentes de 3 à 16°, soit environ 10 fois moins que dans les rigoles. Cet auteur cite des déplacements par le ruissellement concentré atteignant 12 m/an. En particulier, un galet de 9,8 cm de longueur a parcouru 2,7 m pendant une seule pluie modérée sur une pente de 7°. La plupart des auteurs trouvent également une corrélation positive entre l'ampleur du déplacement et la valeur de la pente, le débit maximal ou l'intensité de la pluie, négative entre le déplacement et la taille des éléments (Kirkby et Kirkby 1974, Abrahams et al. 1984, Poesen 1987). Des expérimentations en laboratoire ont également été réalisées avec du matériel archéologique (Wainwright 1992). Elles montrent que l'apparition du ruissellement sur la pente expérimentale induit un déplacement apparemment aléatoire et très variable des artéfacts. 89 % des objets de moins de 2 cm ont été déplacés lors d'une seule pluie. Les simulations réalisées suggèrent que l'essentiel du mouvement se produit immédiatement après l'abandon du site (stabilisation rapide par la repousse de la végétation, enfouissement des objets) et conduit à une resédimentation du matériel archéologique dans un cône à l'aval du site initial.

16De nombreux sites archéologiques sont associés à des dépôts de ruissellement. Ainsi, le site de Gorge-de-Loup dans le Rhône (Vérot-Bourrely et al. 1995) a livré une série d'occupations allant de l'âge du Bronze à la période médiévale, interstratifiées dans un petit cône de déjection. Le site paléolithique supérieur du Flageolet en Dordogne (Rigaud 1982) et le site paléoindien de Ponsonby (Chili) (Legoupil et Bertran 1996) peuvent également être pris comme exemples. Ils correspondent à des cônes colluviaux où le ruissellement concentré joue un rôle important. Dans les deux sites, l'étude de la distribution du matériel archéologique montre la juxtaposition sur de courtes distances de niveaux d'occupation bien préservés, caractérisés par la présence de structures anthropiques scellées par des écoulements en nappe, et des zones fortement perturbées dans lesquelles les objets ont été transportés dans des rigoles.

17Les pratiques agricoles favorisent le ruissellement et constituent le principal facteur à l'origine des colluvions classiquement rencontrées sous forme de nappes au pied des versants cultivés (fig. 19). Ce sont des dépôts non ou mal stratifiés, mal triés mais souvent à dominante texturale fine, avec des lentilles de graviers qui représentent des colmatages de petits ravins, des cailloutis résiduels ou des petits cônes déposés au débouché de rigoles (Allen 1992). Ces dépôts sont fréquemment totalement homogénéisés par l'activité biologique et le labour et il est généralement impossible de déterminer si l'accumulation résulte d'une accrétion relativement continue ou si elle ne reflète qu'un nombre limité d'événements exceptionnels (fig. 20). Le transit des particules de sol est essentiellement assuré par le ruissellement dans des rigoles ou des ravins éphémères (Vandaele et Poesen 1995) mais aussi par le labour lui-même. Les mesures effectuées par Guiresse et Revel (1995) montrent que la quantité de terre transportée vers l'aval sur une parcelle pentue résultant du déplacement cumulé des mottes par la charrue peut dépasser l'érosion produite par le ruissellement.

19- Epandage colluvial à l'aval d'une parcelle cultivée dans la région de Grenoble

19- Epandage colluvial à l'aval d'une parcelle cultivée dans la région de Grenoble

20- Colluvions probablement liées aux pratiques agricoles sur le site gallo-romain de Sinard (Isère)

20- Colluvions probablement liées aux pratiques agricoles sur le site gallo-romain de Sinard (Isère)

Dépôts massifs composés de limon avec des graviers dispersés dans la masse

18Les phénomènes englobés sous le terme de reptation du sol (déplacement lié aux alternances humectation-dessication, l'activité biologique, le ruissellement diffus et l'impact des gouttes de pluies, le fluage visqueux lent du sol...) ont globalement une efficacité morphogénétique de plusieurs ordres de grandeur moindre que celle des processus décrits plus haut. Leur action peut cependant avoir une influence non négligeable sur un site archéologique. Kirkby (1967) cite des taux annuels de transport de terre sous prairie en Ecosse de 2,4 cm3/cm pour la reptation liée aux cycles humectation-dessication du sol, 0,25 cm3/cm pour l'activité des vers de terre et des rongeurs, à comparer aux 0,089 cm3/cm liés au ruissellement sur le même site. Au Canada, Smith et Gardner (Smith et Gardner 1985) chiffrent le volume annuel de terre ramenée en surface et redistribuée sur le versant (par le ruissellement notamment) sous l'action des spermophiles à 0,61,5 t./ha. Le piétinement du bétail peut également avoir un impact significatif. Schumm (1967) a ainsi enregistré des déplacements de cailloux dans la pente 3 fois plus forts sur des parcelles exposées au piétinement que sur des parcelles protégées et seulement soumises à l'action de la reptation thermique et du ruissellement. Ces processus sont également actifs sous forêt, en particulier la reptation due à l'impact des gouttes de pluie sur les taches de terre remontée en surface par l'activité biologique (Kwaad 1977, Sala 1988, Hazelhoff et al. 1981). Ils sont à l'origine de nombreux sols colluviaux à texture fine rencontrés en pied de versant dans nos régions, qui se sont progressivement constitués au cours de l'Holocène (Kwaad et Mücher 1977). Le sol colluvial décrit sur certains secteurs du site mésolithique de Vaise, contenant une industrie mésolithique dispersée sur toute sa hauteur, est probablement représentatif de ces phénomènes (Bertran et al. sous presse).

Reconstitutions paléoenvironnementales

19Les données paléoenvironnementales susceptibles d'être déduites de l'étude des dépôts de pente sont de plusieurs types. Elles sont d'abord de nature locale et concernent le milieu de sédimentation, sa caractérisation, son fonctionnement et son évolution au cours du temps. Ces données permettent de décrire les caractéristiques physiques du milieu occupé par l'homme et d'en déduire certaines des contraintes et des opportunités d'exploitation qu'il pouvait offrir.

20Les dépôts de versant sont également susceptibles de contenir un signal climatique. Par exemple, les bases de données concernant les glissements de terrain en Angleterre (Brunsden et Ibsen 1993) mettent en évidence des pics d'activité liés à des épisodes climatiques spécifiques (fig. 21A). Cette relation s'observe aussi bien à l'échelle du dernier cycle climatique pléistocène qu'à l'échelle de l'Holocène, des cinq derniers siècles ou des dernières décennies. Les périodes de recrudescence des glissements coïncident soit avec des phases climatiques humides, comme le dernier interglaciaire, l'Atlantique, le début du Subboréal et du Subatlantique et le Petit Age de Glace, soit, pour des échelles de temps plus restreintes, à des années ou des séquences d'années particulièrement pluvieuses.

21Des constatations analogues ont été faites pour d'autres mécanismes, notamment dans les milieux fragiles au voisinage des limites entre les étages de la végétation en altitude. Matthews et al. (1993) identifient ainsi plusieurs périodes favorables à la solifluxion périglaciaire dans les montagnes d'Europe au cours de l'Holocène, sur la base des nombreuses dates 14 C obtenues à partir de paléosols enfouis sous des coulées. Alors que très peu d'évidences de solifluxion sont connues dans la première partie de l'Holocène, des phases d'activité ont été enregistrées au début du Subboréal et du Subatlantique ainsi que pendant le Petit Age de Glace. En Scandinavie, Jonasson (1993) pour les flots de débris (fig. 21B) et Blikra et Nemec (1993) pour les avalanches retrouvent des enregistrements comparables. Grove (1972) montre également d'après l'analyse méticuleuse des archives, une recrudescence des glissements, des avalanches, des inondations et des chutes de pierres pendant le Petit Age de Glace en Norvège.

22À partir de ces travaux, des variations plus ou moins synchrones de l'activité des phénomènes de versant semblent se dessiner en Europe au cours de l'Holocène. Sur cette base, la mise en évidence de variations similaires peut être légitimement espérée de l'étude détaillée des formations plus anciennes, en particulier des dépôts de pente du Pléistocène supérieur. Cet optimisme doit cependant être tempéré par un certain nombre de constatations qui montrent toute la difficulté d'une interprétation climatique simple des dépôts de pente.

23Les études menées en domaine actif soulignent en effet que les causes du déclenchement des différents mécanismes sont très diverses, souvent multiples et parfois difficiles à cerner clairement. Environ un tiers des glissements inventoriés en Angleterre (Brunsden et Ibsen 1993) n'ont pas de cause identifiée ; ils pourraient être liés à une évolution «  normale  » du sol, causée par une détérioration progressive de ses caractéristiques mécaniques jusqu'à un seuil critique. Lorsqu'ils sont identifiés, les facteurs climatiques impliqués sont variables. Pour la solifluxion périglaciaire, Matthews et Berrisford (1993) font une revue des données acquises récemment et montrent que les paramètres influents diffèrent selon les régions considérées. La solifluxion semble ainsi favorisée dans les Alpes par des hivers froids et des chutes de neige faibles, tandis qu'en Scandinavie le facteur épaisseur de la couverture neigeuse semble au contraire positivement corrélé avec la vitesse de solifluxion. Dans l'Arctique, la solifluxion est surtout liée à des étés chauds et humides, qui permettent la fonte du pergélisol.

21- Variations de l'activité de quelques processus de versant en fonction du temps

21- Variations de l'activité de quelques processus de versant en fonction du temps

A - Glissements de terrain en Angleterre, d'après Brunsden et Ibsen (1993). Le trait continu représente la moyenne mobile sur 11 ans du nombre de glissements et le trait en pointillé correspond à la moyenne de la pluie efficace (pluie - évapotranspiration). Les deux courbes montrent une étroite corrélation pendant le XXe s.
Β - Flots de débris en Scandinavie, d'après Jonasson (1993). En haut, nombre d'événements enregistrés par période de 500 ans. En bas, détail des événements. L'activité des flots de débris apparaît très importante dans la seconde moitié de l'Holocène, en particulier pendant le début du Subboréal et du Subatlantique ainsi que pendant le Petit Age de Glace.
C - Activité des flots de débris dans le Parc de Yellowstone (USA), d'après Meyer et al. (1995). Au cours des deux derniers millénaires, les dates obtenues sur les écoulements vraisemblablement déclenchés par des incendies de forêt se regroupent pendant les périodes les plus chaudes, notamment pendant l'optimum climatique médiéval

24Un autre exemple est celui des flots de débris. En Norvège, les étés frais et pluvieux du Petit Age de Glace sont invoqués pour expliquer la recrudescence des flots de débris (Jonasson 1993). En revanche, Zimmerman et Haeberli (Zimmerman et Haeberli 1992) indiquent que les deux tiers des écoulements qui se sont produits récemment en haute montagne suisse trouvent leur origine dans le remaniement de matériaux libérés par la fusion du pergélisol ou le retrait des glaciers, en relation avec un réchauffement du climat. De son côté, Meyer (Meyer et al. 1995) dans le Parc de Yellowstone (USA) suggère que les pics d'activité des flots de débris identifiés au cours de l'Holocène, essentiellement sous le contrôle des feux de forêts, sont corrélés avec des périodes chaudes, notamment l'optimum climatique du Moyen-Age (fig. 21C). Par ailleurs, si de fortes pluies constituent le principal facteur immédiat du déclenchement, le seuil d'intensité varie largement suivant l'échelle du phénomène considéré et les caractéristiques mécaniques des sédiments (Wieczorek 1987).

25De nombreux facteurs autres que climatiques ont souvent une influence déterminante et peuvent être difficiles, voire impossibles, à mettre en évidence lorsqu'on s'adresse à l'enregistrement fossile. Ces facteurs sont d'ordre géologique ou morphologique : sapement de la base des versants dû à l'action des cours d'eau ou de la mer, caractéristiques et histoire de la roche déterminant la vitesse de fourniture de débris pouvant être remobilisés, sismicité régionale, déformations tectoniques... L'activité anthropique intervient elle-même comme facteur principal ou accessoire : modifications du drainage lié à la déforestation, aux carrières, à la création de voirie, surpâturage, incendies, surcharges locales liées à la construction d'édifices...(Cleveland 1973, Castex 1985, Wells II 1987, Martin 1993).

26Le fonctionnement d'un système paroi-talus est par ailleurs complexe et son évolution en dehors de tout stimulus climatique entraine l'apparition successive de différents mécanismes sédimentaires. On constate une diminution de l'importance prise par l'éboulisation au fur et à mesure de la dégradation de la paroi et le développement concomitant de dépôts liés à des mouvements en masse de type avalanches de neige, flots de débris ou solifluxion. Des séquences de ce type dans des talus pléistocènes sont décrites par Bertran (Bertran et al. 1995) (fig. 22). Démêler les différents facteurs contrôlant l'évolution d'un talus reste cependant difficile. Par exemple, Kotarba et Stromquist (1984) mettent surtout en avant des causes climatiques à la transformation d'éboulis gravitaires en cônes torrentiels en Pologne, tandis qu'Hétu (1986) ne trouve pas de corrélation nette entre la dynamique sédimentaire et le climat sur des talus du Québec. Il montre en particulier que la phytostabilisation s'effectue tout au long de l'Holocène et que l'accumulation détritique est surtout déterminée par l'héritage glaciaire de la région et l'exportation ou non de matériaux à la base des talus par les rivières.

22- Facteurs contrôlant la granulométrie des éboulis, d'après Bertran et al. (1995)

22- Facteurs contrôlant la granulométrie des éboulis, d'après Bertran et al. (1995)

A - Courbes d'isogranulométrie dans un talus expérimental, d'après Kirkby et Statham (1975).
Β - Séquence typique observée sur une coupe verticale dans un éboulis, avec une diminution de la taille des débris vers le haut, lié au recoupement de différentes courbes isogranulométriques.
C - Courbes d'accrétion d'un talus gravitaire et du recul consécutif de la paroi, d'après une simulation de Kirkby et Statham (1975).
D - Dérive granulométrique dans une séquence complexe d'Aquitaine, comportant un éboulis gravitaire à la base, des dépôts de pente stratifiés caillouteux, puis des dépôts massifs de graviers. Cette dérive résulte d'un accroissement de la fragmentation des débris lié à l'allongement de la surface de transit et à une diminution des apports par enfouissement progressif de la partie inférieure de la paroi

27De nombreuses difficultés ont aussi trait à la datation des dépôts de pente (discussion in Corominas et al. 1993). Outre les problèmes inhérents à l'échantillonnage et à la représentativité des données, ces auteurs soulignent les biais introduits dans les tentatives de datation, liés à la surreprésentation des événements de faible importance et de court temps de retour pour les périodes récentes. Ce point est souvent crucial, dans la mesure où les facteurs de déclenchement sont différents selon que l'événement implique un petit volume de matériaux ou correspond au contraire à un phénomène profond et de grande ampleur.

28En conclusion, les dépôts de pente sont porteurs d'une certaine information sur l'évolution climatique régionale. Cependant, l'extraction du signal climatique est généralement complexe et ne peut être envisagée qu'à partir d'un grand nombre de dépôts bien datés et représentatifs d'une période et d'une région données. Cela nécessite également d'identifier précisément les mécanismes sédimentaires et de les replacer au sein de l'évolution du versant, pour dégager ce qui est lié à une évolution sous le contrôle de facteurs intrinsèques au système de ce qui reflète des commandes extrinsèques, notamment climatiques.

29À titre d'exemple, deux tentatives de bilan sur la morphogénèse holocène à l'échelle des Alpes méridionales (Jorda et Provansal 1996) et de la Valdaine (Berger 1995) montrent, au-delà d'importantes variations entre les divers enregistrements sédimentaires ponctuels analysés, des crises successives qui semblent trouver leur origine dans le jeu de contraintes à la fois climatiques et anthropiques.

Rôle des processus de versant dans la formation des sites archéologiques

30Une abondante littérature a été consacrée depuis plus de trente ans à la géologie des sites archéologiques situés en pied de paroi, dans des abris-sous-roche ou en porche de grotte, principalement dans une optique chronostratigraphique (par exemple Laville 1975). Selon le point de vue généralement adopté dans ces études, les dépôts résulteraient d'une accrétion progressive du talus suite à l'accumulation de pierres détachées de la paroi, sans mouvement significatif des matériaux sur la pente (fig. 23). Les niveaux d'occupation seraient ainsi enfouis et préservés sans perturbation majeure. De manière corollaire, les mélanges d'industries se produiraient essentiellement à l'interface entre deux niveaux d'occupation successifs et seraient dépendants de la rapidité de la sédimentation (degré de résolution stratigraphique, cf. Petraglia 1993).

23- Formation d'un site préhistorique dans un abri-sousroche, selon Bordes (1984)

23- Formation d'un site préhistorique dans un abri-sousroche, selon Bordes (1984)

Les dépôts se forment par exhaussement progressif du sol, en raison de l'accumulation de matériaux anthropiques et de fragments détachés de la paroi. Les différentes figures suggèrent clairement que la fossilisation des niveaux d'occupation s'effectue par un simple enfouissement, sans redistribution des matériaux sur la pente. On peut en particulier noter que la position des blocs et la physionomie des niveaux anthropiques ne varie pas au cours de leur enfouissement. Line telle conception est probablement assez éloignée de la réalité

31Le développement des études concernant la dynamique de versant dans les milieux naturels indique de manière évidente l'inadéquation de ce point de vue. Les expériences réalisées sur des cailloux marqués déposés à la surface de talus montrent en effet un déplacement parfois considérable des éléments avant qu'ils ne soient enfouis, quel que soit le processus sédimentaire mis en oeuvre. Cette constatation soulève donc le problème de savoir dans quelle mesure les phénomènes qui se sont exercés après l'abandon d'un site par l'homme ont modifié la physionomie initiale des niveaux d'occupation. Les données acquises dans les milieux naturels suggèrent que la dynamique de versant doit être envisagée comme un facteur essentiel de la formation du site. L'impact sur la préservation des niveaux archéologiques peut cependant varier considérablement. Il est donc nécessaire de s'attacher à déterminer avec la plus grande précision possible l'ampleur des remaniements, de manière à comprendre la signification des assemblages industriels récoltés et à fixer des limites à l'interprétation paléthnologique des niveaux.

32Différents outils sont à la disposition des archéologues dans cette démarche. La mise en évidence de déplacements du matériel s'appuie essentiellement sur 1) l'analyse de la répartition spatiale des produits issus d'un même nucleus (remontages lithiques), 2) la constatation de tris granulométriques au sein des objets 3) l'étude de l'orientation et du pendage des pièces (fabrique).

Remontages lithiques

33L'étude des remontages lithiques est l'une des méthodes privilégiées dans l'analyse des configurations spatiales au sein des sites paléolithiques, pour différencier des aires d'activité et comprendre la chronologie de ces activités. La distribution des remontages a également été utilisée dans le but d'évaluer les perturbations subies par le matériel archéologique (Villa 1982, Kroll et Isaac 1984, Collcutt et al. 1990). Peu de données sont cependant publiées à ce jour en ce qui concerne les sites localisés sur une pente. Deux exemples sont présentés ici, l'un provenant de la grotte de Lunel-Viel d'après l'étude de Le Grand (1994), l'autre de l'abri du Flageolet.

34La grotte de Lunel-Viel I dans l'Hérault a livré de nombreux restes fauniques ainsi qu'une industrie du Paléolithique ancien (Bonifay 1981). Les dépôts graveleux forment un cône dont l'apex est situé à l'aplomb de l'ouverture de la grotte et qui passent vers le fond de la cavité à des dépôts plus fins. L'analyse des remontages a permis de démontrer de façon très probante le caractère naturel de l'accumulation d'objets archéologiques (Le Grand 1994) (fig. 24). Les principaux critères retenus par cet auteur peuvent se résumer aux points suivants :

  1. la faiblesse numérique des raccords reflète une importante dispersion du matériel, que l'on ne peut mettre en relation avec une cause anthropique sur la base de l'étude technologique,

  2. la majorité des raccords mettent en jeu des pièces provenant de couches différentes,

  3. les raccords sont systématiquement orientés parallèlement à l'axe de la grotte (c'est-à-dire selon la ligne de plus grande pente),

  4. les distances entre les pièces peuvent être considérables, puisqu'elles dépassent 10 m pour 17 des 43 remontages.

24- Distribution en plan des raccords lithiques dans la grotte de Lunel-Viel, d'après Le Grand (1994)

24- Distribution en plan des raccords lithiques dans la grotte de Lunel-Viel, d'après Le Grand (1994)

Noter les grandes distances séparant les objets et l'orientation systématique des raccords dans le sens de la pente. Plusieurs remontages s'effectuent à travers des couches différentes. Cette organisation est interprétée comme le résultat de la resédimentation à l'intérieur de la grotte d'un stock d'objets initialement localisé sous le porche

35Ces observations témoignent de façon claire du remaniement d'un ou de deux stocks d'objets initialement localisés à proximité de l'entrée de la grotte.

36Le site paléolithique supérieur du Flageolet en Dordogne (Rigaud 1982) correspond à un cône détritique situé en pied de paroi à l'aplomb d'un vallon fossile. Une concentration lithique a fait l'objet d'une série de remontages (Ploux 1986) (fig. 25). L'auteur a conclu à un amas résultant de l'évacuation (balayage du sol ou rejet à partir d'une peau) de produits de débitage. Il semble en fait que l'on puisse réinterpréter ces données de manière plus pertinente en terme de processus sédimentaire, à la lumière des nouvelles données sur la géologie du site (Texier à paraître). La concentration d'objet a une forme allongée, en creux, qui correspond probablement à une ancienne rigole, avec une morphologie typique de seuils et de cuvettes successifs. L'analyse détaillée effectuée par Ploux montre :

  1. la présence d'un tri granulométrique marqué par l'absence relative des éléments les plus fins (débris de taille),

  2. une dispersion verticale du matériel sur environ 15 cm, avec les objets les plus volumineux (nucleus) systématiquement à la base de la concentration,

  3. une densité du matériel régulièrement décroissante d'amont en aval ainsi que de la base vers le sommet de la concentration,

  4. une microstratification de l'amas ne révélant aucune succession chronologique cohérente des différentes phases d'exploitation des nucleus, mais au contraire une structure très homogène.

25- Distribution en plan des raccords dans un amas lithique de l'abri du Flageolet, d'après Ploux (1986)

25- Distribution en plan des raccords dans un amas lithique de l'abri du Flageolet, d'après Ploux (1986)

L'amas a une forme allongée. Aucun raccord n'a été trouvé entre cette concentration et le matériel situé aux alentours. Une orientation préférentielle des remontages, parallèle à la pente, apparaît de manière évidente. Cet amas correspond probablement à une concentration secondaire d'objets dans une rigole

37Simultanément, les remontages soulignent plusieurs faits remarquables, dont certains convergent avec les observations réalisées à Lunel-Viel. Les raccords entre pièces sont relativement peu abondants. Ils sont toujours parallèles à la pente ou légèrement obliques. Tous les remontages s'effectuent au sein de la concentration ou vers l'aval et il n'y a pas de relation avec les objets situés de part et d'autre de la concentration. Cet aspect unidirectionnel des raccords et le caractère totalement « intrusif » (bien qu'appartenant à la même occupation) de l'amas par rapport au matériel environnant suggèrent fortement un déplacement significatif des objets. L'hypothèse d'une concentration secondaire dans une rigole accompagnée d'un tri hydraulique des objets nous paraît la plus apte à rendre compte de l'ensemble des observations.

Tri granulométrique

38Certains processus sédimentaires induisent un tri des particules transportées. Les mouvements individuels des particules (éboulisation, ruissellement) génèrent des tris longitudinaux, marqués selon le cas par une croissance ou au contraire une décroissance de la taille des débris de l'amont vers l'aval du versant. Le tri gravitaire des éboulis a fait l'objet de nombreuses observations (Francou 1991, Perez 1993), de même que le tri hydraulique lié au ruissellement sur les versants (Kirkby et Kirkby 1974, Coventry et al. 1978, Abrahams et al. 1984).

39Les mouvements en masse des débris ne donnent en général pas naissance à un tri longitudinal bien marqué et les talus dominés par ces mécanismes ne présentent pas d'évolution nette des paramètres de taille des débris avec la pente (Bones 1973, Albjär et al. 1979, Kotarba et Strömquist 1984). La situation est cependant souvent compliquée par l'existence de relais de processus sédimentaires, par exemple une sédimentation essentiellement gravitaire à l'amont, puis une zone médiane dominée par la solifluxion, enfin une zone distale où prévaut le ruissellement (Jahn 1960, Strömquist 1983). Des granoclassements longitudinaux complexes ont ainsi été décrits sur certains versants (Kirkby et Kirkby 1974, Albjär et al. 1979). Des tris verticaux, à l'origine de la stratification des dépôts, ont en revanche été quelquefois décrits, en particulier dans des dépôts de solifluxion (Francou 1988, Bertran, Francou et Texier 1995) et de flots de débris (Nieuwenhuijzen et Van Steijn 1990, Bertran et Texier 1994. Van Steijn et al. 1995). Ces tris sont provoqués par l'expulsion des débris grossiers à la surface des matériaux en mouvement sous l'action de différents mécanismes. L'action de la cryoexpulsion en milieu périglaciaire est assez bien documentée et a probablement joué un rôle important dans les sites paléolithiques. Les expériences ont notamment montré la rapidité de la ségrégation des débris grossiers engendrée par ce mécanisme (revue bibliographique in Washburn 1979).

40Si d'assez nombreux travaux se sont attachés à rechercher des tris hydrauliques au sein de sites archéologiques en contexte fluviatile (Schick 1987, Petraglia et Potts 1994), peu de données concernent les sites de versant malgré l'intérêt que que l'on peut en attendre. Rick (1976) analyse la distribution des artefacts sur la pente qui se développe en avant d'un site péruvien (fig. 26). L'étude du matériel récolté le long de saignées longitudinales met clairement en évidence des tris ainsi qu'une corrélation significative entre certains paramètres (poids individuel des pièces, nombre de pièces par unité de ramassage, valeur de la pente). Les différents types d'artefacts (silex, os, céramique) suivent également des comportements distincts. L'interprétation proposée suggère que l'accumulation de déchets anthropiques était initialement localisée en sommet de talus sous le porche de la grotte, puis a été progressivement redistribuée sur la pente. Les. éléments les plus anciens (industrie lithique) ont subi un déplacement plus important que les témoins récents (céramique, os), car de plus longue durée. Fucks et al. (1977) décrivent également des tris longitudinaux, sans doute d'origine hydraulique, sur des sites épipaléolithiques d'Israël.

26- Variation du poids moyen des pièces récoltées sur un talus devant la grotte de Ccurimachay (Pérou) (trait plein) comparé avec l'inclinaison du talus (trait pointillé)

26- Variation du poids moyen des pièces récoltées sur un talus devant la grotte de Ccurimachay (Pérou) (trait plein) comparé avec l'inclinaison du talus (trait pointillé)

D'après Rick (1976)
Les courbes mettent en évidence un tri longitudinal net des objets et une forte corrélation entre le poids des objets et la valeur de la pente locale. Ces tris sont interprétés comme le résultat d'une redistribution du matériel archéologique sur le talus par des processus naturels

41Kluskens (1990) détaille d'autres exemples de tri sur le site de Combe Capelle bas (Dordogne), à partir de mesures du poids des objets récoltés dans les différentes couches (fig. 27). Les assemblages lithiques montrent des variations très significatives de composition, les classes les plus grossières étant sur-représentées à l'intérieur de certains niveaux. Ces variations sont interprétées comme le résultat d'appauvrissements en éléments fins consécutifs à un lavage, en accord avec la présence de figures de ruissellement détectées sur le terrain.

27- Variation verticale du poids des objets répartis en 3 classes de taille, sur le site de Combe Capelle bas

D'après Kluskens (1990)
Carrés : > 3 cm, triangles : 1 - 3 cm, points : 0,25 - 1 cm. La base de la stratigraphie est située à gauche du diagramme. Les fluctuations des 3 courbes ne sont pas toujours parallèles, certaines couches montrant un enrichissement soit en éléments fins soit au contraire en éléments grossiers. Ces variations proviennent probablement de tris granulométriques liés au ruissellement

Fabriques

42Le terme «  fabrique  » désigne la manière dont sont disposés des objets (cailloux, artefacts...) au sein du sédiment. Seuls l'orientation et le pendage du grand axe (axe d'allongement) des pièces sont généralement pris en compte. Quelques paramètres simples pour quantifier la distribution observée sont calculés selon les méthodes de Curray (Curray 1956) et de Woodcock (Woodcock 1977). L'étude des fabriques est une méthode introduite relativement récemment en archéologie, à la suite de Issac (Issac 1967) et Bar Yosef et Tchernov (Bar Yosef et Tchernov 1972), initialement dans le but de comprendre la génèse des sites du Paléolithique très ancien trouvés dans des terrains alluviaux en Afrique et au Proche-Orient.

43De nombreux travaux de géomorphologie ont montré que des fabriques spécifiques se développent en fonction des processus sédimentaires mis en jeu. On dispose d'un référentiel bien documenté sur différents milieux, en particulier les dépôts fluviatiles (Potter et Pettijohn 1963, Sedimentary Petrology Seminar 1965, Rust 1972) et les dépôts de pente (revue bibliographique in Bertran et al. 1997). Quelques études concernent également du matériel archéologique expérimental (Isaac 1967, Schick 1987, Texier et al. sous presse).

44Les données sur les fabriques générées par l'activité anthropique elle-même sont encore relativement peu nombreuses. Une première tentative (Bertran et Texier 1995a), réalisée à partir de plans d'objets sur des sites présentant des structures anthropiques évidentes, et donc supposés très peu perturbés, a montré une disposition aléatoire des artefacts sur pente nulle. Des applications de cette méthode à plusieurs sites paléolithiques en pied de paroi ou en abri-sous-roche dans le sud-ouest de la France ont en revanche mis en évidence la présence de fabriques non aléatoires, très comparables à celles rencontrées dans certains dépôts de pente périglaciaires (Kluskens 1990. Bertran 1994, Bertran et Texier 1995a et b).

45L'exemple du site badegoulien de La Roche à Tavernat (Haute-Loire) (Bracco 1992) est brièvement détaillé ici (fig. 28). Le niveau archéologique est interstratifié dans la partie distale d'un petit cône détritique situé au pied d'une falaise. L'observation de terrain a mis en évidence des polygones triés, caractéristiques d'un environnement périglaciaire, dans une zone du site à peu près horizontale et localisée à proximité de la paroi. Sur la pente, les polygones s'étirent et passent à des coulées de solifluxion. Les mesures d'orientation des cailloux associés au niveau archéologique montrent un accroissement de l'orientation préférentielle avec la pente, qui témoigne de la déformation du niveau par la solifluxion. Parallèlement, les données de l'étude archéologique démontrent de manière éloquente une relation très nette entre l'organisation spatiale du matériel et le contexte sédimentaire (Bracco 1994). La zone centrale du site, qui n'a pas subi de déplacement sensible, présente un ensemble de structures anthropiques évidentes (cabanne, amas de débitage). Les remontages s'effectuent selon des directions aléatoires. Sur la pente en revanche, la dispersion verticale des objets s'accroît significativement et la structuration spatiale devient illisible.

28- Plan de la couche archéologique, projection verticale des objets et fabriques des cailloux associés au matériel archéologique sur le site de La Roche à Tavernat

28- Plan de la couche archéologique, projection verticale des objets et fabriques des cailloux associés au matériel archéologique sur le site de La Roche à Tavernat

D'après Bertran (1994) et Bracco (1994)
La partie centrale du site, approximativement horizontale, montre une structuration anthropique claire de l'espace. Corrélativement, la fabrique des objets est aléatoire et le niveau d'occupation est relativement mince. Sur la pente en avant de l'abri, la dispersion verticale des objets s'accroît et les fabriques deviennent significativement orientées dans la pente. Ces phénomènes sont attribués à une perturbation du niveau par la solifluxion

46Une compilation des données disponibles permet en première approche de différencier plusieurs types de fabriques rencontrées dans les sites archéologiques, par comparaison avec celles provenant des milieux naturels (fig. 29). Les sites inclus dans des dépôts alluviaux de débordement sur pente nulle ou faible ne présentent pas d'orientation préférentielle des objets. La disposition à plat des objets est en moyenne mieux marquée que pour les autres sites. Les sites provenant de dépôts de ruissellement ou de matériaux pédoturbés ont des caractéristiques voisines des précédents, avec en moyenne un pendage des objets plus variable. Une troisième catégorie s'isole assez bien des précédentes. Elle correspond aux sites provenant d'abris-sous-roche et de porches de grotte. L'orientation préférentielle des objets est forte et indique dans tous les cas analysés un remaniement des niveaux d'occupation sur la pente.

29- Fabrique comparée de quelques sites archéologiques, sur un diagramme rl/r2 (Woodcock 1977)

29- Fabrique comparée de quelques sites archéologiques, sur un diagramme rl/r2 (Woodcock 1977)

Les points situés à proximité de l'origine du diagramme correspondent à une distribution aléatoire de l'axe d'allongement des objets. Les points situés à proximité de l'axe r1 traduisent une orientation préférentielle des objets suivant une direction déterminée (en général la pente), tandis que ceux localisés près de l'axe r2 reflètent une disposition à plat des objets. Les aires occupées par les fabriques de différents types de sédiments naturels sont indiquées pour comparaison. 1 - sites archéologiques inclus dans des dépôts limoneux de débordement, 2 - sites provenant de dépôts ruisselés, de niveaux perturbés par l'activité biologique ou par des phénomènes de retrait-gonflement (sols argileux), 3 - sites provenant de talus au pied d'abris-sous-roche ou de porches de grotte, constitués par des dépôts en masse (solifluxion, flots de débris). L'examen du diagramme montre que les fabriques relevées sur des sites très peu perturbés, comme par exemple la fabrique d'un petit amas de débitage paléolithique supérieur d'Etiolles (r1 = 0,14 ; r2 = 3,52), sont caractérisées par une disposition à plat des objets. Les perturbations induisent soit une plus grande variabilité du pendage des objets (vers l'origine du diagramme), soit l'apparition d'une orientation préférentielle (vers les fortes valeurs de r1)

47Prises individuellement, les différentes méthodes décrites ne délivrent souvent pas une information suffisament claire pour permettre un diagnostic. Il faut alors prendre en compte un ensemble d'arguments archéologiques et géologiques convergents. Le cas du site mésolithique de Vaise (Rhône) illustre cette démarche. Ce site est situé au pied d'un versant dominant la vallée de la Saône à Vaise (Bertran, Nourissat, Best et Franc sous presse). Le matériel archéologique est inclus dans un sédiment limoneux. Il forme une nappe homogène d'une soixantaine de centimètres d'épaisseur dont la partie supérieure est mélangée à des fragments de céramiques néolithiques, associés à quelques fosses et amas de galets. Les décapages ont révélé plusieurs lobes de flots de débris composés de galets dans une matrice fine, qui avaient été dans un premier temps interprétés comme des empierrements d'origine anthropique (fig. 30). Plusieurs arguments conduisent à privilégier l'hypothèse d'une accumulation archéologique secondaire, d'origine sédimentaire. Le mélange d'objets épipaléolithiques et mésolithiques dans certains secteurs de la fouille, l'absence totale de remontages malgré la présence de matières premières facilement identifiables, joints à des arguments géologiques tels que la présence de pièces dans les flots de débris et localement, des niveaux d'artefacts d'épaisseur centimétrique interprétés comme des litages sédimentaires, suggèrent que le matériel ne représente qu'une fraction d'un site localisé plus haut sur le versant. Les dépôts ont ensuite servi de substratum à une occupation néolithique peu dense. Une date obtenue à partir de petits charbons de bois contenus dans un flot de débris indique que le remaniement est probablement lié à des essartages d'âge néolithique récent.

30- Relevé d'un « empierrement » de galets provenant du site mésolithique de Vaise et proposition d'interprétation

30- Relevé d'un « empierrement » de galets provenant du site mésolithique de Vaise et proposition d'interprétation

D’après Bertran, Nourissat, Best et Franc (sous presse)
Cette accumulation de galets colmatés par une matrice limoneuse et contenant des artefacts mésolithiques correspond probablement à un lobe terminal de flot de débris. Il est recoupé par des fosses d'âge néolithique ou bronze ancien

Conclusions

48Les dépôts de pente constituent l'un des principaux types de contexte sédimentaire auquel est confronté l'archéologue, ainsi qu'en témoigne l'abondante littérature consacrée aux talus formés au pied d'abris-sous-roche ou de porches de grotte. Les informations qui peuvent être déduites de leur étude détaillée concernent l'environnement sédimentaire local et, parfois, l'environnement climatique contemporain de l'occupation humaine, mais aussi la nature des perturbations subies par les niveaux d'occupation au cours de leur enfouissement. La dynamique de versant doit en effet être considérée comme un facteur essentiel de la formation des sites. Les nombreuses études sur des objets disposés à la surface de talus modernes ont toujours montré des déplacements plus ou moins importants précédent l'enfouissement, dont l'intensité varie largement suivant les mécanismes impliqués. Les cas d'enfouissement brutal, sans perturbation significative, sont en revanche relativement exceptionnels et sont associés à des milieux sédimentaires particuliers, comme dans la partie distale des accumulations de flots de débris ou d'éboulis gravitaires.

49Ces constatations montrent la nécessité dans le cadre de l'étude d'un site archéologique 1) d'identifier clairement les processus mis enjeu, 2) d'évaluer l'intensité des remaniements, de manière à comprendre la signification du matériel récolté. Différentes méthodes à la disposition des archéologues dans cette démarche sont décrites, notamment les remontages lithiques, la mise en évidence de tris granulométriques au sein des assemblages lithiques et l'étude de la disposition (fabrique) des objets. De nombreux progrès dans ce domaine peuvent être attendus de nouvelles simulations expérimentales en laboratoire ou en milieu naturel. Par ailleurs, bien que la majorité des exemples choisis ici soient paléolithiques, une démarche similaire peut être appliquée aux sites plus récents, les méthodes d'évaluation des remaniements devant être adaptées à d'autres matériaux comme la céramique.

50D'une manière plus générale et en accord avec Bar Yosef (1993), la fossilisation sans altération significative de la disposition originelle des occupations est rare, quels que soient les milieux sédimentaires. Les contextes identifiés comme étant les plus favorables à un tel phénomène sont les dépôts d'inondation de rivières à forte charge en suspension, les dépôts lacustres et les dépôts loessiques. Dans la majorité des autres sites, si les études de l'organisation spatiale restent difficiles voire impossibles, un certain type d'information archéologique peut être néanmoins retiré après une étude approfondie des conditions de mise en place, concernant les caractères typologiques et technologiques de l'industrie, leur évolution chronologique (archéostratigraphie), le type de matières premières utilisées et leur provenance, la faune chassée...

Bibliographie

Bibliographie

Abrahams et al. 1984 : ABRAHAMS (A.D.), PARSONS (A.J.), COOKE (R.U.) et REEVES (R.W.). - Stone movement on hillslopes in the Mojave Desert, California : a 16year record. Earth Surface Processes and Landforms, 9, pp. 365-370.

Albjär et al. 1979 : ALBJÄR (G.), REHN (J.) et STRÖMQUIST (L.). - Notes on talus formation in different climates. Geografiska Annäler, 61 A, 3-4, pp. 179-185.

Allen 1992 : ALLEN (M.J.). - Products of erosion and the prehistoric landuse of the Wessex chalk. Past and Present Soil Erosion, Archaeological and Geographical Perspectives, M. Bell et J. Boardman, Oxbow Books, Oxford, monograph 22, pp. 37-52.

Ballandras 1993 : BALLANDRAS (S.) - Les crues torrentielles de l'été 1987 dans les Alpes françaises. Interprétations et enseignements. Revue de Géographie Alpine, 3, pp. 13-32.

Bar Yosef 1993 : BAR YOSEF (O.). - Site formation processes from a levantine viewpoint. Formation Processes in Archaeological Context, P. Goldberg, D.T. Nash et M. Petraglia, Prehistory Press, Monographs in World Archaeology n° 17, pp. 13-32.

Bar Yosef et Tchernov 1972 : BAR YOSEF (O.) et TCHERNOV (E.). - On the palaeo-ecological history of the site of'Ubeidiya, Israel. The Pleistocene of the Central Jordan Valley, Publications of the Israel Academy of Sciences and Humanities, Jerusalem, pp. 5-35.

Benedict 1970 : BENEDICT (J.B.). - Downslope soil movement in a Colorado alpine region. Arctic and Alpine Research, 2, 3, pp. 165-226.

Berger 1995 : BERGER (J.-F.) - Facteurs anthropiques et naturels de l'évolution des paysages romains et protomédiévaux du Bassin valdainais (Drôme). L'Homme et la dégradation de l'environnement, XVe Rencontres internationales d'Archéolgie et d'Histoire d'Antibes, APDCA, Juans-les-Pins, pp. 79-114.

Bertran 1994 : BERTRAN (P.). - Dégradation des niveaux d'occupation paléolithiques en contexte périglaciaire : exemples et implications archéologiques. Paleo, 6, pp. 285-302.

Bertran 1996 : BERTRAN (P.). - Sédimentologie d'une avalanche rocheuse survenue en février 1995 à Claix (Alpes françaises). Quaternaire, 1, 2-3, pp. 75-83.

Bertran et Texier 1994 : BERTRAN (P.) et TEXIER (J.-P). Structures sédimentaires dans un cône de flots de débris (Vars, Alpes françaises méridionales). Permafrost and Periglacial Processes, 5, pp. 155-170.

Bertran et Texier 1995a : BERTRAN (P.) et TEXIER (J.-R). Fabric analysis : application to palaeolithic sites. Journal of Archaeological Science, 22, pp. 521-535.

Bertran et Texier 1995b : BERTRAN (P.) et TEXIER (J.-P). - The sedimentary deposits of Combe-Capelle bas and their implications for site formation and paleoenvironment. In : The middle Paleolithic site of Combe Capelle Bas (France), H. Dibble et M. Lenoir, University Museum Monograph 91, Université de Pennsylvanie, p. 179-191.

Bertran, Francou et Texier 1995 : BERTRAN (P.), FRANCOU (B.) et TEXIER (J.-P.). - Stratified slope deposits : the stone-banked sheets and lobes model. Steepland Geomorphology, O. Slaymaker, Wiley, pp. 147-169.

Bertran et al. 1995 : BERTRAN (P.), COUTARD (J.-P), OZOUF (J.-C.) et TEXIER (J.-P.). - Dépôts de pente calcaires du nord de l'Aquitaine. Répartition stratigraphique et géographique des faciès. Zeitschrift für Géomorphologie N.F., 39, 1, pp. 29-54.

Bertran et al. 1997 : BERTRAN (P.), HETU (B.), TEXIER (J.-P.) et VAN STEIJN (H.). - Fabric of subaerial slope deposits. Sedimentology, 44, pp. 1-26.

Bertran, Fabre, Franc, Limondin et Thiébault sous presse : BERTRAN (P.), FAVRE (L.), FRANC (O.), LIMONDIN (N.) et THIEBAULT (S.). - Evolution d'un versant au cours de l'Holocène à Vaise (France). Géographie Physique et Quaternaire.

Bertran, Nourissat, Best et Franc sous presse : BERTRAN (P.), NOURISSAT (S.). BEST (C.) et FRANC (O.). - Occupations épipaléolithique, mésolithique et néolithique de la Duchère à Vaise (Rhône) : rôle des processus naturels dans la constitution du site. Paleo.

Blikra et Nemec 1993 : BLIKRA (L.H.) et NEMEC (W.). - Postglacial avalanche activity in western Norway : depositional faciès sequences, chronostratigraphy and palaeoclimatic implications. Solifluction and Climatic Variations in the Holocene, B. Frenzel, European Science Foundation, Fisher, Stuttgart, pp. 143-162.

Bones 1973 : BONES (J.G.). - Process and sediment size arrangement on high arctic talus, southwest Devon Island, N.W.T., Canada. Arctic and Alpine Research, 5, 1, pp. 29-40.

Bonifay 1981 : BONIFAY (E.). - Les plus anciens habitats sous grotte découverts à Lunel-Viel (Hérault). Archéologia, 150, pp. 30-42.

Bracco 1992 : BRACCO (J.-R). - Le paléolithique supérieur du Velay et de ses abords. Recherches sur la dynamique des peuplements et l'occupation du sol dans une région volcanique de moyenne montagne. Thèse, Univ. de Provence, 229 p.

Bracco 1994 : BRACCO (J.-R). - Formation, déformations et informations d'une couche archéologique : La Roche à Tavernat, Locus 1. Préhistoire et Anthropologie Méditerranéennes, 3, pp. 25-37.

Brunsden et Ibsen 1993 : BRUNSDEN (D.) et IBSEN (M.L.). - The temporal causes of landslides on the south coast of Great Britain. Temporal Occurrence and Forecasting of landslides in the European Community, European Commission, Science and Research Development, R. Casale, R. Fantechi et J.C. Flageolet, Final Report, pp. 339-383.

Castex 1985 : CASTEX (J.-M.) - Effets des pluies des 25-26 sept. 1981 sur les aménagements des pentes au nord-ouest de Nice (Alpes-Maritimes). Méditerranée, 4, pp. 69-75.

Chandler 1973 : CHANDLER (R.J.). - The inclination of talus arctic terraces and other slopes composed of granular materials. Journal of Geology, 81, 1, pp. 1-14.

Cleveland 1973 : CLEVELAND (G.B.). - Fire + rain = mudflows. Big Sur 1972. California Geology, California Division of Mines and Geology, pp. 127-135.

Colas 1987 : COLAS (G.) - La crue torrentielle du Verdarel (Hautes-Alpes), 9 juill. 1981. Bull, de liaison des laboratoires des Ponts et Chaussées, 150-151, pp. 79-83.

Colcutt et al. 1990 : COLCUTT (S.N.), BARTON (N.R.E.) et BERGMAN (C.A.). - Reffitting in context : a taphonomic case study from a late Upper Paleolithic site in sands on Hengistburry Head, Dorset, Great Britain. The Big Puzzle, International Symposium on Reffitting Stone Artifacts, Cziesla E., Eisckhoff S., Arts N. et Winter D., Studies in Modern Archaeology, vol. 1, Holos, Bonn, pp. 219-235.

Corominas et al. 1993 : COROMINAS (J.), WEISS (E.E.J.) et MOYA (J.). - The use of dating techniques to assess landslide frequency, exemplified by case studies from european countries. Temporal Occurrence and Forecasting of landslides in the European Community, European Commission, Science and Research Development, R. Casale, R. Fantechi et J.C. Flageolet, Final Report, pp. 71-91.

Coventry et al. 1988 : COVENTRY (R.J.), MOSS (A.J.) et VERSTER (E.). - Thin surface soil layers attribuable to rainflow transportation on low-angle slopes : an example from the semi-arid tropical Queensland, Australia. Earth Surface Processes and Landforms, 13, pp. 421-430.

Curray 1956 : CURRAY (J.R.). - Analysis of two-dimentional orientation data. Journal of Geology, 64, pp. 117-134.

Dibble et Lenoir 1995 : DIBBLE (H.) et LENOIR (M.). - The middle paleolithic site of Combe Capelle bas (France). University Museum monograph 91, University of Pennsylvania, 363 p.

Eisbacher 1979 : EISBACHER (G.H.). - Cliff collapse and rock avalanches (sturzstroms) in the Mackenzie Mountains, northwestern Canada. Canadian Geotechnical Journal, 16, pp. 309-334.

Faury 1990 : FAURY (O.). - L'érosion anthropique actuelle sur les hautes chaumes des Monts du Forez : mesures de suivi. Bull. Rhodanien de Géomorphologie, 25-26, pp. 45-65.

Francou 1988 : FRANCOU (B.). - Eboulis stratifiés dans les hautes Andes centrales du Pérou. Zeitschrift fiir Géomorphologie, 32, 1, pp. 47-76.

Francou 1991 : FRANCOU (B.). - Pentes, granulométrie et mobilité des matériaux le long d'un talus d'éboulis en milieu alpin. Permafrost and Péri glacial Processes, 2, pp. 175-186.

Fucks et al. 1977 : FUCKS (C.), KAUFMAN (D.) et RONEN (Α.). - Erosion and artifact distribution in open-air epipaleolithic sites on the costal plain of Israel. Journal of Field Archaeology, 4, 1, pp. 171-179.

Gardner 1977 : GARDNER (J.). - High magnitude rockfallrockslide : frequency and geomorphic significance in the Highwood Pass area, Alberta. Great Plain-Rocky Mountain Geographical Journal, 6, pp. 228-238.

Gardner 1979 : GARDNER (J.). - The movement of material on debris slopes in the Canadian Rocky Mountains. Zeitschrift fiir Géomorphologie N.F., 23, 1, pp. 45-57.

Goguel et Pachoud 1972 : GOGUEL (J.) et PACHOUD (Α.). - Géologie et dynamique de l'écroulement du Mont Granier dans le massif de la Chartreuse, en nov. 1248. Bull. BRGM, 2e série. III, 1, pp. 29-38

Govers 1987 : GOVERS (G.). - Spatial and temporal variability in rill development processes at the Huldenberg experimental site. Catena, supplement 8, p. 17-34.

Gray 1972 : GRAY (J.T.). - Debris accretion on talus slopes in the Central Yukon Territory. Mountain Geomorphohgy, Geographical Series, 14, Tantalus Press, Vancouver, pp. 75-84.

Grove 1972 : GROVE (J.M.). - The incidence of landslides, avalanches, and floods in western Norway during the Little Ice Age. Arctic and Alpine Research, 4, 2, pp. 131-138.

Guiresse et Revel 1995 : GUIRESSE (M.) et REVEL (J.C.). Erosion due to cultivation of calcareous soils on hillsides in south-west France. II. Effect of plouhing down the steepest slopes. Soil and Tillage Research, 35, pp. 157-166.

Harris et al. 1993 : HARRIS (C.), GALLOP (M.) et COUTARD (J.-P.). - Physical modelling of gelifluction and frostfrost-creep : some results of a large-scale laboratory experiment. Earth Surface Processes and Landforms, 18, pp. 383-398.

Hazelhoff et al. 1981 : HAZELHOFF (L.), VAN HOOF (P.), IMESON (A.C.) et KWAAD (J.P.M.). - The exposure of forest soil to erosion by earthworms. Earth Surface Processes and Landforms, 6, pp. 235-250.

Heim 1932 : HEIM (Α.). - Bergsturz und Menschenleben. Fretz und Wasmuth, Zurich. 218 p.

Hétu 1986 : HETU (B.). - L'influence du contexte géomorphologique quaternaire sur la dynamique post-glaciaire des versants raides de la Gaspésie septentrionale. Thèse, Univ. de Montréal, 568 p.

Hétu et al. 1995 : HETU (B.), VAN STEIJN (H.) et BERTRAN (P.). - Le rôle des coulées de pierres sèches dans la génèse d'un certain type d'éboulis stratifiés. Permafrost and Periglacial Processes, 6, pp. 173-194.

Hsü 1975 : HSU (K.J.). - Catastrophic debris streams (sturzstroms) generated by rockfall. Geological Society of America Bulletin, 86, pp. 129-140.

Isaac 1967 : ISAAC (G.L.). - Towards the interpretation of occupation debris : some experiments and observations. Kroeber Anthropological Society Papers, 37, pp. 31-57.

Jahn 1960 : JAHN (Α.). - Some remarks on evolution of slopes on Spitzbergen. Zeitschrift für Géomorphologie, Supplement Band 1, pp. 49-58.

Johnson et Rodine 1984 : JOHNSON (A.) et RODINE (J.R.). - Debris flow. Slope Instability, D. Brunsden et D.B. Prior, Wiley, pp. 257-361.

Jonasson 1993 : JONASSON (C.). - Holocene debris flow activity in northern Sweden. Solifluction and Climatic Variations in the Holocene, B. Frenzel, European Science Foundation. Fisher, Stuttgart, pp. 179-196.

Jorda et Provansal 1996 : JORDA (M.) et PROVANSAL (M.) - Impact de l'anthropisation et du climat sur le détritisme en France du sud-est (Alpes du Sud et Provence). Bull, de la Société Géologique de France, 167, 1, pp. 159-168.

Kirkbv 1967 : KIRKBY (Α.). - Measurement and theory of soil creep. Journal of Geology, 75, pp. 359-378.

Kirkby et Kirkby 1974 : KIRKBY (A.) et KIRKBY (M.J.). Surface wash at the semi-arid break in slope. Zeitschrift für Géomorphologie N.F., Supplement-Band 21, pp. 151-176.

Kluskens 1990 : KLUSKENS (S.L.). - Orientation and density analysis of stone artifacts at Combe Capelle bas, Périgord, France. Master Thesis, Univ. de Pennsylvanie, Philadelphie, 118 p.

Kotarba et Strömquist 1984 : KOTARBA (A.) et STRÖMQUIST (L.). - Transport, sorting and deposition processes of alpine debris slope deposits in the Polish Tatra Mountains. Geografiska Annàler, 66A, 4, pp. 285-294.

Κroll et Isaac 1984 : KROLL (E.M.) et ISAAC (G.L.). - Configurations of artifacts and bones at early Pleistocene sites in East Africa. Intrasite Spatial Analysis in Archaeology, Hietala H., New Directions in Archaeology, Cambridge University Press, Cambridge, pp. 4-31

Kvvaad 1977 : KWAAD (F.J.P.M.). - Measurements of rainsplash erosion and the formation of colluvium beneath deciduous woodland in the Luxembourg Ardennes. Earth Surface Processes, 2, pp. 161-173.

Kwaad et Mücher 1977 : KWAAD (F.J.P.M.) et MUCHER (H.J.). - The evolution of soils and slope deposits in the Luxembourg Ardennes near Wiltz. Geoderma, 17, pp. 1-37.

Laville 1975 : LAVILLE (H.). - Climatologie et chronologie du Paléolithique en Périgord. Etudes Quaternaires n°4, Université de Provence, 442 p.

Le Grand 1994 : LE GRAND (Y.). - Processus de formation des dépôts archéologiques du Pléistocène moyen de LunelViel 1 (Hérault). L'utilisation des remontages. Préhistoire et Anthropologie Méditerranéennes, 3, pp. 57-63.

Luckman 1977 : LUCKMAN (B.H.). - The geomorphic activity of snow avalanches. Geografiska Annäler, 59A, 1-2, pp. 31-48.

Martin 1993 : MARTIN (B.) - The role of landuse and rainfall in the triggering of landslides in Vars (Hautes-Alpes, France). Temporal Occurence and Forecasting of landslides in the European Community, European Commission, Science and Research Development, R. Casale. R. Fontechi et J.-C. Flageolet, Final report, pp. 235-319.

Matthews et al. 1986 : MATTHEWS (J.A.), HARRIS (C.) et BALLANTYNE (C.K.). - Studies on a gelifluction lobe, Jutunheimen, Norway : 14C chronology, stratigraphy, sedimentology and palaeoenvironment. Geografiska Annäler, 68A, pp. 345-360.

Matthews et al. 1993 : MATTHEWS (J.A.). BALLANTYNE (C.K.), HARRIS (C.) et McCARROL (D.). - Solifluction and climatic variations in the Holocene : discussion and synthesis. Solifluction and Climatic Variations in the Holocene, B. Frenzel. European Science Foundation, Fisher, Stuttgart, pp. 339-362.

Matthews et Berrisford 1993 : MATTHEWS (J.A.) et BERRISFORD (M.S.). - Climatic control on rates of solifluction : variations within Europe. Solifluction and Climatic Variations in the Holocene, B. Frenzel, European Science Foundation, Fisher, Stuttgart, pp. 363-382.

Meyer et al. 1995 : MEYER (G.A.). WELLS (S.G.) et JULL (A.J.T.). - Fire and alluvial chronology in Yellowstone National Park : climatic and intrinsic controls on Holocene geomorphic processes. Geological Society of America Bulletin, 107, 10, pp. 1211-1230.

Moeyersons et De Ploey 1976 : MOEYERSONS (J.) et DE PLOEY (J.). - Quantitative data on splash erosion, simulated on unvegetated slopes. Zeitschrift für Géomorphologie Ν.F., Supplement band 25, pp. 120-131.

Moss et Walker 1978 : MOSS (A.J.) et WALKER (P.H.). - Particle transport by continental water flows in relation to erosion, deposition, soils, and human activities. Sedimentary Geology, 20, pp. 81-139.

Nieuwenhuijzen et Van Steijn 1990 : NIEUWENHUIJZEN (M.E.) et VAN STEIJN (H.). - Alpine debris flows and their sedimentary properties. A case study from the French Alps. Permafrost and Periglacial Processes, Ι,ΡΡ-111-128.

Peiry 1990 : PEIRY (J.-L.) - Les torrents de l'Arve : dynamique des sédiments et impact de l'aménagement des bassins versants sur l'activité torrentielle. Revue de Géographie Alpine, LXXVIII, 1-2-3, pp. 26-58.

Petraglia 1993 : PETRAGLIA (M.D.). - The genesis and alteration of archaeological patterns at the Abri Dufaure : an Upper Paleolithic rockshelter and slope site in southwestern France. Formation Processes in Archaeological Context, P. Goldberg, D.T. Nash et M. Petraglia, Prehistory Press, Monographs in World Archaeology, n°17, pp. 97-112.

Petraglia et Potts 1994 : PETRAGLIA (M.D.) et POTTS (R.). - Water flow and the formation of Early Pleistocene artifact sites in Olduvai Gorge, Tanzania. Journal of Anthropological Archaeology, 13, pp. 228-254.

Perez 1993 : PEREZ (F.L.). - Talus movement in the high equatorial Andes : a synthesis of ten years of data. Permafrost and Periglacial Processes, 4, pp. 199-215.

Ploux 1986 : PLOUX (S.). - Essai d'interprétation d'une concentration lithique : technologie et remontage. Couche VI du Flageolet 1 à Bézenac (Dordogne). Gallia Préhistoire, 29, 1, pp. 29-62.

Poesen 1987 : POESEN (J.). - Transport of rock fragments by rill-flow - A field study. Catena, Supp. 8, pp. 35-54.

Potter et Pettijohn 1963 : POTTER (P.E.) et PETTIJOHN (F.E.). - Paleocurrents and Basin Analysis. New York Academic Press.

Raynal et Decroix 1987 : RAYNAL (J.-P.) et DECROIX (C.). - L'abri de Baume-Vallée (Haute-Loire, France), site moustérien de moyenne montagne dans son contexte régional. Arqueologia, Porto, 15, pp. 17-42.

Reading 1986 : READING (H.G.). - Sedimentary environments and fades. Blackwell Scientific Publications, Oxford, 615 p.

Rebiscoul 1994 : REBISCOUL (Α.). - Le sanctuaire de ViuzFaverges (Haute-Savoie). Bull. d'Histoire et d'Archéologie des Amis de Viuz-Faverges, 34, pp. 13-30.

Reineek et Singh 1980 : REINECK (H.E.) et SINGH (I B.). Depositional sedimentary environments. Springer Verlag, Berlin, 551 p.

Rick 1976 : RICK (J.W.). - Downslope movement and archaeological intrasite spatial analysis. American Antiquity, 41, 1, pp. 133-144.

Rigaud 1982 : RIGAUD (J.-P.). - Le Paléolithique en Périgord : les données du Sud-Ouest Sarladais et leurs implications. Thèse, Univ. de Bordeaux 1.

Rust 1972 : RUST (B.R.). - Pebble orientation in fluvial sediments. Journal of Sedimentary Petrology, 42, pp. 384-388.

Ryder et al. 1990 : RYDER (J.M.), BOVIS (M.J.) et CHURCH (M.). - Rock avalanches at Texas Creek, British Columbia. Canadian Journal of Earth Sciences, 27, pp. 1316-1329.

Sala 1988 : SALA (M.). - Slope runoff and sediment production in two mediterranean mountain environments. Catena, Supp. 12, pp. 13-29.

Sauret 1987 : SAURET (B.). - Coulées boueuses, laves torrentielles, 1. Coulées de débris canalisées, compte rendu bibliographique. Bull, de liaison des Laboratoires des Ponts et Chaussées, 150-151, pp. 65-77.

Schick 1987 : SCHICK (K.D.). - Experimentally-derived criteria for assessing hydrologie disturbance of archaeological sites. Natural Formation Processes and the Archaeological Record, Nash D.T. et Petraglia M.D.. BAR International Series 352, pp. 86-107.

Schumm 1967 : SCHUMM (S.A.). - Rates of surfïcial rock creep on hillslopes in Western Colorado. Science, 55, pp. 530-561.

Sedimentary Petrology Seminar 1965 : SEDIMENTARY PETROLOGY SEMINAR. - Gravel fabric in Wolf run. Sedimentology, 4, pp. 273-283.

Smith et Gardner 1985 : SMITH (D.J.) et GARDNER (J.S). Geomorphic effects of ground squirrels in the Mount Rae area, Canadian Rocky Mountains. Arctic and Alpine Research, 17, 2, pp. 205-210.

Strömquist 1983 : STROMQUIST (L.). - Gelifluction and surface wash, their importance and interaction on a periglacial slope. Geografiska Annäler, 65A, 3-4, pp. 245-254.

Suwa et Okuda 1980 : SUWA (H.) et OKUDA (S.). - Dissection of valleys by debris flows. Zeitschrift für Géomorphologie N.F., Supplement Band 35, pp. 164-182.

Texier et al. sous presse : TEXIER (J.-P.), BERTRAN (P.), COUTARD (J.-P.), FRANCOU (B.), GABERT (P.), GUADELLI (J.-L.), OZOUF (J.-C.), PLISSON (H.), RAYNAL (J.-P.) et VIVENT (D.). - TRANSIT, un programme d'archéologie expérimentale en domaine périglaciaire : méthodologie, premiers résultats. Geoarcheology.

Varnes 1978 : VARNES (D. J.) - Slope movement. Types and processes. Landslides Analysis and Control. National Academy of Science, Washongton special report 176, pp. 11-33.

Vandaele et Poesen 1995 : VANDAELE (K.) et POESEN (J.). Spatial and temporal patterns of soil erosion rates in an agricultural catchment, central Belgium. Catena, 25, pp. 213-226.

Van Steijn et al. 1995 : VAN STEIJN (H.), BERTRAN (P.), FRANCOU (B.), HETU (B.) et TEXIER (J.-P). - Models for the genetic and environmental interpretation of stratified slope deposits. Permafrost and Periglacial Processes. 6, pp. 125-146.

Vérot-Bourrély 1995 : VEROT-BOURRELY (Α.), ARGANT (J.), BRAVARD (J.-P.), CHAIX (L.) avec la coll. de BELLON (C.). PLANTEVIN (C.), BURNOUF (J.). - Le paléo-environnement du site de Gorge-de-Loup (Lyon, 9e) : Les signes matériels de la dégradation d'après l'étude interdisciplinaire du gisement. In : S. Van Der Leeuw (ed.) : L'Homme et la dégradation de l'environnement, Actes des XVe Rencontres internationales d'Archéologie et d'Histoire d'Antibes des 20-21-22 oct, 1994, APDCA, pp. 43-77.

Vidal et al. 1996 : VIDAL (N.). DE GOER DE HERVE (A.) et CAMUS (G.). - Déstabilisation de reliefs d'érosion en terrain volcanique. Exemples pris dans le Massif Central français. Quaternaire, 1, 2-3, pp. 117-128.

Villa 1982 : VILLA (P.). - Conjoinable pieces and site formation processes. American Antiquity, 47, 2, pp. 276-290.

Wainwright 1992 : WAINWRIGHT (J.). - Assessing the impact of erosion on semi-arid archaeological sites. Past and present soil erosion. Archaeological and geographical perspectives, M. Bell et J. Boardman, Oxbow Books, Oxford, monograph 22, pp. 227-241.

Washburn 1979 : WASHBURN (A.L.). - Geocryology. A survey of periglacial processes and environments. Edward Arnold, Londres, 406 p.

Wells II 1987 : WELLS II (W.G.). - The effects of fire on the generation of debris flows in southern California. Debris flows/Avalanches : Process, Recognition and Mitigation, J.E. Costa et Wieczoreck G.F., Geological Society of America, Reviews in Engineering Geology, 7, pp. 105-114.

Williams et Smith 1989 : WILLIAMS (P.J.) et SMITH (M.W.). - The frozen earth. Fundamentals of geocryology. Studies in Polar Research, Cambridge University Press, Cambridge, 306 p.

Wieczorek 1987 : WIECZOREK (G.F.). - Effects of rainfall intensity and duration on debris flows in central Santa Cruz Mountains, California. Debris flows/Avalanches : Process, Recognition and Mitigation, J.E. Costa et Wieczoreck G.F. (eds.), Geological Society of America, Reviews in Engineering Geology, 7, pp. 93-104.

Woodcock 1977 : WOODCOCK (N.H.). - Specification of fabric shapes using an eigenvalue method. Geological Society of America Bulletin, 88, pp. 1231-1236.

Yarnold 1993 : YARNOLD (J.C.). - Rock avalanche characteristics in dry climates and the effects of flow into lakes : insight from mid-Tertiary sedimentary breccias near Artillery Peak, Arizona. Geological Society of America Bulletin, 105, pp. 345-360.

Zimmermann et Haeberli 1992 : ZIMMERMANN (M.) et HAEBERLI (W.). - Climatic change and debris flow activity in high-mountain areas - A case study in the Swiss Alps. Catena, Suppl. 22, pp. 59-72.

Documents

Caclin 1995 : CACLIN (C.). - Mongilbert Miette, A43 - Autoroute de Maurienne, Rapport de fouille de sauvetage. Service Régional de l'Archéologie Rhône-Alpes, Lyon, 30 p.

Legoupil et Bertran 1996 : LEGOUPIL (D.) et BERTRAN (P.). - Mission archéologique en Patagonie. Le gisement de Ponsonby. Rapport dactylographié, Université de Paris 1, 46 p.

Thieriot 1994 : THIERIOT (F.). - Autoroute A51 Grenoble-Sisteron. Rapport préliminaire de prospection-inventaire. Service Régional des Antiquités de Rhône-Alpes, Lyon.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1478/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre 1- Avalanche rocheuse, Alpes du sud
Légende Noter la présence de mégablocs à la surface du dépôt et les bordures nettes de l'accumulation, qui résultent d'un mouvement en masse des débris rocheux
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1478/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre 2- Coupe dans une avalanche rocheuse, Mont Granier en Savoie
Légende Les blocs sont emballés dans une abondante matrice limono-argileuse, qui provient de la fragmentation intense des débris
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1478/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre 3- Eboulis gravitaire alpin
Légende On distingue le granoclassement longitudinal des débris, marqué par une concentration des éléments les plus volumineux vers la base du talus. A l'aplomb des couloirs rocheux, de part et d'autre de l'éboulis, d'autres dynamiques sédimentaires interviennent (ruissellement, flots de débris)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1478/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre 4 - Faciès d'un éboulis gravitaire
Légende Matériel caillouteux, non stratifié et faiblement colmaté
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1478/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre 5- Sanctuaire gallo-romain de Viuz-Faverges (HauteSavoie) au cours des fouilles archéologiques
Légende Les bâtiments sont enfouis sous plusieurs mètres de débris rocheux dans la partie distale d'un talus d'éboulis gravitaire
Crédits Photo aimablement communiquée par A. Rebiscoul (AFAN)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1478/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre 6- Exemples de dépôts de pente stratifiés
Légende A - Empilement de dépôts mis en place par différents mécanismes sur un talus du Québec, d'après Hétu (1991).Β - Stratification produite par des coulées de pierres sèches, d'après un exemple provenant d'un talus des Pyrénées (Van Steijn et al. 1995). Les variations de granulométrie résultent d'une ségrégation des débris au cours du mouvement sur la pente.C - Dépôts stratifiés mis en place par des flots de débris, d'après un exemple alpin (Bertran et Texier 1994). La formation des niveaux caillouteux sans matrice résulte d'une ségrégation des débris au cours de la sédimentation et du lavage secondaire des dépôts.D - Empilement de coulées de solifluxion à front pierreux, donnant naissance à des dépôts stratifiés, d'après un exemple provenant des Andes de Bolivie (Bertran, Francou et Texier 1995). La cryoexpulsion et le lavage provoquent la différenciation d'un pavage en surface de la coulée et d'un front caillouteux. Ce dernier est progressivement enfoui au cours de l'avancée de la nappe riche en matrice, a : niveau caillouteux, b : niveau riche en matrice, c : niveau d'accumulation des limons consécutif au lavage des dépôts
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1478/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre 7- Cône polygénique alpin
Légende La dynamique sédimentaire est dominée par l'éboulisation, les avalanches de neige et les flots de débris, dont on voit un exemple récent composé par un matériel boueux de couleur claire
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1478/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre 8- Coupe dans la partie distale d'un cône de flots de débris en Dordogne
Légende On observe une succession de niveaux de texture différente, qui correspondent à l'empilement de coulées boueuses plus ou moins chargées en graviers
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1478/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre 9- Coupe dans la partie proximale d'un cône de flots de débris, Alpes du sud
Légende Les dépôts présentent une stratification rudimentaire, marquée par des lentilles caillouteuses sans matrice dans un matériel colmaté. On distingue localement des sables et des graviers lités correspondant à des niveaux repris par le ruissellement
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1478/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre 10- Vue du site gallo-romain de Montgilbert en Savoie
Légende Les restes de plusieurs bâtiments sont enfouis sous plusieurs mètres de matériaux déposés par des flots de débris
Crédits Photo aimablement communiquée par C. Caclin (AFAN)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1478/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre 11- Coulées de solifluxion à front pierreux dans les Alpes du sud
Légende Des lobes essentiellement composés de débris de schistes noirs affleurant en sommet de versant progressent sur un pavage de débris calcaires de couleur plus claire. La longueur des blocs transportés par les coulées peut dépasser un mètre
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1478/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre 12- Coulée de solifluxion sous pelouse, Andes de Bolivie
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1478/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre 13- Coupe de dépôts de solifluxion à stratification rudimentaire, site des Jamblancs en Dordogne
Légende Il s'agit d'un dépôt caillouteux riche en matrice, avec des cailloux majoritairement orientés dans le sens de la pente. On distingue également des blocs imbriqués, qui correspondent à des zones de compression au sein de la masse de sédiment en mouvement sur la pente, ainsi qu'un niveau plus sombre dans la partie médiane de la coupe, très riche en matériel archéologique et en charbons de bois. Ce niveau provient de l'étalement sur le talus de niveaux d'occupation du Paléolithique supérieur, dont des lambeaux plus faiblement perturbés sont conservés en pied de paroi
Crédits Photo aimablement communiquée par J.-J Clayet-Merle (Musée National de Préhistoire)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1478/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre 14- Coupe de dépôts de solifluxion stratifiés, site paléolithique moyen de Baume-Vallée en Haute-Loire
Légende Les lits grossiers sans matrice correspondent à des pavages et des fronts caillouteux progressivement enfouis par la progression des coulées
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1478/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre 15- Petit glissement rotationel dans un talus artificiel
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1478/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre 16- Coupe dans un glissement de terrain aux dépens de till et de laminites glacio-lacustres, sud Chili
Légende Les dépôts sont caractérisés par la juxtaposition de blocs de sédiments plus ou moins intensément déformés
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1478/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre 17- Cônes ruisselés dans des badlands des Alpes du sud
Légende À l'aval, les cônes deviennent coalescents et donnent naissance à un large épandage de graviers, sur une pente de 4 à 8°. Les débris grossiers sont concentrés dans les rigoles
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1478/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre 18- Coupe dans un cône colluvial sur un site galloromain à Vaise (Rhône)
Légende On observe une alternance de niveaux lités correspondant à des écoulements de haute énergie à faible charge en suspension et de niveaux sableux massifs, avec quelques graviers dispersés, qui proviennent d'écoulements hyperconcentrés
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1478/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre 19- Epandage colluvial à l'aval d'une parcelle cultivée dans la région de Grenoble
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1478/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre 20- Colluvions probablement liées aux pratiques agricoles sur le site gallo-romain de Sinard (Isère)
Légende Dépôts massifs composés de limon avec des graviers dispersés dans la masse
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1478/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre 21- Variations de l'activité de quelques processus de versant en fonction du temps
Légende A - Glissements de terrain en Angleterre, d'après Brunsden et Ibsen (1993). Le trait continu représente la moyenne mobile sur 11 ans du nombre de glissements et le trait en pointillé correspond à la moyenne de la pluie efficace (pluie - évapotranspiration). Les deux courbes montrent une étroite corrélation pendant le XXe s.Β - Flots de débris en Scandinavie, d'après Jonasson (1993). En haut, nombre d'événements enregistrés par période de 500 ans. En bas, détail des événements. L'activité des flots de débris apparaît très importante dans la seconde moitié de l'Holocène, en particulier pendant le début du Subboréal et du Subatlantique ainsi que pendant le Petit Age de Glace.C - Activité des flots de débris dans le Parc de Yellowstone (USA), d'après Meyer et al. (1995). Au cours des deux derniers millénaires, les dates obtenues sur les écoulements vraisemblablement déclenchés par des incendies de forêt se regroupent pendant les périodes les plus chaudes, notamment pendant l'optimum climatique médiéval
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1478/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre 22- Facteurs contrôlant la granulométrie des éboulis, d'après Bertran et al. (1995)
Légende A - Courbes d'isogranulométrie dans un talus expérimental, d'après Kirkby et Statham (1975).Β - Séquence typique observée sur une coupe verticale dans un éboulis, avec une diminution de la taille des débris vers le haut, lié au recoupement de différentes courbes isogranulométriques.C - Courbes d'accrétion d'un talus gravitaire et du recul consécutif de la paroi, d'après une simulation de Kirkby et Statham (1975).D - Dérive granulométrique dans une séquence complexe d'Aquitaine, comportant un éboulis gravitaire à la base, des dépôts de pente stratifiés caillouteux, puis des dépôts massifs de graviers. Cette dérive résulte d'un accroissement de la fragmentation des débris lié à l'allongement de la surface de transit et à une diminution des apports par enfouissement progressif de la partie inférieure de la paroi
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1478/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre 23- Formation d'un site préhistorique dans un abri-sousroche, selon Bordes (1984)
Légende Les dépôts se forment par exhaussement progressif du sol, en raison de l'accumulation de matériaux anthropiques et de fragments détachés de la paroi. Les différentes figures suggèrent clairement que la fossilisation des niveaux d'occupation s'effectue par un simple enfouissement, sans redistribution des matériaux sur la pente. On peut en particulier noter que la position des blocs et la physionomie des niveaux anthropiques ne varie pas au cours de leur enfouissement. Line telle conception est probablement assez éloignée de la réalité
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1478/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre 24- Distribution en plan des raccords lithiques dans la grotte de Lunel-Viel, d'après Le Grand (1994)
Légende Noter les grandes distances séparant les objets et l'orientation systématique des raccords dans le sens de la pente. Plusieurs remontages s'effectuent à travers des couches différentes. Cette organisation est interprétée comme le résultat de la resédimentation à l'intérieur de la grotte d'un stock d'objets initialement localisé sous le porche
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1478/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre 25- Distribution en plan des raccords dans un amas lithique de l'abri du Flageolet, d'après Ploux (1986)
Légende L'amas a une forme allongée. Aucun raccord n'a été trouvé entre cette concentration et le matériel situé aux alentours. Une orientation préférentielle des remontages, parallèle à la pente, apparaît de manière évidente. Cet amas correspond probablement à une concentration secondaire d'objets dans une rigole
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1478/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre 26- Variation du poids moyen des pièces récoltées sur un talus devant la grotte de Ccurimachay (Pérou) (trait plein) comparé avec l'inclinaison du talus (trait pointillé)
Légende D'après Rick (1976)Les courbes mettent en évidence un tri longitudinal net des objets et une forte corrélation entre le poids des objets et la valeur de la pente locale. Ces tris sont interprétés comme le résultat d'une redistribution du matériel archéologique sur le talus par des processus naturels
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1478/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende D'après Kluskens (1990)Carrés : > 3 cm, triangles : 1 - 3 cm, points : 0,25 - 1 cm. La base de la stratigraphie est située à gauche du diagramme. Les fluctuations des 3 courbes ne sont pas toujours parallèles, certaines couches montrant un enrichissement soit en éléments fins soit au contraire en éléments grossiers. Ces variations proviennent probablement de tris granulométriques liés au ruissellement
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1478/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre 28- Plan de la couche archéologique, projection verticale des objets et fabriques des cailloux associés au matériel archéologique sur le site de La Roche à Tavernat
Légende D'après Bertran (1994) et Bracco (1994)La partie centrale du site, approximativement horizontale, montre une structuration anthropique claire de l'espace. Corrélativement, la fabrique des objets est aléatoire et le niveau d'occupation est relativement mince. Sur la pente en avant de l'abri, la dispersion verticale des objets s'accroît et les fabriques deviennent significativement orientées dans la pente. Ces phénomènes sont attribués à une perturbation du niveau par la solifluxion
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1478/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre 29- Fabrique comparée de quelques sites archéologiques, sur un diagramme rl/r2 (Woodcock 1977)
Légende Les points situés à proximité de l'origine du diagramme correspondent à une distribution aléatoire de l'axe d'allongement des objets. Les points situés à proximité de l'axe r1 traduisent une orientation préférentielle des objets suivant une direction déterminée (en général la pente), tandis que ceux localisés près de l'axe r2 reflètent une disposition à plat des objets. Les aires occupées par les fabriques de différents types de sédiments naturels sont indiquées pour comparaison. 1 - sites archéologiques inclus dans des dépôts limoneux de débordement, 2 - sites provenant de dépôts ruisselés, de niveaux perturbés par l'activité biologique ou par des phénomènes de retrait-gonflement (sols argileux), 3 - sites provenant de talus au pied d'abris-sous-roche ou de porches de grotte, constitués par des dépôts en masse (solifluxion, flots de débris). L'examen du diagramme montre que les fabriques relevées sur des sites très peu perturbés, comme par exemple la fabrique d'un petit amas de débitage paléolithique supérieur d'Etiolles (r1 = 0,14 ; r2 = 3,52), sont caractérisées par une disposition à plat des objets. Les perturbations induisent soit une plus grande variabilité du pendage des objets (vers l'origine du diagramme), soit l'apparition d'une orientation préférentielle (vers les fortes valeurs de r1)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1478/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre 30- Relevé d'un « empierrement » de galets provenant du site mésolithique de Vaise et proposition d'interprétation
Légende D’après Bertran, Nourissat, Best et Franc (sous presse)Cette accumulation de galets colmatés par une matrice limoneuse et contenant des artefacts mésolithiques correspond probablement à un lobe terminal de flot de débris. Il est recoupé par des fosses d'âge néolithique ou bronze ancien
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1478/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 137k

© Alpara, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access