Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Autour du groupe épiscopal de Grenoble

 | 
François Baucheron
, 
Franck Gabayet
, 
Alain De Montjoye

L'époque contemporaine

Chronique des projets et des travaux de l’époque contemporaine

Dominique Chancel

Texte intégral

  • 157 Les principales sources utilisées pour la période allant de la Révolution au milieu du XXe s. sont  (...)

1La relative abondance des archives157 conservées pour la période contemporaine de retracer la des permet genèse principaux projets élaborés depuis la Révolution et de les replacer dans leur contexte ; cependant la présentation rapide qui en est faite ici n’a pas la prétention d’en brosser un tableau exhaustif.

De la révolution à l’empire : la priorité à la voirie

Les projets urbains de l’époque révolutionnaire

2Au début de la Révolution, lors de la vente des Biens Nationaux, on envisage de régulariser le plan de la place Notre-Dame, d’édifier une façade monumentale en avant du clocher de la cathédrale, d’abattre les trois passages voûtés conduisant à la place et de percer une nouvelle rue reliant son extrémité sud à l’actuelle rue Servan (fig. 233). Outre la voûte Notre-Dame, on prévoit d’abattre celles des deux passages publics traversant des ailes du palais, mais sans intervenir sur ce dernier. En particulier, le projet prévoit de conserver les deux tours flanquant la porte romaine. On envisage seulement de déplacer l’escalier de la tour orientale qui fait saillie sur l’alignement projeté. Seuls l’élargissement de la rue des voûtes Notre-Dame (actuelle rue Saint-Hugues) et la reconstruction des maisons des chanoines par des particuliers sont alors réalisés, occasionnant la destruction partielle du cloître, mais englobant des parties anciennes dans l’immeuble portant actuellement le numéro 1 place Notre-Dame, à l’angle nord de la rue Saint-Hugues.

233- Projet pour le réalignement de la place, avec un portique en avant de Notre-Dame, établi à la fin du XVIIIe siècle

233- Projet pour le réalignement de la place, avec un portique en avant de Notre-Dame, établi à la fin du XVIIIe siècle

A.D.I. 1FI 251

  • 158 Il s’installe ensuite dans l’ancien collège des Jésuites, actuel lycée Stendhal.

3En décembre 1790, Notre-Dame est fermée au culte, mais celui-ci continue à être célébré à Saint-Hugues. En janvier 1793, l’évêque constitutionnel, Henri Reymond, demande des réaménagements dans Notre-Dame (Godel 1966). Mais le 6 décembre Notre-Dame devient « Temple de la Raison » et l’on y détruit les symboles chrétiens. En février 1795, l’Église constitutionnelle est à nouveau autorisée à célébrer à Notre-Dame. De 1800 à 1802158, une partie de l’évêché abrite un éphémère musée de peinture, créé en application d’un décret du gouvernement daté du 28 pluviôse an VI.

Les opportunités offertes par le concordat et un premier sinistre

4En prévision du Concordat que Bonaparte s’apprête à signer avec le Pape, les préfets sont chargés de vérifier l’état des cathédrales et des évêchés. Un nouveau préfet, le mathématicien Joseph Fourier, prend ses fonctions à Grenoble le 18 avril 1802. Dès le 20, il charge le maire d’examiner les réparations nécessaires avant l’arrivée d’un nouvel évêque. Sur les indications du maire, il estime que les bâtiments sont dans un état satisfaisant n’exigeant que des réparations mineures et accepte de faire démolir les deux passages voûtés subsistant sous le palais afin d’embellir

« cette partie de [la] ville et [donner] plus de liberté à la circulation de l’air et au passage des voitures ».

  • 159 “Ecroulement le 2 vendémiaire [...]. La partie de l’évêché située au sud de ces 2 tours fut renvers (...)

5On ne parle pas de mise en valeur de la cathédrale et le Conseil des Bâtiments Civils n’est pas consulté. La démolition de la « voûte romaine » commence le 24 août 1802, sur la base du projet de l’ingénieur en chef des Ponts et Chaussées Dausse. Le 24 septembre, la tour flanquant la porte du côté est, dite « tour de l’évêché », s’effondre vers le sud sur une petite aile de l’évêché, mais la grande aile située au nord est épargnée159. Les autorités locales s’empressent de tirer parti de ce sinistre. Dès novembre, Dausse propose de doubler la surface de la place vers le nord, sur l’emprise de l’aile endommagée, mais aussi de la grande aile intacte (fig. 234). L’évêque concordataire, Claude Simon (1802-1825), qui n’arrive à Grenoble que le 6 octobre, et dont le principal souci est de réorganiser le clergé, ne semble pas s’y opposer. Pour la partie ancienne de la place, Dausse reprend les principes des plans antérieurs, mais l’agrandissement qu’il envisage met le clocher au centre du nouvel espace : il veut désormais faire de la façade monumentale qu’il projette d’édifier en avant de ce dernier l’axe de symétrie d’une composition intégrant le palais et l’immeuble portant actuellement le numéro 1 place Notre-Dame. Pas plus que pour la démolition des voûtes, le Conseil des Bâtiments Civils ne semble être consulté. Pour des raisons d’économie, Dausse prévoit de remployer les matériaux provenant de l’aile à démolir. Malgré cela, son projet est jugé irréalisable et trop coûteux.

234- Projet établi en 1802 par l’ingénieur Dausse

234- Projet établi en 1802 par l’ingénieur Dausse

A.D.I. 1FI 553 et 4V2, extraits

L’action modératrice d’un préfet

6En avril 1804, le successeur de Dausse, Lallier, modifie le projet initial, en conservant le principe d’un corps de bâtiment emprisonnant Saint-Hugues, implanté de manière à se raccorder à une façade à construire ultérieurement en avant du clocher. Lallier envisage également de déplacer le grand portail de la rue Très-Cloître pour le réédifier en bordure de la place, privilégiant la mise en scène de l’espace urbain au détriment du dispositif du palais du XVIIe s. En juin 1804, le préfet rejette le premier projet Lallier et exige un projet sans façade en avant du clocher. C’est ce qui est réalisé. Mais la nouvelle construction, adossée à la façade occidentale de Saint-Hugues interdit tout accès direct à l’église, comme le faisait déjà le bâtiment bas édifié en 1784. J. Fourier ordonne donc que soit percée

« une porte d’entrée à la gauche du clocher pour arriver au bas-côté et aux tribunes. [Cette porte ajoutera à l’ordonnance] de l’entrée de la cathédrale qui va occuper le milieu de la place. [Elle devra être] en voûte ogive conforme pour les dimensions de la baie à celle qui existe à la droite du clocher » (fig. 235).

7Il considère qu’ainsi le problème de perception de la cathédrale est définitivement réglé.

235- Relevé de la façade occidentale établi en 1812 par l’ingénieur Carré-Wagnat

A.D.I. 4V3, extrait

De la restauration au second empire : des questions d’image

Les ambitions d’un évêque et la prudence d’un architecte

8Plus exigeant que son prédécesseur, Mgr. de Braillard (1826/1853), ancien prêtre réfractaire, estime dès son installation à Grenoble qu’il est

« plus mal logé qu’un simple particulier dans la maison la plus mesquine »

  • 160 L’ancienne, située dans la grande aile nord-ouest, a été détruite en 1803. Cependant, le premier pr (...)

9et qu’il n’existe pas de véritable chapelle épiscopale dans le palais160. L’architecte de la ville et de la préfecture, Malet, se met immédiatement au travail. Outre le réaménagement des appartements, ses plans datés du 01.08.1827 comprennent un projet de chapelle somptueuse, avec niches latérales et plafond à caissons, proche de celui qui sera réalisé en 1830. L’évêque se préoccupe aussi de la cathédrale :

  • 161 26.10.1835.

« Il y a des siècles [qu’elle] réclame un portail qui soit digne de son objet. La piété est contristée de l’entrée ignoble de la maison de Dieu et [...] l’étranger ne croit apercevoir que la porte d’une maison de détention ». Ses exigences sont précises : « reconstruction du clocher qui est dans un état ruineux, ou réparation avec élévation convenable ; construction d’une façade autant que les lieux pourraient le permettre ; amincissement des piliers et, s’il est possible, leur conversion dans la forme ronde [...] et déplacement de la porte principale vers l’extérieur du porche »161.

  • 162 Courriers des 04.04 et 18.09.1837, et projet du 30. 06.1837.
  • 163 18.09.1837.

10Eugène Péronnet, le nouvel architecte, plus modéré que l’évêque, ne souhaite s’engager ni dans la reconstruction du clocher ni dans la création d’une façade « masque » et se borne à des interventions limitées162. À plusieurs reprises, l’évêque s’en plaint au préfet, qui menace de dessaisir Péronnet. Lassé, celui-ci étudie en 1837 la démolition du clocher et la réalisation d’une façade percée de cinq portes ainsi que la suppression des tribunes163. Mais le ministre repousse ces propositions. Désavouant le préfet et l’évêque, il sollicite l’avis d’une commission d’experts, au motif que :

« aucun rapport antérieur n’avait signalé jusqu’ici l’état alarmant de cette construction. Ce silence pourrait faire croire que le danger [d’effondrement invoqué par l’évêque] est beaucoup moins grave qu’on ne le présente ».

  • 164 “La stabilité [du bas clocher] ne peut être mise en question [...] ; le clocher supérieur […] est t (...)

11En juin 1838, cette commission, dont fait partie l’ingénieur Vicat, conclut que, malgré sa vétusté, le clocher n’est pas menacé, mais que la charpente supportant les cloches est pourrie164. En novembre, Péronnet dresse un nouveau projet comprenant la restauration de la tour, plus une façade plaquée. En août 1839, suivant l’avis du Conseil des Bâtiments Civils, le ministre entérine les travaux sur la tour, mais juge la façade injustifiée. Pour « embellir » la tour, on la surélève de 1,70 m et on l’orne de décors de terre cuite pour répondre aux désirs de l’évêque (fig. 236).

236- Projet établi en 1841 par l’architecte Péronnet pour la surélévation et « l’embellissement » du clocher

236- Projet établi en 1841 par l’architecte Péronnet pour la surélévation et « l’embellissement » du clocher

A.D.I. 4V8

12De 1838 à 1843, on réalise également des fonts baptismaux à Saint-Hugues, des abat-son sur la tour, le ravalement intérieur de la cathédrale, le déplacement de l’escalier d’accès aux tribunes, le remplacement des galets de la cour de l’évêché par des « lauzes de Fontaine » et la réfection du dallage du grand escalier.

L’intervention directe de l’État

  • 165 Lettre du ministère du 30 juin 1851, confirmée par d’autres documents, par exemple un courrier du 1 (...)

13La cathédrale de Grenoble est mentionnée parmi les tout premiers monuments historiques classés, au moins dès 1851165. Elle figure sur la liste des édifices protégés établie en 1862, mais Prosper Mérimée s’est essentiellement intéressé au ciborium et au tombeau des évêques situés dans le chœur de la cathédrale.

14En application de l’arrêté du 16 décembre 1848, les membres du corps des architectes conservateurs des édifices diocésains, nouvellement créé, reçoivent pour mission de rédiger un rapport détaillé

  • 166 Circulaire n° 25 du Directeur des Cultes, de mars 1849.

« indiquant un système complet de conservation et de réparations graduées »166.

  • 167 Courrier du 17 avril du Directeur des Cultes à Mgr. de Bruillard.
  • 168 “Notre-Dame a besoin d’être connue pour être appréciée [...] Cet édifice renferme dans chaque recoi (...)

15H. Janniard, architecte parisien, est nommé conservateur en avril 1849167. Il étudie attentivement les bâtiments, sans doute avec l’aide de Péronnet qu’il s’adjoint peu après comme « Inspecteur de travaux ». Les relevés et le rapport de Janniard témoignent de son intérêt pour la cathédrale168, mais aussi de son souci de réformer les « erreurs [réalisées depuisl la décadence du XVIe S. ». Il confirme qu’il n’y a pas de problème de structure, mais propose également d’abattre une partie du palais de 1804 pour dégager la façade de Saint-Hugues et lui restituer un accès direct, puis d’appliquer une façade à la cathédrale. L’époque étant marquée par des incendies spectaculaires de cathédrales, il préconise de dégager le flanc sud de Notre-Dame, conformément aux directives ministérielles. En juillet 1851, M. Denjoy souligne à l’Assemblée que la plus menacée des cathédrales est celle de Grenoble qui

  • 169 Circulaire n° 49 du 20.01.1850 du Directeur des Cultes, et séance de l’Assemblée du 22.07.1851, n° (...)

« a littéralement disparu sous des maisons [...]. En cas d’incendie ce serait une cathédrale perdue. [Des] dégagements seront à faire »169.

  • 170 Janvier 1847.

16Dès 1842, Péronnet avait commencé à étudier la restauration du tombeau des évêques et celle du ciborium de Notre-Dame. Janniard reprend et fait aboutir le projet mais renonce, avec l’accord de Mérimée, à la création de statues pour garnir les niches. Péronnet avait également envisagé la réfection des baies du palais170. En 1850, Janniard propose de réaliser

  • 171 28.02.1850. Ce document montre que le ciment moulé avait acquis droit de cité à Grenoble.

« des jambages en brique et même en [...] ciment hydraulique [local qui] prend par le moulage toutes les formes que l’on veut lui donner »171.

17Après avis de la Commission, le ministre rejette l’emploi du ciment qui ne lui paraît

  • 172 Courriers des 30.09.1850 et 26.08.1851.

« pas réunir les conditions de solidité désirables [et opte pour de la] bonne brique apparente et [de la] pierre dure au droit des scellements et pour les appuis »172 (fig. 141).

Alfred Berruyer, architecte diocésain « ordinaire »

18Pour assurer les travaux d’entretien, un décret du 7 mars 1853 institue des « architectes ordinaires », astreints à résider sur place. Janniard, qui est Parisien, quitte sa charge en

  • 173 L’avenir montrera que les travaux de Berruyer ne furent pas “de peu d’importance”.

« raison du peu d’importance des travaux [restant] à exécuter »173.

19En accord avec lui, le préfet propose la nomination de Péronnet en précisant que

  • 174 Courriers à l’évêque et au ministre, des 30 et 31.05.1853.

20« rien ne saurait justifier sous aucun rapport [de lui préférer] un autre candidat ».174

21Mais le nouvel évêque, Mgr. Ginoulhiac (1853/1871), soutient A. Berruyer qui lui a été recommandé par son prédécesseur, Mgr. de Braillard. En 1850, déjà, c’était Berruyer qui avait été chargé d’un projet de basilique à La Salette. Berruyer est donc nommé architecte diocésain, contre l’avis du préfet, en août 1853.

Les travaux de Berruyer (1853-1884)

Les « restaurations » intérieures et la démolition des tribunes

  • 175 “Dégagement et isolement de la façade sud - Propositions pour 1855”.
  • 176 L’objectif est de “fondre les éléments divers dont la plupart ne présentaient aucune valeur archite (...)
  • 177 Les plans de mars 1861 portent en surimpression des propositions faites par le Comité des Inspecteu (...)

22Dès le mois de décembre 1853, Berruyer propose, lui aussi, le « dégagement et l’isolement » et représente ce projet en 1854175. Ne réussissant pas à y intéresser la ville, il s’attelle à la transformation intérieure de la cathédrale176, mais sans renoncer au dégagement. En 1858 et 1861, il propose la suppression des tribunes, le remplacement des grandes baies par des baies géminées et la substitution de colonnes monumentales aux piliers177.

  • 178 Courrier du ministre du 31.05.1862 et plans du 30.09.1862.

23Critiqué par le Conseil des Bâtiments, Berruyer simplifie son projet, qui est alors accepté, et y ajoute l’esquisse d’une façade plaquée à cinq travées178. Les baies de la nef, conservées, sont divisées par une colonnette, les tribunes sont abattues et les piliers carrés retaillés dans les angles pour y loger des colonnettes.

Les avatars du projet de façade

  • 179 30.09.1863. Il évoque ceux établis pour la basilique d’Ainay en 1828 et en 1830 (voir Chagny 1935, (...)
  • 180 Courrier du ministre à l’évêque du 28.06.1865
  • 181 “On ne peut s’expliquer comment en présence de changements aussi insignifiants la dépense primitive (...)

24Fin 1863, avant l’achèvement des travaux intérieurs, Berruyer établit un projet de façade au plan voisin de celui figurant sur le document de 1862, mais ne comportant que trois travées (fig. 237). La façade de style néoroman, avec un étage monumental à galerie, comprend un décor d’arcatures et de merlons et des contreforts ornés de colonnettes. Berruyer préconise aussi d’enjoliver le clocher avec des colonnettes et des merlons similaires179. La façade projetée masquerait une partie du palais et du 1 place Notre-Dame, sans tenir compte de leurs niveaux. Le comité des inspecteurs exige un projet « moins compliqué et plus en rapport avec l’édifice »180. Prenant ces directives à la légère, Berruyer présente six jours plus tard un projet à peine modifié qui est lui aussi repoussé par le ministre181 (fig. 238).

237- Projet établi en 1863 par Berruyer

237- Projet établi en 1863 par Berruyer

Restitution D. Chancel d’après A.N. F19-7713

238 – Projet établi en 1865 par Berruyer

Restitution D. Chancel, d’après A.D.I. 4V10

  • 182 Courrier au ministre : “l’objection tirée du dommage qui pourrait en résulter pour le grand salon d (...)

25En 1866, Berruyer, toujours soutenu par l’évêque182, signe un quatrième projet dans lequel il a modifié le niveau de la galerie et supprimé les merlons (fig. 239). Mais le comité considère qu’il faut totalement renoncer à une façade plaquée et

  • 183 30.03.1867.

« maintenir [le clocher] apparent jusqu’à sa base en lui conservant son ancienne physionomie [et] opérer les démolitions nécessaires [de part et d’autre pour] disposer ensuite les constructions neuves en arrière-corps de manière à laisser la tour un peu en saillie »183.

239- Projet établi en 1866 par Berruyer

239- Projet établi en 1866 par Berruyer

Restitution D. Chancel, d’après A.D.I. 4V10

26Le projet de 1867 (fig. 240) ne suit qu’en partie ces recommandations, ce qui conduit le ministre à rappeler la nécessité

« de faire ressortir la cathédrale au milieu des immeubles qui l’avoisinent ».

  • 184 Courriers au préfet et à l’évêque, 23.07.1867.

27Le ministre entérine cependant le projet à la condition que Berruyer s’en tienne à la variante la plus simple184. Le projet, qui suppose des expropriations, est soumis à enquête publique. L’utilité publique est déclarée le 30 juin 1869. Les délais d’expropriation et la guerre de 1870 en repoussent l’exécution.

240 - Projet établi en 1867 par Berruyer

240 - Projet établi en 1867 par Berruyer

Restitution D. Chancel d’après A.N. F19-7713

La réalisation de la façade en ciment moulé

  • 185 20.09.1870.
  • 186 Courriers au ministre des 05.12.1874 et 09.07.1875.

28Peu après la défaite, Berruyer dresse les plans de deux sacristies185, qui sont plaquées à l’est des chevets de Notre-Dame et de Saint-Hugues. Par mesure d’économie, leurs encadrements de baies sont réalisés en ciment moulé, première utilisation de ce matériau sur le groupe cathédral. Mgr. Paulinier (1870/1875), prélat légitimiste et ultra-montain, tente de relancer le projet de façade186 mais n’obtient pas gain de cause, malgré la présence des monarchistes au gouvernement. Paradoxalement, c’est son successeur, Mgr. Fava (1875/1899), lui aussi légitimiste et, de plus, chef de file de l’épiscopat dans sa lutte contre les francs-maçons, qui est finalement autorisé par le gouvernement issu des élections de 1875 à faire dresser un nouveau projet, sous réserve que les observations du comité soient respectées. Négligeant à nouveau ces directives, Berruyer propose en 1876 et en 1877 (fig. 241), deux nouvelles versions de façade plaquée reprenant l’essentiel du projet de 1863, qui sont encore rejetées. Après avoir envisagé d’abandonner la partie, Berruyer présente en 1881 plusieurs projets dont l’un assez différent (fig. 242) et l’autre très proche de ceux de 1863/66 et 76/77 et du plan de 1862 (fig. 243).

241 - Projet établi en 1876 par Berruyer

Restitution D. Chancel d’après A.N. F19-7713

242 - Projet établi en 1881 par Berruyer

Restitution D. Chancel d’après A.N. F19-7713

243 – Projet « n°°2 » établi en 1881 par Berruyer

Restitution D. Chancel d’après A.N F19-7713

29C’est sa version la plus

« sobre, [sans colonnettes, et] réduit[e] à la somme de 49.276,96 F par suite de l’économie résultant de l’emploi selon l’usage de la localité d’une pierre factice »

  • 187 Voir Bettega 1984, p. 34 à 38.
  • 188 L’une de ses préoccupations est “ d’abattre le plus implacable ennemi de la démocratie, l’Eglise, (...)

30qui est retenue par le gouvernement républicain qui fait ainsi une concession à un évêque dérangeant, mais choisit la solution la moins coûteuse. Ce projet s’apparente étroitement à celui établi trente ans plus tôt par Berruyer pour La Salette187. La Ville, dont le maire, Edouard Rey (1881-1888) est un républicain anticlérical188, tente d’en empêcher la réalisation sur une emprise qu’elle considère comme sienne. Elle doit cependant se plier, mais maintient que les travaux ne présentent

  • 189 Séances du Conseil Municipal des 01.09 et 02.12.1882.

« aucun caractère d’urgence et que l’argent des contribuables pourrait recevoir une destination plus utile »189.

31La réalisation de la façade peut donc intervenir en 1883/84 (fig. 244). Elle entraîne des démolitions et modifications de toitures sur le palais et l’immeuble du 1 place Notre-Dame, ainsi que le murage des baies du deuxième étage du clocher et la destruction partielle du portail de la chapelle des Sonnier.

244- Façade réalisée par Berruyer en 1884-85

244- Façade réalisée par Berruyer en 1884-85

Après berruyer : un siècle de maturation (1886-1988)

Les travaux d’urgence

  • 190 Projet du 31.10.1887 (A.N. F19 7713) et adjudication du 7.04.1888 (A.D.I. : 4V9).
  • 191 Projet du 14.12.1887 (A.N. : F19 7713).

32Dès sa nomination en 1886, C. Nizet, successeur de Berruyer en tant qu’architecte diocésain, doit entreprendre des travaux de gros entretien : réfection des toitures avec modification de charpente au-dessus du collatéral et de la tribune nord en raison de désordres graves occasionnés par les travaux de 1862-63 Il fait également réaliser190. des oculus au sommet des voûtes de Saint-Hugues pour en assurer l’éclairement191.

33En raison de la séparation des Églises et de l’État, l’évêque doit quitter le palais épiscopal en 1908 et s’installe au numéro 11 de la place des Tilleuls, dans l’ancien hôtel de Ponat. L’État, qui considère qu’il a été suffisamment sollicité, au siècle précédent, en faveur de l’ancien évêché et de la cathédrale, limite désormais strictement les travaux. De fait, l’affectation de l’ancien évêché à l’Université n’entraîne que des transformations intérieures. En revanche, pour des raisons de voirie, le mur de la cour, à l’angle de la place et de la rue Très-Cloître, est remanié au début du siècle, ce qui a pour effet d’amputer le portail. Les pots-à-feu et la croix, dernier symbole de la destination religieuse des lieux, disparaissent alors (fig. 223 et 245).

245- Le grand portail de l’ancien évêché à la fin du XIXe siècle

245- Le grand portail de l’ancien évêché à la fin du XIXe siècle

Restitution D. Chancel

34Localement, après la mort de Mgr Fava en 1899 et l’élection de municipalités modérées à partir de 1908, les relations se détendent entre le diocèse et la mairie, mais la municipalité poursuit la mise en œuvre de l’ambitieux plan d’urbanisme inspiré par Edouard Rey, qui ne prévoyait aucune mise en valeur des abords de la cathédrale. Une partie des grands projets de rénovation élaborés pour le secteur Notre-Dame reste d’ailleurs lettre morte.

L’évolution des mentalités

  • 192 Edifiée de 1864 à 1870 par le même A. Berruyer.

35À une époque où le besoin d’affirmer l’unité de la patrie se fait sentir, tant face aux nationalismes étrangers que face aux particularismes provinciaux, le style gothique, dans sa forme du Nord de la France, est devenu l’art français par excellence (Nguyen 1982). Aux environs de Grenoble, c’est la monumentale église Saint-Bruno de Voiron192, avec sa façade harmonique et ses flèches élancées, qui correspond à l’imaginaire néogothique et se trouve rapidement qualifiée de « cathédrale », tandis qu’à Grenoble même, la modeste cathédrale Notre-Dame, malgré la suppression des tribunes et l’érection de la façade de style romano-byzantin, ne satisfait réellement personne : on en a trop fait ou pas assez.

36Dès 1903, P. Baffert, biographe de Berruyer, note que

« la nouvelle façade de la cathédrale, en placage de ciment a soulevé beaucoup de critiques. On lui a reproché de masquer l’ancienne porte romane […]. On a, de plus, critiqué l’emploi du ciment [...]. Ces critiques ne sont évidemment pas sans fondement ; toutefois [l’État est] le seul coupable, car tous les plans de restauration sont soumis à une commission ad hoc [...] » (Baffert 1903).

37Or, on l’a vu. l’État a tenté, pendant plus de vingt ans, d’obtenir un projet sobre et respectueux du monument.

  • 193 Cette église est érigée en basilique mineure par un décret du Vatican en 1952.

38Après la séparation des Églises et de l’État, l’évêque n’a plus grande influence sur le cours des événements. De plus, à Grenoble, les finances du diocèse sont mobilisées, de 1914 à 1928, pour la reconstruction de l’église Saint-Joseph, dans un quartier en expansion, et plus encore, de 1918 à 1943, pour la construction de la vaste église du Sacré-Cœur193 dans le quartier de la gare. Faute de moyens suffisants, ces deux édifices demeureront d’ailleurs inachevés jusqu’à nos jours.

39Mais si l’on n’entreprend rien sur la cathédrale, les opinions, elles, se radicalisent. On perçoit de plus en plus les interventions de Berruyer comme des dénaturations du monument médiéval. Le matériau employé, qui commence à vieillir, est critiqué par une partie de l’opinion grenobloise. À la veille de la seconde guerre mondiale, L. Bassette critique le fait que

« la façade actuelle de Notre-Dame de Grenoble [soit], en réalité, une avant-façade plaquée, - ou placardée, - sur la façade véritable. [...] Ce pauvre ciment est apparu d’un effet maussade et cette addition a eu l’inconvénient de dérober et de mutiler la façade antérieure, la vraie, en pierres » (Bassette, 1938).

40L’abbé David estime quant à lui que

« l’archéologue est obligé de déplorer [les remaniements de Berruyer et] la froide façade en ciment qui dissimule l’antique porche » (David 1939).

41Trente ans plus tard, le Comité de Sauvegarde du Vieux Grenoble, fondé en réaction contre la démolition d’une portion importante du rempart gallo-romain, déplore dans un ouvrage collectif

« la malheureuse façade néo-romane en ciment [...] placée devant la cathédrale qui [...] ne doit pas décourager de visiter ce monument extrêmement intéressant du point de vue archéologique » (Fonvieille et al. 1968).

Les premières « dérestaurations » et de nouveaux projets (1968 - 1988)

  • 194 À la même époque, l’Etat finance également la construction de la Maison de la Culture et le transfe (...)

42Après ce temps de réflexion, voici revenu le temps de l’action : à l’occasion des Jeux Olympiques d’hiver de 1968, l’État entreprend d’importants travaux dans la cathédrale Notre-Dame194. La majeure partie des décors et rajouts du XIXe s. est supprimée, mais on ne prévoit pas de reconstituer les tribunes détruites par Berruyer. Ces travaux, inachevés pour des raisons financières, sont conduits sous la direction de P. Lotte, Architecte en chef des Monuments Historiques.

43Dès la clôture des Jeux Olympiques, la Ville entreprend de réhabiliter le quartier Très-Cloître situé à l’est du groupe épiscopal et d’aménager un petit jardin public au chevet de la cathédrale, ce qui la conduit à envisager la démolition de la « sacristie des chanoines », construite par Berruyer, dont une salle abrite alors le Trésor. Les principes de cet aménagement (Picheral et al. 1980), y compris la démolition de la sacristie, sont approuvés par le ministre de la Culture en mai 1982. À l’époque, la ville envisage également d’acquérir le palais.

44Après le changement de municipalité survenu en 1983, la ville confie la fin de la réhabilitation du quartier Très-Cloître à des opérateurs privés et laisse au Conseil Général le soin d’acquérir et réaménager l’ancien palais épiscopal pour l’affecter à l’Association pour la Création du Musée des Artistes Dauphinois, (plus connue sous le nom d’ACMAD), en vue de l’installation du musée projeté par ses fondateurs. Mais l’objectif de mise en valeur du chevet de la cathédrale est maintenu. En 1985, J.-L. Taupin, Architecte en chef des Monuments Historiques, étudie plusieurs localisations pour la réinstallation du Trésor et fait une proposition

« d’élimination des constructions parasitaires [...] et de présentation optimale de cet ensemble monumental [pour] une remise en lecture de l’organisation générale du groupe cathédral » (Taupin 1985).

  • 195 Le maire de Grenoble envisage même de montrer les vestiges de l’enceinte romaine sous une dalle de (...)

45Par ailleurs, la municipalité décide d’utiliser la réalisation d’une ligne de tramway comme levier dans la revalorisation de la vieille ville. Pour la place Notre-Dame, cette volonté municipale débouche sur un programme prévoyant la piétonnisation partielle et le retraitement des sols,195 ainsi que le ravalement de l’ensemble des façades de la place Notre-Dame, y compris celles du palais. Cela rend nécessaire de statuer sur le devenir de la façade plaquée dont certains souhaitent la dépose. Consulté, J.-L. Taupin indique, dès l’été 1987, que lui-même et l’inspecteur général des monuments historiques Dufoix y sont favorables à titre personnel. En mars 1988, le maire de Grenoble demande à l’État d’autoriser la suppression de cette façade pour revenir à l’état du bâtiment en 1810. Cette autorisation est accordée en décembre 1988, sous réserve d’une étude approfondie confiée à J.-L Taupin.

Les projets et les réalisations (1988-1998)

Deux nouveaux sinistres et leurs conséquences

46Au moment même où l’État se prononce sur la dépose de la façade de la cathédrale, des travaux commencent dans le palais pour permettre l’installation du musée des artistes dauphinois. Faute de reconnaissance archéologique préalable, des baies murées appartenant à un état du XIIe s. de l’église Saint-Hugues sont endommagées. Puis, en janvier 1989, un incendie ravage une partie du palais et notamment les trois travées construites de 1804 à 1810 en avant de Saint-Hugues, à la gauche du clocher. Ces événements justifient de compléter les recherches envisagées initialement sur la seule façade de Notre-Dame par une étude archéologique et historique du palais qui est menée conjointement par A. de Montjoye du Centre d’Archéologie Historique des Musées de Grenoble et de l’Isère (CAHMGI) et D. Chancel du Service des Vieux Quartiers de la Ville de Grenoble (S.V.Q.). Quelques mois plus tard, un baptistère paléochrétien est mis au jour sous la place Notre-Dame, dans le cadre des fouilles préalables effectuées à l’emplacement de la future ligne de tramway, sous l’autorité du Service Régional de l’Archéologie, par F. Baucheron (AFAN).

47Ce nouveau contexte ouvre le champ des partis d’aménagement possibles et plusieurs options sont envisagées. Un premier projet est établi par les architectes P. Charra, J. Scrittori et S. Morenas (fig. 246). Ils considèrent que,

« si vérité il y a dans ce bâtiment, elle n’est pas dans une permanence quelconque, elle est dans la continuelle transformation des espaces et des formes » (Charra 1989).

  • 196 Cette bâtisse austère, construite en 1770, n’a de château que le nom. Il s’agissait à l’origine d’u (...)
  • 197 L’ACMAD souhaite en effet disposer de la surface maximale pour réaliser son projet de musée.

48Fidèles aux orientations qui les ont guidés lors de la récente transformation du château des Blondes196 pour y transférer la mairie de Sassenage, ils proposent de conserver l’enveloppe extérieure du palais du XIXe s., en reconstruisant intégralement ses parties incendiées197, et envisagent même de conserver la façade « masque » de la cathédrale, tout en préconisant des interventions radicales sur les espaces extérieurs : remplacement des anciennes écuries par un bâtiment cylindrique destiné à abriter le Trésor, suppression du pan coupé de la cour d’honneur, déplacement de la fontaine des Trois Ordres, etc. Pour l’intérieur du palais, ils envisagent également des transformations importantes : modifications de certains niveaux de plancher, création d’un escalier cylindrique, remplacement de la voûte de l’escalier du XVIIe s. par un dallage de verre, création d’un ascenseur s’élevant dans un espace vide, en avant de la façade occidentale de Saint-Hugues, dans l’esprit de celui qu’ils viennent de réaliser au château des Blondes.

246- Maquette du projet Charra-Scrittori-Morenas

246- Maquette du projet Charra-Scrittori-Morenas

49Pour sa part, J.-L. Taupin, propose dans

« une perspective plus audacieuse [que la seule dépose de la façade de 1885] de restituer à la vue les aspects les plus fondamentaux de la cathédrale, de donner à celle-ci un élément de parvis et de régler une articulation et une échelle mieux adaptée de l’espace public » (Taupin 1989).

50Pour dégager la façade occidentale de l’église Saint-Hugues, il propose d’abattre quatre des travées du palais - les plus abîmées par l’incendie - et, pour retrouver une échelle urbaine proche de celle qui existait au Moyen Âge, de réduire la surface de la place Notre-Dame et de marquer sa limite nord en construisant un bâtiment au dessus des vestiges archéologiques, permettant en outre de compenser les surfaces de plancher à détruire (fig. 247).

247- Maquette du projet Taupin

247- Maquette du projet Taupin

51Ces deux projets concrétisent deux approches distinctes du patrimoine impliquant également des interventions très différentes sur l’espace public.

La difficile prise de décisions

52Un article du Monde Rhône-Alpes résume alors la situation en ces termes :

  • 198 P. Frappat, 17 juin 1989.

« D’importantes découvertes archéologiques mettent les aménageurs de Grenoble devant des choix difficiles »198.

53Constatant que les deux projets en présence sont antinomiques, le maire de Grenoble, A. Carignon, demande que d’autres solutions soient étudiées. Architecte au sein du Service des Vieux Quartiers, j’étudie alors une solution médiane retenant le principe du dégagement de l’église Saint-Hugues, préconisé par J.-L. Taupin, mais sans modification de l’espace de la place, hérité du XIXe s. et donc sans construction neuve. Ce troisième projet limite les démolitions aux trois travées du palais construites en 1804, afin de retrouver une partie des dispositions médiévales et en particulier la relation entre l’angle sud-est du palais et la façade de l’église Saint-Hugues (fig. 248).

248- Maquette du projet Chancel

248- Maquette du projet Chancel
  • 199 En 1996, le Conseil Général remet en question cette affectation et décide de consacrer la totalité (...)

54Pour approfondir la réflexion sur les partis de restauration des bâtiments et de réaménagement de la place, un Comité de Pilotage réunissant les divers partenaires est constitué. Il réunit les quatre maîtres d’ouvrage (État, Département, Commune et Syndicat Mixte des Transports en Commun), l’affectataire désigné (ACMAD199), les différentes équipes de maîtrise d’œuvre, et des responsables du patrimoine (DRAC, SDAP, Service des Vieux Quartiers, Musée Dauphinois). Dans ce contexte, une mission de coordination des projets culturels dans l’ancien évêché est confiée à J. Guibal, directeur du Musée Dauphinois.

  • 200 Seuls les électeurs du Centre-Ville et du quartier limitrophe de l’Ile-Verte sont appelés à se pron (...)

55En septembre 1989, la Commission Supérieure des Monuments Historiques, consultée sur les trois projets en présence, confirme son accord pour la dépose de la façade de la cathédrale construite par Berruyer et ne retient, pour le palais, que les deux projets prévoyant la démolition des parties brûlées pour dégager la façade de l’église Saint-Hugues. Les trois projets sont néanmoins soumis à l’avis de la population à l’occasion d’une consultation publique, baptisée « référendum », organisée du 17 au 31 janvier 1990200. La majorité des votants se prononce en faveur de la solution médiane consistant à dégager l’église Saint-Hugues, sans revenir sur l’agrandissement de la place opéré au début du XIXe s. Ce choix est confirmé par la Ville et le Conseil Général.

Les travaux des années 1990-1998

56La façade « masque » est déposée en 1990 et les maçonneries du clocher sont confortées par des tirants et des reprises de fondations. À la base du clocher, le portail du XIIe s. de Notre-Dame, déplacé par Berruyer, est réinstallé à son emplacement originel, au fond du porche.

57La voie du tramway est réalisée suivant un tracé modifié, afin de ménager un espace suffisant à la réalisation d’une crypte archéologique sous la place, intégrant le baptistère, où F. Baucheron poursuit une campagne de fouilles, pendant que A. de Montjoye entreprend des fouilles dans l’emprise du palais, tous travaux dont les résultats constituent l’essentiel du présent volume.

58Au nord du clocher, les derniers vestiges de l’ancienne chapelle du XVe s. amputée en 1804 et utilisée comme tambour d’accès à l’église Saint-Hugues depuis les travaux de Berruyer, sont déposés afin de dégager la façade occidentale de cette église, restaurée dans son état originel du XIIIe s., avec des briques moulées à cette fin. À l’emplacement des trois travées de l’aile du palais édifiées en 1804, une galerie en retrait, alignée sur la façade de la chapelle des Alleman, est édifiée, afin de matérialiser la limite entre la place et « l’atrium » Saint-Hugues.

59Au sud du clocher, le portail Renaissance de la chapelle des Sonnier, dont les pinacles et le gable ont disparu après la vente des Biens Nationaux et dont la partie basse a été amputée en 1883/84 lors des travaux de Berruyer, est intégralement restauré, et le volume du bâtiment reconstitué dans son état antérieur aux transformations de Berruyer.

60Pour le palais (fig. 249), après discussion, il est décidé de restituer les façades dans leur état du milieu du XIXe s. Cependant, un pan de verre est substitué au remplissage du grand arc de la remise du XVIIIe s. afin d’apporter la lumière du jour à la façade aux baies géminées datant de la fin du XIIIe s., située en retrait. À l’intérieur, une galerie sobre, de traitement contemporain, permet d’apprécier l’élégance de cette façade dont le rez-de-chaussée et le premier étage ont été restaurés. Au deuxième étage, c’est la restauration de la chapelle 1830 qui est retenue plutôt que la restitution du second niveau de baies géminées. Les décors peints de faux pilastres en trompe-l’œil de l’escalier du XVIIe s. sont restitués, mais dans la mesure où il a été impossible de déterminer la nature des décors de la voûte, il est jugé préférable de ne pas tenter de restitution hasardeuse.

249- La cour de l’évêché en 1998

249- La cour de l’évêché en 1998

61En règle générale, les aménagements intérieurs contemporains jouent sur le contraste des formes et des matériaux, pour éviter toute confusion avec les vestiges et les parties anciennes. Un ascenseur, indispensable dans un tel équipement destiné à recevoir du public, est créé. Pour préserver d’autres vestiges plus fragiles, il est implanté à l’aplomb de l’enceinte antique, dont le blocage interne est creusé pour recevoir la fosse, sans dépose du parement. Dans les étages, sa cage est traitée sous la forme d’un cylindre de béton brut.

62La restitution des parties manquantes du portail monumental d’accès à la cour du palais, prévue initialement, est abandonnée au profit d’un retraitement plus modeste. En revanche, malgré le souhait de certains habitants du quartier d’abattre le mur de la cour, ce dernier est conservé, pour préserver la cohérence du dispositif de cour fermée du XVIIe s„ mais cependant abaissé de plus d’un mètre. La fontaine ancienne a retrouvé son emplacement du XIXe s., proche de son emplacement d’origine ; la cour est couverte d’un dallage en pierre conforme à celui du XIXe s. ; la clôture entre la cour et le jardin est remise en place et ce dernier va être recomposé en s’inspirant des documents anciens.

  • 201 Grand meuble à tiroirs pivotants destiné à ranger les chapes à plat.

63Au chevet de la cathédrale, la sacristie des chanoines construite par Berruyer en 1871 est abattue et celle de l’église Saint-Hugues cumule désormais les fonctions de sacristie pour les chanoines et le clergé séculier. Le principe de la démolition de la salle construite par Berruyer au-dessus de la chapelle de la Vierge pour abriter le chapier201 est retenu. Le détail du futur aménagement extérieur et de la mise en valeur du chevet fortifié appuyé sur le rempart romain reste soumis à une nouvelle campagne de fouilles, qui précisera l’articulation entre les fortifications antique et médiévale.

Réflexions sur la période contemporaine

64L’architecture des monuments et l’organisation de l’espace expriment des rapports de pouvoir, autant que des styles ou des modes. Au Moyen-Age, une osmose s’est établie entre l’enceinte, avec sa porte fortifiée, et le groupe cathédral. Ensemble, ils structuraient l’espace public. Cette osmose entre des monuments civils, militaires et religieux correspondait à celle qui s’était établie entre pouvoir spirituel et pouvoir temporel, entre les mains de l’évêque. L’organisation médiévale des bâtiments subsiste pour partie, mais leur rapport à l’espace public a radicalement changé. En effet, depuis la fin du XVIIe S., la tendance à la réorganisation et à l’expansion de la place, pendant que le palais s’ouvrait vers l’extérieur, a été continue. Sur le long terme, cette évolution du palais et de la place apparaît comme relativement indépendante des événements de la période révolutionnaire. L’agrandissement de la place au détriment d’une aile du palais, qui pourrait, à première vue, être considéré comme une revanche du pouvoir civil sur le pouvoir religieux, obéissait en réalité à une dynamique engagée avec l’accord des évêques, bien avant la fin de l’Ancien Régime. En effet, si Mgr Le Camus et ses successeurs ont fait modifier l’apparence du palais sans réellement bouleverser l’organisation médiévale des bâtiments, ce sont ces mêmes évêques qui, par l’inversion du statut des deux basses-cours, le déplacement du cimetière, puis la suppression de la petite basse-cour, ont amorcé la réorganisation de l’espace public dès la fin du XVIIe s. (Chancel 1992 ; 1995).

65Le Concordat et la chute de la tour orientale de la porte, dans le contexte de l’abaissement du pouvoir épiscopal, n’ont fait que donner au pouvoir civil l’occasion d’accélérer le mouvement.

  • 202 L. Bassette, affirme, sans préciser, qu’une cathédrale neuve et un évêché auraient été envisagés en (...)

66Néanmoins, la Révolution marque une rupture en instituant une frontière entre la sphère du religieux et la sphère du profane. À partir de ce moment, une coupure franche s’instaure entre l’espace public (la place, voie de passage), que l’on peut considérer, avec les façades qui l’entourent, comme un « monument creux », du ressort de la Ville, et le « monument plein » (le groupe cathédral), du ressort de l’évêque et de l’État, puis de l’État seul après 1908. Suivant les périodes, le projet de nouvelle façade pour la cathédrale a été porté par la Ville (en tant que limite du monument creux) ou par l’évêque (en tant que nouvelle peau pour le monument plein). En raison de la dissociation des pouvoirs, ces deux dynamiques, qui auraient pu se fondre, ne se sont pas rejointes. Les évêques du milieu du XIXe s., qui avaient perdu tout pouvoir temporel ainsi que la tour « de l’évêché » qui en était le symbole, consacrèrent beaucoup d’énergie pour retrouver symboliquement « pignon sur rue », au prix d’une dénaturation du monument : amputations à l’intérieur et placages à l’extérieur202.

  • 203 Voir notamment Joly 1991, p. 79.

67S’il ne s’est quasiment rien passé sur le groupe cathédral pendant les soixante années qui ont suivi l’érection de la façade, on a assisté à la montée d’un nouveau pouvoir : l’opinion publique. À mesure que la date de construction se faisait plus ancienne, les critiques devinrent plus vives, se focalisant généralement sur le matériau « béton ». L’évolution des mentalités et des doctrines a peu à peu fait ressentir les interventions de Berruyer comme des artifices mensongers faisant injure au monument médiéval. À l’inverse, un groupe minoritaire203 a vu dans

  • 204 B. Queysanne et C. Verdillon, les Affiches, 02.02.1990.

« la façade en ciment de la cathédrale [un] précieux témoignage du modernisme grenoblois, [...] une audace folle, quasiment un exploit »204

68mais il se prononçait assez peu sur ses qualités architecturales. Pour sa part, M. Botlan, alors Conservateur Régional des Monuments Historiques, considérait que la façade édifiée par Berruyer avait

« mal résisté au jugement du temps. Tout au plus peut-on dire de cet ouvrage qu’il constitue, parmi d’autres il est vrai de meilleure venue, [un exemple] de la vitalité d’un procédé technique inventé par Vicat, celui du ciment moulé » (Botlan 1988).

69De fait, cette façade n’était ni la première, ni la mieux conçue, des œuvres de Berruyer en pierre artificielle. Parmi d’autres, l’église Saint-Bruno de Grenoble, dont la première pierre fut posée le 17 mai 1874, en est un bel exemple. Tout ceci peut expliquer que la Commission Supérieure ait assez facilement entériné le projet de dépose de la façade masque.

  • 205 Néanmoins, en 1985 puis en 1989, J.-L. Taupin envisage la possibilité de reconstruire une partie de (...)

70Les premières dérestaurations dans la cathédrale se sont faites à l’initiative de l’État, sans que ces travaux s’intègrent dans un projet urbain, mais il n’a pas été envisagé un retour pur et simple à un état antérieur à Berruyer (tribunes) ou à Janniard (baies sur jardin) en reconstruisant les parties détruites205.

71La période récente pourrait marquer l’amorce d’une nouvelle étape. Dans un texte prémonitoire publié en 1988, M. Botlan soulignait que

« curieusement ce sont des événements à caractère profane qui ont déclenché d’importantes campagnes de travaux [sur les cathédrales]. Tout ceci est d’une certaine manière significatif de la place [qu’elles tiennent] dans la conscience collective. [...] La question posée par ces chantiers de restauration est de savoir si leur cohérence et leur justification se posent uniquement en termes d’image et de tradition » (Botlan 1988).

72Depuis les premières études de dégagement du chevet, à la fin des années 70, le pouvoir local (d’abord la Ville, puis le Conseil Général) a commencé à s’intéresser à une des composantes du monument plein - l’ancien palais épiscopal - et s’est finalement substitué à l’État, héritier des anciens évêques. C’est la volonté de la Ville de réhabiliter le quartier limitrophe qui l’a conduite à étudier la mise en valeur du chevet de la cathédrale, puis à s’interroger sur le devenir de l’ancien palais épiscopal. La décision de faire passer une ligne de tramway sur la place fut le second facteur d’évolution. C’est la Ville, épaulée par l’Architecte en Chef des Monuments Historiques, J.-L. Taupin, qui a pris l’initiative de la dépose de la façade Berruyer. Par cette action, elle souhaitait, à nouveau, influer sur la mise en valeur monumentale de la place Notre-Dame, perçue comme l’entrée symbolique dans la vieille ville. Si elle s’intègre dans ce mouvement général, la suppression de trois travées incendiées de l’aile de 1804 est en partie conjoncturelle, mais elle a conditionné des choix allant bien au-delà d’un simple changement de peau, choix auxquels s’est associé le Conseil Général. Aujourd’hui, en tant qu’institution, l’Église semble totalement hors jeu, contrairement à la situation du milieu du XIXe s. où elle gardait une force de pression sur l’État. Il est clair que l’initiative de la municipalité tendant à obtenir de l’État qu’il fasse déposer la façade en béton était une démarche totalement profane, liée à la construction du tramway. Elle avait à voir avec l’image que l’on voulait donner de la place Notre-Dame et à l’idée que l’on se faisait de la vérité historique du monument. Mais à la suite de l’incendie, les choses n’en sont pas restées là. On a vu le sentiment religieux de nombreux grenoblois intervenir. Pour partie, il s’est exprimé en termes d’image et de tradition. Mais cet attachement religieux a également pris en compte le fonctionnement concret de l’édifice religieux. La perspective de rendre visible et accessible l’église Saint-Hugues « enfouie » depuis l’Empire, explique les choix de nombreux électeurs lors du référendum. Tout cela a poussé la municipalité à aller bien au-delà de ses intentions initiales. En ce sens, les circonstances n’ont-elles pas fourni une occasion

« de faire en sorte que l’ensemble des citoyens assume véritablement le patrimoine culturel qui est le sien », comme le souhaitait E. Frezouls (Nguyen 1982) ?

73Au-delà de ces transformations et de ces métamorphoses, une conclusion s’impose, celle d’une extraordinaire continuité des fonctions principales qui ont su se régénérer ou même renaître de leurs cendres. Si on regarde le long terme, la fonction de passage et celle, complémentaire, d’entrée de ville, ont connu bien des vicissitudes. Le tramway et la piétonnisation du vieux Grenoble viennent de revivifier la première. Bien que plus diffuse, la seconde se renforce. Ce n’est plus la limite entre la nécropole et la ville du Haut-Empire, ni la limite entre l’intérieur et l’extérieur de la ville close du Bas-Empire, mais elle demeure une limite informelle. Au-delà, commence la zone résidentielle de l’est grenoblois, en deçà, on trouve les cafés, les restaurants, les étudiants et les marginaux.

74L’autre fonction du lieu, la fonction spirituelle, attestée depuis le IVe s., s’est maintenue. Pendant la Révolution, Notre-Dame et la place, débaptisées, avaient été dédiées à la déesse Raison et le palais avait été affecté à un éphémère musée, ce qui était encore une manière de leur conserver une destination spirituelle. En 1908, le palais fut affecté à l’Université. Il va bientôt abriter un musée d’histoire ; la crypte archéologique, dont le vestige principal est le baptistère, va renouer, d’une certaine manière, avec l’ancienne destination religieuse. Les façades de l’église Saint-Hugues et du clocher-porche de Notre-Dame, dégagées, rendent plus visible la structure du groupe cathédral. Le nouveau musée des Beaux Arts et la nouvelle maison diocésaine se sont d’ailleurs installés à proximité.

75En définitive, malgré des débuts difficiles, la coordination entre l’État, la Ville et le Département a fonctionné et le Comité de Pilotage a atteint un rythme de croisière (fig. 250). Malgré les erreurs et les imperfections déjà perceptibles et celles dont l’avenir jugera, cette décennie de réflexion et de travaux a permis de trouver un certain équilibre entre modernité - tramway et aménagements muséographiques de conception contemporaine - et mise en valeur du patrimoine - vestiges antiques et paléochrétiens, maçonneries et décors médiévaux et modernes - la postérité aura à juger de ces choix.

250 – Place de la cathédrale Notre-Dame de Grenoble, le chantier s’achève en 1998

250 – Place de la cathédrale Notre-Dame de Grenoble, le chantier s’achève en 1998
D. C.

Notes

157 Les principales sources utilisées pour la période allant de la Révolution au milieu du XXe s. sont : cd 259 ; A.D.I., séries 4V2, 4V3, 4V4, 4V5, 4V8, 4V9 et 4V10, 12T1/1, 12T1/5, 12T1/23 et 3K178, plans 1FI 251 et 552 à 564, 2109 et 2178 ; A.M.G., série M ; A.N., FI 9/7884 ; Arch. M.H., 201119 et 201 1 20/4037F1 ; A.D.G.
Pour la période la plus récente, outre mes propres notes, j’ai utilisé les comptes rendus des délibérations du Conseil Municipal, de commissions extra municipales (notamment ceux de la Commission du Patrimoine), des réunions publiques des Unions de Quartier Notre-Dame et Centre-Ville, des séances de la Commission d’Art Sacré, ainsi que de nombreux articles de presse, notamment : le D. L, les Affiches, le Monde Rhône-Alpes, Libération et Libération-Lyon, l’Humanité Rhône-Alpes, le Moniteur, Info, Grenoble-Mensuel, le Figaro-Lyon, Grenoble-Magazine Catholique et d’autres publications, notamment celles de la Maison du Tourisme et de la ville de Grenoble (Inventons Demain). Pour plus de précision concernant ces sources, voir Chancel 92, 95 et 96.

158 Il s’installe ensuite dans l’ancien collège des Jésuites, actuel lycée Stendhal.

159 “Ecroulement le 2 vendémiaire [...]. La partie de l’évêché située au sud de ces 2 tours fut renversée et ensevelie […]. Les pertes éprouvées par la compagnie Accarias et Hanon, ne sont point aussi considérables que le malheur le faisait présager”.

160 L’ancienne, située dans la grande aile nord-ouest, a été détruite en 1803. Cependant, le premier projet Lallier mentionne une chapelle ainsi que le relevé établi en 1812 par Carré-Wagnat. Mais il est possible que cette chapelle n’ait pas reçu de décor particulier.

161 26.10.1835.

162 Courriers des 04.04 et 18.09.1837, et projet du 30. 06.1837.

163 18.09.1837.

164 “La stabilité [du bas clocher] ne peut être mise en question [...] ; le clocher supérieur […] est traversé verticalement par quelques lézardes anciennes et stationnaires”.

165 Lettre du ministère du 30 juin 1851, confirmée par d’autres documents, par exemple un courrier du 12.11.1857 au ministre : “La cathédrale et l’église SaintLaurent sont classées parmi les monuments historiques”.

166 Circulaire n° 25 du Directeur des Cultes, de mars 1849.

167 Courrier du 17 avril du Directeur des Cultes à Mgr. de Bruillard.

168 “Notre-Dame a besoin d’être connue pour être appréciée [...] Cet édifice renferme dans chaque recoin des détails fort intéressants, soit sous le rapport de l’art, soit sous le rapport de l’ancienneté. Il mérite donc une bonne part de la sollicitude du Gouvernement”, 1er octobre 1849. et encore le 25 mars 1850 à Mgr de Bruillard : “votre édifice […] a une grande valeur archéologique, et il est très remarquable sous le rapport de ses constructions en brique”.

169 Circulaire n° 49 du 20.01.1850 du Directeur des Cultes, et séance de l’Assemblée du 22.07.1851, n° 2095.

170 Janvier 1847.

171 28.02.1850. Ce document montre que le ciment moulé avait acquis droit de cité à Grenoble.

172 Courriers des 30.09.1850 et 26.08.1851.

173 L’avenir montrera que les travaux de Berruyer ne furent pas “de peu d’importance”.

174 Courriers à l’évêque et au ministre, des 30 et 31.05.1853.

175 “Dégagement et isolement de la façade sud - Propositions pour 1855”.

176 L’objectif est de “fondre les éléments divers dont la plupart ne présentaient aucune valeur architecturale, [pour donner] un aspect sinon d’une belle architecture, au moins d’une assez grande régularité et M. Berruyer, quoi qu’on ait pu en dire a tiré le meilleur parti possible [...]. Les critiques qu’on a pu faire à cette restauration sont injustifiées” (Baffert 1903).

177 Les plans de mars 1861 portent en surimpression des propositions faites par le Comité des Inspecteurs afin de limiter les interventions sur les structures (A.N. F19 - 7713).

178 Courrier du ministre du 31.05.1862 et plans du 30.09.1862.

179 30.09.1863. Il évoque ceux établis pour la basilique d’Ainay en 1828 et en 1830 (voir Chagny 1935, p. 51 à 62).

180 Courrier du ministre à l’évêque du 28.06.1865

181 “On ne peut s’expliquer comment en présence de changements aussi insignifiants la dépense primitive qui était de 48.000 F pourrait être réduite à 28.384 F”, courrier du ministre à l’évêque/

182 Courrier au ministre : “l’objection tirée du dommage qui pourrait en résulter pour le grand salon de l’évêché disparaît dans le projet modifié qui abaisse le niveau de la galerie […]. Du reste, ce salon ne sert que rarement” (sic  !).

183 30.03.1867.

184 Courriers au préfet et à l’évêque, 23.07.1867.

185 20.09.1870.

186 Courriers au ministre des 05.12.1874 et 09.07.1875.

187 Voir Bettega 1984, p. 34 à 38.

188 L’une de ses préoccupations est “ d’abattre le plus implacable ennemi de la démocratie, l’Eglise, (Chomel et al. 1976).

189 Séances du Conseil Municipal des 01.09 et 02.12.1882.

190 Projet du 31.10.1887 (A.N. F19 7713) et adjudication du 7.04.1888 (A.D.I. : 4V9).

191 Projet du 14.12.1887 (A.N. : F19 7713).

192 Edifiée de 1864 à 1870 par le même A. Berruyer.

193 Cette église est érigée en basilique mineure par un décret du Vatican en 1952.

194 À la même époque, l’Etat finance également la construction de la Maison de la Culture et le transfert du Musée Dauphinois dans l’ancien couvent Sainte-Marie-d’en-Haut restauré.

195 Le maire de Grenoble envisage même de montrer les vestiges de l’enceinte romaine sous une dalle de verre traversant la place de part en part, mais cette solution s’avère irréalisable.

196 Cette bâtisse austère, construite en 1770, n’a de château que le nom. Il s’agissait à l’origine d’une manufacture de dentelles de soie : “les blondes”.

197 L’ACMAD souhaite en effet disposer de la surface maximale pour réaliser son projet de musée.

198 P. Frappat, 17 juin 1989.

199 En 1996, le Conseil Général remet en question cette affectation et décide de consacrer la totalité du palais à un musée d’histoire et d’interprétation du patrimoine. Une partie des aménagements prévus initialement pour l’ACMAD ainsi que le Trésor de la Cathédrale doivent alors être revus.

200 Seuls les électeurs du Centre-Ville et du quartier limitrophe de l’Ile-Verte sont appelés à se prononcer.

201 Grand meuble à tiroirs pivotants destiné à ranger les chapes à plat.

202 L. Bassette, affirme, sans préciser, qu’une cathédrale neuve et un évêché auraient été envisagés en bordure de la place d’Armes, aujourd’hui place de Verdun, au milieu du second Empire (Bassette 1966). Un document de 1836 atteste que l’édification d’une église au nord-est de cette nouvelle place a effectivement été envisagée, mais rien n’indique qu’il s’agissait du transfert de la cathédrale (Service Historique des Armées à Vincennes : Grenoble/carton 9).

203 Voir notamment Joly 1991, p. 79.

204 B. Queysanne et C. Verdillon, les Affiches, 02.02.1990.

205 Néanmoins, en 1985 puis en 1989, J.-L. Taupin envisage la possibilité de reconstruire une partie des tribunes, pour restituer une communication entre la tribune nord et la tribune sud (Taupin 1989).

Table des illustrations

Titre 233- Projet pour le réalignement de la place, avec un portique en avant de Notre-Dame, établi à la fin du XVIIIe siècle
Crédits A.D.I. 1FI 251
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1221/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre 234- Projet établi en 1802 par l’ingénieur Dausse
Crédits A.D.I. 1FI 553 et 4V2, extraits
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1221/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Crédits A.D.I. 4V3, extrait
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1221/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre 236- Projet établi en 1841 par l’architecte Péronnet pour la surélévation et « l’embellissement » du clocher
Crédits A.D.I. 4V8
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1221/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre 237- Projet établi en 1863 par Berruyer
Crédits Restitution D. Chancel d’après A.N. F19-7713
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1221/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Crédits Restitution D. Chancel, d’après A.D.I. 4V10
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1221/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre 239- Projet établi en 1866 par Berruyer
Crédits Restitution D. Chancel, d’après A.D.I. 4V10
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1221/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre 240 - Projet établi en 1867 par Berruyer
Crédits Restitution D. Chancel d’après A.N. F19-7713
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1221/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Crédits Restitution D. Chancel d’après A.N. F19-7713
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1221/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Crédits Restitution D. Chancel d’après A.N. F19-7713
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1221/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Crédits Restitution D. Chancel d’après A.N F19-7713
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1221/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre 244- Façade réalisée par Berruyer en 1884-85
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1221/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre 245- Le grand portail de l’ancien évêché à la fin du XIXe siècle
Crédits Restitution D. Chancel
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1221/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre 246- Maquette du projet Charra-Scrittori-Morenas
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1221/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre 247- Maquette du projet Taupin
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1221/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre 248- Maquette du projet Chancel
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1221/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre 249- La cour de l’évêché en 1998
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1221/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre 250 – Place de la cathédrale Notre-Dame de Grenoble, le chantier s’achève en 1998
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1221/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 646k

© Alpara, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access