Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Autour du groupe épiscopal de Grenoble

 | 
François Baucheron
, 
Franck Gabayet
, 
Alain De Montjoye

Seconde partie. De la réorganisation médiévale aux transformations de l'époque moderne

Chapitre 13. L’ensemble cathédral et ses abords à l’époque moderne

Alain de Montjoye

Volltext

1Les trois derniers siècles de l’Ancien Régime ont, bien sûr, laissé une empreinte forte sur l’ensemble des constructions cathédrales, au point qu’avant tout engagement des travaux et études, nous avons pu avancer, avec un aplomb assurément excessif, que l’essentiel des parties anciennes du palais, c’est-à-dire antérieures au XIXe s., remontait à l’époque du cardinal Le Camus (Montjoye 1988). On sait désormais de quoi il retourne. Mais on sait également, ce chapitre le montrera, que la connaissance de ces trois siècles de l’histoire du site avait, elle aussi, grand besoin d’être complétée.

2Les années de transition entre Moyen Âge et Renaissance nous retiendront un peu, pour éclairer certains points qui nous paraissent avoir été mal perçus. Concernant les XVIIe et XVIIIe s., en revanche, on insistera moins sur les aspects architecturaux des églises et du palais, pour la connaissance desquels des travaux sont déjà disponibles (Chancel 1996 et 1997), que sur les données recueillies en fouille qui fournissent un point de vue dont on dispose encore peu souvent pour cette période. On exploitera aussi la riche et abondante documentation d’archives qui, sans doute, ne dit pas tout, mais éclaire de manière particulièrement suggestive la réalité dont témoigne le terrain.

3Du fonds ancien des archives de l’évêché, les écrits qui nous sont parvenus ont trait, pour une très grande part, à l’existence de maisons privées construites dans la cour nord de l’évêché et à son immédiate périphérie, sous l’épiscopat de Pierre Scarron (1620-1667). L’essentiel de la documentation, extrêmement fournie sur le sujet, que conservent les Archives Départementales, a été réuni pour servir au procès qu’intenta l’évêque Etienne Le Camus (1671-1707), dès 1673, contre les propriétaires de ces maisons, afin de recouvrer au profit de l’évêché le sol sur lequel elles étaient bâties et créer à la place des jardins. Si l’affaire fut promptement jugée en faveur de l’évêque, les maisons ne furent finalement démolies qu’un siècle plus tard. Plusieurs centaines de pièces de procédure, contrats d’albergements, baux à loyer etc. se sont accumulés, réunis aujourd’hui dans cinq gros cartons (ADI IV G 53 à 57). Ces mêmes cartons contiennent, en outre, quantité de pièces relatives aux travaux d’embellissement du palais conduits aux XVIIe et XVIIIe s. On dispose ainsi d’une documentation de première main qui permet de se représenter avec une précision inespérée l’évolution des lieux du XVIe s. à la Révolution.

Une campagne de transformation vers 1500

4L’élection en 1450 au siège épiscopal de Grenoble de Siboud Alleman, membre d’un des plus puissants lignages de la noblesse dauphinoise, marque assurément un tournant, dans lequel les historiens reconnaissent l’annonce des temps modernes. Alors même que l’hommage qu’il se voit contraint de prêter au dauphin de France consacre le déclin politique de la seigneurie épiscopale, Siboud impulse un mouvement de renouveau religieux visant à rétablir entier le prestige de l’Eglise, redonner éclat et dignité aux cérémonies du culte, rigueur et spiritualité aux pratiques de piété. Cette œuvre poursuivie par son successeur et neveu Laurent Ier (1477-1518) est restée marquée dans la pierre, particulièrement à la cathédrale — des embellissements y sont encore apportés sous Laurent II Alleman (1518-1561) — mais également au palais.

L’œuvre des évêques de la famille Alleman à la cathédrale

5L’ampleur et la nature des travaux entrepris par l’évêque Siboud Alleman et achevés par ses successeurs — construction d’une chapelle de famille, d’un ciborium monumental, d’un second bas-côté sud, à quoi s’ajoutent les chapelles privées fondées à la même époque par plusieurs particuliers — ont été suffisamment décrites et analysées, particulièrement par Pierre David, pour qu’il n’y ait pas nécessité, en l’absence d’investigations plus poussées dans la documentation archivistique, d’en reprendre ici le détail. Nous n’en commenterons donc que quelques aspects particuliers.

6Notre plan (fig. 204) fait apparaître, parmi les transformations et adjonctions de cette époque, la chapelle latérale nord du chevet (chapelle des Cassard) et celle qui lui fait pendant au sud (ancienne salle capitulaire), l’une et l’autre fortement restaurées et décorées au siècle dernier. Dans le cas de la première, cette datation peut être considérée comme probable à en juger par certains détails architecturaux incitant à y reconnaître la construction qui a sans doute suivi de peu la fondation à cet emplacement, par Michel Cassard, dans la seconde moitié du XVe s., d’une chapelle Saint-Michel (David 1939, p. 89). Pour ce qui est de la seconde, fondée sous le titre de Saint-Maurice en 1384, l’estimation est on ne peut plus conjecturale, l’état actuel n’autorisant aucune analyse archéologique.

204 - Plan de l’ensemble cathédral au XVIe siècle

204 - Plan de l’ensemble cathédral au XVIe siècle

a : chapelle des Alleman,
b : ancienne sacristie de Saint-Hugues,
c : puits

7A propos de la chapelle des Alleman (fig. 204 a), bâtie avant 1455 dans l’angle formé par la façade et le porche, du côté nord, Pierre David (op. cit. p. 93) a écrit qu’elle ne communiquait pas, à l’origine, avec le collatéral. Pourtant, sous les rhabillages du XIXe s., des vestiges de l’arc de communication contemporain de la construction de la chapelle ont pu être remis en évidence. Par ailleurs, nous avons cru longtemps, et encore lors d’un sondage pratiqué au pied de son mur nord en 1992, que cette chapelle des Alleman était plus ancienne que celle bâtie, également au XVe s., en avant de la façade de Saint-Hugues (fig. 204 b). Les récents travaux de reprise en sous-œuvre des bas de murs ont montré que c’est l’inverse, la chapelle des Alleman venant s’appuyer contre le mur de façade de l’autre.

  • 136 La dernière restauration a non seulement effacé cette cicatrice, mais en prolongeant abusivement l’ (...)

8Cette seconde chapelle, qui paraît correspondre à une fondation privée sous le titre de Sainte-Catherine, attestée à partir de 1451 (David 1939) et dont le sous-sol était tout entier occupé par un double caveau maçonné, a subi de profondes et irrémédiables mutilations au XIXe s. Les derniers travaux de restauration, à la faveur desquels elle a été redécouverte, sont ceux aussi qui ont achevé de la faire disparaître, puisqu’il a été choisi de rétablir la façade dans son ordonnance du XIIIe s. La construction de la chapelle avait en effet, gravement altéré cette dernière (fig. 129 et 205) de par le percement d’une large arcade de communication et, dans la portion subsistante au nord, d’un nouveau portail en remplacement du portail primitif détruit. La mise en place de ce second portail, à encadrement de molasse aux moulurations caractéristiques, cintré en anse de panier, a imprimé des marques profondes dans l’appareil de briques. Celui-ci apparaissait très raviné, plus largement autour de l’extrados de l’arc qu’a priori on ne s’attendait à ce qu’il le fût. Cette cicatrice traduisait-elle l’encastrement de la voûte d’un porche couvert ? La présence en avant du portail d’un caveau funéraire maçonné, dont la voûte se serait trouvée ainsi protégée, paraît renforcer la vraisemblance de cette hypothèse136.

205 - La façade de l’église Saint-Hugues après démolition de la chapelle qui s’y adossait

205 - La façade de l’église Saint-Hugues après démolition de la chapelle qui s’y adossait

9Sur les transformations de la cathédrale à cette période, on observera, pour finir, que si le portail ouvert à l’extrémité du collatéral sud prolongé est assez sûrement daté par un texte de l’année 1515 qui fait état des « portes neuves » (op. cit. , p. 79), l’achèvement du gros œuvre des dernières travées de ce collatéral — supports et voûtement — dont la modénature et le décor sculpté apparaissent résolument renaissants, n’est certainement pas antérieur au second quart du XVIe s.

10C’est à la charnière des XVe et XVIe s., donc sous l’épiscopat de Laurent Ier Alleman qu’il faut, croyons-nous, rapporter une réfection des arcades de la longue galerie sud du cloître dont témoigne un plan (fig. 206) dressé pour la vente au titre des Biens Nationaux (ADI I Fi 749), et que confirme l’observation de vestiges conservés. Le support médian de la première arcade orientale, toujours en place, réapparaît au milieu des maçonneries et sous les enduits dans lesquels il a été noyé au XIXe s. L’un de ceux des arcades suivantes est remployé dans un mur de l’immeuble qui a pris la place du reste de la galerie. Ces éléments taillés dans des blocs monolithes, avec la forme octogonale de leur fût passant au plan carré de la base et du tailloir au moyen de congés proéminents, présentent toutes les caractéristiques du dernier art gothique.

11Que cette période ait été active pour les agrandissements et les embellissements apportés à l’ensemble cathédral, c’est ce dont témoignent également les vestiges qu’on en a retrouvés en étudiant l’ancien palais épiscopal, complétés par une précieuse documentation écrite et iconographique.

206- Plan du cloître de la cathédrale dressé à la fin du XVIIIe siècle

206- Plan du cloître de la cathédrale dressé à la fin du XVIIIe siècle

A.D.I. 1 Fi 749

Les transformations de l’aile nord du palais

12Avant même d’avoir commencé l’étude archéologique des bâtiments formant aujourd’hui l’aile nord de l’ancien palais des évêques, on savait, grâce aux dessins de façades réalisés en 1674 par Toussaint Largeot, qu’ils avaient connu une radicale mise au goût du Moyen Âge finissant.

13Pour la façade du premier bâtiment (Ε 1), ces dessins en constituent d’ailleurs l’unique attestation puisqu’elle fut, sauf son extrémité orientale au rez-de-chaussée, entièrement rebâtie dans le dernier quart du XVIIe s. On y découvre (fig. 207) que, pour améliorer l’éclairement des étages, on avait ouvert de grandes fenêtres rectangulaires à meneaux et traverses, aux encadrements moulurés caractéristiques. Ces nouveaux percements, auxquels s’ajoute celui d’une porte en rez-de-chaussée, expliquent la disparition du contrefort médian de la façade. Mais le contrefort oriental fut maintenu, de même, probablement, que celui de l’extrémité ouest, partiellement empâté dans les maçonneries d’une nouvelle tourelle d’escalier. Cette dernière, en saillie par rapport à la ligne de façade, selon la mode du temps, n’apparaît pas sur le plan maquette de Toussaint Largeot, réalisé dans l’année qui suivit la construction de l’escalier d’honneur du cardinal Le Camus (cf. infra). Mais elle est figurée sur un autre plan plus schématique dressé probablement de la main de l’architecte engagé par ce dernier prélat, dès son accession au trône épiscopal (ADIIV G 56).

207 – Elévation de la façade d’un bâtiment (E 1) par Toussaint Largeot

207 – Elévation de la façade d’un bâtiment (E 1) par Toussaint Largeot

A.D.I, 1Fi 1373

14Les mêmes dessins révèlent que les étages de la belle façade aux baies géminées du bâtiment Ε 3 furent, à cette époque, entièrement recomposés. L’image qu’ils nous en donnent (fig. 208) ne correspond cependant qu’imparfaitement à la reconstitution (fig. 209) à laquelle conduisent les observations des vestiges retrouvés et systématiquement dégagés lors des travaux de restauration (fig. 210). Le nombre des fenêtres à chaque étage, certes, correspond, mais beaucoup moins leur position dans le mur. Les deux fenêtres du premier étage et la dernière (ouest) du second sont dessinées par le peintre comme des croisées à meneaux plats, dépourvues de toute mouluration, comme on en trouve à foison dans l’architecture de la ville du XVIIe s. Or les vestiges retrouvés de ces ouvertures présentaient des encadrements à moulures tout à fait gothiques encore (fig. 210), mais beaucoup plus sobres cependant que ceux des deux premières baies du second étage dont les linteaux lourdement travaillés ont été mieux rendus par le dessin de Largeot. La particularité de toutes ces fenêtres, ouvertes probablement dans un laps de temps assez bref, est d’avoir été réalisées non en pierre de molasse, selon l’usage local, mais en plâtre. C’est là, dans l’architecture régionale de l’Epoque moderne, l’un des plus anciens exemples, à notre connaissance, d’emploi de ce matériau pour la réalisation d’encadrements d’ouvertures.

208 - La façade d’un bâtiment (E 3) et celle de la remise, dessinées par Toussaint Largeot

208 - La façade d’un bâtiment (E 3) et celle de la remise, dessinées par Toussaint Largeot

A.D.I.,1 Fi 1373

209 - Les bâtiments de l’ancien évêché donnant sur la cour nord, à la fin du Moyen Âge : perspective restituée

209 - Les bâtiments de l’ancien évêché donnant sur la cour nord, à la fin du Moyen Âge : perspective restituée

210 - Détail d’une des fenêtres de la fin du Moyen Âge

210 - Détail d’une des fenêtres de la fin du Moyen Âge
  • 137 Les armoiries (d’hermine à la bande de gueules) peintes sur ce même linteau ont été portées par deu (...)

15Ce que ne pouvaient montrer les seuls dessins de façade, les études d’élévations en ont apporté la révélation : des modifications dans les distributions intérieures et les décors du premier bâtiment (Ε 1). Les portes du XIIIe s., qui assuraient à chaque étage la communication d’une pièce à l’autre, furent alors condamnées et remplacées par de nouvelles portes, percées tout à côté des premières. Leur encadrement mouluré en pierre de molasse laisse peu de doute quant à leur datation. Selon l’usage avéré de l’époque, trop méconnu encore des restaurateurs d’aujourd’hui, la pierre était entièrement revêtue d’une mince pellicule d’un enduit de chaux sur lequel étaient peints des joints sans correspondance aucune avec ceux des maçons. Ce décor apparaît assez bien conservé au premier étage, où le linteau de la porte montre en outre les restes d’une inscription à la mine de plomb (fig. 211). Cette inscription malheureusement incomplète, où paraissent se mêler des mots de latin et d’ancien français, a résisté à la sagacité des paléographes conviés à la déchiffrer. Seule se lit sans hésitation, tracée cette fois à la sanguine, la date de 1512137. Si rien ne permet en toute certitude de rapporter à la même période la petite porte percée, toujours au premier étage, pour relier la salle ouest et le couloir (fig. 146), dont on sait seulement qu’elle était condamnée à l’époque du cardinal Le Camus (cf. infra), on éprouve beaucoup plus d’assurance concernant celle qui, au second étage, assure un passage direct entre les bâtiments Ε 1 et Ε 3 (fig. 161). Cette porte, percée dans le mur de briques du XIIIe s., présente, comme les nouvelles fenêtres du second bâtiment, un encadrement mouluré réalisé en stuc. La mise en place de cette porte a entamé le décor vert aux armoiries de la famille de Chissé, mais le décor immédiatement postérieur — un semis de dauphins et fleurs de lys alternés sur fond bleu — s’applique sur l’encadrement de la nouvelle porte et pourrait bien en être contemporain.

211- Linteau de porte au premier étage du bâtiment Ε 1

211- Linteau de porte au premier étage du bâtiment Ε 1

16On attribuera une datation analogue à la porte à encadrement de calcaire et au linteau orné d’une accolade, ouverte à la hauteur du second étage du palais, dans l’extrémité ouest du mur de Saint-Hugues. Cette porte (fig. 212) qui, aujourd’hui encore, débouche sur la tribune de l’église telle qu’elle a été reconstruite au début du XVIIIe s., a eu certainement, dès l’origine, la même fonction. Mais il est impossible de déterminer si cette communication directe entre église et palais est une création de la fin du Moyen Âge ou la transformation d’un dispositif ayant existé dès le XIIIe s.

212 - Porte donnant accès à la tribune de Saint-Hugues, depuis le second étage du palais

212 - Porte donnant accès à la tribune de Saint-Hugues, depuis le second étage du palais

17Signalons enfin, parmi les souvenirs laissés dans les bâtiments par les évêques de la famille Alleman, les armoiries sculptées, à l’époque de Siboud ou Laurent Ier, dans la clé en molasse de l’arc qui, au rez-de-chaussée, somme la porte orientale du premier bâtiment (fig. 213). Nous verrons que cette marque n’est pas la seule qu’aient reçue pour ornement les diverses parties du palais. Mais c’est aux descriptions anciennes qu’il faut désormais avoir recours.

213- Clé d’arc en molasse sculptée aux armes de la famille Alleman

213- Clé d’arc en molasse sculptée aux armes de la famille Alleman

Les transformations des bâtiments disparus

  • 138 Description et plan furent remis le 6 juin 1674 à Antoine Copin, vibailli de Viennois, Lieutenant G (...)

18Déjà évoquées dans les chapitres précédents, les transformations gothiques tardives des bâtiments Ε 2, Ε 4, Ε 6 ne nous retiendront ici que brièvement pour mémoire. Elles nous sont connues exclusivement par les dessins de Toussaint Largeot et la description qui y renvoie, cette dernière rédigée par les deux experts nommés à cet effet, Jean Guy et François Desmartines138.

19Le portail principal en façade du bâtiment Ε 6 y est ainsi décrit :

« La fermeture d’icelluy est de bois sapin doublée en dehors de puplier fort vielle le marteau pour frapper à lad. porte est de cuivre jaune avec une plaque de mesmes métail où sont les armes des alemands et à celles de pierre quy sont au-dessus de lad. porte ».

  • 139 François de Saint-Marcel d’Avanson fut évêque de Grenoble de 1562 à 1574.

20Franchie l’entrée sous le bâtiment, on se trouvait dans une basse-cour, en fait, la cour principale du palais. « En icelle il y a un puits sur la couronne duquel il y a deux colonnes dont en l’une sont les armes des allemands et en l’autre celles d’avenson »139. Les vestiges de ce puits qui existait au moins dès le XVIe s., ont été retrouvés dans les fouilles de la place Notre-Dame (fig. 204 c), remplis des matériaux dont il fut comblé à la fin du XVIIIe s. (cf. infra).

De rares témoins archéologiques enfouis

21Les travaux d’embellissement et d’amélioration de la fin du Moyen Âge n’ont guère laissé de traces dans le sous-sol, du moins aux endroits où il a été exploré. Les fouilles de la place Notre-Dame n’en ont rien révélé et celles de la cour nord de l’ancien évêché à peine davantage. Sans doute certains des dépôts qui formaient la stratigraphie (Pl. 12, coupe 15) ont-ils livré un mobilier, peu abondant d’ailleurs, pouvant être rapporté à ces périodes, mais rien qui traduise un chantier d’importance. La tourelle d’escalier, dont la construction aurait pu laisser des empreintes significatives, a été arasée si bas que ses substructions (M 78), surmontées de celles plus larges du perron de l’époque du cardinal Le Camus, sont réapparues isolées de tout accompagnement stratigraphique (PL 11, coupe 14).

22La période immédiatement postérieure, en revanche, restait fortement marquée dans le terrain et ses vestiges, de surcroît, peuvent être considérés à la lumière d’une documentation écrite exceptionnellement abondante.

La puante arrière-cour du XVIe siècle

23Si les fouilles n’ont pas révélé dans l’espace de la cour nord, telle qu’elle s’est trouvée délimitée après 1374 par un nouveau bras de rempart, de traces bien marquées de son occupation, pour la période de la fin du XVIe s. et du premier quart du XVIIe s., les témoins archéologiques tout autant que les textes abondent, suggérant des représentations d’une singulière vivacité.

Le témoignage des textes

24Craignant probablement le reproche d’aliénation abusive du domaine de l’évêché - argument dont ne manqua pas d’ailleurs de se saisir son successeur - du fait de l’albergement à partir de 1637 de plusieurs maisons sur son sol à divers particuliers, l’évêque Pierre Scarron entreprit de réunir des « preuves » qu’il avait, ce faisant, agi dans l’intérêt général et particulièrement celui des évêques de Grenoble. Il fit donc rechercher des témoins dont les dépositions servirent à constituer un dossier en vue de l’homologation de ces ventes par le vice-légat d’Avignon en 1651 (ADI IV G 54).

25Les dépositions, bien sûr toutes concordantes, proposent de l’arrière-cour nord une vision hallucinante. Depuis la démolition de la porte Très-Cloîtres et du rempart enserrant l’évêché après 1590, cet espace laissé à l’abandon et ouvert à toutes les déprédations faisait outrage à tout le quartier. On se souvenait fort bien, à l’époque, que le mur de clôture avait fait partie des anciennes fortifications. Ainsi, Jean Escalier

« dit et dépose que le plassage [...] auparavant l’albergement estoit un lieu vuide qui avoit aparence d’avoir esté autrefois un petit bastion car la muraille qui estoit le long de la rue Trois-Cloîtres estoit revestue de terre par le derrière ».

26Pourtant l’aspect délabré et inesthétique de cette

« chétive muraille laquelle n’estoit pas seulement à droitte ligne »

27n’était rien comparé à celui de la cour elle-même qui, selon la déposition de Jean Ozias Sonier, servait de

« receptacle des immondices de la plus grande partie des habitons de lad. rue [...] que s’estoit la retraite des laquais et autres enfans qui y faisaient toutte sortes d’ordures et saletés et beaucoup de bruit »

28L’évocation se colore davantage encore avec le témoignage de Claude Platelle, lequel

« a veu le plassage [...] vacant et comme abandonné où l’on y jettoit quantité d’immondices et où les petits enfants et laquais y faisoient leur jeux et toutes sortes de salletés, mesme au temps des neiges montoient sur une chétive muraille qui estoit le long de la rue pour getter de la neige à ceux qui passoient, par lesquels imondices raportoient la puanteur et à l’évesché et à lad. rue, jusques au temps que led. seigneur evesque et prince de Grenoble albergea une partie dud. plassage le long de lad. rue [...] ».

29Ces témoignages, apparemment bien dociles et propres à servir les desseins d’auto-justification de l’évêque, ont été, en fait, plus qu’abondamment vérifiés par l’archéologie.

Des preuves archéologiques accablantes

30Dans l’espace fouillé de la cour nord, pas moins de quatre fosses dépotoirs ont été retrouvées, certaines se recoupant.

31De la plus ancienne (F 1), la plus petite aussi (sa largeur n’excédait pas 1 m), il n’est pas certain qu’elle n’ait été creusée que pour recevoir les rejets du palais lui-même. Placée au pied du bâtiment Ε 3, à quelques centimètres de son contrefort nord, elle était remplie d’un dépôt cendreux contenant de nombreux fragments de céramique, parmi lesquels les plus caractéristiques et les mieux conservés appartenaient à des carreaux de poêle datables du XVIe s.

  • 140 Le remplissage de cette fosse a livré pas moins de quatre double tournois de Henri III, émis entre (...)

32Les trois autres fosses témoignent assurément de l’usage abusif de l’ancienne cour du palais par les habitants du quartier entre les années 1590 et 1637. L’une d’elles (F 2) est venue recouper la précédente. Reconnue de part et d’autre du mur ouest des anciennes écuries (M 97) qui lui est donc postérieur, mais sur de très petites surfaces, cette fosse n’a pu être appréhendée dans ses vrais contours et dimensions. Mais le mobilier abondant qu’elle contenait — tessons de céramique et de verre, ossements alimentaires — confirme à la fois sa datation et sa nature de dépotoir. Ces mêmes caractéristiques valent pour les deux autres fosses qui, malheureusement, n’étaient pas intégralement préservées et n’ont pu être, pour ce qu’il en restait, entièrement dégagées. L’une d’elles (F 3), recoupée par l’autre et de ce fait conservée sur seulement quelques centimètres de hauteur, présentait, au fond, un plan grossièrement triangulaire dont le plus grand côté mesurait au moins 8 m et le plus petit 5 (fig. 214)140. Enfin, la dernière (F4), et la plus grande, avait une forme irrégulière en trapèze dont le plus petit côté mesurait un peu plus de 5 m, mais qui allait en s’élargissant jusqu’à environ 8 m sur probablement plus de 10 m de longueur (fig. 215). On imagine aisément l’impression que ces aménagements d’un genre peu raffiné, véritable offense à l’hygiène, l’esthétique et la bienséance, produisaient dans l’endroit et principalement aux visiteurs du prince-évêque de Grenoble.

214 - La cour de l’évêché à la fin du XVIe s. et dans le premier quart du XVIIe siècle

214 - La cour de l’évêché à la fin du XVIe s. et dans le premier quart du XVIIe siècle

33On peut ainsi comprendre que l’évêque ait eu, en vendant une partie de ces espaces mal famés et malodorants, le sentiment de réaliser une bonne affaire ; même si le soupçon lui vint assez vite que ce pourrait un jour lui être reproché.

La cour nord et les bâtiments sous l’évêque Pierre Scarron

  • 141 On ignore à quelle époque précisément fut maçonné sur les restes arasés du rempart médiéval un nouv (...)

34Force est de constater, à la lecture des documents qui ont été conservés, qu’un des tout premiers soins de Pierre Scarron, dès le début de son long épiscopat, fut de réaliser de rapides revenus, soit en louant soit en aliénant des portions des bâtiments et terrains dépendant de l’évêché : non seulement près de la moitié de la surface de la basse-cour nord où furent construites les maisons privées, mais aussi l’espace correspondant aux anciens fossés le long de la clôture orientale141. Les préambules aux contrats d’albergement ou actes d’investiture passés par le prélat annoncent ses raisons et intentions :

  • 142 Contrat d’albergement passé à Jean Feugier le 17 octobre 1623 ; ADI IV G 56

« […] attendu les grandes charges de l’evesché, arrerage de décimes deuhs sur icellui et grandes réparations qu’il a ja esté contraint fere et est encore necesité de continuer, partie des bastimens estant entièrement ruiné et le reste menasant d’une évidante ruine sy promptement il n’y estpourveu […] »142.

35Impossible de faire, s’il y en a, la part de l’exagération dans cette description de la situation que trouva l’évêque à son arrivée. On ne lit plus aujourd’hui, dans ce qui reste des bâtiments du palais, de marques d’aménagement ou de transformations datant de son épiscopat. Tout au plus, quelques restes de décors peints, dans les salles ouest du premier bâtiment (Ε 1), dont ceux du premier étage, qui seuls n’ont pas été détruits par les travaux récents, peuvent encore être vus (fig. 216). Mais c’est à cet évêque, cependant, que sont dues les constructions d’une écurie nouvelle et d’une remise de carrosses qui faisaient jusque-là gravement défaut.

216 - Décors peints (second quart du XVIIe s.) au premier étage du bâtiment Ε 1

216 - Décors peints (second quart du XVIIe s.) au premier étage du bâtiment Ε 1

Les écuries et la remise

36La construction des écuries est donnée comme motif principal (et emploi des sommes obtenues) de la vente des terrains à bâtir pris sur la cour nord de l’évêché. Dans le contrat d’albergement passé à Jacques et Esprit Gueydan, du 8 novembre 1638, après qu’ils eurent construit les deux maisons les plus proches du portail d’entrée dans la cour, il est précisé que la somme de huit-cents livres payée à l’évêque

« sera employée à la construction d’une escuyerie que mondit seigneur dit vouloir fere fere dans ladite basse-cour dudit évesché [...] au derrière de la maison de Claude du Monceaulx, mestre patissier, aussy nouvellement construitte[…]« 

37La même intention est spécifiée dans le contrat semblable conclu avec Claude Fagot, le 14 août de la même année pour une maison faisant suite, du côté est, à celle des frères Gueydan. Dans le témoignage qu’il produisit en 1651 pour servir à la cause de l’évêque, Ozias Eymard, maître chirurgien de Grenoble n’eut pas de mots assez élogieux pour vanter les bienfaits apportés par la construction de la nouvelle écurie,

 »laquelle estoit très nécessaire aud. évesché pour l’esloigner et séparer des bastimens d’icelle pour le péril qu’il y avoit du feu, estant veritas que le lieu que l’on faisoit servir d’escurie estoit à l’entrée dudit evesché et sous le principal apartement desd. bastimens dans lequel le feu cy print il y a environ vingt ans et sans le grand secours qu’on y raporta l’evesché se seroit indubitablement bruslé.« 

  • 143 Transformées en amphithéâtre, à l’époque de l’occupation des bâtiments par l’Université, les ancien (...)

38On pouvait observer encore en 1988 que les écuries de Pierre Scarron s’étaient maintenues à peu près dans la volumétrie que leur avaient donnée les transformations de la fin du XVIIIe s.143 Le décapage superficiel du sol des jardins a permis de retrouver les substructions de la partie dont elles furent amputées peu avant la Révolution, permettant de restituer un bâtiment primitif rectangulaire, de presque 16 m sur 9,50 m hors-œuvre (fig. 219). Fait de maçonneries de concrétion extrêmement grossières, le bâtiment ne présentait plus guère de traces de ses anciennes ouvertures, si ce n’est dans la partie de son mur ouest (M 97) comprise dans le volume des anciennes remises, à la hauteur du premier étage. Ces vestiges (fig. 217), assez différents de ce qu’en laissait attendre le dessin de Toussaint Largeot, ont été détruits lors des derniers travaux, pour motif de gêne à la circulation.

217 - Détail d’anciennes ouvertures du mur ouest des écuries de Pierre Scarron (mur M 97)

217 - Détail d’anciennes ouvertures du mur ouest des écuries de Pierre Scarron (mur M 97)

39La construction de la remise sous l’épiscopat du même Pierre Scarron est beaucoup moins bien documentée. L’idée n’en vint à l’évêque, probablement, que dans un second temps, car aucun des contrats d’albergement n’en évoque le projet. Le plus ancien document qui crédite cet évêque de l’initiative d’une nouvelle remise est le mémoire dressé en 1674, dans une langue invraisemblable, par le procureur des propriétaires de maisons mis en demeure par Etienne Le Camus de vider les lieux :

  • 144 Ce cellier, désigné également comme “l’ancien tinalier” dans la description de 1674, occupait le re (...)

 »Sy les escuries et remize de carosse ont été tirées de dessoubz et derrière led. palaix est construitte de l’argent provenu desd. albergements joignant le sol albergé et qu’il soit resté une seconde basse-cour pour l’usage desd. carosses et chariots pour garnir et desgarnir lesd. escueries et pour la voiture des vendangeurs qu’on remet annuellement dans les cuves du sellier pareillement posé au dernier dud. palaix, ce n’est qu’un accroissement de commodité [...] »144.

40Ce qu’on sait du bâtiment des remises

« faictes d’aix de sapin, le couvert n’’estant plus haut que le plancher du premier estage »

41évoque une construction strictement utilitaire, dépourvue de toute recherche architecturale. C’est ainsi que le donne à voir le dessin de Toussaint Largeot (fig. 208) et il n’est pas surprenant que le sous-sol n’en ait conservé que de faibles traces : un solin maçonné de façade, assez profondément fondé, destiné à porter les poteaux de bois sur lesquels s’accrochaient de grands vantaux de portes cochères. La stratigraphie ne laissait aucun doute sur l’interprétation et la datation de ce vestige dont la fondation entamait le remblai apporté pour combler définitivement la grande fosse dépotoir F 4.

Les maisons d’habitation

« Au nom de Dieu, comme ainsi soit que dans le plassage dépendant du palais episcopal de la présente cité de Grenoble du long de la rue Très Cloistres, Messire Pierre Scarron evesque et prince de Grenoble aye fait oster le terrain qui servoit autresfois pour les bastions de la présente ville au susdit endroit. Et que par ce moyen il se trouve du vuide et intervalle suffisant pour fere quelques bastiments et logis qui aideroyent à décorer et embellir tant lad. rue que le restant desdits plassages et serviroyent de closture au corps dudit Evesché et porteroy eut quelque revenu à iceluy, au lieu qu’à présent cela est inutile voire dommageable pour estre tout abandonné et sans deffance aux passants pour à quoy remedier et augmenter la revenu dudit evesché, ce jourd’hui septième du mois de février avant midy l’an mil six cens trente sept […] a baillé et baille à honêtes Pierre et Jacques Gueydan frères, maîtres menuisier de Grenoble [...] scavoir est la permission et faculté de faire construire dans le dit plassage qui servoit autresfois de rempart à ladite présante ville [...] un bastiment [...]« (ADIIV G 53).

  • 145 Dans la réalité, il semblerait que les maisons aient, dès le départ, comporté deux étages, puisque (...)
  • 146 Le mot désigne, qu’on se rassure, un volume voûté.

42Tout est dit dans ces lignes des circonstances et des modalités de l’installation sur les terrains de l’évêché d’habitations particulières (fig. 218). Des contrats semblables furent passés pour deux autres maisons à l’est de celles bâties par les frères Gueydan (1 et 2) à Claude Fagot (3) et Claude Dumonceaux (4), portant le nombre de ces maisons à quatre. Ces mêmes contrats précisent les caractéristiques que doivent avoir toutes ces bâtisses mitoyennes : formées d’une partie avant et d’une partie arrière, elles devaient comporter deux niveaux principaux surmontés d’un galetas. Au rez-de-chaussée, la partie avant était occupée par une boutique et la partie arrière, séparée par une paroi de maçonnerie, faisait fonction d’arrière boutique et cave. À l’étage, chambre et »arrière-chambre« étaient séparées par « un tranche de piastre ou dais ». Un escalier en bois permettait d’accéder à cet étage et au « galetas » (comble plus ou moins aménagé) situé au-dessus145. Dans le premier contrat des frères Gueydan, du 6 février 1637, il est précisé la permission de faire « en la rière boutique, des latrines et une crotte146 soubs icelle au lieu moins incommode ».

218- Les maisons privées bâties sur le sol de l’évêché au XVIIe siècle

218- Les maisons privées bâties sur le sol de l’évêché au XVIIe siècle

1- Pierre et Esprit Gueydan. puis Antoine Gueydan.
2- Jacques Gueydan puis sa veuve, Sophie Geoffrey, puis Claudine Gueydan.
3- Claude Fagot puis Etienne de Naves, puis Aymard de Marnais.
4- Claude Dumonceaux puis Jean Flandy
5- Abraham Pinard, puis Jean Feugier, puis Louis du Faure, puis Claude et Antoine de Geoffrey.
A = cave
B = terasse
C = cabinet
D = latrines

43Ce que la fouille a permis de dégager des vestiges de ces maisons confirme en tout point ce descriptif et les indications de mesures qui l’accompagnent (fig. 219). Seule la première maison, construite par Pierre Gueydan et Esprit Gueydan, son fils, a pu être observée à peu près dans sa totalité. La partie avant, probablement de plain-pied avec la rue, était à un niveau beaucoup plus haut que la partie arrière dont elle était séparée par un mur grossier (M 87). C’est cette situation semienterrée qui fait donner, dans la description de Jean Guy et François Desmartines, le nom de « cave » à la partie arrière de la maison qu’ils décrivent surmontée d’un entresol sur plancher compris dans la hauteur du rez-de-chaussée. Le lieu le « moins incommode » que choisit le nouveau propriétaire pour installer la fosse des latrines, ce fut l’angle sud-est de la maison où un mur en équerre (M 89) délimitait un volume rectangulaire surcreusé encore par rapport à la « cave ». D’après les documents écrits, les trois autres maisons étaient conçues sur le même modèle.

219 – La cour nord et les bâtiments à l’époque de Pierre Scarron

219 – La cour nord et les bâtiments à l’époque de Pierre Scarron

44Si la fouille a permis un repérage à peu près complet de l’implantation au sol et des principaux murs de ces maisons, permettant d’en dresser - mur de façade excepté - un plan plus exact que ceux du XVIIe s., elle en a bien moins révélé, on doit le reconnaître, sur les pratiques architecturales et les modes d’habiter que les descriptions et croquis d’élévations conservés dans les archives.

45Certains détails, toutefois, à propos desquels les documents sont plus évasifs ont été recueillis sur le terrain, concernant la quatrième et la plus grande des maisons : celle construite par Claude Dumonceaux et albergée à lui par acte du 28 avril 1638 (ADIIV G 53). Cette maison, deux fois plus large que les autres, ne présentait pas, comme celles-ci, de sols en terre battue, mais des surfaces revêtues de carreaux de briques, construites pour certaines sur un radier de murets maçonnés disposés en damier. Une cage d’escalier en dur, sur l’arrière, assurait la desserte des étages. Il est impossible de dire si ces améliorations par rapport au modèle de base datent de l’origine ou ont été apportées par Jean Flandy, conseiller au Parlement et procureur général du roi, qui acquit la maison en 1646.

« En la cave du sieur Flandy »

46Une autre particularité de la maison vendue à Jean Flandy (fig. 218, 4)) est qu’elle communiquait par une porte ouverte à l’arrière de l’escalier avec une allée ou passage le long du mur de clôture, conduisant à un bâtiment que les textes désignent du nom de cave. Allée et cave faisaient partie du lot concédé le 6 janvier 1637 par l’évêque à Claude Dumonceaux pour y bâtir sa maison. Dans le contrat d’albergement est désignée

« une vielle cave voultée qui est au bout des bastiments dudit evesché [...] laquelle estoit inhabitée et remplie de toutes sortes d’immondices.  »

47Des témoins déposèrent en 1646 au sujet de l’état épouvantable de l’endroit avant que l’évêque ne se décide à l’aliéner. L’un d’eux, Jean Sarret

« se ressouvient davoir veu le plassage et cave énoncée ausdictz comparents vaccants et inutilles aud. esvesché, partve duquel plassage servoit antiennement de fosse en ceste ville et lad. cave de latrines et cloaque a presque toute la rue et de bordel ou retirage d’une partye des garces de la ville »

48Il est des parfums d’antan que l’archéologie ne peut à elle seule restituer. Rien n’a resurgi sous la truelle, ni ombres ni échos, des louches bacchanales populaires dont la »cave« fut l’abri. Les niveaux (Pl. 15, coupe 22) correspondant à l’occupation — un mince dépôt (3023 ; 3021 ; 3019) scellé par une pellicule de mauvais mortier gris qui fut le dernier sol (3017) —, se sont même révélés fort pauvres en mobilier. Du bâtiment lui-même, bien repéré sur le plan de Toussaint Largeot par la légende « en la cave [...] du sieur Flandy », un mur seulement (M 81), sa façade nord sur le « plassage », a pu être convenablement dégagé. D’une épaisseur inhabituelle (environ 1,20 m), mais non surprenante s’agissant d’une paroi d’édifice voûté, ce mur contient un puits maçonné (fig. 220) qui, malheureusement n’a pu être désobstrué du fait de son étroitesse. À droite du puits, s’ouvre une large porte dont les montants et le seuil monolithe sont réalisés en grands blocs de calcaire. À considérer ces vestiges, il semble que la »vielle cave« vendue par Pierre Scarron n’est pas antérieure au XVIe s.

220 - La façade de la »cave« (mur M 81)

220 - La façade de la »cave« (mur M 81)

49Si l’on peut affirmer que le mur M 82, rhabillage en maçonnerie grossière du mur antique, fait bien partie de la cave, dès sa construction — sa tranchée de mise en place entamait visiblement les niveaux immédiatement sous-jacents aux couches d’occupation — pour le reste, c’est encore aux textes qu’il nous faut recourir. Particulièrement à la description et au plan-maquette de 1674 qui permettent l’un et l’autre, à partir des vestiges retrouvés, de restituer, dans son implantation à peu près exacte et conformément aux dimensions indiquées, un bâtiment trapézoïdal dont le mur oriental (M 83) a été élevé en appui contre la face externe du rempart médiéval, et dont le sol, en contrebas de 40 cm au plus par rapport à l’extérieur justifiait moins l’appellation de cave que son voûtement. Quoiqu’on n’ait pu vérifier son articulation avec le mur M 81 — il eût fallu pour cela pouvoir démonter une partie de ses maçonneries et surtout celles de murs plus récents (M 103) — il est peu douteux que le mur M 83 appartienne dès l’origine au bâtiment. Il est, en effet, à la source d’un conflit de propriété que l’on pouvait au reste prévoir : le contrat d’albergement passé le 17 octobre 1623 à Jean Feugier (nous y reviendrons plus loin) de toute la bande de terrain à l’extérieur du mur de clôture, précise que l’évêque

« sera tenu de fere abattre ce qui avance de la vielle cave voûtée dud. évesché dans le fonds sus vendu à ses coucts et despens.  »

50Mais l’évêque négligea d’honorer ses engagements. Si le premier albergataire n’osa rien tenter, son successeur, le président du Faure, ne garda pas la même réserve, d’autant qu’entre-temps la cave en question avait été vendue à l’honnête et inoffensif Claude Dumonceaux. Menacé de procès par son voisin, celui-ci dut lui racheter pour la somme de 120 livres tournois, la partie de cave qui empiétait sur sa propriété (ADI IV G 53). L’exigence de l’irascible voisin peut paraître mesquine, la partie de cave en question se réduisant à une épaisseur de mur. Par malchance, ce mur n’était pas n’importe quelle maçonnerie, comme dut l’expliquer dans sa réclamation de dédommagement auprès de l’évêque le malheureux Dumonceaux. La démolition partielle de la cave

« ne se pouvoit faire sans grand péril de la démolir entièrement [... ce] quy lui auroit porté un grand et notable préjudice et l’auroit frustré de la principale chose quy l’avoit porté à faire led. Albergement. »

51Le mur M 83 était donc bien un des murs principaux portant la voûte, voûte que la visite d’experts de 1710 (ADI IV G 196) révèle avoir été de briques.

52On ne sait si Claude Dumonceaux obtint satisfaction de l’évêque, mais sa cave, demeurée intacte, passa par vente au sieur Flandy.

53Ce dernier devait apporter quelques transformations. C’est lui probablement qui fit aménager le dessus de la cave en terrasse, ainsi décrite dans un mémoire du juge Basset de 1674 (ADI IV G 54) :

« à plein pié du second étage du palais épiscopal, laquelle seroit extrêmement commode à Monseigneur, soit pour le plaisir de s’y promener, ou pour deux caves qui sont au-dessous. »

54L’indication de »second étage« est bien sûr fautive, le prolongement de la terrasse jusqu’au pied du chevet de Saint-Hugues étant fourni par la crête du mur antique sur laquelle, comme on le sait, se sont alignés en niveau les planchers du premier étage. Quant aux deux caves, elles ne se conçoivent que comme le résultat du partage du volume voûté par une paroi qui devait n’être qu’une simple cloison. Un dispositif de calage de poteau au niveau du sol de la cave (P 1) pourrait être la trace d’une telle cloison.

55Le 2 janvier 1659, Pierre Scarron récidivait dans ses liquidations des fonds de l’évêché en permettant à Jean Flandy d’acquérir

« un petit chazal descouvert ou angle reculé et des latrines, de la contenance d’environ deux toises et demy.  »

56L’espace en question était celui compris entre le chevet de Saint-Hugues et le bâtiment des écuries. Le nouveau propriétaire, avec autorisation expresse de l’évêque y fit bâtir un petit corps de logis adossé au pignon oriental du bâtiment Ε 3, dont la toiture, prolongeant celle du chevet de Saint-Hugues, déversait ses eaux pluviales sur celle des écuries. Cette nouvelle construction, dûment représentée sur le plan-maquette de Toussaint Largeot, se composait d’une pièce principale, dite »cabinet« , du côté de l’église, et d’une plus petite ou »despense« qui contenait le siège de latrines, l’une et l’autre accessibles de plain-pied depuis la terrasse (fig. 218 A, B, C, D).

« Les latrines que M. Flandy a le long de la muraille de l’évêché, dans la grotte duquel elles se vident, sont d’une très grande incommodité« notait le juge Basset, »tant à cause de la mauvaise odeur que de la servitude et frais de nettoyement, lesquels doivent être entièrement payés par Monseigneur si l’albergement subsiste.  »

57En fait, l’installation à cette époque était déjà réformée, comme le précise la visite d’experts faite la même année 1674 :

«  [...] entre ledict cabinet et les escueries dud. seigneur évesque, il y a un petit membre quy servait autrefoys de lieux communs ou latrines, lesquelles sont bouchées présantement quand au siège ; le petit membre sert aujourd’huy de despense.  »

58Ces bâtiments qui reposaient, pour l’essentiel, sur le vieux mur gallo-romain n’ont laissé aucune trace, si ce n’est, encore en place, une dalle de pierre percée d’une ouverture circulaire qui ne peut correspondre qu’à l’évacuation des latrines. Son emplacement permet de comprendre que la »grotte« servant de fosse septique n’était autre que la partie inférieure de la tourelle d’escalier du XIIIe s., rendue hors d’usage en raison d’un considérable rehaussement du terrain extérieur et de la construction des écuries.

Le palais du cardinal le camus

59Le premier soin qu’eut Etienne Le Camus, sitôt nommé au siège grenoblois, fut de récupérer les biens dépendant de l’évêché aliénés avec tant de prodigalité par son prédécesseur. Récusant toute validité aux ventes ainsi perpétrées, il porta l’affaire devant la cour de Parlement et obtint gain de cause. L’affaire lui coûta toutefois la bagatelle de 9850 livres environ, représentant les dédommagements qu’il dut verser aux expropriés, sans compter les frais de procédure. Sans doute est-ce la raison pour laquelle, sursoyant à la démolition prévue des maisons au profit de jardins, il les mit en location. Quelque deux cents »contrats de louage« (ADI IV G 56) attestent l’occupation continue de celles-ci jusqu’à leur démolition qui n’eut lieu qu’un siècle plus tard !

La cour et les maisons privées

60Inutile de préciser que peu de travaux furent effectués sur les maisons et aucune amélioration apportée aux logements durant cette dernière période. Pour accroître la rentabilité, on procéda seulement à quelques rehaussements, de sorte qu’au moins deux des maisons étaient à la fin du XVIIIe s. pourvues de trois étages, comme l’indique un procès verbal dressé le 2 novembre 1772 par Charles Moisson, subdélégué général de l’Intendance de Dauphiné, chargé d’enquêter sur les maisons que l’évêque voulait faire démolir (ADI IV G 57).

61La seule transformation qui ait laissé des traces lisibles concerne l’ancienne maison Flandy et encore, sans les textes, leur interprétation eût été fort incomplète. Sous le pavé du passage entre maison et cave, et cause de l’altération de celui-ci, un caveau voûté a été reconnu, long de 2,50 m et occupant toute la largeur entre fondation des écuries et rempart médiéval (fig. 221). Une ouverture rectangulaire au sommet de la voûte en permettait l’accès. Tout à côté, au pied du mur des écuries, deux autres petites ouvertures étaient pratiquées. Dans le dépôt assez épais qui recouvrait le fond, sous les matériaux de remblai apportés à la fin du XVIIIe s., un abondant matériel céramique du XVIIIe s. a été trouvé. La description, souvent citée déjà, de 1710 nous apprend que le caveau était la fosse réceptacle de latrines dépendantes d’une chambre, elle-même installée au-dessus d’un bûcher bâti en avant de la cave voûtée et passage obligé pour accéder à celle-ci. À défaut d’élégance, l’ensemble ne manquait pas de pittoresque comme on peut en juger par la description qui précise

« on va aux lieux communs cy-dessus décrits et à une chambre qui est au-dessus du susd. bucher par une petite galerie de bois sapin, le long de la muraille de la basse-cour, laquelle galerie est très vielle, l’appuy du parapet d’icelle estant pourry, le plancher à l’endroit du siège desd. lieux communs est pourry. »

62Cette singulière installation, probablement tout en bois, a disparu sans laisser de trace, en même temps sans doute que la vieille cave voûtée. La destruction de cette dernière eut lieu un certain temps avant celle de l’ensemble des maisons. En effet, on utilisa la surface libérée par sa suppression pour fonder deux lourds massifs en forme d’éperons, solidaires d’un mur (M 103) venant doubler le mur M 83 (fig. 228). Il ne peut s’agir que d’un système de confortement de ce dernier mur et donc de la maison, située à l’extérieur de l’enceinte de l’évêché, qui s’y adossait. De la même façon, on ne se contenta pas de murer la porte de l’ancienne cave, on doubla le mur où elle s’ouvrait, du côté extérieur, au moyen d’un contre-mur (M 104) venant fermer proprement le passage pavé toujours en usage entre mur de clôture et écuries. Ces travaux de résorption des plus criantes « incommodités » de l’invraisemblable cour de palais que connurent les évêques du XVIIe s., eurent lieu à une période impossible à préciser du siècle suivant.

221- Fosse voûtée sous le passage entre maison et cave du sieur Flandy

221- Fosse voûtée sous le passage entre maison et cave du sieur Flandy

63Si le cardinal Le Camus ne vit jamais réalisé son rêve de jardins, du moins eut-il la jouissance d’un palais entièrement rénové par ses soins. Non seulement il le fit en grande partie rebâtir et embellir, mais encore en modifia-t-il complètement le fonctionnement (fig. 222). C’est ce que ne manquèrent pas de faire observer avec raison les défenseurs des propriétaires de maisons pour qui l’« incommoditté« plaidée par l’évêque résultait

« du changement qu’il a fait aud. palaix en ce qu’il a tourné la porte et entrée d’icelluy du costé de lad. basse-cour qui n’est oit autrefoys que le derrière dud. palaix et en ce qu’il a faict sa cour d’entrée de ce quy n’’estoit autrefoys que la basse-cour de ses escuries  » (ADI IV G 54).

64Depuis l’extérieur, un monumental portail d’ordre toscan, partiellement conservé aujourd’hui et bien connu par les gravures du début du XVIIIe s. (fig. 223), donnait une solennité, à la nouvelle entrée principale. L’autre basse-cour, sur la place, fut pareillement décorée d’un portail de même facture (fig. 179) qui prit la place du vieux pavillon d’entrée Ε 6. Et surtout, on l’a déjà signalé, la plupart des bâtiments eux-mêmes furent soit reconstruits (E 2, Ε 5), soit largement remaniés.

222 – La cour nort et les bâtiments du palais après les travaux du cardinal Le Camus

222 – La cour nort et les bâtiments du palais après les travaux du cardinal Le Camus

223- Portail et cour d’honneur au début du XVIIIe siècle

223- Portail et cour d’honneur au début du XVIIIe siècle

B.N., Est., Va 38 t3, n° 126878

L’escalier d’honneur

65Les grands travaux de construction débutèrent en 1673 avec un nouvel escalier monumental, aujourd’hui encore le plus beau morceau d’architecture qui se soit conservé du palais du XVIIe s. Nous avons retrouvé dans les archives (ADI IV G 56) le prix-fait conclu avec Anthoine Amori dit La Fleur, maître maçon habitant Grenoble, le 17 janvier 1673 et la quittance que ce dernier rendit, le 17 janvier de l’année suivante, d’une somme de 3868 livres tournois « pour la construction d’un degré dans le pallaix episcopal ». Mais il ne nous a pas été transmis de nom d’un maître d’œuvre qui en aurait tracé les plans. Les termes du prix-fait ne laissent aucun doute sur le point qu’il s’agit du grand escalier d’honneur à limon suspendu qui nous est parvenu (fig. 224).

224 - Le grand escalier d’honneur du cardinal Le Camus, après restauration de ses décors

224 - Le grand escalier d’honneur du cardinal Le Camus, après restauration de ses décors
  • 147 Cette ignorance de l’intérêt intrinsèque de tout enduit pour l’approche archéologique d’un bâtiment (...)

66Sous un enduit décoré du XIXe s. ont été retrouvées de très larges surfaces d’un décor peint ornant les parois entre premier et second étage. Ce décor, probablement du XVIIIe s., est aujourd’hui parfaitement restauré. On regrettera cependant que l’enduit ancien de la partie inférieure, déclaré dépourvu de décor sur la foi de quelques sondages, ait été déposé à l’aveuglette en même temps que celui du XIXe s.147

67En même temps que l’escalier fut élevée la portion de façade à droite (ouest) de celui-ci, dont les fenêtres ainsi que celles de l’escalier, c’est-à-dire cinq à chaque étage, furent réalisées par Pierre Jourdan, menuisier, de même que la porte qui au bas de cette façade commandait le »passage ou vestibule« conduisant à l’autre cour. Le prix-fait est daté du 14 septembre 1673.

68L’état dans lequel se trouva le palais après cette première tranche de travaux est celui dont rend compte le plan-maquette de Toussaint Largeot.

La nouvelle aile nord

69On ne sait exactement quand furent conduites les transformations ou reconstructions des bâtiments Ε 2 et Ε 5, tels que les donnent à voir les gravures du début du XVIIIe s. On sait, en revanche, que c’est seulement trois ans après celle de l’escalier qu’eut lieu la reconstruction du reste de l’aile nord. Le prix-fait, daté du 20 février 1676, stipule la démolition

« de la face de la muraille sur la grande cour, depuis le degré jusques au coing des remises, scavoir dès led. degré jusques au vingtain qu’ils feront depuis le retranchement de la fondation et dès led. vaingtain jusques aud. coing dénuderont dès le premier plancher en hault, et restableront icelle jusques au niveau de celle dud. degré, à laquelle ils feront un arc doubleau de la mesme pierre et façon de celuy qui est à costé dud. degré et les croisées de pierre molasse de la mesme auteur et façon de celles à costé dud. degré [...]. »

  • 148 Ce nom vient de la taxe perçue à la cote l/20e sur la vente des vins dans la ville que les consuls (...)

70Notons la curieuse appellation de « vingtain »148 pour la partie de façade médiévale aujourd’hui encore conservée. Elle devait apparaître très différente de celle qui s’étendait entre elle et l’escalier, laquelle avait sans doute été profondément remaniée au rez-de-chaussée et même reconstruite pour ce qui est des étages dans les années 1500 (cf. supra).Quant à l’« arc doubleau » indiqué au prix-fait, c’est bien entendu l’arcade en anse de panier qui fait pendant à celle qu’avait mise en place, de l’autre côté de l’escalier, la première tranche de travaux de 1673.

  • 149 Ce plafond fut démonté en une journée et ses matériaux partirent à la décharge sans qu’ait été réal (...)

71Non documentées par les textes, des transformations intérieures peuvent être rapportées à la même période : le percement des portes faisant communiquer entre elles les pièces et ces dernières avec le couloir, aux deux étages ; mais aussi la réfection des planchers du second étage. Dans toute l’étendue de l’aile correspondant aux anciens bâtiments Ε 1 et Ε 3, ces planchers furent abaissés d’une trentaine de centimètres comme en témoignent le seuil de la porte en stuc qui faisait communiquer les deux bâtiments primitifs au deuxième étage et les restes d’un sol carrelé y attenant ou encore le prolongement des piédroits de la porte d’accès à la tribune de Saint-Hugues. Au premier étage, les plafonds correspondants étaient bien conservés. Celui à caisson et solives à sens alternés, qui couvre la salle ouest voisine de l’escalier est assurément le plus beau et a fait l’objet d’une bonne restauration (fig. 225). Dans la pièce orientale, le plafond du XVIIe s. reste caché sous des rhabillages effectués au XVIIIe s. Quant au plafond de la grande salle aux baies géminées, faute de savoir le consolider pour une mise aux normes des édifices recevant du public, on l’a remplacé par une dalle en béton149.

  • 150 Le mur M 64, a été abattu au second étage dans le courant du XIXe s. et les traces qu’on y lisait a (...)

72Parmi les aménagements de l’époque d’Etienne Le Camus, nous sommes tentés de faire figurer des escaliers secondaires, placés dans les couloirs longeant aux deux étages l’église Saint-Hugues, au revers du mur M 64. De ces escaliers, qui figurent sur les plans de l’époque d’Ennemond Alleman de Montmartin, mais qui n’apparaissent plus sur ceux de la fin du XVIIIe s., tout souvenir est aujourd’hui effacé dans le bâtiment150.

225- Plafond (vers 1676) au premier étage du bâtiment E1

225- Plafond (vers 1676) au premier étage du bâtiment E1

Quelques données de fouille

  • 151 Ce sol datant de l’époque de Pierre Scarron ne régnait probablement que dans la partie ouest de la (...)

73De cette période, enfin, le sous-sol a lui aussi enregistré quelques traces. L’une des plus significatives est une grande fosse à peu près carrée, de 2,50 m environ de côté et profonde de 0,75 m, retrouvée à moitié pleine encore de la chaux qu’elle a servi à préparer et contenir (Pl. 12, coupe 15). Témoin également de l’importance des travaux de cette époque, un épais dépôt (1072, 1073, 1074, 1088, 1067), riche en chaux et contenant de nombreux éclats de calcaire recouvrait toute la surface fouillée, immédiatement au-dessus d’un pavage de galets qui ne subsistait qu’à l’état de lambeaux151. Quant aux maçonneries observées en relation avec ces niveaux de construction, ce sont celles du puissant socle qui portait le perron - conglomérat d’éléments de toutes sortes noyés dans du mortier, coulé dans une excavation en hémicycle - et celles (mur M 100) correspondant à la reconstruction complète du mur de façade de l’ancienne aile ouest.

74Les couches supérieures portaient un nouveau sol de galets (fig. 226) dont le niveau correspond à celui de la cour d’Etienne Le Camus. La présence dans ces couches de quelques éléments de céramique jaune de Larnage et de faïence traduit probablement des réparations au cours du XVIIIe s. Les gravures du début du XVIIIe s. - plan et vues en perspective - montrent que l’ensemble des cours étaient revêtues de galets dont l’assemblage ménageait des rigoles pour l’écoulement des eaux. Ce sont de semblables revêtements qui ont été retrouvés non seulement dans la cour, mais également dans le passage réunissant maison et cave du sieur Flandy (fig. 220) et dans la ruelle d’un petit quartier d’habitation découvert au-delà du mur qui formait la clôture orientale de l’évêché.

226- Pavement en galets de la cour nord

226- Pavement en galets de la cour nord

La cour des Faure

75Nul plan ancien ne nous a été transmis représentant les maisons que le décapage de l’extrémité orientale des anciens jardins a fait réapparaître (fig. 227). Cette découverte inopinée, à laquelle on aurait dû pourtant s’attendre — une telle surface ne pouvait rester longtemps inutilisée — nous a conduit à une enquête fructueuse.

76C’est sous le nom de cour des Faure qu’est désigné, dans les écrits des XVIIe et XVIIIe s., ce petit îlot d’habitations compris entre l’arrière des maisons de la rue du Fer-à-Cheval et le mur de clôture orientale de l’évêché. L’espace occupé par ces maisons est donc celui des anciens fossés creusés au XIVe s.

77En 1536, si l’on en croit le plan dressé cette année là, tous les fossés de la ville étaient encore en eau. Le dessin en développé montrant le profil longitudinal du fossé, confectionné à l’époque de François de Saint-Marcel d’Avanson, rend compte d’une situation nouvelle : depuis l’Isère jusqu’à la porte Très-Cloîtres, il subsiste encore profondément marqué dans le terrain, de même que derrière « la doyenné », depuis le cloître de la cathédrale vers la porte Pertuisière (fig. 203). Mais il apparaît passablement remblayé dans le secteur qui nous intéresse, le long de la clôture orientale de l’évêché jusqu’au chevet de Notre-Dame.

78De fait, sont conservés des actes d’albergement par l’évêque, à partir de l’année 1549, de longueurs de fossés transformées en jardins, tel celui passé à

« messire François Orand, chanoine en lad. esglise Notre-Dame de Grenoble d’un jardin de neuf toyses et demi de contenance au dernier d’icelle en les fossés de lad. Ville » (ADIIV G 53).

79Il est piquant que ce soit Pierre Scarron qui, contestant la validité de ces albergements, fit déguerpir le légitime héritier et possesseur de ces terrains, Abraham Pinard, en 1623. Tout au plus l’évêque dut-il verser à ce dernier la somme de trois cents livres

« pour les melliorations faites par ledit Pinard, tant pour une maisonnette y estant qui demeure aud. sieur demandeur que pour avoir fait combler et remplir de terre led. fossé et iceluy rendu en jardin.  »

80Pierre Scarron n’eut rien de plus pressé, s’en étonnera-t-on ? que d’alberger à nouveau, dans les trois mois qui suivirent le jugement en sa faveur, maison et terrain, à savoir

  • 152 Porte de la nouvelle enceinte de Lesdiguières ouverte dans l’axe de la rue du Faubourg Très-Cloître (...)

« vingt sept toises et demy en longueur des fossés de la ville de Grenoble, lors en jardin et la moitié de la largeur du vieux fossé de ladicte ville fermant la grand cour de l’esvesché et l’esglise Nostre-Dame et la chapelle des Cassard du couchant, la grand rue qui va de lad. évêché jusques à la nouvelle porte de Très-Cloîtres152 de bize [...], led. Pinard pour l’autre moitié des vieux fossés aussy du levant ou couchant ».

81L’heureux bénéficiaire avait nom Jean Feugier, boulanger de son état. On ne sait à quelle date précisément la propriété changea de mains, mais avant 1638, elle était tenue par Louis du Faute, président de la cour de Parlement de Grenoble. C’est donc la famille de ce personnage qui a donné son nom à l’endroit, pour l’avoir possédé jusqu’en 1676 en la personne des frères Claude et Antoine de Geoffrey, petits-fils de Louis du Faure.

227 - Ancienne clôture orientale de l’évêché et sommet de la grue de chantier vestiges des maisons de la cour des Faure, depuis le sommet de la grue de chantier

227 - Ancienne clôture orientale de l’évêché et sommet de la grue de chantier vestiges des maisons de la cour des Faure, depuis le sommet de la grue de chantier

82Il est plus que douteux qu’il se soit agi de la résidence de cette noble famille à en juger par les descriptions qui en ont été faites, principalement celle de 1710 :

  • 153 Par cette expression est désignée la pierre dure de calcaire (utilisée pour les façades de rez-de-c (...)

« Dans la cour des faures, derrière le cœur de l’église cathédrale de Notre-Dame, où sont des maisons apartenant aud. évêché, lesd. experts ont dit et raporté comme s’ensuit : l’entrée est sur la rue de Trois Cloistres par une porte de pierre de roche153 fermée par une vielle porte de bois sapin rapiesée garnie de sa ferrure de peu de valeur, lesd. maisons composées de cinq chambres à plain pied et cinq autres au-dessus, contenant de longueur treize toises sur la largeur de deux toises trois pieds dans œuvre et de la hauteur, depuis le rez-de-chaussée jusqu’à la sablière du couvert, d’environ deux toises deux pieds.  »

83Les chambres de l’étage étaient desservies par une galerie de bois en encorbellement, accessible par un escalier en fond de cour. L’ensemble était réalisé en matériaux de très mauvaise qualité et se présentait, en 1710, dans un état de délabrement avancé. Ce bâtiment sur cour, d’un seul étage, était précédé d’une maison sur la rue, de deux étages et galetas, comportant en rez-de-chaussée deux boutiques de part et d’autre du passage sous l’immeuble donnant accès à la cour des Faure. Pourvue d’un escalier à vis, en pierre de molasse et de plafonds « françoi », cette maison, supérieure en qualité à celles de la cour, était cependant, en 1710, en très mauvais état. Les descriptions faites par les experts cette année-là, tout comme les vestiges dégagés, dont les dimensions correspondent, sont bien plutôt ceux d’un immeuble de rapport. Les « chambres » de la cour, en particulier, étaient louées à des artisans célibataires, voire à des familles pauvres.

84Les substructions d’une partie de l’arrière de la maison sur rue et des cinq « chambres » sur cour ont été remises au jour au cours des terrassements à l’engin qui ont fait disparaître l’épaisse couche de matériaux apportée à la fin du XVIIIe s. pour porter les jardins du palais. Aucune étude archéologique n’a pu être faite des niveaux d’occupation, mais seulement un relevé sommaire en plan des maçonneries. Le bâtiment bas sur cour, avec ses cinq chambres alignées, était aisément reconnaissable, quoique d’un plan moins régulier que ce qu’en laisse pressentir la description de 1710. La longueur est plutôt de onze que de treize toises, à moins qu’une partie en reste enfouie plus au sud, et la largeur diminue à mesure qu’on avance dans la cour. Quant aux constructions (M 99) qui, de l’autre côté d’une ruelle pavée de galets font face à celles qu’on vient de recenser, elles ne sont documentées que par le procès-verbal, déjà cité, de Charles Moisson, établi en 1772 :

« trois petites maisons à un seul étage donnant au nord [comprendre le nord-ouest] sur la cour des Faure s appartenant à l’évêché » (ADI IV G 57).

85Si l’on excepte un léger recul de façade d’une petite partie de maison (mur 105) (fig. 228), on ne décèle pas dans les vestiges de ces bâtiments de trace d’importante transformation : leur brève durée d’existence suffit pour l’expliquer.

228 - Plan de la cour des Faure dans le courant du XVIIIe siècle

228 - Plan de la cour des Faure dans le courant du XVIIIe siècle

Le palais à la fin de l’ancien régime

86L’étude des plans dressés à la période révolutionnaire nous a rendu déjà familières les dispositions générales de l’ensemble du palais au terme de sa longue histoire. Les apports du XVIIIe s. sont moindres que ceux du XVIIe s. On y note cependant la construction de deux nouveaux bâtiments, sans doute d’importance secondaire, mais dont un au moins, qui nous est parvenu, était d’une incontestable qualité architecturale. Les retranchements, à l’inverse, sont d’importance puisque c’est en 1775 que les maisons sur la rue Très-Cloîtres et dans la cour des Faure furent abattues et que des jardins, enfin, prirent leur place (fig. 229).

229 – Plan de la cour nord et des jardins à la fin du XVIIIe siècle

229 – Plan de la cour nord et des jardins à la fin du XVIIIe siècle

Deux nouveaux bâtiments

  • 154 Dans un souci légitime de meilleure perception de la façade du XIIIe s. comprise dans le volume de (...)

87Nous n’avons retrouvé aucun texte relatif à la construction du premier des bâtiments, élevés au XVIIIe s., le seul conservé. Il s’agit de nouvelles remises en remplacement de celles de Pierre Scarron. Formé d’un volume principal cantonné de deux réduits dont l’un, à l’est, contenait un escalier, ce bâtiment de deux étages présente une façade sur cour de belle facture et aux traits caractéristiques. Un grand arc qui absorbe dans son développement la hauteur du rez-de-chaussée et du premier étage, tous deux construits en bel appareil de calcaire, ordonne la composition selon un principe qu’on retrouve constant dans l’architecture civile contemporaine. Un fort linteau porté par des corbeaux à la naissance de l’arc réglait le niveau de plancher du premier étage. L’espace sous le linteau était rempli par de grands vantaux, cependant qu’une cloison, probablement de bois et percée d’une fenêtre occupait la lunette. De part et d’autre, portes latérales et fenêtres affirmaient la division entre rez-de-chaussée et premier étage. Enfin, le second étage où, dès l’origine, ont été aménagées des chambres présente une façade en appareil de molasse percée de cinq fenêtres semblables (fig. 230). Défiguré au XIXe s. par des modifications des niveaux et le remplissage de la grande arcade par une maçonnerie aux percements anarchiques (fig. 231), ce bâtiment, aujourd’hui restauré, ne témoigne plus guère que du génie contemporain154.

230 - La cour nord et les bâtiments du palais à la fin du XVIIIe s. (perspective restituée)

230 - La cour nord et les bâtiments du palais à la fin du XVIIIe s. (perspective restituée)

231 - La remise de la fin du XVIIIe s. en 1989

231 - La remise de la fin du XVIIIe s. en 1989

88Un peu plus tard, dans l’espace demeuré vide entre l’aile sud du palais (bâtiment Ε 5) et le clocher-porche de la cathédrale, l’évêque Marie-Anne-Hypolite de Bonteville fit construire aux frais de la ville un nouveau corps de bâtiment — il figure sur les plans datant de la Révolution — en échange du droit qu’il consentit aux consuls de faire abattre l’enclos de l’ancienne basse-cour dont la surface fut annexée à la place publique, et de procéder à l’intérieur de l’espace du palais à des travaux d’adduction d’eau pour une fontaine publique. Dans l’accord intervenu entre les deux parties et signé le 19 avril 1784 (ADIIV G 57), il est précisé que le puits de l’ancienne cour, sur lequel les habitants revendiquaient un droit d’usage, serait comblé après construction de la fontaine. Dans les terres de comblement, la fouille a permis de recueillir une importante quantité de gros fragments de céramique datant de cette époque.

Les jardins de Jean de Cairol de Madaillan

89L’année même de son entrée en fonction, l’évêque Jean de Cairol de Madaillan obtint, par lettre patente du roi Louis XV datée du 4 décembre 1772, de pouvoir procéder à la démolition des maisons occupant la cour de l’évêché aux fins de créer des jardins. Sous la même cote d’archives que ce document (ADI IV G 57) sont conservés deux exemplaires de convention, l’un remplaçant l’autre, datés du 12 avril 1775 : par cet acte,

  • 155 Un second contrat daté du même jour, annulant le premier et prévoyant des démolitions supplémentair (...)

« les sieurs Jean Rey Girard et François Bernard […] se chargent moyennant les débris et matériaux qui leur sont cédés en entier et la somme de quatre mille sept cens livres155 de démolir les maisons qui sont dans la cour des faures et celles qui sont sur la rüe Très-Cloîtres appartenantes à l’évêché [...], d’employer les matériaux qu’ils ne jugeront pas pouvoir leur être utiles et les décombres à égaliser et relever le terrain tant desdittes maisons que de la cour des faures et terrasse attenante à l’effet d’y pouvoir établir l’emplacement d’un jardin ».

90Le mobilier récolté dans la fouille des maisons de la cour d’honneur remonte, pour l’essentiel, à la période de leur abandon, particulièrement celui issu de la fosse des latrines de la maison du sieur Gueydan. Plusieurs pièces complètes, voire intactes y ont été trouvées qui donnent un aperçu de la vaisselle commune de cette époque, moins connue à Grenoble que la faïence de luxe (fig. 232).

  • 156 Cette disposition interdisant le passage de carrosses, la remise, quoique reconstruite depuis peu, (...)

91Une fois les démolitions effectuées, la cour au-devant de l’escalier d’honneur resta au même niveau, de même qu’une étroite bande de terrain longeant la remise156 et conduisant aux écuries, tandis qu’à l’emplacement des anciennes maisons, tant de l’évêché que de la cour des Faure, 1 à 2 m d’épaisseur de matériaux divers épandus, et contenus du côté de la cour et de la remise par des murets, formèrent le socle des nouveaux jardins (fig. 230). Cette disposition attestée par les plans anciens a été maintenue, à travers des réaménagements du siècle dernier, jusqu’à nos jours. Les substructions des murets contenant les terres (M 110 et M 111) ont été dégagées par la fouille (fig. 229), de même que celles de deux murs en L (M 112 et M 113) qui appartiennent probablement aussi aux aménagements du jardin. Rien ne permettait cependant de comprendre la fonction exacte de ces derniers murs dont la construction pourrait tout aussi bien ne remonter qu’au XIXe s.

232 - Quelques pièces de vaisselle en céramique de la fin du XVIIIe siècle

232 - Quelques pièces de vaisselle en céramique de la fin du XVIIIe siècle

92C’est, de toute évidence, la création des jardins qui entraîna le raccourcissement de moitié du bâtiment des écuries, lui donnant le tracé au sol dont rendent compte les plans de la fin du XVIIIe s. et qu’il a conservé jusqu’à nos jours. La démolition de la tourelle d’escalier du XIIIe S., qui apparaît sur ces mêmes plans réalisée, fit partie de celles commandées à Jean Rey Giraud et son associé, aux termes de la seconde convention :

« la tour qui contient l’escalier qui va de l’écurie à la bibliothèque ».

93En revanche les contours du petit bâtiment trapézoïdal dont le sol carrelé, établi à mi-hauteur entre rez-de-chaussée et premier étage, a été retrouvé à l’emplacement de l’ancienne tourelle, n’apparaissent sur aucun plan.

94Plus à l’est, le mur de clôture et, au-delà, la cour des Faure et ses maisons disparurent sous les remblais. Seuls demeurèrent debout deux corps de bâtiments situés derrière le chevet de la cathédrale (et donc hors de l’emprise des terrassements de 1993). Dans le même contrat passé avec ses entrepreneurs, l’évêque fit spécifier de

« conserver les deux maisons qui sont dans la cour des faures les plus voisines de la cathédrale, les rendre propre à servir de bûcher en enlevant leur escalier mitoyen et le premier plancher, bouchant les fenêtres du rez-de-chaussée et relevant la porte à hauteur de comblement [...], construire un mur qui prenne l’angle extérieur de ces deux maisons conservées [jusqu’] à la cathédrale de la hauteur de douze pieds avec une porte au milieu pour servir de communication entre le jardin et la petite cour qui se trouvera devant ledit bucher [...] ».

95Ainsi fut fait comme en témoignent les plans de l’époque. Ces bâtiments du XVIIe s., à moitié enterrés et transformés en bûcher au XVIIIe s., devaient disparaître dans la seconde moitié du XIXe s., au profit de la sacristie des chanoines de style »romano-byzantin », construite en ciment moulé par Alfred Berruyer.

Anmerkungen

136 La dernière restauration a non seulement effacé cette cicatrice, mais en prolongeant abusivement l’appareil de briques du XlIIe s. jusqu’à lui faire épouser, au moyen d’un arc méticuleusement clavé, l’extrados du portail du XVe s., introduit un tonitruant anachronisme.

137 Les armoiries (d’hermine à la bande de gueules) peintes sur ce même linteau ont été portées par deux familles dauphinoises. Pour la période qui nous intéresse, ne peut être retenue que celle de Rochevieille, possessionnée en Viennois, dont le plus ancien représentant connu testa en 1557 (Rivoire de La Bâtie 1867 p. 625). On n’a pas connaissance que ce personnage ait fait partie des familiers de l’évêque au début du XVIe s.

138 Description et plan furent remis le 6 juin 1674 à Antoine Copin, vibailli de Viennois, Lieutenant Général civil et criminel au siège royal et présidial de Grésivaudan, chargé d’instruire l’affaire portée devant le tribunal par Etienne Le Camus (ADI IVG 54).

139 François de Saint-Marcel d’Avanson fut évêque de Grenoble de 1562 à 1574.

140 Le remplissage de cette fosse a livré pas moins de quatre double tournois de Henri III, émis entre 1577 et 1589 (Duplessy 1988 n° 1152 et 1156).

141 On ignore à quelle époque précisément fut maçonné sur les restes arasés du rempart médiéval un nouveau mur de clôture (M 96). On se souvenait, en tout cas, fort bien encore au XVIIe s. de la nature primitive de cette clôture, comme il apparaît en légende sur le plan de Toussaint Largeot et dans la description contemporaine des lieux : “avons aussy remarqué que led. mur de séparation entre les susd. sieur Flandy et de Geoffrey est basti sur les anciens murs de la ville par la différence des matériaux qui sont en lad. muraille”.

142 Contrat d’albergement passé à Jean Feugier le 17 octobre 1623 ; ADI IV G 56

143 Transformées en amphithéâtre, à l’époque de l’occupation des bâtiments par l’Université, les anciennes écuries, que de premiers projets prévoyaient de détruire purement et simplement, subsistent aujourd’hui sous la forme défigurée que leur a donnée le début de ce siècle, aggravée d’un surhaussement dû aux derniers aménagements.

144 Ce cellier, désigné également comme “l’ancien tinalier” dans la description de 1674, occupait le rez-de-chaussée de l’aile ouest sur cour (bâtiment Ε 2).

145 Dans la réalité, il semblerait que les maisons aient, dès le départ, comporté deux étages, puisque les mesures de hauteur (25 pieds) fournies par la description de 1674, qui fait état de ce nombre d’étages, correspondent à celles (4 toises et 2 pieds) données pour les deux maisons construites par les frères Gueydan, dans leur contrat d’albergement du 8 novembre 1638 (ADI IV G 53).

146 Le mot désigne, qu’on se rassure, un volume voûté.

147 Cette ignorance de l’intérêt intrinsèque de tout enduit pour l’approche archéologique d’un bâtiment à eu, entre autres, pour conséquence la destruction totale, à l’exception de quelques centimètres carrés, d’un décor architectural qui se déployait sur les murs du premier palier où il n’avait pas été jugé opportun de faire des sondages.

148 Ce nom vient de la taxe perçue à la cote l/20e sur la vente des vins dans la ville que les consuls levaient, au Moyen Âge, pour être employée aux travaux de fortification. Il désigne le mur d’enceinte d’une ville ou d’un bourg.

149 Ce plafond fut démonté en une journée et ses matériaux partirent à la décharge sans qu’ait été réalisée une quelconque mise en mémoire.

150 Le mur M 64, a été abattu au second étage dans le courant du XIXe s. et les traces qu’on y lisait au premier ont été sans discussion sacrifiées, au motif de restauration, en 1996.

151 Ce sol datant de l’époque de Pierre Scarron ne régnait probablement que dans la partie ouest de la cour. Il passait au-dessus de la fondation arasée du gros contrefort du bâtiment Ε 2, confirmant ainsi le dessin de Toussaint Largeot qui ne figure pas ce contrefort.

152 Porte de la nouvelle enceinte de Lesdiguières ouverte dans l’axe de la rue du Faubourg Très-Cloîtres.

153 Par cette expression est désignée la pierre dure de calcaire (utilisée pour les façades de rez-de-chaussée), par opposition à la pierre tendre qu’est la molasse (utilisée dans les étages).

154 Dans un souci légitime de meilleure perception de la façade du XIIIe s. comprise dans le volume de la remise et aujourd’hui restaurée, des transformations ont été apportées au bâtiment. Cependant, impossible aujourd’hui de se représenter l’ancien premier étage dont les planchers ont été entièrement démontés et les fenêtres bouchées. Il ne reste rien non plus de la primitive volumétrie intérieure générée par les murs de refend. Réduire ces derniers était sans doute utile à la mise en scène des vestiges médiévaux, rien n’obligeait pourtant à les transformer, en les sciant au ras du revers de la façade, en contreforts intérieurs. Quant au lourd volet aux allures d’abat-son qui garnit aujourd’hui sur toute sa hauteur la grande arcade centrale, en effaçant toute division horizontale autrefois assurée par le linteau, il proclame la négation de l’architecture qu’il affuble.

155 Un second contrat daté du même jour, annulant le premier et prévoyant des démolitions supplémentaires, stipule qu’une petite partie des matériaux restera propriété de l’évêque et que, attendu la valeur des autres, non seulement l’évêque ne paiera rien mais recevra la somme de 2 000 livres ; l’échéance pour la fin des travaux étant fixée au 1er octobre 1778 au lieu du 1er mai 1779.

156 Cette disposition interdisant le passage de carrosses, la remise, quoique reconstruite depuis peu, dut être convertie à un nouvel usage.

Abbildungsverzeichnis

Titel 204 - Plan de l’ensemble cathédral au XVIe siècle
Bildunterschrift a : chapelle des Alleman,b : ancienne sacristie de Saint-Hugues,c : puits
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1219/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 464k
Titel 205 - La façade de l’église Saint-Hugues après démolition de la chapelle qui s’y adossait
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1219/img-2.jpg
Datei image/jpeg, 172k
Titel 206- Plan du cloître de la cathédrale dressé à la fin du XVIIIe siècle
Impressum A.D.I. 1 Fi 749
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1219/img-3.jpg
Datei image/jpeg, 220k
Titel 207 – Elévation de la façade d’un bâtiment (E 1) par Toussaint Largeot
Impressum A.D.I, 1Fi 1373
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1219/img-4.jpg
Datei image/jpeg, 232k
Titel 208 - La façade d’un bâtiment (E 3) et celle de la remise, dessinées par Toussaint Largeot
Impressum A.D.I.,1 Fi 1373
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1219/img-5.jpg
Datei image/jpeg, 188k
Titel 209 - Les bâtiments de l’ancien évêché donnant sur la cour nord, à la fin du Moyen Âge : perspective restituée
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1219/img-6.jpg
Datei image/jpeg, 408k
Titel 210 - Détail d’une des fenêtres de la fin du Moyen Âge
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1219/img-7.jpg
Datei image/jpeg, 128k
Titel 211- Linteau de porte au premier étage du bâtiment Ε 1
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1219/img-8.jpg
Datei image/jpeg, 192k
Titel 212 - Porte donnant accès à la tribune de Saint-Hugues, depuis le second étage du palais
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1219/img-9.jpg
Datei image/jpeg, 188k
Titel 213- Clé d’arc en molasse sculptée aux armes de la famille Alleman
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1219/img-10.jpg
Datei image/jpeg, 540k
Titel 214 - La cour de l’évêché à la fin du XVIe s. et dans le premier quart du XVIIe siècle
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1219/img-11.jpg
Datei image/jpeg, 452k
Titel 215 – La fosse F4
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1219/img-12.jpg
Datei image/jpeg, 144k
Titel 216 - Décors peints (second quart du XVIIe s.) au premier étage du bâtiment Ε 1
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1219/img-13.jpg
Datei image/jpeg, 404k
Titel 217 - Détail d’anciennes ouvertures du mur ouest des écuries de Pierre Scarron (mur M 97)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1219/img-14.jpg
Datei image/jpeg, 184k
Titel 218- Les maisons privées bâties sur le sol de l’évêché au XVIIe siècle
Bildunterschrift 1- Pierre et Esprit Gueydan. puis Antoine Gueydan.2- Jacques Gueydan puis sa veuve, Sophie Geoffrey, puis Claudine Gueydan.3- Claude Fagot puis Etienne de Naves, puis Aymard de Marnais.4- Claude Dumonceaux puis Jean Flandy 5- Abraham Pinard, puis Jean Feugier, puis Louis du Faure, puis Claude et Antoine de Geoffrey.A = caveB = terasseC = cabinetD = latrines
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1219/img-15.jpg
Datei image/jpeg, 384k
Titel 219 – La cour nord et les bâtiments à l’époque de Pierre Scarron
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1219/img-16.jpg
Datei image/jpeg, 632k
Titel 220 - La façade de la »cave« (mur M 81)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1219/img-17.jpg
Datei image/jpeg, 224k
Titel 221- Fosse voûtée sous le passage entre maison et cave du sieur Flandy
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1219/img-18.jpg
Datei image/jpeg, 420k
Titel 222 – La cour nort et les bâtiments du palais après les travaux du cardinal Le Camus
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1219/img-19.jpg
Datei image/jpeg, 684k
Titel 223- Portail et cour d’honneur au début du XVIIIe siècle
Impressum B.N., Est., Va 38 t3, n° 126878
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1219/img-20.jpg
Datei image/jpeg, 332k
Titel 224 - Le grand escalier d’honneur du cardinal Le Camus, après restauration de ses décors
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1219/img-21.jpg
Datei image/jpeg, 284k
Titel 225- Plafond (vers 1676) au premier étage du bâtiment E1
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1219/img-22.jpg
Datei image/jpeg, 332k
Titel 226- Pavement en galets de la cour nord
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1219/img-23.jpg
Datei image/jpeg, 196k
Titel 227 - Ancienne clôture orientale de l’évêché et sommet de la grue de chantier vestiges des maisons de la cour des Faure, depuis le sommet de la grue de chantier
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1219/img-24.jpg
Datei image/jpeg, 444k
Titel 228 - Plan de la cour des Faure dans le courant du XVIIIe siècle
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1219/img-25.jpg
Datei image/jpeg, 400k
Titel 229 – Plan de la cour nord et des jardins à la fin du XVIIIe siècle
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1219/img-26.jpg
Datei image/jpeg, 536k
Titel 230 - La cour nord et les bâtiments du palais à la fin du XVIIIe s. (perspective restituée)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1219/img-27.jpg
Datei image/jpeg, 472k
Titel 231 - La remise de la fin du XVIIIe s. en 1989
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1219/img-28.jpg
Datei image/jpeg, 524k
Titel 232 - Quelques pièces de vaisselle en céramique de la fin du XVIIIe siècle
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1219/img-29.jpg
Datei image/jpeg, 290k

© Alpara, 1998

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Lesen

Open access