Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Autour du groupe épiscopal de Grenoble

 | 
François Baucheron
, 
Franck Gabayet
, 
Alain De Montjoye

Seconde partie. De la réorganisation médiévale aux transformations de l'époque moderne

Chapitre 10. Les premiers grands travaux du XIIIe siècle

Alain de Montjoye

Texte intégral

1De toutes les campagnes de construction qu’il a connues, ce sont assurément celles du XIIIe s. ont donné à l’ensemble qui cathédral ceux des traits les plus remarquables et l’essentiel de la substance qui sont encore les siens aujourd’hui. La caractéristique la plus frappante, et qui s’impose d’emblée à tout observateur, c’est l’emploi quasi exclusif pour les constructions de cette période d’un matériau jusqu’alors inusité : la brique. Celle-ci, très différente de la brique languedocienne, dite foraine, tant par ses dimensions (environ 30 cm x l2 cm x 8 cm) que par une technique d’assemblage à joints minces, caractérise une architecture spécifiquement dauphinoise, empruntée peut-être à la proche Lombardie, qui s’épanouit au cours du XIIIe s. et de la première moitié du XIVe s. (Montjoye 1990 c). Il se pourrait bien que son emploi dans les édifices cathédraux soit le tout premier en date et inaugure une mode architecturale qui, avec Saint-André de Grenoble, les châteaux de Bressieux et Viriville, plusieurs maisons urbaines à Grenoble et Saint-Georges d’Espéranche, a produit quelques édifices de premier plan.

L’église Saint-Hugues rebâtie

2Nous reviendrons plus loin sur les raisons qui nous font placer dans la première ou seconde décennie du XIIIe s. la reconstruction de l’église Saint-Hugues. Si notre estimation est bonne, il convient alors de s’interroger sur les raisons qui ont conduit à des travaux de grande ampleur sur un édifice ayant au plus trois quarts de siècle. La réponse à cette question nous a été fournie par le sondage fait au revers de la façade : le sol roman (sommet de la couche C 225) est apparu fortement rubéfié et parsemé de fragments de vitraux à moitié fondus, ainsi que de clous de charpente. C’est donc un incendie, probablement assez grave, qui contraignit à la réfection complète de l’édifice. Toutefois l’église brûlée dut servir un certain temps encore, sommairement réparée, comme en font foi deux recharges successives (C 224, C 222) au-dessus du sol calciné (Pl.6, coupe 9). L’absence totale de décor peint constatée dans l’embrasure de la première fenêtre romane pourrait s’expliquer par une plus grande violence du sinistre à l’extrémité ouest de la nef. La façade, de fait, fut rebâtie depuis les fondations.

La façade

  • 88 Au vu de l’appareillage très régulier de ce mur apparu dans un sondage en 1992 (Montjoye 1992 b) no (...)

3Après l’incendie, le mur de façade roman fut purgé plus bas que le niveau du sol, comme en témoigne une tranchée entamant ce sol (Pl. 6 coupe 9). Sur ce qui en restait on éleva trois assises de moellons surmontées d’un rang de briques pour porter le nouveau seuil. Autant sur la face interne (fig. 109) la superposition des états successifs — de l’Antiquité tardive à l’époque romane, puis gothique — apparaît visible, autant à l’extérieur la nouvelle façade a englobé dans ses maçonneries les ouvrages précédents, descendant à plus de 2 m de profondeur pour chercher des points d’appui solides. Cet aspect extérieur des fondations de la façade du XIIIe s. a pu être observé depuis un caveau voûté aménagé dans le courant du XVe s. au-devant de celle-ci et à gauche de son portail. En ce point, la fondation, soigneusement appareillée en briques, est apparue construite sur un gros arc de décharge, en briques lui aussi. Ce procédé de fondation sur arc de décharge se remarque, depuis le même endroit, pour un mur de briques (M 58) construit perpendiculairement à la façade et en même temps que celle-ci, chaîné à son extrémité nord, et pour l’autre extrémité de la façade depuis un autre caveau de la fin du Moyen Âge. Ce dernier arc de décharge a sa clé presque à l’aplomb de l’angle, ce qui implique une retombée à environ 1,80 m à l’extérieur de l’alignement du mur goutterot sud (fig. 129). Ce prolongement vers le sud de la fondation de la façade ne peut s’expliquer que pour asseoir un contrefort. On constate d’ailleurs que le contrefort perpendiculaire à la façade sur le même angle reposait lui- même sur un mur en briques (M 59)88 qui s’avance de 2,40 m vers l’ouest (fig. 130 et 142). De ce contrefort largement détruit, surtout en partie basse, sont restés en place deux blocs de calcaire qui en formaient la base. Cet emploi d’un bel appareil régulier de calcaire se retrouve dans les deux premières assises aériennes de la façade, en débord de 12 cm par rapport au parement de briques qui les surmonte : elles étaient parfaitement conservées à gauche du portail, il en a été restitué de semblables à droite au cours de la dernière restauration.

129 - Façade (XIIIe s.) de l’église Saint-Hugues : schéma de l’état avant restauration

129 - Façade (XIIIe s.) de l’église Saint-Hugues : schéma de l’état avant restauration

130 - Le mur M 59

130 - Le mur M 59

4Le seuil et les premiers vestiges en élévation du portail du XIIIe s. sont également apparus dans le sondage. Le seuil, surélevé, présente un double emmarchement : deux degrés devaient être gravis, puis deux autres descendus pour entrer dans l’église. Ce sont pour beaucoup des matériaux de récupération qui ont été utilisés pour construire ce seuil. La marche inférieure, du côté interne, est faite de deux tronçons de colonnes retaillées, en calcaire tin de couleur beige. L’une des dalles formant la première marche du côté externe est en brèche rose, tout-à-fait semblable à celle dont était revêtu le sol du baptistère dans son dernier état. Du portail lui-même, demeuraient en place le piédroit nord, préservé sur presque toute sa hauteur avec l’amorce du départ du cintre, et la première assise du piédroit sud. Les bases élégamment taillées dans un calcaire fin (fig. 131), la mouluration compliquée et savante des archivoltes, l’absence de chapiteaux font de ce portail une œuvre des plus originales pour cette période. Cantonné de deux contreforts qui lui donnent une saillie de 12 cm sur le nu du mur, le portail s’amortissait en fronton triangulaire couvert de lauzes dont les arrachements se lisaient encore dans l’appareil de briques (fig. 132).

131 - Vestiges du piédroit sud du portail (XlIIe s.) de Saint-Hugues

131 - Vestiges du piédroit sud du portail (XlIIe s.) de Saint-Hugues

132 - Arrachement du fronton du portail

132 - Arrachement du fronton du portail

5Au-dessus de ce portail et de part et d’autre, s’ouvraient deux fenêtres et, plus haut encore, un large oculus qui dispensaient une lumière généreuse dans la nef. Ces trois ouvertures, et d’autres qui leur avaient été substituées à diverses époques, ont fini par être obturées du fait de la réfection de la tribune au début du XVIIIe s., puis de la création en appui contre cette façade, au XIXe s., de volumes d’habitation ajoutés à la résidence épiscopale. Les moyens nous ont manqué pour produire mieux qu’un schéma, faire un enregistrement précis, une mise en mémoire fidèle de toutes les traces laissées par les divers remaniements qui se lisaient sur cette façade avant leur anéantissement au motif de restauration. C’est l’état initial qui a mobilisé, en priorité, notre attention. La fenêtre nord était presque intégralement conservée quoique superficiellement mutilée par la réalisation d’un panneau en creux pour la décoration des salles du XIXe s. Celle du sud n’était conservée que pour sa partie supérieure, le bas ayant été détruit au XVe s. par le grand arc de communication avec la chapelle privée adossée à la façade. Ces deux fenêtres, absolument semblables, larges de 1,40 m et hautes à la clef de 2,60 m, s’amortissent en arc plein cintre. L’encadrement, très sobre, est à double rouleau avec, logé dans le ressaut, un boudin. Les arcs sont réalisés non avec de simples briques, mais appareillés au moyen de véritables claveaux moulés à l’exacte forme requise et assemblés à joints d’une remarquable minceur. Une dépose partielle des maçonneries de comblement a permis de constater un fort ébrasement interne.

6Le mur en briques contemporain de la façade et qui vient s’appliquer perpendiculairement à son extrémité nord va retenir notre attention (M. 58). Si dans sa partie inférieure il forme un doublage du mur antique, il s’élevait bien davantage à l’origine. L’observation minutieuse de ce qui restait du parement très altéré de la façade de l’église a permis de repérer, à la hauteur des fenêtres et sur sept assises, un arrachement vertical à l’exact aplomb de la partie conservée de ce mur. Cette hauteur est celle du premier étage de l’aile nord de la résidence épiscopale médiévale. Nous rencontrons là le premier indice de la stricte contemporanéité des constructions de l’église Saint-Hugues et de l’aile nord du palais au XIIIe s. Les altérations graves qu’a subies le parement de la façade empêchaient toute lecture, plus haut, d’éventuels arrachements du même mur. Cependant, à la hauteur correspondant au second étage du palais, les restes d’une ouverture, trop basse pour être une porte, mais assez large pour permettre le regard, ont été repérés au cours des travaux. Cette ouverture, prévue dès l’origine dans la façade de l’église pour être utilisée depuis le second étage du palais, confirme nos précédentes déductions. Ces précieux témoins archéologiques - arrachement et ouverture - à partir desquels nous avons tenté une restitution (fig. 148 à 150), ont été détruits au profit d’un remaillage total de l’appareil de briques, au cours de la récente restauration. Le même parti-pris de restauration radicale d’un état supposé primitif a conduit à la suppression de toute trace en parement d’une large baie, ouverte probablement au début du XVIIIe s. au sommet du pignon pour éclairer le comble, remplacée par une fenêtre pseudo-médiévale qui n’est au mieux que vraisemblable dans son principe et de pure invention quant à sa forme (fig. 133).

133- Façade (XIIIe s.) de l’église Saint-Hugues, après restauration

133- Façade (XIIIe s.) de l’église Saint-Hugues, après restauration

Le mur goutterot nord

  • 89 Un plan du début du XIXe s. (ADI 1 Fi 555) donne à penser que le confrefort le plus à l’ouest du go (...)

7C’est essentiellement l’examen du mur nord de la nef depuis les étages de l’aile nord de l’ancien évêché qui a permis de comprendre et mesurer la nature des travaux de transformation du XIIIe s. La reprise en briques, au-dessus de l’appareil roman, sur une hauteur de 6,50 m n’indique pas seulement une importante augmentation en hauteur du volume de la nef ; elle correspond aussi à la mise en place d’un voûtement. À ce voûtement, qui détermine un découpage de la nef en trois travées, était liée la présence, à l’extérieur, de solides contreforts scandant les murs. De ces contreforts, tous supprimés du côté nord89, des arrachements se lisaient clairement au moment de notre étude, à l’extrémité ouest et entre première et seconde travée. Le souci de ne pas altérer les décors de la chapelle des évêques du XIXe s. nous a fait renoncer à rechercher les traces des deux autres plus à l’est, dont l’existence ne fait cependant aucun doute. Reposant sur le sommet arasé du mur d’enceinte gallo-romain, ces contreforts ont été élevés en appui contre la partie romane sans y être engagés, alors que plus haut, ils furent soigneusement liaisonnés avec l’élévation en briques. Seul le second, entre première et seconde travée, paraît avoir été ancré en un point, sur quatre assises, dans l’appareil roman (fig. 108). Quant à celui de l’extrémité ouest, dans le prolongement de la façade et intimement lié à cette dernière, toute trace en a été détruite en partie basse au siècle dernier, lorsque l’angle fut profondément raboté pour élargir le passage et son arrachement a été effacé dans la hauteur du second étage de l’ancien évêché par les effets de la dernière restauration, qui s’est appliquée à complètement remailler l’appareil du mur.

8Dans la nouvelle église voûtée, deux grandes fenêtres éclairaient au nord les travées médiane et orientale. Ces fenêtres, révélées par des sondages très partiels, étaient bouchées à fleur de mur. Larges respectivement de 1,70 m et 1,35 m elles s’amortissent toutes deux en arc plein-cintre. Comme celles de la façade, elles présentent des claveaux d’une forme parfaite et, pour l’une d’elles, l’archivolte est extradossée d’une deuxième rangée de claveaux non pas radiants, mais allongés et épousant la courbe de l’arc. Mais nous n’avons pu vérifier si, toujours comme à la façade, les encadrements étaient à deux rouleaux en ressaut et ornés d’un tore. Enfin, l’appui de ces fenêtres se prolongeait en cordon, probablement mouluré, lui aussi en briques, qui se lit encore sous la forme d’une assise un peu plus épaisse que les autres dont la surface irrégulière révèle un martelage systématique. L’absence de fenêtre prenant jour au nord dans la première travée, surprend dans cette composition architecturale simple, mais fermement structurée où s’exprime un souci de régularité, sinon d’absolue symétrie. Même si l’on suppose l’existence dès l’origine d’une tribune (cf. infra), une fenêtre pouvait aisément prendre place. La seule raison qui nous paraisse pouvoir justifier cette absence est l’existence, ou plutôt la construction dans le même temps, d’un bâtiment de la résidence épiscopale, dont le second étage se dressait à moins de 2 m de distance au droit de la travée occidentale de la nef. Ce nouvel indice n’est pas, nous le verrons, le dernier qui puisse être invoqué en faveur d’une stricte contemporanéité entre l’église Saint-Hugues et l’aile nord du palais du XIIIe s.

9Quant au comble spacieux ménagé au-dessus des voûtes, il ne fait pas de doute qu’il ait été prévu dès l’origine : dans la partie supérieure du mur, où ne s’observe aucun changement d’appareil, s’ouvrent une petite fenêtre et une porte destinées à son éclairement et sa desserte. La fenêtre, comme toutes les autres, se découpe sur le nu du mur à arêtes vives, mais ne présente ni ressaut ni boudin. La porte, avec ses piédroits à l’arête arrondie, s’apparente de très près à plusieurs autres appartenant à l’aile nord du palais du XIIIe s. Seul l’arc segmentaire très grossier qui la couvre doit être considéré comme le fruit d’une réfection tardive (fig. 108). La question se pose du mode d’accès primitif à cette porte. On ne peut écarter l’hypothèse que la mince saignée oblique qui s’observe au-dessous puisse être la trace laissée par l’ancrage d’un escalier, forcément léger et donc en bois. Cet accès, en tout cas, ne pose plus guère de difficulté, si on imagine au même moment réalisé le second étage du palais.

10Dans l’épaisse obscurité qui règne en permanence à l’intérieur de la nef, et du fait du décor couvrant du XIXe s., l’examen approfondi du mur sud se révèle impossible. On parvient à distinguer cependant sans erreur possible, transparaissant sous l’enduit, d’anciennes fenêtres symétriques de celles retrouvées au nord. Un sondage effectué récemment par le service des Monuments Historiques dans la travée orientale en a apporté confirmation. Mais c’est depuis le comble du bas-coté nord de la cathédrale que l’existence de ces fenêtres est révélée sans ambiguïté. Hormis celle de la première travée, masquée, et en grande partie détruite par un conduit de fumée, elles apparaissent parfaitement conservées dans leurs deux tiers supérieurs. À simple rouleau, mais présentant un mince ébrasement externe (fig. 134), ces fenêtres que nul ne pouvait apercevoir de l’extérieur se présentent comme strictement fonctionnelles et dépourvues de tout décor. Telles quelles, ces larges baies n’ont été conçues que parce qu’il pouvait être pris du jour dans l’étroit espace subsistant entre Saint-Hugues et la cathédrale romane encore debout (fig. 135), selon la restitution que nous en avons proposée (cf. supra). Nous verrons que c’est bien la reconstruction gothique de la cathédrale en appui contre l’église Saint-Hugues qui a entraîné leur obturation.

134- Fenêtre orientale du goutterot sud de l’église Saint-Hugues

134- Fenêtre orientale du goutterot sud de l’église Saint-Hugues

135- Coupe transversale restituée sur l’église Saint-Hugues (XIIIe s.) et la cathédrale romane

135- Coupe transversale restituée sur l’église Saint-Hugues (XIIIe s.) et la cathédrale romane

Le chevet

  • 90 AMG DD 107 : Procès verbal de visite pastorale d’Ennemond Alleman de Montmartin (26 mai 1709) ; dev (...)

11Tout comme la façade, le chevet rectangulaire de l’église appartient tout entier à la reconstruction du XIIIe s. C’est du moins ce qu’invitent à penser les observations que nous avons conduites sur son élévation extérieure nord après avoir déposé les revêtements récents qui dissimulaient son appareil de briques : nulle trace dans ce mur d’une construction plus ancienne, non plus que dans ses fondations. La travée rectangulaire du sanctuaire a été ajustée au plus serré dans l’angle rentrant que forme le rempart antique en cet endroit. Selon une technique déjà remarquée à la façade, les assises basses du mur reposent sur des arcs de décharge lancés entre les points les plus solides du vieux mur très irrégulièrement raviné par les prélèvements de son parement. Au-dessus, l’appareil de briques, quoique très altéré, laisse encore deviner la belle régularité qui caractérise partout les ouvrages du XIIIe s. Ce n’est plus le cas de l’épaulement de la nef en retour, tant ont été profondes et multiples les blessures de son parement : on n’y décèle plus la moindre trace lisible de contreforts d’angles, que nous croyons cependant devoir restituer, et la seule certitude qu’on puisse avoir est que sa construction, toute entière en briques, est elle aussi du XIIIe s. Sauf à constater ultérieurement des vestiges plus anciens du côté sud, on est conduit à supposer une reconstruction complète, à cette époque, du pignon oriental de la nef. Quant aux ouvertures par lesquelles le sanctuaire prenait jour au levant, il est aujourd’hui impossible d’en proposer une restitution assurée. Celles qui nous sont parvenues, une dans le fond plat du chœur, une au-dessus dans le pignon de la nef, datent probablement du début du XVIIIe s.90 Seul un jambage d’une ouverture d’origine, très désaxée, s’observe dans le pignon de la nef, invitant à supposer un triplet. Celui que nous proposons (fig. 135) est purement indicatif, les vestiges observés n’ayant pu faire l’objet d’un relevé précis.

12Une découverte inattendue apportée par l’étude des élévations accessibles est celle d’un ancien passage, prévu dès le départ de la construction du XIIIe s. dans l’épaulement de la nef, pour relier l’église et la crête du vieux mur d’enceinte. Ce passage dans l’épaisseur du mur de briques comportait une volée de marches couverte d’un berceau rampant qui se prolongeait vers l’est contre la paroi du chevet. Sur celle-ci (fig. 136 à 138), se lisent les traces d’arrachement de la voûte rampante et celles d’une autre voûte, en berceau brisé, établie perpendiculairement pour couvrir le palier. Juste au-dessous, dans le même mur, s’ouvre une niche rectangulaire dont la destination était probablement de recevoir une lampe. Ainsi prend forme la restitution d’un édicule rectangulaire voûté, limité à l’est par un mur droit dont subsistent quelques assises portées par un arc tendu entre le mur du chevet et la maçonnerie antique du rempart. De la paroi qui fermait au nord cette petite construction, et dans laquelle devait s’ouvrir la porte de sortie sur le mur d’enceinte, il ne subsiste que ce qui ne dépasse pas la hauteur d’arasement de ce dernier. L’ensemble des vestiges fournit cependant assez d’indications pour que peu de place soit laissée à des variantes dans la restitution (fig. 137). La raison d’un tel passage est claire : gagner le sommet du mur antique depuis l’église n’a d’intérêt que dans la mesure où celui-ci assure la desserte directe des pièces du premier étage de l’aile nord de la résidence épiscopale.

136 - Paroi nord du chevet rectangulaire de Saint-Hugues

136 - Paroi nord du chevet rectangulaire de Saint-Hugues

137 - Restitution de Pédicule abritant l’escalier faisant communiquer l’église Saint-Hugues et le sommet du mur antique

137 - Restitution de Pédicule abritant l’escalier faisant communiquer l’église Saint-Hugues et le sommet du mur antique

138 - Passage et escalier dans l’épaulement nord de la nef de Saint-Hugues

138 - Passage et escalier dans l’épaulement nord de la nef de Saint-Hugues

13À nouveau paraît se vérifier que la reconstruction de l’église au XIIIe s. a été conçue pour s’adapter aux bâtiments du palais qui s’élevaient dans le même temps.

Aspects de l’intérieur

  • 91 Les archives municipales conservent des documents attestant la conduite de travaux de réfection des (...)

14La lecture de l’église Saint-Hugues dans ses dispositions intérieures est, nous l’avons souligné, des plus malaisées. S’il ne fait aucun doute que les supports engagés recevant les retombées des voûtes - un fort dosseret cantonné de deux colonnes ou seulement une colonne aux angles - appartiennent à la campagne de reconstruction que nous avons décrite (leur appareillage en grosses briques perce en plusieurs points sous l’enduit usé), nous sommes beaucoup moins assuré quant à la datation à proposer des voûtes elles-mêmes. Remaniées à diverses reprises91 et notamment au XIXe s., quand des ouvertures circulaires y furent pratiquées pour prendre un peu de jour par des verrières installées sur le toit, elles offrent aujourd’hui un aspect peut-être assez éloigné de celui d’origine. Une véritable étude n’en pourra être faite qu’au prix de sondages à travers le décor peint du siècle dernier et, sans doute aussi, d’une recherche systématique d’archives que nous n’avons pas entreprise.

15Le sondage réalisé au pied de la façade a permis de retrouver le sol du XIIIe s., ou à tout le moins sa couche de support faite d’une solide chape de mortier gris, à environ 60 cm sous le dallage actuel. Il y a donc lieu de penser que les supports engagés ont pu être pourvus de bases moulurées, aujourd’hui dissimulées. Ce relèvement du sol réalisé pour l’essentiel dès le XVe s., a garanti la conservation de deux massifs de maçonnerie (M 60 et M 61), établis pour prolonger, en s’évasant légèrement, le portail du XIIIe s. (fig. 139). Celui du côté sud, dégagé sur une médiocre surface en limite du sondage, est coupé à 0,80 m de la façade par des inhumations. Ces deux massifs, qui s’appliquent exactement contre les piédroits du portail sans leur être liaisonnés, sont les vestiges d’un curieux dispositif venant doubler sur une épaisseur de 1,38 m la paroi interne de la façade. L’examen du massif nord (M 61) montre qu’un vide d’au moins 0,70 m avait été laissé derrière le doublage. Les faces visibles de ces maçonneries sont encore revêtues d’un enduit blanc soigneusement lissé. Cet ouvrage, totalement dépourvu de fondation, pourrait n’avoir été destiné qu’à porter une structure en bois. Attendu son emplacement, on y verrait volontiers une tribune telle qu’en décrivent à profusion les procès-verbaux de visites des évêques dans les paroisses de leur diocèse au XVe s. Mais il s’agit ici d’un dispositif assurément plus ancien (qui reproduit probablement, au même emplacement, celui détruit par l’incendie de l’église romane, (cf. supra), même si par sa position stratigraphique il apparaît comme un ajout à l’église nouvellement reconstruite en briques : les massifs maçonnés reposent directement sans l’entamer sur la chape de mortier (C 212), premier niveau de sol de cette église (Pl. 6, coupe 9).

139 - Le portail du XIIIe s. de Saint-Hugues et les murs M 60 et M 61

139 - Le portail du XIIIe s. de Saint-Hugues et les murs M 60 et M 61

Datation

16Il n’existe aucun argument historique ou archéologique qui fonde une datation des transformations de Saint-Hugues au XIIIe s. En l’absence de tout mobilier datant qu’aurait pu fournir le sondage, une observation vaut sans doute d’être commentée : les massifs M 60 et M 61 étaient déjà en place lorsque se produisit une inondation qui devait laisser sur le sol primitif un dépôt de 10 à 12 cm d’épaisseur (Pl. 6, coupe 9). Ce dépôt (C 211) traduit à l’évidence un accident d’une ampleur inhabituelle. Les débordements de l’Isère et du Drac ont été si fréquents dans l’histoire de Grenoble qu’il serait téméraire de vouloir en tirer d’emblée un argument chronologique. On ne peut toutefois s’empêcher d’évoquer la terrible catastrophe survenue dans la nuit du 14 au 15 septembre 1219, qui devait rester gravée dans les mémoires sous le nom de « déluge » (Berlioz, 1987).

17La preuve reste à établir, mais au vu des caractéristiques architecturales de l’église de briques, une datation avant 1219 n’est aucunement invraisemblable. Si l’on compare Saint-Hugues à cet autre édifice en briques qu’est la collégiale Saint-André de Grenoble, l’impression se confirme. Dans cette église commencée en 1228, outre l’emploi du voûtement sur croisée d’ogives, les proportions élancées données aux fenêtres constituent une mince, mais réelle concession à l’esthétique gothique imposée par les provinces du Nord, dont on chercherait en vain l’équivalent à Saint-Hugues. Cette observation vaut tout autant pour le clocher-porche de Notre-Dame.

La construction du clocher porche

18De toutes les parties de la cathédrale Notre-Dame, c’est sans doute la massive tour-porche qui se dresse à l’entrée qui a fait l’objet du plus grand nombre d’hypothèses. Les érudits les plus clairvoyants (Bassette 1936) y ont vu une œuvre du XIIe s. et c’est cette datation que longtemps nous avons cru devoir retenir (Montjoye 1988), en considération des caractères stylistiques du portail sculpté qui assurait le passage entre porche et nef. De fait, le puissant soubassement en bel appareil de calcaire qui inclut le porche et la chapelle qui le surmonte, avec ses gros contreforts d’angles, le grand arc en plein cintre qui forme l’entrée, les fenêtres à double ébrasement du premier étage, est d’allure encore toute romane. Le fait qu’il soit postérieur à une façade du XIIe s., comme il a été montré plus haut, et que les étages qu’il porte, où s’ouvrent les baies du clocher, soient réalisés en maçonnerie de briques identique à celle du second Saint-Hugues, conduit à considérer différemment cet édifice.

Le porche et la chapelle haute

  • 92 Carottage réalisé dans le cadre des études préalables sous la direction de M. J.-L. Taupin, ACMH.

19Impressionnante par ses dimensions (presque 12 m de côté), l’épaisseur considérable des murs qui, à la base, approche les 3 m, la régularité de l’appareil de calcaire, la construction l’est aussi par l’ampleur des moyens mis en œuvre. Un carottage vertical à travers les fondations a montré que celles-ci, liées par un mortier d’une cohésion et d’une dureté exceptionnelles, descendent jusqu’au toit de galets92. Des huit contreforts qui primitivement rythmaient les parois du niveau inférieur, un seul s’est conservé en façade (côté nord) et un autre au milieu du flanc nord, ennoyé depuis le XVe s. dans le mur de façade de la chapelle des Alleman (cf. infra). La restitution de l’état primitif est cependant assurée grâce aux arrachements visibles encore, au moins du côté nord. Quelques particularités peu remarquées sont à noter. L’ample voûte en berceau plein cintre qui couvre le porche et venait encadrer l’ancien portail roman est construite au niveau des reins dans le même appareil de calcaire que les murs porteurs. La partie supérieure du berceau en revanche est réalisée en claveaux de tuf soigneusement ajustés, conformément à un usage de la région où l’on privilégie l’emploi de ce matériau à la fois résistant et léger pour la confection des arcs et des voûtes.

20Contrairement au premier niveau, l’étage qui formait probablement chapelle est construit sur ses quatre côtés, de sorte que l’ancienne façade s’en trouve dissimulée. La paroi orientale, largement percée aujourd’hui, en même temps que le mur de façade roman, pour l’installation de l’orgue, était peut-être à l’origine pourvue d’un renfoncement ménagé dans la double épaisseur de mur, à la fois absidiole et tribune donnant sur la nef. De l’aménagement primitif de cette paroi, subsiste de part et d’autre de l’ouverture de l’orgue un épais cordon mouluré qui souligne la naissance de la voûte. Il est à noter que ce cordon ne règne pas sur les trois autres faces. Quant à la voûte, bombée, aux arêtes peu marquées, seul un examen attentif après nettoyage et dépose partielle des enduits récents permettrait de déterminer si elle appartient au dispositif d’origine. P. David (op. cit 1939, p. 31-34) proposait d’identifier ce premier étage du clocher avec une chapelle Saint-Michel, attestée à toutes les périodes du Moyen Âge depuis l’épiscopat de saint Hugues et plusieurs fois déplacée. Cette chapelle Saint-Michel dite « capella nostra » par saint Hugues lui-même (Marion 1869, LXXI B, p. 136) n’est jamais localisée dans les textes de cette période. En tout état de cause, si jamais l’étage du clocher-porche a porté une dédicace à l’archange, nous savons désormais qu’il ne peut être identifié à la chapelle qu’a connue saint Hugues.

21Logé dans l’épaisseur du mur à l’angle sud-est, un escalier cylindrique à vis assure la desserte des étages supérieurs du clocher (fig. 140). Depuis les transformations subies par la cathédrale dans la seconde moitié du XIXe s., cet escalier n’est accessible qu’à partir de la tribune du bas-côté sud. Sa particularité la plus remarquable est que son noyau est constitué de quatre fûts de colonnes en brèche rose, très semblables, y compris dans leurs dimensions, à celles qui ornent la crypte de Saint-Laurent de Grenoble On croirait volontiers qu’elles ont pu appartenir à l’antique groupe cathédral. Il ne fait pas de doute que l’escalier descendait à l’origine jusqu’au sol. Une preuve en est fournie par le rapport déjà cité de l’architecte H. Janniard, qui précise : « Un cinquième fût se prolonge en contrebas du sol de cet étage pour continuer l’escalier qui descendait jusqu’en bas et se trouve aujourd’hui muré ». C’est à l’extérieur que devait déboucher la porte : la paroi interne du porche dont l’appareil est à nu ne porte nulle trace de l’existence d’une telle porte, alors que, du côté externe, l’enduit couvrant de la restauration de 1968 interdit toute lecture.

140- Escalier du clocher-porche de la cathédrale

140- Escalier du clocher-porche de la cathédrale

Les étages en briques

  • 93 Il s’agit d’une gravure sur bois commandée au peintre Pierre Prévost en 1572 (Prudhomme 1888, p. 38 (...)

22Les trois étages en briques du clocher, ajourés sur chaque face de deux baies au premier, trois au second et quatre au dernier, sont le signal, visible de toute part, de la présence de la cathédrale dans la ville. Leur apparence relativement homogène est trompeuse (fig. 141) et tient en grande part aux décors postiches - archivoltes en terre cuite des baies de la face ouest ; corniche sommitale du même matériau - fixés en 1840 sous la direction de l’architecte L. Péronnet. Seuls les deux premiers étages appartiennent à l’œuvre médiévale. Au dernier étage, les briques sont d’un module plus petit et les baies, dépourvues d’impostes moulurées comme on en voit au-dessous, ont leurs arcs appareillés à claveaux courts. Il faut y voir à notre avis l’effet d’une transformation de l’Epoque moderne (XVIIe ou XVIIIe s.)· Rien ne permet de savoir s’il s’agit d’une reconstruction ou au contraire d’un ajout. Les figurations anciennes de la cathédrale, à commencer par celle publiée dans la Cosmographie Universelle rééditée par Belleforest93, visent davantage à suggérer une impression de majesté et de grande hauteur qu’à fournir une représentation d’une parfaite exactitude. Nul plan ou dessin non plus ne rend compte de l’existence à l’origine de chaînages d’angles en pierre de molasse, dont la suppression a certainement beaucoup modifié l’aspect de l’édifice. Ils sont seulement évoqués dans le rapport d’une Commission d’Hommes de l’Art instituée par décision ministérielle, daté du 22 juin 1838 (Chancel 1992, p. 52). Il n’est pas aisé aujourd’hui de distinguer à coup sûr le remaillage en briques des angles de l’appareil ancien. Mais des exemples d’appareil mixte dans lequel rentre la brique sont connus dans la région : ainsi au château de Montfalcon (Isère), daté du XIVe s., où les angles des murs en galets sont renforcés par des briques, puis des blocs de molasse taillés (Mazard 1996).

141- La façade de la cathédrale avant les transformations de 1884

141- La façade de la cathédrale avant les transformations de 1884

Cliché de H. Ferrand. B.M.G.

Datation

23Du fait des différences frappantes que présentent le soubassement en pierre et les étages de baies en briques du clocher, plusieurs parmi les auteurs qui ont écrit sur la cathédrale de Grenoble ont pensé pertinent de leur assigner des datations différentes. Sans revenir au détail de leurs hypothèses, on peut faire valoir en faveur d’une discrimination chronologique les caractères spécifiquement romans du soubassement, avec la mouluration des impostes, le tracé en plein cintre de la voûte et des arcs. Mais, la différence de matériaux mise à part, les étages supérieurs présentent des caractères comparables où nulle influence gothique ne se décèle. Par ailleurs, il ne peut être en aucun cas imaginé que porche et chapelle haute aient été conçus indépendamment d’un clocher, la présence d’un escalier sur toute la hauteur ne pouvant dès lors s’expliquer. Enfin, les étages supérieurs en briques ont été bâtis avant que ne soit reconstruite, au cours du XIIIe s., la cathédrale elle-même : l’extrados des voûtes de la nef règne plus haut que l’appui des baies du premier étage qui, sur la face orientale, se trouvent presque totalement occultées par le comble. Il est donc beaucoup plus probable que le clocher-porche, à la fois postérieur au milieu du XIIe s. au plus tôt et antérieur à la cathédrale du XIIIe s., soit une construction d’une seule venue à la charnière de deux époques : celle de l’architecture romane qui en certains endroits de la région reste vivace au XIIIe s., voire jusqu’au XIVe, et celle de l’architecture de briques. Nous croyons aujourd’hui que cet imposant ouvrage a été rajouté à la cathédrale romane à peu près au même moment où l’on reconstruisait Saint-Hugues, si ce n’est quelque peu avant. D’une esthétique toute romane encore, il se prête bien à une datation du début du XIIIe s. Dans son récit de l’inondation catastrophique de 1219, l’évêque Jean de Sassenage rapporte que certains se réfugièrent dans le clocher de la cathédrale (ADI Β 3237) : le clocher qu’a connu ce prélat est probablement celui-même qui nous est parvenu.

142- L’ensemble cathédral après la première campagne de travaux du XlIIe siècle

142- L’ensemble cathédral après la première campagne de travaux du XlIIe siècle

La nouvelle résidence épiscopale

  • 94 À cette première campagne qui s’est déroulée au printemps 1989 a été associé notre collègue D. Chan (...)

24Alors que jusque là le complexe cathédral - églises, cloître, palais - était resté tout entier contenu dans les limites imposées par l’antique rempart de la ville, au XIIIe s. ces limites sont franchies et l’espace contigu au nord de la muraille est mis a profit pour satisfaire aux besoins d’extension de la résidence épiscopale (fig. 142). D’extension ou peut-être plutôt de déplacement, suscité par le souci d’établir une claire séparation entre le domaine des chanoines, qui reste au sud de la cathédrale, et celui de l’évêque et de sa cour. Des premières constructions de la nouvelle résidence hors les murs, c’est l’actuelle aile nord qui s’est trouvée renfermer les vestiges les plus complets. L’essentiel de ce qu’on en connaît provient des études d’élévations conduites en amont94, puis en accompagnement des travaux sur plusieurs années. À l’inverse c’est exclusivement par la fouille qu’est documenté l’état le plus ancien de l’aile bordant la cour à l’ouest et dont certains murs ont été retrouvés dans l’espace de la crypte archéologique.

Le premier bâtiment de l’aile nord

25Le plus ancien bâtiment (bâtiment El) dont les vestiges aient été reconnus dans l’actuelle aile nord dessinait au sol un rectangle de 12 m sur 7 m. Construit sur trois niveaux, il se composait à chacun de deux salles séparées par un mur de refend (M 63) (fig. 182). Sa toiture à une pente était formée par le prolongement du versant nord de celle de l’église Saint-Hugues, comme en témoignent des parties bien conservées du pignon oriental où se lit la découpe du rampant primitif.

26En poussant un peu plus l’examen, on s’aperçoit que le bâtiment est formé de deux parties que distinguent des décrochements d’alignement et l’emploi de briques dont les dimensions diffèrent sensiblement. Toute la partie ouest, mur de refend compris, a été construite sur toute sa hauteur dans un premier temps, tandis que la moitié orientale n’a été élevée que plus tard, sur un plan quelque peu modifié par rapport aux intentions de départ.

La moitié ouest

  • 95 L’extraordinaire plan-maquette de Toussaint Largeot a été réalisé en 1674 pour instrumenter un proc (...)

27On doit aux fouilles conduites à l’extérieur comme à l’intérieur des bâtiments des renseignements précieux concernant l’aspect primitif des premières constructions du XIIIe s. Ainsi, on savait que la façade nord était pourvue d’un contrefort que l’élévation dessinée par le peintre Toussaint Largeot (ADI 1Fi 1373)95 représente encore intact et dont la suppression a laissé une trace sur toute la hauteur du rez-de-chaussée, à peu près au droit du mur de refend intérieur. La dépose des niveaux modernes de la cour au-devant de la moitié ouest du premier bâtiment médiéval a fait revenir au jour non seulement les substructions du contrefort connu, mais celles de deux autres régulièrement espacés. Les trois bases de ces contreforts sont apparues conservées sur une hauteur variant de 0,30 m à 0,60 m au-dessus d’une semelle formant ressaut uniquement sur la face antérieure. Quant à la façade que venaient épauler ces contreforts (M 62), ses assises inférieures ont pu être observées lors des reprises en sous-œuvre récentes pour le confortement de la façade du XVIIe s. qui repose sur elles (fig. 143) et depuis une cave creusée au XIXe s. sous le bâtiment. Cette façade primitive prenait jour au rez-de-chaussée par deux petites baies simples arrondies en arc plein cintre, semblables à celles qui éclairent la moitié orientale au même niveau et figurées de manière très reconnaissable sur le dessin déjà invoqué de Toussaint Largeot.

143- Détail des substructions d’un contrefort et de la façade nord du bâtiment Ε 1

143- Détail des substructions d’un contrefort et de la façade nord du bâtiment Ε 1

28Plusieurs des niveaux fouillés, tant à l’extérieur qu’à l’intérieur, peuvent être rattachés aux parties de bâtiment édifiées au cours de cette première campagne du XIIIe s. Encore ne s’agit-il que des niveaux de construction, des niveaux d’occupation à l’extérieur étant impossibles à percevoir et ceux de l’intérieur ayant été détruits par les aménagements du siècle dernier. Certains de ces niveaux de construction retrouvés à l’extérieur des bâtiments (1 157, 1 161, 1 171) comportaient une forte proportion de gros fragments de briques et scellaient le comblement des tranchées de mise en place des contreforts et de la façade qu’ils épaulaient. À l’intérieur, une partie de la stratigraphie liée à la première campagne de construction était préservée. Ainsi dans la salle ouest, démontés les revêtements de sol récents, les premières couches rencontrées étaient des dépôts formés au cours de la construction des murs du XIIIe s. (Pl. 13, coupe 17) ; à commencer par un épais remblai (4005) contenant de nombreuses briques et tuiles cassées, du mortier et de la chaux, plusieurs blocs de calcaire maculés de mortier de tuileau et provenant visiblement du mur d’enceinte : ce niveau paraît témoigner des travaux entrepris sur la paroi sud (M 64), consistant dans le rhabillage en briques de la face externe du rempart gallo-romain (fig. 144). Immédiatement au-dessous se rencontrait le remblaiement (4 008) de la tranchée creusée pour accéder au niveau où le rempart possédait encore son parement et prolonger ce dernier avec des briques. Cette tranchée était elle-même recoupée par celle, perpendiculaire, du mur oriental en retour. La stratigraphie ainsi décrite et l’observation des élévations permettent donc de restituer avec précision l’ordre de déroulement des travaux : le mur oriental, non chaîné au mur sud, a été commencé après celui-ci, mais élevé en même temps que le mur de façade nord auquel il est intimement lié.

144 - Elévation du mur M 64 au rez-de-chaussée

144 - Elévation du mur M 64 au rez-de-chaussée

29Dans la pièce orientale du rez-de-chaussée, fruit dans son état actuel, comme nous l’avons dit, d’une seconde tranche de travaux, les niveaux les plus bas liés à la première tranche – 11 052, 11 056, 11 058 - sont autant de remblais apportés au cours de la construction : la couche 11 058 est venue sceller le comblement de la tranchée de mise en place du mur M 63. Immédiatement au-dessus, la couche 11 051 était formée d’un dépôt compact de briques laissées au rebut, mal cuites pour la plupart (Pl. 13, coupe 18).

  • 96 Ce n’est qu’à grand peine que nous avons obtenu la préservation des vestiges de cette porte déclaré (...)

30Si du mur de façade nord, entièrement rebâti au XVIIe s., ne subsistent plus que quelques assises, la paroi orientale de cette moitié ouest du bâtiment a pu être reconnue sur presque toute sa hauteur primitive. Comme toutes les parties conservées de la première tranche de travaux, ce mur est bâti en briques dont les dimensions, 9 cm X 13 cm X 30 cm, varient peu. Comme tous les murs du même bâtiment qui lui sont contemporains, il est dépourvu de trous de boulin et il montre une plus grande fréquence des briques posées en boutisse par rapport à celles disposées en long sur le parement. Si on excepte, à son extrémité nord, un percement bas et étroit qui ne peut être antérieur au siècle dernier, ce mur (fig. 145) ne présente, au rez-de-chaussée, qu’une seule ouverture pratiquée en son milieu. Cette ouverture, une porte de 1,70 m de largeur, arrondie sur ses deux faces en arc segmentaire, convertie tardivement en placard, puis traversée par un moderne conduit de cheminée, est elle-même le fruit d’une transformation, puisqu’elle a été percée après coup dans le mur. Aucune trace ne peut être lue dans l’appareil bien préservé du mur, indiquant l’existence de quelque autre ouverture datant de la première construction. Rien n’interdit cependant de supposer, à l’emplacement de la porte96, l’existence d’une autre porte, primitive, plus étroite.

145 - Elévation du mur M 63, face ouest, au rez-de-chaussée

145 - Elévation du mur M 63, face ouest, au rez-de-chaussée

31L’examen des deux mêmes murs (est et sud) au premier étage permet de nouvelles constatations. Dans sa partie inférieure, la paroi sud n’est qu’un rhabillage du mur antique ; au-dessus de la crête de ce mur qui a fourni le niveau des planchers de l’étage, elle prend de l’épaisseur en se fondant sur le rempart et peut être examinée sur ses deux faces. La face externe, en vis-à-vis du mur de la nef de Saint-Hugues est la plus lisible : son appareil d’une remarquable régularité a gardé par endroits un aspect de presque neuf, avec encore les joints d’origine soigneusement lissés au fer (fig. 146). La porte qui s’ouvre dans ce mur, près de l’angle est, n’appartient pas à la construction d’origine. Sommée d’un linteau droit en bois à l’intérieur, elle s’amortit en arc plein cintre sur la face externe. Des deux côtés, son encadrement inscrit une reprise visible dans l’appareil. Il est difficile de dater cette porte dont les dimensions médiocres dissuadent d’imaginer qu’elle ait pu être substituée à une porte primitive. En revanche, l’extrémité ouest du mur, aujourd’hui largement entamée par une porte de la fin du XVIIe s., pourrait fort bien avoir été pourvue d’une telle ouverture.

146- Elévation sud du mur M 64 au premier étage

146- Elévation sud du mur M 64 au premier étage
  • 97 Nous reviendrons sur ce point ultérieurement.

32Cette dernière, si elle a existé, débouchait dans un volume bâti que limitait au sud le mur de briques prolongeant en hauteur le rhabillage de la face interne de l’ancien rempart (M 58) et à l’ouest un mur pignon qui devait occuper sensiblement le même emplacement que la paroi orientale de l’actuel escalier d’honneur97. Du côté oriental, l’angle nord de la façade de Saint-Hugues, que prolongeait un contrefort, refermait ce volume de 3,50 X 2,50 m en œuvre. La restitution que nous en proposons se fonde sur les plans de la fin du XVIIIe s. (ADI 1 Fi 2177) et du début du XIXe s. (ibid, n° 555), représentant le premier et le deuxième étage, et sur les observations encore possibles naguère de l’appareil des murs de l’église et du palais. Le premier de ces plans anciens figure, prenant jour vers le sud, une ouverture double dans laquelle nous sommes tenté de voir une baie géminée comme il en a été retrouvé plusieurs dans le palais du XIIIe s. (fig. 147). Le percement de même largeur, mais dépourvu de refend, dessiné sur le plan du second étage pourrait correspondre à la transformation d’une semblable baie géminée. Le volume ainsi créé au-dessus du mur antique et mordant sur le côté gauche de la façade de l’église ne peut qu’avoir été couvert en appentis, laissant émerger l’angle de cette façade marqué, comme du côté sud, par un confre-fort dont l’arrachement est encore lisible (fig. 148). Le fait que nulle trace de ce contrefort n’a été retrouvée plus bas, et notamment à hauteur de l’ouverture permettant le regard sur l’intérieur de Saint-Hugues, incite à imaginer une voûte couvrant l’extrémité sud du volume, sur la largeur correspondant à la partie de façade englobée, reprenant ainsi la retombée du contrefort qui n’avait donc d’autre fonction qu’esthétique. On est du coup conduit à restituer un semblable voûtement au premier étage (fig. 149,150).

147- Plan du premier étage de l’évêché à la fin du XVIIIe siècle

147- Plan du premier étage de l’évêché à la fin du XVIIIe siècle

(ADI, 1 Fi n° 2177)

148 - Perspective cavalière sur la façade de Saint-Hugues et celle, attenante, du palais : essai de restitution de l’état primitif du XIIIe siècle

148 - Perspective cavalière sur la façade de Saint-Hugues et celle, attenante, du palais : essai de restitution de l’état primitif du XIIIe siècle

149 - Goutterot nord de l’église Saint-Hugues et coupe sur le volume sud du bâtiment Ε 1 : essai de restitution de l’état primitif du XIIIe siècle

149 - Goutterot nord de l’église Saint-Hugues et coupe sur le volume sud du bâtiment Ε 1 : essai de restitution de l’état primitif du XIIIe siècle

150 - Façade de l’église Saint-Hugues et coupe sur le volume sud du bâtiment Ε 1 : essai de restitution de l’état primitif du XlIIe siècle

150 - Façade de l’église Saint-Hugues et coupe sur le volume sud du bâtiment Ε 1 : essai de restitution de l’état primitif du XlIIe siècle

33Si la restitution de voûtes de faible portée apparaît la solution la plus convenable pour le petit espace bâti en avant de la façade de Saint-Hugues, seul un plancher a pu séparer premier et deuxième étage dans l’étroit couloir qui longe la nef : un long berceau eût dangereusement poussé sur les murs du palais. Nulle trace d’ailleurs n’en apparaît, mais on reconnaissait en revanche, celle d’un gros arc, large d’1,80 m tendu entre l’extrémité du mur M 63 et le goutterot nord de l’église. Cet arc en briques, dont les arrachements se lisaient aussi bien dans la paroi de briques du palais que dans le mur roman de Saint-Hugues entre lesquels il jouait le rôle d’étrésillon, a certainement servi à porter l’extrémité des poutres du plancher. Alors même que leur lecture restait des plus évidentes, avec encore en place trois claveaux marquant le départ de l’arc dans l’angle de briques du palais (fig. 151), ces vestiges de l’organisation primitive des bâtiments du XIIIe s. ont été détruits par la récente restauration.

151 - Vestige d’un are en briques tendu entre le bâtiment Ε 1 et la paroi romane de Saint-Hugues

151 - Vestige d’un are en briques tendu entre le bâtiment Ε 1 et la paroi romane de Saint-Hugues

34Le mur oriental de la grande salle ouest, au 1er étage, est presque entièrement conservé dans son état primitif. Si on excepte deux portes, l’une du XVe s., l’autre de la fin du XVIIe s., ce mur apparaît plein. La seule ouverture d’origine qu’on y observe occupe l’extrémité sud. Transformée tardivement en placard, elle ne subsiste plus que par l’arc segmentaire qui la couvrait (fig. 152). À considérer son emplacement dans le mur, il serait peu logique qu’une telle ouverture ait fait fonction de fenêtre et il faut y voir, selon nous, une porte. La vraisemblance de cette interprétation apparaît renforcée, une fois observée la situation à l’étage du dessus, où une porte a été ouverte strictement au même emplacement. Or, à l’un et l’autre étage, l’ouverture du XIIIe s. a été remplacée au XVe s. par une porte à encadrement de molasse. Si on se rappelle que le même mur au rez-de-chaussée n’a pu comporter, au plus, qu’une porte, force est de convenir qu’il n’est guère adapté à une fonction de pignon (dont on s’expliquerait mal qu’il ait été dépourvu de toute ouverture d’éclairement), mais qu’il paraît dès le départ avoir été conçu comme un mur de refend.

152 - Porte de la paroi ouest du mur M 63 au premier étage

152 - Porte de la paroi ouest du mur M 63 au premier étage
  • 98 Persuadé que le mur M 63 n’avait toujours été et sur toute sa hauteur qu’un mur de refend, et en l’ (...)

35C’est vrai aux deux niveaux inférieurs, mais non au second étage où le mur était ajouré d’une grande baie géminée. De celle-ci, étudiée malheureusement dans de très mauvaises conditions98, on a pu montrer que, très vite, elle avait été bouchée et transformée en niche, cependant qu’était percée la porte précédemment mentionnée qui, visiblement, n’avait pas été prévue au départ (fig. 153).

153 - Porte de la paroi ouest du mur M 63 au deuxième étage

153 - Porte de la paroi ouest du mur M 63 au deuxième étage

36On est donc fondé à conclure que si la moitié ouest du bâtiment a été bâtie d’un seul jet, il avait été prévu dès l’origine de lui adjoindre un volume à l’est, d’un seul étage et dont la toiture à une pente constituerait une explication suffisante à l’emplacement désaxé de la baie géminée dans le mur médian (fig. 154).

154- Le bâtiment Ε 1 et l’église Saint-Hugues : perspective restituée

154- Le bâtiment Ε 1 et l’église Saint-Hugues : perspective restituée

37La terminaison ouest de cette première partie de bâtiment nécessite quelque développement. On a supposé plus haut que son alignement avait été repris au XVIIe s. dans la construction de la paroi orientale du grand escalier. Cette supposition se base sur la découverte d’un mur en brique (M 65) ou plutôt d’une fondation de mur primitivement chaînée à celle du mur de façade nord du XIIIe s. (fig. 182) Ce mur quelque peu décalé vers l’ouest par rapport à celui du XVIIe s. accuse un biais sensible pour venir s’appliquer tangentiellement à la vieille tour gallo-romaine. Un second mur (M 66) a été trouvé quelque 2,80 m plus à l’ouest, approximativement parallèle au premier. Arasé à un niveau très profond, il ne subsistait lui aussi qu’à l’état de fondation sous les maçonneries qui formaient le socle d’un escalier cylindrique de la fin du Moyen Âge que les travaux récents d’aménagement ont conduit à démonter. En revanche la fondation du mur M 65 s’était conservée sur toute sa hauteur mais elle n’a été repérée qu’après sa destruction par l’entreprise chargée de démonter les maçonneries de l’ancien escalier cylindrique. Tel qu’on peut le restituer, le mode de mise en place de ces fondations est pour le moins inhabituel. Au lieu de faire deux simples tranchées, les constructeurs ont creusé une grande excavation rectangulaire correspondant au volume compris entre les deux murs. La profondeur en était considérable : le sol de l’époque étant à la cote 210,30 m NGF environ, le fond de fosse se trouve à la cote 208,45, soit 0,75 m plus bas que les fondations de la façade nord. Les fondations ont ensuite été élevées en appui contre les parois qui, au plus bas, avaient été confortées par un habillage de planches. Des restes ligneux très dégradés ont été observés contre la paroi ouest du mur M 66 et la paroi est du mur M 65 qui présentaient l’aspect caractéristique des murs banchés. À l’inverse, les parois intérieures en vis-à-vis ont été soigneusement appareillées en briques. On ignore la raison d’être du vide ainsi créé sous le volume bâti, probablement carré ou plutôt trapézoïdal, que paraissent dessiner ces deux bases de murs, en appui contre la tour du rempart antique. Quant au volume lui-même, il aurait pu contenir l’escalier, qu’on serait d’ailleurs bien en peine de placer autrement. S’il en est ainsi, cet élément essentiel du bâtiment aura été construit trois fois successivement au même emplacement. Dans sa première version du XIIIe s. nous suggérons (fig. 154) qu’il ait pu se terminer en tour carrée dominant toutes les autres toitures, ce qui justifierait le soin apporté à la réalisation de ses fondations.

La moitié orientale

38L’examen, au rez-de-chaussée, du prolongement vers l’est de la partie de bâtiment que nous venons de décrire a permis la mise en évidence d’un arrêt dans la construction associé à un changement de parti. La face orientale du mur M 63 présente, sur toute sa hauteur, un arrachement qui pourrait correspondre à un prolongement de la façade nord amorcé. De fait, il s’est conservé dans le sol un mur de briques (M.67), apparu chaîné au mur M 63 et présentant encore quatre assises en élévation. Sans doute pourrait-on proposer d’interpréter cette portion de mur arasé, longue de presque 2,50 m, comme ayant servi de socle à un contrefort, à l’instar de ce qui a été observé pour les fondations de la façade de Saint-Hugues. Mais pour le confortement d’un bâtiment de dimensions bien moindres et surtout non voûté, ce mur nous semble par trop disproportionné. Si on ajoute que dans le même temps, un mur symétrique a été élevé sur toute la hauteur du rez-de-chaussée contre la paroi du rempart antique, la thèse du confortement ne peut plus être soutenue. Ce second mur (M 68) construit en maçonnerie de blocage très irrégulière (fig. 155) est probablement la dernière réalisation de cette campagne de travaux. Son aspect médiocre reflète peut-être les difficultés qui ont amené à interrompre le chantier. Comme il n’a été trouvé nulle trace dans le sol d’une paroi réunissant l’extrémité des murs M 67 et M 68 pour fermer le bâtiment à l’est, on doit conclure que la moitié orientale, telle qu’elle avait été prévue au départ, n’a jamais été réalisée.

155 - Paroi sud de la pièce orientale au rez-de-chaussée du bâtiment Ε 1 (murs M 68 et M 69)

155 - Paroi sud de la pièce orientale au rez-de-chaussée du bâtiment Ε 1 (murs M 68 et M 69)

39Le volume oriental que nous connaissons aujourd’hui est donc le produit d’une seconde campagne de travaux que caractérise un changement très perceptible des matériaux et de leur mise en œuvre : les briques, beaucoup moins épaisses (7 à 8 cm), sont le plus souvent panneresses. De l’ensemble des constructions médiévales du palais, la salle du rez-de-chaussée est le lieu le mieux préservé, où les caractères de la construction primitive s’affirment avec le plus de force. Abandonnant les alignements précédemment adoptés, les constructeurs ont décalé la façade nord de quelque 40 cm vers l’extérieur par rapport au mur M 67 désormais abandonné. Le nouveau mur de façade présente du côté externe une base en maçonnerie de moellons de calcaire qui émergeait à l’origine d’une bonne soixantaine de centimètres au-dessus du sol. La semelle enterrée présentait deux rangées en ressaut de gros blocs de calcaire grossièrement équarris. La plus haute de ces rangées (Pl. 12, coupe 16), à l’origine, dépassait même sans doute du sol, sauf surcreusement tardif peu probable de la cour : le niveau qui s’appliquait au-dessus (8110) et celui immédiatement sous-jacent (8120) ont livré du matériel d’époque moderne.

40Le mur de façade nord, le mur oriental et celui en retour qui vient compléter la paroi sud sont parfaitement chaînés entre eux (M 69). La portion en briques maçonnée contre le mur M 68 déjà bâti exprime de façon particulièrement suggestive la reprise : on voit bien de quelle manière, au sommet de cette paroi, l’appareil régulier de la partie gauche (fig.155) se prolonge au-dessus de la partie préexistante en maçonnerie de blocage où il prend appui sur une assise intermédiaire de réglage formée de briques posées sur chant. Hormis quelques altérations récentes et fort limitées, liées à l’ancrage d’un plancher en mezzanine, ces murs nous étaient parvenus pratiquement intacts. La reprise en sous œuvre des fondations du bâtiment en 1993 a fourni l’occasion de détruire intégralement, à l’intérieur comme à l’extérieur, les parements de ces murs sur plus d’1 m de hauteur (fig. 156). La coûteuse réfection à laquelle il a fallu procéder ne peut consoler de la perte de l’original.

156- Bas de mur en briques défoncé lors de la reprise des fondations

156- Bas de mur en briques défoncé lors de la reprise des fondations
  • 99 Au cours du chantier de restauration, est apparue à la fenêtre nord et à celle le plus au sud de la (...)

41Quatre ouvertures d’origine sont conservées à ce premier niveau. Les fenêtres, une au centre de la paroi nord, les deux autres encadrant une porte dans la paroi est, présentent des formes caractéristiques : embrasure à fort ébrasement, amortie par un arc segmentaire à double rouleau et présentant à la base un appui en glacis à une marche entre99 ; l’ébrasement interne et le court ébrasement externe, de minces tableaux formant feuillure, couverts d’un arc plein cintre. La porte présente une embrasure droite sommée d’un arc segmentaire à simple rouleau ; les montants sur le parement externe portent un arc légèrement brisé dont la clé est taillée dans de la molasse. Si les claveaux sur le parement interne sont constitués de simples briques posées de chant, tant aux fenêtres qu’à la porte, les éléments moulés formant les parties cintrées sur le parement externe (fig. 157) présentent cette perfection dans la stéréotomie et l’assemblage déjà constatée aux fenêtres de l’église Saint-Hugues.

157- Détail d’une fenêtre du bâtiment Ε 1

157- Détail d’une fenêtre du bâtiment Ε 1

42On remarque enfin que les poutres du plafond ont été mises en place au moment même de la construction du pignon oriental, où l’appareil épouse parfaitement leurs contours, tandis qu’au contraire, ces mêmes poutres ont été engagées dans la paroi opposée (M. 63) au prix de recreusements (fig. 158, 159). Ainsi se trouve confortée la chronologie relative proposée au départ.

158 - Paroi est de la pièce orientale au rez-de-chaussée du bâtiment Ε 1

158 - Paroi est de la pièce orientale au rez-de-chaussée du bâtiment Ε 1

159- Paroi ouest de la pièce orientale au rez-de-chaussée du bâtiment Ε 1 (mur M 63)

159- Paroi ouest de la pièce orientale au rez-de-chaussée du bâtiment Ε 1 (mur M 63)

43Au premier étage de la partie orientale, seuls les murs sud, est et ouest sont médiévaux, le dernier appartenant à la première campagne. Du mur est, en réalité, ne subsiste qu’une moitié, du côté sud, l’autre ayant été reconstruite en même temps que le mur de façade (nord) dans le dernier quart du XVIIe s. Ce mur était percé en son centre d’une haute fenêtre dont ne sont conservés que le jambage sud et une partie de la voussure, tous deux très ébrasés. Les parois en sont encore recouvertes d’un enduit blanc portant en noir et rouge un décor de faux appareil. De semblables décors se retrouvent dans ce qui reste des embrasures de deux portes ouvertes dans la paroi sud sur le couloir. On constate à nouveau, en examinant ces ouvertures sur le parement externe, la remarquable maîtrise des briquetiers et des appareilleurs du XIIIe s. On remarquera en particulier l’arête élégamment arrondie des piédroits et le passage à l’arête vive des arcs au moyen d’un petit congé ciselé dans la brique avec une étonnante précision (fig. 160). Quant à la raison d’être de ces deux portes placées côte à côte dans la même paroi et débouchant sur le même endroit, on peine à l’expliquer. L’idée, qui vient bien sûr, c’est que la pièce à laquelle elles donnaient accès était à l’origine refendue par une cloison. Cette cloison, dont nulle trace n’a été reconnue, donnait, si elle a existé, presque des proportions de couloir aux deux volumes qu’elle séparait.

160 - Détail d’une des deux portes ouvrant sur la pièce orientale du bâtiment El depuis le couloir du premier étage

160 - Détail d’une des deux portes ouvrant sur la pièce orientale du bâtiment El depuis le couloir du premier étage

44Reste encore la question de savoir si la moitié orientale du bâtiment telle qu’elle a été réalisée, le fut d’emblée avec deux étages ou seulement un seul dans un premier temps, conformément au parti primitivement arrêté. C’est cette seconde solution que nous avons adoptée pour le dessin de restitution (fig. 154), moins par certitude chronologique que pour faire comprendre la position particulière de la baie géminée de la première tranche par rapport à une toiture plus basse sur la partie orientale. Il se pourrait en effet qu’après une interruption des travaux un peu longue à l’issue de la première campagne, l’idée d’une construction sur seulement deux niveaux n’ait pas été reprise. Pour s’en assurer, il aurait fallu pouvoir rechercher des traces de surhaussement des murs est et sud, ou encore celles d’un solin de toiture sur la face est du mur de refend. La paroi sud qui n’est examinable que depuis le couloir a connu tant d’altérations à diverses périodes qu’elle n’autorise aucune conclusion. Quant aux autres parois, les décors peints dont elles sont recouvertes interdisent toute observation. En effet, trois décors successifs ont orné la salle orientale du deuxième étage, avant que ne soient posés les lambris et stucs du XVIIIe s. qu’on y voit aujourd’hui. Le plus ancien de ces décors, d’un vert sombre soutenu, évoquerait un faux marbre. Au sommet et au centre de la paroi sud, en même position sur la moitié subsistante de la paroi est, se distinguent encore des écus armoriés qui sont ceux de la famille de Chissé : parti d’or et de gueules, au lion de sable, armé et lampassé de gueules, brochant sur le tout. Cette famille a fourni pas moins de quatre évêques de Grenoble dont le premier, Jean II, a occupé la charge de 1337 à 1350 et le dernier, Aymon II, de 1427 à 1450. C’est, au dire des spécialistes, plutôt dans le XIVe s. qu’il convient de placer l’exécution du premier décor (fig. 161).

161 - Le plus ancien décor peint de la pièce orientale, au deuxième étage du bâtiment Ε 1 : on y reconnaît les armoiries de la maison de Chissé

161 - Le plus ancien décor peint de la pièce orientale, au deuxième étage du bâtiment Ε 1 : on y reconnaît les armoiries de la maison de Chissé

45Mais c’est plus tôt encore, assurément dans le XIIIe s., qu’a été réalisé le décor peint retrouvé dans l’embrasure de l’ancienne baie géminée après qu’elle eut été bouchée sur le parement externe et convertie en niche (fig. 162). L’obturation de la fenêtre, l’ouverture d’une porte à côté, coïncident bien sûr avec la réalisation du deuxième étage de la partie orientale qu’on peut donc placer avant le XIVe s. En revanche, c’est probablement au XIVe s. que la niche ornée a elle-même été comblée de maçonneries au nu de la paroi intérieure. Dans ces maçonneries fut réservée une petite cavité rectangulaire à fond plat, couverte en bâtière (fig. 163), semblable à plusieurs autres observées à Grenoble dans des parties préservées de maisons d’habitation du XIVe s. (16 et 20, rue Chenoise ; 18 à 20b, rue Saint-Laurent) ; elle était destinée à abriter une lampe, comme l’atteste un dépôt de noir de fumée sur ses parois. Plus curieuse paraît la petite ouverture rectangulaire, pourvue d’une feuillure et que fermait donc une planchette, pratiquée dans le fond de la niche. On remarque dans la salle orientale que le décor le plus ancien passe sur l’encadrement de cette ouverture qui permettait tout juste de passer la main.

162- Décor peint (XIIIe s.) de la baie géminée ouverte au deuxième étage dans le mur M 63.

162- Décor peint (XIIIe s.) de la baie géminée ouverte au deuxième étage dans le mur M 63.

Cliché ARCOA

163 - Dessin de la même baie obturée au XIVe s. ; remarquer la niche à lampe

163 - Dessin de la même baie obturée au XIVe s. ; remarquer la niche à lampe

Les vestiges de l’aile ouest

  • 100 P. David (op. cit. p. 74) et, à sa suite, P. Vaillant (Chomel 1976, p. 87) attribuent à l’évêque Ai (...)

46La fouille a permis de dégager sur 8 m de longueur la base du mur de façade de l’aile, détruite au XIXe s., qui fermait la cour du côté ouest (bâtiment E2). Un dessin assez précis de la façade sur cour de ce bâtiment figure sur le précieux plan-maquette de Toussaint Largeot (fig. 164). D’après ce dessin qui montre, au deuxième étage, les fenêtres de la chapelle des évêques sous la forme de grandes baies à remplages trilobés, on pouvait déjà tenir pour certain que le bâtiment remontait au moins au milieu ou à la seconde moitié du XIVe s. Or, la fouille a montré que les niveaux100. de construction (1 161, 1 157, 1 160), riches en fragments de briques, étaient communs aux deux ailes nord et ouest (Pl. 12, coupe 15). En particulier, la couche 1 160, à la surface de laquelle s’observaient une aire de préparation de mortier et trois empreintes de poteaux (traces laissées par quelque engin de chantier ?), venait en recouvrement d’un ressaut du mur ouest. Il est donc ainsi établi que les vestiges dégagés de la façade de l’aile ouest appartiennent bien à la première campagne de construction du XIIIe s.

164 – Façade sur cour du bâtiment E2 dessinée par Toussaint Largeot

164 – Façade sur cour du bâtiment E2 dessinée par Toussaint Largeot

A.D.I 1Fi 1 373

47Ces vestiges sont ceux d’un mur (M 70) large à la base de 0,90 m, de direction sud-ouest/nord-est. Il apparaissait épaulé à l’extérieur par un massif rectangulaire formant saillie de 1,50 m sur la façade. Ce massif rigoureusement contemporain du mur ne peut avoir eu d’autre fonction que de servir de socle à un contrefort, dont le dessin de Toussaint Largeot montre qu’il avait disparu au XVIIe s. Mur et massif présentaient un appareil assez régulier de moellons de calcaire, conservé sur deux ou trois assises, dans lequel étaient insérés quelques très gros blocs. Deux de ces blocs formaient les montants d’une porte, large de 2,50 m (fig. 165). Cet emploi du calcaire, alors que tout le palais du XIIIe s. est construit en briques, surprend de prime abord. En réalité, on a affaire ici à un soubassement, évidemment destiné (comme dans la partie orientale du bâtiment El) à porter une élévation de briques dont rien n’a subsisté. En revanche, un pan de mur de l’arrière du même bâtiment conservé dans l’espace de la crypte archéologique montre au-dessus d’un semblable soubassement de calcaire, quelques vestiges de l’élévation de briques. Quoique privé de son contexte stratigraphique, ce mur peut être considéré comme contemporain de celui retrouvé dans la cour. Comme l’un et l’autre sont représentés sur le plan du rez-de-chaussée dressé à la fin du XVIIIe s., on doit conclure que, pour une bonne part, l’organisation des bâtiments du palais tel qu’il s’est maintenu jusqu’à la fin de l’Ancien Régime remontait au début du XIIIe s.

Datation

48S’il est peu douteux que les plus anciennes parties du palais épiscopal du XIIIe s. sont contemporaines de la reconstruction en briques de l’église Saint-Hugues, avec laquelle elles présentent d’évidentes affinités techniques et stylistiques, les arguments de datation absolue sont aussi pauvres pour le premier que pour la seconde. Observons toutefois que l’estimation que nous proposons - première ou seconde décennie du XIIIe s. - sur la base des caractères architecturaux n’est pas contredite par le faciès du mobilier contenu dans les couches de construction : l’essentiel de la céramique est à pâte grise, avec seulement quelques tessons épars en pâte claire glaçurée qui annoncent le XIIIe s.

  • 101 Archéolabs. réf ARC 93/R 1400 D

49Il est bien sûr impossible de proposer une estimation fiable du temps qui a pu s’écouler entre l’interruption des travaux et leur reprise qui a vu la construction du volume oriental du bâtiment El. Cette reprise, en revanche, a pu être bien datée : les poutres du plancher séparant le rez-de-chaussée du 1er étage ont fourni grâce à l’expertise dendrochronologique la date automne/hiver 1254/1255 pour le plus récent abattage101. Comme on s’entend aujourd’hui pour considérer que l’usage était de mettre en œuvre les bois fraîchement coupés, cette date nous paraît devoir être retenue pour la partie du bâtiment lui-même à laquelle appartiennent les poutres. Si la datation que nous avons proposée pour la première tranche de travaux approche la vérité, c’est donc pendant une période assez longue, d’une trentaine d’années, que le bâtiment est resté inachevé.

Un atelier de potier ?

50Le sous-sol de la cour n’a pas livré de trace significative de l’occupation qui a suivi la construction des bâtiments : le sol établi sur le dépôt de construction est apparu sans épaisseur. Le seul témoin d’une activité contemporaine est le creusement d’une large fosse (F (a)), profonde de 1,40 m, dont les terres de comblement se distinguaient difficilement du terrain encaissant. Au fond de cette fosse, qui paraît avoir été comblée en une seule fois, est apparu un dépôt d’argile jaune, très pure. Il est permis de se demander si l’on n’aurait pas affaire à une ancienne réserve d’argile à céramique. Cette hypothèse prend davantage de consistance avec la découverte, au bas du comblement, de quatre vases presque complets, dont deux quasi intacts. Un seul, de petite taille, est en pâte grise (type pégau), les trois autres, en pâte orangée revêtue d’une glaçure externe, sont des cruches de formes un peu inhabituelles. Ces objets, datables du XIIIe s. ou du début du XIVe s. sont-ils des déchets de fabrication signalant, avec la fosse qui les contenait, la proximité d’un atelier de potier ? C’est peut-être dans la moitié nord de la cour restée non fouillée que se trouve enfouie la réponse. Si la présence en cet endroit d’un atelier était un jour confirmée, cela signifierait, à tout le moins, qu’aux premiers temps des nouveaux bâtiments, l’espace situé au-devant ne faisait probablement pas encore fonction de cour du palais.

Conclusions

51Suppléant à une carence complète des textes, l’archéologie seule — en sous-sol comme en élévation — a permis de révéler sur le site l’importance d’une campagne de travaux du XlIIe s. antérieure à la reconstruction de la cathédrale elle-même. Si des circonstances accidentelles sont à l’origine des profondes transformations qu’à connues alors l’église Saint-Hugues, celles-ci n’impliquaient pas nécessairement le chantier de construction d’un nouveau palais qui s’est développé simultanément.

52Par ailleurs, l’étroite imbrication du palais et de l’église, imposée certes par la topographie, mais renforcée par des liaisons dont les vestiges ont été retrouvés en façade et au chevet, suggère pour Saint-Hugues un statut plus complexe qu’il n’y pouvait paraître et relance la question des fonctions de cet édifice : paroissiale, l’église l’était sans doute, avec cependant un usage privilégié réservé à l’évêque et peut-être aux dignitaires de sa maison.

53Ces premiers grands travaux du XIIIe s., qui ont vu également la construction du haut et puissant clocher-porche en avant de la cathédrale romane, ne peuvent être envisagés indépendamment d’un contexte politique d’âpre rivalité entre évêques et dauphins pour la suprématie sur la ville. Si les premières transactions entre les deux seigneurs, l’ecclésiastique et le laïc, ont été passées dès l’époque de saint Hugues (Chomel 1976, p. 56-65), ce n’est qu’à partir du début du XIIIe s. que se met en place une véritable coseigneurie au sein de laquelle chacun, pourtant, s’efforcera de faire prévaloir ses droits et avantages. On sait que dans cette lutte pour le pouvoir, c’est le dauphin qui finit par l’emporter, lui qui, dès 1228, faisait élever au milieu de son fief urbain la belle collégiale Saint-André, déclenchant peut-être, par contrecoup, la reconstruction totale de la cathédrale.

Notes

88 Au vu de l’appareillage très régulier de ce mur apparu dans un sondage en 1992 (Montjoye 1992 b) nous avons cru pouvoir déduire l’existence en avant de la façade d’un volume hypogée. Connaissant mieux aujourd’hui l’aspect des fondations de l’église du XIIIe s., très soignées et montées en tranchée large sur leur face externe, nous ne retenons plus cette hypothèse.

89 Un plan du début du XIXe s. (ADI 1 Fi 555) donne à penser que le confrefort le plus à l’ouest du goutterot nord subsistait peut-être encore à cette époque dans la hauteur du deuxième étage de l’évêché.

90 AMG DD 107 : Procès verbal de visite pastorale d’Ennemond Alleman de Montmartin (26 mai 1709) ; devis de réparation du sieur Pasquet (7 février 1714). AMG DD 3 : prix-fait des réparations à exécuter à Saint-Hugues (15 octobre 1718).

91 Les archives municipales conservent des documents attestant la conduite de travaux de réfection des voûtes en 1566 (AMG BB 20).

92 Carottage réalisé dans le cadre des études préalables sous la direction de M. J.-L. Taupin, ACMH.

93 Il s’agit d’une gravure sur bois commandée au peintre Pierre Prévost en 1572 (Prudhomme 1888, p. 386).

94 À cette première campagne qui s’est déroulée au printemps 1989 a été associé notre collègue D. Chancel, alors architecte au Service des Vieux Quartiers de la Ville de Grenoble.

95 L’extraordinaire plan-maquette de Toussaint Largeot a été réalisé en 1674 pour instrumenter un procès intenté par l’évêque. Nous nous y référerons à plusieurs reprises.

96 Ce n’est qu’à grand peine que nous avons obtenu la préservation des vestiges de cette porte déclarée inesthétique et remplacée aujourd’hui par un percement rectangulaire moins large à l’encadrement de béton.

97 Nous reviendrons sur ce point ultérieurement.

98 Persuadé que le mur M 63 n’avait toujours été et sur toute sa hauteur qu’un mur de refend, et en l’absence de toute vision de l’appareil de la face ouest recouverte de plusieurs couches d’enduits peints, j’ai pris ce qui apparaissait de cette baie géminée sur le parement oriental pour un placard mural, semblable à celui observé quelque temps avant dans une paroi de maison de la période XIIIe-XIVe s., au numéro 11 de la rue Chenoise (Montjoye 1992 c p. 32-33). C’est donc depuis la salle orientale que s’est faite la désobstruction, détruisant ainsi à l’aveuglette une partie du décor peint ornant l’embrasure de fenêtre transformée en niche. Pour la paroi ouest, les plans de réaménagement prévoyaient un doublage, de manière à préserver la succession des décors peints et garantir leur étude ultérieure. Contre toute attente, l’ordre de gratter le mur à vif et de le réenduire a été donné à l’insu du maître d’ouvrage. Si l’embrasure de la fenêtre s’en est trouvée accessible, des mètres carrés d’enduits peints du XVIIe s., et peut-être d’autres plus anciens ont été de la sorte détruits.

99 Au cours du chantier de restauration, est apparue à la fenêtre nord et à celle le plus au sud de la façade est, une assise supplémentaire au bas de l’appui en glacis, curieusement biseautée. On n’ose penser que cette bizarrerie ait été inspirée par le souci de rétablir une ordonnance supposée primitive dont le modèle aurait été fourni par la troisième fenêtre : l’appui de celle-ci, en effet, a été tardivement abaissé de deux assises par un martelage grossier des briques leur conférant un profil biseauté.

100 P. David (op. cit. p. 74) et, à sa suite, P. Vaillant (Chomel 1976, p. 87) attribuent à l’évêque Aimon II de Chissé (1427-1450) l’initiative de la construction de ce bâtiment, sans cependant citer le moindre écrit en référence.

101 Archéolabs. réf ARC 93/R 1400 D

Table des illustrations

Titre 129 - Façade (XIIIe s.) de l’église Saint-Hugues : schéma de l’état avant restauration
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1216/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre 130 - Le mur M 59
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1216/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre 131 - Vestiges du piédroit sud du portail (XlIIe s.) de Saint-Hugues
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1216/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre 132 - Arrachement du fronton du portail
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1216/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre 133- Façade (XIIIe s.) de l’église Saint-Hugues, après restauration
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1216/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre 134- Fenêtre orientale du goutterot sud de l’église Saint-Hugues
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1216/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre 135- Coupe transversale restituée sur l’église Saint-Hugues (XIIIe s.) et la cathédrale romane
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1216/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre 136 - Paroi nord du chevet rectangulaire de Saint-Hugues
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1216/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre 137 - Restitution de Pédicule abritant l’escalier faisant communiquer l’église Saint-Hugues et le sommet du mur antique
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1216/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre 138 - Passage et escalier dans l’épaulement nord de la nef de Saint-Hugues
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1216/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre 139 - Le portail du XIIIe s. de Saint-Hugues et les murs M 60 et M 61
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1216/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre 140- Escalier du clocher-porche de la cathédrale
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1216/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre 141- La façade de la cathédrale avant les transformations de 1884
Crédits Cliché de H. Ferrand. B.M.G.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1216/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre 142- L’ensemble cathédral après la première campagne de travaux du XlIIe siècle
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1216/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre 143- Détail des substructions d’un contrefort et de la façade nord du bâtiment Ε 1
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1216/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre 144 - Elévation du mur M 64 au rez-de-chaussée
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1216/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre 145 - Elévation du mur M 63, face ouest, au rez-de-chaussée
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1216/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre 146- Elévation sud du mur M 64 au premier étage
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1216/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre 147- Plan du premier étage de l’évêché à la fin du XVIIIe siècle
Crédits (ADI, 1 Fi n° 2177)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1216/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre 148 - Perspective cavalière sur la façade de Saint-Hugues et celle, attenante, du palais : essai de restitution de l’état primitif du XIIIe siècle
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1216/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre 149 - Goutterot nord de l’église Saint-Hugues et coupe sur le volume sud du bâtiment Ε 1 : essai de restitution de l’état primitif du XIIIe siècle
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1216/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre 150 - Façade de l’église Saint-Hugues et coupe sur le volume sud du bâtiment Ε 1 : essai de restitution de l’état primitif du XlIIe siècle
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1216/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre 151 - Vestige d’un are en briques tendu entre le bâtiment Ε 1 et la paroi romane de Saint-Hugues
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1216/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre 152 - Porte de la paroi ouest du mur M 63 au premier étage
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1216/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre 153 - Porte de la paroi ouest du mur M 63 au deuxième étage
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1216/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 644k
Titre 154- Le bâtiment Ε 1 et l’église Saint-Hugues : perspective restituée
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1216/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
Titre 155 - Paroi sud de la pièce orientale au rez-de-chaussée du bâtiment Ε 1 (murs M 68 et M 69)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1216/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre 156- Bas de mur en briques défoncé lors de la reprise des fondations
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1216/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre 157- Détail d’une fenêtre du bâtiment Ε 1
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1216/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre 158 - Paroi est de la pièce orientale au rez-de-chaussée du bâtiment Ε 1
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1216/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre 159- Paroi ouest de la pièce orientale au rez-de-chaussée du bâtiment Ε 1 (mur M 63)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1216/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre 160 - Détail d’une des deux portes ouvrant sur la pièce orientale du bâtiment El depuis le couloir du premier étage
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1216/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre 161 - Le plus ancien décor peint de la pièce orientale, au deuxième étage du bâtiment Ε 1 : on y reconnaît les armoiries de la maison de Chissé
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1216/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre 162- Décor peint (XIIIe s.) de la baie géminée ouverte au deuxième étage dans le mur M 63.
Crédits Cliché ARCOA
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1216/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre 163 - Dessin de la même baie obturée au XIVe s. ; remarquer la niche à lampe
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1216/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre 164 – Façade sur cour du bâtiment E2 dessinée par Toussaint Largeot
Crédits A.D.I 1Fi 1 373
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1216/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre 165 - Le mur M70
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1216/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 352k

© Alpara, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access