Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Autour du groupe épiscopal de Grenoble

 | 
François Baucheron
, 
Franck Gabayet
, 
Alain De Montjoye

Première partie. Les origines de Grenoble : de Cularo à la ville de l'Évêque

Chapitre 6. Le groupe épiscopal du haut Moyen Âge

Volltext

1Avec la collaboration de Frédérique Blaizot

  • 49 Cf. : introduction ; le processus de christianisation

2Le dégagement des substructions du premier baptistère et celui des bâtiments qui lui étaient associés a confirmé, si l’on en doutait encore, la fondation dès l’origine du groupe épiscopal de Grenoble à l’emplacement qui est encore le sien aujourd’hui. Appréhender l’organisation générale, la nature, l’évolution de l’ensemble des édifices qui le composaient est une autre affaire. Hormis le récit légendaire dont François du Puy s’est fait le rapporteur49, aucun texte ne vient éclairer l’histoire des constructions cathédrales, pas plus au Moyen Âge d’ailleurs qu’aux périodes plus anciennes. Seule l’archéologie peut aujourd’hui tenter d’apporter des réponses aux questions touchant les origines. Malheureusement, en dépit de quelques sondages récents, mais très limités, les indices archéologiques dont on dispose pour se représenter le premier groupe cathédral sont aussi clairsemés que ténus. Ils sont le produit de quelques observations dans le sous-sol de la cathédrale, du cloître canonial et de l’église Saint-Hugues. À quoi s’ajoute la découverte inattendue de plusieurs sépultures à l’extérieur du mur d’enceinte, qui posent davantage de questions qu’elles n’apportent de réponses aux interrogations de l’historien sur l’ensemble cathédral primitif.

Un cimetière hors les murs

  • 50 Une chaufferie à l’est et des latrines publiques à l’ouest du mur de façade.

3Sur l’étroite bande de terrain entre rempart et fossé, le sol de graviers contemporain de la construction de l’enceinte et les niveaux liés aux premières occupations hors les murs sont apparus entamés par une série de 28 sépultures réparties entre la tour orientale de la porte Viennoise et la première tour plus à l’est. L’étude de cette zone s’est révélée délicate en raison des lacunes de la stratigraphie. Le secteur a été, en effet, fortement perturbé par la construction au cours du XIXe s. du mur de façade de l’évêché et par celle de salles souterraines dans les premières décennies du siècle suivant50.

Le mur M36

  • 51 cf. annexe, 131, 135, 139.

4Un mur reconnu par sa seule tranchée d’épierrement a été perçu à quelque 3,90 m de l’enceinte. La tranchée, parallèle au rempart, a pu être observée sur une courte longueur (4,50 m), mais ni sa largeur ni son extension en direction de l’est ou de l’ouest ne sont connues. Au fond du creusement subsistaient les ultimes vestiges du mur, sous la forme d’un amas de galets, de blocs calcaires et de tuiles liés par un mélange d’argile sableuse mêlée de graviers. Le sol à partir duquel fut creusée la tranchée de construction a été détruit et l’analyse stratigraphique n’offre aucun recours pour préciser la chronologie. Le comblement de la tranchée de récupération du mur livre un mobilier qui compte des fragments de céramique à revêtement argileux de la vallée du Rhône, de la céramique tardive luisante, que l’on peut attribuer, sans plus de précision, au IVe s. Quatre monnaies, dont la plus récente est attribuée aux années 355-360, fournissent un terminus post quem pour la récupération du mur (cf. annexe, n° 139)51.

5Le peu de vestiges conservé n’autorise pas à formuler des conclusions péremptoires sur la fonction ou même la nature du mur M36. Appartient-il à un édifice accolé au rempart ? A-t-il servi à limiter un chemin entre le rempart et le fossé dont l’escarpe primitive devait se trouver environ 4 m plus au nord ? On ne saurait non plus exclure la possibilité que le mur M36, implanté dans le prolongement de la tour orientale de la porte Viennoise, ait été intégré au dispositif défensif du secteur pour constituer une palissade, dans le but d’augmenter la protection de la porte.

6Quoi qu’il en soit, on retiendra que le mur a contenu l’extension des sépultures vers le nord et, qu’il soit contemporain de la création du cimetière ou antérieur à elle, qu’il a pu jouer, au moins pour un temps, le rôle d’une clôture.

Présentation de l’ensemble funéraire

  • 52 Cette situation pour le moins étonnante pourrait s’expliquer par la largeur des fondations modernes (...)

7Les sépultures se répartissent de chaque côté de la limite, évidemment artificielle, que constitue le mur de façade de l’évêché du XIXe s. De part et d’autre, on observe néanmoins des contextes stratigraphiques et, semble-t-il, chronologiques, qui paraissent bien distincts52.

Le secteur ouest

  • 53 De ces deux ensembles (sépultures Cl, C2, C3, C4 et C5, C6, C10, C11, C12) sont exclues les tombes (...)

8À l’ouest de la limite constituée par la façade de l’évêché, en dépit de niveaux particulièrement bouleversés, on distingue deux groupes d’inhumations séparés par une durée difficile à mesurer, si l’on s’en tient au seul matériel archéologique53.

9Parmi les tombes plus anciennes, il faut compter la sépulture C10 (fig. 74) et le groupe des sépultures C5, C6, C11 et C12 (cf. infra), mais les données stratigraphiques ne sont pas suffisantes pour affirmer un rapport entre ces deux entités.

  • 54 cf. annexe. n° 35, 57, 116, 127, 137.

10La tombe C10 est assez bien datée : d’après l’étude au radiocarbone, son installation interviendrait entre 218 et 382 (CRG 1449, 1768 ± 65 BP), fourchette qu’il est possible de réduire grâce à la présence, dans le remblaiement de la tombe, de deux monnaies dont la plus récente fut émise en 335 ou en 336 (cf. annexe, n° 99 et 122). Le sommet de la fosse est scellé par un remblai de limon argileux piqué de grains de mortier de tuileau et de charbons de bois, qui s’est révélé riche d’un important mobilier céramique et numismatique54. La céramique est datée, pour l’ensemble, du IVe s. : on trouve, parmi les tessons mis au jour, des formes du type Lamboglia 1/3, de la céramique sigillée claire C, des amphores gauloises et africaines. Un terminus ante quern pour l’installation des sépultures est fourni par la présence dans le lot monétaire d’un Ae 3 de Magnence frappé entre 350 et 353 dans les ateliers d’Arles (cf. annexe, n° 137).

11La tombe C12 a elle aussi été datée au radiocarbone : les résultats de l’étude fournissent une date comprise entre 269 et 532, avec un fort pic de probabilité (71 %) entre 336 et 467 (CRG 1455, 1652 ±78 BP).

12Le groupe le plus récent comprend les sépultures C1, C2, C3 et C4. Cette dernière a livré deux folles ; le premier issu du remblai de la fosse, a été frappé à Arles en 316, le second, déposé sous le crâne du défunt, a été émis par les ateliers de Londres en 323 ou en 324 (cf. annexe, n° 96 et 111). La sépulture C1 a fait l’objet d’une étude par le radiocarbone qui conclut à une date comprise entre les années 393 et 535 (CRG 1448, 1628 ± 60 BP) sans que se dégage de pic de probabilité.

  • 55 Si la relation en chronologie relative des sépultures C5, C6, Cl1 et C12 se révélait inexacte, la p (...)

13À côté des arguments basés pour l’essentiel sur la datation, des indices strictement stratigraphiques vont également dans le sens de deux phases d’inhumations. Lors de leur fouille, toutes les sépultures de la première phase ont paru en effet antérieures à un remblai entamé sans ambiguïté par la seconde série de tombes. Celui-ci renferme plusieurs pièces datées de la première moitié du IVe s. (cf. annexe, n° 103, 117 et 129 ; n° 102, 121, 133 et 134). Il est vrai que le remblaiement des sépultures C5, C6, Cl 1 et C12 est d’une nature si proche de celle de ce remblai, qu’il est nécessaire de considérer cette antériorité avec prudence. On admettra toutefois comme un fait probable que cette première série regroupe des inhumations contemporaines55.

14L’analyse stratigraphique fait donc ressortir deux séquences d’inhumation séparées par un laps de temps difficile à évaluer. En revanche, les conclusions de l’étude par le radiocarbone tendent à démontrer que l’installation des sépultures C10 et C1 est séparée par un écart de temps au moins égal à 11 ans, alors qu’il existe de fortes chances pour que les sépultures C10 et C12 (et partant, le groupe C5, C6, C11, auquel celle-ci est rattachée) procèdent d’une même période d’inhumation, résultat qui rejoint nos propres observations.

15On retiendra provisoirement que l’espace funéraire a pu se constituer à partir de 335 par l’installation de tombes très proches les unes des autres (C10, C5, C6, C11 et C12). À partir de 350, la tombe C10 est recouverte par un remblai sans doute contemporain de l’utilisation du mur M36.

16Il semble que le mur M36, qui a pu un temps servir de clôture, a été détruit entre les deux phases d’inhumation perçues à l’ouest du mur moderne. En effet, les remblais postérieurs aux premières inhumations et qui sont, a-t-on dit, entamés par les tombes du second groupe, scellent la tranchée de récupération de M36. Il reste que cette destruction n’a sans doute qu’un rapport lointain avec la gestion de l’espace funéraire, dans la mesure où les sépultures les plus récentes n’outrepassent pas l’espace jusque là borné par le mur. Ce n’est donc pas la nécessité d’accroître la zone dévolue aux tombes qui a prévalu lors de la destruction du mur M36.

17La seconde phase d’inhumation n’interviendrait pas avant 355-360, la tombe C1 étant quant à elle installée seulement à partir de 393. Les sépultures sont implantées à l’ouest des précédentes, contre le pied du rempart pour trois d’entre elles.

18La construction d’un sol dans le courant, sinon au début du Ve s., (cf. infra), aurait été réalisée alors que les inhumations, au moins à l’ouest du mur moderne, ont définitivement cessé.

Le secteur est

19Entre le mur du XIXe s. et la première tour à l’est de la porte Viennoise, ce sont dix sépultures qui occupaient le terrain entre rempart et fossé. À en juger d’après le tracé de l’escarpe du fossé, il n’a pu en exister davantage dans ce secteur. En revanche, au pied de la tour, entre les murs médiévaux M65 et M66, et à Test de celle-ci, on ne doit pas exclure que quelques sépultures — au plus une dizaine — aient pu être détruites par l’aménagement de locaux en sous-sol à diverses époques. Dans cette partie la plus orientale, les sépultures préservées étaient au nombre de cinq.

20Les dix sépultures installées à l’ouest de la tour ont été entamées superficiellement par les terrassements récents, de sorte qu’il ne restait rien des niveaux qui les avaient scellées. On sait, en revanche, qu’elles sont probablement toutes postérieures au creusement puis au comblement d’une grande fosse, longue de 3,80 m et large de 1,10 m, contre le pied du rempart. Le mobilier céramique recueilli dans les terres de comblement de cette fosse (7 236, 7 237, 7 237 B) fournit une datation après le début du IVe s. La couche supérieure de ce remplissage (7 212), qui correspond vraisemblablement à une recharge pour compenser le tassement des terres à l’emplacement de l’ancienne fosse (Pl. 8 coupe 11), contenait plusieurs tessons de céramique grise à revêtement argileux et décor estampé (DSP). Il est difficile de dire si la présence de ces fragments résulte du bouleversement superficiel des fosses d’inhumation, dont le remplissage se distinguait mal du sédiment de la couche 7212, ou si elle constitue une caractéristique propre à cette dernière. Cinq des sépultures (El, E2, E3, E5, E6), en tout cas, étaient installées dans la couche 7 212 et hormis la troisième, toutes contenaient au contact du squelette des tessons de DSP. Deux autres (E4, E8), situées hors emprise de la grande fosse, en contenaient également. Enfin, dans le groupe de cinq sépultures situées le plus à l’est, les squelettes E11 et E12 sont apparus accompagnés de tessons de la même céramique et de petits lingots de verre, très comparables à ceux retrouvés dans l’abside orientale du baptistère.

21En dépit de l’absence de monnaies et de la présence, en revanche, de tessons de DSP, la datation qu’on est tenté d’attribuer à cette seconde série de sépultures (entre la fin du IVe s. et le début du VIe s.) n’est, somme toute, pas très éloignée de celle proposée pour les inhumations situées à l’ouest du mur du XIXe s. Or l’expertise par le radiocarbone des squelettes de deux de ces sépultures (E10 et E15), les situe entre 635 et 725 pour la première, 751 et 880 pour la seconde. Ces résultats rendent d’autant plus perplexe que les analyses archéo-anthropologiques concluent plutôt, quant à elles, à l’homogénéité de la nécropole et à la courte durée de son utilisation.

Étude de l’ensemble funéraire extra muros

22Frédérique Blaizot

Les gestes funéraires

Méthodologie

23L’étude des squelettes in situ a été réalisée à partir des méthodes de l’anthropologie de terrain, développées par H. Duday (Duday 1990a, Duday 1990b, Duday 1995). Toutefois, cinq d’entre eux, issus des fouilles de l’évêché en 1992 ont été étudiés uniquement d’après les clichés photographiques. L’anthropologie de terrain est fondée sur l’analyse des mouvements subis par les os lors de la dislocation des articulations qui se produit pendant la décomposition du cadavre. Appliquée aux ensembles de sépultures individuelles, elle a pour objectif de restituer la position initiale du cadavre, le milieu de décomposition, les particularités architecturales, ainsi que le mode de constitution et de gestion de l’espace funéraire.

24Les squelettes ont été prélevés en prenant comme support un relevé effectué au 1/2e pour les jeunes enfants et au 1/5e pour les autres, et une fiche standardisée établie sur le modèle de l’inventaire sur laquelle sont reportées la face d’apparition et la cote de profondeur des ossements (Guy, Blaizot 1992). Ce travail fut effectué par une anthropologue (F. Blaizot) et par des archéologues (F. Gabayet et A. de Montjoye).

Modes d’inhumation

25Les squelettes présentent les signes d’une décomposition en espace colmaté, sauf dans trois cas où ils se trouvent dans un coffre ou sous une bâtière de tegulae. Ces caractéristiques laissent supposer que le dépôt des corps fut, dans la majorité des cas, effectué en pleine terre. Les arguments principaux de l’interprétation sont le maintien général des articulations et en particulier de celles qui se trouvent en situation instable, la préservation des volumes et l’absence de pièces situées en dehors du volume initial du cadavre. Tous les squelettes présentent les caractéristiques d’un colmatage différé du volume du corps, comme le montrent la nature des dislocations, restreinte aux pièces labiles, et la faible amplitude des remaniements. Mais dans quelques exemples, le glissement longitudinal de pièces labiles sur une amplitude assez importante à l’intérieur du volume du corps, et certaines contraintes latérales sur les os, nous semblent constituer des arguments en faveur d’un enveloppement du corps au moment du dépôt. Ce phénomène est illustré par la sépulture E.8.

Sépulture E. 8
Le squelette est celui d’un sujet immature décédé autour de 11 ans (± 30 mois), déposé en procubitus, la tête à l’ouest et les pieds à l’est, contre le rempart du bas Empire (fig. 75). Les membres supérieurs sont en extension dans l’axe du corps, l’avant-bras droit est en vue postérieure, tandis que la paume de la main gauche se trouve tournée vers le ciel. Le crâne est en hyperflexion postérieure et les deux premières cervicales sont tombées dans le dos. Les cinq dernières sont en bon rapport anatomique sous le calvarium, mais orientées sur l’axe nord-sud, confirmant que la position actuelle du crâne (face vers le sud-est) est bien celle du dépôt : la tête reposait sur le menton. Le corps s’appuie sur le bord oblique de la fosse au sud, puisque les os droits sont situés à environ 5 cm plus haut que les gauches ; ce phénomène est également responsable du petit décalage en hauteur de l’épaule droite. La position de la tête et la constriction des épaules ont produit l’expulsion des trois premières thoraciques en amont et en aval de leur situation initiale, tandis que les têtes des côtes se sont engouffrées dans l’espace ainsi libéré. La mise à plat des volumes est réalisée ; par exemple, l’ilium gauche recouvre la face postérieure du sacrum tandis que l’ilium droit repose sur la face postéro-médiale du gauche. Un certain nombre de pièces appartenant à des articulations labiles ont subi des migrations. Deux phalanges provenant vraisemblablement de la main droite sont en dehors du tiers distal du fémur droit, et les os des pieds ont glissé en amont jusque sur la face postérieure du tiers proximal des tibias. Enfin, le premier métatarsien droit est situé à l’extérieur de la jambe droite.
Ces éléments indiquent que le corps fut déposé dans une fosse étroite, et qu’il a évolué dans un espace vide. Celui-ci ne peut être assimilé à un contenant de bois à cause de la morphologie de la fosse ; la faible amplitude des migrations d’une part et la nature des os concernés d’autre part (articulations labiles), pourraient témoigner d’une enveloppe du corps réalisée dans un matériau relativement « souple » et rapidement putrescible.

26Deux coffres de tuiles parallélépipédiques à fond construit ont été exhumés dans la moitié est du gisement (sp. E.5 et E.1) Les tegulae utilisées sont des tegulae non décorées, dont les rebords ont été rabotés, en pâte calcaire orange ou jaune. Elles sont mises de chant, se jouxtent ou se recouvrent partiellement. Elles sont placées à distance du bord de la fosse d’installation et sont calées par des pierres. La toiture a quasi disparu dans les deux exemples.

27La bâtière (E15) semble illustrer une architecture mixte ; les tegulae ne sont présentes que dans un tiers de la fosse, au-dessus du crâne du squelette, et la présence de galets sur les côtés indiquerait que le reste de l’architecture était en matière périssable. Le fond, s’il était construit, n’est pas constitué de tegulae.

28Parmi l’ensemble des sépultures, on peut démontrer l’occurrence de deux dépôts simultanés de deux sujets chacun, comme le montre l’exemple de la sépulture double C.7/C.8.

Sépultures C.7 et C.8
Il s’agit de deux squelettes dont l’état de conservation est médiocre, qui se trouvent dans ce qui semblait sur le terrain ne former qu’une seule fosse, (fig. 76). L’un est celui d’un jeune sujet masculin placé en decubitus latéral gauche, dans la bouche duquel fut déposée une monnaie (sp. 8). Il est très endommagé par le décapage et les structures modernes. L’autre représente un jeune adulte féminin, inhumé en decubitus latéral droit (sp. 7) également perturbé par des interventions récentes. Tous deux ont la tête à l’ouest et les pieds à l’est.
Le premier inhumé est le squelette C.8 puisque sa main droite et ses deux genoux passent sous le squelette 7. Ses membres supérieurs sont en extension ; le droit, dont l’avant-bras est en vue dorsale, est légèrement projeté vers l’avant en formant un angle de 27° par rapport à l’axe du corps ; le gauche par contre, est parallèle à cet axe, la main venant se plaquer, les doigts fléchis en avant sur la paume, contre la face postéro-latérale du coxal gauche. Les membres inférieurs sont fléchis et se croisent, la cuisse droite, qui passe sous la gauche, repose dans son tiers médian sur la face latérale de la jambe gauche. Cette position des membres inférieurs ne relève pas de l’attitude naturelle d’un corps placé en decubitus latéral, et lui fut donc expressément imposée au moment du dépôt. Le squelette se caractérise par une très bonne préservation des articulations, même de celles qui se trouvent en situation instable comme la main gauche, le coxal gauche, la patella gauche sur la face antérieure du genou. Les phalanges du pied gauche sont en connexion stricte. Mises à part les perturbations causées par des réinterventions fortuites (au niveau du thorax, du pied droit), les seules migrations observées sont celles de deux phalanges distales de la main droite sur la face médiale du fémur droit, des deux premiers métacarpiens et d’une phalange de la main gauche le long de l’ischium gauche.
En face de ce squelette, se trouvent les restes de la sépulture C.7, qui reposent en partie directement sur les os du squelette sous-jacent. Le corps s’appuyait sur le sol par son côté gauche (épaule : 208.975) et la situation des os résiduels des métatarsiens gauches et droits à l’est nous indique que les membres inférieurs n’étaient que très légèrement fléchis, comme le montre le droit partiellement en place. Le squelette est en mauvais état, mais les éléments nécessaires à l’interprétation du milieu de décomposition ont pu être observés ; à cet effet, on notera le maintien en connexion de pièces labiles en situation instable comme la scapula et la clavicule droites, la tête humérale droite (209.045) ; la mise à plat du coxal droit est engagée. On remarque que les côtes droites, malgré une obliquité importante, sont bien maintenues.
La préservation des articulations sur ces deux squelettes indique que la décomposition des corps s’est produite en espace colmaté. Si la sépulture C.8 est antérieure à la sépulture C.7, on n’observe aucun remaniement du premier et aucune pièce n’est remontée à travers le sédiment ; de plus, on a pu voir que les ossements des deux squelettes se trouvaient en contact. Le fait que les deux sujets se chevauchent par leurs genoux a créé de petits déséquilibres notamment sur le dernier ; en effet, le fémur droit, en vue antéro-latérale, est un peu décalé par rapport à la jambe qui se présente en vue postéro-latérale, et la jambe gauche a glissé en arrière de sa situation initiale contre la face antérieure de la droite.
Il apparaît donc que les deux cadavres ont été déposés simultanément dans une même fosse, et qu’ils furent directement recouverts de terre.

76 - Sépultures C.7 et C.8

76 - Sépultures C.7 et C.8

29La répartition topographique des modes d’inhumation est aléatoire, c’est-à-dire qu’elle n’est corrélée à aucun sous-ensemble archéologique défini, tant stratigraphique que spatial. Ils ne dépendent non plus ni du sexe, ni de l’âge des inhumés.

L’attitude du corps

30La série se caractérise par une très grande hétérogénéité dans l’attitude des corps lorsqu’elle fut observée, puisque 19 sont en decubitus (crypte : 7, évéché : 12), 5 en decubitus latéral (crypte et évêché), et 2 en procubitus (crypte : 1, évéché : 1). 8 sujets ont été déposés avec les membres inférieurs fléchis, cette particularité étant indépendante du mode d’inhumation et de la position générale du corps, (fig. 77)

77 - Répartition spatiale des sépultures suivant l’attitude des corps

77 - Répartition spatiale des sépultures suivant l’attitude des corps

31La répartition spatiale des différentes positions des corps ne met en évidence aucun ensemble de sujets présentant une attitude identique, ni dans les deux groupes définis par la stratigraphie, ni sur le plan purement horizontal. La position decubitus dorsal avec les membres inférieurs en extension, est peut-être un peu plus fréquente dans le groupe situé directement à l’est. Tous sont orientés la tête à l’ouest (ou N-O ou S-O) et les pieds à l’est (ou N-E ou S-E), à l’exception d’un seul (C. 6) qui fut placé la tête à l’est.

32Aucune raison technique particulière ne semble pouvoir être donnée à certaines attitudes inhabituelles, comme celle où le corps est en decubitus dorsal avec les membres inférieurs fléchis en dehors (cf. C. 11). L’hypothèse d’un manque de place est douteuse, puisque de grands espaces sont vides de tombes, et que l’exiguïté se situe plus sur le plan nord-sud qu’est-ouest. L’exemple des dépôts simultanés C. 11 et 12 réfuterait cette proposition (voir plus loin), puisque le squelette C. 11, qui apparaît en decubitus dorsal avec ses membres inférieurs en hyperflexion, est décalé de 35 cm à l’ouest du précédent.

33On a remarqué que certains corps sont « arqués » (E3 et C6), épousant des fosses irrégulières.

34Enfin, il n’existe aucun rapport entre la position des corps, le mode d’inhumation, le sexe et l’âge, et elle ne correspond à aucune réalité topographique.

Le mode de constitution de la zone funéraire

35La série comporte deux sépultures qui témoignent de dépôts simultanés, C. 7 et 8 et C. 11 et 12 dans le tiers ouest. Dans quelques cas, (C. 5, 6, 11 et 12), les squelettes n’étaient séparés que par une infime couche de terre. La nature du sédiment n’a pas permis de voir si une seule et même fosse fut creusée pour déposer l’ensemble des sujets, mais il est possible d’argumenter que les dépôts sont très proches dans le temps. En effet, la fine couche de terre qui sépare les squelettes, témoigne soit d’un colmatage différé, soit d’un recouvrement succinct du corps entre chaque dépôt, soit d’un creusement qui s’arrête pratiquement au niveau du sujet précédent. Or, dans l’hypothèse de ce dernier cas, la préservation en connexion stricte des os du squelette sous-jacent, et cela même au niveau des articulations labiles, est un argument topique d’une succession rapide des inhumations (qui peut être de l’ordre du moment à un mois).

Le groupe C. 5/6/11/12.
Ce groupe se compose de quatre squelettes de sujets jeunes qui se superposent en partie ; le squelette C.5 est situé au nord, tangentiellement au squelette C.6, dont le thorax repose sur le crâne de la sépulture C. 11 (fig. 78).
- Le squelette C.5 se présente en decubitus dorsal, le crâne à l’ouest et les pieds à l’est. L’avant-bras droit est ramené sur le flanc gauche, et la main gauche repose en avant sur l’abdomen, tandis que le coude se situe à distance du corps. Les membres inférieurs sont écartés de 15 cm dans leur partie distale. La préservation des articulations, en particulier des pièces en situation instable (patella gauche, main droite en équilibre sur une partie du corps comportant un fort volume de parties molles, scapula droite de chant), implique un colmatage rapide du volume du corps. On notera un effet d’effondrement sur le coude droit puisque l’humérus offre un pendage distal de 7 cm. Il existe une tuile de chant contre la face latérale de l’humérus droit.
- Le squelette C.6 apparaît en procubitus, la tête à l’est et les pieds à l’ouest. On observe un pendage de 10 cm vers l’est. Le membre supérieur droit est en extension dans l’axe du corps et la main repose contre le sol par sa paume, alors que le gauche est ramené en avant sous la poitrine. Les os des mains se sont effondrés au niveau du squelette C.11 sous-jacent dont il est séparé par 5 cm de terre. On remarquera l’aspect sinueux de la position du corps et l’angle formé par le membre inférieur gauche sur le genou. Le crâne est relevé et regarde vers le sud. Toutes les connexions sont maintenues, même sur des pièces qui se trouvent en déséquilibre, comme les scapula, le bassin et les cervicales. Ces dernières sont en effet en situation instable puisque la moitié gauche du corps est plus élevée que la droite du fait qu’il s’appuie, par l’humérus gauche, sur le sol. Ceci témoigne que le corps s’est décomposé en milieu colmaté.
- Le squelette C. 11 est en decubitus dorsal, le crâne à l’ouest et les pieds à l’est. Les avant-bras sont ramenés en amont sur la poitrine et la main droite se trouve en situation proximale par rapport à la gauche. Les membres inférieurs sont fléchis avec la jambe droite qui offre un angle de 175° sous la cuisse et le genou dirigé en dehors qui s’élève de 9 cm par rapport à la hanche. À gauche, la face postérieure du calcaneus se trouve à moins de un centimètre de la tête fémorale, ce qui indique que la flexion du membre inférieur gauche était encore plus importante qu’à droite. Les épaules sont anormalement rapprochées de l’axe médian et les clavicules sont fortement verticalisées, ce qui semble dû à la présence d’un trou de poteau (2442) qui s’est effondré, entraînant le crâne 10 cm plus profondément que les premières thoraciques et provoquant un pendage supérieur de 4 cm sur les scapulas. Néanmoins, les connexions sont bien maintenues. La mise à plat des volumes est engagée mais limitée, et les migrations enregistrées concernent les petits os de la main gauche à l’intérieur de l’hémi-thorax droit. Ces observations rendent compte d’un colmatage différé du volume du corps.
- Le squelette C.12 est étroitement lié au précédent, puisque son fémur gauche est situé sous le membre supérieur droit du squelette C.l 1, alors que ses métatarsiens et phalanges reposent sur le membre inférieur droit de ce dernier. La situation du membre supérieur droit sur le fond de la fosse, l’ouverture des côtes droites et l’obliquité exagérée des gauches, le décalage en hauteur de l’épaule et du coxal droits qui apparaissent par leur face antérieure, et enfin l’emplacement de l’humérus gauche en avant du rachis qui est en vue latérale gauche, indiquent incontestablement que le corps fut placé à l’origine sur le côté droit. Il est possible que le tassement du trou de poteau précité (2442) soit à l’origine du glissement en aval sur les côtes du membre supérieur gauche, de l’étirement du rachis dont l’angulation s’amorce sous la première thoracique, de la mise à plat de l’ilium gauche, des pendages et de la fracture du fémur. Mais la situation des os de la main droite montre que c’est le membre supérieur droit qui est remonté, mouvement que nous ne pouvons expliquer. Le maintien exceptionnel des pièces en situation instable indique que les remaniements se sont produits alors que le volume du corps était colmaté.
L’imbrication de ces deux squelettes est une preuve de la contemporanéité de leur dépôt. La situation du tarse de la sépulture C.12 est due à ce que les pieds sont situés plus haut que les genoux. La simultanéité est corroborée par le fait que des os relevant d’une même région anatomique ont migré en bloc sur les os de l’autre individu ; ainsi, un lot de phalanges du pied gauche de la sépulture. C.12 a glissé le long du fémur droit jusque sur le pubis de la sépulture C. l1, et deux phalanges de la main de ce dernier ont migré, par le biais de son coude droit, jusque sur la jambe gauche de la sépulture C. 12. Ces déplacements sont possibles, même en milieu colmaté, lorsque les espaces vides se créent par le pourrissement des chairs, qui s’est effectué ici à la même vitesse pour les deux sujets.

78- Le groupe C. 5 composé de quatre squelettes

78- Le groupe C. 5 composé de quatre squelettes

36Ces informations doivent être corrélées aux caractères spécifiques des modes de dépôt. La diversité des attitudes des corps, et l’originalité de certaines d’entre elles, deviennent une caractéristique de la série et donnent paradoxalement un caractère stéréotypé au mode d’inhumation.

Le recrutement de la zone funéraire

37Dans la mesure où l’ensemble funéraire est archéologiquement complet, il est possible de discuter les modalités sur lesquelles s’est effectué son recrutement.

38L’âge au décès des sujets immatures a été estimé à la fois par le degré de maturation et d’éruption dentaire suivant les schémas proposés par Ubelaker (Ubelaker 1978), et par la longueur des os longs (Sundick 1978). La grande fourchette de variation donnée par Ubelaker, nous a conduit à proposer plusieurs hypothèses, d’abord pour estimer la situation réelle de chaque sujet dans une classe d’âge (Castex 1994), puis pour évaluer la distribution la plus probable de l’ensemble de nos sujets dans toutes les classes d’âge d’une population (Sellier 1996). Le sexe des adultes et des grands adolescents a été déterminé à partir des critères morphologiques des os coxaux (Bruzek 1991).

39Parmi les 27 sujets de la série, 16 sont décédés entre 18 mois et 16 ans (crypte : 7, évêché : 9), 5 entre 17 et 21 ans (crypte : 2, évêché : 3), et les six derniers sont adultes (crypte : 3, évêché : 3). La taille de l’échantillon adulte ne permet pas de calculer sa structure par âge, mais l’un est décédé avant 25 ans.

40Les onze sujets sub-adultes et adultes (crypte : 5, évêché : 6) comprennent sept femmes et trois hommes, mais seulement un adulte sur six est masculin (le sexe d’un sub-adulte n’a pas pu être déterminé). Le taux de masculinité s’élève donc à 30 %, alors qu’il est de 50 % dans toute population. Il est incontestable que nous nous trouvons dans une zone dont le recrutement est spécialisé chez les sujets jeunes et féminins.

Pour ce qui concerne la représentation des différentes classes d’âge immatures, seuls 6 squelettes appartiennent sans ambiguïté à l’une des classes définies en démographie (0-1 ans. l-4ans, 5-9 ans...) tandis que l’âge dentaire et diaphysaire des autres les rattache à deux classes possibles (par exemple 11 ans ±30 mois place le sujet dans 5-9 ou dans 10-14 ans). (Castex 1994). La figure 79 montre les différentes possibilités (fig. 79). C’est pourquoi nous avons cherché à appliquer le principe de minimalisation des anomalies de classement démographique (Sellier et al. 1995, Sellier 1996). Nous ne présenterons ici que trois combinaisons (fig. 80) compte tenu du trop grand nombre de probabilités offertes par notre série (2+118). La première privilégie les classes jeunes, la deuxième les classes les plus âgées, et la troisième isole l’hypothèse la plus vraisemblable par comparaison avec des schémas de mortalité types des populations archaïques (pour une espérance de vie à la naissance située entre 20 et 40 ans, Ledermann 1989). (fig. 81).

79 - Minimalisation des anomalies de distribution démographique

79 - Minimalisation des anomalies de distribution démographique

80- Courbe démographique suivant les trois combinaisons possible

80- Courbe démographique suivant les trois combinaisons possible

81- Comparaison des quotients de mortalité des trois combinaisons présentées avec ceux de deux populations à schéma de mortalité archaïque

81- Comparaison des quotients de mortalité des trois combinaisons présentées avec ceux de deux populations à schéma de mortalité archaïque

41Les résultats obtenus montrent que non seulement les sujets sont majoritairement très jeunes (82 % sont décédés avant 21 ans), mais que de plus, la mortalité n’est pas naturelle.

En effet, l’examen des quotients de mortalité obtenus (fig. 81) comparés à ceux de deux populations de référence dont e°() est de 25 et 30 ans, met en évidence l’absence totale de sujets décédés avant 1 an (1Q0 = 0), une surmortalité dans la classe des 5-9 ans et une forte représentation des décès à l’adolescence, pratiquement quelle que soit la combinaison retenue. Dans la première, les rapport D (5-9)/D(10-14) est égal à 3 ce qui indique une surreprésentation des décès entre 5 et 9 ans, tandis que dans la deuxième il est de 1,17 traduisant une importante mortalité entre 10 et 14 ans (5Q10 = 428,5‰). La combinaison théorique retenue de manière à ce que D (5-9)/D(10-14) soit proche de 2 (CB3 fig. 8 et 9), offre toujours une sous-représentation des décès avant 4 ans (4Q1 = 181‰ et 5Q0 : 81,9‰) et une surreprésentation entre 5 et 9 ans (5Q5 = 444‰), les quotients des classes suivantes restant également anormalement élevés, puisque 5Q10 = 348‰ et 5Q15 = 496‰‰.

42Ces résultats sont très différents de ce que l’on connaît des schémas de mortalité d’une population archaïque, où la majorité des décès se situe avant 4 ans (avec 1Q0 et 4Q1 supérieurs à 200‰) et où la minorité des décès est dans la classe 10-14 ans et va en décroissant vers les classes d’âges plus élevées jusqu’à 21 ans (Masset 1975). Dans notre série, nous obtenons au contraire 10Q5 = 665‰. Ceci indique que notre population présente réellement un biais, qui n’est pas dû aux méthodes de détermination de l’âge au décès, puisque les anomalies sont irréductibles même en prenant la combinaison la plus nuancée (où D(5-9)/D(10-14) = 2).

Interprétation et discussion

43Les particularités mises en évidence par les données archéo-anthropologiques (succession rapide des dépôts dont certains sont simultanés, attitudes du corps diverses et inhabituelles) et la structure démographique des sujets immatures, nous conduisent à envisager un phénomène de mortalité soudaine à l’origine de la constitution de cet ensemble.

44Il n’existe aucun indice sur les os permettant de parler d’un massacre. En revanche, plusieurs caractéristiques laissent envisager une mortalité par épidémie.

  • La stratigraphie traduit l’apport d’un remblai au moins entre deux ensembles (2416 qui sépare Cl0/5/6/11/12 de C1/2/3/4) tandis que, dans le premier ensemble, l’analyse archéo-anthropologique a montré que les dépôts furent simultanés ou se sont succédé rapidement, chaque ensemble comporte des monnaies du IVe s., comme le remblai qui les sépare. Dans le cas d’un massacre, on supposerait que l’ensemble des dépôts a été fait en une seule fois, ne nécessitant pas l’apport de remblais intermédiaires. Les apports successifs et ponctuels de terre, les positions très variées et inhabituelles des corps, leur enveloppement probable avant le dépôt ont en revanche déjà été rencontrés dans des ensembles épidémiques (Villemeur 1994 ; Dutour et al. 1994). Henderson cite un chroniqueur contemporain de la peste en 1348: Marchione di Coppo Stefani

« layers others were placed on top of them (the bodies) and then another layer of earth just as one makes lasagne with layers of pasta and cheese » (Henderson 1992 p. 145).

45Les positions étranges sont généralement attribuées au caractère d’urgence (Villemeur 1994, p. 11). La présence de nombreuses sépultures individuelles n’est apparemment pas surprenante en période d’épidémie, tant que la population parvient à dominer la gestion des cadavres (par exemple dans le charnier de peste aux Fédons à Lambesc, TGV Méditerranée, les sépultures multiples sont rares) (Castex 1996).

  • Les récentes fouilles d’ensembles de catastrophes dont le contexte épidémique est connu pour certains (Castex 1994 et 1996 ; Villemeur 1994 ; Signoli 1996), et les travaux effectués à partir des registres paroissiaux (Signoli 1996 ; Lucchetti 1996 ; Mafart 1996), mettent en évidence, pour certaines épidémies, des anomalies démographiques spécifiques récemment analysées en paléodémographie (Castex 1996). On aurait une surreprésentation des classes 5-9 et 10-14 ans, une absence de la classe 0-1 an, soit une inversion totale par rapport à une courbe archaïque « normale », ce qui a permis à D. Castex de comparer la courbe des décès d’une telle série à une courbe de survivants. Or, il se trouve que nous avons les mêmes anomalies sur cet ensemble.

46Bien entendu, dans la mesure où nous avons « l’image des survivants » nous ne pouvons envisager qu’une épidémie non sélective, où toutes les classes d’âge de la population vivante sont touchées. Si nous retenons cette hypothèse, nous devrons alors écarter des épidémies comme la rougeole (qui tue surtout les enfants entre 0-4 ans : effectif au risque avant 5 ans = 313‰, Pison 1996).

47Le taux élevé de femmes jeunes est un peu étonnant, bien que ce phénomène ait été également mis en évidence dans les charniers de peste (Castex 1996). Toutefois, il semblerait qu’en cas d’épidémie, ce soit surtout les hommes qui sont touchés, comme en témoignent plusieurs études réalisées à partir d’archives diverses (Guilleré 1995, p. 139). Si des raisons biologiques ne peuvent ainsi pas être avancées pour l’instant, il est possible d’envisager des raisons culturelles (jeunes femmes s’occupant des enfants ?).

48Enfin, le faible nombre d’adultes fait que cet ensemble témoigne d’un recrutement spécialisé, et cela indépendamment de la cause qui est à l’origine de sa constitution.

49La distribution spatiale des individus suivant l’âge et le sexe est atypique. On remarquera toutefois que les cas de dépôts simultanés C. 7 et 8, C. 11 et 12, ou proches dans le temps comme C. 11, 12, 5, 6, et E. 9 et 10, concernent des sujets jeunes ou immatures.

50La datation de cet ensemble nous pose un problème (Blaizot 1998). Le mobilier résiduel des couches recoupées par les sépultures (IIIe-IVe s.) et la présence de monnaies datées du IVe s. (crypte : 8/10/5/4), constituent un bon terminus post quem dans le secteur ouest. L’homogénéité du numéraire pourrait indiquer que nous sommes près du IVe s. Du côté est, aucune monnaie n’a été retrouvée, mais les couches entamées par les fosses contiennent de la céramique D.S.P. Toujours à l’est, les deux coffres et la bâtière de tegulae nous semblent bien représentatifs de l’Antiquité tardive.

51On notera, pour une période chronologique proche (fin IVe s.), un exemple très similaire au nôtre, à Poitiers. Il s’agit d’un ensemble de quarante sépultures situé au nord-ouest du baptistère Saint-Jean de Poitiers (Le Masne de Chermont 1987), dont l’étude a mis en évidence les mêmes caractéristiques taphonomiques et démographiques (présence de sépultures multiples, dépôts en pleine terre, attitudes diverses et inhabituelles pour certaines ; 19 % des enfants ont moins de 5 ans, tandis que 43 % ont entre 10 et 14 ans et 28 % entre 15 et 19 ans) (Alduc-le-Bagousse et Sansilbano-Collilieux 1991, p. 90).

52Quatre sépultures ont fait l’objet d’une datation par les méthodes classiques du radiocarbone (Laboratoire de Thonon-les-Bains), deux provenant du secteur ouest (crypte), deux du secteur est (évêché). Dans le premier groupe, les datations obtenues varient entre le IIIe s. et la première moitié du VIe s. (Sp. C. 10 = 218-392, Sp. C. 1 = 393-535), tandis que dans le deuxième, elles oscillent entre la fin du VIIe s. et la moitié du IXe s. (Sp. E. 10 = 635-725, Sp. E. 5 (numérotation de fouille 1992) = 751-880).

53Nous avons donc une contradiction notoire entre l’interprétation que nous avons effectuée des données archéo-anthropologiques et biologiques, et les résultats fournis par l’analyse radiocarbone. Comme nous l’avons vu ci-dessus, ce qui frappe est la similitude de toutes les sépultures, tandis que la datation absolue distingue deux groupes chronologiques. Nous nous trouverions alors face à un phénomène très surprenant ; dans l’Antiquité tardive, on serait venu inhumer sur un court laps de temps, une série d’individus dans un lieu inhabituel pour la période, aucun cimetière tardo-antique n’étant connu dans ce secteur. Puis, au Haut Moyen Âge, il se serait produit exactement le même fait. Dans les deux cas, on observe les mêmes particularités du recrutement, des positions aberrantes des corps, le même mode d’inhumation (qui ne relève ni de la culture l’Antiquité, à l’exception des coffres et de la bâtière de tegulae, ni de tradition proto médiévale), et une orientation commune des fosses.

54Aussi extraordinaire que nous paraisse cette conclusion, nous ne pouvons pas écarter les données du radiocarbone, qui doivent être considérées comme un argument de l’interprétation de même valeur que celles de la stratigraphie et de l’anthropologie. Nous retiendrons alors les deux hypothèses suivantes :

  • soit il s’agit de deux épisodes de même nature séparés dans le temps, où les deux populations ont réagi exactement de la même manière ;

    • 56 Je tiens à remercier H. Duday et D. Castex (UA 376 CNRS), d’avoir bien voulu relire ce manuscrit.

    soit le problème relève de la mesure physique qui a été effectuée, mais nous ne sommes pas à même d’en définir les termes56.

55F. B.

Quelles traditions funéraires ?

  • 57 Les tombeaux signalés par J.-J.-A. Pilot (Pilot 1854), au sortir de la porte Traîne (Jovia ou Romai (...)

56Indépendamment de l’irritante question de sa datation et de la durée de son utilisation, c’est l’existence même de cet espace funéraire ou plutôt son emplacement qui sollicitent la réflexion. Comme il est peu douteux que certaines des sépultures, au moins, appartiennent à la période IVe-VIe s., on est donc en présence des plus anciens exemples connus et clairement identifiés d’inhumations de ce côté de l’Isère57. En effet, des observations anciennes comme aussi les fouilles récentes du site de Saint-Laurent (Colardelle 1987 et 1996), ont démontré l’utilisation, semble-t-il exclusive, de la rive droite pour l’inhumation et la vénération des défunts dans l’Antiquité et aux premiers temps du christianisme. Quelles que soient les causes de la mortalité, apparemment très sélective (femmes et enfants), cette irruption des morts à proximité immédiate de l’espace des vivants, qui fait contraste avec ce que l’on connaît des usages de l’époque, invite pour le moins à s’interroger. Qu’il s’agisse de sépultures chrétiennes, en dépit de la persistance, pour certaines du dépôt d’une pièce de monnaie, paraît hautement probable. Du coup, leur présence, sans doute encore hors les murs de la ville, conformément aux pratiques de l’Antiquité, mais si proche cependant des édifices cathédraux, peut être interprétée comme illustrant une étape intermédiaire entre les temps antiques et ceux où s’instaure l’usage spécifiquement chrétien d’inhumation aux abords du sanctuaire. Cette observation prend tout son poids au regard du fait que les sépultures les plus anciennes du cimetière paroissial établi intramuros, en avant de l’église Saint-Hugues et de la cathédrale (cf. infra, chap. 9) ne sont pas antérieures à une période comprise entre les Xe et XIe s.

Les aménagements entre rempart et fossé

  • 58 La marche basse n’a pas été récupérée : elle a simplement été recouverte par les remblais hétérogèn (...)

57Une fois les dernières sépultures masquées par un apport de terre, un nouveau sol de graviers qui a plusieurs fois été réparé (recharges de tuiles) a été établi entre le rempart et le fossé. Il est constitué de deux couches distinctes : on a d’abord déposé un cailloutis de 5 à 15 cm, puis un gravier plus fin a été employé pour constituer la surface. Un pendage marqué vers le nord (de 209,56 à 209,32 m NGF), en direction du fossé, a été observé. À l’issue de ces travaux, le sol se trouve désormais de plain-pied avec la plus haute des marches de la poterne58.

58Dans cette zone, le lit de pose du sol a livré un abondant mobilier — sauf pour les monnaies une seule monnaie datée de 318-320 (cf. annexe, n° 101) — sous la forme d’un peson de plomb, d’une meule dormante et de très nombreuses formes céramiques. On remarque entre autres des gobelets à revêtement argileux, de la céramique tardive luisante (Lamboglia 1/3, 45) et de la céramique dite D.S.P. (Rigoir 1) dont on place volontiers la production dans le courant du Ve s. Une quinzaine de monnaies datées de la première moitié du IVe s. ont été retrouvées à proximité de la courtine.

59Le sol proprement dit a, quant à lui, livré deux monnaies (n° 140 et 159), frappées durant les années 360-363, associées à de la céramique à revêtement argileux de la vallée du Rhône, des fragments de céramique paléochrétienne grise (Rigoir 1 ?), ainsi qu’un fragment de lampe tournée. Le lot est attribué au IVe ou au Ve s.

60Dans l’état actuel des recherches, on datera donc la mise en place de ce deuxième sol de graviers du Ve s., peut-être des premières années si l’on considère la possibilité que les monnaies aient pu circuler quelque temps et que la D.S.R peut être plus précoce que ce qui a été envisagé de prime abord.

61Un nouveau sol, présentant les mêmes caractéristiques que le précédent, a été construit après un apport de remblai qui a conduit à un exhaussement pouvant atteindre une vingtaine de centimètres.

62On trouve, en couches successives, un limon argileux vert d’origine alluviale, puis un niveau de préparation composé d’un mortier blanc dans lequel sont inclus des blocs calcaires et des graviers. Un remblai d’argile jaunâtre, enfin, porte le sol de graviers damés. Le pendage en direction du fossé constaté pour le sol précédent, est encore perceptible.

  • 59 cf. annexe, n° 16, 78 et 136.

63L’ensemble du mobilier — de la céramique associée à trois monnaies59 — est manifestement résiduel et ne permet pas de dater la réfection du sol.

64Au-dessus — ou peu s’en faut — de l’emplacement occupé par le mur M36 avant sa destruction, a été construit un nouvel aménagement. Le dispositif se caractérise par une série de 4 poteaux de fort diamètre plantés tous les 1,70 m environ, dans l’intervalle compris entre la porte Viennoise et la première tour de flanquement, parallèlement à la courtine.

65Le poteau situé le plus à l’ouest a été implanté dans l’alignement du piédroit oriental de la poterne. Les trous de poteaux coupent le sol de graviers, mais si le dispositif a été manifestement construit dans un second temps, il n’en a pas moins été prévu pour être utilisé avec ce niveau. Les avant-trous d’un diamètre de 80 à 85 cm environ ont d’abord été creusés pour recevoir des poteaux de section quadrangulaire variable (de 20 X 30 à 34 X 38 cm, pour une profondeur pouvant atteindre 95 cm), qui ont été calés à l’aide de blocs calcaires et de gros galets. Ces remblaiements ont livré un matériel céramique uniquement résiduel.

66Les poteaux délimitaient un espace parallèle au rempart d’une largeur approchant 3,30 m pour une longueur observée de 7,75 m. Un passage de l’ordre de 4 m subsiste ainsi entre leur alignement et la plus ancienne escarpe du fossé.

67Comme pour le mur M36 (fig. 82), il est difficile d’interpréter cet ensemble probablement incomplet. Peut-être s’agit-il d’un bâtiment appuyé contre le rempart, mais on pourrait voir aussi dans les trous de poteaux les témoins d’une palissade à vocation défensive.

Les vestiges antérieurs à l’église médiévale Notre-Dame

68À l’emplacement de l’actuelle cathédrale Notre-Dame, deux séries d’observations ont pu être conduites. La plus ancienne, en 1981, résulte d’une opération de nettoyage des excavations réalisée sans méthode par un groupe d’amateurs en 1967 dans le sous-sol de la galerie orientale, seule conservée, du cloître canonial situé au sud de la cathédrale. À l’extrémité nord de cette galerie avaient été dégagés un court tronçon d’abside et une partie de son chaînage d’entrée (fig. 82 M37). On ne connaît aucune relation écrite, aucun relevé des dégagements de 1967, de sorte que ce vestige, hors de tout contexte stratigraphique, ne peut être valablement daté. On a cru possible d’y voir l’absidiole d’un hypothétique bras de transept de l’édifice du XIIe s. dont certaines parties sont encore en élévation. Cependant, la profondeur à laquelle apparaissent les vestiges, la faible épaisseur du mur (0,60 m), le type de construction font admettre comme plus vraisemblable que cette abside ait appartenu à un édifice nettement antérieur à la reconstruction des églises Saint-Vincent et Notre-Dame au XIIe s.

69La seconde série d’observations, en 1992, s’est faite à la faveur de travaux de reprise en sous-œuvre des fondations du clocher-porche qui ont entraîné l’ouverture fortuite d’une voûte, livrant accès à trois caveaux funéraires aménagés sous le collatéral sud. L’installation de ces trois caveaux placés en enfilade dans l’axe du bas-côté, l’un de la fin du Moyen Âge ou du début du XVIe s., les deux autres du siècle dernier, a provoqué le déchaussement des fondations des piles de la nef centrale (XIIIe s.) et de celles (XVe s.) du second bas-côté. Ces fondations, coulées selon un usage fréquent en tranchées étroites, ont agrégé sur leurs parois les matériaux du terrain qu’elles traversaient, fournissant ainsi une stratigraphie fossilisée. Contre l’une des fondations du XIIIe s., s’observaient les vestiges d’un pilier de section carrée (M38), en gros appareil de calcaire assemblé à joints épais (fig. 82, 83). Ce pilier ne peut appartenir qu’à une église plus ancienne et qui, compte tenu de l’altitude restituable du sol et des caractères de l’appareillage, doit être rapportée à une période très antérieure au XIIe s.

70Cette église, de plan basilical, dont l’église actuelle reprend les grands axes, n’est pas le plus ancien bâtiment élevé à cet emplacement. En d’autres points des caveaux et à un niveau plus bas, se lisaient en coupe plusieurs strates superposées de sols construits en mortier de tuileau. De tels sols, on s’en souvient, caractérisent les bâtiments des IVe et Ve s., fouillés sous la place Notre-Dame et sont peut-être l’indice de constructions de la même période à l’emplacement de l’actuelle cathédrale.

Les vestiges antérieurs à l’actuelle église Saint-Hugues

71Quant à l’église Saint-Vincent (aujourd’hui Saint-Hugues), un sondage limité, en 1990, a permis d’en reconnaître le sous-sol. Ce sondage a révélé notamment que la façade du XIIIe s. se superpose aux fondations de celle de l’édifice roman du XIIe s. qui elles-mêmes s’appuient sur le mur ouest (M39) d’un bâtiment longtemps utilisé, à l’intérieur duquel pas moins de six sols superposés ont été observés, dont le plus ancien est fait de ce mortier de tuileau caractéristique, déjà rencontré sous la cathédrale, que, bien entendu, nous nous sommes abstenu de traverser. Contre le mur au parement très régulier de petit appareil, ce sol de mortier, encore très dur, remonte en formant bourrelet, ou plutôt plinthe (Pl. 6 coupe 9). Ce procédé, bien connu pour l’époque antique, appliqué à des constructions requérant une parfaite étanchéité, telles que bassins ou citernes, est plus surprenant dans un contexte présumé religieux de l’Antiquité tardive.

72Les vestiges mis au jour sous l’église Saint-Hugues sont situés quelque 35 cm au-dessus du niveau auquel ont été retrouvés les sols de l’atrium (cf. supra). Cette différence de niveau ne traduit pas, à notre avis, un décalage chronologique. Le sol de mortier rose découvert sous Saint-Hugues remonte très probablement aux premiers temps chrétiens et l’anomalie hypsométrique, due sans doute à des aménagements plus anciens encore, se retrouvera à toutes les époques : le sol de l’église Saint-Hugues, surélevé d’environ 30 cm par rapport à celui de la cathédrale au XIIIe s., l’est aujourd’hui encore de plus de 60.

73Ce qui apparaît de plus significatif et de plus frappant dans le sondage réalisé sous le sol de Saint-Hugues, c’est la stricte superposition des bâtiments depuis l’Antiquité tardive jusqu’au milieu du Moyen Âge. Mais il serait tout à fait abusif cependant d’affirmer sans plus de précaution que le plus ancien est à coup sûr une église.

Esquisse de restitution

74En somme, la situation observée à Grenoble — deux églises élevées au Moyen Âge côte à côte — est en tout point semblable à celle d’Aix-en-Provence et la question qu’elle pose est de savoir dans quelle mesure la réalité médiévale rend compte de dispositions d’origine. À Grenoble, les deux vocables Saint-Vincent et Notre-Dame seraient un indice des plus sûrs de cette organisation double des sanctuaires, mais leur plus ancienne mention ne permet pas de remonter au-delà de l’année 902 (Marion 1869, n° XA).

75Si l’on rapproche, cependant, les quelques données éparses recueillies sous les églises de celles, plus substantielles et cohérentes, apportées par les fouilles de la place Notre-Dame, quelques unes des grandes lignes de l’organisation du groupe épiscopal paraissent se dégager. Observons tout d’abord que le baptistère, qui est à coup sûr un élément essentiel du programme architectural antique, est dans l’axe des deux églises médiévales.

76Quelques indices, certains ténus il est vrai, conduisent à proposer de restituer le tracé du portique nord de l’atrium jusqu’au niveau de la façade actuelle de l’église Saint-Hugues, dont on a vu qu’elle reprend l’alignement d’une façade de bâtiment probablement paléochrétien, tandis que d’autres témoins archéologiques invitent à prolonger la galerie ouest au sud du baptistère d’une longueur égale à celle de la portion nord. Ainsi se dessinent les contours d’une vaste cour bordée de portiques en avant de la cathédrale. Or. si l’on restitue une galerie orientale de même largeur que celle de l’ouest, la façade de la cathédrale romane se superpose strictement au portique de cette galerie présumée, qui s’aligne lui-même sur l’arête ouest de l’épaulement de la tour du rempart. Il serait surprenant qu’il ne s’agisse là que de coïncidences. La tentation dès lors est forte d’invoquer les vestiges découverts sous Saint-Hugues et la cathédrale Notre-Dame pour proposer la restitution schématique de deux églises primitives juxtaposées : à celle du sud appartiendrait l’abside retrouvée sous l’aile du cloître.

77Bien sûr, cette esquisse de restitution (fig. 82) ne vaut que comme fragile hypothèse de travail. Elle n’a d’autre intérêt que de fournir une problématique à l’usage des archéologues qui fouilleront peut-être un jour l’ensemble des édifices du groupe épiscopal de Grenoble.

Anmerkungen

49 Cf. : introduction ; le processus de christianisation

50 Une chaufferie à l’est et des latrines publiques à l’ouest du mur de façade.

51 cf. annexe, 131, 135, 139.

52 Cette situation pour le moins étonnante pourrait s’expliquer par la largeur des fondations modernes (plus de 1,50 m) susceptibles de masquer une limite plus ancienne (cf. infra).

53 De ces deux ensembles (sépultures Cl, C2, C3, C4 et C5, C6, C10, C11, C12) sont exclues les tombes C7, C8 et C9 situées hors de tout contexte stratigraphique et dépourvues de mobilier.

54 cf. annexe. n° 35, 57, 116, 127, 137.

55 Si la relation en chronologie relative des sépultures C5, C6, Cl1 et C12 se révélait inexacte, la position stratigraphique de la sépulture C10, témoignerait à elle seule d’une première phase d’inhumation.

56 Je tiens à remercier H. Duday et D. Castex (UA 376 CNRS), d’avoir bien voulu relire ce manuscrit.

57 Les tombeaux signalés par J.-J.-A. Pilot (Pilot 1854), au sortir de la porte Traîne (Jovia ou Romaine), n’ont fait l’objet d’aucune description. Dans ce secteur de la ville, habité aux Ier et Ile s., ces tombes sont forcément postérieures à la construction de l’enceinte mais, surtout, peuvent tout aussi bien être en relation avec l’église Saint-Pierre et le couvent des Dominicains qui se sont succédé à cet endroit au cours du Moyen Âge (Montjoye 1990b, p. 25).

58 La marche basse n’a pas été récupérée : elle a simplement été recouverte par les remblais hétérogènes qui portent le sol.

59 cf. annexe, n° 16, 78 et 136.

Abbildungsverzeichnis

Titel 74 - Sépulture C. 10
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1211/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 524k
Titel 75 - Sépulture E. 8
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1211/img-2.jpg
Datei image/jpeg, 144k
Titel 76 - Sépultures C.7 et C.8
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1211/img-3.jpg
Datei image/jpeg, 236k
Titel 77 - Répartition spatiale des sépultures suivant l’attitude des corps
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1211/img-4.jpg
Datei image/jpeg, 100k
Titel 78- Le groupe C. 5 composé de quatre squelettes
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1211/img-5.jpg
Datei image/jpeg, 260k
Titel 79 - Minimalisation des anomalies de distribution démographique
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1211/img-6.jpg
Datei image/jpeg, 44k
Titel 80- Courbe démographique suivant les trois combinaisons possible
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1211/img-7.jpg
Datei image/jpeg, 40k
Titel 81- Comparaison des quotients de mortalité des trois combinaisons présentées avec ceux de deux populations à schéma de mortalité archaïque
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1211/img-8.jpg
Datei image/jpeg, 44k
Titel 82 – Restitution
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1211/img-9.jpg
Datei image/jpeg, 392k
Titel 83 – Pilier M38
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1211/img-10.jpg
Datei image/jpeg, 174k

© Alpara, 1998

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Lesen

Open access