Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Autour du groupe épiscopal de Grenoble

 | 
François Baucheron
, 
Franck Gabayet
, 
Alain De Montjoye

Première partie. Les origines de Grenoble : de Cularo à la ville de l'Évêque

Chapitre 5. Les transformations du baptistère

François Baucheron et Franck Gabayet

Texte intégral

1Ce que l’on perçoit de l’organisation générale du groupe épiscopal est caractérisé par une évidente stabilité jusqu’au début du Moyen Âge. À l’intérieur de ce cadre architectural, on observe des campagnes de travaux répétées conduisant à des modifications qui, dans la zone étudiée, apparaissent essentiellement concentrées sur le baptistère et la cuve. Ces interventions traduisent à la fois un souci permanent d’accroître la qualité de l’édifice — d’un simple rectangle, on passe ainsi à un édifice orienté pour aboutir au baptistère tétraconque — et d’adapter son architecture aux évolutions de la liturgie, comme en témoigne l’attention constante portée à la cuve.

2Les chronologies relatives des travaux de réfection affectant respectivement la piscine baptismale et le baptistère ont pu être correctement établies. Il est en revanche difficile, à quelques exceptions près, de lier les évolutions de la cuve à celles de l’enveloppe qui l’abrite. On distinguera pour cette raison les états du baptistère des phases spécifiques de la cuve. Une autre difficulté rencontrée dans l’analyse de ces transformations multiples est la disparition du mobilier archéologique, qui interdit toute tentative de datation autrement que par comparaison de formes architecturales.

Le baptistère orienté (état 2)

  • 32 La largeur de la galerie est soumise à l’existence présumée d’un contrefort, dont toutes les dimens (...)

3Le rectangle du baptistère a d’abord été augmenté, à l’est, d’une abside dont le volume est pris sur le portique, qui se trouve dès lors considérablement réduit, sinon interrompu32 (fig. 56).

4Vue en plan, l’abside très légèrement outrepassée (diam. 3,64 m ; prof. 1,90 m) s’inscrit dans un massif de maçonnerie rectangulaire long de 5 m et large de 1,70 à 1,80 m (fig. 47 M29). L’arase du mur montre une homogénéité dans la réalisation des deux parements et du blocage : il est donc assuré que le dispositif a été conçu dès l’origine, à la différence, par exemple, des baptistères de Lyon ou de Genève pourvus d’une première abside semi-circulaire à l’intérieur comme à l’extérieur.

47- Le baptistère orienté (état 2)

47- Le baptistère orienté (état 2)
  • 33 La fosse a entamé les niveaux antiques, ce que confirme la présence de la céramique résiduelle. Dan (...)

5Lors du creusement de la fosse destinée à l’installation du massif, le mur oriental du premier baptistère a été entièrement démonté dans sa partie médiane. Le comblement de cette fosse après l’édification de l’abside fut effectué à l’aide d’un fort remblai qui comportait une proportion importante de matériaux de démolition33.

6La maçonnerie de l’abside (fondation et élévation) est conservée sur une hauteur de 1,60 m. La fondation a été bâtie à l’aide de moellons grossièrement taillés, dont on ignore s’ils reposaient sur une trame de pilotis. Un peu au-dessus du niveau du sol fini, le soubassement se termine par un rang discontinu de briques et de tuiles (fig. 48). Comme la fondation, l’élévation est irrégulièrement assisée, mais elle utilise paradoxalement un module de blocs de plus grandes dimensions. L’irrégularité de la surface du mur indique qu’il a été conçu pour porter dès l’origine un revêtement, ce que corroborent la présence de trois enduits successifs à l’intérieur et les traces ténues d’un mortier de chaux blanc, qui correspondent à un enduit ou à une couche de préparation au revers de l’abside.

48 - Elévation externe de l’abside orientale

48 - Elévation externe de l’abside orientale

7À l’extérieur du baptistère, une maçonnerie située sous un contrefort tardif, dans le prolongement de la joue sud de l’abside, a été observée sur une longueur d’à peine 40 cm. Ce mur, large de 65 cm, pourrait correspondre à un premier contrefort, comparable à ceux observés dans l’état tétraconque du baptistère (cf. infra).

Les décors

  • 34 Sur la base d’un unique fragment, on ne saurait apprécier si le baptistère rectangulaire était pour (...)

8Les placages de pierres qui ornaient l’intérieur du baptistère rectangulaire ont été conservés et étendus lors de l’agrandissement de l’édifice. La première phase d’ornementation de l’abside, qui est aussi la mieux conservée, est constituée d’éléments de placage — calcaire poli blanc et schiste noir — fixés par une épaisse couche de mortier de tuileau (10 cm). À la différence des premiers décors, les nouveaux placages montrent sans ambiguïté une alternance des couleurs34. Le mur d’épaulement est quant à lui rehaussé de marbres gris que l’on ne peut toutefois associer avec certitude à cette phase du décor plutôt qu’à un traitement particulier du mur orienta] de l’édifice primitif.

9Dans un second temps, le baptistère orienté a fait l’objet d’une réfection générale de ses décors. Les placages ont été démontés sauf, peut-être, au pied des murs où ponctuellement on en retrouve les vestiges sur une hauteur maximale d’environ 10 cm. Le nouveau décor se traduit par la pose d’un enduit de tuileau assez grossier, dont seule la couche d’accrochage est conservée. Les traces de cet enduit ont été observées sur le mur nord et dans l’abside où il est disposé sur l’enduit précédent et son placage. Ne connaissant pour cette époque, ni la nature, ni la cote du sol dans l’abside, nous ne pouvons juger si l’ancien décor a été conservé à dessein sur quelques centimètres pour servir de plinthe ou si au contraire il était masqué par le sol.

10Des incertitudes pèsent également sur la nature des décors qui ornaient les parties hautes des murs et du cul-de-four de l’abside. Sans que l’on puisse en établir la preuve, il est possible que le placage qui ornait l’abside ait été remplacé par une mosaïque, dont un grand nombre de tesselles a été retrouvé par la fouille.

11Sur les quelque 630 tesselles réparties dans le baptistère et ses abords, une forte concentration a en effet été mise au jour dans l’abside orientale (160 éléments). Bien que la majorité des cubes aient été retrouvés épars, on distingue des fragments de mortiers de support comportant encore des tesselles ou des négatifs d’insertion ; ces restes se limitent à quelques centimètres carrés et l’on ne peut espérer en déduire les motifs représentés par la mosaïque.

12Plusieurs types de tesselles ont été identifiés : les cubes les plus fréquents, de faible module (1,2 X 0,6 X 0,6 cm), sont produits à partir de verre coloré où l’on observe une prédominance des bleus de différentes nuances. On discerne également des éléments rouges, jaunes, verts, bruns ou simplement translucides. Moins nombreuses sont les tesselles faites de simples dés de calcaire blanc dont le module, légèrement supérieur à celui des précédentes, est approximativement de 1,2 X 1,2 X 1 cm.

13La découverte la plus intéressante consiste en une centaine de tesselles de verre à feuille d’or. Une fine pellicule d’or est prise entre la base de la tesselle (6 à 8 mm d’épaisseur) et une seconde couche de verre de protection d’à peine 1 mm, qu’isole le cube du mortier. Comme souvent dans ce type d’assemblage, l’adhérence entre les trois parties de la tesselle est médiocre et la couche protectrice tend à disparaître.

14On doit encore signaler plusieurs dizaines d’éléments dont le module encore plus important adopte également des formes plus variées : rectangles, trapèzes ou triangles. En pâte de verre ou en terre cuite rouge (3,3 X 3,5 X 4,7 cm), ces éléments, s’ils ont appartenu au même décor, devaient être destinés à encadrer la mosaïque ou à constituer un fond à la composition.

15Au regard du nombre de tesselles nécessaires pour orner, ne serait-ce que la voûte de l’abside orientale, relativement peu de cubes ont été recueillis, ce qui tendrait à suggérer une récupération de la mosaïque plutôt que sa détérioration lente.

Les traces d’un mobilier liturgique

16L’absence de sol rend difficile la lecture des rares éléments de mobilier liturgique repérés à l’intérieur ou à proximité de l’abside.

17Légèrement en avant de celle-ci, deux négatifs de poteaux carrés de 20 cm de côté environ, scellés au mortier, marquent l’emplacement d’une barrière qui isolait un espace sans doute réservé à l’évêque et à ses assistants (fig. 47 n° 1 et 49). En l’absence de tranchée entre les deux poteaux, on est tenté de restituer une clôture maçonnée à même le sol, comme dans la cathédrale sud de Genève, au Ve s. (Bonnet 1993, p. 29). On peut aussi envisager un dispositif plus léger tel qu’une simple barrière de bois maintenue par deux poteaux supplémentaires de part et d’autre de l’axe de l’abside pour ménager un passage au centre de l’hémicycle.

49 - Négatif de poteau de chancel

49 - Négatif de poteau de chancel

18Environ 40 cm à l’intérieur de l’abside et disposées en vis-à-vis, deux fosses sub-rectangulaires remplies d’un bourrage de mortier de chaux et de pierres signalent la fondation d’un aménagement appuyé contre la paroi (60 X 70 cm X 20 cm de profondeur). Lors de la fouille, il n’a pas été possible de déterminer si le dispositif était complet ou si un autre support pouvait exister à l’emplacement du canal d’évacuation de la cuve baptismale (cf. infra). Dans cette éventualité, il serait possible de restituer un aménagement épousant la forme du mur, à la manière d’un banc presbytéral, ou des colonnes adossées au mur de l’abside.

19Dans le prolongement des supports de bases de colonnes qui occupaient les angles nord-est et nord-ouest du baptistère, une étroite bande de mortier de tuileau, longue d’une trentaine de centimètres, a été dégagée. L’interprétation de cet aménagement ténu reste évidemment sujette à caution, mais dans l’hypothèse où les sols de l’abside auraient été de plain-pied avec le reste du baptistère, cette trace pourrait correspondre au négatif d’un dallage particulier ou d’une seconde clôture (fig. 47 n° 2). Il est toutefois possible que l’abside ait dominé l’espace central du monument de quelques centimètres, comme c’est le cas dans de nombreux baptistères, et en particulier celui de Grenoble dans l’état tétraconque. On pourrait alors voir dans ce mortier le négatif d’une marche d’accès à l’abside.

Modifications de la cuve baptismale (phase 2)

20La réalisation d’un caniveau, permettant d’évacuer l’eau vers l’est, est la première modification importante apportée à la cuve baptismale (fig. 47 n° 3 et 50). L’analyse stratigraphique montre clairement que le caniveau n’appartient pas à la même phase de construction que l’abside, mais qu’il lui est postérieur. On constate en effet que le canal a été installé depuis la surface du remblai qui comble la tranchée d’installation de l’abside et que le mur a de surcroît été repris en sous-œuvre pour permettre l’évacuation des eaux à l’extérieur du baptistère.

50 - Le canal d’évacuation est de la cuve baptismale (phase 2) réutilisé pour l’adduction, le tuyau en plomb appartient à la phase 3

50 - Le canal d’évacuation est de la cuve baptismale (phase 2) réutilisé pour l’adduction, le tuyau en plomb appartient à la phase 3

21À l’intérieur du baptistère, la canalisation, faite de mortier de tuileau et de tegulae, est implantée suivant l’axe du bâtiment. Le fond a été atteint sur toute sa longueur et le pendage vers l’est, de l’ordre de 2,5  %, prouve sans ambiguïté sa fonction d’évacuation, mais la bonde qui devait compléter le dispositif demeure inconnue en raison de reprises ultérieures. La largeur de l’ouvrage est déterminée par celle des tuiles (30 cm), sa profondeur variant entre 60 et 70 cm. L’étanchéité du dispositif est assurée par un revêtement de tuileau appliqué contre les parois et sur les rebords des tegulae.

22Dans l’emprise de la maçonnerie de la cuve, l’enduit des parois se prolonge nettement plus bas que le fond du canal, ménageant une cavité de plan rectangulaire dont la base n’a pu être atteinte en raison de l’exiguïté de la fouille.

23Deux hypothèses peuvent être avancées pour interpréter cet aménagement. On pourrait le considérer comme un conduit vertical raccordé à un puits perdu situé à l’aplomb de la jonction du canal et de la cuve. Dans cette éventualité, le caniveau n’aurait plus de raison d’être, sauf pour servir de trop-plein, ce qui paraît douteux au regard de ses proportions et de l’ampleur des travaux mis en œuvre lors de sa réalisation. On préférerait restituer, entre la cuve et le canal, un siphon logé dans l’épaisseur de la paroi afin d’obtenir une meilleure évacuation de l’eau.

24Dans l’épaisseur de la maçonnerie de l’abside et au-delà, le canal n’a pas été retrouvé. L’état de conservation de cette partie de l’édifice ne permettait pas, il est vrai, une reconnaissance poussée de la reprise en sous-œuvre. L’ouverture n’a pu être dégagée que sur environ 20 cm de profondeur depuis la face externe, sans que l’on ne repère ni tuile ni aucune autre sorte d’aménagement dans le mur. Plusieurs creusements ont perturbé le secteur et pourraient expliquer la disparition du canal d’évacuation à l’extérieur du baptistère.

25Parmi ces fosses, il en est une, ouverte contre le revers de l’abside, qui, par sa position et sa profondeur, peut être considérée comme le préalable à la réalisation de l’ouverture en sous-œuvre. Le comblement est fait de blocs calcaires altérés, sur lesquels on observe des traces brunes liées à des phénomènes d’oxydation, et l’on peut se demander si l’eau du baptême ne transitait pas simplement par cette fosse avant de s’infiltrer et de se perdre dans les graviers sous-jacents comme dans un puisard.

  • 35 Cette cote rend compte de la profondeur du bassin et non de la hauteur de l’eau (cf. supra, phase 1 (...)

26La question du fond de la piscine — cote et nature — n’est pas mieux résolue que dans la première phase de la cuve. Une certitude néanmoins : le sol ne pouvait être situé plus bas que le fond du caniveau, repéré aux environs de 209,72 m NGF. Cette cote correspond approximativement à l’altitude du sol présumé de la première phase et l’on peut dès lors envisager la possibilité qu’il ait continué de servir après l’adjonction du canal. La cuve conserverait la même profondeur35, de l’ordre de 75 cm, et l’évacuation de l’eau s’effectuerait alors par une bonde pratiquée au pied de la paroi, comme dans la dernière transformation de la cuve, ou au centre du bassin (fig. 51).

51 - La cuve baptismale, phase 2

51 - La cuve baptismale, phase 2

La cuve de marbre (phase 3)

La cuve

27Le pan sud de la cuve présente les restes d’une plaque de marbre blanc fixée sur l’enduit hérité de la phase 1 au moyen d’un mortier de tuileau. Cet unique fragment (long. = 20 cm, haut. = 7 cm, épaisseur = 2,7 cm) paraît indiquer une réfection du revêtement initial des parois au profit d’un matériau plus noble. Malgré l’ampleur de la récupération, il est vraisemblable d’envisager que ce traitement avait été appliqué à l’ensemble des parois et sans doute aussi au fond de la piscine qu’il n’a toutefois pas été possible d’observer directement.

28On notera cependant qu’à une altitude approximative de 209,80 m NGF, la prospection au radar révèle “une surface de contact très lisse” qui évoque un revêtement de marbre (Torrent 1993). Deux carottages conduits au centre et à la périphérie de la cuve n’ont cependant pas signalé la présence de ce matériau, y compris dans la zone où, d’après le radar, l’interface apparaissait le plus nettement. On trouve cependant, à quelques centimètres au-dessus de la cote attendue, un niveau de mortier qui pourrait correspondre au lit de pose du dallage ultérieurement récupéré. Si cette surface correspondait effectivement au nouveau fond, la profondeur du bassin serait réduite à quelque 65 cm. Dès lors, on ne peut guère envisager qu’une cinquantaine de centimètres de hauteur d’eau, si, du moins, on s’en tient à l’hypothèse initiale d’un remplissage affleurant le sommet du gradin (cf. supra, phase 1) (fig. 52).

52 - La cuve baptismale, phase 3

52 - La cuve baptismale, phase 3

L’installation d’un système d’adduction

29De toutes les modifications qui ont été apportées à la cuve baptismale, la mise en place d’une adduction sous conduite forcée constitue un apport majeur, en permettant désormais le baptême par l’eau vive (fig. 47 n° 4). Un tuyau de plomb, qui amenait l’eau depuis la cour, a été installé sur le fond de l’ancien conduit d’évacuation, dont quelques tuiles ont été brisées ou prélevées à cette occasion (fig. 50).

30L’exiguïté de l’ouvrage n’a pas facilité l’observation précise du mode de fabrication du tuyau qui, pour les parties accessibles, n’a pas révélé de marque d’atelier. Il semble néanmoins que la canalisation, d’un diamètre intérieur d’environ 6 cm, a été réalisée à partir d’une feuille de plomb de 2 à 3 cm d’épaisseur, arrondie sur un gabarit, puis refermée et pliée en formant une nervure. Trois sections raccordées par des manchons ont été identifiées : la seule à être complète présente une longueur de 1,60 m (fig. 53).

53 - Détail d’un des manchons du tuyau d’adduction

53 - Détail d’un des manchons du tuyau d’adduction

31À l’aide de pains d’argile, on a procédé ensuite au remblaiement du canal, tout en ménageant un vide de 20 à 30 cm sous la couverture de dalles d’ardoise. Il est probable que cette technique a été employée pour atténuer les coups de bélier susceptibles d’affecter la conduite forcée lors de l’ouverture des vannes, en maintenant le tuyau plaqué sur le fond.

  • 36 Il faut considérer ces cotes avec circonspection, l’arrachage ayant sans doute entraîné le déplacem (...)

32Bien que l’arrivée d’eau à l’intérieur du bassin ne soit plus visible, il a été possible grâce au radar d’en approcher l’emplacement, au centre de l’octogone. Le tuyau d’alimentation a en effet été suivi jusqu’à 20 cm du milieu de la cuve où il est restitué entre 209,73 et 209,70 m NGF36. Ce type d’installation a été identifié à Genève, Nevers, Port-Bail ou Barcelone, pour ne citer que ces exemples (Bonnet 1993, p. 42 ; Bonnet 1995, p. 38 ; Heitz 1987, p. 53-54 ; Picard 1989b, p. 1471).

33À l’extérieur de l’abside, la tranchée de récupération du tuyau, suivie sur plus de 9 m vers le sud, longeait le baptistère et son annexe. L’origine de l’alimentation est donc à rechercher au sud du groupe épiscopal, au-delà de la zone fouillée.

34La maçonnerie, interprétée comme un éventuel contrefort au revers de l’abside, entravait le passage du tuyau et a dû être démontée pour installer l’adduction. Un nouveau mur (M30) a ensuite été plaqué sur toute la largeur de l’abside. Sa fondation, profonde de 50 cm, peut atteindre 1 m de large, pour se réduire à 80 cm en élévation (Pl. 6, coupe 8).

35Le mur a peut-être eu pour objet de contrebuter l’abside fragilisée depuis l’ouverture en sousœuvre. On s’étonnera pourtant du peu de profondeur de sa fondation, compensée, il est vrai, à la fois par la longueur et la largeur de la maçonnerie.

36Après l’installation de l’adduction et du mur M30, on a procédé à une réfection grossière du sol de l’atrium autour de la nouvelle maçonnerie : on observe en effet une rupture de rythme dans le module et l’ordonnancement du pavement dont les dalles de calcaire, recoupées et désormais jointives, sont appuyées contre le mur M30 (fig. 47 n° 5). Quatre d’entre elles ont été préservées, les autres ayant disparu lors de la récupération du tuyau (fig. 54).

37Faute d’avoir pu démonter le fond de la cuve, nous ne sommes pas en mesure de préciser les rapports de chronologie relative entre le tuyau et le fond de la piscine.

54 - Réfection du dallage de l’atrium contre le contrefort (M30) de l’abside orientale

54 - Réfection du dallage de l’atrium contre le contrefort (M30) de l’abside orientale
  • 37 Cette troisième hypothèse induirait un hiatus dans l’usage de l’eau vive, ce qui paraît peu vraisem (...)

38Le tuyau pourrait en effet être contemporain de la construction du sol de marbre (phase 3), la canalisation étant simplement placée sur le fond de la cuve de la première phase et noyée dans le lit de pose du nouveau sol. Mais on peut également imaginer que l’installation de la conduite est postérieure au sol de marbre, dans l’épaisseur duquel elle aurait été intégrée après coup. Et l’on ne saurait exclure enfin que la pose du tuyau appartienne à un chantier plus tardif, engagé lors des transformations de la quatrième phase de la cuve. L’adduction sous conduite forcée serait alors contemporaine de l’établissement du dernier fond reconnu (cf. infra)37.

  • 38 Il est possible que cette évacuation s’effectue déjà par l’ouest de la piscine, comme cela est prob (...)

39Quel que soit le moment où le système d’adduction a été conçu, son installation a mis un terme à l’évacuation primitive, dont les tuiles ont été partiellement arrachées et le conduit remblayé. Or, il est difficile d’imaginer que le bassin, désormais alimenté en eau vive, ait été dépourvu d’un dispositif permettant d’éviter le débordement de l’eau. Il est par conséquent probable que, parallèlement à la nouvelle adduction, et bien qu’il n’en subsiste plus aucune trace, une évacuation ait été prévue38.

Une réduction de la profondeur du bassin (phase 4)

40Les travaux entrepris pour réduire la profondeur de la cuve baptismale débutent par la démolition partielle de la paroi et la récupération des placages de marbre (cf. supra, phase 3). Les deux assises supérieures de l’octogone primitif sont ensuite arrachées et le couronnement reconstruit : le gradin (cf. supra, phase 1) est de la sorte effacé, la margelle correspondant désormais à toute la largeur de la paroi. Le nouveau parement est fait de moellons de tuf revêtus d’un enduit hydraulique lissé. Le fond du bassin est ensuite remplacé par un sol en mortier de tuileau établi à la cote 209,91 m NGF, ce qui réduit la profondeur de la cuve à 54 cm (fig. 55).

55 - Restitution en plan et coupe de la cuve baptismale (phase 4)

55 - Restitution en plan et coupe de la cuve baptismale (phase 4)
  • 39 Pour des raisons techniques, le radar n’a pu accéder dans cette zone afin de vérifier l’hypothèse.

41Aucune évacuation n’est visible, mais l’examen attentif du fond du bassin montre un pendage sensible et systématique vers l’ouest. Or, c’est justement de ce côté et à partir du même fond que l’évacuation s’effectuera dans la phase suivante. Il devient dès lors tentant d’envisager pour la phase 4 une évacuation par le côté ouest de la piscine. L’eau du baptême a pu être recueillie dans un puisard situé dans l’emprise de la maçonnerie (ici de l’ordre de 90 cm)39, mais la conduite d’évacuation pouvait également être canalisée entre deux murs (M31 et M32) pour sortir du baptistère et se diriger vers la rue.

42Un fragment du placage de marbre (phase 3) a été conservé sciemment sur le pan sud de la nouvelle cuve, sans doute pour des raisons esthétiques plus que fonctionnelles. On est tenté de restituer un élément de décor en marbre blanc se détachant de la paroi recouverte par l’enduit de tuileau. Que l’on observe cette anomalie sur le pan sud uniquement, donc sur le passage restitué des catéchumènes, n’est peut-être pas anodin. Des aménagements signalant un cheminement privilégié ont été mis en évidence dans de nombreux baptistères où ils empruntent des formes variées, allant parfois jusqu’à la construction de marches imposant au catéchumène un sens de circulation.

Le baptistère tétraconque (état 3)

43Dans ce nouvel état, le baptistère s’enrichit de trois absides qui l’inscrivent désormais dans un plan centré — quadrilobé à l’intérieur et en croix à l’extérieur (fig. 57).

  • 40 C’est peut-être déjà le cas à une date légèrement antérieure, au moment où l’eau du baptême semble (...)

44Cette transformation du monument est le fruit d’une recherche esthétique autant que fonctionnelle — avec un gain de surface de plus de 35 %. Les bouleversements occasionnés aux abords immédiats du baptistère pour mener à bien cet ambitieux programme architectural se lisent au premier chef dans les pièces annexes amputées d’une part importante de leur volume. Si ces dernières continuent d’être utilisées, comme le prouvent les portes ouvertes au centre des hémicycles, il en va tout autrement du côté occidental, où l’extension du baptistère entraîne la démolition de l’antique bâtiment I et d’importants remaniements de l’édifice contigu. Aussi, quel qu’ait été le statut antérieur de ces deux bâtiments, il est assuré qu’ils relèvent désormais des possessions de l’évêque40.

56 - L’ensemble baptismal (état 2, phase 4)

56 - L’ensemble baptismal (état 2, phase 4)

57 - Le baptistère tétraconque (état 3)

57 - Le baptistère tétraconque (état 3)

Les absides nord et sud

45À la différence de la situation observée dans l’abside orientale, les élévations des murs nord et sud du baptistère ont été démontées dans leur partie médiane, mais conservées en fondation pour servir de chaînage aux deux nouvelles absides. En plan, les hémicycles s’inscrivent dans des massifs de maçonnerie rectangulaires prolongés par deux contreforts saillants.

  • 41 Lors de la destruction du baptistère, l’abside a été arasée jusqu’au niveau du sol, ce qui permet d (...)

46Une tranchée de fondation a été creusée dans le terrazzo de la salle nord, pour installer l’arrondi de l’abside, puis le sol a été refermé par un mortier blanc. Si les contreforts sont profondément enterrés, il semble que le reste de la maçonnerie de l’abside sud n’était pas fondé, mais directement posé sur le sol de tuileau de l’annexe41. Malgré l’apparente incohérence du procédé, l’abside confortée de l’extérieur devait pouvoir supporter la retombée d’une petite voûte en cul-de-four. Il faut toutefois reconnaître que, dans un deuxième temps, il a été nécessaire de lui adjoindre deux contreforts supplémentaires pour pallier la faiblesse des fondations, aggravée par le manque de cohésion des terrains sous-jacents (fig. 57 n° 1). Au nord et au sud, les maçonneries ajoutées adoptent la forme d’une équerre et s’imbriquent dans les contreforts primitifs.

47Les élévations présentent un parement aussi fruste que celui de l’abside orientale, mais d’un module inférieur. L’abside sud, quant à elle, a été presque entièrement rasée lors de la destruction du baptistère, mais le seuil conservé suffit à restituer, comme au nord, une porte de 1,30 m ouvrant sur l’annexe (fig. 58).

58 - Montants et négatif du seuil de la porte de l’abside nord

58 - Montants et négatif du seuil de la porte de l’abside nord
  • 42 La disposition de ces réduits pourrait correspondre, selon A. Le Bot-Helly, à une cage d’escalier. (...)
  • 43 Il n’est pas exclu que les murs fermant les réduits aient également pu jouer un rôle de contrevente (...)

48Les deux absides, que l’on a voulu centrer sur l’axe nord-sud du baptistère, sont de fait accolées aux murs est des deux pièces annexes. Un espace résiduel (1 X 3 m) se trouve ainsi constitué entre les absides et les murs fermant les annexes du côté ouest (fig. 57 n° 2). L’usage dévolu à ce renfoncement reste énigmatique42. Il ne s’agit pas encore d’un espace mort, puisque ce volume exigu a été doté d’un sol de terre battue sur un hérisson de galets. Dans un second temps, ces réduits sont condamnés après la construction d’un mur qui en diminue la profondeur sans les supprimer totalement, les annexes retrouvant dès lors une surface intérieure globalement rectangulaire43 (fig. 57 n° 3).

L’abside ouest

49Quelques différences ont été observées dans le mode de fondation de l’abside ouest. Elle n’est pas chaînée, mais le ressaut de fondation, en débord de 15 cm par rapport à la face interne, devait suffire à assurer la stabilité de l’ouvrage. L’existence de cette semelle, constituée de deux assises, trouve une explication dans la nature du sous-sol, qui ne présentait pas la même stabilité que celle offerte par le sol en béton de tuileau des annexes. Au contraire, l’angle du bâtiment I, détruit, constituait un point dur susceptible de provoquer fractures et déformations. Comme pour les autres absides, ces précautions se sont révélées insuffisantes, puisque deux contreforts ont été rapportés dans un second temps : l’un se développe sur toute la largeur de l’abside tandis que le second épaule la face nord (1,20 X 1,60 m) (fig. 57 n° 5 et 4).

L’aménagement des absides

50De l’observation des niveaux liés à la construction des absides, il ressort que celles-ci ont été conçues pour dominer l’espace central du baptistère. La hauteur du remblai d’argile qui a servi à niveler la crête des murs nord et sud — à laquelle il conviendrait d’ajouter l’épaisseur du sol proprement dit — est en effet supérieure de 13 cm au moins à la cote du sol de marbre que l’on pense avoir été toujours en usage autour de la cuve. Le choix délibéré d’une composition à deux niveaux fait donc partie du projet architectural dès le développement en tétraconque et il sera reconduit jusqu’à l’abandon du monument.

51Avec la construction des absides, on procède en outre à une réfection du revêtement des murs du baptistère, à l’exception de l’abside orientale et du mur d’épaulement où sont conservés les anciens décors. L’épaisseur du nouvel habillage (10 cm) est obtenue par des fragments de tuiles posés à plat ou en arête de poisson et revêtus d’un enduit lissé.

Installations liturgiques

52Des barrières, constituées de quatre poteaux chacune, rappelant celle précédemment établie en avant de l’abside orientale, sont ajoutées à l’entrée des absides nord et sud (fig. 57). Deux trous de poteaux, d’un diamètre approchant 30 cm pour une profondeur de 20 cm environ, occupent les angles des absides. D’une taille légèrement inférieure (moins de 20 cm de diamètre), les deux autres correspondaient à des poteaux ménageant un passage de 70 cm dans l’axe de la porte.

53On serait tenté de restituer en avant des absides nord et sud une barrière basse, mais on peut également imaginer un aménagement plus développé s’élevant jusqu’au départ de l’arc, par exemple pour porter une architrave. Cette clôture, quelle que soit sa taille, appartient en tout cas à un second temps dans l’aménagement des absides, puisque, dans les angles, le revêtement de tuiles a été entamé.

Les ultimes modifications du baptistère

54Le développement du baptistère en tétraconque met un terme aux transformations de l’édifice proprement dit. Jusqu’à l’époque présumée de sa destruction, le monument subira cependant encore d’importants remaniements qui, hormis l’ajout de deux annexes supplémentaires (état 4), portent pour l’essentiel sur son aménagement intérieur (fig. 66). Toutefois, la fouille ne livre pas suffisamment de données fiables pour rétablir la chronologie de ces interventions, et, plus qu’un véritable état, c’est de fait la situation figée par la destruction volontaire du bâtiment dans le courant du XIe s. qui sera présentée ici (photo en couverture).

Les dernières modifications de la cuve (phase 5 - 6)

55À l’issue d’ultimes modifications (fig. 59, 60), la cuve adopte une forme pentagonale, mise en valeur par la création d’un ciborium.

Un nouveau système d’adduction

56Les raisons qui ont conduit à l’abandon de l’adduction orientale au profit d’un système désormais alimenté depuis l’ouest nous sont inconnues. Une chose est certaine cependant : la seconde adduction a été installée après que le baptistère eut acquis sa forme tétraconque, comme en témoigne la reprise en sous-œuvre qui permit au conduit de franchir l’abside.

59 - Plan chronologique des étapes de construction de la cuve baptismale

59 - Plan chronologique des étapes de construction de la cuve baptismale

60 - Relevé de la cuve baptismale (phase 5)

60 - Relevé de la cuve baptismale (phase 5)
  • 44 Les deux murs, plusieurs fois remaniés, ont peut-être déjà été utilisés pour canaliser d’éventuelle (...)

57L’arrivée d’eau est maintenue par deux murs parallèles orientés est-ouest (M31 et M32), et distants d’environ 20 cm44. La canalisation proprement dite n’est pas conservée et ce qui nous est parvenu se limite à un assemblage de six imbrices répartis sur 5 m, suivant une pente d’environ 10  %. Les tuiles posées bout à bout sans aucun dispositif d’étanchéité constituent, à n’en pas douter, le support d’un conduit de bois ou de plomb (fig. 61).

61 - Adduction ouest

61 - Adduction ouest

58Toute l’épaisseur du pan ouest, ainsi que le fond de la cuve, ont été entamés pour faire déboucher la canalisation au centre du bassin où, pour la première fois, une partie importante du dispositif terminal est conservée : il consiste en une base moulurée en calcaire dont le sommet a été évidé sur une profondeur d’environ 1 cm (diamètre interne : 21 cm) (fig. 62). Au centre de la pierre, une ouverture traversante de 7 cm de diamètre permet le raccordement à un tuyau porté par les imbrices. L’épaisseur de la plinthe de la base est entièrement logée dans le sol et le creusement d’installation comblé à l’aide d’un mortier lissé.

62 - Bloc ouvragé de l’adduction

62 - Bloc ouvragé de l’adduction

59Sous chaque angle, la pierre présente des perforations, d’un diamètre de 30 à 45 mm pour une profondeur de 35 mm, qui n’ont manifestement pas été utilisées pour l’immobiliser sur le fond de la cuve. Peut-être ces perforations servaient-elles à fixer le bloc au sol dans la phase précédente, mais il reste évidemment possible que ces marques soient imputables à une utilisation plus ancienne encore. Qu’il s’agisse d’une véritable base de colonne remployée ou d’une pièce créée pour servir dans la cuve, il est certain que la base a reçu, à un moment donné, un élément encastré à sa surface.

60Sur la partie supérieure de la plinthe, des éléments de fer scellés au plomb ont été insérés dans des perforations réparties aux angles (diamètre et profondeur de l’ordre de 28 mm). Il est vraisemblable qu’il s’agit de fixations destinées à maintenir la partie supérieure du dispositif et l’on peut imaginer, par exemple, qu’un embout réduisait le diamètre de la sortie pour en augmenter la pression, à la manière du système proposé pour le baptistère de Port-Bail (Heitz 1987, p. 54). Il se peut aussi que l’évidement sommital ait reçu une colonne du haut de laquelle l’eau pouvait retomber en pluie dans la cuve, voire sur le catéchumène, évoquant un baptême par affusion.

De l’octogone au pentagone

61La même campagne de travaux a été l’occasion de modifier le volume et la forme du bassin : l’octogone initial a été transformé en un pentagone pointé vers l’est et les dimensions de la piscine s’en sont trouvées réduites à 1,30 m dans le sens nord-sud et à 1,35 m d’est en ouest (fig. 63, 64). Une maçonnerie de tuf enduite d’un mortier de tuileau fin (M33) a été appliquée directement contre les parois et sur le fond de la cuve. La construction a été arrêtée quelque 23 cm sous le sommet de l’ancienne paroi (phase 4) pour former une marche dont la finition était assurée par un mortier lissé. Une bonde, sous la forme d’une ouverture circulaire de 5 cm de diamètre, a été ménagée du côté ouest, à la jonction du fond et de la paroi. L’évacuation traverse l’épaisseur des maçonneries de la cuve et aboutit entre les deux murs canalisant déjà l’adduction. Dans cette phase, le même dispositif pourrait avoir été utilisé simultanément pour le tuyau de l’adduction et pour un second tuyau réservé à l’évacuation, mais on ne saurait exclure l’hypothèse déjà évoquée d’un puisard creusé à l’aplomb de la paroi ouest de la cuve (phase 4).

63 - Restitution en plan et coupe de la cuve baptismale (phase 5)

63 - Restitution en plan et coupe de la cuve baptismale (phase 5)

64 - La cuve en fin de fouille

64 - La cuve en fin de fouille

62Aux angles du pentagone cinq creusements de récupération affirment sans ambiguïté la présence d’un ciborium (fig. 57). Dans la partie basse, contre le sol de l’état précédent, sont en effet conservés les négatifs de supports de bases (L. = 28 cm, 1. = 25 cm) qui autorisent la restitution de fûts n’excédant pas 20 cm de diamètre. La taille modeste de tels supports interdit évidemment toute liaison avec la structure de l’édifice, et il faut plus certainement envisager ici une architecture légère destinée à renforcer la symbolique et l’esthétique des lieux. Une simple architrave ou une couverture plus développée, un dais par exemple, pourrait avoir coiffé le sommet des colonnes, mais aucun fragment n’en a été découvert dans les niveaux de destruction.

63Par la suite, la largeur de la marche a été réduite par la construction d’une maçonnerie habillée de placage (phase 6). En prenant modèle sur la largeur du pan ouest plus étroit, la marche a été de la sorte ramenée à quelque 17 cm sur l’ensemble de la circonférence, en lui conférant la régularité qui jusque-là faisait défaut.

64Cette opération s’est accompagnée d’une réparation ponctuelle, limitée au pan sud-ouest, et réalisée pour l’essentiel à l’aide d’un bourrage de fragments de tuiles. Il est possible qu’en dernier lieu, on ait cherché à établir un lit de tuiles disposées à plat sur le sommet de la cuve en guise de revêtement, mais seuls les pans sud-ouest, nord-est et nord en conservent la trace.

La réfection des sols

65Un calcaire blanc finement poli a été choisi pour le sol du volume principal du monument en remplacement du marbre de l’état primitif. La grande diversité constatée dans la taille des dalles (de 44 X 20 à 78 X 50 cm), leur forme, et les nuances de couleurs du matériau indiquent qu’une partie importante des pierres, sinon la totalité, provient de remplois. On peut déduire de l’absence de lits de mortiers successifs, traduisant d’ordinaire des réparations, que ces dalles constituent le pavement initialement prévu pour cet état.

66La disposition du pavement dessine un rectangle de 5,80 par 5 m environ, au centre duquel un carré d’environ 3,20 m de côté a été réservé autour de la cuve. Les angles du carré sont garnis de dalles triangulaires en brèche rose qui rehaussent l’octogone primitif. Au nord, les dalles sont partiellement conservées, tandis qu’au sud, seuls des négatifs attestent leur présence. La moitié d’une autre dalle, de forme rectangulaire, découverte au contact du pan ouest de la cuve, signale vraisemblablement un emplacement privilégié.

  • 45 C’est du moins ce que l’on observe au nord dans la partie la mieux conservée. Au sud, un seul fragm (...)

67Du centre de l’édifice, on accédait aux absides par l’intermédiaire d’une marche haute de 15 cm et large de 55, réalisée en poudingue gris45. Bien que le dispositif soit très incomplet, il est probable que cet emmarchement était continu.

68Le pavement des absides est et ouest s’est révélé trop lacunaire pour qu’on puisse espérer en déduire l’organisation. Dans les autres hémicycles en revanche, la brèche rose a été employée pour la quasi-totalité des surfaces, à l’exception d’un rectangle de poudingue gris placé dans l’axe des portes, au centre des absides (fig. 65). Le module des dalles et leur disposition change d’une abside à l’autre : large et régulier au sud (70 X 55 cm), il est globalement plus petit et plus irrégulier au nord (de 38 X 28 à 70 X 60 cm). Les différences constatées dans la taille des dalles peuvent s’expliquer par l’usage de remplois dès l’origine comme par la succession des réparations dont on perçoit de nombreuses traces. Les ultimes réfections ont été conduites en utilisant des matériaux plus frustes : à l’image de la situation observée pour le sol de l’atrium, longtemps utilisé et maintes fois réparé, celui des absides présente des fragments de schiste, de molasse ou de tuiles plates. En dernier lieu, de simples chapes de mortier ont remplacé les dalles manquantes.

65 - L’abside nord dans son état final

65 - L’abside nord dans son état final

69On mentionnera comme un cas particulier une dalle calcaire (60 X 52 cm) disposée dans l’axe de l’abside orientale à 13 cm sous la surface du sol. Elle présente des traces de scellement au mortier et l’on peut penser qu’elle constituait le support d’un petit autel ou le socle d’un reliquaire installés contre le mur.

Les nouvelles annexes du baptistère (état 4)

70Deux annexes supplémentaires en forme de L ont ensuite été appuyées de part et d’autre de l’abside est (fig. 67). Deux des supports de bases de colonnes de la galerie sont réutilisés comme soubassement de la pièce Ε tandis que l’annexe F, au sud, repose en partie sur le mur M25 qui constitue la fondation du portique.

71Le processus engagé avec la construction de l’abside orientale, qui a conduit graduellement à la réduction du portique, s’est amplifié avec l’édification des pièces Ε et F. Mais à ce moment précis, rien n’indique que le portique est abandonné, puisqu’au nord du baptistère au moins, il est alors pourvu d’un nouveau sol de mortier.

66 - L’ensemble baptismal ( état 3, phase 5)

66 - L’ensemble baptismal ( état 3, phase 5)

67 - Le baptistère tétraconque avec les pièces Ε et F (état 4) et la colonnade (état 5)

67 - Le baptistère tétraconque avec les pièces Ε et F (état 4) et la colonnade (état 5)

72Il faut donc envisager la coexistence des pièces Ε et F avec un portique une nouvelle fois raccourci, ce qui conduit à s’interroger sur la hauteur donnée aux annexes. Si celles-ci avaient été logées, couvrement compris, sous les toitures du portique, on aboutirait à un bouleversement malheureux des proportions, l’ajout de ces pièces doublant la largeur de la façade du baptistère. Depuis la cour, le monument apparaîtrait artificiellement juché sur un socle trop large pour lui, provoquant un effet d’écrasement. Si, en revanche, le maître d’œuvre avait préféré donner à ces pièces comme à l’édifice principal une hauteur supérieure à celle du portique, le baptistère eût bénéficié au contraire d’une ampleur nouvelle.

73Les pièces sont pourvues de sols en béton de tuileau et s’ouvrent sur le baptistère par des portes larges de 70 cm, percées dans les murs latéraux du bâtiment en respectant les colonnes d’angle. Au sud néanmoins, le support de la colonne dont l’extrémité ouest gênait le passage a dû être bûché jusqu’à rattraper le niveau de l’emmarchement. C’est donc bien avec ce dernier état du sol, et non avec l’ancien pavement de marbre, que les pièces ont été conçues. Il reste que l’on ne saurait déterminer si la création des salles est strictement contemporaine de la réfection du dallage ou si elle est plus tardive.

74De la situation des pièces Ε et F, qui s’ouvrent en avant de l’abside orientale, on déduira qu’elles correspondaient probablement à des annexes réservées à l’usage du clergé. Le baptistère tétraconque de Caricin Grad (Serbie) comporte également quatre annexes, dont deux sont plus particulièrement attachées à l’abside orientale (MiillerWiener 1986, p. 660).

75Reste à s’interroger sur les fonctions de ces salles sur quoi aucun aménagement spécifique ne renseigne. La pièce E, exclusivement tournée vers le baptistère, semble avoir joué un rôle proche de celui de la sacristie d’une église. Le cas de la pièce F est plus complexe, puisqu’elle dispose de deux accès supplémentaires de 1,10 m et 1,30 m, ouvrant respectivement vers le portique sud et l’atrium. Cette spécificité pourrait l’apparenter à un dégagement si l’une au moins des deux portes s’avérait contemporaine de celle qui permettait l’accès au baptistère.

La colonnade (état 5)

76L’ajout de deux colonnes dans les angles nord-est et sud-est du baptistère traduit une évolution du décor vers une monumentalité plus affirmée. Reconstitué, le dispositif, dont il ne subsiste plus aujourd’hui que des supports ou des négatifs de bases, fait apparaître un ensemble de trois colonnes disposées en équerre, de chaque côté de l’abside est. Trois pierres seulement ont été découvertes in situ (70 X 70 X 35 cm environ). Des lits de mortiers épais renfermant des fragments de tuiles et des pierres de calage ont conservé l’empreinte des trois autres.

77Le choix d’un tel décor destiné à magnifier la partie orientale du monument n’est pas sans conséquence sur les circulations. Les portes devenues inutiles avec l’installation des colonnes ont été murées, interdisant toute possibilité d’accès aux annexes Ε et F depuis le baptistère (M34 et M35). La pièce Ε a ainsi été condamnée, tandis que l’annexe F qui possédait encore deux ouvertures — contemporaines de la création de la pièce ou percées lors de l’installation de ce décor monumental — a dû rester en service (fig. 68).

68 - L’ensemble baptismal (état 4, phase 5)

68 - L’ensemble baptismal (état 4, phase 5)

Décors des absides

78Le revêtement mural installé lors de l’extension du baptistère en tétraconque a été arraché avant que l’on ne procède à la pose du pavement de brèche et au renouvellement de l’habillage des parois. Les vestiges sont bien maigres pour juger de l’aspect des murs du baptistère à l’issue des travaux : le peu qui subsiste en élévation, dans l’abside sud et sur l’épaulement de l’abside ouest, porte un enduit gris lissé dont on ne trouve pas de trace dans l’hémicycle nord où, par symétrie, on serait tenté de le restituer.

79Dans l’abside ouest, on constate une réfection du revêtement mural réalisé, une nouvelle fois, à l’aide de fragments de tuiles enduits, et reposant sur le pavement de brèche.

Quelques objets liturgiques

La fouille des niveaux de démolition du baptistère et de ses abords a livré un petit nombre d’objets qui présentent, pour certain d’entre eux, un caractère exceptionnel et nous renseignent sur les décors et le mobilier du baptistère.

  • 46 Le nettoyage et la conservation des objets ont été assurés à Grenoble par l’Atelier Régional de Con (...)

Eléments de tabletterie
Nous ne savons pas en quoi pouvait consister le mobilier du baptistère, mais il est très probable qu’une partie au moins devait être en bois (cathèdre, ambon, reliquaire, etc....). C’est peut-être à une pièce de ce type, ou à un objet plus petit tel qu’un plat de reliure, qu’il faut rattacher les éléments de tabletterie en os, ivoire et andouiller découverts sur le fond de la cuve baptismale et autour de la base, sous le remblai de destruction du bâtiment (fig. 69)46.

69 a - Tabletterie découverte dans la cuve baptismale animal fantastique

69 a - Tabletterie découverte dans la cuve baptismale animal fantastique

69 b - Tabletterie découverte dans la cuve baptismale

69 b - Tabletterie découverte dans la cuve baptismale

Au total, plus de 70 fragments présentant des décors d’ocelles et des scènes figurées d’une qualité tout à fait exceptionnelle ont été découverts.
Ces éléments étaient fixés sur une âme de bois (pin) au moyen de clous en bronze et en fer parfois ornés de cabochons d’argent, ou de chevilles en os. Cette technique, tout comme les décors d’ocelles, peuvent être rapprochés du coffret en os découvert dans l’église de Bredons à Albepierre (Cantal), et prudemment attribué aux VI-VIIIe s. (Caillet 1991, p. 329-331).
Le tamisage des terres a livré plusieurs dizaine de clous en bronze à tête d’or ayant servi d’incrustations (long, 3 à 4 mm). Une série de clous en fer à tête concave (diamètre de la tête = 1 cm) devaient porter des gemmes et compléter le décor de l’objet.
L’observation des différents éléments avant restauration permet d’ores et déjà de constater de nettes différences dans la nature des matériaux, la facture et la qualité des sculptures (décors sculptés, incisés ou ajourés). Certaines plaques dans lesquelles ont été incisés les décors d’ocelles présentent d’autres traces, très atténuées, d’un premier décor effacé par polissage. De même, la diversité des styles employés milite en faveur d’une réutilisation d’éléments disparates prélevés peut-être, pour certains d’entre eux, sur des objets plus anciens. Cette pratique est bien connue et c’est par exemple le cas d’une plaque du diptyque au nom des Symmaques et des Nicomaques et de “ l’ivoire Barberini ” réalisés respectivement au début du Ve et au début du VIe s., avant d’être modifiés et réutilisés dans le courant du VIIe s., dans des contextes religieux ou profanes (Caillet 1991, p. 328 à 330).

Fragment de plaque de chancel
Avec décor de strigiles sur une face et d’entrelacs sur l’autre (fig. 70).

70 - Plaque de chancel découverte dans les niveaux de destruction du baptistère

70 - Plaque de chancel découverte dans les niveaux de destruction du baptistère

Restes d’un décor mouluré en stuc adoptant la forme d’une corniche ( ?).
Dans une gorge, on perçoit des traces de peinture brun-orangé ne permettant cependant pas d’identifier de décor.

Petit chapiteau de calcaire blanc
Avec un décor incisé, gravé de motifs géométriques sur ses quatre faces. Il comporte sur son sommet et sur sa base circulaire des trous de scellement d’un diamètre atteignant respectivement 12 cm et 8 cm (fig. 71).

71 - Chapiteau découvert dans la cuve baptismale

71 - Chapiteau découvert dans la cuve baptismale

Polycandelon
D’origine grecque, ce terme désigne le lustre métallique portant plusieurs unités d’éclairage. L’exemplaire grenoblois présente, sur la circonférence, un décor denticulé associé à des croix pattées au centre. On peut encore observer un logement circulaire (diam. 30 à 32 mm) destiné à recevoir une lampe en verre (fig. 72).

72 - Fragment de polycandelon

72 - Fragment de polycandelon

Datation (état 6)

80Dater les grandes phases de l’évolution du baptistère s’avère, à Grenoble comme dans bien d’autres sites de cette époque, un exercice périlleux, en raison notamment de l’extrême rareté du matériel archéologique et de l’absence de source écrite. Cependant, l’étude de ce mobilier a permis de démontrer qu’il fallait situer la construction du baptistère à la fin du IVe ou au début du Ve s., sous l’épiscopat de Domnin ou de son successeur Cérétius. La destruction du monument, qui a du suivre de peu la condamnation de la porte de l’abside nord (état 6) pourrait avoir été conduite dans le courant du XIe s.

81C’est donc dans une fourchette extrêmement large — entre les IVe-Ve s. et le courant du XIe — qu’il convient de placer l’ensemble des remaniements affectant le monument. En l’absence de jalons supplémentaires, c’est par la comparaison des formes architecturales que l’on peut espérer approcher les étapes intermédiaires.

  • 47 Communication orale de Renée Colardelle à l’issue des études les plus récentes.

82On situe habituellement au VIe s. l’apparition des baptistères tétraconques tels que Caricin Grad en Serbie ou Tigzirt en Algérie (Duval 1995, p. 232), et l’on peut penser que le baptistère de Grenoble s’insère dans la même chronologie. Sur la rive droite de l’Isère, l’église cruciforme (Saint-Laurent) s’inscrit d’ailleurs dans un plan quadrilobé dès sa construction, à la fin du Ve s., et fournit un autre point de comparaison, pris cette fois dans un cadre local47. Par déduction, il semble logique d’admettre que le monument dut être orienté dans le courant du Ve s. ou, au plus tard, au début du VIe s (fig. 73).

73 - Les différentes étapes dans la construction du baptistère

73 - Les différentes étapes dans la construction du baptistère

83Les ultimes modifications touchant au décor de l’édifice tétraconque pourraient être attribuées à l’époque carolingienne. Il est d’ailleurs tentant d’établir un rapprochement entre les triples colonnes du baptistère et le plan d’un autre édifice paléochrétien de Grenoble, la crypte Saint-Oyand de la basilique funéraire Saint-Laurent. La colonnade qui décore la crypte est, en effet, attribuée par R. Colardelle aux VIIIe-IXe s (Colardelle 1995, p. 244).

Conclusion

84L’intérêt porté au baptistère s’exprime par la position qui est la sienne au sein du groupe épiscopal, si l’on s’en tient toutefois à notre hypothèse de restitution (cf. infra, chap. 6). Il apparaît également à travers le nombre des modifications qui lui ont été apportées, faisant évoluer le plan du simple rectangle à celui, très élaboré, du tétraconque. L’aménagement intérieur, constamment modifié, démontre également que le baptistère constitue un édifice de prestige pour lequel des techniques savantes et des moyens importants ont été mis en œuvre. La qualité des sols — en marbre d’abord, puis en brèche et calcaire blanc — la monumentalité sans cesse accrue des décors, la richesse de la mosaïque pariétale en sont les signes les plus évidents.

85Jusque dans un haut Moyen Âge avancé, on procède encore à des remaniements importants, y compris dans l’adduction d’eau, qui prouvent, si besoin était, la pérennité de la fonction baptismale.

86Quel était l’emplacement occupé par l’évêque durant la cérémonie ? Traditionnellement, l’abside orientale constitue un espace privilégié et le baptistère de Grenoble ne fait sans doute pas exception si l’on considère la spécificité des décors qui ornent cette partie du monument. Il est en revanche plus délicat de préciser l’emplacement de l’officiant au moment où, du bord de la cuve, il est amené à toucher la tête du baptisé pour lui transmettre la grâce de l’Esprit (Picard 1989b, p. 1462-1463). Pour accomplir ce geste, il aurait pu s’avancer jusqu’au bord du bassin et se tenir à l’est de la cuve. Rien ne s’opposait à cette solution jusqu’à la construction du ciborium, dont l’une des colonnes occupait précisément cet emplacement. Il n’est sans doute pas anodin de constater, à la même époque, la présence, contre le pan ouest, d’une dalle de brèche rectangulaire qui se détachait du sol blanc pour matérialiser un emplacement privilégié destiné, peut-être, au clerc.

87À la différence de celles de l’édifice qui l’abrite, les évolutions du bassin ne sont jamais datées autrement qu’en chronologie relative. Il est toutefois avéré que la cuve fut d’abord dépourvue de système d’adduction, qui apparaît seulement après la construction de l’abside orientale pour se maintenir vraisemblablement jusqu’à l’abandon du monument. La Tradition apostolique, rédigée dans la première moitié du IIIe s. et attribuée à Hippolyte de Rome, recommande, quand cela est possible, de baptiser dans une eau en mouvement (Picard 1989b, p. 1459-1460). La réalisation d’une conduite d’adduction, peut-être au début du VIe s., montre que les évêques grenoblois se sont efforcés de respecter cette prescription.

  • 48 Cependant, le baptême par affusion a pu être pratiqué à une date plus haute, dès l’établissement de (...)

88Que le sacrement ait été administré avec une eau dormante ou vive, il reste que depuis l’origine jusqu’au dernier état de la cuve, le baptême par immersion — voire par submersion pour les états les plus anciens de la cuve (phases 1 à 3) — était matériellement possible. Dans l’état pentagonal cependant (phase 5), si la marche est maintenue hors-d’eau, on peut raisonnablement estimer que l’immersion même partielle n’est plus possible et l’on doit se résoudre à envisager à partir de là un sacrement par affusion. On pourrait, pour cela, restituer sur la base une colonnette du haut de laquelle l’eau retombait en cascade. C’est peut-être un dispositif de ce type que décrit Ennode de Pavie au début du VIe s., pour le second baptistère de Milan, plutôt qu’un ciborium d’où l’eau retomberait en cascade (Picard 1989b, p. 1460)48.

89La cuve baptismale a fait l’objet de réductions successives affectant d’abord sa profondeur, puis son diamètre. Les raisons de cette évolution que l’on perçoit dans de nombreux baptistères ne sont pas clairement établies. La généralisation du baptême des enfants, à partir de la fin du VIe s. pourrait expliquer le phénomène. A contrario, on constate que des baptistères dans la vallée du Rhône, sont restés en usage, ainsi que leur cuve primitive, durant une partie du Moyen Âge (Guyon 1994, p. 30-31). On ne saurait non plus négliger une évolution de la liturgie, par laquelle l’immersion aurait été graduellement abandonnée au profit de l’affusion qui deviendra le rite unique.

Notes

32 La largeur de la galerie est soumise à l’existence présumée d’un contrefort, dont toutes les dimensions ne sont pas connues.

33 La fosse a entamé les niveaux antiques, ce que confirme la présence de la céramique résiduelle. Dans le mobilier, on compte également quelques fragments d’enduits vraisemblablement plus anciens que le baptistère rectangulaire.

34 Sur la base d’un unique fragment, on ne saurait apprécier si le baptistère rectangulaire était pourvu de placages noirs uniquement ou si, au contraire, ses décors relevaient aussi du principe d’alternance adopté pour l’ornementation de l’abside.

35 Cette cote rend compte de la profondeur du bassin et non de la hauteur de l’eau (cf. supra, phase 1).

36 Il faut considérer ces cotes avec circonspection, l’arrachage ayant sans doute entraîné le déplacement du tuyau. On remarquera par ailleurs que le niveau sur lequel le tuyau est installé correspond à quelques centimètres près au fond présumé de la première phase de la cuve.

37 Cette troisième hypothèse induirait un hiatus dans l’usage de l’eau vive, ce qui paraît peu vraisemblable.

38 Il est possible que cette évacuation s’effectue déjà par l’ouest de la piscine, comme cela est probable pour la phase 4 et certain dans la suivante (fig. 47 n° 6).

39 Pour des raisons techniques, le radar n’a pu accéder dans cette zone afin de vérifier l’hypothèse.

40 C’est peut-être déjà le cas à une date légèrement antérieure, au moment où l’eau du baptême semble évacuée, non plus à l’est vers la cour, mais vers l’ouest (phase 3 ou 4).

41 Lors de la destruction du baptistère, l’abside a été arasée jusqu’au niveau du sol, ce qui permet d’apercevoir le sol de la salle annexe.

42 La disposition de ces réduits pourrait correspondre, selon A. Le Bot-Helly, à une cage d’escalier. Il est en effet possible que l’on profite du programmme de construction pour réaliser un accès au niveau supérieur, dans l’éventualité où il existerait un étage aux salles annexes.

43 Il n’est pas exclu que les murs fermant les réduits aient également pu jouer un rôle de contreventement des absides.

44 Les deux murs, plusieurs fois remaniés, ont peut-être déjà été utilisés pour canaliser d’éventuelles évacuations dans les phases 3 et 4. Un fragment de tuyau de plomb a d’ailleurs été remployé dans le mur M31.

45 C’est du moins ce que l’on observe au nord dans la partie la mieux conservée. Au sud, un seul fragment de poudingue subsiste, et deux blocs de calcaires remployés constituent des reprises. Sur les côtés est et ouest, la marche est encore plus lacunaire : dans les deux cas un seul bloc est conservé.

46 Le nettoyage et la conservation des objets ont été assurés à Grenoble par l’Atelier Régional de Conservation (A.R.C - Nucléart). Ils sont actuellement en cours de restauration au laboratoire UTICA (Unité de Traitement et d’Information en Conservation Archéologique), de Saint-Denis.

47 Communication orale de Renée Colardelle à l’issue des études les plus récentes.

48 Cependant, le baptême par affusion a pu être pratiqué à une date plus haute, dès l’établissement de la première adduction.

Table des illustrations

Titre 47- Le baptistère orienté (état 2)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1210/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre 48 - Elévation externe de l’abside orientale
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1210/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre 49 - Négatif de poteau de chancel
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1210/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre 50 - Le canal d’évacuation est de la cuve baptismale (phase 2) réutilisé pour l’adduction, le tuyau en plomb appartient à la phase 3
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1210/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre 51 - La cuve baptismale, phase 2
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1210/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre 52 - La cuve baptismale, phase 3
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1210/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre 53 - Détail d’un des manchons du tuyau d’adduction
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1210/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre 54 - Réfection du dallage de l’atrium contre le contrefort (M30) de l’abside orientale
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1210/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre 55 - Restitution en plan et coupe de la cuve baptismale (phase 4)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1210/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre 56 - L’ensemble baptismal (état 2, phase 4)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1210/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 620k
Titre 57 - Le baptistère tétraconque (état 3)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1210/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Titre 58 - Montants et négatif du seuil de la porte de l’abside nord
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1210/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre 59 - Plan chronologique des étapes de construction de la cuve baptismale
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1210/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre 60 - Relevé de la cuve baptismale (phase 5)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1210/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 644k
Titre 61 - Adduction ouest
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1210/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre 62 - Bloc ouvragé de l’adduction
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1210/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre 63 - Restitution en plan et coupe de la cuve baptismale (phase 5)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1210/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre 64 - La cuve en fin de fouille
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1210/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre 65 - L’abside nord dans son état final
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1210/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre 66 - L’ensemble baptismal ( état 3, phase 5)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1210/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 580k
Titre 67 - Le baptistère tétraconque avec les pièces Ε et F (état 4) et la colonnade (état 5)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1210/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre 68 - L’ensemble baptismal (état 4, phase 5)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1210/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 548k
Titre 69 a - Tabletterie découverte dans la cuve baptismale animal fantastique
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1210/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre 69 b - Tabletterie découverte dans la cuve baptismale
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1210/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre 70 - Plaque de chancel découverte dans les niveaux de destruction du baptistère
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1210/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre 71 - Chapiteau découvert dans la cuve baptismale
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1210/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre 72 - Fragment de polycandelon
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1210/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre 73 - Les différentes étapes dans la construction du baptistère
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1210/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 220k

© Alpara, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access