Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Autour du groupe épiscopal de Grenoble

 | 
François Baucheron
, 
Franck Gabayet
, 
Alain De Montjoye

Première partie. Les origines de Grenoble : de Cularo à la ville de l'Évêque

Chapitre 3. Les premières occupations à l’intérieur de l’enceinte

Texte intégral

1Une fois l’enceinte construite, l’espace intérieur, entre la porte et la poterne, est resté un vide de construction. Pour temps l’absence de bâti semble aller de soi dans une zone d’intense circulation et spécialement à proximité immédiate d’un des accès principaux de la ville. En revanche, l’état de la documentation archéologique ne permet pas de se forger une opinion quant à l’extension éventuelle d’une zone non aedificandi à l’ensemble du périmètre interne de l’enceinte. Dans le secteur de la porte Herculea, il faut attendre les années 335-340 au plus tôt pour voir apparaître les premières constructions sous la forme de bâtiments qui d’emblée annexent la poterne.

Deux bâtiments appuyés contre le rempart

2Les premiers édifices élevés dans ce secteur ont été subordonnés à un cadre urbain rigide, régi par le rempart au nord et la rue qui empruntait la porte Herculea à l’ouest.

3Les constructions se présentent sous la forme de deux bâtiments étroits (II et III) qui s’organisent en équerre autour d’un espace vide, sans doute une cour, dont on regrettera qu’elle ne soit attestée par aucun vestige de sol (fig. 26).

26- Les bâtiments du IVe Si7cle

26- Les bâtiments du IVe Si7cle

4À la différence du bâtiment ouest, large de 3,80 m, le plan du bâtiment nord (II) n’est pas rectangulaire, mais trapézoïdal. Cette particularité tient au fait que sa limite nord est constituée par la courtine dont l’orientation diffère de celle des façades. D’ouest en est, sa largeur passe ainsi de 3,40 m à 5,30 m.

5L’extension des deux bâtiments reste ignorée, mais l’aile nord reconnue sur plus de 20 m se prolongeait encore vers l’est, au-delà de l’emprise des fouilles. L’aile ouest a été repérée sur une quinzaine de mètres seulement, mais tout porte à croire qu’elle se poursuivait vers le sud avant d’être démolie pour permettre la construction du baptistère (cf. infra, chap. 5). Il est par ailleurs établi que le bâtiment I, décrit au chapitre précédent, est toujours en service et fournit un appui au bâtiment III. C’est en effet ce que démontre un enduit de tuileau observé dans l’édifice ouest, dont on retrouve également la trace sur la face externe du bâtiment I.

  • 16 Cette limite est en tout cas attestée dans l’état suivant, où un mur, réalisé à cet emplacement, a (...)

6Dans les deux ailes, on constate l’absence de murs de refend, mais le nombre et l’ampleur des vestiges postérieurs pourraient expliquer la disparition d’éventuelles divisions internes. On serait d’ailleurs tenté de restituer, au droit de la poterne, une séparation pour interdire que depuis l’extérieur de la ville, on puisse accéder directement à l’intérieur du bâtiment II16. On créerait de la sorte un vestibule permettant de contrôler l’accès aux bâtiments. Par l’intermédiaire d’une porte large de 2,50 m, on accédait en effet à l’aile ouest et l’on pourrait imaginer une seconde ouverture dans l’hypothétique cloison fermant le bâtiment II.

7L’ensemble des murs se signale par une grande homogénéité et un mode de construction particulier. Une tranchée peu profonde est ouverte pour recevoir un hérisson large de 1,50 m en moyenne, qui sert de base à une fondation maçonnée. Celle-ci est marquée, sur chaque face du mur, un double ressaut d’environ 18 cm qui porte à son tour une élévation dont la largeur n’excède jamais 45 cm. L’altimétrie montre qu’une partie de la semelle et la totalité de la fondation maçonnée dominaient légèrement la surface du terrain encaissant ; c’est donc l’ensemble des terrains environnants qui ont été exhaussés dans un deuxième temps par un apport de remblai.

8Le bâtiment II est pourvu d’un sol peu épais (entre 1 et 5 cm par endroits), qui présente de fortes altérations (fig. 27). Dans les parties les mieux conservées, on observe une superposition de trois couches de nature différente : une chape de chaux meuble et pulvérulente, puis un lit plus solide de mortier gris surmonté d’une surface lissée en mortier de tuileau. Dans l’autre bâtiment, le dégagement d’un fin niveau de chaux laisserait supposer l’existence d’un sol qui rappelle, en plus dégradé, celui de l’édifice nord. À la différence de ce dernier, il n’est pas exclu que le bâtiment ouest ait été pourvu dans un premier temps d’un pavement, dont le négatif très altéré a été retrouvé dans un niveau de mortier blanc.

27- Le sol primitif du bâtiment II (US 6165) recoupé par le mur M17 (US 6142)

27- Le sol primitif du bâtiment II (US 6165) recoupé par le mur M17 (US 6142)

Un bâtiment sur rue

9Ce premier ensemble est séparé de la rue par un troisième bâtiment mitoyen bordé par une colonnade. Les données recueillies sur ce bâtiment sont peu nombreuses en raison, d’abord, de la destruction totale de sa partie nord lors de la démolition du rempart au début du XIXe s. Une partie importante, au centre du bâtiment, a également disparu sous les imposantes fondations de deux murs modernes (cf. infra), et le mur M14 enfin, a fait l’objet d’un simple dégagement et non d’une véritable fouille.

10La largeur du bâtiment est identique à celle de l’aile ouest. Du côté de la rue, il est limité par un mur présentant les mêmes caractéristiques de construction que les précédents. Il est donc probable qu’il appartient à la même période de construction ou à la phase de modification immédiatement postérieure, qui voit le bâtiment II ramené à la largeur de l’édifice III (cf. infra).

11On ne peut déterminer si le mur se développait jusqu’au contact du rempart ou si, au contraire, il prenait appui contre l’éventuel développement de la porte sur la face interne de l’enceinte (cf. supra). Il ne fait pas de doute en revanche que sa construction est à l’origine du démantèlement de la façade ouest du bâtiment I qui, dès lors, s’est vu amputé d’une partie de sa surface originelle, sans être pour autant abandonné : on doit plutôt considérer ces travaux comme un réalignement de façade.

12Contrairement aux deux autres, le bâtiment donnant sur la rue n’a livré aucun sol, mais il est possible que le remblai apporté pour la construction de l’édifice ait lui-même constitué un premier niveau de circulation.

13Malgré une probable différence de statut qui se devine dans la qualité des sols, on supposera, pour le bâtiment sur rue et l’édifice ouest, une même toiture dont le faîtage prendrait appui sur le mur commun (M 16) (fig. 29).

Le portique

14Du côté de la rue, on observe contre la face externe du mur M14, une série de quatre supports de bases de colonnes ou plutôt de simples poteaux de bois. Ces supports sont tantôt des blocs calcaires remployés (environ 40 X 50 cm, ép. 18 cm), tantôt des assemblages plus frustes de tuiles et de pierres. Tous ne sont pas conservés, mais sur une longueur de 11 m, on peut restituer sept poteaux distants d’environ 1,80 m d’axe en axe. Plus que d’une simple colonnade à vocation décorative, il est possible que le bâtiment sur rue ait été doublé à l’ouest d’un portique donnant sur la voie (fig. 28). La largeur de ce portique supposé ne devait pas excéder 2,50 m, si l’on se réfère à la position du passage défini par la porte Herculea telle qu’elle a été restituée (cf. supra, chap. 2), mais l’emprise de la fouille ne permet pas de le vérifier.

28- Le mur M14 doublé d’une colonnade

28- Le mur M14 doublé d’une colonnade

Remaniements des corps de bâtiments

15Les modifications décelées dans les trois bâtiments ne sont documentées par aucun mobilier et la chronologie relative ne suffit pas à établir l’ordre dans lequel ont été réalisés les travaux (fig. 29).

29- Les premières transformations des bâtiments du IVe siècle

29- Les premières transformations des bâtiments du IVe siècle

Le bâtiment II

16La principale modification apportée à l’organisation primitive des bâtiments s’observe dans l’aile nord, où la construction d’un mur (M 17) a permis de séparer le bâtiment du rempart et de définir un espace strictement rectangulaire, désormais appuyé contre l’épaulement interne de la première tour à l’est de la poterne (fig. 30). Ce remaniement a eu également pour conséquence de donner à l’aile nord une largeur identique à celle du bâtiment ouest (3,80 m environ).

30- Le bâtiment II après construction du mur M17

30- Le bâtiment II après construction du mur M17

17La mise en place du nouveau mur créait ainsi un espace résiduel de forme triangulaire entre l’enceinte et le bâtiment. Dans sa partie la plus large, contre l’épaulement de la tour, a été aménagé une sorte de réduit de plan trapézoïdal allongé, probablement couvert, dont l’entrée par le petit côté ouest est encore matérialisée par un seuil fait d’une longue pierre grossièrement équarrie. Tout à côté, ouverte dans le mur M17, une porte au seuil dallé de gros fragments de tegulae donnait accès à l’entrée du réduit depuis le bâtiment nord. Une couche de terre sombre, organique, épaisse d’une dizaine de centimètres a été fouillée dans le réduit, attestant son occupation.

18Ces transformations du bâtiment expliquent que son sol a dû être refait (Pl. 8, coupe 11). On a apparemment profité de l’occasion pour procéder à une semblable réfection du sol dans l’aile ouest, sans doute en raison de son mauvais état. Le nouveau revêtement est constitué d’un béton de tuileau grossier renfermant des fragments de tuiles d’un module de 2 à 4 cm, noyés dans un mortier pauvre en chaux, mais comprenant une importante quantité d’argile. Epais d’environ 10 cm, le sol repose sur un hérisson constitué de petits blocs calcaires et de galets disposés de chant. À l’intérieur des deux bâtiments, le nouveau sol s’appuie sur des enduits en mortier de tuileau que l’on retrouve également à l’extérieur, sur les façades sud et est.

Le bâtiment sur rue

19Dans ce bâtiment, la construction d’un mur de refend, M15, (fig. 29) a conduit à la création de deux entités. La zone fouillée étant de dimensions réduites, seul l’angle nord-est de la pièce au sud du mur M15 est perceptible. Moins accessible encore, le secteur au nord du mur n’a livré que de maigres renseignements. Il apparaît toutefois que de ce côté-ci, aucun sol construit n’a été installé sur le remblai antérieur, qui a sans doute continué à servir de niveau de circulation.

  • 17 La fondation n’a pu être reconnue que sur une cinquantaine de centimètres de hauteur, sans que la b (...)

20Le mur, large de plus d’un mètre, a été arasé et il n’en subsiste que la fondation construite en tranchée étroite17. Le matériau le plus employé est le calcaire sous la forme de blocs bruts d’équarrissage liés par un mortier résistant, mais on distingue aussi quelques galets et des fragments de tuiles. Un sol de terrazzo, fait d’un mortier blanc construit sur un hérisson irrégulier de blocs de tuf, est ensuite établi dans la pièce, au sud du mur (210 m NGF). On doit s’étonner de la largeur de ce refend : peut-être a-t-il servi de support à un aménagement pesant utilisé dans le cadre d’activités artisanales ?

21Le sol du bâtiment a été établi directement sur le remblaiement de la tranchée d’installation d’une construction souterraine voûtée, vraisemblablement contemporaine du découpage interne du bâtiment (fig. 29). Elle se présente sous la forme d’un rectangle de petites dimensions (2,50 X 1,50 m dans l’œuvre) aux murs bâtis pour l’essentiel à partir de blocs calcaires. Le fond est indiqué par les déchets de mortier de liaison de la maçonnerie. Quelques claveaux de tuf encore en place signalent une voûte en berceau dont la hauteur à l’intrados est de l’ordre de 1,40 m (fig. 31).

22Les parois sud et ouest présentent une ouverture de section carrée (environ 18 cm de côté), dont la base est située quelque 90 cm au dessus du fond. À l’intérieur de la cavité reconnue au sud, une tuile creuse a été retrouvée face convexe vers le haut, destinée peut-être à protéger un tuyau. S’il est possible d’interpréter ce dispositif, qui a pu être suivi sur près de 1 m, comme une adduction, en raison du fort pendage donné au conduit, on ne saurait en revanche préciser l’origine de son alimentation.

31- Relevé pierre à pierre des élévations du réservoir

31- Relevé pierre à pierre des élévations du réservoir

23Dans l’ouverture de la paroi ouest, aucune tuile n’a été découverte, mais les similitudes qu’elle présente avec celle du sud dans le mode de construction, les dimensions et la hauteur à laquelle elle a été placée, nous incitent à la considérer comme une seconde arrivée d’eau. Toutefois, il n’a pas été possible de restituer le sens de la pente et l’on pourrait supposer que l’ouverture ouest corresponde à un trop-plein destiné à évacuer les eaux vers la rue.

24Si la présence d’eau est avérée dans cet ouvrage, la nature perméable du fond composé de sables et de graviers, et l’absence de tout mortier d’étanchéité sur les parois s’opposent à une utilisation comme citerne, sauf à restituer un cuvelage en bois, voire en plomb. Dans cette hypothèse, on pourrait envisager une réserve d’eau, d’une capacité maximale de 3,4 m 3 peut-être à des fins artisanales.

  • 18 Cette seconde hypothèse, pourrait trouver une justification dans la nature des terrains sous-jacent (...)

25Si au contraire il n’existait pas de cuvelage, on serait amené à considérer cet aménagement comme un réservoir provisoire, permettant une évacuation graduelle de l’eau par le fond, à la manière d’un puisard18.

Un réseau de caniveaux

  • 19 Les vestiges de ce caniveau, s’ils ont existé, ont été détruits par la construction du mur de façad (...)

26Au nord-est du réservoir un réseau de deux caniveaux a été mis au jour. Le premier caniveau constitué de tuiles de chant et d’un fond maçonné (fig. 29 n° 1) permettait l’évacuation de l’eau par la poterne (larg. : 20 cm, prof. : 25 cm). Il pénètre dans le bâtiment nord par une reprise en sous-œuvre pratiquée dans la façade (M 18). Il peut encore être observé sur près de 2 m à l’intérieur de l’édifice où il est intégré dans le sol de terrazzo (fig. 32). À l’extérieur, du côté de la cour, le prolongement du caniveau n’a pas été retrouvé, mais on peut présumer qu’il ait été connecté à un tuyau de descente débouchant d’un chéneau canalisant les eaux pluviales. Il se peut également qu’il ait longé l’aile nord, peut-être sous la forme d’une rigole à ciel ouvert, dans le but de recueillir les eaux pluviales tombées d’un larmier ou pour canaliser des eaux usées vers les fossés de la ville19. Le franchissement de la poterne a obligé à creuser la dalle de seuil et la première marche pour conserver une pente suffisante au conduit. Au-delà, on ne trouve plus trace d’aménagement particulier, et l’on doit donc supposer que l’eau se répandait directement sur le sol de cailloutis établi entre rempart et fossé.

32- Caniveau n° 1

32- Caniveau n° 1

27Une autre canalisation, large de près de 40 cm à l’intérieur pour une profondeur de 30 cm, a pu être suivie sur une vingtaine de mètres, à travers la cour (fig. 29 n° 2). Des tuiles plates soigneusement jointoyées par un mortier hydraulique en constituent le fond. Les parois sont également composées de tuiles ou d’un simple revêtement de mortier lissé suivant les sections, avec comme seul élément conservé de la couverture, une dalle de schiste (fig. 33).

  • 20 Si le premier canal avait été contemporain du caniveau le plus important, ou postérieur à lui, il a (...)

28Vraisemblablement réalisée dans un second temps, la nouvelle conduite traverse le bâtiment nord en se substituant pour partie au précédent caniveau : rien toutefois n’interdit de penser que ce dernier, loin d’être abandonné, ait pu être raccordé au nouveau système d’évacuation20

33- Caniveau n° 2

33- Caniveau n° 2

Un aménagement du seuil ?

29Un autre aménagement dont la signification demeure particulièrement obscure, a été rencontré dans l’emprise du seuil permettant le passage du bâtiment III au bâtiment II (fig. 29). Le sol a été creusé à l’aplomb du piédroit oriental pour recevoir un dispositif de grands blocs en calcaire remployés (1 X 0,8 X 0,5 m en moyenne), qui ont été implantés de façon oblique par rapport au seuil. Du côté sud, la tranchée d’installation se referme de manière franche, mais l’aménagement pouvait se prolonger du côté nord, pour rejoindre, peut-être, la poterne. Les travaux de démolition du rempart l’ont fait disparaître au début du XIXe s. Les blocs ont été disposés pour affleurer le niveau du sol. La tranchée a ensuite été soigneusement refermée à l’aide d’un mortier de tuileau destiné à masquer les dégâts occasionnés dans le terrazzo.

30On remarquera en outre que cet aménagement est accompagné d’une réduction de la porte qui jusque-là s’ouvrait largement entre les deux bâtiments : le mur M19, conservé sur trois assises, est en effet posé directement sur le sol, tout en respectant le bloc inséré dans le terrazzo.

31Ces pierres, utilisées ici comme un véritable dallage, semblent matérialiser un passage privilégié qui, par le matériau employé, se détache du reste du sol (fig. 34). Le contraste recherché des couleurs paraît aussi inviter le visiteur venant de la poterne à s’engager en direction du corps de bâtiment III. On s’étonnera pourtant de l’ampleur des efforts déployés pour réaliser ce qui finalement pourrait bien n’être qu’une simple « signalisation » !

34- Le bâtiment II au débouché de la poterne : seuil, caniveau et système de signalisation ( ?)

34- Le bâtiment II au débouché de la poterne : seuil, caniveau et système de signalisation ( ?)

Eléments de chronologie

  • 21 Communication de M.-A. Haldimann, Service archéologique cantonal de Genève.
  • 22 cf. annexe. n° 87, 89, 92, 94, 98, 100, 107, 110, 112, 118, 146 et 148.

32Les remblais apportés pour la construction du bâtiment III en particulier se sont révélés très riches en céramique. Le mobilier s’apparente aux productions valaisannes datées de la deuxième moitié du IVe s. et caractérisées par un fort pourcentage de céramiques luisantes, associées à des céramiques dites grises ou fumigées en proportion moindre21. Il comportait en outre 13 monnaies de la première moitié du IVe s.22 dont la plus récente, un follis frappé sous Constantin en 335 ap. J.-C. (cf. annexe, n° 130), fournit un terminus post quern pour la construction des bâtiments.

33À la série de transformations reconnues sur ce premier ensemble de bâtiments, n’est associé aucun mobilier significatif, si ce n’est, trouvé dans les matériaux constituant le radier du nouveau sol de l’aile nord, un fragment de fond en céramique orangée à revêtement argileux, portant, estampillés, un décor de motifs tréflés et la signature SEVERIANI (fig. 35).

35- Fragment de vase portant l’estampille Severiani

35- Fragment de vase portant l’estampille Severiani

34Dans la couche d’occupation du réduit quelques éléments mobiliers ont été recueillis : outre un fer de hache et plusieurs fragments de verre peu caractéristiques, on remarque dans ce lot plusieurs tessons de céramique estampée à beau vernis gris (DSP) ainsi que trois monnaies. La plus ancienne, évidemment résiduelle, est un antoninianus de Victorinus ( ?) émis à partir de 268 (cf. annexe, n° 55) ; les deux autres, de Valentinien, produites entre 388 et 402 (cf. annexe, n° 145 et 149) sont davantage en harmonie avec la datation suggérée par la céramique pour l’occupation du bâtiment nord transformé.

Bâtiments publics ou première ecclesia ?

35La création de bâtiments qui empiètent sur le domaine public, contre le rempart et la porte Herculea, et annexent de surcroît la poterne, soulève la question de l’autorité susceptible d’engager de tels travaux. Pour la période indiquée par le mobilier, il semble que les réponses se limitent à deux possibilités : les autorités civiles, ou la communauté chrétienne, agissant avec l’assentiment des premières.

36Il conviendrait pour accréditer l’hypothèse d’un ensemble cathédral précoce qu’un évêque eût déjà été désigné à cette époque ! Or, la présence d’un évêque à Cularo avant que la bourgade ait accédé au rang de civitas, est pour le moins douteuse. Rien ne permet de récuser par ailleurs la traditionnelle attribution à l’empereur Gratien de ce changement de statut, dont témoignerait la transformation du nom de la ville en Gratianopolis. C’est donc après 370 au moins, époque présumée de la rédaction de la Noticia Dignitatum, qu’il faut rapporter l’événement puisque, dans ce document, l’agglomération est encore désignée sous le nom de Cularo.

37De plus, si l’on veut bien considérer le fait qu’il n’est fait mention d’aucun évêque de Grenoble, ni de l’un de ses représentants, au concile de Valence en 374 où l’on voit pourtant réunis une vingtaine de prélats du sud-est de la Gaule (R.D. n° 38), on peut estimer qu’à cette date, la ville était encore dépendante de Vienne, au civil comme au religieux. Ainsi, l’episcopus Gratianopolitanus présent en 381 au concile d’Aquilée pourrait bien être, comme le veut la tradition, le tout premier évêque de Grenoble.

38Dès lors, si l’on considère que les édifices nord et ouest doivent être placés plutôt au début de la fourchette chronologique (335-381) fournie par les indices archéologiques et les textes, il faudrait voir dans leur construction l’action des pouvoirs municipaux. Ceux-ci ont pu prendre l’initiative d’élever des bâtiments à caractère public, dont la fonction civile ou militaire, était probablement en rapport avec leur situation à l’entrée de la ville.

39L’occupation des lieux par l’évêque ne serait effective qu’ultérieurement, à la fin du IVe ou au début du Ve s., et se traduirait dès l’origine par une campagne de grands travaux destinée à mettre les lieux en accord avec leur nouvelle vocation (cf. infra, chap. 5).

40Si, au contraire, c’est à une date plus basse, proche des années 380, qu’eut lieu leur construction, on pourrait alors reconnaître dans ces édifices certains des premiers aménagements du groupe épiscopal. Deux arguments peuvent être avancés à l’encontre de cette hypothèse. Le premier est qu’il n’a été recueilli aucune preuve de l’existence contemporaine de la construction de ces premiers bâtiments, d’un baptistère ou d’une église, seuls témoins probants d’une utilisation chrétienne des lieux. On pourra, en second lieu, s’étonner de voir la poterne d’abord annexée pour être ensuite exclue des édifices “reconstruits” à une date où leur appartenance au groupe épiscopal n’est cette fois plus douteuse (cf. infra, chap. 5). Ces transformations ne sont-elles pas précisément l’indice d’un changement de statut par lequel les bâtiments publics (à l’exception peut-être du bâtiment sur rue) passeraient sous l’autorité épiscopale ?

41À l’inverse, en faveur de la seconde hypothèse, on peut toujours faire valoir que le mobilier trouvé dans les niveaux de construction, et singulièrement les monnaies, d’un usage souvent prolongé, peuvent indiquer une époque sensiblement antérieure à celle des travaux.

42Attendu l’insuffisante précision de la fourchette chronologique donnée par le mobilier, on retiendra que la question essentielle du statut initial des nouveaux bâtiments peut difficilement être tranchée sur la base du seul examen archéologique. La prudence contraint donc à poser le problème de la vocation première de cet ensemble bâti en s’interdisant d’y répondre de manière définitive.

Notes

16 Cette limite est en tout cas attestée dans l’état suivant, où un mur, réalisé à cet emplacement, a pu détruire une éventuelle première séparation.

17 La fondation n’a pu être reconnue que sur une cinquantaine de centimètres de hauteur, sans que la base en soit atteinte.

18 Cette seconde hypothèse, pourrait trouver une justification dans la nature des terrains sous-jacents particulièrement imperméables. Un puits perdu réalisé de manière “classique” n’aurait sans doute pas permis d’évacuer efficacement un volume important d’eau, ce qui eût entraîné des refoulements.

19 Les vestiges de ce caniveau, s’ils ont existé, ont été détruits par la construction du mur de façade du bâtiment médiéval E5.

20 Si le premier canal avait été contemporain du caniveau le plus important, ou postérieur à lui, il aurait été plus simple en effet de placer sa connexion avec le premier conduit, à l’extérieur du bâtiment, pour ne procéder qu’à une seule reprise en sous-œuvre.

21 Communication de M.-A. Haldimann, Service archéologique cantonal de Genève.

22 cf. annexe. n° 87, 89, 92, 94, 98, 100, 107, 110, 112, 118, 146 et 148.

Table des illustrations

Titre 26- Les bâtiments du IVe Si7cle
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1208/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre 27- Le sol primitif du bâtiment II (US 6165) recoupé par le mur M17 (US 6142)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1208/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre 28- Le mur M14 doublé d’une colonnade
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1208/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre 29- Les premières transformations des bâtiments du IVe siècle
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1208/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre 30- Le bâtiment II après construction du mur M17
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1208/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre 31- Relevé pierre à pierre des élévations du réservoir
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1208/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre 32- Caniveau n° 1
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1208/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre 33- Caniveau n° 2
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1208/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre 34- Le bâtiment II au débouché de la poterne : seuil, caniveau et système de signalisation ( ?)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1208/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre 35- Fragment de vase portant l’estampille Severiani
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1208/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 209k

© Alpara, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access