Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Autour du groupe épiscopal de Grenoble

 | 
François Baucheron
, 
Franck Gabayet
, 
Alain De Montjoye

Introduction

Alain de Montjoye

Texte intégral

1En 1989 débutaient à Grenoble deux opérations de sauvetage archéologique qui devaient être conduites simultanément par deux équipes distinctes et se prolonger sur une durée de sept années : d’une part un ensemble de fouilles et de surveillance de travaux liées à la construction d’une ligne de tramway, d’autre part l’étude du bâti et la mise au jour des vestiges de l’ancien évêché à la faveur de travaux d’aménagement.

2La première opération qui a conduit à l’exploration approfondie de deux secteurs, l’un sur la place Sainte-Claire, l’autre sur la place Notre-Dame, s’est muée en fouille programmée, sur une surface considérablement élargie, quand furent rencontrés et reconnus les vestiges du premier baptistère de la ville, au-devant de la cathédrale. Le site de la place Notre-Dame, provisoirement remblayé, fut alors recouvert d’une dalle, au-dessous de laquelle les fouilles se sont poursuivies de 1991 à 1996 et les vestiges peuvent désormais être présentés au public.

3Dans le même temps, les bâtiments de l’ancien évêché, rachetés en 1988 par le Conseil Général de l’Isère pour y installer un musée, faisaient l’objet d’une étude archéologique approfondie de leurs élévations comme de leur sous-sol, soumise au rythme des travaux d’aménagement. L’équipe qui en fut chargée se vit confier également quelques sondages de reconnaissance, demandés par l’Architecte en Chef des Monuments Historiques, dans le sous-sol de la cathédrale et de l’église Saint-Hugues.

4Au cours de ces sept années, les travaux des archéologues ont donc dû s’insérer dans un ensemble d’opérations complexes liées à un programme ambitieux d’aménagements, comprenant, non seulement la réalisation d’une ligne de tramway — dont le tracé fut modifié pour permettre la conservation des vestiges mis au jour sous la place —, mais aussi une recomposition complète de la silhouette de ce quartier de la ville. On vit simultanément se transformer la cathédrale et l’église Saint-Hugues, sous la direction des Architectes en Chef des Monuments Historiques, successivement MM. Jean-Louis Taupin et François Botton, la place elle-même, avec la construction par la Ville de Grenoble de la crypte archéologique, selon les plans de M. Dominique Chancel, et enfin, les bâtiments de l’ancien évêché, dont le Conseil Général de l’Isère confia la maîtrise d’œuvre à MM. Patrick Charra, Stéphane Morenas (†) et Jacques Scrittori. Quelque soin qu’on ait apporté à la difficile harmonisation d’interventions aussi importantes et diverses sur le même site, la conduite au quotidien des tâches incombant à chacun n’a pas toujours été sans écueils. Ainsi, pour le chantier archéologique de la place Notre-Dame, la nécessité posée en préalable d’assurer le sauvetage du site dans des délais contraignants a imposé des choix qu’on n’a pu que regretter par la suite, après qu’eut été décidée la poursuite des recherches en fouille programmée. Sur le site de l’ancien évêché, l’élaboration progressive du programme complet d’aménagement, avec des changements de partis et des modifications de calendrier, explique une approche archéologique parfois morcelée à l’extrême, aboutissant à une apparente incohérence de stratégie.

5En dépit de ces difficultés, pour la résolution desquelles M. Benoît Helly, du Service Régional de l’Archéologie, MM. Jean Jourdan et Michel Meunier pour le Conseil Général de l’Isère, M. Jean-Claude Charrière pour la Ville de Grenoble n’ont ménagé ni leur temps ni leur peine, les travaux proprement archéologiques (fig. 1) ont donné lieu à des échanges constants d’informations et à une concertation suivie entre les équipes qui les ont produits. Dans la mesure où ils intéressent le même site, il convenait d’en rendre compte simultanément. Nous l’avons fait en les complétant du résultat des études conduites par notre collègue Dominique Chancel, concernant la période contemporaine.

1-Place Notre-Dame et ancien évêché à Grenoble

1-Place Notre-Dame et ancien évêché à Grenoble

Implantation des fouilles

6L’étude que nous livrons aujourd’hui n’est aucunement exhaustive. La matière extrêmement abondante que requiert l’évocation de l’histoire du site sur plus de deux millénaires, à travers ses vestiges archéologiques enfouis ou encore debout, mais aussi une copieuse documentation écrite restée inédite, tient à peine en un volume. Il a fallu parfois contraindre, réduire, simplifier, en s’efforçant de ne pas dénaturer. Nous espérons être parvenus à un équilibre acceptable. Mais on ne trouvera pas ici l’étude approfondie du mobilier archéologique — céramique, métal, verre, fragments lapidaires, tabletterie, etc. — qu’on aurait souhaité pouvoir joindre, et qui à elle seule exigerait un autre volume. La richesse du mobilier recueilli ne sera donc qu’évoquée. Une autre faiblesse, que nous n’avons su atténuer, est la médiocrité de la plupart des photographies de fouille, prises dans des conditions techniques très défavorables et sans l’éclairage artificiel complexe qui eût pu les améliorer.

Un travail d’équipe

7Quels que soient les défauts, imputables aux seuls auteurs, qu’on pourra reconnaître dans les pages qui suivent, les mérites, s’il y en a, sont très largement partagés. La substance offerte au lecteur est d’abord — faut-il le préciser ? — le produit de multiples collaborations, le fruit des efforts conjugués, d’abord sur le terrain, de nombreux participants au sein d’équipes qui, au cours des années, se sont certes renouvelées, mais en conservant le bénéfice des apports de chacun.

Début 1989, le Centre d’Archéologie et le Service des Vieux Quartiers, dirigés respectivement par Mme Michèle Giffault et M. Jean-Louis Berthet, ont reçu mission de conduire en collaboration une étude sur les bâtiments de l’ancien évêché, destinée à informer et orienter les choix d’aménagement dans le sens d’une prise en compte respectueuse de leur valeur de patrimoine. Pendant un mois, huit maçons de l’entreprise G.B.R. ont procédé à des sondages. L’efficacité de cette équipe doit être saluée. Cette étude a également mobilisé les compétences complémentaires de plusieurs dessinateurs spécialisés et un photographe. Mme Marie-Odile Mitaut et M. Bruno Greslou ont assuré les relevés architecturaux. M. Pierre Mille a assuré les relevés pierre à pierre et M. Jean-François Lucas a assuré les relevés photographiques.
Sur les chantiers de la place Notre-Dame et de la place Sainte-Claire, se sont succédé MMes Catherine Barra, Laurence Broll-Brangier, Ghislaine Girard. Anne-Gaëlle Philipot, Muriel Poole, Dominique Ruf, et MM. Olivier Blin, Thomas Bouquin, Eric Charpy, Emmanuel Ferber, Daniel Frascone, Peter Mc Peak, Rémi Lovato, Denis Maréchal, Kristo Voyez, Luc Watrin et le professeur Beaume.
Les fouilles de l’ancien évêché et les sondages dans la cathédrale et l’église Saint-Hugues ont mobilisé plusieurs fouilleurs qualifiés. Parmi eux c’est Mme Agnès Garnier qui a assuré avec compétence et disponibilité la plus grande part de l’indispensable assistance au responsable du chantier. Dans cette fonction se sont également succédé Mmes Jacqueline Battut, Christine Dumas, Laurence Issartial, Rose-Marie Le Rouzic, MM. Stéphane Bleu et Robert Ferrier. Enfin les bénévoles n’ont pas manqué et leur aide s’est révélée précieuse. Ce sont Mlles Catherine Aguettaz, Sylvie Bretagnon, Chantai Carlino, Béatrice Dode, Marie Héran, Claire Marti, Béatrice Pitzini-Garnier, MM. Jean-Claude Bay, Emmanuel Bytniewski, Christopher Linder, Jacques Marin, Emmanuel Merloz, Hugues Sassard, William Trelcat.
La plus grande partie des relevés sur le terrain, en plan ou en élévation, est due aux talents de Mme. Marie-Thérèse Pio, MM. Olivier Blin. Pierre-Yves Carron, Robert Ferrier et Frédéric Pont.
Le traitement de l’ensemble de la documentation graphique en vue de la publication a été assuré par MM. Frédéric Pont et Lionel Pingrieux auquel on doit également plusieurs dessins de restitution. Ceux du baptistère sont l’œuvre de M. Dominique Chancel, auteur également du dernier volet de ce volume. Un grand nombre des clichés photographiques ont été réalisé par MM. J.-F. Lucas et Y. Bobin.
Les expertises céramologiques ont été conduites par Mmes Muriel Jame-Jegaden et Catherine Godard pour l’Antiquité et par M. Tomy Vicard pour les périodes médiévale et moderne. MM. Pierre-Jean Trombetta, Daniel Frascone, George Rogers et Daniel Brentchaloff se sont aimablement chargés de l’étude des collections numismatiques, M. J-C Beal de l’étude de la tabletterie antique. C’est à Mme Frédérique Blaizot et à M. Jean-Luc Peiry, auteurs de plusieurs pages de ce livre, qu’on doit les études, sur le terrain et après la fouille, respectivement en anthropologie et en géologie-sédimentologie.

8Enfin, et ce n’est pas le moindre de nos sujets de gratitude, dans la réflexion sur l’interprétation des données et la formulation de nos conclusions, les conseils et l’aide de MM. Paul-Albert Février (†), Jean Guyon, qui a en outre coordonné la présente publication, Charles Bonnet et JeanFrançois Reynaud nous ont été d’un précieux secours. Comme l’a été la relecture du manuscrit qu’ont bien voulu faire, page après page, Mme Anne Le Bot, MM. Henri Galinié et Jean Guyon. C’est sous l’impulsion de M. Jacques Lasfargues, Directeur des Antiquités Historiques de RhôneAlpes, qu’a été lancée cette double opération archéologique, qui a bénéficié par la suite de l’intérêt et du soutien de ses successeurs au poste de Conservateur Régional de l’Archéologie, MM. Gérard Aubin et Jean-Pierre Daugas, représentés en permanence sur le terrain par M. Benoît Helly, assistant-ingénieur au Service Régional de l’Archéologie. Enfin, Mme Michèle Giffault et M. Jean Guibal, responsables successifs du Centre d’Archéologie du Musée Dauphinois/Conservation du Patrimoine de l’Isère, ont apporté tout au long de l’opération le soutien attentif de leur équipe.

9Que tous trouvent ici l’expression de notre vive reconnaissance.

Les fouilles de sauvetage liées à l’établissement de la ligne de tramway ont été entièrement financées par le SMTC, responsable de l’aménagement.
La construction de la crypte archéologique et les fouilles que celle-ci a par la suite abritées l’ont été par la Ville de Grenoble (avec des aides de Conseil Général de l’Isère) et par l’Etat (Ministère de la Culture, Sous-Direction de l’Archéologie).
Les travaux sur la cathédrale et l’église Saint-Hugues, entrepris par le Service des Monuments Historiques, ont été financés pour partie par l’Etat, pour partie par la Ville de Grenoble. C’est le Conseil Général de l’Isère qui a assumé la totalité du coût des fouilles et études archéologiques d’élévations sur le site de l’ancien évêché.

Le cadre géographique et historique

10Sept années de fouilles et d’études, presque en continu, conduites sur de larges surfaces, ont permis une appréciable moisson de données nouvelles. Celles-ci intéressent principalement le site du complexe cathédral, mais elles apportent aussi de nouveaux éclairages sur nombre de questions de portée plus générale touchant à l’histoire de la ville elle-même. À défaut d’apporter toujours des réponses partielles ou définitives à ces questions, du moins invitent-elles souvent à les reformuler.

Le site naturel de la ville (Jean-Luc Peiry)

11Le site naturel de la ville jouit d’une double caractéristique physique : la présence d’un versant sud, particulièrement bien exposé, offrait aux premiers occupants un attrait climatique indéniable (versant sud du Mont-Rachaix, à l’extrémité du massif préalpin de la Chartreuse) ; dans le fond de vallée, la zone de confluence entre deux grands cours d’eau alpins, l’Isère et le Drac (fig. 2), fournissait de l’eau en abondance et des facilités de protection. À son intérêt purement physique, il convient d’ajouter que ce site carrefour présentait des intérêts stratégiques et économiques indéniables, la circulation pouvant se faire en direction de la vallée du Rhône, par l’Isère aval ; vers le sud de la France, par la vallée du Drac ; et vers les Alpes internes et l’Italie, par le sillon alpin.

12À la lumière des connaissances actuelles, il est particulièrement difficile d’évoquer avec précision ce qu’était le site naturel de la ville au moment de la première implantation de l’homme. Sans entrer dans le débat de la localisation d’une première urbanisation sur la rive droite ou la rive gauche de l’Isère, il convient de rappeler que les écrits de Blanchard (1911) et de Millier (1930) formulaient l’hypothèse d’une installation sur un môle alluvial, voire une émergence rocheuse prolongeant le flanc sud du Mont-Rachais. Ils ont profondément marqué les archéologues, historiens et géographes grenoblois, à tel point que cette hypothèse, pourtant sans étalement scientifique sérieux, était systématiquement évoquée. De récents travaux (Peiry et Féougier, 1997) ont montré que les observations ayant conduit à la formulation de cette hypothèse étaient erronées, parce que reposant sur des observations topographiques concernant des espaces urbains soustraits aux inondations à l’Époque Moderne ; ces points hauts provenaient d’une sur-épaisseur du remblaiement urbain et n’étaient aucunement naturels.

2- Le cadre géographique du site de la ville de Grenoble

2- Le cadre géographique du site de la ville de Grenoble

Source : Peiry et Féougier, 1997

13Les études géomorphologiques conduites à l’occasion des deux opérations de sauvetage archéologique dont il va être question dans ce volume permettent d’affirmer qu’entre l’Isère et le Drac, l’urbanisation s’est développée à la surface d’une plaine d’inondation édifiée par les deux rivières. L’homme s’est installé sur un remblaiement limoneux épais d’environ 2 mètres surmontant des formations alluviales grossières composées de gravier. Les niveaux d’occupation de l’époque étaient situés à environ 3 à 4 mètres sous les plus hautes cotes topographiques actuelles, la différence d’altitude provenant du remblaiement urbain progressivement accumulé au fil des siècles. Aucun élément local ne permet actuellement de connaître avec certitude quelles étaient les contraintes exercées par les deux rivières sur le site. Tout au plus peut-on se référer aux observations sur la paléodynamique fluviale du début de l’ère chrétienne, faites sur l’Isère aval et la vallée du Rhône : ainsi, l’étude de paléoméandres d’âge gallo-romain de l’Isère dans l’ombilic de Moirans présente un certain nombre d’arguments en faveur d’une période de calme hydrologique, mise en évidence, notamment, par des phases de tourbifications des bras morts (Salvador 1991). De la même manière, les études géomorphologiques conduites sur plusieurs sites archéologiques de la vallée du Rhône indiquent que le fleuve avait très probablement incisé dans ses propres alluvions entre le IVe s. avant et le Ier s. après J.-C. et qu’une période de calme hydrologique induisait de faibles fréquences de débordement (Bravard et al., 1989). En toute logique, on est en droit d’émettre l’hypothèse qu’il en était de même sur le site originel de Grenoble : les premières implantations humaines devaient être soumises à des contraintes d’inondation limitées, en dépit de leur situation potentiellement exposée au confluent de l’Isère et du Drac.

J.-L. P.

Le cadre historique

La première urbanisation

14Ce que fut la première agglomération dont procède Grenoble, mentionnée pour la première fois sous le nom de Cularo dans une lettre de L. Munatius Plancus adressée à Cicéron en 43 av. notre ère, reste pour les historiens une quasi-abstraction. Les nombreuses observations menées à partir de 1880 par Hippolyte Müller, à l’occasion des importants travaux qui à cette époque transformaient la ville (Miiller 1930), ne permettent même pas de trancher sur la question longtemps débattue (Dangréaux 1986) du premier emplacement : oppidum de hauteur sur la rive droite de l’Isère ou agglomération de fond de vallée en ce site de carrefour et de pont que propose la rive gauche. Ces observations permettent, en revanche, de construire une image approximative des contours de l’aire urbanisée de la rive gauche, dont l’existence est attestée dès le début du Ier s. de notre ère, grâce aux études menées en 1963 et 1974 dans le secteur de la rue de la République (Bocquet 1963, 1974).

15Les fouilles pour le parking Lafayette, en 1974, ont révélé pour la première fois à Grenoble les vestiges consistants d’un habitat de type urbain dont certains murs sont réalisés en terre (Dangréaux 1985). C’était trop peu cependant pour permettre d’entrevoir un schéma d’organisation générale de la ville, dont ni le réseau viaire et moins encore la distribution des fonctions ne peuvent être esquissés aujourd’hui. Aucun vestige n’a jamais été exhumé de la parure monumentale qu’on attendrait dans une agglomération du monde romain dont l’importance est par ailleurs attestée grâce à des inscriptions — pas moins de quatrevingt-huit — principalement des Ier et IIe s. de notre ère (Chabert 1927). Le décalage est grand entre l’image de la ville, passablement pauvre et pour tout dire évanescente, fournie par l’archéologie et celle, suggérée par les inscriptions, de la population qui l’habitait : celle-ci fortement latinisée d’après les patronymes, comptait en son sein plusieurs magistrats de la cité de Vienne, des sacerdotes, deux fonctionnaires impériaux. C’est assez souligner que la ville gallo-romaine des trois premiers siècles de notre ère se dérobe complètement encore à toute tentative de représentation (Montjoye 1990b, p. 15-19).

La réduction de la ville à la fin du IIIe siècle

16Dans le climat troublé de la fin du IIIe s., marqué par la recrudescence des intrusions barbares, Cularo, comme bien d’autres cités de la Gaule, s’enferme dans une enceinte fortifiée. De ce puissant et prestigieux ouvrage, qui ne devait être détruit, pour l’essentiel, qu’à la fin du XVIe s. et dont la morphologie urbaine conserve aujourd’hui encore l’empreinte, peu de vestiges nous sont parvenus. Il est pourtant un des mieux documentés parmi ceux de même époque en Gaule. Grâce aux nombreuses et précises observations dont il a été l’objet à la fin du siècle dernier et au début de celui-ci, de la part notamment d’Hippolyte Miiller, grâce également à des travaux plus récents de recensement systématique des informations (Chancel 1991) il est possible de proposer une restitution fiable de son tracé (fig. 3) et de son aspect. Il avait la forme d’une ellipse irrégulière d’environ 1,150 km de périmètre, enserrant une superficie de quelque 9 ha. La muraille était pourvue d’une trentaine de tours semi-circulaires espacées en moyenne de 27 m et s’ouvrait, au sud-ouest et au nord-est, par deux portes monumentales. Une portion d’environ 65 m de ce rempart, comportant trois tours, a pu être entrevue en 1963, rue de la République, avant sa destruction totale. Pour la première fois, à cette occasion, purent être observés certains aspects de sa construction : fondation sur radier de pieux battus, maçonnerie de concrétion liée au mortier de tuileau et revêtue d’un petit appareil de moellons. L’enceinte de Grenoble est, de surcroît, en Gaule, la seule enceinte urbaine du Bas Empire précisément datée par l’épigraphie. Les deux portes monumentales, connues par des dessins du XVIe s. et, pour l’une d’entre elle, la porte Viennoise, par une description contemporaine de sa démolition tardive à partir de 1802 (Chatel 1990) portaient des inscriptions dédicatoires (CIL, XII, 2229) qui ont été relevées dès le XVIe s. On y apprenait que la fortification, avait été élevée par ordre des empereurs Maximien et Dioclétien qui en avaient dédicacé les portes sous les invocations de Jupiter pour la porte Romaine (sud-ouest) et d’Hercule pour la porte Viennoise (nord-est). C’est donc à une date comprise dans l’intervalle 286-293, correspondant au règne conjoint des deux empereurs, que se place la dédicace de l’ouvrage.

3- La ville du Bas Empire ; enceinte, réseau viaire supposé, lieux connus

3- La ville du Bas Empire ; enceinte, réseau viaire supposé, lieux connus

1 : Groupe épiscopal
2 : Complexe funéraire de Saint-Laurent
3 : Porte Herculea ou Viennoise
4 : Porte Jovia ou romaine

17À la construction de l’enceinte correspond une réduction certaine de la surface urbanisée, mais qu’il est malaisé d’évaluer. C’est essentiellement à la périphérie sud et sud-ouest que cette réduction paraît avoir été importante si l’on en juge par la distance à laquelle ont été trouvés à l’extérieur de l’enceinte, place Jean Achard, rue Vicat (fig. 4), des témoins indiscutables (mais ténus) d’une occupation gallo-romaine.

4- Localisation des différents sites et monuments dans la ville de Grenoble

4- Localisation des différents sites et monuments dans la ville de Grenoble

A : Ville du Bas Empire
Β : Ancien faubourg Saint-Laurent
C : Ancien faubourg de l’Ile
D : Ancien enclos des Dominicains
1 : Cathédrale Notre-Dame
2 : Eglise Saint-Hugues
3 : Eglise Saint-Laurent
4 : Eglise collégiale Saint-André
5 : Couvent des Franciscains ou Cordeliers
6 : Couvent des Dominicains ou Jacobins
7 : Tour de l’Ile

Le processus de christianisation et le premier groupe épiscopal

18L’élévation de Cularo au rang de cité (statut attesté dans la Noticia Galliarum), par faveur de l’empereur Gratien qui lui donna son nom (Gratianopolis), l’apparition dans le même temps d’un premier évêque de Grenoble, Domnin, présent au concile réuni à Aquilée en 381, ont été abondamment commentées par les historiens de Grenoble qui y ont vu, à juste titre, une nouvelle preuve de l’assiduité avec laquelle l’Eglise devenue officielle s’est coulée dans les moules institutionnels de l’Empire finissant. La morphologie particulière de l’ensemble cathédral qui nous est parvenu, caractérisée par la juxtaposition de deux églises, Notre-Dame et Saint-Hugues (primitivement Saint-Vincent), n’a pas suscité en revanche toute l’attention qu’elle mérite.

19Plusieurs théories se sont succédé concernant les origines de la cathédrale de Grenoble, illustrant de manière singulière l’évolution des conceptions historiques. La plus ancienne, dont le récit de l’official François du Puy en tête du grand pouillé de 1497 (Marion 1869) offre une des versions les plus achevées, emprunte à la littérature épique : elle fait de Charlemagne le fondateur de la première cathédrale, Saint-Vincent, après que la ville eut été conquise par Roland sur les païens. Ce n’est que plus tard, selon ce récit, qu’a été élevée auprès de la première une seconde église dédiée à Notre-Dame, devenue depuis l’église majeure. Jusqu’au XIXe s., les historiens n’ont pas mis en doute l’essentiel de cette version, expliquant seulement que le premier siège épiscopal, occupé dès la fin du IVe s. par Domnin, n’était pas situé dans la ville, mais à l’extérieur des murs, sur la rive droite, en un lieu qui ne pouvait être que le site de Saint-Laurent (Pilot 1829, p. 12, 13). Avant même que la fouille conduite par R. Colardelle ait formellement démontré la vocation strictement funéraire du site de Saint-Laurent dès le IIIe s., des esprits plus pénétrants (Prudhomme 1888, p. 53-57 ; David 1939, p. 37-40 et 46) avaient définitivement rangé parmi les légendes la mythique fondation carolingienne et considéré que la cathédrale, dès l’origine, occupait cet emplacement, à l’intérieur de la ville fortifiée et dans le coude le plus prononcé du rempart, qui est encore le sien aujourd’hui. Pour un observateur moderne, la tentation est forte de voir dans l’actuel dispositif de deux églises accolées, la survivance en plein Moyen Âge d’un possible complexe de cathédrale double comme on en connaît beaucoup dans la Gaule des premiers temps chrétiens et notamment dans les villes voisines de Lyon et Genève. Là en était la réflexion quand furent mis au jour en 1989, à quelques mètres de la façade médiévale de la cathédrale, les vestiges du premier baptistère.

Le complexe cathédral au cours du Moyen Âge et de l’époque moderne

20Si on excepte quelques travaux d’historiens de l’art, portant exclusivement sur la cathédrale et l’église Saint-Hugues, méritoires en leur temps, mais aujourd’hui bien vieillis, l’ensemble du complexe épiscopal — églises, cloître, cimetière, palais — n’a fait l’objet d’aucune monographie approfondie.

  • 1 C’est sous ce nom, qu’elle a gardé jusqu’à sa disparition, que cette tour figure dans la perspectiv (...)

21La représentation qu’on avait jusqu’alors de cet ensemble, tel qu’il apparaissait avant les amputations considérables qu’il a subies au début du XIXe s., était fondée principalement sur les documents très précis que sont les plans dressés à la fin du XVIIIe s. pour servir à la vente des bâtiments canoniaux et autres propriétés d’Eglise au titre des Biens Nationaux (ADI, 1 Fi 252 et 970). Sur ces plans apparaissent, exactement dans leurs implantations et proportions respectives, les deux églises et l’énorme mur du côté nord, sur lequel s’appuie l’église Saint-Hugues et qui n’est autre qu’une portion du robuste rempart gallo-romain (fig. 5). Dans ce rempart, à l’ouest des églises, apparaît ce qui subsistait encore de l’antique porte Viennoise ou Herculea cantonnée de deux tours. De part et d’autre de la tour orientale, dite tour de l’Évêché1 s’appuient deux corps de bâtiment. L’un, sur la face interne, est établi parallèlement au rempart. L’autre, sur la face externe, se développe transversalement et sensiblement en biais, depuis l’arrondi de la tour jusqu’à un autre groupe de bâtiments, ceux d’un couvent de Récollets établi à cet endroit en 1673. L’accès à la rue Très-Cloître ainsi barré par cette aile ouest de l’évêché se faisait sous celle-ci par un passage voûté.

22L’élargissement de l’ouverture de la porte Viennoise, entrepris en 1802, et l’écroulement de la Tour de l’Évêché qui en résulta fournirent l’occasion, semble-t-il attendue, de procéder à une complète recomposition de la place et de l’évêché. Si bien que de l’ancienne résidence des évêques ne subsiste plus aujourd’hui que le corps de bâtiment nord adossé au mur gallo-romain, soit moins d’un tiers de ce qu’elle était à la fin de l’Ancien Régime.

23Aux données fournies par les plans et documents de la fin du XVIIIe s., dont certains ont été déjà publiés (David 1939, pl. II) sont venues s’ajouter celles recueillies grâce à un dépouillement systématique des archives anciennes de l’évêché, principalement du XVIIe s., mais concernant aussi le siècle précédent et même, de manière indirecte, la période médiévale. Pour ces périodes, on le verra, l’apport de l’archéologie a été tout aussi déterminant.

24Une notice sur l’ensemble des édifices cathédraux de Grenoble (Montjoye 1988), rédigée à la veille du démarrage des travaux dont il est ici rendu compte, permet de mesurer l’avancée considérable des connaissances, au cours de ces dernières années. Sur les églises elles-mêmes, bien sûr, grâce aux observations réalisées à l’occasion des travaux conduits par la Conservation Régionale des Monuments Historiques, sur le cimetière paroissial dont une grande partie a été fouillée, mais également sur les bâtiments de la résidence épiscopale et ce qui les a précédés, où ont été faites certaines des découvertes les plus spectaculaires.

5- Plan du complexe cathédral dressé à la fin du XVIIIe s. (détail)

5- Plan du complexe cathédral dressé à la fin du XVIIIe s. (détail)

A.D.I. 1Fi 252, cliché. A.D.I.

Notes

1 C’est sous ce nom, qu’elle a gardé jusqu’à sa disparition, que cette tour figure dans la perspective cavalière gravée par Pierre Prévost vers 1575 pour la réédition de la Cosmographie Universelle de Munster (fig. 113) (Β. M. Grenoble, Pd. 4 [10]).

Table des illustrations

Titre 1-Place Notre-Dame et ancien évêché à Grenoble
Légende Implantation des fouilles
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1204/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Titre 2- Le cadre géographique du site de la ville de Grenoble
Crédits Source : Peiry et Féougier, 1997
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1204/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre 3- La ville du Bas Empire ; enceinte, réseau viaire supposé, lieux connus
Légende 1 : Groupe épiscopal2 : Complexe funéraire de Saint-Laurent3 : Porte Herculea ou Viennoise4 : Porte Jovia ou romaine
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1204/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre 4- Localisation des différents sites et monuments dans la ville de Grenoble
Légende A : Ville du Bas EmpireΒ : Ancien faubourg Saint-LaurentC : Ancien faubourg de l’IleD : Ancien enclos des Dominicains1 : Cathédrale Notre-Dame2 : Eglise Saint-Hugues3 : Eglise Saint-Laurent4 : Eglise collégiale Saint-André5 : Couvent des Franciscains ou Cordeliers6 : Couvent des Dominicains ou Jacobins7 : Tour de l’Ile
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1204/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 616k
Titre 5- Plan du complexe cathédral dressé à la fin du XVIIIe s. (détail)
Légende A.D.I. 1Fi 252, cliché. A.D.I.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1204/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 674k

© Alpara, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access