Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pots et potiers en Rhône-Alpes

 | 
Élise Faure-Boucharlat
, 
Tommy Vicard
, 
Bruna Maccari-Poisson
, 
et al.

Seconde partie. Répertoire illustré des céramiques domestiques en lyonnais (XIIe-XVIIIe siècle)

Chapitre 2. Les critères de datation à partir des données archéologiques

Texte intégral

1De nombreuses contraintes président à la rédaction de ce chapitre et divisent l’étude en deux parties : l’une traite d’une période allant de la fin du XIIe s. au XIVe s., l’autre, d’une période allant du XVIe s. au XVIIIe s.

2Pourquoi une telle coupure ? Principalement parce que le mobilier fait défaut pour le XIVe et une grande partie du XVe s. Ce n’est qu’à la fin de ce siècle que l’on recommence à collecter des informations à partir de trois sites, non inclus dans cette étude : un dépotoir me Tramassac, un second place de la Bourse et des couches d’occupation place des Terreaux : ces trois ensembles sont publiés ou en cours de publication. Ils sont évoqués ici pour comparaison, car riches d’informations chronologiques.

3Du XIIe au XIVe s., chaque site est traité suivant l’ordre chronologique. L’étude se fait de manière identique : contexte archéologique, étude céramologique et proposition de datation.

4Pour le XVe s., le mobilier des trois ensembles évoqués plus haut fait l’objet d’une brève synthèse.

5A partir du XVIe s., le nombre de structures mises au jour et étudiées-plus de trente-la quantité et la variété du matériel recueilli en fouille à Lyon, et la présence de nombreux critères de datation ont conduit à adopter une démarche légèrement différente : dans un premier temps, sont présentés les contextes archéologiques de chaque site ; puis sont abordées, de manière chronologique, l’étude céramologique et la datation, structure par structure, tous chantiers confondus, en analysant d’abord celles qui présentent des indices de datation absolue et en terminant par celles qui ne fournissent aucun élément chronologique, hormis la comparaison typologique. Enfin, un récapitulatif de l’ensemble des types se trouve en chapitre 3 dans la synthèse chronologique, sous forme de tableaux, pour chaque époque.

Du XIIe au XIVe siècle

Fin XIIe s., Lyon, rue Palais-Grillet

Contexte archéologique

Les fosses et la rue médiévale

6Le projet d’extension des magasins « Le Printemps », situés dans le deuxième arrondissement, nécessitait le décaissement de la portion sud de la rue du Palais-Grillet, en plein cœur de la presqu’île. L’intervention archéologique a mis au jour plusieurs niveaux d’occupation, aussi bien gallo-romains que modernes (Ayala 1992, pp. 293-305). De l’époque médiévale, nous avons retenu le matériel de 4 fosses, période VIII, ainsi que celui de la rue, pour leur chronologie relative et absolue.

7Les fosses, de forme ovale, larges et profondes, remplies d’une terre noire et grasse et souvent installées à la croisée de structures antiques, sont interprétées comme fosses de récupération de matériaux (fig. 119). Elles témoignent de la reprise d’une activité dans ce secteur après une interruption de plus de huit siècles.

119 - Lyon, rue Palais-Grillet, emplacement des fosses médiévales

119 - Lyon, rue Palais-Grillet, emplacement des fosses médiévales

8Par la suite, un apport de terre (US 89) est directement posé sur le remplissage de ces fosses : il s’agit d’une mise à niveau pour la construction d’une rue. A celle-ci succède de nouveau une couche de préparation (US 77), puis une nouvelle rue. Pour rehausser cette dernière, une série de niveaux de préparation est mise en place. La rue acquiert alors une meilleure structuration, basée sur l’emploi de gros galets en granite et de fragments de schiste (US 62).

Étude céramologique

9Le matériel recueilli lors de la fouille des fosses est de quantité inégale : 335 tessons pour la fosse 222, 278 pour la fosse 274, 42 pour la fosse 357 et 17 pour la fosse 182, qui fournissent un ensemble de 42 vases.

10Avant d’étudier le matériel, il faut déterminer les relations de ces fosses entre elles. Bien qu’aucun recollage inter-fosses ne le prouve, nous savons par l’étude archéologique que ces fosses appartiennent à la même période chronologique. (Ayala 1992). Les oules et les cruches à bec ponté sont présentes dans les cinq fosses, alors que les ouïes à anse en panier et le pichet ne se retrouvent respectivement que dans une fosse. D’autres découvertes montrent pourtant que ces cinq types coexistent (château d’Anse ; place de la Bourse). Ils sont donc contemporains.

11La céramique commune sombre est sans conteste la catégorie majoritaire avec un ensemble de 660 fragments, qui donnent 34 vases, dont des oules à lèvre en bandeau type 1371, des cruches à bec ponté type 11051 et des oules à anse en panier, types 10111 et 10112. Ces derniers sont une nouveauté : une sorte de pot de transport dérivé de l’oule, avec une anse en panier accrochée sur la lèvre ; celle-ci présente deux profils : la traditionnelle lèvre en bandeau et une autre, sans inflexion, à extrémité plate. Les 4 types recensés en céramique glaçurée à pâte rouge font figure de parents pauvres : cruches à bec ponté, identiques aux modèles en pâte grise et pichet type 11121.

12En ce qui concerne les couches issues de la fouille de la rue, le recollage met en évidence un lien entre les US 77 et 62, qui sont donc contemporaines tout en étant chronologiquement séparées par deux niveaux de rues et un remblai d’apprêt. La plupart des types présents dans l’US 89 se trouvent également dans l’US 62 (excepté le type 10111), laquelle recolle avec 77. Cette cohésion morphologique permet de considérer le total de 307 fragments comme un tout : la céramique commune grise, toujours majoritaire avec 278 fragments, fournit un total de 14 vases, dont les profils ne présentent aucune surprise : oules à lèvre en bandeau, cruches à bec ponté, oules à anse en panier. En famille R1, les pichets ne sont présents qu’en nombre limité - 24 fragments - bien que légèrement supérieur au contenu des fosses citées plus haut.

Datation

13D’après le rapport de fouille, la céramique recueillie dans le remplissage des fosses « ne permet pas de situer la formation de ces couches avant le XIIe s. Si l’on tient compte de la plausible hypothèse de A. Croze qui préconise de placer la création de la rue du Puits-Pelu dans les années qui suivirent celle de l’Hôpital du Rhône, la formation de ces fosses, précédant l’installation de la rue, a dû s’opérer dans le troisième quart du XIIe s. Le denier anonyme des Archevêques de Lyon trouvé dans la fosse 219 (une fosse contemporaine mais dépourvue de matériel) confirme cette proposition chronologique. »

14Proposition qui nous convient parfaitement, puisque les cruches à bec ponté en pâte rouge glaçurée sont attestées au XIIe s. (Faure-Boucharlat 1986) mais absentes au début XIIIe s. d’après le matériel trouvé à Anse. D’autre part, la chronologie établie pour Anse ne nous renseigne en rien sur la date d’apparition des pichets. Il semble, mais avec certaines réserves, que cette lacune puisse être comblée ici.

15Quant aux niveaux de rue, « les arguments de datation de ces différentes phases sont tirés des rapports stratigraphiques entre les premiers niveaux de rue et les fosses de la période précédente ; la datation de celles-ci fournissant un terminus ante quem précis. Ceci nous porte à placer la formation des rues (...) dans le dernier quart du XIIe s. Deux monnaies, trouvées dans la couche 62 sont datées du XIIe s. : cet argument chronologique pourrait situer le réaménagement de la rue à la fin de ce siècle. »

16L’étude de la céramique ne permet pas, typologiquement et chronologiquement, de différencier le matériel des fosses de celui des rues ; l’augmentation du nombre des pichets n’est pas un indice suffisant, bien qu’il mérite d’être noté. La proposition de datation fournie par le rapport de fouille confirme nos connaissances de la céramique du XIIe s. qui s’enrichissent d’une nouvelle donnée avec la présence d’oules à anse en panier. A ce sujet, rappelons que plusieurs vases semblables aux types 10111 et 10112 ont déjà été trouvés lors de fouilles anciennes (Faure-Boucharlat et Tardieu 1986), mais les éléments de datation ne permettaient pas alors une fourchette chronologique précise : XIIIe, XIVe s. ou même XVe s. parfois. Ces vases, issus des comblements des reins d’une voûte, place du Pilori, étaient contemporains de cruches à bec ponté, d’oules à lèvre en bandeau, de pichets décorés, mais aussi de marmites présentant des caractéristiques typologiques plus récentes, d’où, à l’époque, une proposition de datation prudente allant du XIIIe au XVe s.

Début deuxième moitié du XIIIe s., Anse (Rhône), Château des Tours

17Bien que situé à l’extérieur de Lyon, ce site a une importance primordiale pour la connaissance du mobilier médiéval ; en effet, de nombreux types trouvés à Anse sont présents dans les fouilles lyonnaises.

Contexte architectural et archéologique

18Le bâtiment se trouve à la limite du bourg d’Anse, à une trentaine de kilomètres au nord de Lyon, au centre d’une parcelle circulaire qui conserve le toponyme de « basse-cour » ; c’est une imposante bâtisse longitudinale flanquée à ses extrémités par deux tours : un donjon circulaire au sud, une tour semi-circulaire au nord. Plusieurs campagnes de fouilles (Feuillet 1985), une étude architecturale et une série de datations dendrochronologiques ont permis de montrer que l’aspect actuel du château est le fruit d’une longue évolution dans laquelle nous pouvons distinguer trois états (fig. 120) :

19- L’état 1 concerne la construction de l’édifice en trois Campagnes au XIIIe s. :

20Phase I : donjon circulaire de trois étages desservis par un escalier à vis.

21Phase II : on rajoute la tour nord semi-circulaire reliée au donjon par deux courtines délimitant une cour centrale.

22Phase III : un bâtiment s’implante dans la cour centrale, ne laissant subsister que deux petites cours au nord et au sud.

23- L’état 2 renvoie à des remaniements aux XVe et XVIe s., donnant au château un caractère plus résidentiel : Claude Gaste (1466-1486) fait construire plusieurs ouvertures ainsi qu’un escalier à vis dans la cour nord, et Guy Bourgeois (1486-1511) en fait édifier un deuxième dans la cour sud, plaqué contre le donjon.

24- L’état 3 englobe divers travaux d’entretien et des modifications mineures du XVIIe au XIXe s.

25C’est dans la cour sud que se trouvent les deux structures qui font l’objet de cette étude : S 16 et F 35.

120 - Anse, château des Tours : Les différentes phases de construction de l’état 1

120 - Anse, château des Tours : Les différentes phases de construction de l’état 1

La structure 16

26Il s’agit d’une structure enterrée, construite en pierres lutées à l’argile, de forme tronconique, d’une profondeur de 3,70 m pour un diamètre de 2 m et possédant une ouverture circulaire d’environ 30 cm de diamètre (fig. 121). La fouille ne nous renseigne pas sur la fonction d’origine ; le fond est constitué d’une couche d’argile très grasse, stérile, posée sur le terrain naturel. L’hypothèse du puits est à rejeter du fait de la profondeur de la nappe phréatique et de la forme tronconique inhabituelle. Il ne s’agit pas non plus d’une citerne, car le parement interne ne présente aucune trace d’enduit, ni d’un silo, puisqu’on n’a retrouvé nulle trace de grain dans les joints d’argile, bien que l’utilisation de récipients tressés et éloignés des parois puisse infirmer cette interprétation ; il faut cependant noter de fortes infiltrations d’eau. Un rôle de glacière est envisageable : la forme conique servirait alors à limiter les échanges caloriques. On ne connaît pas non plus l’aspect extérieur primitif : margelle ou ouverture au ras du sol ? Lors de la découverte, un dallage tenait compte de l’ouverture grâce à des pierres taillées en demi-cercle, et les trois premières assises étaient liées par un mortier granuleux et friable, mais il semble cependant qu’il s’agisse d’un réaménagement.

121 - Arise, château des Tours : coupe du remplissage de la structure S 16

121 - Arise, château des Tours : coupe du remplissage de la structure S 16

27Dans un deuxième temps, S 16 a été réemployée comme dépotoir domestique et comblée jusqu’à l’ouverture en plusieurs étapes bien distinctes, composées de 19 couches archéologiques numérotées de 7.1 à 7.19. Les trois premières sont antérieures au comblement, puisqu’il s’agit de lœss vierge, de lœss rubéfié et d’argile grasse. Le remplissage proprement dit va donc de 7.16 à 7.1 et montre deux aspects : d’une part des pierres et des tuiles, d’autre part des cendres et du sable, sans doute des décharges de foyers qui livrent aussi de nombreux déchets alimentaires : os d’animaux en grande quantité, tels que porcs, moutons, bovins, volatiles, rongeurs ; des coquilles d’œufs, de noix ainsi que des noyaux, des écailles, des arêtes de poissons, des grains, beaucoup d’objets métalliques et, outre la céramique, une grande quantité de verres sur lesquels nous reviendrons ultérieurement. Il faut remarquer que les couches 12, 13, 14 constituées de cendres et de sable ne contiennent aucun déchet et très peu de céramique : 27 tessons pour 7.12, 61 pour 7.13, aucun pour 7.14 ; il s’agit peut être d’une étape d’assainissement.

28Avant d’entreprendre l’étude, il est essentiel de comprendre le mode de remplissage. Une première approche met déjà en évidence trois périodes chronologiques : la plus récente, les couches 7.1 et 7.2, contient du matériel typique des XVIIe et XVIIIe s. ; la deuxième inclut les couches 7.3 à 7.5, dont le matériel date de la fin du XVe, début du XVIe s. : ce mobilier, peu abondant, n’est pas analysé ici ; enfin, la première période concerne les couches restantes et nécessite une étude plus approfondie :

29Le remontage des céramiques met en évidence des phénomènes d’interférences entre les couches : ainsi de nombreux tessons de 7.16 recollent avec 7.15. Même constatation pour 7.10 et 7.9 ; 7.9 et 7.8 ; 7.9 et 7.7 ; 7.8 et 7.6 ; 7.7 et 7.6. Deux ensembles se dégagent : 7.16 et 7.15, puis 7.10 à 7.6. Il n’existe pas de collage entre ces deux ensembles, séparés, rappelons-le, par trois couches de sable et de cendres.

30Cette séparation en deux ensembles n’est cependant pas satisfaisante, puisqu’elle ne tient pas compte des types de céramique ; c’est pourquoi il est nécessaire d’employer en appoint une technique d’ordination débouchant sur une représentation graphique : la matrice ordonnable (Bertin 1977) (tableau 1). Sur un tableau de présence-absence plaçant en ordonnée les couches de remplissage et en abscisse les codes typologiques des vases, nous permutons ces derniers par rapprochement des lignes semblables : le tableau sort alors sans difficulté. Précisons toutefois que les types présents dans une seule couche ne sont pas inclus dans le tableau en vue d’une meilleure lisibilité, mais que l’on en tient compte bien évidemment dans le résultat final (il s’agit de 10222, 11212, 10331, 10151), et que le type 6221, un couvercle, est également laissé de côté : présent dans pratiquement toutes les couches, il n’apporte pourtant aucun renseignement.

Tableau 1. Anse, château des Tours : répartition des types dans les trois phases de remplissage du dépotoir S16

Tableau 1. Anse, château des Tours : répartition des types dans les trois phases de remplissage du dépotoir S16

31Nous aboutissons ainsi à trois ensembles distincts :

  • Phase A : elle regroupe les couches 15 et 16 et englobe les pichets types 11111, 11121, l’oule 1371, les marmites 10191 et 10151, la cruche à bec ponté 11051.

  • Phase Β : elle concerne les couches 13 à 10 et regroupe les marmites types 10222, 1431, 10171, 10221, 10331, les pichets 11212, 11121, l’oule 1371 et la cruche 11061.

  • Phase C, qui regroupe les couches 6 à 9 et englobe les marmites types 10181, 10221, 1431, 10171 et la cruche 11061.

32Nous n’avons pas permuté les couches de remplissage, restant ainsi fidèle au principe qui veut que « les couches archéologiques résultent de l’activité d’un groupe humain donné, alors que les couches superposées l’une au-dessus de l’autre déterminent la direction de l’écoulement du temps » (E. Pleszczynska 1978). Un simple coup d’œil au tableau montre qu’à l’intérieur des séquences A et C, une permutation donnerait les mêmes résultats. Enfin, nous admettons aussi que, si l’on trouve la même forme en couches 10 et 6, il est logique de penser qu’elle puisse être présente dans les couches 7, 8 et 9.

33Cette première période de remplissage de la structure S 16 est donc divisée en deux phases distinctes A et C ; la phase Β est un élément charnière, une phase de transition comme le montrent les différents types qui appartiennent successivement à A ou à C.

La fosse 35

34Cette fosse, située dans l’angle formé par les murs 1 et 4 dans la cour sud, n’a pas eu d’utilisation primitive comme F 16 ; c’est un dépotoir domestique, creusé à cet effet sur une profondeur d’environ 1 mètre, en pente raide vers le mur 4 sous lequel elle passe partiellement. Son comblement, constitué de 6 couches, est assez hétérogène : abondance de tuiles, de mortier, de briques, nombreux déchets alimentaires, objets métalliques, céramiques et verres (fig. 125).

35Une erreur de gestion d’une partie du mobilier céramique ne nous permet plus de replacer celui-ci dans son contexte d’origine et nous oblige à le traiter en bloc ; ce défaut est pourtant tempéré par les nombreux recollages entre couches qui prouvent bien que cette fosse forme un tout et qu’elle peut être étudiée dans sa globalité.

36Il faut d’ores et déjà comprendre la relation entre F 35 et S 16, d’un point de vue typologique. Nous savons qu’une partie d’un vase de type 1431 provenant de la couche 13 de S 16 recolle avec d’autres morceaux de F 35. D’autre part, certains types sont communs aux deux fosses : c’est le cas des marmites 10221, 10331, 1431, du pichet 11212 et de la cruche 11061, en F 35, qui correspondent aux phases C et Β de S 16, de l’oule 1371, de la cruche à bec ponté 11051, plutôt contemporains de la phase A et du couvercle 6221. Il faut également mentionner plusieurs types de marmites, particuliers à F 35 : 10322, 10311, 10161, 101101, 1391 ainsi qu’une gourde, 741. En tenant compte de ces observations, nous pensons que le remplissage de F 35 est contemporain de S 16 et peut-être plus proche des phases Β et C, comme le montre l’examen des types, que de la phase A : n’oublions pas la faible proportion des cruches à bec ponté 11051 et des oules 1371 et l’absence du pichet 11121.

Étude céramologique

Le silo S16

– Phase A

37On dénombre un total de 1 301 tessons, pour 58 vases, répartis en deux familles : la commune grise G, avec 858 fragments (66%) et la commune rouge glaçurée RI, avec 443 fragments (34%). Dans la première famille, le récipient majoritaire est, sans conteste, l’oule à lèvre en bandeau, de type 1371 : c’est une céramique sans anse ni col, à panse globulaire et à fond bombé. Trois autres récipients culinaires sont présents dans cette phase A, mais en très peu d’exemplaires : type 10191 en 7.16 et en 7.15 avec l’amorce d’un léger col évasé et d’au moins une anse rubannée attachée à la lèvre ; il faut noter, en toute impartialité, qu’il peut s’agir aussi bien d’un coquemar que d’une marmite ou même d’une cruche à bec ponté. Le type 10151, lui, n’est présent qu’en 7.15 : il s’agit, soit d’une oule, soit d’une marmite, l’état incomplet du vase ne permetant pas de trancher ; toutefois on remarque un col court évasé. Il faut s’intéresser aussi à un récipient de taille respectable qu’il n’a pas été possible d’identifier : lèvre évasée et départ d’au moins une anse rubannée sur la lèvre ; la panse est cerclée de bandes rapportées et digitées pour assurer la solidité de l’ensemble. La forme générale n’est pas reconstituable et il peut s’agir aussi bien d’un récipient de stockage que d’une grosse marmite. Enfin, mentionnons la présence de cruches à bec ponté de type 11051, en 7.16 et en 7.15, autre forme bien typique des XIe et XIIe s. s, à lèvre évasée, sans col et avec une anse rubannée opposée au bec ponté.

38En ce qui concerne la céramique à pâte rouge glaçurée, la différence avec le matériel des époques antérieures est immédiatement perceptible : changement du mode de cuisson et pose d’une glaçure plombifère sans engobe. Cette glaçure est saupoudrée sur le vase avant cuisson, ce qui lui donne cet aspect « peau d’orange » bien caractéristique. Dans la phase A coexistent essentiellement deux types de pichet.

39Le premier, 11111, concerne plusieurs exemplaires en 7.16 et en 7.15 ; il s’agit de récipients assez hauts (17 cm environ), à fond plat et base étalée, surmontée d’une panse fuselée. Cette impression d’allongement est encore accentuée par les dimensions restreintes du col et de la base ; nous avons ici un vase bien adapté à sa fonction. La lèvre, réduite à sa plus simple expression, ne change pas d’un exemplaire à l’autre ; l’anse présente la particularité d’être toujours cannelée, à trois ressauts et de se rattacher sous la lèvre et au milieu de la panse. De même, le col montre un décor de stries, tandis que le reste du récipient est exempt de motifs décoratifs. La glaçure, de qualité inégale, présente une teinte orangée parfois agrémentée de vert ou, plus rarement, de jaune.

40Le deuxième type, 11121, présent en 7.16 et en 7.15, possède une allure encore plus élancée grâce à un pied haut tronconique et à un col relativement important et peu évasé, le tout équilibré par une panse fuselée dont le diamètre maximal n’est jamais supérieur à celui de l’ouverture ni à celui de la base. La lèvre reste simple, mais on note quelquefois la présence d’un apex à la jonction lèvre-col. La couleur de la glaçure varie de l’orangé au vert, en passant par le jaune et le marron ; elle est, dans l’ensemble, de très bonne qualité. Outre son profil, la différence essentielle de ce vase par rapport au précédent tient dans l’abondance, la variété et la qualité des motifs décoratifs qui ornent ces pichets : bandes d’argile rapportées et moletées, pastilles poinçonnées, écailles obtenues par étirement de la pâte et enfin traces de molettes sur pâte de différentes sorte. Mis à part le décor d’écaillés qui couvre la totalité du vase, les autres motifs s’emploient parfois seuls, parfois en de multiples combinaisons ; ainsi les pastilles voisinent avec les bandes moletées, ces dernières peuvent être employées seules, verticalement ou disposées en chevrons ; le décor peut se limiter à la panse ou intégrer le col et le pied, de même les motifs décoratifs présentent parfois une couleur différente de celle du vase, ce qui contribue à leur mise en valeur (fig. 122).

122 – Anse, Château des Tours : pichets décorés (type 11111 et 11121)

122 – Anse, Château des Tours : pichets décorés (type 11111 et 11121)

41Ainsi, parallèlement à une production en commune grise traditionnelle, comme fossilisée dans la répétition d’anciennes formes, se développe une production originale, d’une technologie plus élaborée et qui manifeste une réelle recherche de diversité tant dans la forme que dans le décor. Ces pichets décorés posent beaucoup de questions, pour l’instant sans réponse, concernant leur date d’apparition, et surtout leur origine : importation ou production locale ?

– Phase Β

42Cette phase, constituée des couches 7.10 à 7.13 et composée de 1 161 fragments pour 96 vases, est considérée comme une période de transition ; un simple regard sur le tableau matriciel montre une césure dans l’évolution typologique. En effet, mis à part deux types propres à la couche 10 (10222, 11212), le reste se partage en deux types issus de la phase A (11121 et 1371) et quatre types que l’on retrouve en phase C (10221, 1431, 10171, 11061). De plus, la commune rouge glaçurée R1 passe au premier plan avec 678 fragments (58,5%) pour 482 (41,5%) en commune grise G, sans oublier un unique tesson en commune grise glaçurée G1.

43En céramique commune grise, les six exemplaires d’oule à lèvre en bandeau, de type 1371 présents dans les couches 7.10 et 7.11, montrent une nette détérioration de ce profil : la concavité de la face interne nettement moins marquée et le ressaut extérieur moins proéminent suggèrent une certaine dégénérescence de la lèvre, comme si le modèle était peu à peu oublié. Par contre, on remarque deux exemplaires de type 143, marmite qui apparaît dans la couche 7.13. L’intérêt de cette phase réside dans la présence d’un exemplaire de type 10221, une marmite possédant un col droit, une lèvre horizontale et surtout une anse qui se raccorde au col : ce détail typologique d’une grande nouveauté nous éloigne fortement des communes grises de la phase A. Le type 10222 est de la même veine avec un col droit ; le caractère incomplet du vase ne permet pas de préciser où se situe le départ des anses. Problème presque identique avec le type 10171, dont l’état ne permet pas de trancher entre marmite ou coquemar ; notons toutefois la présence du col et de l’anse sur la lèvre. Même chose pour les 4 exemplaires de 10331 dans l’US 7.11, qui pourraient peut-être faire partie du même récipient malgré l’absence de collage : cette fragmentation ne permet pas de choisir entre oule et marmite, mais la présence d’un petit col évasé est indéniable. Il faut signaler, dans cette phase, la disparition de la cruche à bec ponté, de type 11051.

44C’est dans la famille R1, à pâte rouge glaçurée sans engobe, que l’on distingue bien l’aspect transitoire de la phase B, puisque l’on retrouve à la fois des exemplaires de pichets 11121 et de cruches 11061, lesquelles avaient fait leur apparition dès la couche 7.11 : il s’agit d’un profil qui va perdurer sur plusieurs siècles, mais qui tranche, pour l’instant, avec la morphologie des pichets de la phase A. Bien plus qu’une simple différence typologique, c’est la conception même de cette cruche qui marque la nouveauté : le fond plat et surtout l’absence de pied permettent à la panse de prendre une forme plus globulaire, d’abaisser son centre de gravité. Cette panse est surmontée d’un col droit ou légèrement évasé, sur lequel vient se greffer le départ de l’anse, opposée à un petit bec pincé. Ce récipient est glaçuré sans engobe, et la plupart du temps dépourvu de décor, si ce n’est quelques exemplaires de poinçons ou d’incisions ; on reste pourtant bien loin de la décoration foisonnante et systématique des pichets. Nous sommes ici plutôt en présence d’un objet avant tout fonctionnel, de conception simple, donc de grande diffusion (fig. 123).

123 - Anse, château des Tours : cruche (type 11061)

123 - Anse, château des Tours : cruche (type 11061)

45Il ne faut pas oublier le seul exemplaire de type 11212, présenté comme une variante de 11061 : il s’agit toujours d’une cruche, mais cette fois avec une panse surbaissée et sans élément verseur.

– Phase C

46Cette phase, constituée des couches de 9 à 6, fournit 1 814 tessons pour 126 vases, qui se répartissent en quatre familles : 806 fragments pour la commune grise G, soit 44,5% ; 793 pour la commune rouge glaçurée R1, soit 44% ; 24 pour la commune grise glaçurée G1, soit 1,3% et 191 pour la commune rouge R, soit 10,5%. Ces deux dernières familles ne livrent que peu de types identifiables, tout en étant absentes des phases précédentes : couvercle, cruche et poêlon pour la famille R et absolument rien pour G1.

47On ne note pas l’apparition de nouveaux types en commune grise ; nous retrouvons le type 10171 dans chaque couche, la marmite 1431 en 7.6, en 7.7 et en 7.8, la marmite 10221 en 7.6. Par contre, il faut mentionner la disparition des oules à lèvre en bandeau.

  • 1 Cette pièce n’est pas codée car trop incomplète.

48Dans la famille à pâte rouge glaçurée, R1, seules subsistent les cruches 11061, lesquelles montrent certaines variantes dans les profils des lèvres. Nous ne considérons pas ces différences comme significatives : l’aspect global du récipient reste inchangé. Par contre, la phase C amène un nouveau vase en tout point remarquable : il s’agit du type 10181, dont le fond manque. Cette céramique est composée du haut d’une cruche (petit col évasé, profil de la lèvre, attache de l’anse) et de la panse d’une marmite avec une forme globulaire très développée ; cuite en mode oxydant, recouverte d’une glaçure d’excellente qualité, elle possède un décor inhabituel qui mérite attention : il s’agit de motifs à la barbotine blanche disposés sur l’ensemble du vase en quatre registres superposés : étoiles, doubles traits parallèles, chevrons ; l’anse est également décorée de chevrons superposés. C’est la première apparition de la barbotine comme élément décoratif (fig. 124). A observer cette céramique, on se demande si le décor a été fait en fonction du vase, ou si c’est l’inverse. Cette dernière hypothèse est plus intéressante, car elle explique le bas du vase, conçu comme une marmite, plus propice par sa surface à un décor important ; de plus, l’extrême minceur de la paroi ne semble pas prédisposer ce vase à un usage intensif. Nous sommes là en présence d’un objet purement décoratif, qui fait un peu contrepoids à la banalisation des cruches. C’est également de cette phase C que provient un manche de poêlon cuit en mode oxydant. Nous ne pouvons certifier son appartenance à une forme ouverte, mais l’angle de cassure suggère un poêlon ou même une jatte 1.

124 - Anse, château des Tours : vase décoré de motifs à la barbotine blanche (type 10181)

124 - Anse, château des Tours : vase décoré de motifs à la barbotine blanche (type 10181)

La fosse 35

49Nous savons maintenant que cette fosse est contemporaine de la phase C de S 16, puisqu’elle possède des types identiques qui ne se retrouvent pas dans la phase A. Mais F 35 montre aussi un éventail de nouveautés plus que surprenant. Le remplissage atteint 800 fragments pour 44 vases, ce qui est peu par rapport aux 4 276 tessons de S 16 ; la répartition entre deux familles G et R1 révèle un déséquilibre certain : 81 tessons en commune rouge glaçurée R1 pour 719 en commune grise G !

50Outre la marmite de type 1431, déjà rencontrée dans le silo S 16 et présente ici en plusieurs exemplaires, le seul vase qui ne soit pas unique en commune grise est une marmite, type 101101, de morphologie plutôt archaïque avec une amorce de col très évasé, des anses qui se greffent sur la lèvre et sans doute au milieu de la panse ; le fond manque et rien ne permet de choisir entre fond bombé et hémisphérique, bien que, dans les comptages, les dix fonds recensés soient tous bombés. Nous avons ensuite deux autres types : 10322 et 10311, présents à un seul exemplaire, dont l’état fragmentaire ne laisse pas beaucoup de possibilités d’interprétation : il s’agit sans doute de marmites, pourvues toutes deux d’un col évasé plus ou moins haut. Le type 10161 est plus intéressant : une marmite à col droit haut, à lèvre très oblique côté externe et possédant une anse attachée à la jonction du col et de la panse : ces détails typologiques, plus que novateurs, suppriment à eux seuls la possibilité à la fosse F 35 d’être contemporaine de la phase A de S 16 : nous pouvons considérer dès lors les types 1371 et 11051 comme résiduels dans ce contexte. Dernier récipient issu de cette fosse, une gourde, 741, incomplète qui n’apporte pas d’élément nouveau ; cet objet est trop rare pour qu’on puisse suivre une quelconque évolution.

51Malgré la faible quantité de fragments appartenant à la famille R1, nous identifions pourtant deux fragments de cruches 11061 et un de type 11212. L’originalité vient du récipient 1391 : une marmite cuite en mode oxydant possédant une glaçure interne d’excellente qualité, pourvue d’un haut col évasé sur lequel viennent se greffer deux anses de section ronde. Le profil complet de ces anses manque, mais on pense aussitôt aux marmites à anses coudées des époques postérieures (fin XVe, XVIe s.). Avant de voir dans ce type 1391 un prototype des ces fameuses marmites, il convient d’examiner les critères de datation de façon détaillée.

Datation

52Il faut signaler que la fouille du château d’Anse remonte à plus de dix ans, ce qui explique certaines difficultés rencontrées lors de la lecture des fiches d’enregistrement. Notre but n’est pas de reprendre entièrement l’étude du contexte archéologique, cette opération ayant été faite dans deux mémoires de maîtrise (Feuillet 1983, Vicard 1984), mais d’examiner les éléments qui contribuent à la datation des structures et donc des céramiques qu’elles contiennent.

53Le château d’Anse a fait l’objet d’une série de datations dendrochronologiques qui donnent les résultats suivants :

54donjon (salle d’apparat) : automne-hiver 1213-1214 tour nord (tous niveaux) : automne-hiver 1216-1217 bâtiment central (rez-de-chaussée) : automne-hiver 1217-1218.

55La période de séchage avant utilisation du bois ne devant pas excéder une année, le château est donc le bâtiment attribué à l’archevêque Renaud de Forez (1193-1226).

La structure 16

56Nous avons défini précédemment trois périodes d’utilisation de cette structure : la dernière, qui regroupe les couches 1 et 2, datable des XVIIe et XVIIIe s. ; la seconde, les couches 3 à 5, datable de la fin XVe au début du XVIe s. ; la première, qui concerne les couches 6 à 16 et que l’on peut diviser en trois phases de remplissage :

57Phase A : couches 15 et 16

58Phase Β : couches 13 à 10

59Phase C : couches 9 à 6.

  • 2 La phase A fournit, pour l’US 7.15, 3 verres à tige, 1 flacon ou petite bouteille, 1 gourde ; pour (...)

60A l’intérieur de ces trois phases, plusieurs monnaies permettent de préciser la datation : de la couche 11 à la couche 8, une série de deniers et d’oboles anonymes datent du XIIe s. ; dans la couche 6, une monnaie d’Amédée TV, 1232-1252, fournit un terminus ante quem pour la phase C (Feuillet 1985, p. 178). Nous savons aussi que les couches qui scellent cette phase, c’est-à-dire 3, 4 et 5, appartiennent à la deuxième période d’utilisation du dépotoir et datent du XVIe s. Faut-il conclure que la phase C perdure du milieu XIIIe jusqu’au XVIe s. ? Assurément non ! Certes, la céramique montre une évolution typologique qui s’éloigne du XIIe s., mais il y a une trop grande disparité entre le matériel des couches 3, 4 et 5 et celui de la phase C pour accréditer l’hypothèse d’un remplissage régulier pendant trois siècles. De plus, les multiples recollages des fragments à l’intérieur de la phase C suggèrent un remplissage rapide. C’est pourquoi nous concluons que la phase C du remplissage de S 16 date de la deuxième moitié du XIIIe s. Mais qu’en est-il des phases A et Β ? Dans un travail précédent (Vicard 1984), nous avons montré que la structure S 16 ne pouvait être que contemporaine du donjon : en conséquence, les phases A et Β du remplissage se situent au début du XIIIe s., entre 1213 -date donnée par la dendrochronologie-et 1232/1252, date de la monnaie trouvée en couche 6 ; la présence d’oules à lèvre en bandeau et de cruches à bec ponté renforce cette hypothèse. Signalons enfin que l’étude des verres recueillis dans S 16 n’apporte aucun élément nouveau pour la datation de cette structure2.

61En guise de conclusion, il faut revenir un peu sur la durée de S 16 en tant que dépotoir : de la couche 16 à la couche 1, nous avons une durée de remplissage d'environ 400 ans. Il est évident que ce dépotoir n'a pas pu rester ouvert pendant quatre siècles : la cour sud, dans laquelle il est situé, a subi plusieurs remaniements à différentes époques. En fait, au XIIIe s., le remplissage des séquences A, Β et C se fait en continu, comme le montrent l’évolution du matériel céramique, la présence systématique de déchets alimentaires et de cendres ; ensuite, il faut imaginer un arrêt, que l’on peut placer vers la fin du XIIIe s. : l’ouverture est sans doute scellée, puis oubliée. Aux XVe-XVIe s., l’utilisation reprend, avec les couches 3, 4 et 5, peut-être à mettre en relation avec les remaniements architecturaux effectués alors : beaucoup de pierres, tuiles et briques et quelques déchets alimentaires uniquement dans la couche 5. Enfin, après un nouvel arrêt, le comblement reprend au XVIIe s. avec les couches 1 et 2 qui ne contiennent que des pierres de gros module, des briques et des tuiles ; on note aussi, à cette époque, des travaux dans le château.

125 - Anse, château des Tours : coupe du dépotoir F 35 et linteau en bois de la porte 2, daté de 1217-1218

125 - Anse, château des Tours : coupe du dépotoir F 35 et linteau en bois de la porte 2, daté de 1217-1218

La fosse 35

  • 3 On peut aussi évoquer un dépotoir lié à une cuisine ; or il y a une cheminée, pas très loin, contre (...)
  • 4 Dans cette fosse, le matériel en verre fournit 4 fonds de gobelets avec quelques fragments de panse (...)

62Nous avons vu, d’après l’étude des céramiques, que F 35 est contemporaine de la phase C de S 16 : archéologiquement, nous n’avons aucune relation entre les deux dépotoirs. On sait que F 35 est scellée par une couche contemporaine d’un muret détruit par un escalier construit au XVe s. A l’ouest, elle est postérieure au mur 1, construit entre 1213 et 1217, qui relie la tour nord au donjon. Au nord, elle passe en partie sous le mur 4, appartenant au bâtiment central. Tout le problème réside dans le fait de savoir si F 35 est antérieure ou non à la construction de ce bâtiment en 12 171218, date de la poutre qui sert de linteau à la porte 2 (fig. 125). Sans remettre en cause la datation dendrochronologique, qui, depuis, a de nombreuses fois servi de référence avec succès dans la région, on peut se pencher sur l’hypothèse qui considère cette poutre comme étant en place : en effet, le relevé de cette partie du mur montre une reprise autour de la porte qui suggère que celle-ci n’est pas contemporaine du mur 4, mais bien percée postérieurement. Une seule chose est sûre, c’est que F 35 n’est pas contemporaine de l’utilisation de cette porte, puisque la fosse déborde largement devant le seuil. Comme les éléments archéologiques ne permettent pas de trancher, nous nous en remettons à l’observation typologique de son remplissage pour la chronologie de cette fosse, c’est-à-dire contemporain de la phase C de S 16, datée de la deuxième moitié du XIIIe s., tout en émettant les réserves d’usage, liées à l’état actuel des connaissances. Le déséquilibre constaté entre commune rouge glaçurée et commune grise est à mettre probablement sur le compte des hasards du remplissage3. L’étude des verres recueillis dans F 35 n’apporte également aucun élément nouveau pour la datation4.

Début-milieu XIIIe s., Lyon, Place de la Bourse

Contexte archéologique

63La construction d’un parc de stationnement souterrain, place de la Bourse, au cœur de la presqu’île, a donné lieu à une fouille archéologique qui a permis de mettre au jour des niveaux gallo-romains, médiévaux et modernes. La céramique de ce site, retenue pour l’étude, est intéressante dans la mesure où elle appartient au XIIIe s., une époque considérée ici comme « la première implantation humaine depuis dix siècles » (Rapport de fouilles, C. Arlaud, 1990). Le but est donc de vérifier cette datation et de voir quels éléments nouveaux ce matériel peut apporter.

64On s’intéressera à la période 9 qui correspond à l’origine du parcellaire médiéval de la rue Buisson, dont ont été retenues les couches 1452, 1061, ainsi que la couche 770, remplissage de la fosse 769, et à la période 10 qui renvoie au développement du bâti dans ce même parcellaire avec un niveau d’occupation, 966 et le remplissage 934 de la fosse 935 (fig. 126).

126 - Lyon, place de la Bourse, ensemble de vaisselle du XIIIe siècle

126 - Lyon, place de la Bourse, ensemble de vaisselle du XIIIe siècle

Étude céramologique

Période 9

65En commune grise G, les couche 1061 et 1452 ne fournissent que 203 tessons pour 31 vases. Nous retrouvons les types déjà vus à Anse : l’oule à lèvre en bandeau, 1371 et la cruche à bec ponté, 11051. La couche 1452 montre deux exemplaires d’un type 10321 proche de 10322 d’Anse : il s’agit d’un vase non identifiable (oule ou marmite), possédant un col évasé avec une face interne concave, mais pourvu ici d’une lèvre à une inflexion externe oblique vers le haut. Dans les deux couches, l’oule à anse en panier attachée à la lèvre est également présente avec un profil en bandeau, type 10112, ou un profil sans inflexion, à faces parallèles, type 10111. L’élément de préhension, qui ressemble à une anse rubannée repliée sur elle-même, forme ainsi une sorte de boudin compact, bien adapté à sa fonction : celle d’un récipient servant au transport. En céramique glaçurée à pâte rouge R1, le matériel n’est guère abondant : 45 tessons pour les deux couches. On identifie des éléments de pichets 11121 ou 11212 et de cruches 11061. La couche 1061 fournit aussi un bec tubulaire, surmonté sans doute d’un anneau et décoré d’une bande moletée ; malheureusement, le reste du récipient demeure inconnu.

66La couche 770, d’un total de 96 tessons, donne 9 vases. En céramique commune grise G, nous recensons 88 fragments. On reconnaît des exemplaires de cruches à bec ponté, type 11051, associés cette fois à un nouveau type de marmite, 1441 : il s’agit d’un récipient à col court convergent, avec une lèvre à une inflexion externe légèrement oblique vers le haut, parfois même horizontale ; l’extrémité est souvent biseautée. D’autres exemplaires montrent que deux anses plates verticales s’attachent sur le col et au milieu de la panse. Il s’agit d’un type important qu’on aperçoit sur de nombreux sites étudiés par la suite (Lyon : rue de la Monnaie, Hôtel-Dieu). En céramique glaçurée à pâte rouge R1, un exemplaire de pichet de type 11121 voisine avec une cruche de type 11061.

Période 10

67La couche 966 fournit 137 tessons pour 12 vases ; 106 en commune grise G : oules de type 1371 et cruches à bec ponté de type 11051 et 31 en commune rouge glaçurée R1 : trois exemplaires s’apparentent aux types 11212 et 11121, mais trois pichets 11121 sont identifiés.

68La fosse 934, forte de 140 tessons pour 13 vases, se compose, pour la famille G, de 128 fragments et de 12 pour la famille R1. Cette couche contient trois tessons de plus que 966, mais apporte pourtant beaucoup plus d’informations. En céramique commune grise, mis à part l’exemplaire de cruche à bec ponté 11051 et le vase type 10321, apparaissent deux nouveaux types de marmites : 10121, sans col, avec deux anses verticales attachées sur la lèvre et le haut de la panse et 10141, à col court légèrement évasé et à deux anses verticales attachées au col et au haut de la panse. La première possède une lèvre à une inflexion externe oblique vers le haut et la deuxième une lèvre sans inflexion ; les anses, rubannées ou cannelées, sont assez larges et montent bien au-dessus de l’ouverture. Ces deux marmites s’inscrivent assez bien dans la lignée de celles du XIIIe s. : les éléments de préhension sur le haut de la panse et sur la lèvre, de même que le col court évasé, se retrouvent à Anse.

69En céramique glaçurée à pâte rouge, un pichet type 11111 a été identifié ainsi que deux éléments que l’on ne peut attribuer à une cruche ou à un pichet.

Datation

  • 5 Une forme en verre a été identifiée dans la fosse 934 : il s’agit d’une gourde décorée datée du XIV (...)

70La présence simultanée, dans la phase 9, de pichets, d’oules, de cruches à bec ponté associés à des cruches à pâte rouge glaçurée renvoie aux phases A et Β du remplissage de S 16 au château d’Anse et autorise une datation comprise entre le début et le milieu du XIIIe s. La nouveauté du type 1441 dans la couche 770 n’apporte pas de changement chronologique. Quant à la période 10, une datation située vers le milieu du XIIIe s. semble correcte. L’ensemble des fosses et des occupations du chantier de la Bourse, attribuées aux périodes 9 et 10, sont sans doute contemporaines les unes des autres, mais la faible quantité de fragments ne permet pas une grande précision, d’où la nécessité d’une datation globale et prudente réunissant les périodes 9 et 10 en un tout. Si le matériel médiéval recueilli place de la Bourse n’est pas important par sa quantité, il l’est assurément par la coexistence des divers types énoncés ci-dessus5.

Milieu XIIIe s., Lyon, quartier Saint-Vincent

Contexte archéologique

71Il s’agit d’une fosse dépotoir composée de deux couches, 4221 et 4042 qui recollent ensemble et dont le remplissage peut être considéré comme un tout ; les 496 fragments donnent 15 vases. Le manque de données ne permet pas d’approfondir le contexte archéologique.

Étude céramologique

  • 6 On peut également la comparer avec les marmites de la période 13 de Tramassac (Maccari-Poisson 1994 (...)

72En commune grise, on compte 298 fragments et 65 en commune rouge glaçurée. L’état très fragmentaire des céramiques de la famille G ne permet malheureusement d’identifier qu’un seul type, 1381 : il s’agit d’une marmite à deux anses opposées qui s’accrochent sur la lèvre et le haut de la panse ; celle-ci, globulaire, se termine par un fond bombé. On remarque l’absence de col ainsi que la lèvre évasée, d’une grande simplicité. Mis à part son fond bombé, cette céramique se rapproche assez bien du type 1431, en particulier par les anses6. Le caractère incomplet d’un deuxième vase, de type 10411 ne permet pas une identification certaine ; il présente un profil relativement inhabituel : en effet, le haut de la panse, peu resserré et surmonté d’un col droit, donne une allure de forme ouverte. Le profil de la lèvre est pourtant à rapprocher des cruches à bec ponté 11051.

  • 7 Si le col représente un visage humain, on peut s’interroger sur les motifs décoratifs de la panse : (...)

73Le lot étudié fournit également neuf récipients pour la famille R1, dont plusieurs correspondent à des pichets type 11121 rencontrés dans les fouilles du château d’Anse avec, pour l’exemplaire entier, une décoration classique de bandes rapportées. Par contre, un autre fond avec panse correspond sans nul doute à une cruche de type 11061. La nouveauté réside dans l’apparition du type 11211, qui réunit des caractères intéressants : fond plat, absence de pied, panse surbaissée et haut col droit. On a l’impression jusqu’ici d’une cruche un peu ventrue, mais l’absence de bec pincé indique bien qu’il s’agit là d’un pichet. La panse est décorée de bandes rapportées intercalées de pastilles d’argile ; sur le col, des bandes rapportées et décorées à la molette encadrent la représentation grossière d’un visage, formé à partir de pastilles d’argile ; un ressaut sur la bande d’argile horizontale qui sépare le col de la panse suggère le menton du personnage (fig. 127). Ce type de récipient, ainsi que son décor, a déjà été trouvé sur le chantier de la rue Tramassac (A la Fortune du Pot, 1990) ainsi qu’à Clément V (Rapport de fouilles, V. Monnoyeur, 1992) : visage stylisé sur le col avec bandes rapportées croisées sur la paroi ou superposition de bandes rapportées horizontales sur la panse, imitant les tonnelets7 .

127 – Lyon, quartier Saint-Vincent : pichet anthropomorphe

127 – Lyon, quartier Saint-Vincent : pichet anthropomorphe

Datation

74Typologiquement, le matériel se rapproche de la phase Β du remplissage du silo S 16, au château d’Anse : présence simultanée des pichets et des cruches, absence d’oule et de cruche à bec ponté, mais présence de marmites ; la datation reste délicate à formuler : elle se rapproche du milieu du XIIIe s.

Milieu XIIIe-XIVe s., Lyon, rue de la Monnaie

Contexte archéologique

75La construction d’un parking souterrain, à proximité de la place des Jacobins, est à l’origine de cette fouille. Des structures de toutes les époques se sont succédé à cet endroit. L’îlot médiéval et moderne s’étendait à l’origine d’un seul tenant entre la rue Mercière, la me de la Monnaie et celle du port du Temple. Au XIVe s., la majeure partie de la surface est occupée par des vignes, des jardins et des constructions sur les parcelles en bordure de la me Mercière. Au XVe s., des étables et des granges sont mentionnées sur la rue de la Monnaie avec des terrains attenants réservés à la culture. C’est à partir de la fin du XVIIe s. que le secteur connaît de nombreuses constructions, qui, malheureusement, détruisent les structures antérieures ; c’est donc au centre de l’îlot que l’essentiel du contexte médiéval et moderne subsiste : le bâtiment le plus ancien, et le plus mal connu, est daté du XIIIe s., ainsi que quelques fosses dépotoirs.

76On a retenu, pour la période médiévale, une fosse qui manque d’indices chronologiques absolus, mais qui n’en est pas moins extrêmement importante par le matériel fourni. Il s’agit de la fosse 1612, zone 37, remplie successivement par les couches 1688, 1669, 1606. Cette fosse entaille les niveaux gallo-romains ; elle est coupée par un mur moderne de direction est-ouest. Au sud de ce mur, la fouille a permis de dégager la suite de la fosse, numérotée 1596. Les trois couches de remplissage, respectivement 1689, 1644, 1595, correspondent donc à celles fouillées coté nord : ainsi 1606 = 1595, 1669 = 1644 et 1688 = 1689. Précisons tout de suite qu’aucun matériel ne fut trouvé dans les couches 1644 et 1689.

77La première étape consiste bien naturellement à vérifier l’homogénéité du remplissage. Nous savons par les collages que 1688 est liée à 1669 ; nous pouvons donc les considérer comme un tout. Aucun des types présents dans ces 2 couches ne se retrouve en 1606 et 1595, pourtant archéologiquement immédiatement supérieures. Nous sommes en présence de deux phases de remplissage d’époques différentes. En effet, les couches 1606 et 1595 sont datables du XVIe s. et seront donc traitées dans la deuxième période de cette étude.

Étude céramologique

78L’ensemble de 355 fragments, issus des couches 1669 et 1688 se compose, en commune grise, de 219 tessons, de 128 en commune rouge glaçurée R1 et de 8 en commune rouge non glaçurée R et donne un total de 23 vases.

79Quatorze types ont été identifiés, dans ces deux couches, en céramique commune grise. Il s’agit généralement de marmites types 1441, 10222 ou de coquemars type 10131. Un vase semble être une cruche à bec ponté de type 11051, mais son état incomplet ne permet pas de trancher ; enfin, un autre fragment de vase pourrait correspondre à une marmite de type 10222. Dans cet ensemble, il faut remarquer la similitude des lèvres, très simples, à une inflexion externe oblique vers le haut, les fonds bombés, l’attache des anses sur les lèvres, sauf pour les types 1441 et 10222 qui sont également munis d’une amorce de col. L’ensemble du matériel de cette catégorie est homogène et présente des caractéristiques typologiques quelque peu archaïques.

80Dans la céramique à pâte rouge glaçurée. la vaisselle de cuisine est représentée par deux marmites, 1381 et 1441 et la vaisselle de table par des exemplaires de cruches, type 11061, de pichets, types 11121, 11212 et 11211.

Datation

81Quels sont les critères de datation à notre disposition ?

82Tout d’abord, certains de ces profils ont déjà été repérés sur d’autres sites, ainsi la marmite 1441 à la Bourse (fin XIIe s.) ou à l’Hôtel-Dieu ; la marmite 1381 à Saint-Vincent (milieu XIIIe s.) ; la cruche 11061, la marmite 10222, le pichet 11212 au château d’Anse (milieu XIIIe s.) ; le pichet 11211 à Tramassac (entre le XIIIe et le XIVe s.), Saint-Vincent (milieu XIIIe s.) et Clément V.

83D’autre part, l’absence des familles F, E1 et B1 nous éloigne du XVIe s., tandis que la présence de cruches type 11061, l’absence d’oule à lèvre en bandeau et de cruche à bec ponté rapprochent d’une datation milieu XIIIe s.

84Pourtant, un nouvel élément intervient dans ce site : les marmites à pâte rouge glaçurée. La première apparition d’une marmite en famille R1 provient de la fosse F 35 du château d’Anse, datée de la deuxième moitié du XIIIe s. On en signale aux XIIIe-XIVe s., à Lyon, rue Tramassac, associées à un matériel identique à celui étudié ici. Plus récemment, un dépotoir de la rue Tramassac, daté du XVe s. montre des marmites en famille R1, mais d’un profil entièrement différent (Maccari-Poisson 1994, pp. 93-116). Les types 1381 et 1441, ainsi que la céramique des couches 1669 et 1688, se situent donc, dans l’état actuel des connaissances, entre le milieu XIIIe et le XIVe s.

Au XVe siècle

85Les informations concernant cette période sont plus que succinctes, puisqu’elles prennent leurs sources dans trois sites lyonnais seulement, non intégrés dans cette étude : rue Tramassac (Maccari-Poisson 1988), place de la Bourse (Rapport de fouilles, C. Arlaud, 1990), place des Terreaux (Rapport de fouilles, C. Arlaud, 1991-1994). Pour cette raison, la plupart des céramiques citées ne font pas l’objet d’un enregistrement dans notre typologie.

Lyon, place des Terreaux

86Le matériel céramique provenant de niveaux d’occupation ou de comblement de fosses dépotoirs, recueilli, pour la fin du Moyen Age, dans le zone IX, ne brille pas par sa quantité. En contrepartie, il offre l’avantage d’être compris dans une fourchette chronologique sûre, établie d’après des critères de datation absolue : entre le début du XVe s. (monnaie de 1417/1422, couche 3640) et la fin de ce même siècle (destruction des maisons en 1480 et monnaie de 1467/1476, couche 3708).

87On retiendra, pour l’étude, six couches (3702, 3706, 3752, 3755, 3763 et 3809) qui donnent un total de 1 401 fragments, répartis en sept familles : 1 128 en commune grise famille G, 57 en commune grise glaçurée famille G1, 15 en commune rouge famille R, 138 en commune rouge glaçurée famille R1, 55 en service vert de Meillonnas famille B1, 7 en faïence famille F et 1 grès famille Gr.

Tableau 2. Place des Terreaux, zone IX : répartition des différentes familles pour la fin du XVe siècle

Tableau 2. Place des Terreaux, zone IX : répartition des différentes familles pour la fin du XVe siècle

88Le tableau (tableau 2) montre en ordre décroissant la place de chaque famille. Cette répartition s’inscrit bien dans la connaissance du mobilier de cette époque : prépondérance de la commune grise, suivie par la commune rouge glaçurée ; la première famille assure la vaisselle de cuisine et la seconde, la vaisselle de table.

89Ce schéma prend sa source à la fin du XIIe s., époque de la séparation entre ces deux types de vaisselle. Il faut noter ici la faible quantité de mobilier en famille R1, généralement de l’ordre de 30 % entre le XIIe et le XVIe s. Cette différence est à mettre à l’ordre du contexte archéologique, essentiellement des couches d’occupation, moins fournies en mobilier que les dépotoirs. La commune grise glaçurée vient en troisième position avec 4 % du total. Cette famille pose toujours un certain nombre de problèmes du fait qu’aucune forme n’est reconstituable. A défaut d’observation, on suppose qu’il ne s’agit pas de vases particuliers, mais d’exemplaires produits en commune grise et simplement recouverts d’une glaçure interne.

90Plus surprenante est la présence du service vert de Meillonnas, qui ne totalise que 3,5% de l’ensemble. Jusqu’à présent, on pensait que cette famille apparaissait au XVIe s. Les fouilles de la zone IX montrent qu’avant 1480, date de la destruction des maisons, cette production était déjà importée de la Bresse. Malheureusement, l’état fragmentaire des tessons n’autorise aucun collage et nous prive de la typologie.

91Au sujet de la commune rouge non glaçurée, famille R, on ne peut que reposer les données du problème, à savoir que les vases produits en R1 ne sont pas glaçurés entièrement et, jusqu’à présent, aucune preuve de l’existence d’une production non glaçurée n’a été mise en évidence.

92La faïence ne concerne que 0,5% du mobilier ; il s’agit uniquement de vases d’importation, identiques à ceux trouvés au dépotoir de la place de la Bourse. Nous identifions des fonds appartenant à de grandes formes ouvertes, les mêmes que l’on retrouve au XVIe s., dans d’autres productions.

93Quant à l’unique fragment de grès, nos connaissances sont trop succinctes dans ce domaine pour en tirer des conclusions.

94En ce qui concerne les types, l’étude permet d’observer certains détails :

95Marmites : en commune grise, les fonds sont bombés ou hémisphériques, jamais plats ; les panses restent globulaires dans la majorité des cas ; le col, quasi systématique et généralement de petite taille, montre un profil évasé. On note une volonté évidente de simplifier les lèvres, généralement évasées avec parfois un épaississement externe ou bien horizontales. L’attache supérieure des anses se fait aussi bien au niveau de la lèvre que sur le col et même sur le haut de la panse : cette dernière caractéristique annonce les formes 141 et 142 du XVIe s., en commune rouge glaçurée qui possèdent le même emplacement de fixation des éléments de préhension. Les marmites en commune grise du XVe s. restent bien dans la tradition de celles du Moyen Age : le fond et la panse ne changent pas ; l’emplacement des anses ne doit pas être considéré comme un critère de datation ; les lèvres se simplifient. En commune rouge glaçurée famille R1, aucune forme n’a pu être reconstituée ; certains fragments de lèvre attestent pourtant leur présence, en R1, au XVe s.

96Cruches : le fait le plus remarquable pour cette période concerne la présence de cruches à bec ponté en céramique commune grise, de type 11051. Ce genre de vase, typique des Xe-XIIe s., disparaît au début du XIIIe s. Diverses découvertes montrent que ce profil réapparaît dans des contextes fin XVe, début XVIe s. Les risques de confusion entre les deux époques restent minimes : les becs pontés du XVe s., sont de dimensions nettement supérieures à leurs homologues du Moyen Age. Si on s’interroge sur la résurgence d’une forme aussi ancienne à une époque où d’autres types de cruches sont produits en commune rouge glaçurée, on peut émettre deux hypothèses : la première envisage la pérennité de la cruche à bec ponté du XIIIe au XVe s., de manière si minoritaire que le fait n’est pas perceptible par les données archéologiques ; le manque de mobilier provenant de structures du XIVe s. donne un poids supplémentaire à cette idée. La deuxième hypothèse tient dans le surdimensionnement du bec verseur nécessitant la présence d’un renfort par dessus, d’où la création de becs pontés : une contrainte technique qui aboutit à la même forme à deux siècles d’intervalle. En commune rouge glaçurée, quelques fragments attestent la présence de cruches à bec pincé, identiques à celles de Tramassac, sans doute de type 11061. Aucune forme n’a pu être reconstituée.

97Formes ouvertes : la mise au jour, dans la zone IX, d’un bassin en commune grise, de type 3211 et d’une assiette creuse en commune rouge glaçurée, de type 3311, montrent que ces deux céramiques, que l’on pensait propres au XVIe s., étaient déjà en service à la fin du XVe s. De plus, les faïences d’importation de la zone IX permettent d’identifier des fonds de plats creux 3311 et d’écuelles de type 3411.

Lyon, rue Tramassac

98La fouille d’un puits est à l’origine de cette découverte : le comblement est divisé en 3 phases : utilisation du puits, dépotoir et remblai. La phase 2, concernant le dépotoir, est elle-même divisée en deux périodes, celle qui nous intéresse étant la 2A.

99En céramique à pâte rouge glaçurée R1, le matériel se compose d’une série de cruches à bec pincé, fond plat et col évasé, très semblables au type 11061, issues directement des modèles du XIIIe s., mais décorées de bandes de barbotine sur la panse ; d’un pichet à panse piriforme, type 11212 et d’un autre, à col haut, très évasé. Dans cette même famille, on note la présence d’une marmite à fond bombé, à panse globulaire, pourvue d’anses qui s’accrochent sur la lèvre et le milieu de la panse, à petit col évasé, avec un profil de lèvre qui rappelle, de façon frappante, le type 10321. Enfin, on trouve quelques écuelles, à paroi rectiligne évasée, dont l’une est revêtue d’une glaçure éparse, sans système de préhension (Maccari-Poisson 1988, p. 233, fig. 9 ; p. 234, fig. 10).

100En céramique commune grise G, les marmites ne comprennent que deux types : l’un à fond bombé, panse globulaire, petit col évasé avec des anses accrochées sur la lèvre et le milieu de la panse, dans la tradition des types 1381, 1431 ou 101101 ;l’autre, à fond hémisphérique et panse globulaire, possède un col court évasé avec deux anses opposées attachées à la lèvre et au milieu de la panse et s’apparente au type 10321. Le dépotoir a également fourni un coquemar en pâte grise, à fond plat, panse globulaire, col court peu évasé et lèvre horizontale ; l’anse est rattachée à la lèvre et au milieu de la panse. Plus surprenante est la série de jattes de grande taille, en pâte grise, sans revêtement : le fond est hémisphérique, avec une panse globulaire aplatie, qui montre pourtant un étranglement du profil au niveau de la jonction avec un petit col évasé ; le système de préhension est constitué d’anses partant de la lèvre évasée ou de tenons (Maccari-Poisson 1988, p. 234, fig. 11).

101Cette phase du dépotoir peut être datée du XVe s. Précisons qu’aucun indice de datation absolue ne vient renforcer cette hypothèse qui découle de la chronologie interne de ce remplissage (la phase antérieure étant du XIIIe s. et la phase postérieure du XVIe s.), et de l’observation du matériel : absence de types et de productions spécifiques au XVIe s., tels que les marmites à anses coudées en commune grise, les marmites à deux anses en commune rouge glaçurée, les écuelles et assiettes creuses, la faïence lyonnaise, la céramique à glaçure verte sur engobe blanc, etc.

Lyon, place de la Bourse

102Les recherches archéologiques ont permis la découverte de nombreux dépotoirs ou fosses d’aisance, dont l’un, le dépotoir D1, appartenant à la période 11, peut être daté de la fin XVe s. Le matériel n’est pas encore publié et a fait seulement l’objet d’un compte-rendu dans le rapport de fouille : les observations restent donc partielles.

103On recense 1 657 fragments qui se répartissent en quatre productions : la commune grise G avec 1 054 tessons, la commune rouge glaçurée R1 avec 588, la faïence F avec 9 et les sgraffito E7 avec 6 tessons. La première famille comprend de nombreuses marmites à anses coudées, type 1311 ainsi que d’autres, semblables à celles de la zone IX, de la fouille place des Terreaux. On trouve également un exemplaire au moins de cruche à bec ponté et sans doute un petit coquemar. La commune rouge glaçurée fournit des marmites à panse globulaire, fond bombé et deux anses plates opposées, de formes 141 et 142, des coquemars et des poêlons à bord droit, paroi évasée et dont le manche est opposé à un bec pincé. On trouve aussi de très nombreuses cruches de type 11061 et des pichets à grand col évasé, identiques à celui du dépotoir de Tramassac. En faïence d’importation, on identifie des cruches et une écuelle, tandis que la famille E7 fournit un plat creux.

104La datation de ce comblement reste délicate. Il semble, en tout cas, que la présence des faïences et des sgraffito, ainsi que celle des marmites à anses coudées placent ce dépotoir à une époque plus récente que ceux de Tramassac et de la zone IX des Terreaux ; d’autre part, certains indices ne permettent pas de dépasser la fin du XVe ou le tout début du XVIe s. : en effet, on note l’absence de production à glaçure verte sur engobe blanc famille El, ainsi que celle de la faïence lyonnaise, compensée par la présence de proto majolique italienne et faïence hispanique. De même, la grande quantité de marmites à anses coudées est équilibrée par la présence de nombreuses marmites à anses rubannées, phénomène que l’on ne retrouve pas au XVIe s. où la production des marmites imitant les récipients en métal est tellement forte qu’elle occulte pratiquement toutes les autres formes en commune grise. Plus problématique reste l’absence du service vert de Meillonnas : comme nous savons que cette famille est présente dès 1480, à une époque où les marmites à anses coudées n’existaient pas, on peut suggérer que son absence sur ce site est due aux hasards des remplissages.

105Toutes ces observations conduisent à placer le comblement de ce dépotoir entre l’extrême fin du XVe et le tout début du XVIe s., sans doute postérieurement au mobilier de la zone IX et de Tramassac, mais antérieurement à celui de l’Hôtel-Dieu.

106En conclusion, l’image que renvoient ces découvertes de la céramique du XVe s est loin d’être complète, mais procure quand même un certain nombre de surprises. D’un point de vue général, le mobilier reste fortement imprégné de tradition médiévale. Pourtant, certains aspects annoncent les bouleversements du XVIe s. : les quelques formes ouvertes ou l’apparition, avec le service vert de Meillonnas famille Β1 et des sgraffito famille E7, de deux nouvelles productions.

107Cette fin du XVe s. est assurément une période de transition.

Les XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles

108Pour ces trois siècles, nous allons donc présenter les contextes archéologiques de chaque site avant d’aborder, de manière chronologique, l’étude céramologique et la datation.

109Il convient, dès maintenant, pour éviter de laborieuses répétitions, de fixer les critères de datation à notre disposition, préalablement aux études monographiques :

110les critères absolus : ils sont généralement extrinsèques à la céramique puisqu’ils proviennent des monnaies, textes, archives et données archéologiques. Toutefois, de rares récipients montrent des inscriptions et dates gravées sur leur surface,

111les critères relatifs : ils consistent essentiellement en comparaisons typologiques des lots non datés avec du matériel bien calé chronologiquement.

112A ce titre, certaines productions ou types de céramiques servent de référence :

  • La faïence : les documents d’archives mentionnent la venue, à Lyon, de faïenciers originaires d’Italie et plus particulièrement de Toscane, dès le tout début du XVIe s. Les fouilles archéologiques montrent que la faïence lyonnaise est absente dans les couches de la fin du XVe s., puisque le dépotoir D1 de la Bourse, sur un total de 1 657 tessons, n’en possède que 9 fragments, tous d’importation (Rapport de fouille, C. Arlaud 1990, pp. 81-84). Par contre, au début du XVIe s., le dépotoir D2, du même site, fournit 45 fragments pour un total de 6 983 tessons : là encore, on compte beaucoup d’importations, mais également les premières faïences d’origine lyonnaise (Rapport de fouille, C. Arlaud, 1990, pp. 73-78). Enfin, depuis la fouille de la place des Terreaux, on sait que cette production occupe une place non négligeable au milieu de ce même siècle (Rapport de fouille, C. Arlaud, 1991-94).

  • La production attribuée à Meillonnas-Treffort ou « service vert B1 » : son apparition se situe avant 1480 (cf. Terreaux zone IX) mais c’est à partir du milieu du XVIe s. que les potiers de ces villages inondent le marché lyonnais de cette céramique à glaçure verte et ce, jusqu’au milieu du XVIIIe s.

  • La production attribuée à Larnage, ou « service jaune B2 » : autre céramique bien typée, à glaçure jaune sur pâte blanche sans engobe, issue d’un village de la moyenne vallée du Rhône ; elle apparaît dans la deuxième moitié du XVIIe s. puisqu’on la trouve dans le dépotoir de la place Antonin Poncet (Becker et alii 1989), mais pas dans le puits de Saint-Vincent, daté du milieu de ce siècle.

  • La marmite à anses coudées, de type 1311 (fig. 128) : fond bombé, panse ovoïde ou globulaire, col moyen évasé ; la lèvre est sans inflexion et se cantonne à trois types : à faces parallèles ou à épaississement externe ou encore à faces divergentes ; les anses, de section ronde, verticales et opposées sont ancrées sur la lèvre et le haut de la panse et présentent la particularité d’être coudées, imitant en cela les récipients de métal, ce qui en fait un très bon repère dans les ensembles de céramiques culinaires. On trouve le type 1311 dès l’extrême fin du XVe, voire au début du XVIe s., dans le dépotoir D1 de la Bourse. Elle prend une place extrêmement importante au XVIe et assure en quelque sorte l’ossature de la production commune grise. Ce type disparaît sans doute au début du XVIIe s. Il faut noter qu’actuellement, on ne connaît pas sa date d’apparition par rapport au service vert Β1 : les deux productions arrivent sans doute simultanément sur le marché.

128 - Marmite à anses coudés, (type 1311)

128 - Marmite à anses coudés, (type 1311)

Contexte archéologique

113Le dénominateur commun aux sites étudiés ici réside dans le fait qu’il s’agit de structures domestiques en lieu clos, parfois stratifiées : dépotoirs, fosses d’aisance, comblement de puits ; toutes sont issues de fouilles urbaines récentes.

Lyon, rue de la Monnaie, îlot 24

114Le contexte archéologique est décrit dans la période précédente (cf. supra) ; pour le XVIe s., nous avons retenu trois ensembles sur ce chantier : la fosse 1612 et son comblement : les couches 1606 et 1595, zone 37 ; la fosse 1686 et son comblement : la couche 1687, zone 37 et la fosse 1434 et son comblement : la couche 1435, zone 32. La totalité de ces remplissages fournit 365 fragments pour 60 vases après collage. Aucune donnée archéologique écrite n’est disponible sur ces structures.

Lyon, rue René Leynaud, îlot Vieille Monnaie

115Situé au nord de la presqu’île, sur les pentes de la Croix-Rousse, ce secteur de la ville apparaît sur le plan scénographique du XVIe comme un îlot de verdure, où seules quelques maisons bordent les rues principales. Le quartier perd cet aspect campagnard à partir du XVIIIe s., consécutivement au développement de l’industrie de la soie. De rares fosses dépotoirs ou d’aisance, 153, 438 et 433, témoignent de l’occupation humaine à l’époque moderne : elles fournissent 1367 fragments qui donnent 165 vases.

Lyon, rue Bellecordière, Hôtel-Dieu

116Dans le cadre du programme de réhabilitation de l’Hôtel-Dieu, la construction, en sous-sol, d’une station de chauffage, a permis la fouille préventive d’un secteur, en limite de la rue Bellecordière, dans l’angle sud-ouest de l’aile sud de l’hôpital. Les fondations de quatre maisons détruites en 1832, ainsi que sept fosses dépotoirs ou fosses d’aisance remplies de matériel céramique ont été dégagées : elles fournissent 4481 fragments qui donnent 342 vases (fig.129).

129 - Lyon, rue Bellecordière, Hôtel-Dieu : emplacement des fosses dépotoirs

129 - Lyon, rue Bellecordière, Hôtel-Dieu : emplacement des fosses dépotoirs

117Du nord au sud, nous avons successivement :

  • la maison Cusset, avec, à l’extrémité est, la fosse 801. La maison est composée des murs 6, 7, de la tour d’escalier M9 et d’une pièce formée des murs 10, 35, 36 et 37. Cette pièce est postérieure à l’escalier 9 et coupe la fosse 801, qui sont donc les structures les plus anciennes de l’ensemble. Cette maison est une rente de l’archevêché, mentionnée plusieurs fois par les archives entre 1446 et 1734. Le remplissage de la fosse 801 est composé de tuiles, briques, sable, mortier, cendres, charbon de bois, verre, métal et ardoises.

  • la maison du Merle Blanc, avec, à l’extrémité est, les fosses 901 et 902. Cette maison est constituée, au sud, des murs 14 et 11 et au nord, des murs 35 et 9 et du mur 16 qui est la limite ouest de la cour où ont été dégagées les fosses dépotoirs. La maison Cusset et celle du Merle Blanc forment une seule maison en deux corps de logis, séparés par une allée est-ouest joignant la rue Bellecordière au Rhône ; c’est une rente de l’Abbaye d’Ainay et de l’archevêché, également mentionnée entre 1446 et 1735. La fouille montre que la fosse 902 coupe la 901.

  • la maison du Roy d’Or, avec d’ouest en est, les fosses 502, 410, 405 et 401/601. Cette maison est délimitée au nord par les murs 14 et 11 et au sud, par les murs 26 et 29. Au sud-ouest, une petite pièce, en fait le dépotoir 502, est formé des murs 31, 32, 33 et 12 ; d’après le rapport de fouille, elle semble condamnée à partir de 1629. Cette maison, une rente de l’Abbaye d’Ainay et de l’archevêché, est mentionnée entre 1493 et 1735. La fouille montre que la fosse 410 est coupée par 502, que le remplissage de la fosse 405, formée d’un cuvelage en bois, est riche en os, charbons de bois et en cendres et que le dépotoir 502 est sans doute une fosse d’aisance.

118Paradoxalement, toutes ces informations ne nous sont guère d’utilité pour la datation des dépotoirs, ni pour les relations de ceux-ci avec le bâti. Force est de se rabattre sur les comparaisons typologiques. Malgré ce handicap, nous avons gardé les sept fosses pour l’étude, en raison de la diversité du matériel, qui fournit un bon jalon pour l’époque.

Lyon, quartier Saint-Vincent

1191 rue Bouteille
La fouille de cette zone a permis de mettre au jour une dizaine de fosses dépotoirs : huit ont été retenues avec un total de 2 968 tessons avant collage, ce qui nous donne ensuite 357 vases identifiés. D’autre part, la fouille quasi intégrale, sur 6 mètres de profondeur, du comblement d’un puits permet également de disposer de 10 452 tessons. Ce matériel a été choisi pour étude en raison de contextes archéologiques bien stratifiés et de nombreux éléments de datation absolus tels que monnaies, archives et étude du parcellaire.

120Secteur II, rue de la Vieille
Neuf structures utilisées en dépotoirs ont été mises au jour, dont cinq d’entres elles possèdent des éléments de datation absolue par les monnaies. Les différents remplissages fournissent 2 639 fragments pour 352 vases après collage.

121Secteur la, rue Touret
Nous retiendrons pour cette étude, le contenu de trois structures qui ont livré 836 fragments, lesquels donnent 105 vases.

Le XVIe siècle

Au début du siècle...

122La fouille des diverses structures trouvées à l’Hôtel-Dieu, rue Bellecordière, n’apporte aucun élément de datation absolue ; par contre, la coexistence de certains types donne à ce site une place importante pour la typologie ; le caractère homogène (fig. 130) de cet ensemble - en faisant abstraction de la fosse 401-601 - conduit à proposer une datation globale qui fait l’objet d’un paragraphe particulier.

130 - Lyon, rue Bellecordière Hôtel-Dieu : quelques vases issus de dépotoirs

130 - Lyon, rue Bellecordière Hôtel-Dieu : quelques vases issus de dépotoirs

La fosse 401-601

123Elle est située à l’Est, dans la maison du Roy d’Or, de même que les trois suivantes ; le remplissage se compose de 248 tessons répartis en deux familles : 101 en commune grise et 147 en commune rouge glaçurée.

124La composition du matériel est assez particulière : aucun des fragments de panse en céramique commune grise n’est en mesure de fournir un type identifiable ; en famille R1, on recense plusieurs récipients de type 11212 ou 11061, ce qui pose un problème de datation, puisque ces vases se situent aussi bien au milieu du XIIIe qu’au début du XVIe s. ; et que peut-on dire de l’absence des familles Β et F ? De même, l’examen des tessons de panse en R1, où l’on trouve six fragments décorés, soit de bandes de barbotine, soit de pastilles, et un motif zoomorphe apparenté à un oiseau, n’apporte aucun renseignement ; on peut quand même noter que ce genre de décor est plus fréquent durant la période médiévale.

La fosse 405

125Elle compte 834 fragments, répartis en 8 familles : 1 en faïence F et en jaune sur engobe E4, 2 en verte sur engobe El, 13 en commune grise glaçurée G1, 27 attribués au service vert B1, 55 en commune rouge glaçurée RI, 53 en commune rouge R et 682 en commune grise G.

126Cette dernière se trouve représentée par des marmites à anses coudées, de type 1311 qui forment un lot de 38 exemplaires. On trouve également des marmites de type 1441, déjà rencontrées à l’îlot 24 pour les périodes précédentes ; il faut également mentionner une cruche à bec ponté en céramique grise glaçurée.

127En ce qui concerne la famille R1, on retrouve les mêmes produits avec les marmites de type 1441 et une cruche à bec ponté de type 11051 : il n’est pas rare de voir ces types présents aussi bien en G, G1 qu’en R1. Il existe aussi, dans cette fosse, un pichet de type 11212, ainsi que trois éléments non identifiables, mais dont deux peuvent être des marmites. En céramique commune rouge R, les 6 lèvres se divisent en deux récipients : un bassin de type 3211, à deux anses opposées qui s’accrochent sur la lèvre et le milieu de la paroi et une cruche éventuellement de type 1112. En ce qui concerne la famille Β1, sur les 27 tessons présents, une cruche 1112 a été identifiée ; il reste un fragment de lèvre non identifié, assez court, sans col, qui appartient peut-être à un coquemar. Un seul tesson de panse en faïence F a été recueilli mais il n’apporte aucune information.

La fosse 410

128Elle compte 665 fragments, répartis en 7 familles : 1 exemplaire pour les familles F et jaune décorée E5, 8 en commune grise glaçurée Gl, 22 attribués au service vert Β1, 90 en commune rouge R, 94 en commune rouge glaçurée R1 et 449 en commune grise G.

129Cette dernière famille livre plusieurs marmites de types 1311 (parmi celles-ci, deux semblent gla-çurées) et 1441 ; il faut aussi en ajouter une de type 10161 et de type 1431, identiques à celles d’Anse, ainsi que deux cruches à bec ponté de type 11051. Dans la famille R1, le matériel est plus abondant et diversifié : des bassins de type 3211, des cruches de type 11061 (certaines ne sont pas glaçurées, mais les tessons sont trop petits pour étendre cette observation à l’ensemble du vase), des marmites de type 1441, un lèchefrite de type 3111, à parois verticales, un poêlon, peut-être de type 3831.

La fosse 502

130Les 635 tessons trouvés dans la fosse 502 se répartissent en 8 familles : 1 en divers E8, 6 en jaune décorée E5, 8 en verte sur engobe El, 29 attribués au service vert Β1, 34 en commune grise glaçurée G1, 101 en commune rouge R, 151 en commune rouge glaçurée RI et 635 en commune grise G.

  • 8 Cet élément n’est pas codé, car trop incomplet.

131Un très grand nombre-trente exemplaires-de marmites à anses coudées de type 1311, appartenant à cette famille, provient de cette fosse, associé à des marmites de type 1441, un bassin de type 3211 et un fond globulaire, qui présente la particularité d’être percé de nombreux trous jusqu’à mi-hauteur : ceux-ci ont été faits avant cuisson, de manière peu soignée, en laissant de fréquents bourrelets d’argile sur les bords, ce qui permet en tout cas d’infirmer l’hypothèse d’une faisselle ; il s’agit peut être d’un ustensile à cuire les châtaignes ou tout simplement d’une passoire 8 Enfin, en famille G, a été identifié un nouveau type, un coquemar entier, 1361, avec une lèvre très simple, à une inflexion oblique vers le haut. Il faut noter que cette lèvre est en tout point identique à celle des cruches à bec ponté de type 11051, dont le reste du vase possède les mêmes caractéristiques : panse globulaire, fond bombé et absence de col.

132Deux lèvres non identifiées et un biberon de type 11031, muni d’une anse verticale perpendiculaire à un petit bec tubulaire composent la totalité d’une famille peu fréquente : la commune grise glaçurée G1. Un autre biberon, en divers E8, de type 11041, provient également de cette fosse : l’anse est à l’opposé du bec tubulaire ; il est revêtu sur ses faces interne et externe d’une glaçure sur engobe foncé avec, sur la face externe, un décor à la barbotine blanche de croix et de points disposés sur trois registres.

133En céramique commune à pâte rouge, famille R, seules quelques cruches de type 1112 sont présentes, ainsi qu’un nouveau type de marmite, 1352, à fond bombé, sans col et à deux anses plates verticales opposées. La famille R1 fournit une cruche de type 1112 et quatre marmites : deux de type 1831, une de type 1351, une de type 1832. Pour ces dernières, les variantes morphologiques se situent surtout au niveau des lèvres et des fonds, mais la forme générale reste la même : panse généralement globulaire et deux anses verticales opposées qui se rattachent sur la lèvre et le milieu de la panse. Quant à la famille B1, elle ne livre que des tessons de panse et des fonds.

La fosse 901

134Elle est située dans la maison du Merle Blanc ainsi que la suivante. Elle compte un total de 183 tessons, répartis en 6 familles : 1 en faïence F, 2 en verte sur engobe E1, 26 en commune grise glaçurée G1, 121 en commune rouge R, 178 en commune rouge glaçurée R1 et 855 en commune grise G.

135Ce dernier lot est extrêmement intéressant : en effet, il regroupe des exemplaires de marmites types 1311, 1441 et 1431, avec d’autres, non connus jusqu’alors, mais dont il faut noter les différences morphologiques, telles que l’absence de col et les anses sur la lèvre (10122), ou la présence de col avec les anses sur la lèvre (10231) ou sur le haut de la panse (10211). Il s’agit en fait de l’addition de plusieurs caractéristiques typologiques que l’on avait notées dans les couches 1688 et 1669 de l’Ilot 24, où, d’ailleurs se trouvent plusieurs exemplaires de marmites 1441. Il n’en reste pas moins que la présence de ces différents types de marmites en famille G demeure d’un grand intérêt.

136En céramique glaçurée à pâte rouge, famille R1, on retrouve les marmites de la famille G, mais cuites en mode oxydant : types 1441, 10131, oule de type 1371 et surtout une marmite entière sans doute de type 1311 ; les anses, incomplètes ne permettent pas de le certifier. Mentionnons aussi des cruches 11061 et une cruche 11051. Les fragments de verte sur engobe El et de faïence ne permettent pas d’identification.

La fosse 902

137Elle fournit 450 tessons, répartis en 8 familles : 1 exemplaire pour les familles F, E4, E7, 5 attribués au service vert Β1, 21 en verte sur engobe El, 27 en commune rouge R, 122 en commune rouge glaçurée R1 et 272 en commune grise G.

138On remarque, pour cette dernière famille, une forte présence de marmites type 1311, des bassins type 3211 et des marmites type 1441. On trouve également des exemplaires de marmites types 1411 et 1421 en céramique glaçurée à pâte rouge R1. La seule lèvre de famille R n’est malheureusement pas identifiée.

139Les rares exemplaires d’assiettes creuses, de type 3311 et d’écuelles à oreilles, de type 3411 appartiennent à la famille El, ainsi qu’un lèchefrite de type 3111, de même qu’un petit pot, qui, par sa taille, doit appartenir à une dînette.

140Les familles B1 et F ne fournissent que des fragments non identifiables.

La fosse 801

141Elle fait partie de la maison Cusset et compte 466 fragments, répartis en 8 familles : 1 en jaune sur engobe E4, 2 en commune grise glaçurée G1 et en faïence F, 3 attribués au service vert Β1, 33 en verte sur engobe El, 38 en commune rouge R, 62 en commune rouge glaçurée R1 et 325 en commune grise G.

142Celle-ci est peu représentée au niveau des types, mais on note quand même des marmites types 1311 et 1441. Il faut remarquer aussi la présence d’une marmite 1311 en commune grise glaçurée Gl1 Seuls, un nouveau type de jatte, 3241 et une marmite 1331 ont été identifiées en R1. Par contre, en famille El, on constate un large éventail de types : écuelle 3411, assiette 3311, fond de cruche 11061, jatte 3221, et un fond de jatte 30221 ; il faut ajouter à cela la partie supérieure d’un pot à anse en panier de type 10341. Ce genre de vase a déjà été distingué, mais en céramique commune grise et, surtout, de datation plus ancienne ; de plus la lèvre, pratiquement absente, est remplacée par un saillant externe, tout à fait original. Ce genre de profil n’a pas, pour l’instant, été trouvé ailleurs sur Lyon ; il faut aller chercher du coté des fouilles de Surieu (Faure-Boucharlat ; Vicard 1986, p. 117) pour en rencontrer de semblables. Les fragments appartenant aux familles Β1 et F n’apportent guère de renseignements.

143La datation de cet ensemble de fosses pose un problème intéressant. Lorsqu’on réalise un tableau de présence/absence par famille et par fosse, sans tenir compte de la fosse 401-601, au comblement trop particulier, on remarque plusieurs choses :

144La commune grise G, la commune rouge R et la commune rouge glaçurée R1 sont présentes dans toutes les fosses. Les autres productions apparaissent de manière variable ; ainsi, la commune grise glaçurée G1 est absente de la fosse 902, le service vert B1, de la fosse 901, la verte sur engobe El, de la fosse 410 et la faïence F, de la fosse 502. La jaune sur engobe E4 ne se retrouve que dans 3 fosses, 902, 801, 405, la jaune décorée E5, dans deux fosses, 410 et 502, les sgraffito E7 et les divers E8, dans une seule fosse, respectivement 902 et 502.

145La question d’une datation globale ou spécifique des fosses se pose donc. On sait que la marmite à anses coudées apparaît dès la fin du XVe s., mais en nombre limité, alors que sur le site de l’Hôtel-Dieu, le nombre de ces marmites oscille entre 9 et 38 exemplaires par fosse, ce qui correspond à un taux de fréquence plus proche des dépotoirs du XVIe s. D’autre part, l’absence de certaines famille typiques de ce siècle ne peut être retenue comme indice de datation : ainsi, la faïence est absente de la fosse 502, mais on trouve de la verte sur engobe ; celle-ci est absente de la fosse 410 où l’on trouve de la faïence. Quant au service vert B1, il n’apparaît pas en 901, alors que la faïence et la verte sur engobe sont présentes.

146En conclusion, et faute d’élément de datation absolue, nous pouvons formuler l’hypothèse que le matériel de L’Hôtel-Dieu est bien homogène et qu’il doit se situer tout au début du XVIe s. En effet, il est curieux de constater le mélange de céramiques bien datées du XVIe, telles que les assiettes, les écuelles ou les marmites à anses coudées avec des vases que l’on a plutôt tendance à trouver à des époques antérieures, comme les marmites 1441, les cruches 11061, les pichets 11212. Ce mélange est la caractéristique du remplissage des fosses de l’Hôtel-Dieu et il est trop systématique pour ne voir qu’un fait dû au hasard : il faut le considérer comme révélateur d’une époque de transition entre vaisselier médiéval et vaisselier moderne. Ce site est d’ailleurs le seul à proposer un tel éventail, comme le montre la suite de l’étude. Il faut ajouter que le faible pourcentage de la famille B1 plaide également en faveur du début du XVIe s.

Dans la première moitié du siècle

147Les éléments de datation absolue restent relativement rares pour cette époque ; heureusement, certaines fosses de la fouille du quartier Saint-Vincent ne sont pas dépourvues de monnaies et permettent de poser des jalons chronologiques.

La fosse 129-134

148Elle regroupe les couches 130, 135, 156, 169, 171, 175, et compte 1 259 tessons qui se répartissent en 7 familles : 2 pour la jaune décorée E5, 5 pour la faïence F, 8 attribués au service vert B1, 11 pour la verte sur engobe El, 25 pour la commune grise glaçurée G1, 69 pour la commune rouge glaçurée R1 et 1139 pour la commune grise G. Le recollage montre de nombreuses liaisons entre ces diverses couches et permet de considérer et d’étudier le matériel comme un tout homogène.

149Très peu de types sont présents en famille G dans cette fosse, mais on rencontre 120 exemplaires de marmites à anses coudées de type 1311 ; le reste du matériel se répartit entre cruche à bec ponté de type 11051, bassins de type 3211, un récipient à fond plat et paroi évasée rectiligne, que l’on va retrouver fréquemment en commune grise et pots de type 10172 ; malheureusement, ce dernier reste incomplet et on ne peut trancher entre marmite et coquemar.

150En commune rouge glaçurée R1, on trouve des exemplaires de la marmite type 1411, aussi fréquente dans cette famille que peut l’être le type 1311 en commune grise. Les formes 141 et 142 se distinguent par leur deux anses plates opposées qui s’attachent sur le haut et le milieu de la panse et par leur fond hémisphérique.

151C’est en verte sur engobe E1 que l’on a le plus de types différents : lèchefrites 3111, reconnaissables à leurs parois verticales, assiettes creuses 3311, réchaud de type 7112 (fig. 131), écuelles de type 3411, avec leur tenons de préhension ou « oreilles », cruche 1141 à bec tubulaire et cruche de type 11011 à anse en panier qui, pour l’instant, n’est connue qu’en commune grise.

131 - Lyon, réchaud (type 7112)

131 - Lyon, réchaud (type 7112)

152En faïence F, il n’y a aucune forme identifiée à partir des lèvres présentes, ni pour le service vert B1, mise à part une minuscule assiette creuse 4311 qui s’apparente plutôt à une dînette.

153La datation est proposée ci-dessous, après étude de la fosse suivante, en raison des relations existant entre les deux structures.

La fosse 131

154Cette fosse regroupe les couches 131, 184, 185 et fournit un total de 328 tessons, répartis en 4 familles : 1 tesson attribué au service vert Β1, 9 en verte sur engobe E1, 16 en commune rouge glaçurée R1 et 302 en commune grise G. Le recollage montre de nombreuses liaisons entre ces diverses couches et autorise une étude d’ensemble.

155Nous retrouvons ici, en famille G, une nette majorité de marmites à anses coudées de type 1311 avec 22 vases ; les exemplaires restants sont identifiés comme des pots de type 10172. Avec seulement quelques marmites de type 1411, la fosse ne livre que peu de matériel en famille R1. Par contre, la céramique verte sur engobe, famille El, procure une grande variété de types : lèchefrites 3111, écuelle 3411, assiettes creuses 3311 et cruches de type 1141. Il ne faut pas oublier l’unique tesson en famille Bl.

156De nombreux fragments issus de cette fosse recollent avec la fosse 129/134. On peut donc les considérer comme contemporaines. La fosse 129/134 a livré deux monnaies : un jeton de Nuremberg de la fin XVe s. et un double tournois de Louis XII, du début du XVIe s. ; en ajoutant, par ailleurs, une datation début XVIe s. du matériel en verre (Auger 1990), c’est donc à cette époque qu’il faut placer le lot de céramique. Si l’on se réfère aux découvertes des Terreaux, la rareté de la faïence, de la famille B1 et de la famille E5, ainsi que l’absence de rouge décorée E2, corroborent cette datation. Il faut toutefois préciser que le remplissage de ces deux fosses est postérieur à celui de l’Hôtel-Dieu, comme tend à le démontrer l’absence de céramiques de tradition médiévale, tels que les types 1441 ou 11061 ; dans son ensemble, le matériel des fosses 129 et 131 possède plus d’affinité avec le milieu du XVIe s.

La fosse 158

157Elle n’est composée que de la couche 177 qui compte 415 tessons, répartis en 5 familles : 2 en faïence F, 6 en service vert B1, 9 en verte sur engobe E1, 60 en commune rouge glaçurée R1 et 338 en commune grise G.

158Une nouvelle fois, les marmites de type 1311 en commune grise tiennent la vedette, ici avec 43 exemplaires, auxquels viennent s’ajouter des pots de type 10172. Dans la famille R1, il n’y a pas de surprise avec les marmites de type 1411 ; toutefois, le matériel est un peu plus important en E1 avec des écuelles 3411, des assiettes creuses 3311 et une jatte de type 3221 à fond plat et deux anses verticales opposées. Ce lot ne serait pas complet sans les deux tessons de faïence et les six en famille B1 qui, malheureusement, ne reconstituent aucun vase.

159Cette fosse est importante, puisqu’elle fournit deux monnaies : un denier tournois de Louis XII, fin XVe - début XVIe et un double tournois de François Ier de la première moitié du XVIe s. C’est donc au moins à cette date qu’il faut placer ce lot. Le matériel, peu abondant, est typologiquement identique à celui des fosses précédentes, ce qui pourrait suggérer une certaine stabilité des types entre le début et le milieu du XVIe s.

La fosse 176

160Elle comprend la couche 159 qui contient 431 tessons, répartis en 6 familles : 1 en glaçure jaune sur engobe blanc E4, 2 en faïence F, 9 en verte sur engobe El, 30 en famille Β1, 63 en commune rouge glaçurée R1 et 326 en commune grise G.

161Très peu de vases demeurent identifiables dans cette fosse, en famille G, malgré l’importance du lot, essentiellement des fragments de panse. On possède des marmites de type 1311 et un pot de type 10172. Même chose pour R1 où les 63 tessons fournissent une seule marmite type 1411. En service vert B1, sur trois fragments de lèvre, on rencontre enfin un type identifiable : 1521 ; il s’agit d’un pot à cuire pourvu d’un fond plat, d’une panse ovoïde haute et muni de deux anses opposées de section ovale qui s’attachent sur la lèvre et le milieu de la panse. La faïence ne donne qu’un seul tesson, non identifié, et la production glaçurée sur engobe ne comprend que deux familles et deux types de récipients : des écuelles 3411 en famille El et E4, cette dernière assez discrète, sans oublier une jatte de type 3221 en E1.

162Le remplissage de la fosse a livré quelques monnaies : un denier tournois de Louis XII de la fin XVe - début XVIe s. et deux monnaies de François Ier, de la première moitié du XVIe s. Ces datations confirment celles des fosses précédentes.

163L’étude des structures ci-dessus permet de placer chronologiquement un certain nombre de types de céramiques. Malheureusement, la majorité des dépotoirs ne fournit pas d’élément de datation absolue. Nous poursuivons ce travail par l’étude de fosses, tous chantiers confondus, qui ne possèdent aucun élément de datation, mais enrichissent et complètent notre typologie par l’apport de nouveaux types.

La fosse 136

164Dans le quartier Saint-Vincent, elle regroupe les couches 137 et 138, et ne fournit que 311 tessons, répartis en 5 familles : 1 pour le service vert B1, 5 pour la faïence F, 11 en commune grise glaçurée G1, 23 en commune rouge glaçurée R1 et 271 en commune grise G. Les collages entre ces deux couches montrent que le remplissage peut être considéré comme homogène.

165Nous retrouvons, en G, les traditionnelles marmites à anses coudées 1311, ainsi qu’un bassin 3211. Seuls quelques vases sont identifiés en R1 : des marmites de type 1421, qui se différencient de 1411 par l’absence de col ; une marmite de type 1611, presque identique aux précédentes, si ce n’est son fond bombé et sa panse surbaissée et enfin, une marmite de type 1411. La faïence ne livre que deux fragments, non identifiés et la famille B1, un seul. On peut aussi mentionner, pour mémoire, la présence de 11 fragments en commune grise glaçurée G1, qui n’apportent aucun renseignement.

166Cette petite fosse ne possède aucun élément de datation absolue, mais les types de vases observés la placent au XVIe s., sans doute dans sa première moitié, si l’on se réfère à l’absence des familles E2, E7.

La fosse 337

167Dans le quartier Saint-Vincent, elle est composée des couches 338, 658 et 668 ; le remplissage fournit un total de 604 fragments qui se répartit en neuf familles : 3 en commune rouge R, 4 en commune grise glaçurée G1, 5 en divers E8, 8 en faïence F, 13 en jaune sur engobe E4, 9 en jaune décorée E5, 48 en verte sur engobe El, 52 en commune rouge glaçurée R1, 86 attribués au service vert B1 et 376 en commune grise G. Le collage entre les couches montre qu’elles forment un tout homogène.

168Nous retrouvons, dans cette fosse, des récipients maintenant bien connus : marmites à anses coudées, de type 1311 en famille G, écuelles à oreilles de type 3411 en famille E4 et en famille El, assiettes creuses de type 3311 en El, en E4, en E5 et en B1, un plat creux de type 3811 en El, ainsi qu’un certain nombre de récipients non identifiés en Β1 et en E1.

169Mais il y a aussi toute une série de vases peu courants : une cruche à bec pincé de type 1113 en famille E5, décorée de filets rouges et verts ; dans la production de Meillonnas, on trouve une marmite de type 1811 à panse globulaire et fond plat avec deux anses ovales verticales opposées qui s’accrochent sur le milieu de la panse et sur la lèvre ; en faïence, les rares tessons fournissent pourtant une sorte de soucoupe, de type 4321 avec un décor de cercles concentriques sur le marli, bleus et orange, qui entoure un motif floral stylisé relativement élaboré ; en famille G, enfin, il faut signaler une cruche de type 11011, pourvue d’un bec tubulaire ponté opposé à une anse plate verticale, le tout relié par une anse en panier, ainsi que deux fragments de lèvres en bandeau appartenant sans doute à une oule de type 1371, que l’on peut considérer ici comme matériel résiduel.

170En effet, la datation proposée s’éloigne beaucoup de l’époque des oules ; la présence de la faïence, des marmites 1311, des familles Bl, E4 et E5 nous place dans le XVIe s., l’absence de la famille E2, dans sa première moitié.

La fosse 648

171Dans le quartier Saint-Vincent, elle ne comprend que la couche 681 qui contient 103 tessons, répartis en 4 familles : 1 en faïence F, 3 en commune rouge glaçurée R1, 8 en verte sur engobe E1 et 91 en commune grise G. Après collage, nous obtenons un total de 7 vases.

172Un nouveau type apparaît en commune grise : il s’agit d’une marmite de type 1321, à fond bombé, panse globulaire, col court évasé et à deux anses plates verticales et opposées. Cette fosse livre deux exemplaires entiers. En verte sur engobe, famille El, le mobilier n’offre guère de surprises, si ce n’est son excellent état de conservation : jatte de type 3231, assiette creuse 3311 et écuelles 3411.

173La fréquence de ces types dans la première moitié du XVIe s. conduit à formuler, sur ces bases minces, une proposition de datation équivalente, faute d’autres éléments chronologiques.

La fosse 4039

174Toujours dans le quartier Saint-Vincent, la fosse 4039 ne contient que la couche 4040 avec ses 97 tessons, répartis en 3 familles : 1 fragment attribué au service vert B1, 7 en commune rouge glaçurée R1 et 89 en commune grise G. Le remplissage n’est pas important, mis à part la coexistence des cruches de type 11011, à anse en panier, en G et d’un nouveau type à bec tubulaire, 1141, en R1 ; le reste se présente sous l’aspect de marmites de type 1311.

175En l’état actuel des connaissances, cet ensemble peut être placé dans la première moitié du XVIe s.

La fosse 1434

176Située rue de la Monnaie (îlot 24), la fosse 1434, remplie par la couche 1435, présente comme particularité d’être l’une des rares fosses de toute cette étude où aucun tesson de commune grise ne fut trouvé. Cela ne signifie pas pour autant un arrêt de production de cette famille, puisqu’on la retrouve sur d’autres sites de même époque, mais indique qu’il s’agit d’une caractéristique de ce remplissage. Le nombre total de tessons, 139, se répartit ainsi : 6 en commune grise glaçurée G1, 6 en faïence F, 11 en divers E8, 8 en verte sur engobe El, 11 en commune rouge R et 97 en commune rouge glaçurée R1.

177On ne peut malheureusement pas identifier les deux marmites qui appartiennent à la famille Gl. En céramique à pâte rouge non glaçurée, famille R, un fond bombé a été identifié, presque plat, ainsi qu’une moitié de panse qui pourrait correspondre à une cruche de type 1131, dont la caractéristique réside dans le bec tubulaire perpendiculaire à deux anses plates verticales, mais aucun élément ne permet d’étayer cette supposition.

178La famille la plus représentée avec 19 récipients répertoriés, dont 2 non identifiés, est sans conteste R1, commune rouge glaçurée, où les marmites jouent un rôle prépondérant avec plusieurs individus de type 1422, dont la lèvre est réduite à un simple épaississement externe, de type 1411 ou 1412-une variante, au niveau de la lèvre, du précédent-et de type 1831, avec les deux anses plates verticales qui s’accrochent sur la lèvre et le milieu de la panse. On a également, dans la classe des vases bas fermés, deux nouveaux types, 2211 et 2311, assimilés à des pots de stockage dépourvus d’élément verseur ; bien que des variantes soient notables au niveau de la panse ou du fond, ils montrent tous deux le même col court convergent et deux anses verticales opposées, accrochées sur le haut et le milieu de la panse. Il faut également mentionner, dans la même famille un lèchefrite, de type 3111 qui se présente comme un récipient circulaire, à paroi cylindrique, de taille basse (5,5 cm), avec deux anses opposées perpendiculaires à un bec pincé. Deux nouveaux types de jatte : 30311 et 3222 sont typologiquement assez semblables au précédent, mais de taille plus haute : 8 et 6,6 cm. Par contre, on ne peut rien dire sur le profil du fond, ni même sur l’éventuelle présence d’élément de préhension du dernier type, 30111, incomplet : la paroi, de toute évidence plutôt évasée courbe que cylindrique, le classe éventuellement parmi les jattes.

179En ce qui concerne les cruches appartenant à cette famille, on possède plusieurs exemplaires, dont l’un, de type 11051, est plutôt de facture archaïque, avec son bec ponté ; l’autre, incomplet, de forme 191, présente quand même une panse surbaissée. Il reste une cruche à bec pincé type 1112 à laquelle manque le fond plat, et une cruche à bec tubulaire, type 1141, de petites dimensions (10,5 cm de haut) avec une anse qui s’accroche sur la lèvre et le milieu de la panse. Une tasse, type 3261, à paroi évasée rectiligne et un pot de chambre, 10511, viennent compléter les récipients glaçurés à pâte rouge. Signalons toutefois que l’attribution « pot de chambre » n’est pas définitive, le caractère incomplet du vase ne permet pas une identification certaine.

180Deux récipients, dont l’un inédit, sont présents dans la famille E1 : un biberon, type 11021 avec une anse verticale perpendiculaire à un bec tubulaire très fin et un lèchefrite (fig. 132), 3111, identique au modèle à pâte rouge glaçurée à deux anses et bec pincé. Dans la catégorie E8, on trouve un creuset en pâte blanche et une écuelle à glaçure vert sombre sur engobe brun de type 3411, maintenant bien connu.

132 - Lyon, lèchefrite (type 3111)

132 - Lyon, lèchefrite (type 3111)

181Au sujet de la datation, on sait, par l’absence de céramique commune grise, que le matériel de cet ensemble ne reflète pas son époque ; par conséquent, l’absence de production de Meillonnas doit-elle être considérée comme un facteur déterminant ? de même celle des familles E2, E5 et E7 ? Sans répondre à ces questions, nous pouvons déjà dire que l’ensemble des types présents correspond bien à ce qu’on trouve dans la première moitié du XVIe s. Ainsi la famille El apparaît à cette époque, de même que les écuelles ou les lèchefrites ; les marmites du groupe 14 sont, elles, bien assimilées au XVIe s. et ne se retrouvent pas après. Il faut conclure en insistant sur le caractère particulier de ce remplissage ; on peut proposer, en l’absence de données archéologiques et en s’appuyant uniquement sur les comparaisons typologiques, la première moitié du XVIe s. comme datation. Le remplissage de cette fosse est surtout intéressant par l’apport de nouveaux types.

La fosse 1612

182Nous avons vu précédemment que le comblement inférieur de la fosse 1612 (couches 1669 et 1688), située à Lyon, rue de la Monnaie (îlot 24), appartenait à la période médiévale. Pour le comblement supérieur, rappelons que la caractéristique de cette fosse est d’être coupée par un mur moderne : la fouille a dégagé les couches supérieures de la fosse de part et d’autre de ce mur ; ainsi 1606 correspond à 1595. Elles seront traitées comme un ensemble. Le nombre total de fragments, 169, reste assez faible et se répartit de la manière suivante : 2 en commune rouge R, 9 en faïence F, 47 en commune rouge glaçurée RI, 106 en commune grise G, 1 en verte sur engobe El, 2 en service vert Β1 et 6 en sgraffito E7.

183Si l’on excepte deux exemplaires non identifiés de famille G et un bassin de type 3211, les 15 types restants sont des marmites à anses coudées type 1311. Dans la catégorie R1, c’est-à-dire la commune rouge glaçurée, on a un lot de marmites identiques de type 1421. En ce qui concerne la classe 3, les vases bas ouverts, un récipient, 30211, montre un caractère si incomplet qu’il ne peut être identifié avec certitude : on ne connaît que le fond plat, la paroi évasée rectiligne et un rebord sans inflexion ; un deuxième récipient est identifié comme un bassin de type 3211, à deux anses opposées qui s’accrochent sur la lèvre et le milieu de la paroi.

184Les trois familles restantes ne fournissent que peu de matériel : en famille Β1, un seul vase existe, de type 3111, qui s’apparente à un lèchefrite ; on a aussi, avec le type 10351, un fragment de cruche ou de pichet en sgraffito, famille E7, qui possède une anse attachée au sommet de la lèvre ; en faïence, les quelques tessons recensés n’apportent aucune donnée, si ce n’est celle de leur présence dans cette couche. Constatation identique pour le fragment de verte sur engobe E1.

185La présence des familles B1, E1, E7 et F, ainsi que des marmites à anses coudées, permet de placer cette couche dans la première moitié du XVIe s.

La fosse 1687

186Située à Lyon, rue de la Monnaie (îlot 24) elle-ne fournit que très peu de matériel : seulement 18 fragments, 2 en famille G et le reste en commune rouge glaçurée R1. Dans la première famille, une seule marmite est présente : il s’agit d’un nouveau type, 1423, à panse globulaire et fond sans doute hémisphérique ; deux anses verticales opposées s’attachent sur le haut et le milieu de la panse et la lèvre est simplement évasée, sans col. Cette marmite, d’un profil inhabituel en commune grise, s’apparente plutôt aux récipients de la famille RI, à laquelle appartiennent d’ailleurs les quatre marmites restantes, toutes du groupe 14 : types 1411, 1412 et 1422. Il faut également mentionner un vase bas ouvert, le lèchefrite de type 3111.

187Le faible éventail typologique ne permet pas une datation précise ; toutefois, on sait que les vases du groupe 14 sont présents dans la première moitié du XVIe s. ; c’est donc à cette époque qu’il faut placer ce comblement.

La fosse 153

188A l’îlot Vieille Monnaie, rue René Leynaud, elle ne livre que 197 tessons, répartis en 6 familles : 1 en commune rouge R, 4 en faïence F, 10 attribués au service vert Β1, 23 en glaçure verte sur engobe El, 59 en commune rouge glaçurée R1 et 100 en commune grise G.

189Cette dernière famille est représentée par deux types déjà connus : les marmites 1311 et 1321 et par un coquemar de type 1741, qui possède un fond plat, une panse droite surmontée d’une lèvre sans inflexion et une seule anse plate verticale attachée sur la lèvre et le haut de la panse ; il s’agit d’un profil peu banal qui tranche avec le reste de la production en céramique commune grise.

190La céramique glaçurée à pâte rouge n’offre également que peu de vases : une marmite de type 1411 avec un décor de bande d’argile digitée sur le haut de la panse, une tirelire de forme 731, et un nouveau type, 1841, coquemar à col court évasé et fond plat.

191En céramique de Meillonnas et en faïence, deux vases incomplets sont identifiés : il s’agit, en Β1, d’une cruche de forme 111, et en F, de deux éléments de cruche dont on ne peut déterminer le profil.

192Quant à la céramique glaçurée sur engobe, de famille El, nous retrouvons les écuelles à oreilles, les assiettes creuses, et un chauffe-plats, type 7113, avec un grand pied douche, deux anses plates verticales attachées sous le rebord et le bas de la paroi ; ce récipient est également muni de trois supports, disposés en triangle, sur le rebord. Le dernier vase est plus singulier, puisqu’il s’agit d’une cruche de type 1911 à fond plat, base étalée, panse surbaissée, pourvue d’un col d’abord cylindrique puis évasé ; le bec pincé est opposé à une anse de section ovale.

193En ce qui concerne, la datation, la présence de la famille B1, de faïence et de marmites à anses coudées se situe dans la première moitié du XVIe s.

194Les deux dernières fosses ne présentent ni élément de datation absolue ni nouveau type de céramique : leur étude permet toutefois de confirmer la coexistence de divers types et de bénéficier de nouvelles données concernant les pourcentages des différentes familles.

La fosse 714

195C’est en fait une fosse d’aisance du quartier Saint-Vincent : le matériel se situe dans une couche de faible épaisseur sous plusieurs mètres de sable destiné à assainir la fosse après abandon. Comme c’est souvent le cas dans ce genre de contexte archéologique, le mobilier est en excellent état de conservation ; il compte 120 tessons, répartis en 5 familles : 1 fragment attribué au service vert Β1, 2 en faïence F, 4 en commune rouge glaçurée R1, 23 en verte sur engobe E1 et 90 en commune grise G.

196Toujours les mêmes types en céramique commune grise : marmites de type 1311, chauffe-plats de type 7111, bassin de type 3211 et pot de type 10172. La famille Bl ne fournit qu’une assiette creuse 3311, mais avec une remarquable marque en creux sur le fond, face externe : cette « signature » est la seule jamais rencontrée dans toute la production de service vert ; pour cette raison, elle semble plus être un indice de propriété qu’une marque de potier. En verte sur engobe El, on a un lèchefrite de type 3111, des écuelles à oreilles de type 3411 et des assiettes creuses 3311. Nous ne pouvons tirer aucun renseignement des tessons en commune rouge glaçurée R1 ou en faïence.

197L’homogénéité du lot, la présence de faïence et de la famille B1 plaident pour un contexte de la première moitié du XVIe s.

La fosse 139

198Toujours située dans le quartier de Saint-Vincent, elle regroupe les couches 140 et 141 qui fournissent 104 tessons, répartis en 7 familles : 1 fragment pour les familles jaune décorée E5 et la faïence F, 2 en jaune sur engobe E4, 3 en verte sur engobe El, 7 en commune rouge glaçurée RI, 9 attribués au service vert Β1 et 81 en commune grise G. Les deux couches recollent entre elles et sont étudiées ensembles.

199Un seul type de vase est représenté en G, il s’agit toujours de marmites à anses coudées de type 1311, ici en 19 exemplaires. La famille B1 ne livre que neuf tessons, non identifiables. Les productions à glaçure sur engobe ne sont pas non plus très présentes avec trois familles et deux types : des assiettes creuses 3311 en El, en E4 et en E5, ainsi qu’une jatte de forme 322 ou 324 en El ; quant au tesson de faïence et aux sept fragments en commune rouge glaçurée R1, ils ne permettent pas d’identification.

200Sans indice de datation absolue, la typologie place cet ensemble dans la première moitié du XVIe s.

Le milieu du XVIe siècle

201Le matériel issu de la fouille de la place des Terreaux, est une référence incontournable pour le milieu du XVIe s. (fig. 133). On ajoute, à cet ensemble, le matériel de la fosse 661 du quartier Saint-Vincent.

133 - Lyon, place des Terreaux : ensemble de vaisselle du XVIe siècle

133 - Lyon, place des Terreaux : ensemble de vaisselle du XVIe siècle

La place des Terreaux

202Elle est installée sur le comblement d’un tronçon des anciens fossés de Lyon, lesquels ont été remblayés progressivement, mais dans un laps de temps très court, au milieu du XVIe s., comme l’attestent les archives et la quantité impressionnante de monnaies recueillies (Rapport de fouille, C. Arlaud, 1991-94). Les 56 000 tessons retrouvés dans ce contexte apportent de nouvelles données pour une période mal représentée jusqu’alors. En commune grise G, les marmites à anses coudées de type 1311, côtoient les marmites 1321, les réchauds 7111, les bassins 3211. La production en jaune décorée E5, fournit une grande quantité d’assiettes 3311, d’écuelles 3411, de réchauds 7112 ou 7113, tandis que les sgraffito E7, également très présents, ne montrent que des écuelles et des assiettes creuses. Les familles à glaçure verte sur engobe El, la faïence F, la commune rouge glaçurée R1, le service vert B1 tiennent également une place importante, tant par leur quantité que par la diversité des types. Mais la grande nouveauté réside dans la présence de nombreuses céramiques à engobe rouge et décor à la barbotine blanche : la famille E2. Cette production, que l’on plaçait plutôt au XVIIe s. est, en fait, en pleine diffusion dès le milieu du siècle précédent, avec des écuelles, des assiettes creuses, des réchauds, des albarelli, des chevrettes, et on note même l’apparition des premières assiettes plates de type 4111. Par contre, on ne trouve aucune trace des jattes 3251, ni de la famille jaspée E3, qui restent, semble-t-il, l’apanage du XVIIe s. Le matériel de la place des Terreaux pose un jalon extrêmement important pour notre compréhension de la céramique de cette époque charnière, où se met en place le vaisselier diversifié des temps modernes. Bien que ce site ne soit pas inclus dans les études ci-après, force est de tenir compte des informations qu’il a fournies.

Le quartier Saint-Vincent, la fosse 661

203Elle regroupe les couches 662, 720, 721, 730, 727, 728, 729 et 1188 qui comptent 491 tessons répartis en 11 familles : 1 fragment pour la commune rouge R, la faïence F et les sgraffito E7, 2 en rouge décorée E2, 2 également pour la jaune sur engobe E4, 4 en divers E8, 5 en commune grise glaçurée G1, 20 attribués au service vert Β1, 25 en commune rouge glaçurée R1, 59 en verte sur engobe E1 et 370 en commune grise G. Les collages (728 et 730 ; 721 et 1188 ; 727 et 730 ; 720 et 721 ; 662 et 720 et 721) montrent qu’il s’agit d’un ensemble homogène, qui donne 55 vases répertoriés.

204Une grande partie du matériel consiste en des types déjà bien connus : marmites à anses coudées de type 1311 en famille G, pot à cuire 1521 en famille B1, assiettes creuses 3311 en El et en B1, écuelles à oreilles de type 3411 en El et en E5, cruche 1113 en E1.

205Mais le remplissage de la fosse 661 permet de découvrir de nouveaux types : une cruche à bec pincé, de type 1112, en commune rouge glaçurée, famille R1, ou une jatte de type 3231 en famille El, verte sur engobe, à paroi évasée rectiligne et aux anses plates opposées qui s’accrochent sous le rebord et au bas de la paroi, ainsi qu’une autre, de type 3841, de facture incomplète : on sait maintenant, grâce aux exemplaires trouvés place des Terreaux, qu’elle possède deux anses horizontales opposées sur le haut de la paroi et un fond plat. En sgraffito, famille E7, on remarque une des premières assiettes plates de type 4121. En commune grise, mis à part deux chauffe-plats de type 7111, il faut noter un fond de vase percé de nombreux trous dont la forme et la fonction restent inconnues. Dans la famille R, mentionnons une tirelire de forme 731, de même qu’en famille R1, un fragment de couvercle, malheureusement non identifiable.

206En l’absence de critères absolus, la typologie-servira de référence. La plupart des types rencontrés dans cette fosse sont identiques à ceux des fosses de Saint-Vincent datés de la première moitié du XVIe s. ; les nouveaux types rencontrés, la présence de la rouge décorée, famille E2, inconnue jusqu’ici, renvoient plutôt au matériel des Terreaux ; c’est donc dans le milieu du XVIe s. qu’il faut placer le remplissage de la fosse 661.

Le XVIIe siècle

207Sur l’ensemble des sites étudiés, cinq structures livrent du matériel datable du XVIIe s. ; l’une d’elles, le comblement d’un puits, est fondamentale pour la typochronologie de cette période.

Le quartier Saint-Vincent

208Le comblement d’un puits, de 80 cm de diamètre, a été fouillé sur une profondeur de six mètres environ. Pour des raisons de sécurité, le travail s’est arrêté à ce niveau, sans toutefois atteindre le fond. Nous avons répertorié dix-neuf unités stratigraphiques, présentées dans l’ordre chronologique, de haut en bas : 544, 531, 532, 551, 554, 561, 560, 562, 569, 571, 978, 979, 988, 993, 995, 1001, 1002, 1036, et 1092 qui fournissent 10 452 tessons de céramique avant collage (fig. 134).

134 - Lyon, quartier Saint-Vincent 

134 - Lyon, quartier Saint-Vincent 

Coupe stratigraphique à l’intérieur du puits ; identification des couches de remplissage

209Tout d’abord, en face d’une telle quantité de matériel, il convient de s’interroger sur le mode de remplissage : peut-on le considérer comme un tout homogène et le traiter en tant que tel, ou peut-on discerner plusieurs phases de comblement ? Pour répondre à une telle question, nous utiliserons deux méthodes : la présence/absence de types identiques dans les différentes couches de remplissage et les renseignements apportés par les collages.

210Pour chaque famille, un tableau représente en ordonnée les couches dans l’ordre chronologique, et en abscisse les différents types de céramique (tableau 3). La lecture de ces tableaux atteste que, toutes familles confondues, la très grande majorité des types perdure sur toute la durée du remplissage, malgré quelques absences dans certaines couches. Bien que l’on ne connaisse pas la durée de vie de chaque type, ces tableaux suggèrent déjà que le remplissage du puits forme un tout homogène.

Tableau 3. Quartier Saint-Vincent, graphique de présence-absence des types de céramiques dans le puits, classés par famille

Tableau 3. Quartier Saint-Vincent, graphique de présence-absence des types de céramiques dans le puits, classés par famille

211Puisque le recollage des tessons montre souvent les rapports des couches entre elles, il suffit de visualiser cette opération sous forme de tableau (tableau 4). Celui-ci regroupe 89 récipients, issus de quatre familles (commune grise G, commune rouge glaçurée R1, service vert B1 et rouge décorée E2) et affiche, en ordonnée, les couches dans l’ordre chronologique. Chaque trait vertical représente un vase et chaque point noir, un ou plusieurs fragments lui appartenant ; ainsi la répartition dans le remplissage du puits est immédiatement perceptible, les vases étant classés par ordre chronologique d’apparition.

Tableau 4. Quartier Saint-Vincent, détail des recollages des récipients dans le remplissage du puits

Tableau 4. Quartier Saint-Vincent, détail des recollages des récipients dans le remplissage du puits

212La lecture du tableau met en évidence trois groupes :

  • le premier groupe montre un remplissage régulier à partir de la couche 1092 jusqu’à la couche 979. Celle-ci semble correspondre à un arrêt du remplissage : douze vases issus des couches antérieures s’arrêtent à ce niveau et seize autres en repartent.

  • le deuxième groupe concerne le remplissage, qui s’effectue de manière régulière, de la couche 979 jusqu’à la couche 544.

  • le troisième groupe se situe à part : il s’agit de sept vases dont les fragments s’échelonnent de part et d’autre de la couche 979.

213Ces observations, conjuguées avec les renseignements fournis par les tableaux de présence-absence des types, montrent que le puits a été comblé rapidement, mais avec un arrêt au niveau de l’US 979. D’autre part, la présence du troisième groupe suggère que, parallèlement au remplissage observé, un second, plus ponctuel, ne tient pas compte de l’interruption ; mais certains vases, qui se répartissent sur toute la hauteur du puits, confirment que l’opération s’est effectuée dans un laps de temps très court et que le matériel forme un tout homogène et indissociable.

214Ce point étant acquis, on peut avoir une vue d’ensemble du mobilier céramique : un tableau permet d’appréhender, en ordre croissant, la proportion des familles à l’intérieur du remplissage : la commune rouge R et la jaune décorée sur engobe E5 sont vraiment minoritaires avec 48 et 55 tessons. Ensuite, un lot regroupe la faïence F, la jaune sur engobe E4, les divers E8, la jaspée E3, la beige décorée E6 et la commune rouge glaçurée G1 s’étageant entre 131 et 326 fragments. Vient ensuite un groupe situé dans une fourchette de 992 et 1 593 tessons, comprenant la commune rouge glaçurée R1, la verte sur engobe E1, la rouge décorée E2 et la commune grise G. Enfin, loin devant, la production attribuée au service vert B1 culmine avec 3 749 fragments.

215Malgré un nombre imposant de fragments, la commune grise G ne propose qu’un éventail restreint de types. Outre les 37 exemplaires de réchauds, type 7111, on ne trouve que des bassins 3211, bien connus depuis la fouille d’Antonin Poncet et des marmites 1221, en grande quantité, il est vrai. Un des avantages du remplissage de ce puits est de fournir de nombreux vases entiers ou du moins, reconstituables, ce qui permet, par exemple, de compenser le manque de variété des types en G par la présence remarquable de céramiques communes grises glaçurées. Cette famille, G1, jusque-là plutôt minoritaire, prend ici une place importante avec 39 assiettes creuses, 6 écuelles, 1 vase de stockage 1731 et quelques marmites 1221. On remarque que la famille G1 puise aussi bien dans la production en commune grise que dans celle à cuisson oxydante. Cette dernière, avec la famille R1, mis à part les assiettes creuses, écuelles et bassins, fait preuve d’originalité avec trois types : 1122, 1211 et 6211. Le premier renvoie à une cruche un peu particulière avec son bec tubulaire relié à une anse en panier ; l’état du vase ne permet pas de savoir s’il existe une anse plate verticale dans le même axe. Le deuxième type concerne une marmite tripode qui possède la particularité d’offrir une grande variété dans son système de préhension : deux anses plates verticales, parfois opposées, parfois accolées, ou une seule anse plate verticale qui transforme le récipient de marmite en coquemar. Enfin, il s’agit, pour le troisième, d’un couvercle de grande dimension, mais qui laisse planer un doute sur sa facilité d’utilisation, car il n’est pourvu d’aucun système de préhension. En famille R, la production oxydante nous gratifie d’un récipient étonnant : une sorte de réchaud de table, cylindrique dans sa partie basse, puis légèrement évasé, muni à sa base d’une ouverture dans la paroi et, à l’intérieur, d’un ressaut à mi-hauteur ; le récipient est incomplet et on ne possède pas son rebord.

216Le service vert Β1 apporte aussi son lot de nouveautés, puisqu’à côté des assiettes creuses, des écuelles et des pots à cuire 1511 et 1521 (vases typologiquement semblables, la seule différence provient de l’emplacement des attaches d’anses ; cette particularité n’a pas d’incidence sur la fonction : les deux exemplaires montrent des traces d’utilisation au feu sur le fond et les parois), il y a quelques vases peu banals. Ainsi le type 1711 :c’est un vase à panse rectiligne, fond plat, tripode, à deux anses ovales verticales opposées, possédant un col court convergent et une lèvre à une inflexion externe oblique vers le haut. Par sa morphologie, ce vase sort de l’ordinaire, mais de plus, un des exemplaires présents fait l’objet d’une réutilisation : une série d’ouvertures, rondes ou carrées, disposées en deux registres superposés, ont été percées dans la partie supérieure de la panse, peut-être pour le transformer en chaufferette. Un deuxième type, 1721, mérite un regard aussi attentif : panse droite, tripode, col court, lèvre à une inflexion externe font de ce type une sorte de copie du précédent ; pourtant l’état du vase ne permet pas de déterminer son système de préhension. Enfin, une série de coquemars type 1821 clôt cette production du service vert ; ces vases sont reconnaissables à leur anse de section ovale, très développée.

217Par comparaison, la faïence fait figure de parent pauvre : en effet, les 6 lèvres présentes ne sont pas identifiables, de même qu’une cruche, incomplète. Avec 131 fragments, le nombre de tessons provenant du remplissage du puits reste très faible. Ce problème sera abordé dans le chapitre de synthèse consacré à cette famille.

218En abordant les productions à pâte rouge glaçurée sur engobe, on constate la présence de nouvelles familles : la jaspée E3, qui renvoie à une production décorée d’un mélange d’engobes blanc et rouge ; la beige décorée E6 qui ne concerne que des cruches à pâte beige et possédant un décor situé autour du goulot. En tout, pas moins de six familles sont représentées, mais avec bien des types communs. Un simple tableau (tableau 5) exprime cette observation.

Tableau 5. Lyon, quartier Saint-Vincent, puits : répartition par types et par famille des productions engobées

Tableau 5. Lyon, quartier Saint-Vincent, puits : répartition par types et par famille des productions engobées

219Certains types existent dans de nombreuses familles ; c’est le cas des assiettes creuses, de type 3311, des écuelles type 3411, des tasses type 3421, des assiettes plates type 4111, des cruches types 1111, 1112, 1113 et 1114, qui ne diffèrent que par la lèvre.

220Par contre, d’autres types n’appartiennent qu’à peu de familles, voire à une seule : les pots de chambre de type 1231 ; les cruches type 1121 : il s’agit de cruches à bec tubulaire, anse en panier et anse plate verticale ; les jattes types 3221 et 3241 et les jattes type 3251, avec leurs extraordinaires décors à la barbotine blanche.

221Enfin, il existe des types rares, qu’on ne retrouve pas sur d’autres sites, tels le pot de stockage de type 2111, en E8 avec ses lignes anguleuses, ses tenons de préhension et son décor sur la panse ; la coupelle type 3431, en E1, sorte d’écuelle en réduction, sans système de préhension ; la cruche de stockage type 10711, en E2, malheureusement incomplète, avec une panse surbaissée, presque hypertrophiée et un décor magistral à la barbotine blanche ; le gobelet type 5111, en E2, décoré de l’inscription religieuse I.H.S. Ce dernier récipient est le seul dont la fonction se rapproche de la production en verre.

  • 9 Les monnaies sont étudiées par B. Claret dans l’annexe du rapport préliminaire de la Z.A.C Saint-Vi (...)

222Par bonheur, les éléments de datation ne manquent pas. Ainsi, la fouille du puits a livré six monnaies9 : trois sont frappées dans le premier quart du XVIIe s., une en 1639, une entre 1627 et 1650 et une en 1653.

223D’autre part, une parcelle dont nous pouvons restituer les limites par les murs avait pour mention dans les archives, en 1685, « d’un vieux puys comblé entre deux de soir » ; cette structure peut correspondre à celle dont le remplissage est étudié ici.

224Tous ces éléments nous conduisent à proposer une fourchette chronologique du remplissage, entre 1653 et 1685. De plus, l’absence, sur 10 452 tessons, de céramique du service jaune B2 de Larnage, interdit, à notre avis, une datation plus basse, de même que l’absence de marmites à anses coudées, une datation XVIe s. En ce qui concerne la comparaison purement typologique, il faut noter que ce matériel est semblable à celui trouvé place Antonin Poncet et daté de la deuxième moitié du XVIIe s.

225Cette chronologie est d’autant plus précieuse que la fouille de la tranchée de fondation du puits a livré un matériel intéressant. Il s’agit de la couche 327 qui comprend 223 tessons : 212 pour la commune grise G, 6 pour la verte sur engobe El, 2 en commune rouge glaçurée R1, 2 attribués au service vert Β1 et 1 en commune grise glaçurée G1. Après recollage, on obtient, en famille G, vingt-huit exemplaires de marmites à anses coudées. La datation de ce lot est à placer plutôt au XVIe s. et l’absence de marmites 1311 dans le puits devient alors un élément très important : on sait maintenant que ces marmites apparaissent fin XVe s. (Rapport de fouilles, C. Arlaud, 1990) et n’existent plus au milieu du XVIIe s. L’étude de la structure suivante permet d’affiner cette proposition.

Le quartier Saint-Vincent, la fosse 4109

226Elle regroupe deux couches : 4110 et 4167 qui comptent respectivement 242 et 52 tessons, que l’on peut considérer comme un ensemble homogène. Les 294 fragments se répartissent en 9 familles : 1 fragment pour les familles grise glaçurée G1, service vert B1, faïence F, jaune sur engobe E4 ; 3 fragments pour la verte sur engobe E1, 5 pour la commune rouge R, 6 pour la famille divers E8, 72 en commune rouge glaçurée R1 et 204 en commune grise G.

227La céramique commune grise G se présente comme un lot de dix-neuf marmites de type 1311. Nous trouvons également une écuelle 3411 en verte sur engobe El, et des marmites 1331 en commune rouge glaçurée R1. L’intérêt de cette fosse réside dans la présence d’une monnaie, un liard de Trévoux, daté de 1608-1626, qui suggère que les marmites à anses coudées sont encore en service au début du XVIIe s. Leur disparition se fait donc entre 1626 et 1653, date de la plus récente monnaie du puits.

L’îlot Vieille-Monnaie, la fosse 433

228Le remplissage fournit 362 fragments : 1 en jaune sur engobe E4, 3 en jaune décorée sur engobe E5, 5 en beige décorée E6, 9 en rouge décorée E2, 10 en jaspée E3, 31 en commune rouge glaçurée R1, 57 en verte sur engobe El, 102 en commune grise G et 149 attribués au service vert B1.

229Malgré le nombre important de tessons en commune grise, il y a très peu de récipients identifiés dans cette fosse : quelques marmites et un coquemar de type 1221, ainsi qu’un couvercle 6111. La même référence pour la marmite et le coquemar a été maintenue : en effet, ces deux vases sont typologiquement identiques si ce n’est le nombre d’anses ; or, beaucoup de céramiques restent incomplètes, même après recollage, et il est difficile parfois de différencier une marmite d’un coquemar pour ce type particulier. Ainsi, en céramique glaçurée à pâte rouge R1, un seul récipient est présent, mais sans identification ; on peut toutefois suggérer un fragment de coquemar. En ce qui concerne le service vert Β1, plusieurs vases sont répertoriés : pots à cuire de types 1521 et 1511, assiette creuse 3311 et poêlon 3832. Ce dernier est un type peu courant, dont le fond manque ; toutefois, on remarque un fond plat sur un autre exemplaire. La céramique glaçurée sur engobe est aussi présente dans quatre familles, et le mobilier ne brille pas par son originalité avec trois types différents : les assiettes creuses 3311 en verte sur engobe El, en rouge décorée E2, en jaspée E3 et en jaune décorée E5 ; les écuelles à oreilles 3411 en E2, E3 et E5 et pour finir un coquemar 1841 en E1.

230En l’absence de critères de datation absolue, on doit se contenter de la typologie pour établir une datation. Or cette dernière évolue ; ainsi la présence de la famille E2, et du type 1221 était considérée comme un critère typique du XVIIe s. Depuis peu, les fouilles de la place des Terreaux montrent que ces éléments appartiennent aussi au XVIe s. et prouvent, par ailleurs, que la famille E3, à décor jaspé, reste typique du XVIIe s. ; c’est au milieu de ce siècle qu’il faut placer le remplissage de la fosse 433, si l’on se base également sur l’absence du service jaune B2.

Période charnière : deuxième moitié du XVIIe - début XVIIIe siècle

231Il est temps maintenant d’évoquer les découvertes de la place Antonin Poncet (Becker et alii 1989, pp. 137 à 186) (fig. 135).

135 – Lyon, place Antonin Poncet : quelques vases issus des dépotoirs

135 – Lyon, place Antonin Poncet : quelques vases issus des dépotoirs

232La fouille, dans la zone 1, du comblement d’une fosse d’aisance et d’un puits a permis la mise au jour d’un lot important de céramiques et de verres, datés, d’après les sources écrites, de la seconde moitié du XVIIe s., entre 1677 et 1680. Quelles sont les caractéristiques de ce mobilier ? Les marmites et les pots à cuire sont représentés, en commune grise G, par le type 1221 ; en service vert B1, par le type 1521, ainsi que par un autre vase, tripode ; en service jaune B2, par le type 1341. Les coquemars, de forme traditionnelle, se trouvent en familles B1 et R1. Un seul exemplaire de poêlon est recensé, en commune grise, ainsi qu’un vase de stockage, muni de deux tenons de préhension : ces deux vases possèdent le col convergent propre aux types 2211 et 1731. Les assiettes creuses, de type 3311, sont présentes dans de nombreuses familles, à la différence des assiettes plates, de type 4111, produites en E2 et E5. On trouve également une grande quantité d’écuelles de type 3411, des bassins de type 3211, en commune grise, des jattes de type 3251 en E2 et de type 3241 en R1, des chauffe-plats, de type 7111 en commune grise, des pots de chambre, des plats en faïence, et, bien sûr, de très nombreuses cruches à bec pincé ou tubulaire, de types 1111, 1112, 1114, 1121, 1131. Ce remplissage est surtout important par la présence du service jaune B2, qui jouera un grand rôle par la suite et que l’on trouve pour la première fois.

233Cinq fosses, toutes issues de Saint-Vincent, concernent cette même période, c’est pourquoi on ne reviendra pas sur la datation de chaque structure.

Les fosses 108 et 106

234Elles regroupent, pour la première, les couches 109, 393, 395 et 392 qui fournissent un total de 555 fragments, et pour la deuxième, les couches 107, 391, 474, 475 qui totalisent 231 fragments. Les collages entre couches montrent qu’il s’agit, à chaque fois, d’un tout homogène. Diverses céramiques provenant des deux fosses recollent ensemble et permettent d’envisager une étude globale. Les 786 tessons se répartissent de la manière suivante : 3 en jaune décorée E5, 9 en commune rouge R, 13 en jaspée E3, 14 en jaune sur engobe E4, 20 en faïence F, 48 attribués au service vert B1, 57 en verte sur engobe El, 78 attribués au service jaune B2, 96 en commune rouge glaçurée R1, 98 en rouge décorée E2, 105 en commune grise G et 249 en divers E8.

235Malgré ses 105 tessons, la céramique commune grise G n’affiche que 4 lèvres, et de plus, non identifiées. En famille R1, le lot se compose de marmites de type 1211, d’assiettes creuses de type 3311 et d’un couvercle. En service vert B1, le matériel n’est guère abondant avec 5 assiettes 3311 et la faïence n’apporte que 6 tessons non identifiés. Quant à la famille B2, la jatte de type 3252, récipient sans marli ni élément de préhension, voisine avec de classiques assiettes creuses 3311. La diversité viendrait-elle des productions glaçurées sur engobe ? On peut le penser au vu des 5 familles représentées, mais les types restent bien connus : des assiettes ou plats creux de type 3311 en famille verte sur engobe El, en famille rouge décorée E2, en divers E8 et en famille jaune sur engobe E4 ; des écuelles de type 3411 en E2 ainsi qu’une tasse de type 3421 et des jattes de type 3251 ; une cruche de type 1121 et une de type 1113 en famille jaspée E3, assorties de 16 autres incomplètes, de forme 111 en divers E8. Il faut ajouter à ceci toute une série de lèvres non identifiées dans des familles diverses. Dans l’ensemble, ce lot n’apporte pas de nouveauté ; il reste homogène dans sa banalité.

La fosse 61

236Elle regroupe les couches 66, 90, 339, 340 et 343 qui donnent un total de 276 fragments répartis entre 9 familles : 1 fragment pour le service jaune Β1 et la jaune sur engobe E4, 4 en rouge décorée E2, 5 en verte sur engobe E1, 6 attribués au service jaune B2, 9 en jaune décoréé E5, 25 en divers E8, 47 en commune rouge R et 178 en commune rouge glaçurée R1.

237Cet important total de vases en R1 s’explique par l’abondance des fragments de canalisation contenus dans la fosse, qui de plus, n’offrent pratiquement aucun recollage : 55 bords ont été trouvés et 54 vases obtenus ; ils sont en pâte rouge grossière, glaçurés sur leur face interne. Le reste du matériel n’offre aucune surprise : écuelle de type 3411 en El, en B2 ; assiette creuse de type 3311 en E5, de type 3814 en R1 ; jatte de type 3251 en E2, cruche incomplète de forme 111 en E5.

La fosse 1052

238Elle ne contient que 46 fragments répartis en 7 familles, qui fournissent 9 vases entiers : 1 en service jaune B2, 2 en service vert B1, 4 en divers E8, 6 en jaune décorée E5, 8 en commune grise G, 11 en jaune glaçurée E4 et 14 en rouge décorée E2.

239La plus grand partie de ce comblement n’apporte pas d’élément nouveau : assiette creuse de type 3311 et de type 3811 en E2, assiettes plates de type 4111 en E5, en E2, écuelle de type 3411 en E2, en Β2 et enfin 1 fragment non identifié en famille G. En fait, l’intérêt de ce remplissage tient dans un seul récipient : il s’agit, en E5, d’un plat creux de type 3813 qu’on retrouve dans l’US 438 d’îlot Vieille-Monnaie. Ce plat possède un rebord à inflexion externe oblique vers le bas, qu’on peut aussi nommer lèvre pendante ; ce profil semble copié directement sur les plats en faïence si on se réfère à ceux trouvés place Antonin Poncet (Vicard 1989).

La fosse 446

240Elle est composée de l’US 447, compte 250 tessons, dont 1 en commune rouge R et en jaspée E3, 2 en commune rouge glaçurée R1 et en service jaune B2, 3 en commune grise G, 4 en faïence F, 5 en jaune décorée E5, 9 en verte sur engobe E1, 11 en service vert B1, 19 en jaune sur engobe E4, 22 en rouge décorée E2, 70 en beige décorée E6 et 101 en divers E8. Après collage, vingt vases sont répertoriés ; il s’agit de types devenus classiques maintenant : écuelles de type 3411 en E3 ; assiettes creuses de type 3311 en B2, R1, B1 et en E1 ; jattes de type 3221 en El et de type 3251 en E2 et, pour finir, marmites 1211 en famille R1. Il faut quand même faire mention des 70 tessons de panses en famille E6 qui ne fournissent aucun vase reconstituable : c’est d’autant plus regrettable lorsqu’on sait que le répertoire de types dans cette famille est très limité.

La fosse 4053

241Le comblement de cette fosse septique comporte 3 couches : 4053,4687 et 4688, montrant de nombreux collages entre elles, ce qui conduit à les considérer comme un tout homogène. Le total de 445 tessons se répartit ainsi : 8 fragments en jaspée E3, 4 en commune grise glaçurée G1 et en sgraffito E7, 5 en commune rouge, 8 en jaune décorée E5, 13 en rouge décorée E2, 16 en commune rouge glaçurée, 22 attribués à Larnage, 26 en beige décorée E6, 27 en faïence, 30 attribués à Meillonnas, 34 en jaune sur engobe E4, 40 non identifiés, 51 en verte sur engobe El, 54 en commune grise et 103 en divers E8.

242Ce lot, relativement important, permet de recenser 66 vases : un tel chiffre s’explique par le très bon état de conservation du matériel, du fait de la nature des couches archéologiques. La variété des types présents rend également intéressant ce remplissage. On retrouve, bien sûr, des vases connus, telles que les assiettes creuses de type 3311 présentes dans les familles B2, R1, El, E2 et E3, ou les assiettes plates de type 4121 en famille E7, ou encore les écuelles de type 3411 en famille El et en E2, ou même, dans cette dernière famille, les jattes de type 3251. Dans la classe des vases hauts fermés, on reconnaît les marmites de type 1221 en famille G, de même que le pot à cuire de type 1711, en famille B1, déjà rencontré lors du comblement du puits, où l’on trouve aussi les même cruches que cet exemplaire 1121 en famille jaspée E3. La cruche 1142 en jaune décorée E5, elle, ne diffère du type 1141 de l’îlot 24, que par le profil de sa lèvre. Les pots de chambre, qu’ils soient de type 3711, en jaune sur engobe E4, ou de type 1231, en El, nous sont aussi familiers. Même constatation pour le coquemar de type 1541, en verte sur engobe El, ou le type 1821 en service vert Β1. Le pot à conserves, de type 3531, famille E3 est identique à celui de l’îlot Vieille-Monnaie, tout comme le pot de fleurs de type 5211, en E1. Il faut aussi noter les couvercles, de type 6111 ou 6121, en famille R1.

243La nouveauté réside dans certaines variantes de vases : ainsi les écuelles de type 3511, en El, ou de type 3521, en E8 peuvent être considérées comme héritières du type 3411 avec cette paroi rectiligne légèrement évasée ou ce petit pied cylindrique qui ne va pas sans rappeler les faïences.

Le XVIIIe siècle

244Les fouilles à Lyon n’ont livré que deux fosses de cette époque, l’une au quartier Saint-Vincent (f. 28) et l’autre de l’îlot Vieille-Monnaie (f. 438).

La fosse 28

245Elle ne possède qu’une couche, la 295 et fournit 314 tessons répartis de la manière suivante : 1 en sgraffito E7, 2 en commune grise glaçurée G1 et en verte sur engobe El, 3 en jaune sur engobe E4, 14 en jaspée E3, 25 en faïence F, 28 en rouge décorée E2, 38 attribués au service vert Β1, 52 au service jaune Β2 et 149 en divers E8.

246Ce qui frappe dans la composition de ce lot, c’est l’absence de commune grise G, de commune rouge glaçurée R1 et la très faible présence du service vert Β1, représenté par un seul vase, malgré 38 tessons avant collage : il s’agit sans doute d’un pot à cuire d’un type peu fréquent, 1531, à deux anses opposées et à fond tripode, à la morphologie très particulière qui tranche avec le reste des autres productions. Le service jaune B2 n’est constitué que de jattes de types 3821 et 3254 et d’un poêlon de type 3831 ; on ne trouve aucune trace des assiettes creuses et des marmites généralement présentes dans cette famille. Par contre, la faïence offre un remarquable ensemble de récipients décorés de motifs floraux stylisés, de couleur bleue ou dorée (fig. 136) : une cruche type 1151 à bec pincé, une chocolatière type 1161 à bec tubulaire orné de traits horizontaux superposés ; dans cette même famille, on rencontre des assiettes plates de type 4211, au marli souvent pourvu d’un trait de couleur bleue et une pièce en tout point unique : un taste-vin de type 3441, décoré sur sa face externe et portant une inscription sur sa face interne, dans un français approximatif : « Lamour ma réduit ou je suit », suivi de la date 1744.

136 - Quartier Saint-Vincent : cruche et chocolatière en faïence

136 - Quartier Saint-Vincent : cruche et chocolatière en faïence

247En ce qui concerne les productions de céramique à glaçure sur engobe, pas moins de 6 familles sont représentées : en verte sur engobe famille El on trouve les désormais inévitables assiettes creuses de type 3311, un pot de chambre de type 3711 et un pot de fleurs 3541 ; en rouge décorée famille E2, une seule jatte de type 3253 est présente ; en jaspée famille E3, des écuelles à oreilles de type 3411 ; en jaune sur engobe famille E4, on a un plat de type 3812, sans marli et à paroi évasée courbe, agrémenté de taches vertes ; en divers famille E8, une assiette plate de type 4121, reconnaissable à son absence de paroi et au marli à face interne convexe, voisine avec des assiettes plates de type 4111, de factures plus traditionnelles. On remarque toutefois l’absence de récipient en famille E5, pâte rouge, glaçure jaune et décor à l’engobe.

248Pour cette fosse, le problème de la datation est en grande partie résolu par la date inscrite sur la faïence, 1744 ; si l’on ajoute à cela la présence de la famille B2, celle de faïence typiquement XVIIIe s., telles les assiettes 4211 avec leur liseré bleu, nous pouvons donc proposer la deuxième moitié du XVIIIe s. On gardera bien en mémoire l’absence des familles G, R1, E5 et la faible présence de Β1.

La fosse 438

249Elle fournit un total de 808 fragments, répartis en 13 familles : 1 tesson en commune grise glaçurée G1, 4 en sgraffito E7, 23 en jaspée E3, 39 en commune grise G, 40 en faïence F, 42 en beige décorée E6, 46 en jaune sur engobe E4, 47 en jaune décorée E5, 49 en rouge décorée E2, 54 en verte sur engobe El, 85 en divers E8, 151 attribués au service vert B1 et 227 au service jaune B2.

250La famille G n’apporte que peu de types : un bassin type 3211 et des fragments de fond de marmite 1221. Il faut aussi ajouter un autre fragment de fond en commune grise glaçurée, famille G1.

251Le service vert B1 est un peu plus prolifique avec une assiette de type 3311, des marmites de type 1521, un pot de type 1531, un coquemar de type 1821 et un couvercle. Il faut remarquer le souci qu’ont les potiers de Meillonnas de se démarquer des produits standard présents dans de nombreuses autres familles, en créant de nouveaux profils d’assiettes, de marmites, de coquemars.

252La famille B2 est la plus nombreuse, mais la production se limite en général à quatre ou cinq types ; ici, la fosse 438 donne 24 marmites de type 1341, une assiette de type 3311 et un pot de fleurs de type 3541. La marmite 1341 est typique de la production de Lamage : il s’agit d’un vase tripode, possédant deux anses plates verticales opposées et perpendiculaires à un manche creux attaché sur le haut de la panse. Ces marmites, après utilisation au feu, sont généralement recouvertes de suie sur leur partie inférieure et la pâte devient noire. Quant aux assiettes, elles sont semblables à celles d’autres productions.

253Les fragments de faïence permettent de reconstituer des assiettes de type 4211 avec leur marli peu évasé à face interne concave, souvent décoré d’un trait de couleur bleue ; le reste du récipient est de couleur blanche ou légèrement grise.

254La production de céramique à glaçure sur engobe est particulièrement abondante avec huit familles représentées, bien que la plupart des types soient déjà bien connus.

255La famille verte sur engobe El est représentée par les assiettes creuses de type 3311, une assiette plate de type 4111, un pot de chambre de type 1231, d’autres de type 3711 et un pot de fleurs de type 5211. Ce dernier est pourvu d’un pied annulaire, d’une paroi haute et évasée et d’un rebord à épaississement externe. C’est exactement ce type de vase que l’on peut encore acheter aujourd’hui chez des artisans du Midi de la France. Pour les pots de chambre, la différence tient dans la forme de la panse : l’une, 1231, est ovoïde et surmontée d’un col court, l’autre, 3711, est haute et légèrement évasée, sans col. Le reste du récipient ne diffère pas d’un type à l’autre.

256Un plat creux de type 3311, des écuelles à oreilles de type 3411, une jatte de type 3251, une cruche de type 1111 font partie de la rouge décorée E2. La jatte 3251 est caractéristique de cette famille avec une paroi évasée rectiligne, l’absence de marli et un rebord à une inflexion externe horizontale ; le récipient est décoré sur sa face interne de motifs à la barbotine blanche.

257Le décor jaspé de la famille E3 se retrouve sur quatre écuelles à oreilles de type 3411 et sur des pots à conserves de type 3531. Il s’agit d’un récipient à paroi rectiligne légèrement évasée, sans marli, sans élément verseur ou de préhension, avec un rebord qui montre une gorge sous un épaississement externe. Contrairement aux écuelles, le pot à conserves montre une ornementation externe, tandis que la face interne est revêtue d’une glaçure sur engobe ; de même, le décor jaspé, d’un aspect un peu fruste, ne donne pas l’impression d’une technique maîtrisée, ou d’une grande application.

258Des récipients bien connus sont identifiés jaunes sur engobe E4 : assiettes creuses de types 3612 et 3311, assiette plate de type 4111, écuelle de type 3411, cruche de type 1111 et un pot de chambre de type 1231. Ces vases sont identiques à ceux rencontrés dans d’autres familles.

259La jaune décorée E5 est l’une des familles les plus fournies en vases après collage avec seulement 47 tessons d’origine. Nous avons répertorié 17 récipients : une écuelle à oreilles de type 3511, d’autres, de type 3411, plusieurs assiettes creuses type 3311, une assiette plate type 4111, un pot de chambre de type 3711, des plats creux de type 3813, des cruches type 1112 et un couvercle non identifié. Ces types sont, pour la plupart, déjà connus ; l’écuelle 3511 est à paroi rectiligne légèrement évasée et le plat 3813, à paroi évasée courbe, sans marli, possède un décor de taches vertes disséminées sur sa face interne.

260La catégorie de la famille E6 est un peu spéciale, car seulement deux types de vases ont été recensés jusqu’à présent : dans le cas présent, il s’agit de cruches de type 1131 qui possèdent chacune deux anses plates verticales opposées, perpendiculaires à un bec tabulaire autour duquel s’étale une glaçure sur engobe.

261Un rebord d’assiette plate de type 4121, sans paroi et à marli, typique de cette famille, est le seul élément présent en sgraffito E7, tandis qu’en divers E8, nous trouvons des récipients connus : pots de chambre type 3711 à glaçure externe brune, assiette plate type 4111, tasse type 3421 et écuelle type 3411.

262Une fois n’est pas coutume : le comblement de cette fosse a livré un jeton de la fin XVIIe s., mais c’est la comparaison typologique qui permet de préciser un peu plus la chronologie, puisque les spécialistes de la faïence s’accordent sur le fait que les assiettes à bande bleue, type 4211, sont typiques du XVIIIe s. : il est vrai qu’on ne les trouve jamais dans des contextes archéologiques datés du siècle précédent. C’est pourquoi, la première moitié du XVIIIe s. peut être retenue comme datation pour le comblement de cette fosse, d’autant plus que les ateliers de Meillonnas abandonnent la production du service vert dans le courant du XVIIIe s. pour d’autres catégories de poteries glaçurées moins originales.

Notes

1 Cette pièce n’est pas codée car trop incomplète.

2 La phase A fournit, pour l’US 7.15, 3 verres à tige, 1 flacon ou petite bouteille, 1 gourde ; pour l’US 7.13, 1 verre à tige ; pour l’US 7.11, 1 verre à tige. La phase Β fournit, pour l’US 7.10, 1 verre à tige. La phase C fournit, pour l’US 7.9, 1 verre à tige ; pour l’US 7.8, 1 verre à tige ; pour l’US 7.7, 2 verres à tige, 1 gobelet décoré d’un filet bleu rapporté et de godrons et pour l’US 7.6, 1 verre à tige.
L’ensemble de ces verres est daté actuellement de la fin du XIVe s., par comparaison avec le matériel issu des fouilles de la rue Tramassac. Evidemment, cette datation pose un problème, car, si elle peut, à la rigueur, aller avec la phase C de S 16, il est hors de question de placer la phase A au XIVe s., puisqu’on possède des éléments précis qui la situent tout au début du XIIIe s. L’étude céramologique suggère donc que les formes de verre à tige utilisées au XIVe le sont déjà depuis le début du XIIIe s.
Par contre, en ce qui concerne la deuxième période de remplissage de S 16, datée du XVIe s., l’étude des verres nous apporte une confirmation ; en effet, l’US 7.5 fournit un gobelet à décor de cordons rapportés et l’US 7.3, un autre gobelet, mais à décor de pastilles rapportées ; ces deux formes sont utilisées dès le XVe s.

3 On peut aussi évoquer un dépotoir lié à une cuisine ; or il y a une cheminée, pas très loin, contre le mur 1.

4 Dans cette fosse, le matériel en verre fournit 4 fonds de gobelets avec quelques fragments de panse et 2 verres à tige. Si ces derniers, datés d’après Tramassac, n’apportent rien de neuf, il en va autrement des gobelets qui peuvent être comparés avec du matériel provenant de la bastide de Gironville (Rapport de fouilles, J.-M. Poisson, 1984). Ce site, dans l’Ain, près d’Ambronnay, est une « fortification de terre entourée de deux fossés qui a été érigée lors de la guerre entre la Savoie et le Dauphiné ». On a la chance de posséder la date exacte de la construction, 1324, ainsi que celle de son abandon, entre 1330 et 1337. Cette fourchette chronologique précise ne signifie pas pour autant que les gobelets de la fosse 35 datent du XIVe s. : nous ne possédons aucun renseignement sur la date d’apparition de cette forme. Ici non plus, l’étude du verre ne peut nous aider.

5 Une forme en verre a été identifiée dans la fosse 934 : il s’agit d’une gourde décorée datée du XIVe s., d’après la fouille de Tramassac ; rappelons que la fourchette chronologique du verre proposée pour ce chantier est loin d’être sûre ; il suffit de regarder les problèmes posés par Anse pour en être convaincu.

6 On peut également la comparer avec les marmites de la période 13 de Tramassac (Maccari-Poisson 1994, fig. 91 n° 2), hormis une légère différence dans la lèvre.

7 Si le col représente un visage humain, on peut s’interroger sur les motifs décoratifs de la panse : il s’agit peut-être d’un vêtement.

8 Cet élément n’est pas codé, car trop incomplet.

9 Les monnaies sont étudiées par B. Claret dans l’annexe du rapport préliminaire de la Z.A.C Saint-Vincent, 1986

Table des illustrations

Titre 119 - Lyon, rue Palais-Grillet, emplacement des fosses médiévales
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1054/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre 120 - Anse, château des Tours : Les différentes phases de construction de l’état 1
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1054/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre 121 - Arise, château des Tours : coupe du remplissage de la structure S 16
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1054/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Tableau 1. Anse, château des Tours : répartition des types dans les trois phases de remplissage du dépotoir S16
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1054/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre 122 – Anse, Château des Tours : pichets décorés (type 11111 et 11121)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1054/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre 123 - Anse, château des Tours : cruche (type 11061)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1054/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre 124 - Anse, château des Tours : vase décoré de motifs à la barbotine blanche (type 10181)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1054/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre 125 - Anse, château des Tours : coupe du dépotoir F 35 et linteau en bois de la porte 2, daté de 1217-1218
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1054/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre 126 - Lyon, place de la Bourse, ensemble de vaisselle du XIIIe siècle
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1054/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Titre 127 – Lyon, quartier Saint-Vincent : pichet anthropomorphe
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1054/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Tableau 2. Place des Terreaux, zone IX : répartition des différentes familles pour la fin du XVe siècle
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1054/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre 128 - Marmite à anses coudés, (type 1311)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1054/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre 129 - Lyon, rue Bellecordière, Hôtel-Dieu : emplacement des fosses dépotoirs
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1054/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre 130 - Lyon, rue Bellecordière Hôtel-Dieu : quelques vases issus de dépotoirs
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1054/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre 131 - Lyon, réchaud (type 7112)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1054/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre 132 - Lyon, lèchefrite (type 3111)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1054/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre 133 - Lyon, place des Terreaux : ensemble de vaisselle du XVIe siècle
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1054/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Titre 134 - Lyon, quartier Saint-Vincent 
Légende Coupe stratigraphique à l’intérieur du puits ; identification des couches de remplissage
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1054/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Tableau 3. Quartier Saint-Vincent, graphique de présence-absence des types de céramiques dans le puits, classés par famille
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1054/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Tableau 4. Quartier Saint-Vincent, détail des recollages des récipients dans le remplissage du puits
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1054/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Tableau 5. Lyon, quartier Saint-Vincent, puits : répartition par types et par famille des productions engobées
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1054/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre 135 – Lyon, place Antonin Poncet : quelques vases issus des dépotoirs
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1054/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre 136 - Quartier Saint-Vincent : cruche et chocolatière en faïence
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1054/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 197k

© Alpara, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access