Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pots et potiers en Rhône-Alpes

 | 
Élise Faure-Boucharlat
, 
Tommy Vicard
, 
Bruna Maccari-Poisson
, 
et al.

Première partie. Aux origines de quelques poteries : trois groupes d'ateliers Rhône-Alpins

Synthèse

Élise Faure-Boucharlat et Sophie Savay-Guerraz

Texte intégral

1Les recherches sur les lieux de production de terre cuite ne sont pas nouvelles dans la région Rhône-Alpes. Les premières enquêtes sur ce sujet abordaient de larges secteurs en s’appuyant, d’une part, sur la toponymie et, d’autre part sur les sources écrites post-révolutionnaires, en particulier les enquêtes de commodo et incomodo (série M des archives). Cette approche, par force assez globale, s’intéressa surtout aux départements du Rhône et de l’Isère (Chemorin 1984 ; Faure-Boucharlat 1980). Quelques traits généraux pouvaient être dégagés quant à la répartition des ateliers. Néanmoins, ce survol régional ne révélait guère de concentrations d’ateliers céramiques, susceptibles de se distinguer par la pérennité des installations.

2Ces premiers résultats se devaient d’être approfondis en concentrant les efforts sur des aires géographiques plus limitées en vue d’enquêtes micro-régionales. Le choix des zones étudiées répond à des stimulations d’ordre divers dont le hasard n’est pas absent. Mais c’est toujours la recherche de l’origine de produits rencontrés en grand nombre, dans les sites où ils furent utilisés, qui est le point de départ de la démarche dans les trois cas présentés dans ce volume. En effet, les débouchés commerciaux offerts par les villes (Lyon, Vienne, Grenoble...) apparaissent le point de convergence de vaisselles bien caractéristique comme les désormais célèbres service vert et service jaune.

3Si la découverte d’une concentration d’ateliers médiévaux dans le Beaujolais a été aidée par des trouvailles fortuites, l’étude de ce secteur entrait cependant dans la logique d’ensemble : l’approvisionnement de Lyon en vaisselle commune depuis les ateliers du Val de Saône.

4Guidés, en outre, par l’évidence des paramètres essentiels qui avaient favorisé l’installation des ateliers (affleurements argileux abondants et parfois de qualité, facilité d’acheminement de produits), l’équipe se lança dans l’approche monographique de trois secteurs bien distincts dans les départements de l’Ain, de la Drôme et du Rhône.

Les méthodes d’investigation

5Evidemment chacun de ces secteurs présentait des particularités qui ont conduit à adapter les méthodes d’investigation, mais un schéma général de travail a été appliqué. Pour localiser les ateliers, la part belle a été faite aux prospections de terrain, grâce auxquelles se dessine, avec plus ou moins de bonheur, le « paysage artisanal ». Dans le Beaujolais, les résultats ont été confortés par des prospections géophysiques. Le recours aux ramassages systématiques a livré dans tous les cas un échantillonnage significatif à partir duquel le catalogue des produits fabriqués est reconstitué. La détermination de la période d’activité des ateliers, de leur permanence en un même lieu, ou au contraire de leur déplacement d’une époque à l’autre, s’est révélée délicate. Quelques heureux repères sont fournis par les textes pour le secteur bressan et la moyenne vallée du Rhône. Rien de tel en Beaujolais où l’enquête d’archives reste à faire. Aussi, en l’absence de sondages et de fouilles, l’examen des rejets collectés reste la source essentielle de renseignements. Travail de bénédictin que le tri de ces milliers de tessons ! Mais combien révélateur, pour peu qu’il soit complet et méthodique. Les propositions de datation avancées ici se fondent donc avant tout sur la comparaison de ces rejets avec le mobilier issu des fouilles régionales offrant des critères chronologiques fiables. La longue durée de l’activité potière à Meillonnas-Treffort et en Beaujolais est ainsi démontrée et une restitution de la topographie évolutive des ateliers est possible à partir des catégories céramiques reconnues.

6Les prospections de terrain ont bien sur englobé la reconnaissance des gisements d’argile où s’approvisionnaient les artisans, reconnaissance facilitée, dans les cas bressan et rhodanien, par la présence d’argiles réfractaires, pas exclusivement utilisées, d’ailleurs. Mais en Beaujolais, la banalité des matériaux et leur dispersion ne livrent pas de pistes précises à l’heure actuelle.

7Une fois déterminées les productions des ateliers au fil des siècles, la question de leur commercialisation a été abordée. Repérés dans les collections régionales, le service vert de Meillonnas et le service jaune de Larnage ont fait l’objet d’une étude approfondie à l’issue de laquelle apparaît l’aire de diffusion de ces centres. Les cartes présentées illustrent seulement une étape de la recherche susceptible d’être complétée et précisée à tout moment. Du moins se fondent-elles sur des arguments solides fournis par les analyses de laboratoire : prélèvements d’argiles locales, fragments de terres cuites collectées sur les ateliers eux-mêmes et sur de nombreux sites de consommation, constituent les échantillons dont la composition chimique a été comparée. Tout reste à faire en revanche pour les poteries communes, telles les vaisselles aux décors d’engobes à pâte calcaire de la moyenne vallée du Rhône où les grossiers récipients du Beaujolais.

8Les témoins écrits de la diffusion commerciale des céramiques sont peu nombreux : ils proviennent tous de textes rattachés aux lieux de consommation. Ainsi, c’est au fil d’inventaires après décès dressés à Lyon, Vienne ou Grenoble que sont mentionnées les poteries produites à Érôme. Les archives « locales » n’évoquent leur commercialisation que de manière anecdotique ou accidentelle. Pour l’instant aucun indice relatif aux ventes depuis Meillonnas ou Larnage, dont les vaisselles ont pourtant inondé le marché lyonnais, comme en témoigne l’archéologie, n’a été relevé.

9L’étude des archives artisanales a été menée à bien pour les secteurs bressan (Meillonnas-Treffort) et drômois (Érôme, Ponsas, Larnage). Elle s’est révélée inégalement féconde. La même démarche a pourtant été mise en œuvre. La période contemporaine n’était certes pas le but de nos recherches, mais il était impossible d’ignorer plusieurs documents de cette période, qui constituent une base de départ irremplaçable : les multiples statistiques industrielles, les enquêtes économiques et surtout les plans et les registres du cadastre dit napoléonien. Les premiers offrent une vue d’ensemble de la fabrication de la céramique dans un département, les seconds prodiguent une localisation cartographique précise des ateliers qui fonctionnaient au début du XIXe s. Ce dernier plan cadastral présente l’avantage d’avoir été établi avant la révolution industrielle et, dans le cas de nos recherches, il formait la totalité de notre documentation cartographique ancienne ! Mais ce sont surtout les archives de l’Ancien Régime et médiévales, périodes que nous avions choisi de documenter plus particulièrement, qui se sont révélées d’un apport inégal, selon qu’elles traitaient de la région d’Érôme ou de celle de Meillonnas. Les actes notariés concernant la Drôme ont en effet livré une masse de renseignements - et le potentiel est encore grand - que ceux de l’Ain sont bien loin d’avoir fournie. La disparition de la plupart des registres des notaires de Meillonnas explique sans doute cette disparité, que la conservation de ceux des études de Treffort n’a pas réussi à compenser. A un degré moindre, les archives judiciaires des deux sites ont reproduit un schéma identique. A l’inverse, la lecture des registres des terriers de l’Ain, couplée à celles des comptabilités des châtellenies, a permis d’aborder l’histoire des ateliers médiévaux de Meillonnas, ce que, faute de documents appropriés, nous n’avons pas pu faire pour la Drôme.

10Les données d’archives ont orienté les prospections de terrain, particulièrement à Meillonnas-Treffort où la convergence des deux sources d’informations a été particulièrement fructueuse pour localiser les ateliers. Dans la vallée du Rhône, le recours aux cadastres anciens a été au moins aussi « rentable » que les prospections. Avant tout, les textes ont fait revivre les communautés artisanales. Si en Bresse des séries de patronymes donnent une idée assez précise du nombre de potiers et de leurs liens familiaux, pour la vallée du Rhône, les modes de fonctionnement de la communauté peuvent être entrevus : liens familiaux et professionnels, apprentissages, héritages, accords d’exploitation, acquisition des matières premières, et mille autres choses encore pourraient être extraites des actes notariés. En revanche, dans les deux cas, fort peu de renseignements sur l’organisation même des ateliers, les locaux, l’équipement, l’outillage et encore moins sur les productions. Quoi qu’il en soit l’intérêt des données textuelles, lorsqu’elles existent, invite à tenter la démarche pour les officines beaujolaises, même si la quête est toujours longue et parfois aléatoire.

Trois études de cas

11Menées de front dans des contextes géographiques et chronologiques variés, ces trois enquêtes régionales livrent différents cas de figures où transparaît la combinaison des facteurs qui ont présidé à l’implantation des ateliers.

Les ressources naturelles

12• En 1449, les reconnaissances passées par les tupiniers de Meillonnas pour leurs ateliers sis aux Tupinières sont muets sur la question de l’argile (tout comme sur le combustible d’ailleurs). La documentation postérieure n’est guère plus diserte sur le sujet. Un acte notarié daté de 1683 rappelle néanmoins que les potiers de la Razza

« exigent certain droict de terre propre à fabricquer des pots et plats »

  • 1 A.D. Ain : versement Maître Berger, n° 5, Doisy Notaire

13dans une pièce de terre proche du « moullin Taboret »1 De nos jours encore, des carrières d’argile sont creusées au lieu-dit Moulin-Tabouret au sein d’une formation plio-quaternaire qui affleure largement sur les territoires des communes étudiées. Elle se distingue surtout par un faciès ponctuel constitué d’une succession de bancs d’argiles siliceuses, dont l’un de terre d’engobe dit « blanc de Bresse ».

14Les propriétés réfractaires de ces terres ont été largement exploitées par les potiers de Meillonnas et Treffort qui fournirent en

  • 2 A.D. Ain : mémoire De Marron, C 112

« terre à feu le tiers du Royaume et même la Suisse et la Savoye »2

15ce que l’étude du matériel de plusieurs fouilles régionales confirme au moins pour le XVIe s. et une partie du XVIIe s. La composition des poteries communes produites du XIIe s. au XIV s. aux Tupinières, ainsi que celle des carreaux décorés à vernis plombifère mis en œuvre au château de Treffort au XIVe s. est distincte de celle des céramiques réfractaires des XVI-XVIIIe s. produites sur l’ensemble des hameaux recensés. Il serait intéressant de savoir si cette répartition répond à différentes qualités de résistance au feu, à l’ouverture de nouvelles carrières ou à l’évolution des critères esthétiques et techniques. Les premières productions sont cuites en atmosphère réductrice, les secondes en atmosphère oxydante. La pâte de ces dernières souvent très blanche est recouverte d’une glaçure au plomb de couleur verte. Les potiers ont pu dans ce cas sélectionner les terres afin d’obtenir la teinte la plus claire possible.

16Les sites de fabrication de poteries coïncident avec la zone d’affleurement du faciès argileux et des carrières sont attestées non seulement au Moulin-Tabouret mais aussi à la Razza et aux Tupinières. Certaines se devinent encore aujourd’hui sous la forme de dépressions envahies de taillis. Il semble donc que le critère géologique ait fortement conditionné et favorisé la création puis le développement de l’activité céramique de cette région.

    • 3 A.D. Drôme : 3 Ε 7825, Etude Pascal (1769)

    Dans la vallée du Rhône, les ressources en argile d’Érôme et de Ponsas sont fournies par les alluvions du fleuve d’une part, et par des affleurements ponctuels d’argiles calcaires plus ou moins sableuses du Pliocène marin. Leur extraction nécessitait une découverte du terrain sur un mètre d’épaisseur environ. Le contexte géologique n’est donc pas particulièrement favorable. Le combustible (bois) était, quant à lui, acheminé sur parfois plusieurs kilomètres depuis Chantemerle ou les bois communaux alentours. Les activités de la tuile, de la poterie et de la faïence s’exercèrent conjointement à Ponsas à partir du XVIIIe s. La production de la terre cuite architecturale semble inconnue à Érôme, où seuls sont mentionnés les potiers de la fin du XVIe au milieu du XIXe s., les faïenciers apparaissant au cours du XVIIIe s.
    Le cas de Larnage est sensiblement différent puisque des gisements de kaolin affleurent sur le territoire de cette commune, où ils sont encore exploités en une vaste carrière à ciel ouvert. De telles argiles sont quasiment uniques dans la région Rhône-Alpes, si l’on excepte celles beaucoup plus méridionales de Dieulefit. Elles furent mises en œuvre pour la fabrication de céramiques à usage culinaire (marmites, poëlons) bien que la typologie établie à ce jour comporte également des exemplaires de formes ouvertes, telles qu’assiettes et plats. Les prospections de terrain n’ont pas fourni d’indices de productions traditionnelles, bien que les argiles du Pliocène marin soient aussi largement répandues sur le territoire de Larnage. Excepté un tuilier qui exerçait vers 1700, Larnage s’est consacré à la fabrication de poteries réfractaires depuis le milieu du XVIe s. jusqu’au XIXe s., époque à laquelle apparaissent les briquetiers spécialisés dans les produits réfractaires. En revanche, celle des creusets y est plus ancienne (XVIIIe s. au moins), qu’ils soient fabriqués sur place par les fermiers des « mines de terre blanche »3 ou que, en 1728 par exemple, celles-ci soient directement affermées aux maîtres affineurs de l’Hôtel de la Monnaie de Lyon.

  • Ce n’est probablement pas la qualité des argiles qui est la raison première du développement durable de l’artisanat céramique en secteur beaujolais. La nature des productions est là pour en témoigner. Faute de données textuelles on ne sait rien sur ces questions d’approvisionnement, sauf ce qu’enseigne la logique. On peut supposer que le combustible ne manquait pas avant la mise en place du vignoble dans la région. Le contexte géologique n’est pas original : dans toute la vallée, les alluvions des terrasses de la Saône offrent de nombreuses passées argileuses auxquelles s’ajoutent ponctuellement des argiles calcaires (marnes de l’Oxfordien) et des argiles issues de l’altération des roches cristallines des monts du Beaujolais. Il est difficile de dicerner une logique d’implantation des ateliers eu égard à la diversité et à l’éparpillement des gisements potentiels.

La diffusion des produits

  • Les analyses de laboratoire ont permis d’attester la diffusion des céramiques culinaires (service vert) produites à Meillonnas à partir du XVIe s. au moins. La distribution est large : département de l’Ain, Val de Saône jusqu’à Mâcon, vallée du Rhône (Lyon et Vienne) et Haute-Savoie ; l’hypothèse de débouchés plus méridionaux (Valence) est envisagée ainsi que d’autres vers le canton de Genève. Malgré cette diversité, deux réseaux commerciaux s’affirment : axe Saône-Rhône et vallée de l’Ain. Ils requièrent l’un et l’autre des transports à moyenne, voire longue distance. La diffusion commerciale des ateliers de Meillonnas-Treffort se voit imposer des limites au nord par la concurrence des ateliers jurassiens d’Etrepigney qui offraient des produits analogues (terre blanche réfractaire, revêtement glaçuré de belle qualité).

  • Les vaisselles réfractaires fabriquées à Larnage aux XVIIe et XVIIIe s. étaient très prisées des consommateurs lyonnais, ce que confirment les pourcentages établis pour les dépotoirs urbains où le service jaune remplace progressivement le service vert. Les analyses de laboratoire ont en outre démontré sa commercialisation vers Vienne, mais aussi Grenoble. Les exemplaires trouvés plus au nord, à Chalon-sur-Saône et à Besançon, laissent entrevoir un marché assez large. En revanche, les ateliers de Dieulefit, dotés eux aussi d’argiles kaoliniques, font probablement une rude concurrence pour la diffusion vers le sud. Il serait intéressant de pouvoir comparer les aires d’influence de ces deux groupes d’ateliers.
    Les productions des autres ateliers drômois (Érôme, Ponsas, Serves, Gervans) qui se rattachent à la grande famille des céramiques vernissées (à décors engobés notamment) suivaient-elles les mêmes circuits ? La question reste ouverte. L’immédiate proximité de la vallée du Rhône est à l’évidence l’atout majeur de ces ateliers, mais un atout partagé par nombre d’autres officines, localisées ou à découvrir, installées sur les rives du fleuve entre Vienne et Valence. C’est dire que l’enquête risque d’être longue et difficile !

  • C’est encore la présence d’une voie d’eau navigable, qui est à l’origine de la remarquable concentration d’ateliers médiévaux découverte dans le Val de Saône beaujolais. Les débouchés commerciaux de cette production de masse de poteries communes ne sont actuellement pas repérés. Par leur situation, les ateliers se trouvent tout désignés pour alimenter les villes toutes proches de Beaujeu, de Belleville et de Villefranche, dont l’expansion semble coïncider avec leur phase de plein épanouissement. On peut supposer que Lyon était aussi atteint par la Saône. Le parallèle frappant que l’on peut établir avec les ateliers de Sevrey, près de Chalon-sur-Saône (périodes d’activité, catalogue des productions) invite à poursuivre la comparaison et à considérer que la diffusion des ateliers du Val de Saône, de Chalon-sur-Saône à Belleville, est une question globale et une piste de recherche pour les années à venir.

La répartition des ateliers

17Sans prétendre à l’exhaustivité, on a tenté d’établir le plus objectivement possible la cartographie des ateliers des trois zones étudiées. Combinées avec les informations chronologiques, les cartes font apparaître une réalité mouvante, reflet de l’interaction des divers pôles d’attraction : carrières, agglomérations, voies de communication.

  • Les ateliers médiévaux et modernes du secteur de Meillonnas se répartissent en hameaux spécialisés sur la frange occidentale des communes. A une exception près, la production de chaque groupe d’ateliers semble être exclusive : poteries domestiques et terres cuites architecturales ne se confondent pas géographiquement. La spécialisation professionnelle des artisans est d’ailleurs tout aussi stricte : les actes notariaux ne mentionnent jamais de double activité (potier/tuilier) ni de familles « métissant » potiers et tuiliers.
    En 1761, le sieur De Marron, seigneur de Meillonnas, établit une manufacture de faïences dans les dépendances de son château, au cœur même du village de Meillonnas. Cette installation en « centre ville » est néanmoins sans conséquence sur l’artisanat de la poterie qui demeure dans les quartiers précités. On constate l’absence d’ateliers de céramiques traditionnelles dans les bourgs et leur éparpillement au sein des hameaux environnants, mais il est difficile d’en déduire un schéma constitutif. Les officines ont-elles été rejetées hors des centres villageois en application de décisions communautaires (ou autres) leur interdisant un périmètre « mis en défens » ? Aucun texte de cette teneur (ou s’y référant) n’est parvenu jusqu’à nous.
    Les hameaux ont pu se créer autour des artisans : outre celui des Tupinières au toponyme significatif, des lieux-dits tels que Mas Tabouret, Mas Girard, sont des formations anthroponymiques constituées à partir de noms de familles comptant de nombreux potiers. Dans cette hypothèse, les artisans auraient eu tout intérêt à s’installer le plus près possible des gisements d’argile, la spécialisation constatée pour la majorité des hameaux trouverait là son explication, de même, en ce qui concerne l’absence de l’artisanat dans les bourgs proprement dits.

  • Pour le groupe des ateliers de la moyenne vallée du Rhône, on ne possède pas de localisation précise avant les plans cadastraux de 1830. Ceux-ci figurent plusieurs ateliers de potiers ou tuiliers à Érôme, Ponsas et Lamage. Aussi a-t-on choisi cette localisation par défaut considérant qu’elle était probablement le reflet des situations antérieures. Les premières mentions textuelles se placent au milieu du XVIe s. Les informations archéologiques n’ont pas livré d’indices plus anciens.
    Que ce soit à Érôme ou à Ponsas, l’essentiel des ateliers se concentrait dans les villages, s’intégrant aux habitations et Ton peut raisonnablement admettre que la géographie de l’artisanat s’est adaptée à la configuration topographique locale. L’image de Ponsas est même caractéristique de ce fait : plusieurs poteries y constituent l’embryon d’un quartier spécialisé. Le cas de Larnage est plus nuancé ; les ateliers de poterie sont implantés dans le village proprement dit, mais aussi à l’écart. Des ramassages de surface attestent la présence d’ateliers dans un hameau de Larnage au lieu-dit les Sautons.

  • La localisation des ateliers du Beaujolais repose uniquement sur des indices archéologiques. Leur organiation spatiale offre un schéma complexe en raison de la longue période considérée et de l’étendue du territoire concerné. Il semble que les ateliers les plus anciens (haut Moyen Age) sont dispersés et répartis le long de la haute terrasse de la Saône. Leur relation avec les habitats contemporains nous échappe en l’état actuel de la recherche. Le phénomène de pôles artisanaux apparaît plus tard, alors que les ateliers se rapprochent du cours de la Saône, tout en restant probablement en retrait des zones inondables. Un groupe se forme au hameau de Chassagne (X-XIIe s.) sur la commune de Corcelles-en-Beaujolais. Le hameau de Marsangues (commune de Saint-Georges-de-Reneins) pourrait être né du regroupement des officines à partir des XII-XIIIe s. Faut-il voir, dans cette nouvelle implantation, à une dizaine de kilomètres au sud, la nécessité de se rapprocher d’un point d’embarquement sur la Saône, situé au niveau de Saint-Georges-de-Reneins ?

Une enquête à poursuivre

18Les trois monographies présentées dans ce volume livrent des résultats plus ou moins aboutis selon les circonstances du travail, les moyens consacrés, mais aussi la nature des découvertes effectuées. Dans tous les cas, elles démontrent l’intérêt qu’il y a à aborder les centres de production céramique de façon extensive. Cette « archéologie du paysage artisanal » n’est pas une fin en soit ; c’est un mode d’approche, parmi d’autres, d’un vaste potentiel archéologique. Ses résultats sont d’autant plus riches qu’ils sont confrontés à d’autres méthodes d’investigation, quand cela est possible, en particulier les données des textes. L’appui du laboratoire spécialisé est indispensable dès lors qu’on aborde la question de la diffusion des produits et de l’origine des matières premières. On jugera, pour chacune de ces études de cas, comment l’enquête pourrait se poursuivre. - Les ateliers bressans pourraient donner lieu à des prospections géophysiques. Il conviendrait de confirmer la datation des ateliers les plus anciens (XI-XIIe s. ?). La détermination de l’aire de diffusion, à travers le service vert, reste bien sûr une question ouverte.

  • Le groupe d’Érôme-Larnage trouve place dans le réseau dense des ateliers de la vallée du Rhône, où les activités de l’aire industrielle oblitèrent souvent les traces plus anciennes : l’absence d’indices archéologiques antérieurs au XVIe s. serait à confirmer. Les relations des ateliers étudiés avec d’autres ateliers de la vallée du Rhône, en rive droite comme en rive gauche, seraient à mettre en lumière (échanges de personnels, de savoir-faire, complémentarité ou concurrence commerciale...). Notamment la comparaison détaillée des vaisselles en argile kaolinique, produites par Larnage, Dieulefit et les ateliers de l’Uzège, serait fort utile.

  • Les ateliers du Beaujolais s’inscrivent, quant à eux, dans une région qui s’avère concentrer un énorme potentiel pour l’artisanat céramique, tout au long du Moyen Age. Les prospections de terrain seraient à étendre vers le nord comme vers le sud en suivant les terrasses de la Saône. L’expérience acquise dans la partie bourguignonne du val de Saône, invite à mieux prendre en compte les découvertes subaquatiques. Les textes qui, dès le XIVe s., ont gardé le souvenir des fabricants de poterie commune installés près de Chalon-sur-Saône, seraient-ils muets sur leurs congénères installés à la latitude de Belleville ?

19Il est évident que, partout, le travail réalisé pourrait déboucher sur un programme de sondages ou de fouilles archéologiques, dont la stratégie serait solidement étayée par ces enquêtes préliminaires. Il subsiste cependant une inquiétude de taille : l’état de conservation de structures par nature fragiles, soumises aux labours répétés (en particulier culture de la vigne). Et pourtant, nombre de thèmes abordés ici se verraient révisés et enrichis, et surtout, se révèleraient enfin concrètement l’agencement des ateliers et les techniques mises en œuvre par les artisans potiers que les pages qui précèdent ont contribué à faire revivre.

20E. F-B. et S. S-G.

Notes

1 A.D. Ain : versement Maître Berger, n° 5, Doisy Notaire

2 A.D. Ain : mémoire De Marron, C 112

3 A.D. Drôme : 3 Ε 7825, Etude Pascal (1769)

© Alpara, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access