Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pots et potiers en Rhône-Alpes

 | 
Élise Faure-Boucharlat
, 
Tommy Vicard
, 
Bruna Maccari-Poisson
, 
et al.

Introduction : la céramologie médiévale, une discipline à part entière

Élise Faure-Boucharlat

Texte intégral

1En replaçant le travail réalisé depuis la constitution, en 1987, du projet collectif de recherche « les ateliers céramiques du Moyen Age et de l'époque moderne dans la région Rhône-Alpes » dans le contexte plus large de la recherche nationale, le lecteur saisira mieux la démarche parcourue, les modes d'approche et les méthodes employées, les objectifs recherchés, bref, les tenants et aboutissants de cet ouvrage qui n'est autre qu'une étape dans le domaine si vaste et si varié de la céramologie médiévale.

2Campons le décor : l'intérêt et la spécificité de cette discipline se sont affirmés au fil des ans grâce au patient travail des chercheurs et à la reconnaissance des archéologues médiévistes. Mais dès 1982, la céramique est mise en avant comme une source d'information historique à part entière, par J.-M. Pesez, dans sa réflexion sur les relations parfois polémiques entre historiens et archéologues (Pesez 1982, pp. 301-302). Affirmation susceptible de réconforter bien des céramologues aux prises avec un mobilier envahissant, répétitif, voire rébarbatif : l'intérêt documentaire de la vaisselle de terre cuite, qui n'a d'égal que la faible valeur intrinsèque du matériau, justifie ainsi pleinement l'énergie que lui consacrent les spécialistes. Mais que recherchent-ils donc ?

3Durant les décennies soixante-dix et quatre-vingt, les études céramologiques médiévales connaissent en France une rapide progression. Celle-ci est en grande partie liée à l'augmentation régulière du nombre des témoins archéologiques livrés à l'étude, elle-même tributaire de l'intérêt grandissant porté au Moyen Age, tant en milieu rural qu'en milieu urbain. De toute entière vouée à l'analyse des objets en vue de la description de leurs caractéristiques morphologiques et technologiques, indices présumés d'une évolution chronologique continue, la céramologie connaît peu à peu d'autres préoccupations comme l'origine et la diffusion des productions, l'organisation des communautés artisanales, les goûts des utilisateurs. Les spécialistes cherchent à renouer le fil entre le dépotoir et l'atelier, entre le consommateur et le producteur. Des regards complémentaires sont alors portés à ces témoins privilégiés des activités de nos proches ou lointains prédécesseurs : les recherches se doublent d'enquêtes de terrain, d'archives et de laboratoire. Le travail mené dans la région Rhône-Alpes s'inscrit tout à fait dans cette évolution générale.

La naissance d'une discipline

4L'intérêt des archéologues médiévistes pour le mobilier céramique se fait jour, dans notre région, dès le début des années soixante-dix. Avec le recul du temps, il n'est pas faux de dire que le fait apparaît relativement précoce, comme il le fut dans quelques autres régions, grâce aux recherches d'équipes constituées. Citons par exemple les travaux du Centre de recherches archéologiques médiévales de Caen pour le Nord-Ouest de la France ou bien ceux du laboratoire d'archéologie médiévale d'Aix-en-Provence, pour le secteur méridional, alors respectivement placés sous la responsabilité de M. de Boüard et de G. Démians d'Archimbaud. Entre ces pôles normand et provençal, les recherches conduites en Saintonge, en Bourgogne, dans la région bordelaise, à Paris et en Ile-de-France, et enfin en Lyonnais et Dauphiné sous l'impulsion de J.-F. Reynaud et M. Colardelle complètent les données pour le territoire français et jettent les bases d'une véritable discipline.

5Mais les céramologues médiévistes français ont quelques difficultés à bousculer l'ordre établi : l'étude des lots de mobilier médiéval est souvent considérée comme secondaire tandis que les productions de l'Antiquité monopolisent l'attention et les moyens. Il faut attendre le milieu des années quatre-vingt pour que l'on considère comme « normal » d'associer un céramologue médiéviste à part entière aux équipes en charge des grandes fouilles métropolitaines. Les fouilles de Saint-Denis montrent l'exemple. A Lyon, les fouilles préalables à la ligne D du métro inaugurent cette pratique en 1981-1982. Jusque-là, la céramique médiévale est « sélectionnée » après la fouille parmi l'ensemble du matériel recueilli et est appréhendée par les chercheurs davantage comme une collection de musée que comme partie intégrante d'un gisement archéologique. C'est, il faut l'avouer, le péché de jeunesse des recherches rhône-alpines.

6Quoiqu'il en soit, quelques études pionnières montrent à la communauté scientifique française l'intérêt d'une analyse précise et exhaustive du mobilier archéologique et, au premier chef de la céramique. Citons les exemples d'Andonne (Debord et Leenhardt 1975), de Doué-la-Fontaine (de Boüard 1976), de Beauvais (Chami 1963), de Condorcet (Gayraud 1975), de Paris (Nicourt 1974 et 1986).

La céramologie au service de l'archéologie

7Fascinés en quelque sorte par les résultats des céramologues antiquisants qui, depuis fort longtemps, avaient doté les archéologues de « fossiles directeurs » extrêmement efficaces, les médiévistes cherchent à œuvrer dans le même sens. Le matériel fait d'abord et avant tout l'objet de classifications typologiques très détaillées, à vocation générale. La codification des critères morphologiques, s'appuyant sur la normalisation des termes descriptifs est l'objectif de cette première « génération » de travaux. Le nouvel outil informatique favorise de telles entreprises. A l'instar du Code pour l'analyse des formes de poteries de J.-C. Gardin paru sous sa première forme dès 1962, M. Leehnardt, au sein de l'équipe du Centre de recherches archéologiques médiévales de Caen, propose un Code pour le classement et l'étude des poteries médiévales adapté au Nord et Nord-Ouest de l'Europe. Si la valeur « universelle »le » de telles approches est depuis longtemps contestée, du moins ces travaux ont-ils le mérite d'attirer l'attention sur la nécessité d'une terminologie adaptée ainsi que sur l'intérêt des méthodes statistiques.

8Durant cette période de tâtonnements fructueux, les recherches et les méthodes mises en œuvre dans les pays voisins d'Europe occidentale (Allemagne, Belgique, Pays-Bas, Grande-Bretagne...) servent souvent de référence aux médiévistes tentés de bâtir une sorte « d'internationale céramique ». C'est l'époque où les céramologues, d'abord intéressés par le matériel des sites castraux ou religieux du haut Moyen Age ou du Moyen Age classique, le plus souvent vaisselle commune ou grossière, mènent de front, paradoxalement, des analyses typologiques détaillées à l'extrême et des rapprochements morphologiques transfrontaliers particulièrement hardis, dépassant largement, la plupart du temps, l'échelle probable des échanges technologiques ou commerciaux. Dès 1976, M. de Boüard met en garde contre le danger de telles analogies (de Boüard 1976, p. 247). Cependant, plusieurs typologies régionales offrent aux archéologues médiévistes français des critères de datation fort attendus. Citons à titre d'exemple, la Provence (Démians d'Archimbaud 1980), le Val de Saône (Renimel 1974), le Lyonnais et le Dauphiné (Reynaud et alii 1975).

Les champs de la discipline et leur diversification progressive

La notion de faciès régionaux

9Tandis que la céramologie médiévale trouve ses lettres de noblesse et compte désormais ses « spécialistes », de nombreuses équipes, encouragées par le Conseil supérieur de la recherche archéologique dans le cadre des programmes H30, puis H19 : Les ateliers médiévaux et modernes, organisation et diffusion, abordent avec succès le sujet à l'échelle régionale. Cet intitulé, formulé en 1985, indique qu'alors la complexité et la variété des champs scientifiques offerts aux céramologues sont envisagées par l'ensemble de la communauté scientifique. Des projets collectifs de recherche voient le jour dans plusieurs régions comme en Normandie, en Bretagne, en Bourgogne, dans le Nord-Pas-de-Calais, et aussi en Rhône-Alpes...

10Dans le même temps apparaît nettement le caractère régional, voire micro-régional, des productions céramiques, conduisant à réduire notablement l'aire géographique des études de synthèse et invitant à manipuler avec prudence les notions « d'influences », « d'échanges », « d'importations », « d'exportations », tout autant que les comparaisons typologiques tous azimuts. On admet désormais le concept de faciès régional et chaque groupe de chercheurs se doit de forger l'outil typologique adapté à sa zone de travail. A la vision européenne des années soixante-dix succède une approche plus nuancée de l'histoire des produits céramiques, en relation plus concrète avec la diversité des cultures matérielles et techniques du Moyen Âge. Parallèlement, le rêve d'une évolution morphologique univoque et régulière, si commode pour les archéologues, s'effondre. Une deuxième génération de typologies vit le jour dans les décennies 80. Les travaux qui se développent en Ile-de-France sur le fabuleux échantillonnage fourni par les fouilles de Saint-Denis montrent la voie (de Bouärd et alii 1987).

Vers une pluridisciplinarité

11A partir de cette période, mais plus d'une décennie après l'exploration des grands centres de production anglo-saxons et rhénans, les recherches s'orientent en France vers les structures artisanales. Après des opérations pionnières, comme les fouilles de l'atelier carolingien de Saran (Loiret) (Chapelot 1970 et 1971), l'impulsion est, là encore, donnée par les équipes de Normandie et de Provence. A partir des recherches extensives en Uzège et dans le Bas-Rhône sont dressées les premières typologies des structures de cuisson (Thiriot 1985 et 1987). Les enquêtes de terrain et de laboratoire conduites en Basse-Normandie mettent en évidence l'origine et la diffusion de produits caractéristiques tels le grès (Bucur et alii 1989 ; Dufournier et Flambard 1987). D'importants centres potiers sont également explorés en Ile-de-France, Bretagne ou en Aquitaine pour ne citer que ceux-ci. Les préoccupations méthodologiques des chercheurs sont constantes comme en témoigne nombre de publications (Thiriot 1990).

12Aucune enquête sérieuse sur la détermination de l'origine des terres cuites, sur la localisation des ateliers ou sur la circulation des produits ne saurait désormais se dérouler sans recourir aux travaux de laboratoire. Analyses minéralogiques et chimiques permettent de constituer des groupes de référence, de comparer la composition de différents lots, de déterminer les lieux d'approvisionnement en matière première. Longues et coûteuses, ces interventions spécifiques s'intègrent à des problématiques de mieux en mieux maîtrisées dans les domaines de l'histoire des techniques ou des échanges commerciaux durant le Moyen Âge.

13La dynamique créée grâce aux travaux conjoints du Laboratoire de céramologie de Lyon et du Laboratoire d'archéologie médiévale d'Aix-en-Provence profite à tous. Les colloques internationaux consacrés tous les quatre ans à « la céramique médiévale en Méditerranée occidentale » depuis celui de Valbonne en 1978, donnent lieu à d'importantes publications au fil desquelles les réseaux d'échanges de produits artisanaux se dessinent grâce au travail d'équipes interdisciplinaires : archéologues, céramologues, historiens des textes, archéomètres. Si la démonstration est particulièrement frappante pour les échanges de vaisselle de luxe entre les pays du bassin méditerranéen, elle n'en demeure pas moins valable pour des produits plus modestes, aux aires de diffusion plus limitées (Amouric 1987). C'est dans cet esprit que travaillent désormais bien des équipes régionales.

14Pour la région Rhône-Alpes l’enquête sur les moyens de production débute par deux travaux universitaires (Chemorin 1984 ; Faure-Boucharlat 1980). Mais c'est en 1988 que notre groupe de travail s'oriente plus fermement vers les thèmes de la localisation des ateliers de terre cuite et de leur diffusion (fig. 1). Aux enquêtes documentaires larges (plusieurs départements) réalisées dans le cadre des ouvrages cités ci-dessus (toponymie, archives artisanales et industrielles), se substitue résolument le travail de terrain (prospections, prélèvements) à l'échelle micro-régionale, accompagné des déterminations de composition des matières premières et des produits manufacturés. La première partie de cet ouvrage présente donc les résultats des enquêtes consacrées à trois zones de production de terre cuite : Bresse, moyenne vallée du Rhône et Beaujolais.

1- Sites de production céramique étudiés dans le cadre du projet collectif de recherche

1- Sites de production céramique étudiés dans le cadre du projet collectif de recherche

L'élargissement du champ chronologique

15La diversification des modes d'approche s'accompagne d'un élargissement du champ chronologique des études comme en témoignent au fil des ans les publications spécialisées. Jusqu'en 1980 environ, peu de travaux portent sur des productions postérieures à 1400 ou, à l'inverse, antérieures à 900. Vingt-cinq articles de céramologie publiés par la revue nationale « Archéologie Médiévale » depuis 1972 permettent de suivre, peu ou prou, l'évolution de la discipline. Jusqu'en 1982, trois articles seulement intéressent les XVe-XVIe s., tandis que dix autres concernent la période 850-1400. En 1986, paraît l'unique étude consacrée au haut Moyen Âge par cette revue. La période post-médiévale n'est évoquée qu'une fois en 1982. La même enquête à partir de la revue « Archéologie du Midi médiéval » amène à nuancer ce constat. Créée onze ans plus tard (1983), la revue reflète d'emblée la curiosité élargie des céramologues médiévistes : onze articles sont consacrés à des ensembles situés entre le XVe et le XVIIIe s. En amont, le matériel haut médiéval est abordé dès 1987 dans plusieurs études.

Des acquis dans notre région...

16Durant cette période, le travail réalisé dans notre région traduit une évolution analogue : entièrement consacré aux poteries des Xe et XIe s. jusqu'en 1980, le champ chronologique s'élargit au bas Moyen Âge avec l'étude consacrée à la vaisselle issue des fouilles du Château d'Anse (Vicard 1984) ainsi qu'aux vases funéraires de l'église Saint-Georges de Vienne (Faure-Boucharlat 1986). A partir de 1985, le mobilier des niveaux post-médiévaux et modernes est quasi systématiquement pris en compte. Le travail porte ses fruits avec deux publications en 1988 et 1989 (Maccari-Poisson 1988, Becker et alii 1989). La synthèse collective présentée en 1990 à l'occasion de l'exposition A la Fortune du Pot profite largement des résultats de ce « deuxième souffle » de la céramologie régionale. Plusieurs années de travail supplémentaire mené à bien par Tommy Vicard sur un très important échantillonnage, permettent de proposer dans la seconde partie de ce volume une nouvelle synthèse (argumentée et révisée) des terres cuites en usage entre le XIIe et le XVIIIe s. dans la région lyonnaise.

Mais aussi des points faibles

17Contrairement à nombre d'autres régions (Provence, Centre, Nord et Nord-Est de la France), la vaisselle du haut Moyen Age reste, en revanche, encore mal connue dans la région Rhône-Alpes. Outre le fait que les membres du groupe de travail ne souhaitaient pas disperser davantage leurs efforts, plusieurs raisons peuvent être invoquées : dans une région comprise entre les courants méditerranéens d'une part, rhodaniens et alpins d'autre part, les faciès locaux sont multiples et la moindre synthèse est difficile à construire. Peu ou pas de productions ou formes remarquables pour constituer quelques repères chronologiques dans un univers assez uniforme de vaisselle commune. Enfin, l'intérêt précoce pour la céramique des Xe-XIe s., longuement soutenu par l'énigmatique pratique du marquage des fonds (céramiques à fond marqué) a peut-être captivé l'attention des chercheurs au détriment d'autres périodes. De nombreuses fouilles récentes révèlent pourtant depuis plusieurs années d'importantes séries du haut Moyen Age (fouilles préventives dans l'Ain, le Rhône, l'Isère, la Drôme), mais les éléments stratigraphiques en milieu rural sont souvent indigents et les datations restent mal assurées, voire faussées par des attributions typo-chronologiques du matériel céramique un peu hâtives. A cet égard, le fameux rebord en bandeau constitue un « faux-ami » redoutable pour les médiévistes de la région : il est présent du VIe au XIIIe s. et ne saurait à lui seul caractériser une période. Il serait sans doute utile de proposer une « relecture » globale du mobilier issu de ces fouilles. Plusieurs avancées sont cependant sensibles pour le début du Moyen Age. A partir du matériel des sites funéraires, quelques points de repère sont établis relativement tôt : tout d'abord pour les régions alpines (Colardelle 1983 ; Bizot et Serralongue 1988, pp. 40-44) ; puis les connaissances progressent grâce à plusieurs fouilles urbaines bien stratifiées à Lyon, Vienne et Grenoble par exemple. Quelques ensembles lyonnais font l'objet d'études monographiques détaillées : le mobilier funéraire de Saint-Laurent et les rejets domestiques du quartier Saint-Jean (Faure-Boucharlat et Reynaud 1986 ; Maccari-Poisson 1991).

18Par ailleurs, l'étude du matériel céramique de l'Antiquité tardive n'est abordée sérieusement dans la région que vers 1985. Cette période, qui offre des problématiques bien particulières, est le point de rencontre des antiquisants et des médiévistes. Elle pourrait à très court terme dans notre région, être le champ d'études prometteuses grâce à la méthodologie mise en place à l'occasion des fouilles du métro de Lyon (Ayala 1994), à l'instar du travail gigantesque fourni par les chercheurs méridionaux regroupés dans l'Association pour l'étude de la céramique de l'Antiquité tardive et du haut Moyen Age (CATHMA 1986 et 1993) ou des patientes enquêtes conduites par nos voisins genevois (Haldimann 1994). On l'aura compris, l'auteur de ces lignes plaide pour un « troisième souffle » de la discipline dans la région Rhône-Alpes en faveur du mobilier antérieur à l'An Mil. Les données recueillies sont nombreuses et de qualité : elles offrent les conditions d'un travail fructueux.

Du tesson à l'histoire ?

19On l'a vu plus haut, tandis que le champ chronologique de la discipline s'élargit, l'angle d'approche se modifie, ou plutôt se diversifie, notamment lorsque le céramologue s'intéresse aux périodes du bas Moyen Age et moderne. Bien des questions relatives à l'origine, à la commercialisation, à l'usage des poteries sont plus aisées à aborder pour ces périodes : les poteries présentent des caractéristiques techniques, morphologiques ou décoratives plus marquées, susceptibles de guider les recherches ; mais surtout les textes offrent un complément d'information qui, confronté aux données archéologiques, permet de pousser la démarche bien au-delà des limites de la céramologie classique. La diversité et l'imbrication de ces thèmes de recherche sont fort bien résumées par D. Dufournier auquel sont empruntées les lignes qui suivent :

« ainsi l'objet céramique contribue-t-il à nous renseigner tout à la fois sur les usages, les goûts, les techniques de fabrication mises en œuvre, les structures sociales et la conjoncture économique à une époque et dans un espace bien définis. Ce faisant, il nous renseigne sur les exigences réciproques de l'utilisateur et du fabricant, sur la perpétuelle confrontation entre les besoins exprimés par les uns, les initiatives et les contraintes techniques prises et assumées par les autres » (Dufournier 1989, p. 10).

20Sans abandonner les travaux d'inventaire, de classification typologique et chronologique, fondement de toute recherche, les spécialistes abordent les activités humaines dont les poteries sont les modestes, mais omniprésents témoins matériels. Pour en juger, il suffit de suivre l'évolution du vocabulaire appliqué au mobilier à travers la littérature ces dix dernières années : aux mots abstraits tels que « formes », « types » sont préférés des mots évocateurs, tels que « récipients », « vais » vaisselle », « équipement domestique ». Influence indéniable des sources écrites ! Le premier Congrès international d'archéologie médiévale, organisé en 1985 par la Société d'archéologie médiévale à Paris, consacre en quelque sorte la démarche. D'une part, par son titre évocateur, La céramique (Ve-XIXe s.), fabrication, commercialisation, utilisation, qui comporte tous les « ingrédients » de la céramologie moderne : l'étendue du champ chronologique, la diversité des approches thématiques (typologique, technologique, socio-économique). D'autre part, en posant la double question : « Comment traiter un matériel en masse imposante ? Comment en faire un document d'histoire ? » (Chapelot 1987, p. 7).

21Depuis, la part consacrée aux aspects « humains du sujet » s'est sans cesse développée. Tout d'abord utilisant les données de la céramologie dans le cadre de l'appréhension globale des sites d'habitat : le mobilier n'est pas seulement une collection à étudier, il est aussi un témoin ethnographique pour l'interprétation du contexte archéologique (organisation de l'espace, nature des activités, statut des occupants...)· Des cas d'école comme ceux de Brucato (Maccari-Poisson 1980) et de Rougiers (Démians d'Archimbaud et Picon 1987) montrent l'intérêt d'une telle démarche pour la connaissance des communautés concernées. Parallèlement, la consultation généralisée des sources écrites infléchit considérablement l'esprit même de la discipline. Comment se passer désormais de l'éclairage fourni par les archives artisanales, commerciales ou privées. L'équipement de la maison médiévale apparaît aussi à travers les textes, en particulier des inventaires des biens (Démians d'Archimbaud 1982, Piponnier 1987) qui amènent les céramologues à relativiser la place du document archéologique qui, le plus souvent, reste le seul témoin matériel qui nous soit parvenu.

22De même, les hommes et les femmes à la tâche ne peuvent être ignorés de qui s'intéresse au fonctionnement et à l'organisation des ateliers céramiques. A cet égard, la constitution en 1988 au sein du Groupe de recherches coordonnées (GRECO du CNRS : Sociétés et cadre de vie au Moyen Age) du thème consacré « aux sociétés artisanales » (animé successivement par J. Chapelot et H. Amouric) reflète certainement une certaine maturité de la céramologie médiévale en faisant largement place aux préoccupations d'ordre historique telles que nous venons de les évoquer. En adhérant à ce programme, les auteurs de cet ouvrage ont beaucoup appris. Leur travail doit beaucoup aux expériences échangées, aux conseils prodigués, aux incitations stimulantes des collègues côtoyés plusieurs années durant. Les enquêtes archéologiques et historiques conduites dans cet esprit un peu partout en France, depuis le travail pionnier réalisé sur la Saintonge (Chapelot 1975) ne sauraient toutes être mentionnées ici. Citons, à titre d'exemple et pour des régions fort diverses, les travaux consacrés aux communautés artisanales de Lille pour le Nord (Blieck 1989), de Saint-Jean-de-Fos pour le Languedoc (Vayssettes 1987), d'Apt ou de Manosque en Provence (Amouric 1986) et encore de Sadirac en Bordelais (Hanusse 1982 et 1987). Ainsi, la première partie de cet ouvrage livre les informations réunies sur les potiers de terre des centres de MeillonnasTreffort (Ain) et d'Erôme-Larnage (Drôme), deux des trois secteurs de production étudiés ces dernières années par l'équipe rhônalpine.

23Enfin, depuis quelques années, l'exploration de sources iconographiques médiévales et postmédiévales accompagne le travail des céramologues. Les objets étudiés retrouvent ainsi leur contexte d'utilisation de façon vivante et souvent édifiante. La confrontation avec les images conforte le céramologue lorsqu'il se fait « ethnologue » et qu'il cherche à retracer les modes et usages domestiques à travers les ustensiles de terre cuite. Cette méthode d'approche a été particulièrement mise en évidence à l'occasion d'une série d'expositions et de catalogues d'accompagnement consacrés à la vaisselle médiévale et moderne qui, fondés sur le travail rigoureux des spécialistes, ont retracé de façon attractive les pratiques culinaires et alimentaires des utilisateurs, les phénomènes sociaux, économiques et techniques expliquant l'évolution des formes et des décors des récipients. Ainsi : Le banquet du Damoiseau à Avignon en 1989, Se nourrir à Besançon au Moyen Age à Besançon en 1990, et Plaisirs et manières de la table aux XIVe et XVe s. à Toulouse en 1992. Tel fut l'un des objectifs recherchés par le groupe des chercheurs rhônalpins et présenté en 1990, grâce à la contribution de D. Alexandre-Bidon (A la Fortune du Pot 1990, pp. 25-48).

24Rappeler l'évolution de la discipline sur plusieurs décennies, souligner la diversité et la complémentarité des approches auxquelles se livrent les céramologues, c'est mettre en lumière la part irremplaçable que tient la céramique pour la connaissance des sociétés médiévales et postmédiévales. On l'a vu, le céramologue ne se cantonne pas au domaine du matériel ; il aborde aussi le culturel, l'économique et le social. Nul doute : la céramique est bien « un document d'histoire » !

Table des illustrations

Titre 1- Sites de production céramique étudiés dans le cadre du projet collectif de recherche
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1039/img-1.png
Fichier image/png, 1,1M

© Alpara, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access