Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pots et potiers en Rhône-Alpes

 | 
Élise Faure-Boucharlat
, 
Tommy Vicard
, 
Bruna Maccari-Poisson
, 
et al.

Avant-propos

Élise Faure-Boucharlat

Texte intégral

1En 1986 se constituait un « groupe de travail sur la céramique médiévale et moderne de la région Rhône-Alpes », officieusement d'abord, puis officiellement en apparaissant, de 1987 à 1991, comme « projet collectif de recherche » dans le cadre du programme H30 (devenu H19 depuis) défini par le Conseil supérieur de la recherche archéologique : les ateliers médiévaux et modernes, l'archéologie industrielle, organisation et diffusion.

2Plus prosaïquement, une poignée d'archéologues lyonnais, sensibles à l'intérêt offert par le mobilier céramique médiéval, s'assignait pour tâche de « démêler l'écheveau » que représentaient alors les ensembles de poteries médiévales et modernes restitués par les fouilles régionales toujours plus nombreuses. C'est ainsi que Bruna Maccari-Poisson, Tommy Vicard, Jean-Paul Lascoux et moi-même nous lançâmes dans l'entreprise. Sophie Savay-Guerraz rejoignit bien vite nos rangs lorsque la nécessité se fit sentir du recours aux sources écrites, notamment lorsque nous abordâmes la question des lieux de fabrication. Sa contribution apporta une salutaire « bouffée d'humanité » dans nos travaux de collectes, d'inventaires, de comptages, de classifications. Dès l'origine, la collaboration avec le Laboratoire de céramologie de Lyon (CNRS, UPR 7524) fut l'un des atouts de cette aventure collective. Impliqués sur le terrain de nos enquêtes, tout autant que dans leur laboratoire, Maurice Picon, Anne Schmitt, Eliane Meille et Michèle Vichy nous apportèrent la paisible assurance des sciences exactes là où nous progressions par impressions, comparaisons, analogies et hypothèses. Tous acceptèrent que je me charge de la coordination scientifique et administrative de ces recherches pluridisciplinaires. Tous savent combien j'ai apprécié leur compétence et leur disponibilité. Ils savent aussi combien ils m'ont appris. Qu'ils trouvent ici l'expression de mon amicale gratitude.

3Il est tout à fait certain que notre « projet collectif de recherche » aurait vite tourné court sans la confiante complicité de tous nos collègues archéologues qui, patiemment, répondirent à nos enquêtes, ouvrirent leurs réserves, fournirent les informations archéologiques nécessaires aux datations... Plusieurs d'entre eux, en nous confiant l'étude d'ensembles importants (provenant de Lyon, Vienne ou Condrieu, de l'Ain, de Savoie, etc.) favorisèrent l'harmonisation des méthodes d'approche, la mise en commun des informations et par conséquent les progrès de la céramologie régionale. Je les remercie tous très sincèrement. Ma reconnaissance va également aux responsables successifs du Service régional de l'archéologie qui dégagèrent régulièrement les moyens matériels et financiers nécessaires à nos travaux. Aux crédits du ministère de la Culture s'adjoignirent des subventions des départements de l'Ain, du Rhône et de la Drôme. Bref, nous voici donc redevables d'une infinité de collaborations. L'exigence de diffuser dignement les résultats de ce travail collectif n'en était que plus pressante. Les Documents d'Archéologie en Rhône-Alpes nous ont tout naturellement proposé de s'en charger.

4Lorsque débutèrent les recherches que cet ouvrage relate, la céramologie médiévale jouissait déjà de solides acquis. La région Rhône-Alpes, et plus particulièrement le Lyonnais et le Dauphiné, avaient été le cadre d'études, qui avec le recul, peuvent être qualifiées de pionnières. Dès les années soixante-dix en effet, l'originalité des poteries « à fond marqué » des Xe-XIe s. avait suscité un important travail de la part des équipes lyonnaises et grenobloises regroupées autour de Jean-François Reynaud et de Michel Colardelle. Un peu plus tard, l'intérêt se porta vers des catégories de vaisselles bien typées, facilement identifiables parmi les monceaux de tessons exhumés par les archéologues de la région : les « pichets ornés », approximativement placés au XIIIe s., puis les récipients en pâte blanche recouverte d'une belle glaçure vert vif attribuées à la Bresse ou encore les productions décorées aux engobes polychromes globalement qualifiées de modernes et traditionnellement attribuées au Val de Saône.

5Mais à l'évidence, le tableau comportait plus de zones d'ombre que de lumière. Tout au long de ces six années de travail, nous nous sommes attachés à réduire ces zones d'ombre en visant un double objectif : tracer l'évolution de la vaisselle de terre sur près d'un millénaire à travers les techniques de fabrication et les formes des récipients, tout en explorant les lieux de fabrication potentiels de quelques productions caractéristiques ; en d'autres termes, nous tenions pour important de fonder nos recherches relatives à la diffusion de l'artisanat de la poterie sur une connaissance approfondie des produits utilisés par les consommateurs. Tout naturellement la ville de Lyon devint notre champ d'observation privilégié en raison de la quantité et de la qualité des collections archéologiques mises au jour régulièrement. Notre publication est donc le reflet de cette répartition des tâches : tandis que se forgeait graduellement une typologie régionale, objet de la seconde partie de ce volume, l'enquête sur les ateliers de potiers dégageait trois secteurs privilégiés, en Bresse, dans la vallée du Rhône et en Beaujolais, sensés approvisionner les marchés lyonnais et régionaux ; cette enquête est présentée dans la première partie du volume. Deux ouvrages en un penseront certains, à juste titre, tant il est vrai que nos recherches s'attachèrent à privilégier le va-et-vient permanent entre les sites de consommation et les sites de production, entre le travail du typologiste et celui de l'historien de l'artisanat, entre les analyses en laboratoire et l'enquête de terrain.

6Si l'impression d'ensemble reste celle d'un tableau encore disparate, n'est-ce pas à la nature même du sujet traité ici que cela incombe ? Les céramologues médiévistes, confrontés à un matériel lui aussi disparate procèdent par petites touches successives comblant patiemment les hiatus d'une typologie, retrouvant progressivement le fil conducteur du vaisselier domestique à l'atelier du potier. Cette publication n'est autre qu'un portrait partiel et provisoire d'une réalité complexe et foisonnante. C'est un état de la recherche régionale, que nous pensons utile de proposer à nos collègues archéologues mais aussi à tous ceux qu'intéresse l'histoire de l'artisanat potier.

7Il convient de préciser que depuis le début de nos travaux, les publications en matière de céramologie n'ont pas manqué pour la région Rhône-Alpes. Bien souvent tel ou tel d'entre nous, membre du projet collectif, en est l'auteur ou y est largement impliqué. Le groupe de travail rhônalpin fut par ailleurs actif au sein des structures de recherches nationales comme le Groupe de recherches coordonnées (GRECO du CNRS) sur les sociétés artisanales. Mais de tout cela nous retiendrons ici deux temps forts. La parution en 1985 d'un rapport collectif intitulé « Etudes céramologiques, région Rhône-Alpes » : à la fois bilan des connaissances et déclaration d'intention, il marquait le coup d'envoi de notre programme de recherche. Puis en 1990 nous visions le grand public avec l'exposition créée au Musée de la Civilisation gallo-romaine de Lyon et son catalogue « A la Fortune du Pot ». La diversité des thèmes abordés alors montrait le chemin parcouru en quatre ans grâce à la constitution d'une équipe pluridisciplinaire particulièrement soudée. Enfin ce volume des Documents d'Archéologie en Rhône-Alpes témoigne encore de ce que furent la permanence de nos préoccupations et la tranquille progression de nos connaissances.

8Si je n'avais acquis qu'une seule conviction au cours de ces années d'obsession « tessonnière », c'est bien celle que la culture matérielle du Moyen Âge et des temps modernes ne peut être appréhendée qu'au travers d'enquêtes minutieuses et de longue haleine, comme celles dont nous présentons les résultats ici.

© Alpara, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access