Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'énergie des sciences sociales

 | 
Olivier Labussière
, 
Alain Nadaï

Conclusion

Texte intégral

1Cet ouvrage porte l’ambition de contribuer à la réouverture des enjeux contemporains de l’énergie grâce à un abord renouvelé de la technologie. Celle-ci est considérée non pas comme un artefact indépendant des grands défis environnementaux et sociétaux mais comme un assemblage sociotechnique aux frontières mouvantes. Elle appelle, pour être stabilisée, des régulations d’ordres divers (économique, juridique, politique, éthique, etc.), parfois contradictoires. Elle suscite des controverses qui divisent le social selon des lignes inédites, constituant sur son passage des publics dont la saisie ne saurait se résumer à leur soutien ou leur opposition à des options technologiques.

2Cette approche a permis de structurer un premier agenda pluridisciplinaire, organisé et structuré, en sciences humaines et sociales (SHS). Il suggère la richesse des défis énergétiques qui sont face à nous tout autant que la contribution décisive que peuvent y apporter les SHS, une fois rassemblées en pluridisciplinarité. Cet agenda fait apparaître des points de divergence au sein des SHS, jusqu’ici perçus sans avoir été explicités et juxtaposés. Il montre aussi des convergences jusqu’alors non formulées. A titre d’exemple, l’agenda des recherches sur les modélisations énergie-climat rejoint par endroit celui des économistes. C’est notamment le cas autour de thèmes d’étude nouveaux, comme l’analyse des déplacements contemporains des pratiques de validation des modèles. Il découvre en d’autres endroits des divergences marquées, telles que celle entre l’agenda normatif de modélisation proposé par l’économie et la proposition, par d’autres sciences sociales, d’analyses critiques des pratiques de scénarisation des futurs et de leur rôle dans l’orientation des débats sur les politiques de l’énergie.

3Cet ouvrage explicite son abord de la technologie et des enjeux de l’énergie afin de maintenir ouvert le processus de structuration d’un agenda pour les SHS. Gageons que d’autres propositions auraient pu être opérantes et de nombreux points plus amplement développés. Ainsi en va-t-il en particulier des enjeux liés au pétrole, au gaz naturel, au charbon ou à la mobilité, et dans une moindre mesure ceux liés aux hydrocarbures non conventionnels, à la précarité ou à la sécurité énergétique. Cet ouvrage est donc bien une étape dans un processus que nous souhaitons maintenant amorcé, afin d’encourager une structuration des SHS, en interdisciplinarité, sur les enjeux énergétiques.

4Il s’agit à présent d’aller de l’avant et de dépasser l’entre-deux insatisfaisant entre un agenda normatif structuré par entrées technologiques et un agenda SHS qui resterait disparate faute de coordination entre les actions de recherche. Le gain espéré de ce premier agenda SHS est qu’il contribue à instaurer des relations renouvelées sur les enjeux énergétiques, entre communautés de recherche SHS et avec les communautés hors SHS. Dans cette voie, il s’agit pour les SHS de se doter d’une capacité de contribution stratégique. La structuration de cette capacité appelle à poursuivre le travail dans quatre directions qui constituent l’esquisse d’une feuille de route à moyen terme. Ces directions sont les suivantes :

  • « Entreprendre des approfondissements thématiques » cet ouvrage n’est pas un terme. Les quatre grandes orientations proposées - « Visions du futur et scénarios », « Gouvernance des politiques de l’énergie », « Marchés, régulations et modes de consommation », « Territoires et recompositions sociales » - sont à approfondir de manière à poursuivre une exploration thématique des enjeux qui ne restreigne pas l’accès des communautés de recherches et des disciplines à ce travail. L’objectif est de renouveler les thèmes clefs de la transition énergétique contemporaine, de favoriser l’innovation conceptuelle pour aboutir à des déplacements problématiques ;

  • « Garder les futurs ouverts » : cette expression ne doit pas laisser croire à un refus ou à une incapacité des SHS à contribuer à l’examen des modalités de clôture des dossiers et à orienter la prise de décision. La conduite des politiques énergie-climat ne peut se faire sans décisions stratégiques : la définition de priorités technologiques en est un exercice important. En revanche, un agenda stratégique ne peut se résumer à un agenda technologique si l’on veut éviter un pilotage à court terme qui se réduise à un pari sur des options technologiques. Les SHS peuvent contribuer au pilotage stratégique. Elles peuvent autoriser une meilleure compréhension des dynamiques et des hétérogénéités temporelles, spatiales, et ainsi permettre d’ouvrir les processus décisionnels aux parties concernées. Elles peuvent jouer un rôle de vigie à l’égard de « signaux faibles », des processus « oubliés », « orphelins », ou encore « à fort potentiel ». Une telle contribution suppose de maintenir des capacités d’étude pour des objets parfois identifiés comme non prioritaires ;

  • « Promouvoir en amont des recherches » : il est crucial de favoriser davantage d’échanges en amont des projets de recherche afin d’établir des coopérations plus riches en aval. Dans ce temps amont, l’enjeu est de partager les agendas scientifiques entre communautés de recherche afin de prendre la mesure de leurs divergences et de leurs convergences. Il s’agit de rendre visible les différentes modalités de suivi, de description et de problématisations des objets, de collaborer à des approfondissements thématiques. Il s’agit, enfin, de coproduire des éléments de compréhension sur les technologies et les politiques de l’énergie afin de favoriser l’émergence de groupements pluridisciplinaires de recherche ;

  • « Internationaliser et faire croître une culture collective des SHS sur l’énergie » : l’objectif est de sortir d’une approche franco-centrée des politiques de l’énergie. Le développement d’une veille sur l’activité des groupes de recherche énergie/SHS à l’étranger peut être bénéfique à plusieurs titres. La veille scientifique promeut la coopération entre chercheurs français et étrangers. Elle autorise une mise en réseau très utile, notamment par l’attention qu’elle peut porter aux formes d’organisation et à la pratique de l’interdisciplinarité dans les autres pays. Enfin, elle permet de mettre en perspective, et donc d’interroger, les priorités de recherche qui émergent ou qui dominent l’agenda technoscientifique en France et les formes de savoir qui lui sont associées.

5Ces axes appellent une réflexion sur les moyens utiles et nécessaires à leur déploiement. Les priorités opérationnelles peuvent inclure : renforcer les unités de recherche sur la thématique énergie ; favoriser l’ouverture de postes de recherche et d’enseignement ; favoriser une publication spécialisée des SHS sur l’énergie ; soutenir la constitution d’arènes de collaboration internationale des sciences sociales de l’énergie en amont des projets de recherche (du type GDRI) ; soutenir la structuration de formations dans le champ des SHS sur l’énergie (e.g. formations de master, écoles thématiques).

6Le présent ouvrage est bien un plaidoyer pour une véritable interdisciplinarité qui ne réinstaure pas une segmentation du monde mais ouvre sur l’élaboration de visions robustes qui laissent place à des populations et des entités souvent tenues à l’extérieur des expertises comme des négociations.

© Alliance Athena, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Place des libraires