Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'énergie des sciences sociales

 | 
Olivier Labussière
, 
Alain Nadaï

Visions du futur et scénarios

Texte intégral

1Ce premier axe vise à explorer une pratique sociale qui joue un rôle central dans la réflexion sur les énergies, à savoir : la production de scénarios et de visions d’avenir. Si le premier terme renvoie à une élaboration technique souvent quantifiée, visant à établir des perspectives d’évolution des systèmes énergétiques et économiques à partir de leur connaissance actuelle, le second désigne des formes de représentation de l’avenir moins « expertes », mais tout aussi importantes. Il est cependant important de souligner que, dans un cas comme dans l’autre, le débat autour de la « transition énergétique » ouvre à des projections dans le futur dont le corollaire est un effacement de la situation présente, d’emblée questionnée dans sa structuration comme dans ses effets. Si cette « transition » apparaît comme une exigence partagée, sa mise en œuvre n’en fait pas moins l’objet de nombreux désaccords.

2Ces divergences prennent le plus souvent la forme de visions ou de scénarios d’avenir différemment formulés mais constituant, dans leur manière même de poser le problème des énergies, des gestes sociaux et politiques essentiels.

3Le débat au sein de la communauté des « modélisateurs » a opposé depuis trente ans « ingénieurs » et « économistes » de l’école standard (néoclassique) autour de deux modalités de modélisation des systèmes énergétiques. L’option bottom-up a été défendue par les premiers. Elle part des systèmes socio- techniques qu’elle tente de mettre en équation de manière à rendre compte des savoirs d’ingénieurs et des dynamiques propres à ces systèmes (rendements croissants d’adoptions, verrouillages institutionnels [lock-in technologiques], choix de trajectoires sous-optimales, structure capitalistique des coûts, inerties des modes de consommations, régulations et signaux-prix…). L’option top-down, travaillée par les économistes standards, procède d’une représentation macroéconomique multisectorielle par équilibres successifs de marché (rencontre des offres et des demandes autour d’un vecteur de prix), qu’elle articule en modèle d’équilibre général reflétant des indicateurs de croissance et de bien-être dit « social » (en fait, agrégé). Les dynamiques sociotechniques et comportementales ne sont pas prises en compte dans ces modèles. L’offre et la demande des différentes énergies sont représentées par des fonctions abstraites, fondées sur des coefficients calibrés sur le passé. Ces modélisateurs n’en mettent pas moins légitimement en avant la cohérence macroéconomique de leurs modèles et la prise en compte des effets des chocs (prix, politiques) sur le système. Les débats, dont on ne saurait ici rendre compte dans leur détail, ont conduit pour une part à poser que l’optimisation du système énergétique ne conduisait pas nécessairement à un optimum social et qu’il pouvait exister plusieurs équilibres sectoriels souhaitables et susceptibles de débat. Pour une autre part, ils ont ouvert au développement, plus récent, de modèles dits hybrides. Ceux-ci tentent d’articuler les dynamiques et les discontinuités des systèmes sociotechniques (notamment énergétiques) à celles des marchés, afin de rendre compte d’effets de bouclage dits « d’équilibre général » (en statique ou en dynamique, c’est-à-dire par calcul itératif d’équilibres à des pas de temps successifs). Enfin, après de longues années au cours desquelles a sévi la « guerre des modèles », il apparaît aujourd’hui de plus en plus au sein de la communauté des modélisateurs, que tous les modèles, pourvu qu’ils répondent à des critères minimum de scientificité, ont quelque chose à dire aux décideurs, voire à un public plus large. Ces développements débouchent aujourd’hui sur un double agenda, porté par les modélisateurs bottom-up, ainsi que sur des nouvelles pratiques de calibration et de validation des modèles que nous présentons plus loin.

4Si ces débats constituent des fronts interdisciplinaires (ingénieurs-économistes vs économistes néo-classiques) au sein de la communauté des modélisateurs, l’ensemble de ces approches ne s’en inscrivent pas moins dans une épistémologie de la représentation, par laquelle le modèle est une représentation de la réalité technique et économique, officiellement calibrée à partir de tests statistiques : le modèle est un reflet du monde « réel » dans ses dynamiques ou dans ses processus. Pour autant, les scénarios qui en sont extraits n’ont ni une valeur ni une fonction unifiée au sein de cette communauté. Au risque de caricaturer des débats et des enjeux complexes, on peut caractériser deux pôles. Pour les uns, le modèle a - de par sa portée représentative - un statut normatif qui lui permet, par exemple, de dicter les modalités de politiques énergétiques à mettre en place : les visions planistes qui ont présidé au développement de la politique énergétique de l’après-guerre en France ou encore les débats sur la pertinence d’un marché et d’un prix unique du carbone au niveau mondial, attestent de cette posture. Pour d’autres, le modèle et le scénario sont des outils de dialogue et d’intégration de connaissances sur la technologie, l’économie, l’énergie et les autres secteurs ; ils permettent le couplage entre spécialistes (par exemple transports, systèmes urbains, agriculture, énergie, macroéconomie) afin de questionner des croyances quant aux vertus de telle ou telle technologie ou décision publique, de confronter des visions du monde. Le modèle informe la décision plus qu’il ne la norme ; il rend visibles des liens et des interdépendances complexes difficiles à appréhender autrement. Il intervient donc, dans l’idéal, comme un dispositif d’explicitation et de falsification des visions du monde et du futur.

5L’épistémologie et les positionnements dont se revendique la communauté des modélisateurs guident en partie ses pratiques. Elles sont aussi – comme dans les autres disciplines scientifiques – des manières d’asseoir un rapport au réel qui positionne le scénario comme un plan d’épreuve des politiques ou des visions du futur. Les ajustements, les bricolages (wrinkle), les routines sont usuels dans la pratique du modélisateur, mais rarement revendiqués publiquement. Ces pratiques de même que les valeurs ou les visions du monde qui sous-tendent les choix de scénarisation (options technologiques, modèles de consommation, contexte d’information des acteurs, principes d’équivalences énergétiques, etc.) ou encore les épreuves sociales qu’un modèle traverse pour s’institutionnaliser, ont encore été peu étudiées par les SHS. Les facteurs et les processus qui contribuent à la portée politique et institutionnelle des modèles sont encore trop peu analysés et compris, comme en a attesté, par exemple, la controverse (de courte durée) autour de la prise en compte des scénarios « Révolution Energétique » (EREC- Greenpeace) dans le Rapport Spécial du GIEC sur les énergies renouvelables (SRREN, 2011). Enfin, les scénarios comme les visions ont indéniablement une dimension performative, au sens où ils contribuent à modeler l’objet qu’ils mettent en représentation.

6Sur le plan international, les scénarios tendanciels et d’adaptation au changement climatique sont multiples et débattus. Ils traduisent certaines tendances lourdes dans les visions du futur et orientent l’action politique. Certaines directions d’action telles que la maîtrise de la demande et la diversification du mix énergétique vers les énergies renouvelables semblent jugées incontournables. D’autres sont mises en débats du fait de leurs risques, de leurs effets sociétaux ou environnementaux (e.g. nucléaire, gaz de schiste, sables bitumineux, énergies marines, éolien offshore, géo-ingénierie…), du déplacement de la relation entre l’homme et le système terre qu’elles supposent (comme c’est le cas avec la capture et le stockage géologique du gaz carbonique) ou encore de leur potentialité à reconfigurer la géopolitique de l’énergie (e.g. Plan solaire méditerranéen, projet Désertec). Ces scénarios et ces visions du futur ont donc à la fois une dimension cognitive (« ce que l’on sait ») et normative (« ce qui devrait être »). Ils jouent un rôle significatif dans la quantification des objectifs et la négociation d’engagements au niveau international, qui sont eux-mêmes traduits en règles (normes réglementaires, directives Européennes allouant des objectifs quantitatifs aux Etats membres) adoptées au niveau national puis déclinées en politiques et en planifications qui donnent à ce qui est appelé « transition énergétique » ses dimensions spatiale, territoriale et sociale. Ce processus n’est pour autant pas linéaire ou hiérarchique. Il s’accompagne d’une mise en politique marquée par la prolifération de nouveaux acteurs, non étatiques et non scientifiques, par l’émergence de coalitions de pouvoir, de contestations et/ou de controverses recomposant les différentes échelles d’une gouvernance à la fois globale et locale.

7Cet ensemble appelle, au-delà de l’agenda développé par la communauté scientifique de modélisation bottom-up ou « hybride » (§ 2.1, p. 44), une analyse critique du contenu des scénarios et des visions du futur qui sont aujourd’hui proposés. La ligne de partage entre la construction des faits (supposés objectifs) sur lesquels s’appuient ces scénarios et les valeurs plus ou moins implicites qu’ils véhiculent devrait être explorée à partir de diverses entrées, telles que :

  • L’analyse des pratiques de scénarisation (§ 2.2, p. 51) : comment fait-on exister un « fait » climatique ou un « futur énergétique » ? Quelles formes de connaissance, quelles formalisations sont mises en œuvre ? Quels réseaux sociaux sont impliqués ? Comment s’organisent-ils ?

  • L’analyse des représentations et des valeurs qui sous-tendent les scénarisations (§ 2.3, p. 56) : au-delà de la quantification technologique, quelles représentations de l’espace, de l’urbain, des modes de consommation et de la technologie, portent ces visions du futur ? Quelle place confèrent-ils aux choix politiques, à la technologie ? Sur quelles représentations des pratiques de consommations (individuelles, collectives, sociétales ; degré d’historicité ou d’institutionnalisation…) se fondent-ils ? Sur quelles évolutions démographiques ?

  • L’analyse des mises à l’épreuve sociales et politiques de ces scénarisations (§ 2.4, p. 59) : comment ces scénarios sont- ils reçus, diffusés, utilisés par les acteurs sociaux ? Comment s’inscrivent-ils dans les enjeux « déjà présents » ? Comment sont-ils reçus dans les sphères politiques et industrielles ? Quel a été historiquement leur rôle dans les grands processus nationaux ou internationaux ?

  • L’analyse historique des différentes formes de vision du futur (§ 2.5, p. 62) : comment, selon les contextes historiques et sociaux, les sociétés envisagent-elles leur propre avenir ? En quoi cette réflexivité est-elle constitutive d’un certain rapport à la technique et à la science ? Comment ces visions d’avenir ont-elles contribué à définir l’état actuel du système énergétique ?

8Il s’agit donc d’un axe qui appelle une perspective interdisciplinaire. Sociologues et politistes pourront être attentifs à la fabrique et à la vie sociale de ces objets singuliers que sont les scénarios et visions d’avenir ; les historiens pourront mettre en avant la dimension comparative de leur approche ; les humanités classiques (philosophie notamment) pourront s’intéresser aux enjeux concernant les représentations politiques et morales véhiculées par ces pratiques.

Au-delà des prix, un agenda pour les modélisations

9De la confrontation entre les deux écoles de modélisation évoquées plus haut (i.e. top-down, bottom-up) ressort aujourd’hui un double agenda, porté plutôt par les modélisateurs bottom-up devenus des modélisateurs « hybrides ». Cet agenda vise, d’une part, à mieux prendre en compte la dynamique et les inerties de secteurs intensifs en énergie et en carbone (agriculture, usages des sols ; urbanisme, transport, mobilité), et d’autre part à intégrer les discontinuités et l’incertitude qui leur sont associées (modèles stochastique) du fait des surprises technologiques, des crises financières ou, par exemple, des blocages du fait de la raréfaction de ressources non renouvelables.

Approfondir les modélisations des secteurs intensifs en énergie-carbone

10Il convient d’améliorer et d’approfondir les modèles hybrides développés par des groupes de recherche en économie sectorielle (mobilité et transports, agriculture et usage des sols, bâtiments et logements, énergie et marchés).

11Ces modèles prennent en compte les hétérogénéités de comportements, les inerties (renouvellement de capital technique, différences de développement…) et les délais d’adaptation. Ils permettent d’éclairer le tempo à donner aux politiques publiques (incitations) de manière à réduire les coûts de transition.

12Des secteurs tels que le bâtiment (résidentiels, tertiaires), la mobilité, l’agriculture et l’usage des sols, qui conditionnent les dynamiques de long terme, doivent être mieux analysés. La mobilité des populations à toutes les échelles temporelles doit être prise en compte.

Mobilité et transports

13Les modèles de prospective associés aux modèles énergie-économie doivent, s’ils souhaitent contribuer à une prospective des émissions de GES, éclairer les recompositions en cours des mobilités, telles que : les usages des territoires et du temps au quotidien ; les dynamiques de ségrégation spatiale ; les évolutions de la logistique urbaine.

14Une taxe carbone, même élevée, ayant des effets faibles, des mesures agissant sur les nouvelles formes d’urbanisme (dynamiques de logement), le prix du foncier ou l’organisation spatiale de l’économie (par exemple, les infrastructures de transports) doivent être examinées en prenant en compte divers critères (e.g. fragmentation spatiale des chaînes de valeur, disparités socio-spatiales, choix de localisation des entreprises et des ménages…).

Agriculture et usages des sols

15Une réflexion importante est en cours sur un paradigme « moderne » de transformation structurelle et de croissance. Celui-ci procède par convergence des revenus ville-campagne, urbanisation quasi-totale et métropolisation des pays en développement. Il conduit in fine à un monde totalement urbanisé et énergivore.

16D’autres voies doivent être explorées : si les pays industrialisés ou en transition ont suivi ce paradigme durant les dernières décennies, une partie de la population mondiale ne suit pas cette voie. On doit donc s’interroger sur les facteurs extérieurs à l’agriculture qui barrent la route à un développe- ment économique porté par une agriculture de petite échelle, intensive en travail, écologique et reposant sur des savoirs locaux, insérée dans le secteur manufacturier comme dans celui des services.

Introduire la sphère financière

17Qu’ils soient à l’échelle régionale, nationale ou mondiale, les modèles Economie-Energie-Environnement évoqués précédemment n’intègrent aucunement les variables financières (par exemple, la différenciation des politiques monétaires et financières), les déséquilibres financiers ou leurs conséquences critiques sur l’économie réelle, telles que : les impacts sur les échanges, la réduction d’emploi dans les pays riches, les effets de la spéculation sur les actifs financiers et les commodités, les possibilités d’épuisement de la croissance des pays émergents sans changement des termes de l’échange ni recentrage sur leur marché intérieur, etc. Ces facteurs de déséquilibre doivent sans aucun doute être mieux intégrés dans les modélisations mondiales régionalisées.

Faire progresser de nouvelles formes de modélisation

18Ces progrès peuvent concerner des modèles croissance-énergie ou croissance-énergie-environnement. Tous les modèles croissance-énergie ne fonctionnent pas sur des présupposés de continuité. Dans les modèles inter-temporels, les raretés peuvent s’exprimer dans des hausses de prix qui provoquent des substitutions de procédés, déclenchent des processus d’innovation dans l’extraction, la transformation et les usages de l’énergie. Pour autant, les crises (finance, déséquilibres monétaires) sont ignorées. Il en va de même des potentialités de croissance macroéconomique endogène qu’impulseraient, par exemple, des politiques de croissance verte (ou de stabilisation économique recherchant l’équité dans les économies riches). Des réflexions actuelles sur les réformes de la finance de marché suggèrent des basculements possibles vers un autre régime de croissance (transition énergétique et écologique) si l’on canalisait les très importantes liquidités existantes vers des investissements verts à faible taux de profitabilité.

19S’agissant des modèles croissance-énergie-environnement, il serait bon de prendre en compte les possibilités de blocage par raréfaction de ressources non renouvelables (énergie, matières premières, capacité de l’atmosphère à absorber les GES), et de travailler sur les représentations du capital technique et du capital naturel de manière à explorer les possibilités et les limites de substitution entre les deux. Il s’agira alors de détailler les nouveaux procédés, les nouveaux modes de vie et de consommation envisagées de manière à explorer de nouvelles options telles que le « verdissement » des technologies énergétiques et industrielles, la rénovation du capital foncier et des infrastructures en place (incluant la rénovation thermique), les basculements de la consommation de biens privés vers la consommation de services associés à des biens communs (éducation, culture, santé, etc.), et la propension de ces trajectoires à contribuer à un nouveau type de croissance plus équitable et soutenable.

De nouvelles pratiques de calibration et de validation

20Après de longues années au cours desquelles a sévi la « guerre » entre modèles d’optimisation et de simulation, modèles sectoriels et d’équilibre général, modèles top-down et bottom-up, on assiste aujourd’hui à l’émergence au sein de la communauté des modélisateurs d’un consensus sur l’intérêt des différentes formes de modélisation (modèles Economie- Energie-Environnement) pourvu qu’elles répondent à des critères minimum de scientificité.

21Le mouvement a été lancé par des initiatives venues d’outre-Atlantique. L’Energy Modelling Forum, animé par l’Université de Stanford, est actuellement dans sa 29e édition. En 2007, l’ « US Climate Change Science Program » utilisait quatre modèles issus d’institutions différentes pour tester des grands scénarios de réduction des émissions de GES. En Europe, les équipes de modélisation, qui étaient en concurrence au cours des années quatre-vingt-dix, ont progressivement appris à collaborer au sein de consortiums. Plusieurs projets européens regroupent actuellement la quasi-totalité des modèles reconnus par les pairs ou par des usages fréquents à l’échelon européen ou national. Certains de ces projets mettent l’accent sur des questions de calibration et de validation. Il s’agit par exemple de soumettre des modèles de différentes natures au même exercice de scénarisation afin d’en comparer les résultats d’un modèle à l’autre, dans une logique de « faits stylisés », vérifiables sur le passé. Ces démarches de recherche s’inscrivent dans la continuité des travaux du GIEC : elles s’inspirent d’ailleurs beaucoup de ce qui se passe pour les grands modèles du climat.

22Pour les modélisateurs, elles présentent de multiples avantages. Elles permettent l’examen croisé d’hypothèses et de résultats, l’échange de routines, ou encore l’échange de modules communs et pertinents pour différents modèles. Elles soulèvent aussi de nombreux enjeux en déplaçant les frontières de « la » communauté scientifique des modélisateurs et en reformulant ses enjeux, son épistémologie. En effet, l’enjeu ne semble plus être de trouver le « bon » modèle avec les « bons » résultats – comme dans le cadre de la « guerre des modèles » - mais de comprendre pourquoi ces modèles divergent dans leurs résultats. La volonté de reproduction d’un réel [passé] – à l’instar de ce qui est demandé aux modèles en sciences de la nature - s’en trouve inévitablement questionnée, et avec elle le sens de l’épistémologie de la représentation qui fonde la communauté des modélisateurs en économie. Cette activité d’interprétation et de compréhension des résultats est aujourd’hui à l’origine de l’essentiel des connaissances nouvelles issues de l’activité de modélisation.

23Pour les sciences sociales, les processus de recomposition de cette communauté scientifique, les déplacements de ses pratiques de validation et de son épistémologie constituent un terrain et un objet de recherche fascinant. Qui plus est, il s’agit là d’une question sur laquelle économistes et autres sciences sociales peuvent trouver un riche terrain de collaboration, sur le mode d’un accompagnement qui éclaire chemin faisant pour les acteurs (modélisateurs) les processus à l’œuvre et leurs enjeux.

Les pratiques de scénarisation

24L’analyse des pratiques sociales de scénarisation convoque au moins deux registres de questionnement. Le premier porte sur l’identité et le point de vue des acteurs mobilisés dans la production de scénarios. Le second registre porte sur la fabrique des scénarios, à savoir : les modes de collecte des données quantitatives relatives aux technologies et à leur coût ; les modalités de formulation de « l’histoire » à la base de chaque scénario ; la nature des outils de calcul ou de modélisation mobilisés pour la quantification des variables-clés.

Des acteurs nombreux, aux intérêts multiples

25Un premier point à relever est, au-delà de la communauté scientifique, le grand nombre, la forte dynamique et la diversité des acteurs impliqués dans les modélisations énergétiques. L’accès aux sources d’énergies ou leurs usages étant remis en question, ces enjeux deviennent un terrain de confrontations sociales et politiques. Les scénarios jouent un rôle central dans ces confrontations en rendant lisibles, visibles et dans certains cas discutables, des visions quant aux futurs accès et usages énergétiques. La communauté académique comprend des pôles scientifiques de modélisation présents dans les débats depuis maintenant plusieurs décennies au niveau national et international – (e.g. CNRS, CEA, IFPEN, Alliance ANCRE, EMF-Stanford, IIASA...). Des institutions nationales ou internationales sont aussi impliquées depuis longtemps, en appui aux décideurs politiques, dans la production de visions et de scénarios : ministères (e.g. rapport Energies 2050 publié en 2014), établissements publics (ADEME, Commissariat Général au Développement Durable, Centre d’Analyse Stratégique, etc.), équivalents européens (la Commission a publié la EU Energy Roadmap 2050 en 2012), institutions internationales telles que l’OCDE (Green Growth and Energy publié en 2011) et l’AIE (World Energy Outlook). Des compagnies pétrolières et gazières (Exxon et Shell) directement concernées par les perspectives d’avenir, ainsi que des compagnies bancaires (HSBC) ont aussi produit des scénarios.

26Des collectifs de réflexion et d’intérêt sur le mode think tank (Institut Montaigne, Terra Nova en 2010), des collectifs d’expertises diversement liés au monde militant (négaWatt, Global Chance) se sont aussi créés sur le sujet et impliqués dans la production de visions et de scénarios énergétiques. La montée en puissance des politiques énergétiques depuis la décennie 1990 a favorisé la structuration de groupes d’intérêt européens et transnationaux, aux moyens croissants. Seuls ou en partenariat, ils développent des discours, des visions (European Wind Energy Association ; European Renewable Energy Council) voire des scénarios (« Energy [R] evolution », EREC- Greenpeace ; « 100% renewable 2050 », WWF-EcoFys-OMA). Des plateformes ou des collectifs hybrides constituent des arènes de confrontation, de débats et de synthèse entre acteurs de différents horizons et jouent aussi un rôle essentiel : l’Energy Modelling Forum permet une mise en partage des avancées académiques et leur articulation au monde économique et aux institutions nationales et internationales ; le GIEC réalise des états de l’art réguliers à l’attention des politiques au travers de ses rapports d’évaluation (Assessment Reports « AR ») ou spéciaux (SRCCS en 2005 ; SRREN en 2011). Une dernière catégorie rassemble les initiatives intellectuelles plus ou moins isolées, comme celle de Jeremy Rifkin, dont le livre La troisième révolution industrielle insère des visions d’avenir dans une réflexion plus générale sur le contexte historique.

27De cette trop brève présentation, on retiendra la diversité des acteurs engagés dans la production de visions et de scénarisations. Il en résulte une variété de finalités qui sous-tendent ces visions – intérêts sectoriels ; visées scientifiques, militantes, géopolitiques ou de politiques publiques – et convoquent des modes de légitimité spécifiques. On notera aussi les fortes dynamiques d’association et d’hybridation, que ce soit autour de la production de visions servant des intérêts convergents (industrie – environnement) ou autour d’arènes articulant la modélisation scientifique aux sphères de la décision économique et politique. Ces dynamiques traduisent bien, au-delà des revendications et des débats épistémologiques de la modélisation scientifique, de la forte dimension performative des pratiques de scénarisation. Elles suggèrent, à l’instar des travaux de sociologie économique qui s’emparent des processus d’« économicisation » en concevant l’économie comme une pratique ouverte - c’est-à-dire élargie à l’ensemble des acteurs qui contribuent à la mise en économie des ressources et des biens - de considérer la scénarisation comme une pratique collective, procédant de formes multiples d’engagements et de légitimités qui visent à scénariser le futur pour l’orienter. La cartographie et les lignes de force de cette pratique collective sont à analyser.

La fabrique des scénarios

28La production des scénarios ne saurait se réduire à la collecte et l’agrégation mécanique des données quantitatives, notamment économiques, relatives au monde de l’énergie. Elle procède de choix essentiels à visée fortement stratégique.

29Tout d’abord, les modélisateurs décident des enjeux stratégiques et des pans du réel qu’ils souhaitent scénariser. Leurs modèles incorporent des intentions et des visions du monde. Ils opèrent des choix méthodologiques en fonction de ces visions, des objets modélisés, des savoir-faire possédés, des visées de légitimité poursuivies. Ils s’appuient sur des références spécifiques, traduisant la confiance qu’ils accordent aux différentes sources de données et à la légitimité qu’ils peuvent en retirer. L’évolution technique des systèmes énergétiques (vitesse d’innovation, horizon d’exploitation, tendances de coûts) peut faire l’objet de visions très divergentes, comme dans le cas de la fusion nucléaire. Les données de coûts des technologies peuvent être peu stabilisées ou inégalement accessibles. La dimension proprement sociale telle que l’accueil que les populations peuvent réserver aux transformations scénarisées peut être extrêmement difficile à catégoriser à des fins de modélisation.

30Ensuite, les opérations de calibrage du modèle à partir de données statistiques relèvent d’un art qui, entre protocole, routine, inventivité et bricolage, stabilise un objet dont on rend compte de manière sélective : le modèle ne peut pas tout dire, sans quoi il ne dirait plus rien, il a un champ de compétences.

31Enfin, la production de scénarios à partir d’un modèle donné redouble, par la définition des futurs envisagés (par ex. avec ou sans nucléaire, avec ou sans capture et stockage du CO2, avec ou sans hydrocarbures non conventionnels…), les intentions et les discours d’avenir qui sont au cœur du modèle. Autrement dit, la construction des modèles comme des scénarios quantifiés qui en sont issus dissimule une large gamme d’opérations de sélection, de hiérarchisation, de tâtonnements et d’évaluation qui explique les différences observées. Ces différences doivent faire l’objet d’une attention particulière si l’on veut comprendre les facteurs qui portent à existence des « faits énergétiques futurs ». Elles ouvrent aussi un champ d’interrogation sur les modalités de construction des scénarios comme objets politiques.

Représentations et valeurs dans les scénarios

32Un premier axe de réflexion concerne le mélange de connaissance et de normativité qui caractérise les visions d’avenir. L’anticipation construite à partir de motifs rationnellement exposés et pondérés sert des choix théoriques et pratiques, des valeurs et des préférences. Elles peuvent être de plusieurs types (morales, politiques ou autres) et se conjuguer, mais pour que le sens de ces pratiques soit établi, il convient de les clarifier.

Une forme de gouvernance contemporaine

33A partir de l’hypothèse adoptée selon laquelle toute forme de savoir est investie sous la forme d’un pouvoir dans les sociétés modernes, il est possible de voir dans les modélisations énergétiques une modalité typique des formes de gouvernance contemporaines et de leur rapport à l’idéal de rationalisation du pouvoir. L’accumulation d’informations quantitatives sur la société et son encadrement technique, la formulation de tendances et de prévisions planificatrices, supposent que le pouvoir pénètre la sphère microscopique des actions, et notamment celle de la consommation ou des pratiques quotidiennes. Autrement dit, les choix qui dictent la formulation des scénarios sont liés à l’accessibilité à ces éléments et à la représentation que les divers acteurs s’en font. Les enjeux et les controverses associés à la construction du futur consommateur-producteur dans le cadre du développement des réseaux intelligents (calibrages des cas d’usages ou use-case dans des « démonstrateurs », catégorisation de ces cas d’usages dans le cadre de groupes de travail prénormatifs européens) sont un exemple de cadrage de pratiques quotidiennes par codification, adossé à des modélisations qui informent ces choix stratégiques.

34On pourra également insister sur la nouvelle dimension que prennent ces formes de gouvernance en contexte de risque et d’incertitude. Par exemple, les enjeux de sécurité énergétique tendent à redéfinir le statut des pratiques de scénarisation. La déconstruction des prétentions à la simple objectivité neutre qui s’affiche souvent dans les pratiques de scénarisation peut donc ouvrir à une lecture réflexive de ce qu’elles supposent et impliquent.

La dimension éthique des scénarios

35Le scénario incorpore bien souvent des représentations de dimensions de la vie sociale, difficilement quantifiables, et difficilement réductibles à des visions indiscutables. Ainsi en va-t-il des pratiques et des comportements d’acteurs ou de consommateurs. Les modèles procèdent le plus souvent d’un individualisme méthodologique. Ils réduisent ce faisant les pratiques énergétiques à un enjeu de décision et de comportement individuel et confèrent trop souvent un rôle prépondérant au signal prix dans l’inflexion des comportements. Les pratiques de consommation ont une dimension historique et sociale aujourd’hui reconnue (modes d’accès à l’énergie, mode de transport, structures urbaines, normes sociales, différences suivant l’âge, le genre…), dont la prise en compte par les modèles et les visions d’avenir est à la fois hétérogène et décisive. Le développement d’une culture du commun, notamment, est susceptible de changer la donne dans des proportions que l’on peut difficilement évaluer objectivement, mais que l’on peut toujours imaginer, ou souhaiter. La redéfinition de ces aspects sociologiques et culturels de l’énergie doit être mise au premier plan des pratiques de scénarisation, non seulement pour déconstruire leur discours implicite, mais aussi pour améliorer leur dimension performative aussi bien que descriptive.

36Les représentations politiques et sociologiques impliquées dans les modélisations mettent toujours en jeu des valeurs : la normativité qui leur est inhérente s’enracine dans des choix d’ordre éthique. Les enjeux de consommation font aujourd’hui l’objet de controverses éthiques très vives. D’un côté, on conçoit l’émancipation en référence à un libéralisme économique et politique qui défend la liberté d’accéder sans limites aux biens matériels proposés par le marché. De l’autre, on situe inversement la vertu dans la capacité à distinguer les biens nécessaires aux besoins fondamentaux. La normativité des scénarios énergétiques tient largement à ces argumentations qui balisent l’espace des controverses éthiques. Une approche philosophique et critique des valeurs engagées dans les différents scénarios proposés, des définitions de la justice et de l’inégalité qui les sous-tendent, pourra être développée.

Les épreuves sociales des modélisations

37La production des scénarios énergétiques mobilise de nouveaux acteurs, des nouvelles formes d’accès au savoir et de nouvelles formes de discours politiques. On pourra donc s’intéresser à la « vie sociale » de ces objets, c’est-à-dire à la façon dont ils sont mis à l’épreuve. La sociologie est rompue à l’analyse des situations de controverses et à la façon dont se construit le rapport entre science et société. Deux aspects principaux de ces controverses peuvent faire l’objet d’une analyse : le partage experts/non-experts et les enjeux de légitimité.

Le partage experts/non-experts

38Cette distinction experts/non-experts renvoie à un partage classiquement présupposé par le développement de la science moderne : le savoir rationnel n’est pas également partagé dans la sphère sociale et revient en priorité à une catégorie sociale donnée, les scientifiques. Or dans le monde moderne, le pouvoir politique de la science rend nécessaire sa mise en discussion démocratique – sans quoi l’idéal lui aussi rationnel de démocratie se heurte à un obstacle majeur. Le développement de scénarios et de visions d’avenir peut induire des reconfigurations de ce partage. Des communautés locales peuvent, par exemple, se saisir des moyens d’accès à l’information en matière énergétique et l’exploiter pour la confronter aux visions d’experts. Le profane entre ce faisant dans un champ qui n’est en principe pas le sien, et exige la reconnaissance d’un savoir-faire et de sa portée politique. Les incertitudes et désaccords en matière de modélisation ne prennent donc pas seulement la forme de discussions techniques, ils sont aussi liés à des positions socialement définies. La cartographie de ces positions, et de leurs déplacements, est nécessaire à la compréhension des épreuves que traverse la modélisation.

Conflits et construction de légitimité

39Ces controverses correspondent également à des conflits de légitimité qui peuvent prendre des configurations multiples. Ainsi, le simple fait que certaines modélisations soient formulées par des institutions en charge de la gouvernance économique et/ou politique leur donne un statut d’officialité spécifique, qui se confond souvent avec une revendication de vérité. Ainsi, les visions profanes, confrontées à un déficit de légitimité, doivent opérer un travail de légitimation (par exemple validation par experts indépendants, légitimation académique, mobilisation dans les instances ad hoc…). Cette configuration pourrait être illustrée par l’exemple du scénario EREC Greenpeace dans le cadre du rapport SRREN en 2011 ou du scénario négaWatt dans le cadre du Débat National sur la Transition Energétique en 2013. Le contenu de ces scénarios, qui comme exposé auparavant peut correspondre à des représentations sociales, politiques et morales alternatives, les rend vulnérables aux critiques menées au nom du « réalisme », tout en leur conférant un dynamisme innovant. La reconnaissance d’une forme de légitimité à ces scénarios est donc un enjeu important, et un problème pour la sociologie politique. Ainsi, autre exemple, en est-il du resserrement des négociations sur un régime climatique multilatéral autour de modèles et de cadrages économiques (coût/prix unique du carbone, cap and trade) par rapport à d’autres dimensions stratégiques de la gouvernance internationale (sécurité énergétique, sécurité alimentaire, sortie de la pauvreté, libéralisation des échanges, biodiversité). La légitimité acquise dans ces processus par les visions des économistes reste à analyser pour comprendre les impasses de ces négociations.

Le cas du Débat National sur la Transition Energétique

40Le Débat National sur la Transition Energétique qui s’est déroulé au cours de la première moitié de l’année 2013 en France peut être un terrain de déploiement de ces analyses. Si ses résultats ne pourront être appréciés qu’avec le recul, le processus (conseil de 7 collèges de 16 membres, comité de pilotage, groupe des experts, comité citoyen, discussions dans les territoires…) qui a sous-tendu leur production peut être analysé. Il a formellement permis à différentes parties prenantes, accompagnées par des experts, de s’exprimer sur des thématiques identifiées. Le groupe de travail « mix énergétique et scénarios » a en partie focalisé l’attention. Le tempo du processus n’autorisant pas la production des scénarios spécifiques, ce groupe a dû recenser et traiter de manière standardisée (dans des « feuilles de résultats ») des scénarios identifiables en début du processus : ces scénarios constituaient autant d’ « images du futur » produites de manière bottom-up par des institutions diversifiées. Les seize images recensées ont été classées en quatre grandes familles ou « trajectoires », chacune évaluée par la quantification de ses impacts du point de vue de critères dits « citoyens ». Ces critères (douze au total) comprenaient par exemple : le coût pour le consommateur, les impacts sur la santé ou encore les conséquences en termes d’emploi. Cette évaluation n’ayant pu être complétée dans les temps impartis, des « points aveugles » ou « zones d’ombre » susceptibles d’être mieux explorés dans le futur, ont été identifiés. Si l’exercice a formellement permis d’élargir le spectre des scénarios usuellement pris en compte dans ce type d’exercice – par exemple, le scénario négaWatt a été intégré – et d’identifier des trajectoires comme autant d’objets communs, il serait intéressant d’analyser plus avant les périmètres successifs des enjeux qui ont été discutés, les modes de justification des positions qui se sont exprimées, les formes de légitimité qui ont présidé aux catégorisation de trajectoires et à leur mise en discussion ainsi que les perceptions et les retours d’expérience des participants à ce débat.

L’histoire des futurs

41La dernière série d’interrogations que l’on soulèvera au sujet des pratiques de scénarisation est plus réflexive et plus distante. Elle part de l’idée selon laquelle les visions d’avenir sont constitutives des sociétés modernes et industrielles et que les formes que prennent ces visions en disent long sur la façon dont les sociétés se représentent elles-mêmes ainsi que leur développement historique. En d’autres termes, l’avenir a une histoire, qui nous permet de mieux appréhender ce que nous pouvons attendre des scénarisations et modélisations.

42Partant de cette hypothèse on pourra susciter, de la part de l’histoire, et notamment de la part de l’histoire des sciences et des techniques, une réflexion comparative sur les formes du rapport à l’avenir. Le monde industriel né au XIXe siècle s’est accompagné d’une transformation majeure des formes de représentation de l’avenir, progressivement dominées par la notion de projet, qui joue un rôle essentiel dans les politiques de grands travaux et d’ingénierie. L’accès à de nouvelles énergies (fossiles) et le développement d’un nouveau système technique alimenté par ces énergies est donc lié à des représentations culturelles qui voient dans l’avenir une répétition indéfinie des innovations vécues au présent. La confiance en la technique marque l’âge industriel et fonctionne comme un scénario implicite : l’avenir sera le produit de l’accumulation des succès techniques. L’apport énergétique nécessaire à cette accumulation n’est pas mis en question. Cette représentation de l’avenir est en rupture avec les conceptions prémodernes du temps, mais aussi avec les nôtres. Le risque, l’incertitude et l’évidence d’une limitation des ressources marquent un retournement de situation : envisager l’avenir, c’est aujourd’hui mettre à l’épreuve nos capacités à gérer les contraintes, les limites matérielles et économiques du système complexe que forment les sociétés et les environnements. De ce point de vue, l’image d’un progrès indéfini animé par l’accumulation des innovations techniques perd de sa vigueur. Les débats sur la décroissance, un temps clos, retrouvent une certaine actualité. On est aussi conduit à envisager l’avenir à travers le renonce- ment possible à certaines techniques (en matière d’énergie, mais pas seulement, si l’on pense au cas des biotechnologies ou des nanotechnologies), renoncement qui n’est pas un simple geste négatif, mais un effort positif. Une recherche sur les différentes formes de rapport à l’avenir dans leur rapport aux sciences, aux techniques, et à leur valeur sociale, peut donc être envisagée.

43Le cas de l’énergie nucléaire emblématise ces transformations historiques. L’enthousiasme politique, scientifique et technique qui a motivé l’adoption de cette solution énergétique a été progressivement coupé dans son élan du fait d’une série accidents (Three Miles Island, Tchernobyl, Fukushima), de la prise de conscience de son lien au pouvoir militaire et de l’augmentation du prix de cette énergie. Alors que l’énergie nucléaire a longtemps représenté l’exemple typique d’un progrès indiscutable et bénéfique, ainsi que la conjonction idéale entre intérêts politiques, économiques et scientifiques, elle incarne aujourd’hui une dimension controversée, hautement sujette au risque, du développement des techniques. L’histoire de cette énergie est donc marquée par un revirement de situation, dont la prise en compte politique peut passer par la formulation de scénarios. Pour les Etats largement dépendants de cette filière, comme la France, l’élaboration de scénarios « avec » et « sans » nucléaire (ou avec des proportions intermédiaires) représente une mise à l’épreuve fondamentale de nos représentations collectives. Est-il possible d’envisager un approvisionnement énergétique conforme aux plans des années 1950, auquel s’ajoute- rait la gestion du risque massif, ou faut-il élaborer une vision future de notre société qui assumerait toutes les transformations nécessaires à une « révolution énergétique » ? Faire des scénarios, dans ce cas, suppose une confrontation entre l’anticipation d’un avenir conçu sur le modèle du passé (notre avenir se déploie comme un prolongement du temps déjà passé), et la production d’une trajectoire historique différente du déjà connu et de ses modes de devenir (nous prenons conscience des transformations même de la temporalité sociale).

44Enfin, on pourra s’intéresser aux formes culturelles que prend le rapport collectif à l’avenir. L’un des traits marquants de la culture populaire née avec la civilisation industrielle est son attrait pour l’avenir. La littérature et le cinéma notamment, mais aussi la Bande Dessinée et les séries télévisées, ont souvent fonctionné comme des formes vernaculaires de scénarisation, d’anticipation. Qu’elles véhiculent une idéologie de la croyance au progrès ou qu’elles en proposent une critique, il semble qu’elles projettent avant tout dans le monde social lui-même des expériences (au sens de la philosophie pragmatiste) de l’avenir. Avec le cinéma et la littérature (de science-fiction notamment, mais pas seulement), tout le monde entretient un certain rapport avec les visions d’avenir, tout le monde expérimente d’une certaine manière des futurs possibles. Les transformations historiques de ces expériences sont alors dignes d’intérêt, surtout lorsqu’elles mettent directement en question l’approvisionnement énergétique (c’est le cas de toute la culture liée aux « super héros »). On puisera donc dans les humanités des apports utiles à une conception réflexive des visions d’avenir.

45Par conséquent, on ne doit pas s’interdire d’interroger les scénarios à l’aune des productions artistiques capables de porter une vision de l’avenir, sur les registres de l’anticipation, de l’utopie ou de la dystopie. Il est frappant de constater comment le nucléaire a inspiré les artistes comme préfiguration d’un futur prométhéen reposant sur le contrôle de la matière et une disponibilité infinie. Cette dimension de l’imaginaire, évacuée dans les présentations des scénarios pour l’action, n’est-elle pas fondamentale, tant dans leur conception que dans leur réception ? Lorsque la France bascule du charbon au nucléaire, elle ne change pas seulement de modèle énergétique, sont également en jeu d’autres valeurs et représentations (le charbon sale, les conditions de travail dans la mine par rapport à une énergie « propre » contrôlée par des scientifiques en blouse blanche).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/allianceathena/docannexe/image/216/img-1.png
Fichier image/png, 224k

© Alliance Athena, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Place des libraires