Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des sciences dans la Science

 | 
Jacques Commaille
, 
Françoise Thibault

Conclusion

Conclusion

Texte intégral

1Le régime de connaissance de sciences humaines et sociales a connu plusieurs transformations importantes. Le régime précédent était caractérisé principalement par une propension aux théories exclusivement critiques et à un alignement sur quelques grands paradigmes. La variété des sciences humaines était bien sûr présente mais elle s’accompagnait d’un fort cloisonnement des disciplines et sous-disciplines inscrites dans des traditions de savoirs et de domaines de savoirs utilisées comme instrument de légitimation du caractère infranchissable de leurs frontières. Elles n’excluaient pas le travail réflexif mais étaient principalement mobilisées contre le risque d’instrumentalisation ainsi qu’en témoigne la référence fréquente à la distinction de Max Weber entre la vocation du savant et celle du politique.

2Le régime de connaissance qui s’impose désormais dans les formations et la recherche est marqué par une volonté d’interdisciplinarité fondée sur l’expérience acquise et des positions théoriques clarifiées. Le décloisonnement interne aux sciences sociales fait apparaître tout le bénéfice intellectuel qui résulte de la capacité des formations et des démarches scientifiques à s’affranchir de piliers disciplinaires, qui résultent plutôt d’effets de traditions que d’impératifs méthodiques. L’ouverture de certaines sciences humaines et sociales au-delà du périmètre qui est le leur dans l’enseignement supérieur et la recherche est d’une tout autre nature. Elle requiert des processus d’appropriation et de croisement des raisonnements scientifiques propres aux études sur la matière et le vivant. C’est pourquoi, ce second type d’ouverture produit les plus grands déplacements, mais ne peut le faire que sur la base de protocoles localisés et maîtrisés. Ni l’une ni l’autre de ces démarches, interne ou externe, ne sauraient procéder d’une simple levée de barrières et sans autre finalité que l’adhésion idéologique au principe de l’ouverture.

3Les conditions de l’innovation (culturelles, historiques, sociales, organisationnelles, économiques) sont ainsi toujours à mettre en avant dans les recherches transformatrices. Les dynamiques complexes des changements sociaux et économiques ne peuvent être séparées de l’étude des sociétés (pratiques sociales, partage des connaissances, dispositifs d’information et de participation, mobilisation de nouveaux acteurs). Il faut donc travailler sur les obstacles réels au changement : effets des inégalités liées à la nationalité, au genre, à la stratification sociale ou à l’origine sociale ; asymétries d’accès au savoir et à l’information. Les sciences humaines ne se réfèrent pas à la clôture de l’humain mais à la capacité de créer, cette capacité qui est au centre des dispositifs de production de richesses économiques. Cette capacité de créer implique le choix du détour, celui des rencontres improbables, celui de la surprise (invention, création) hors de toute assignation.

4Une société au sein de laquelle naissent des innovations a dû préalablement mettre en place un système éducatif, scientifique, culturel et politique qui favorise les démarches innovantes : on ne peut rêver d’un îlot d’innovations techniques et scientifiques au milieu d’un océan de comportements traditionnels et routiniers. Il n’y a donc a priori aucune raison qu’une société refuse la nouveauté, sauf si elle ne correspond pas aux aspirations d’une part importante de la population. Le rôle des sociétés civiles, et non plus des seuls experts, dans la production de données ou de réflexions qui influent sur les orientations de la recherche doit être étudié et pris en compte. Les méthodes d’analyse des données, l’effort d’extraction de l’information pertinente, l’intervention des différents porteurs d’enjeux dans la décision... ont rendu obsolètes les approches de la décision dite « evidence-based », fondées sur des modèles déductifs individualistes qui ont, en leur temps, constitué un progrès par rapport aux techniques intuitives. Dans de nombreuses organisations sociales, c’est bien la multitude qui est productive, porteuse d’innovations et de dynamiques collectives et qui interroge le chercheur qui ne peut s’enfermer dans sa tour d’ivoire. Affronter les défis sociétaux en défendant des collaborations et interactions inédites entre les scientifiques, les entreprises, les associations, les collectivités, toutes les parties prenantes, c’est promouvoir l’évolution dynamique d’une science qui sera d’autant plus ouverte qu’elle sera respectée dans ses fondements, ses principes et ses pratiques.

5Si l’importance de la crise actuelle, sociale, économique et institutionnelle engage à ouvrir les perspectives en évitant le réductionnisme a-historique, le normativisme autoritaire et toute approche nationalo-centrée ou européano-centrée, l’abondance de la production scientifique et l’organisation des systèmes éducatifs œuvrent en faveur de spécialisations très fines. Face à l’émiettement des savoirs, l’éducation a un rôle plus structurant que jamais. Il convient ainsi d’encourager toutes les mesures qui visent à doter les étudiants d’une culture indispensable au développement de l’esprit critique. La recherche sur l’éducation doit être relancée. Elle devra se pencher sur l’analyse des failles du système éducatif, sur l’exploration de nouvelles ressources pour l’éducation en lien avec le renforcement des inégalités. Des doubles cursus, et cursus interdisciplinaires en SHS et autres sciences, devraient être créés en liaison avec les grands défis de la société.

6Comme toutes les autres sciences, les SHS sont portées par la dialectique de la capitalisation de masses énormes d’acquis et du renouvellement de leurs paradigmes et de leurs méthodes. Cette dialectique est d’autant plus délicate aujourd’hui qu’elle oblige à éviter en permanence le poids de la tradition (ressassement des cadres théoriques éprouvés mais qui ne sont plus en prise avec les réalités nouvelles) et les écrits de circonstance (essais, textes d’humeur, qui peuvent être des objets pour la science mais pas des productions scientifiques). Les nouvelles pratiques d’évaluation du travail scientifique peuvent décourager ce travail en profondeur et incitent à exploiter des « filons disciplinaires » à l’intérieur desquels le travail de distinction entre texte d’opinion et écrit scientifique est faible. Le mouvement de repli disciplinaire se trouve ainsi soutenu par ces pratiques comme par celles qui prônent le cloisonnement géographique. Il revient à la communauté scientifique de retrouver ses prérogatives en la matière et de proposer, dans un dialogue renouvelé avec leurs institutions, des approches plus pertinentes au regard de l’exercice scientifique.

7L’efficacité de l’ensemble du système repose dès lors sur la composition harmonieuse entre trois types de performances, dont il faut veiller à n’investir aucune d’elle d’une légitimité superlative : les performances patrimoniales qui sont garantes de la qualité et de l’efficacité du travail raisonné de conservation, de classement, de reconstitution, de traduction de l’héritage culturel de l’humanité ; les performances incrémentales qui apportent la démonstration du caractère cumulatif des résultats qu’elles produisent, en sachant distinguer les simples redites, d’un côté, et les effets de seuil produits par l’approfondissement des connaissances, d’un autre côté, et en s’appuyant sur cette distinction pour modifier les approches et les méthodes ; les performances d’innovation qui encouragent les expérimentations et les questionnements inattendus et apprennent à gérer positivement les risques qu’entraîne l’exploration de l’inconnu.

8Au-delà des sciences humaines et sociales, les évolutions des sociétés invitent à renouer avec la conception formulée par les premiers théoriciens des sciences de la société qui ont dessiné une figure de « l’ingénieur » largement empreinte d’une formation ouverte aux humanités. Le temps est venu de mettre un terme à l’hyperspécialisation du chercheur et de l’enseignant. D’autres voies sont à promouvoir pour faire des hommes et des femmes de science qui évitent les grands écueils de l’intolérance, du dogmatisme et du scientisme.

© Alliance Athena, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Place des libraires