Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Itinerari mediterranei fra IV e IX secolo. Città-capitale e Deserto-monastico

 | 
Beatrice Astrua

Les rapports entre la ville d’Antinoé et le monastère du Deir Abou Hennis en Moyenne-Égypte

Alain Delattre

Note de l’auteur

La présente contribution a été réalisée dans le cadre du projet “Christians in Egypt” mené à l’Université de Leyde et financé grâce à un «Marie Curie Intra-European Fellowship for Career Development» (PIEF-GH-2009-254782). Je remercie vivement G. van Loon, qui a bien voulu relire mon texte et qui m’a proposé de nombreuses améliorations.

Texte intégral

1De nombreux monastères étaient établis autour de la ville d’Antinoé, à ses abords ou sur les premiers contreforts des plateaux rocheux. Les relations entre ces institutions monastiques et la ville sont dans l’ensemble assez peu connues, mais on peut imaginer que les rapports étaient étroits, ne fût-ce que pour des raisons économiques. Le prestige de la capitale de la Thébaïde devait aussi rejaillir, au moins en partie, sur les établissements religieux des environs.

2La présente contribution est consacrée plus spécifiquement à l’étude des relations entre la ville d’Antinoé et le monastère de Deir Abou Hennis, l’un des mieux documentés de la région.

1. Le monastère de Deir Abou Hennis

  • 1 Un large ouadi (vallée) définit la limite nord du site; l’extrémité sud du monastère est par contre (...)

3Le monastère rupestre de Deir Abou Hennis, établi dans la montagne qui domine le village du même nom, est situé à quelques kilomètres au sud de la ville d’Antinoé. Le Deir Abou Hennis se compose d’une cinquantaine de carrières de pierre du Nouvel Empire1, qui ont été pour la plupart utilisées par des moines; une église, décorée de peintures, a été aménagée à l’intérieur d’une des carrières. On peut dater l’ensemble, de manière générale, des ve-viiie siècles.

  • 2 J.M. Vansleb, Nouvelle relation en forme de Journal d’un voyage fait en Egypte par le P. Vansleb, R (...)

4Le site est connu en Occident depuis le xviie siècle: le dominicain Johann Michael Wansleben, dit Vansleb (1635-1679), est le premier à mentionner le village de Deir Abou Hennis et le monastère rupestre, qu’il découvre le dimanche 2 avril 16732:

Je me fis conduire par un guide, sur la Montagne qui est derriere, du costé d’est; pour voir les Grottes des anciens Hermites, qui sont aux environs, et qui sont voisines de la Ville, qui a donné le nom à la Thebaïde; comme on verra dans la suite de ce discours. [Vansleb considère que la ville d’Antinoé, capitale de Thébaïde, portait aussi le nom de Thèbes.]

  • 3 Un dessin d’une inscription, située à gauche de l’entrée actuelle de l’église, est conservé dans le (...)

5J’entray dans plusieurs de ces Grottes, elles estoient toutes tres-vastes, mais je n’y vis rien de remarquable; si ce n’est dans quelques-unes, des Croix taillées dans le Roc; et sur les murailles d’une autre, deux Anges qui soûtenoient une Croix en l’air avec leurs mains. La seule chose qui me plut parmy ces Grottes, ce fut un Monastere avec son Eglise, l’un et l’autre taillés dans le Roc. La voute de l’Eglise estoit fort unie, et son pavé tres égal. Ses murailles estoient peintes à l’antique, d’Histoires du nouveau Testament, avec des Images d’Hermites et de Saints, dont les noms estoient écrits dessous en caracteres Coptes. Vers le bout de l’Eglise, qui regarde le sud-est, je vis une croix taillée dans le Roc, avec une inscription Grecque, en anciens caracteres. Et sur les murailles d’une autre Grotte, peu éloignée de cette Eglise, montant quelques pas plus haut, vers la cime de la Montagne; j’en trouvay une autre aussi gravée sur la muraille; et auprés de celle-cy, deux autres, qui sont toutes des épitaphes des Abbés qui y sont enterrez. Je ne les ay pû mettre icy, l’Imprimeur n’ayant pas voulu faire graver les caractères3.

  • 4 J.M. Vansleb, Nouvelle relation cit., pp. 395-396: «Sur les trois heures aprés midy, je fus pour la (...)
  • 5 E. Jomard, Description d’Antinoé, dans Description de l’Égypte, ou recueil des observations et des (...)

6Si Vansleb apprécia beaucoup sa visite4, on ne peut en dire autant de l’ingénieur français Edme François Jomard (1777-1862), membre de l’Expédition d’Égypte. Le savant s’intéressa surtout à la ville d’Antinoé, dont il releva le plan, mais, lors de son séjour, il visita aussi le monastère rupestre et en donna une brève description5:

Desirant connoître les grottes sépulcrales Égyptiennes qu’on me disoit être dans une gorge de la montagne, située derrière Deyr Abou-Hennys, je pris des guides au village. La montagne est très-élevée dans cet endroit: je montai péniblement jusqu’au sommet par des chemins très-escarpés, à la hauteur de quatre cents pieds environ; mais, après beaucoup de fatigue, je n’y trouvai que des carrières. L’une d’elles est décorée du nom de kenyset, église: c’est une excavation fort ancienne, dont les Chrétiens se sont emparés. Ils en ont blanchi à la chaux les parois informes, sans se donner la peine de dresser les faces et de rendre les angles droits: par-dessus les faces du rocher, ils ont peint de méchantes figures de la Vierge et des Saints; les couleurs sont aussi mauvaises que le dessin est grossier: au plafond, ils ont tracé quelques vagues ornemens de fleurs et de feuillage. Les murailles et le plafond portent des inscriptions tracées en rouge et écrites en qobte: je regrette que le temps m’ait manqué pour les copier.

  • 6 J.M. Vansleb, Nouvelle relation cit., p. 379, rapporte une anecdote identique et indique avoir en e (...)

7Je vis dans la montagne beaucoup d’autres excavations transformées par les Chrétiens en églises ou en cellules; mais aucune n’étoit revêtue de sculptures ou de peintures Égyptiennes: toutes sont d’une petite étendue. Malgré leurs salles informes et le mauvais goût des ornemens, ces grottes sont admirées par les Chrétiens, qui vont les visiter constamment, après avoir enterré leurs morts dans les tombeaux de Deyr Abou-Hennis. Au rapport de mon guide, vieillard de soixante-dix ans, qui gravissoit ces rochers comme une chèvre et presque en dansant, il y a parmi les excavations une grotte très-profonde, où l’on entend un bruit semblable à celui d’une roue de moulin qui tourne. Je ne puis donner aucune explication de ce fait, que je n’ai pas vérifié, et qui n’est probablement qu’un conte populaire6.

  • 7 J. Clédat, Notes archéologiques et philologiques, dans «BIFAO», ii (1902), pp. 41-70, en part. 44-6 (...)
  • 8 On trouvera une liste bibliographique complète dans A. Delattre, L’apport des inscriptions à l’étud (...)
  • 9 G. van Loon - A. Delattre, La frise des saints de l’église rupestre de Deir Abou Hennis, dans «East (...)
  • 10 Jaana Toivari-Viitala, directrice de la Finnish Egyptological Society d’Helsinki, nous a aimablemen (...)

8La description très négative du monastère rupestre n’empêcha pas de nombreux savants de venir visiter le site pendant tout le xixe siècle (on peut mentionner par exemple l’égyptologue John Gardner Wilkinson). En 1902 paraît la première publication scientifique sur le site, due à Jean Clédat: elle comprend une description des ermitages et de l’église, des aquarelles des peintures et l’édition de nombreuses inscriptions7. Divers travaux spécifiques furent entrepris ensuite, notamment sur les textes épigraphiques8. Gertrud van Loon (Universiteit Leiden, maintenant Katholieke Universiteit Leuven) et moi-même avons mené, entre 2004 et 2009, cinq campagnes de documentation sur le site9. Nous avons pu dans cette recherche nous appuyer sur les résultats inédits d’une mission finlandaise, dirigée par Rostislav Holthoer, qui explora le site en 197810. Les résultats de ces campagnes ont permis de documenter l’ensemble de l’établissement monastique, notamment les aménagements intérieurs des carrières, et de repérer les nombreuses inscriptions (près de 400 textes, inédits pour la plupart). Ils permettent à présent de mieux comprendre l’organisation du monastère.

2. Structuration de la laure et organisation monastique11

  • 11 Sur le sujet, voir G. van Loon, Patterns of Monastic Habitation on the East Bank of the Nile in Mid (...)
  • 12 Quelques cellules monastiques sont installées dans des carrières plus bas.
  • 13 Ibid.

9Le monastère de Deir Abou Hennis présente l’aspect général d’une laure: des ermitages, reliés par un chemin, sont disposés dans les carrières de l’époque pharaonique, à quelques mètres sous le sommet du plateau (fig. 1)12. La plupart des carrières ont été utilisées par les moines, qui ont aménagé les espaces, souvent vastes, en construisant des murs pour isoler des pièces, en creusant des fenêtres, parfois des portes, de nombreux placards, un métier à tisser13, et partout de multiples crochets de suspension, destinés à accrocher des lampes ou tendre des tissus. Ils ont aussi très souvent construit des murs devant les entrées de carrières, créant ainsi une ou plusieurs pièces à l’extérieur. L’état actuel des vestiges est malheureusement assez mauvais. D’autres ermitages, plus éloignés du village moderne et donc mieux préservés, montrent ce à quoi devait ressembler la laure.

  • 14 E. Wipszycka, Le nombre des moines dans les communautés monastiques d’Égypte, dans «JJP», xxxv (200 (...)

10Les carrières ont pour la plupart servi de cellules pour les moines; une (ou plusieurs) personne(s) pouvai(en)t vivre dans les espaces aménagés. La taille du site et le nombre de carrières utilisées permettent d’imaginer que la laure comptait une cinquantaine ou une soixantaine de religieux14.

  • 15 Voir plus haut, la limite sud n’est pas claire.
  • 16 G. van Loon, The Quarry Church of St. John the Baptist in Dayr Abu Hinnis (en préparation). Sur les (...)
  • 17 J. Clédat, Notes archéologiques et philologiques cit., pp. 54-56. Le médaillon et l’inscription son (...)

11Quelques cavités ont été transformées en espaces à usage commun, comme l’église, dédiée à Jean-Baptiste, située environ au centre du site15. Elle se compose de trois parties: l’église proprement dite, un narthex et un baptistère. L’ensemble était orné de peintures, illustrant notamment le Massacre des innocents, la Fuite d’Élisabeth et de Jean, le Meurtre de Zacharie, le Songe de Joseph ou la Fuite en Égypte. Ces représentations, dont certaines sont encore inédites, constituent un témoignage iconographique de premier ordre, maintenant étudié par Gertrud van Loon16. On trouve également dans l’église un médaillon avec le buste d’un saint, identifié par l’inscription comme Collouthos, le saint patron d’Antinoé17; il s’agit là d’une influence directe de la ville sur le monastère (fig. 2, p. 74). Par ailleurs, G. van Loon me signale que la composition des scènes du baptistère évoque les miniatures des éditions de luxe; on peut penser que de tels livres étaient disponibles dans la capitale de la Thébaïde.

12On trouve un deuxième lieu communautaire dans la partie sud du site: il s’agit d’une vaste carrière divisée en cinq pièces. Au centre, une large salle décorée, munie de banquettes le long des murs, accueillait peut-être les moines lors de la prière ou servait de réfectoire.

13Outre les pièces à usage commun et les ermitages, l’étude de la localisation des inscriptions permet de mettre en évidence de petits espaces de culte ou des lieux de passages. En effet, les textes sont nombreux dans l’église et la salle de prière (environ 250 textes), mais rares dans les habitations (pas plus de quelques graffitis). Cependant, on trouve à certains endroits du monastère des concentrations d’inscriptions (jusqu’à quelques dizaines), suggérant que le lieu avait une fonction particulière. Le plus souvent ces nids de graffitis sont disposés près d’épitaphes.

  • 18 La numérotation des carrières est celle de la mission finlandaise, qui a établi un premier plan de (...)
  • 19 L’inscription a été publiée, de manière incomplète et imparfaite, dans J. Jarry, Nouvelles inscript (...)

14Ainsi, dans la carrière 23 (fig. 3)18, on trouve à quelques mètres de l’entrée, sur le mur est, l’inscription funéraire d’apa Lôts, soigneusement taillée dans la roche et rehaussée de peinture bleue et rouge (nn. 1-2). Le texte est entouré de plusieurs graffitis, peints sur la paroi: quatre demandes de prière coptes, sans doute adressées au défunt (nn. 4-7), et une prière grecque, qui désigne apa Lôts comme ὁ ἅγιο̣ς πατὴρ ἡμῶν, «notre saint père» (n. 3). Le moine Lôts était donc considéré comme “saint” dans sa communauté et on lui demandait d’intercéder auprès de Dieu pour ses frères19.

15Les recherches récentes menées par Gertrud van Loon et moi-même ont également permis de découvrir l’existence d’une “chambre secrète”, située au nord de l’église (fig. 4). L’espace a été creusé à l’intérieur de l’épaisseur de la roche, d’environ cinq mètres, entre la carrière et le sommet du plateau. La chambre a été vidée de l’intérieur, ce qui a dû représenter un travail considérable (on ne peut déterminer s’il a été effectué par les moines ou les ouvriers pharaoniques). L’espace se compose d’une pièce rectangulaire, dans laquelle quatre placards ont été creusés, et d’une autre circulaire, à laquelle aboutissent les cheminées. Une annexe servait sans doute de latrines avec une évacuation vers l’intérieur de la carrière. La roche du côté ouest de la salle rectangulaire, c’est-à-dire du côté du chemin de la laure, avait été percée de trous, laissant passer un peu de lumière dans la chambre. À présent, cette paroi s’est effondrée (on en voit les débris sur le sol) et on peut entrer dans la salle à partir du chemin.

  • 20 Historia Monachorum 1; Histoire Lausiaque 35. Au sujet des moines reclus près d’Antinoé, on consult (...)
  • 21 Ces inscriptions sont publiées dans A. Delattre, L’apport des inscriptions à l’étude des ermitages (...)

16La fonction de cette pièce est difficile à déterminer et diverses hypothèses sont envisageables. Il pourrait s’agir d’un endroit où se cacher et se protéger, mais les aménagements suggèrent davantage une habitation. Gertrud van Loon et moi-même, en accord avec Peter Grossmann, proposerions donc d’y voir une cellule de réclusion, ce qui est plutôt inhabituel en Égypte, mais attesté, notamment par Jean de Lycopolis20. On pourrait dans ce cas mettre ce témoignage archéologique en relation avec un groupe d’inscriptions inédites, gravées au plafond d’une carrière transformée en habitation monastique à proximité de notre salle. Ces textes très courts, dont je ne connais pas d’équivalent dans la documentation, mentionnent des durées, exprimées en jours et en mois, parfois en années, qui pourraient correspondre à des temps de réclusion21.

17Même si la fonction exacte des différents espaces ne nous apparaît pas toujours clairement, la laure se structure donc pour l’essentiel en vastes ensembles à usage commun, en cellules individuelles, en espaces “publics”, parfois liés à des cultes funéraires, et peut-être en lieux de réclusion.

  • 22 M. Martin, La laure de Dêr al-Dîk à Antinoé, Le Caire 1971, p. 69.

18En raison de sa structure très organisée et très concentrée, le monastère rupestre de Deir Abou Hennis apparaît cependant comme une laure à part dans le paysage monastique de Moyenne-Égypte. Il est vrai que, si la présence de carrières simplifiait la tâche des premiers moines, puisqu’il suffisait d’aménager l’espace disponible, leur disposition, très proches les unes des autres, a en retour modelé la géographie monastique, ainsi sans doute que les manières de vivre des moines. D’ordinaire, dans les sites semi-anachorétiques, les cellules sont assez éloignées les unes des autres, de façon à permettre au moine de vivre dans l’isolement. Ce n’était pas possible au Deir Abou Hennis, comme l’avait remarqué Maurice Martin: «c’est aussi la laure la plus dense que je connaisse; elle manifeste enfin un type de vie monastique bien à elle: les cellules ne sont plus dispersées mais mitoyennes, la vie érémitique y était certainement moins poussée qu’ailleurs»22. Ce semi-anachorétisme “communautaire” ne doit cependant pas faire oublier la présence d’autres ermitages, situés à l’écart, qui dépendaient sans doute aussi du monastère. Les moines qui le désiraient pouvaient donc peut-être choisir une vie davantage solitaire en se retirant plus profondément dans la montagne. Quelques indices suggèrent enfin des pratiques de réclusion au sein de la laure, comme il a été dit plus haut.

  • 23 Ibid.

19Ces caractéristiques font du Deir Abou Hennis un ensemble monastique particulier, sans doute assez important, à en juger par la qualité des peintures de l’église, et assez prospère, comme le suggèrent les aménagements nombreux sur le site ou encore le grand nombre des inscriptions, laissées par des moines ou des visiteurs, parfois d’origine étrangère. Maurice Martin indique même dans sa description du monastère rupestre que «la variété des langues employées dans les inscriptions témoigne que la population monastique y était internationale»23.

3. Le caractère “international” du monastère et les liens avec Antinoé

20Ce caractère international est sans nul doute lié à la proche présence de la ville d’Antinoé, la capitale de la Thébaïde. La ville était donc un haut lieu du pouvoir, mais aussi de la culture: les traces de l’hippodrome et du théâtre sont encore visibles de nos jours. Le rôle économique d’une telle ville se laisse aussi aisément imaginer. Antinoé attirait donc marchands et voyageurs, d’autres régions d’Égypte, mais aussi de divers pays méditerranéens ou africains.

  • 24 A. Delattre, Textes grecs et coptes d’Antinoé, dans R. Pintaudi (éd. par.), Antinoupolis, Scavi e m (...)
  • 25 D. Minutoli, Recupero e restauro dei papiri nelle campagne di scavo 2003-2007 ad Antinoe, dans R. P (...)
  • 26 LDAB 2878, cf. P. Scardigli, M. Manfredi (avec la collaboration de), Note sul frammento gotico-lati (...)

21Les fragments de livres découverts lors des fouilles d’Antinoé offrent un beau témoignage du caractère multiculturel de la cité. On peut citer ainsi les fragments d’un psautier bilingue grec-copte achmimique ou d’un évangile de Matthieu en proto-bohaïrique, qui indiquent respectivement des liens avec le sud et le nord de l’Égypte24. Un petit fragment de parchemin avec de l’écriture syriaque, mis au jour lors des fouilles italiennes de 2007, illustre la présence proche-orientale dans la ville25. Enfin, on peut encore citer le fragment d’évangile bilingue latin-gotique qui témoigne de rapports avec le nord de la Méditerranée26.

  • 27 J. Clédat, Notes archéologiques et philologiques cit., p. 58; J. Jarry, Les inscriptions syriaques (...)
  • 28 Ces textes sont encore inédits.

22Plusieurs de ces étrangers attirés par la ville d’Antinoé ont aussi laissé une trace au monastère de Deir Abou Hennis. Ainsi, un voyageur éthiopien a gravé une inscription en guèze dans le baptistère de l’église: «Abba A’mad, disciple d’abba Baruk»27.Par ailleurs, d’autres personnages de la carrière 9 se qualifient dans leur graffiti de eg'ôch, «nubien, éthiopien»28.

  • 29 L’inscription a été publiée plusieurs fois: A. Sayce, Coptic and Early Christian Inscriptions in Up (...)

23Un certain Papias, originaire d’Isaurie, en Asie Mineure, a même été enterré au monastère. On lui a gravé une inscription monumentale, devant l’entrée de la carrière 33, le vaste complexe commun à usage liturgique (fig. 5)29. L’épitaphe se compose d’un motif décoratif central, qui représente une grande croix entourée d’oiseaux et de motifs floraux, autour duquel deux textes ont été notés, une épitaphe grecque à gauche et copte à droite. L’ensemble mesure 120 cm de haut sur 180 cm de large. La place de choix de l’épitaphe et son caractère monumental permettent d’imaginer qu’il s’agissait d’un riche bienfaiteur, qui s’était peut-être retiré au Deir Abou Hennis, ou qui y fut en tout cas inhumé.

  • 30 L. Depuydt et al., Encomiastica From the Pierpont Morgan Library. Five Coptic Homilies Attributed t (...)

24L’inscription trouve un écho particulièrement remarquable dans les miracles de Collouthos, le saint patron d’Antinoé. Dans la version copte d’un des miracles, insérée dans l’encômion de saint Collouthos par Isaac d’Antinoé, on lit l’histoire d’un riche marchand, originaire d’Isaurie, installé dans la ville d’Antinoé depuis de nombreuses années et ayant, de ce fait, appris la langue copte30:

Il y avait dans la ville, c’est-à-dire à Antinoé, un homme qui venait du pays étranger d’Isaurie. Il possédait de nombreux biens et des masses d’or et d’argent. Il avait passé beaucoup de temps chez nous à faire des affaires et connaissait la langue égyptienne parce qu’il avait vécut longtemps parmi nous. C’était un chrétien orthodoxe.

25Son voisin lui a emprunté une forte somme d’argent et ensuite s’est introduit chez lui pour lui voler la reconnaissance de dette. Lorsque l’Isaurien réclame son dû, le voisin déclare n’avoir jamais rien reçu. On se rend au sanctuaire de saint Collouthos et l’affaire est ensuite réglée, de manière définitive: le voisin parjure avoue les faits, rembourse le marchand et décède.

26La concordance est si parfaite entre le riche marchand isaurien bilingue du texte littéraire et l’Isaurien Papias qui a laissé une épitaphe bilingue monumentale que l’on serait tenté d’y voir un même personnage. On pourrait cependant aussi imaginer que c’est l’inscription qui a inspiré la rédaction du miracle: l’épitaphe de Papias, bien visible au Deir Abou Hennis, soit à moins de cinq kilomètres de la ville, était certainement connue du public d’Antinoé auquel s’adressait l’évêque Isaac. Mentionner un riche marchand isaurien bilingue aurait permis d’ancrer l’histoire dans la géographie locale et d’ajouter de ce fait du crédit au miracle.

  • 31 M. Martin (éd. par), Claude Sicard cit., pp. 85-86.

27La présence d’inscriptions syriaques au Deir Abou Hennis est connue depuis fort longtemps: le jésuite Claude Sicard visita le monastère rupestre du Deir Abou Hennis au début du xviiie siècle et s’intéressa aux textes peints sur le plafond d’une des carrières. Le savant ne parvint pas à en reconnaître les caractères, mais une fois rentré au Caire, il lui sembla qu’il s’agissait de lettres syriaques31:

Il arriva cependant qu’une voute d’environ 100 pas de long sur autant de large, chargée de quantité d’écriture faite à la main, m’arrêta tout court, pour la considerer. Cette écriture n’est d’aucun caractère, soit Turc, soit Arabe, soit Hebreu, soit Grec, soit Latin, soit Copte. Ces six langues ne me sont point étrangeres. J’entre-voyois, ce me sembloit, des lettres Hebraïques et d’autres Coptiques; ce n’étoit cependant ni les unes ni les autres. J’eus beau les étudier toutes pendant une heure entiere, je ne pûs deviner en quelle langue elles étoient écrites: mais j’admiray la patience que ces bons Hermites avoient eûë de transporter des échafauts d’un endroit à un autre, pour crayonner un si long ouvrage.

28Ce pourrait être le Psautier ou un des quatre Evangiles, ou quelque chose de plus diffus. Il me vint bien en pensée que des Religieux éthiopiens, ou Syriens, ou Chaldéens auroient pû venir se retirer dans ces grottes, et former ces écritures en leurs idiômes. Prévenu de cette idée, je consultay à mon retour au Caire mes Alphabets, et je tombay d’abord sur celui de l’ancienne langue Syriaque bien différente de la moderne. Il me parut alors que les lettres écrites sur la voûte des cent pas de long, et dont j’avois encore les idées assez fraîches, avoient une grande ressemblance avec les lettres que j’avois sous les yeux.

  • 32 A. Gasse, Rapport préliminaire d’une mission épigraphique à Deir Abou Hennes, dans «ASAE», lxix (19 (...)
  • 33 È. Quatremère, Recherches critiques et historiques sur la langue et la littérature de l’Égypte, Par (...)
  • 34 J. Jarry, Les inscriptions syriaques de Deir Abu Hennès en Moyenne Égypte cit.
  • 35 Id., Nouvelles inscriptions coptes cit., pp. 59-60; cf. aussi L. Van Rompay, Syriac and Related Scr (...)
  • 36 Ces épigraphes seront publiées par Luc Van Rompay (Duke University).

29Ces inscriptions sont en réalité écrites en démotique32, mais l’hypothèse erronée de Sicard, pourtant contredite par Quatremère33, fut encore acceptée au xixe siècle et même pendant la majeure partie du xxe siècle34. Il y a bien cependant des textes syriaques au monastère, dont l’inscription bilingue syriaque-copte, qui est peinte sur le mur ouest de l’église; elle mentionne un prêtre Joseph et peut être datée du xe siècle (fig. 6)35. Au cours des missions des dernières années, d’autres inscriptions syriaques ont été découvertes dans une pièce, d’accès malaisé, à l’est de l’église36; l’une d’entre elles est peinte au centre d’une niche aménagée et plâtrée.

  • 37 Sur l’inscription, la représentation et l’influence syrienne, cf. G. van Loon - A. Delattre, La fri (...)

30Ces textes témoignent de la présence de moines syriaques dans le monastère rupestre, installés à proximité de l’église, dont l’iconographie révèle peut-être aussi une influence syrienne. Sur le mur ouest du narthex, à côté des saints Côme et Damien, on trouvait une représentation de saint Domèce, aujourd’hui disparue, identifiable par la légende qui surmontait le personnage37. Domèce, un saint médecin syrien, n’est pas représenté ailleurs en Égypte, ce qui rend probable l’hypothèse d’une référence syrienne.

  • 38 Cf. P. Turner 54, un contrat dans lequel l’économe de l’église de Saint-Collouthos engage un travai (...)

31La pratique de la réclusion, dont on peut sans doute trouver des traces dans l’épigraphie et l’archéologie du monastère, évoque aussi le monachisme syrien, où ces ascèses sont courantes: on peut penser aux moines reclus, aux dendrites ou aux stylites. Il est à noter à ce propos qu’il y avait un moine stylite dans les environs d’Antinoé au vie siècle, comme l’indique un papyrus, publié par Guido Bastianini38.

Conclusion

32Le Deir Abou Hennis apparaît donc, selon l’indication de Maurice Martin, comme une laure “internationale”. Des hommes de toutes les parties du monde sont venus dans la ville d’Antinoé, attirés par son prestige, sa culture ou les opportunités qu’elle offrait. Comme les voyageurs occidentaux, par exemple Vansleb, Sicard ou Jomard, ils ont voulu voir le monastère rupestre. Certains y ont laissé des graffitis, qui ont été conservés jusqu’à nos jours. D’autres encore y sont restés, comme sans doute l’Isaurien Papas ou les moines d’expression syriaque. Ces différentes communautés ont contribué à forger le caractère particulier de la ville d’Antinoé, tout comme elles ont influencé la vie culturelle et religieuse des moines du Deir Abou Hennis, lui conférant une place à part dans le paysage monastique de la Moyenne-Égypte.

33Le monastère de Deir Abou Hennis offre donc un témoignage modeste mais substantiel, essentiellement d’ordre archéologique et épigraphique, de ces “itinéraires méditerranéens” qu’empruntaient les hommes, les idées, les conceptions artistiques ou religieuses à la fin de l’époque byzantine.

Annexes

Fig. 1. Vue générale du Deir Abou Hennis

Fig. 1. Vue générale du Deir Abou Hennis

© A. Delattre 2004

Fig. 3. Les inscriptions de la carrière 23

Fig. 3. Les inscriptions de la carrière 23

Fig. 4. Vue de la «chambre secrète»

Fig. 4. Vue de la «chambre secrète»

© G.J.M. van Loon 2006

Fig. 5. Épitaphe bilingue (grec et copte) de l’Isaurien Papias

Fig. 5. Épitaphe bilingue (grec et copte) de l’Isaurien Papias

© G.J.M. van Loon 2004

Fig. 6. Inscription bilingue (syriaque et copte) de l’église

Fig. 6. Inscription bilingue (syriaque et copte) de l’église

© G.J.M. van Loon 2004

Notes

1 Un large ouadi (vallée) définit la limite nord du site; l’extrémité sud du monastère est par contre difficile à déterminer, tant les ermitages se succèdent de manière dense, sur plusieurs kilomètres. Dans le cadre de cette contribution, la question n’a que peu d’importance.

2 J.M. Vansleb, Nouvelle relation en forme de Journal d’un voyage fait en Egypte par le P. Vansleb, R.D. en 1672. et 1673., Paris 1677, pp. 385-386.

3 Un dessin d’une inscription, située à gauche de l’entrée actuelle de l’église, est conservé dans le carnet, rédigé en italien, tenu par Vansleb et qui servit de base à son ouvrage. Cf. M. Martin, Le journal de Vansleb en Égypte, dans «BIFAO», xcvii (1997), pp. 181-191 (185, 190).

4 J.M. Vansleb, Nouvelle relation cit., pp. 395-396: «Sur les trois heures aprés midy, je fus pour la troisiéme fois voir le Monastere taillé dans le Roc, dont j’ay déja parlé. J’ay toûjours pris un grand plaisir à le considerer, et sa veue me donnoit une devotion toute particuliere».

5 E. Jomard, Description d’Antinoé, dans Description de l’Égypte, ou recueil des observations et des recherches qui ont été faites en Égypte pendant l’expédition de l’armée française, publié par ordre du gouvernement. Antiquités, descriptions, Paris 1818, vol. II, chap. xv, p. 39.

6 J.M. Vansleb, Nouvelle relation cit., p. 379, rapporte une anecdote identique et indique avoir en effet entendu au fond d’une grotte, à un emplacement renseigné par son guide, «comme le bruit d’un Moulin à vent, si distinct, excepté que le sifflement sembloit venir d’un peu loin». Mais c’était dans les grottes proches du Deir Dronka, près d’Assiout.

7 J. Clédat, Notes archéologiques et philologiques, dans «BIFAO», ii (1902), pp. 41-70, en part. 44-65: «ii. Deir Abou-Hennîs».

8 On trouvera une liste bibliographique complète dans A. Delattre, L’apport des inscriptions à l’étude des ermitages chrétiens. Les exemples du Deir Abou Hennis et de la Montagne thébaine, dans Ermitages d’Égypte au premier millénaire. Actes du colloque du Caire, 24-26 janvier 2009, sous presse.

9 G. van Loon - A. Delattre, La frise des saints de l’église rupestre de Deir Abou Hennis, dans «Eastern Christian Art», I (2004), pp. 89-112; Iid., La frise des saints de l’église rupestre de Deir Abou Hennis. Correction et addition, dans «Eastern Christian Art», Ii (2005), pp. 165-166; Iid., Le cycle de l’enfance du Christ dans l’église rupestre de Saint-Jean Baptiste au Deir Abou Hennis, dans A. Boud’hors - J. Gascou - D. Vaillancourt (éd. par), Études coptes ix. Onzième journée d’études (Strasbourg, 12-14 juin 2003), Paris 2006, pp. 119-134; A. Delattre, L’apophtegme de Grégoire de Nysse au Deir Abou Hennis, dans «Aegyptus», Lxxxiii (2003) [2006], pp. 223-227.

10 Jaana Toivari-Viitala, directrice de la Finnish Egyptological Society d’Helsinki, nous a aimablement permis de consulter et d’utiliser ces archives, conservées à l’Université d’Helsinki.

11 Sur le sujet, voir G. van Loon, Patterns of Monastic Habitation on the East Bank of the Nile in Middle Egypt, dans Ermitages d’Égypte au premier millénaire cit., dont je résume ici les principaux résultats.

12 Quelques cellules monastiques sont installées dans des carrières plus bas.

13 Ibid.

14 E. Wipszycka, Le nombre des moines dans les communautés monastiques d’Égypte, dans «JJP», xxxv (2005), pp. 265-309 (307-308).

15 Voir plus haut, la limite sud n’est pas claire.

16 G. van Loon, The Quarry Church of St. John the Baptist in Dayr Abu Hinnis (en préparation). Sur les peintures, voir aussi: N. Thierry, Les peintures de Deir Abou Hennis près d’Antinoé, dans «Solidarité Orient», ccvii (1998), pp. 5-16; M. Zibawi, Images de l’Égypte chrétienne: Iconologie copte, Paris 2003, pp. 58-66.

17 J. Clédat, Notes archéologiques et philologiques cit., pp. 54-56. Le médaillon et l’inscription sont déjà mentionnés dans une lettre de Claude Sicard, datée de 1716: cf. Cl. Sicard, Œuvres II. Relations et mémoires imprimés, éd. par M. Martin, Le Caire 1982, pp. 84-85.

18 La numérotation des carrières est celle de la mission finlandaise, qui a établi un premier plan de la laure, encore inédit.

19 L’inscription a été publiée, de manière incomplète et imparfaite, dans J. Jarry, Nouvelles inscriptions coptes, grecques, arabes et syriaques de Deir Abou Hennes, dans «BSAC», xxi (1971-73), pp. 55-82 (65). Une réédition sera publiée dans A. Delattre, L’apport des inscriptions à l’étude des ermitages chrétiens cit. Au sujet de la sculpture et de la décoration sous l’inscription, cf. M. Cramer, Das altägyptische Lebenszeichen im christlichen (koptischen) Ägypten. Eine kultur- und religionsgeschichtliche Studie, Wiesbaden 1955, p. 44.

20 Historia Monachorum 1; Histoire Lausiaque 35. Au sujet des moines reclus près d’Antinoé, on consultera Histoire Lausiaque 58. G. van Loon propose maintenant de reconnaître aussi des lieux de réclusion dans deux chambres situées à l’intérieur même de l’église du site, cf. G. van Loon, The Quarry Church cit.

21 Ces inscriptions sont publiées dans A. Delattre, L’apport des inscriptions à l’étude des ermitages chrétiens cit.

22 M. Martin, La laure de Dêr al-Dîk à Antinoé, Le Caire 1971, p. 69.

23 Ibid.

24 A. Delattre, Textes grecs et coptes d’Antinoé, dans R. Pintaudi (éd. par.), Antinoupolis, Scavi e materiali dell’Istituto papirologico G. Vitelli I, Firenze 2008, pp. 131-162 (146-147). Le fragment bohaïrique est inédit: il sera publié par A. Delattre et E. Grossman dans le volume Antinoupolis ii (en préparation).

25 D. Minutoli, Recupero e restauro dei papiri nelle campagne di scavo 2003-2007 ad Antinoe, dans R. Pintaudi (éd. par.), Antinoupolis cit., pp. 75-99.

26 LDAB 2878, cf. P. Scardigli, M. Manfredi (avec la collaboration de), Note sul frammento gotico-latino di Giessen, dans C.L. Gottzmann (éd. par), Geist und Zeit. Wirkungen des Mittelalters in Literatur und Sprache. Festschrift für Roswitha Wisniewski zu ihrem 65. Geburtstag, Frankfurt am Main-Bern-New York-Paris 1991, pp. 419-437.

27 J. Clédat, Notes archéologiques et philologiques cit., p. 58; J. Jarry, Les inscriptions syriaques de Deir Abu Hennès en Moyenne Égypte, dans «BIFAO», LXVIII (1969), pp. 121-131 (126); J. Jarry, Nouvelles inscriptions cit., p. 81. Je remercie vivement M. Malevez, qui a bien voulu lire et traduire ce graffiti.

28 Ces textes sont encore inédits.

29 L’inscription a été publiée plusieurs fois: A. Sayce, Coptic and Early Christian Inscriptions in Upper Egypt, dans «PSBA», viii (1886), pp. 175-191; M. de Fenoyl, Une inscription funéraire bilingue, dans «BSAC», xvii (1963-64), pp. 57-61. Cf. aussi G. Lefebvre, Recueil des inscriptions grecques chrétiennes d’Égypte, Le Caire 1907, n. 222; H. Leclercq, Antinoë, dans «DACL», i/ii (1907), coll. 2326-2359.

30 L. Depuydt et al., Encomiastica From the Pierpont Morgan Library. Five Coptic Homilies Attributed to Anastasius of Euchaita, Epiphanius of Salamis, Isaac of Antinoe, Severian of Gabala, and Theopempus of Antioch (CSCO 544-545, Script. Copt. 47-48), Leuven 1993, vol. I, p. 79, vol. II, p. 61. Dans la version arabe du miracle, on lit: «Il y avait un commerçant dans la ville d’Antinoé – il était de la ville des trésors, et cet homme possédait beaucoup de biens, or et argent – et il s’y était établi; et par suite de l’importance de son séjour, il connaissait la langue locale. Et il était orthodoxe, pur dans la foi, authentiquement chrétien», trad. par U. Zanetti, qui note pour la ville des trésors que l’Isaurie était réputée pour sa richesse, cf. U. Zanetti, Les miracles arabes de Saint Kolouthos (Ms. St-Macaire, Hagiog. 35), dans E. Lucchesi - U. Zanetti (éd. par), Ægyptus christiana. Mélanges d’hagiographie égyptienne et orientale dédiés à la mémoire du P. Paul Devos bollandiste, Genève 2004, pp. 44-109 (92). Sur les Isauriens en Égypte dans l’antiquité tardive, cf. J. Gascou, Religion et identité communautaire à Alexandrie à la fin de l’époque byzantine d’après les Miracles des saints Cyr et Jean, dans J.-Y. Empereur - Chr. Décobert (éd. par), Alexandrie médiévale 3 (Études alexandrines 16), Le Caire 2008, pp. 69-88 (69-72). L’auteur a rassemblé les différentes mentions d’Isauriens en Égypte (note 1) et estime qu’ils formaient une véritable communauté, en tout cas à Alexandrie. Dans le premier des miracles grecs de saint Ménas, il est question d’un riche Isaurien, venu pour affaires à Alexandrie: la similitude avec celui de Collouthos est frappante.

31 M. Martin (éd. par), Claude Sicard cit., pp. 85-86.

32 A. Gasse, Rapport préliminaire d’une mission épigraphique à Deir Abou Hennes, dans «ASAE», lxix (1983), pp. 95-102.

33 È. Quatremère, Recherches critiques et historiques sur la langue et la littérature de l’Égypte, Paris 1808, pp. 264-265.

34 J. Jarry, Les inscriptions syriaques de Deir Abu Hennès en Moyenne Égypte cit.

35 Id., Nouvelles inscriptions coptes cit., pp. 59-60; cf. aussi L. Van Rompay, Syriac and Related Scripts in Egypt, dans Journey of Writing in Egypt, Le Caire 2009, pp. 140-153 (148). L’inscription est mentionnée dans J. Clédat, Notes archéologiques et philologiques cit., p. 55.

36 Ces épigraphes seront publiées par Luc Van Rompay (Duke University).

37 Sur l’inscription, la représentation et l’influence syrienne, cf. G. van Loon - A. Delattre, La frise des saints de l’église rupestre de Deir Abou Hennis cit., pp. 98, 101; Iid., La frise des saints de l’église rupestre de Deir Abou Hennis. Correction et addition cit., passim.

38 Cf. P. Turner 54, un contrat dans lequel l’économe de l’église de Saint-Collouthos engage un travailleur pour qu’il approvisionne en eau un moine stylite; cf. aussi A. Leroy-Molinghen, Mention d’un stylite dans un papyrus grec, dans «Byzantion», li (1981), p. 635. Un document copte des archives de Dioscore mentionne également un stylite, peut-être le même personnage. Je remercie L. Vanderheyden d’avoir bien voulu me transmettre cette information.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Vue générale du Deir Abou Hennis
Crédits © A. Delattre 2004
URL http://books.openedition.org/aaccademia/docannexe/image/942/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Fig. 3. Les inscriptions de la carrière 23
URL http://books.openedition.org/aaccademia/docannexe/image/942/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Fig. 4. Vue de la «chambre secrète»
Crédits © G.J.M. van Loon 2006
URL http://books.openedition.org/aaccademia/docannexe/image/942/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Fig. 5. Épitaphe bilingue (grec et copte) de l’Isaurien Papias
Crédits © G.J.M. van Loon 2004
URL http://books.openedition.org/aaccademia/docannexe/image/942/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Fig. 6. Inscription bilingue (syriaque et copte) de l’église
Crédits © G.J.M. van Loon 2004
URL http://books.openedition.org/aaccademia/docannexe/image/942/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 121k