Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lugné-Poe e l’Œuvre simbolista

 | 
Giuliana Altamura

58. Il Triomphe de la Raison e la chiusura dell’Œuvre

Texte intégral

  • 1 Circolare pubblicata su «Le Cri de Paris» del 4 giugno 1899. Lo spettacolo sarebbe poi andato in sc (...)

1Per poter realizzare il suo ultimo spettacolo, Lugné-Poe – ormai allo stremo – dovette appellarsi ai suoi abbonati, domandando un ultimo sforzo economico con una circolare che recitava: «À causes de ses vertus l’Œuvre est devenue fort pauvre. Nous voulons donner cependant encore une soirée puissante par la passion et par les idées; nous réclamons énergiquement votre souscription pour nous aider à parfaire nos ressources en vue du spectacle du 15 juin qui sera composé de A. Le Dialogue avec la Maréchale de Diderot. B. Le Triomphe de la Raison, pièce en 3 actes de M. Romain Rolland»1.

  • 2 Lettera di Rolland a Lugné-Poe dell’11 gennaio 1899, in R. Rolland, Lugné-Poe, Correspondance… cit. (...)
  • 3 Ivi, p. 167. L’idea di Lugné-Poe a quella data era di rappresentare come tre spettacoli conclusivi (...)
  • 4 Cfr. Journal intime di Rolland, p. 262 cit. ivi, p. 177, nota 4. A proposito delle prove, Rolland s (...)
  • 5 Lettera di Rolland a Lugné-Poe dell’11 giugno 1899, in R. Rolland, Lugné-Poe, Correspondance… cit., (...)

2Le Triomphe era già stato annunciato in cartellone a inizio stagione, nonostante Rolland vi stesse ancora lavorando. La prima stesura era terminata nel dicembre 1898: l’11 gennaio Rolland aveva proposto a Lugné una lettura dell’opera, la quale avrebbe subìto significative modifiche nel corso di quel mese e del successivo, fatta eccezione per il primo atto, che il drammaturgo reputava già allora il migliore2. Il 28 febbraio gliene inviò la versione definitiva3. Le prove sarebbero cominciate solo il 29 maggio, dopo che Rolland si sarebbe impegnato a caricarsi delle spese della parte musicale, piuttosto cospicue4. Leggiamo infatti sul «Figaro» del 14 e del 19 giugno che «les difficultés de la mise au point ont jusqu’ici retardé le Triomphe de la Raison. […] Il a fallu grouper un orchestre et des choristes qui seront dirigés par M. Julien Tiersot. La partie musicale est, en effet, considérable»: nel primo atto si sarebbe ascoltata la Marche lugubre di Gossec, mai più suonata in Francia dal 1791, occasione della translazione delle ceneri di Voltaire; nel terzo sarebbe stata cantata la ronde Triomphe de la République, opéra composta nel 1793 da Chénier e Gossec; infine il Chant patriotique pour l’inauguration des bustes de Marat et de Lepelletier (1793) «par Conpigni, des bureaux de la Marine et Gosset»; il tenore solista sarebbe stato Dantu, del Théâtre de la Monnaie5.

  • 6 H. Fouquier, Les Théâtres, in «Le Figaro», 23 giugno 1899, p. 4.

3Scrive Rolland che Tiersot avrebbe chiesto una cifra piuttosto esosa per dirigere l’orchestra costituita da una ventina di musicisti e una decina di coristi, cosa che gli avrebbe reso impossibile compiere altre spese per la rappresentazione; tuttavia la componente musicale gli appariva del tutto necessaria «non seulement pour la pièce, mais pour la dernière de l’Œuvre: il faut qu’elle finisse en beauté»6.

  • 7 Nestor [pseudonimo di H. Fouquier], Un grand journaliste, in «L’Écho de Paris», 29 giugno 1899, p. (...)

4E l’Œuvre terminò effettivamente in bellezza, con una serata che Fouquier definì la più interessante da diverso tempo, dicendosi dispiaciuto che i giornali se ne fossero occupati molto poco7.

  • 8 H. Fouquier, Les Théâtres cit., p. 4.

5Lo spettacolo venne aperto dal Dialogue di Diderot, che non pare essere un’idea originale di Lugné-Poe se è vero quello che scrive lo stesso Fouquier, ossia che si era già discusso – con esito negativo – di portare in scena quel dialogo filosofico all’Odéon o alla Comédie in occasione del centenario del suo autore8.

  • 9 G. Larroumet, Chronique théâtrale, in «Le Temps», 26 giugno 1899, p. 2. Larroumet critica tuttavia (...)

6La critica principale, e in fondo prevedibile, che venne mossa a tale adattamento, fu quella di non essere una «pièce de théâtre», bensì «une lecture»: nonostante le pagine filosofiche di Diderot fossero indiscutibilmente un capolavoro, sarebbe un’illusione credere che, «pour être de cette forme vivante» grazie a un dialogo vivace, l’opera potesse divenire teatrale, dal momento che le mancava del tutto l’azione9.

  • 10 Ibid.

7Nonostante un po’ di noia da parte del pubblico tuttavia, l’idea venne ritenuta originale e coraggiosa, quando non addirittura «particulièrement surprenante»10.

  • 11 E. Sée, La Semaine Dramatique, in «La Presse», 26 giugno 1899, p. 2.
  • 12 G. Larroumet, Chronique théâtrale cit., p. 2.

8Il Triomphe de la Raison venne applaudito dal pubblico furiosamente11. L’opera era ambientata ai tempi della Convenzione, all’indomani della morte di Marat e – sulla scia delle precedenti pièces di Rolland – era volta a provare «que la foule est incompréhensive et brutale, que l’élite doit la mépriser et que la meilleure philosophie sociale se confond avec le plus intransigeant individualisme»12.

  • 13 H. Fouquier, Les Théâtres cit., p. 4.
  • 14 A.-F. Hérold, Les Théâtres, in «Le Mercure de France», agosto 1899, p. 549. «Ce nouveau Thermidor, (...)

9«Rolland» – scrive Larroumet – « […] a voulu synthétiser, faire parler et agir, incarner dans des personnages concrets, à la fois individuels et symboliques, toutes les théories, si opposée, que la Révolution a mises en pratique»13. Se i primi due atti rappresentavano una sorta di «tableaux historiques» della Rivoluzione pieni di ferocia e passione, nel terzo l’autore toccava vertici definiti da Fouquier di superba ironia14.

  • 15 G. Larroumet, Chronique théâtrale cit., p. 2.

10All’autore fu riconosciuto un indiscutibile talento, nonostante venisse mossa da numerosi critici l’accusa di una certa confusione: «Il semble que M. Romain Rolland ait sacrifié le soin de la rendre claire à celui de faire prononcer par des personnages intelligemment reconstitués d’éloquents discours, dont on ne puisse contester l’exactitude historique»15.

  • 16 H. Fouquier, Les Théâtres cit., p. 4. Fouquier riporta l’esempio della mancata presentazione del pe (...)

11Larroumet definì l’opera «inégale et confuse», ma non poteva non risconoscere le capacità dell’autore, e in particolare l’abilità linguistica e il suo eccellente francese, «ce qui n’est pas banal à l’Œuvre, où nous ont été servies nombre de cacographies prétentieuse»16.

  • 17 E. Faguet, La Semaine Dramatique, in «Journal des débats politiques et littéraires», 26 giugno 1899 (...)
  • 18 H. Fouquier, Les Théâtres cit., p. 4; G. Larroumet, Chronique théâtrale cit., p. 2.

12Tanto Fouquier quanto Faguet rimandarono tale stile confuso alla scarsa conoscenza di Rolland del mestiere teatrale: ci sarebbero delle inverosimiglianze che sarebbe bastato poco per eliminare padroneggiando gli elementi drammatici17. Faguet definì la pièce un «tableau psychologique de la Révolution française» che dimostrava scarsa teatralità, compensata certo da un gran talento filosofico e letterario18.

  • 19 C. Martel, Théâtres cit., p. 3.
  • 20 G. Larroumet, Chronique théâtrale cit., p. 2; Premières Représentations, in «L’Eclair» cit., p. 3.

13L’opera venne giudicata «bien joué, en général, avec conviction et feu»: spiccarono la giovane Mlle Delvayr nel ruolo di Fossette, «très vraie, très femme»; Mitrecy in quello di Cranville, recitato con convinzione e autorità; Luxeuil, in quello di Lux, che ne aveva reso la caricatura con misura e pathos19. Anche la componente musicale fu molto applaudita, soprattutto la Marche lugubre di Gossec, che riuscì a esprimere l’energia e l’anima del tempo20.

  • 21 E. Sée, La Semaine Dramatique cit., p. 2.

14Lugné-Poe non figurò nello spettacolo che alla fine del primo atto come cadavere di Marat, immagine profondamente simbolica. Terminata la rappresentazione del Triomphe, il direttore salì sul palco per fare il triste annuncio della chiusura del suo teatro. Scrive Sée: «M. Lugné-Poe s’est avancé vers la rampe; il avait l’air triste et sa voix était sans éclat: Mesdames et messieurs, la dernière pièce que le théâtre de l’Œuvre a eu l’honneur de représenter devant vous est de M. Romain Rolland. Alors, des jeunes hommes au large chapeau ont poussé de grands cris; des petites femmes à bandeaux ont senti leurs yeux se remplir de larmes, et mon voisin, plus expansif, plus ému, a laissé échapper le mot cher au bon Ubu»21.

  • 22 Ibid.

15Il critico aggiunge: «L’Œuvre a vécu. Il convient de saluer sa mort avec des sentiments reconnaissants et respectueux. Je lui dois beaucoup. Tous lui doivent beaucoup. Grâce à elle, grâce a Lugné-Poe, son directeur, jamais découragé, jamais abattu, malgré les difficultés qu’il rencontra sur sa route, nous avons pu connaître quelques maîtres étrangers dont l’influence sur notre littérature (fut-elle bonne ou mauvaise, ce n’est pas ici le lieu de le discuter) a été considérable: Ibsen, Maeterlinck, Hauptmann, Björnson. Elle a permis à de jeunes auteurs français d’arriver au grand public; ce sont là des bienfaits qu’il convient de ne pas oublier, et les Lettres Françaises doivent déposer quelques pensées reconnaissantes sur la tombe de M. Lugné-Poe, d’où, nous en avons l’espoir, il ne tardera pas à ressusciter»22.

  • 23 E. Faguet, La Semaine Dramatique cit., p. 2; G. Larroumet, Chronique théâtrale cit., p. 2.

16Le condoglianze, i ringraziamenti e gli auguri riportati da Sée in chiusura della sua recensione, vennero espressi con la stessa intensità dalla maggior parte dei critici che assistettero al triste annuncio: Faguet scrisse che l’Œuvre avrebbe segnato un capitolo della storia letteraria francese; Larroumet si disse certo che l’Œuvre sarebbe resuscitato – come effettivamente avvenne – in una forma nuova e che se pure aveva potuto mancare di giudizio nell’assecondare i gusti dei pallidi esteti, non l’aveva mai fatto di convinzione e la febbre dell’arte, generosa e disinteressata, aveva sempre animato Lugné-Poe, «l’acteur hoffmannesque, que Jules Lemaître appelait un clergyman somnambule»23.

  • 24 H. Fouquier, Les Théâtres cit., p. 4.

17Fouquier, sebbene dispiaciuto dell’échec («comme je regrette toutes les mésaventures théâtrales»), non esitò ad addossarne la colpa agli eccessi dello stesso Lugné: «Il a, trop souvent, pris l’outrance pour le progrès, la folie pour la fantaisie, l’excentricité pour l’originalité»24.

  • 25 J. Huret, Courrier des Théâtres, in «Le Figaro», 22 giugno 1899, p. 4.

18Il 24 giugno il «Figaro» pubblicò una lettera di Lugné-Poe in risposta all’augurio indirizzatogli da Huret due giorni prima dalle pagine dello stesso quotidiano, in cui il critico riconosceva i meriti artistici dell’Œuvre, dicendosi anch’egli certo che sarebbe presto resuscitato «sous une nouvelle forme»25.

19Riportiamo intregralmente la missiva di Lugné-Poe, in cui dà conto della sua difficile situazione economica, sola e unica ragione della chiusura dell’impresa che sperava anch’egli di poter prima o poi riavviare:

  • 26 J. Huret, Courrier des Théâtres, in «Le Figaro», 24 giugno 1899, p. 4.

En annonçant jeudi dernier que le Triomphe de la Raison était la dernière représentation de l’Œuvre, vous avez bien voulu, encore une fois, marquer toute votre sympathie pour ma tentative, en disant qu’il fallait espérer, non point une disparition totale de l’Œuvre, mais seulement une transformation. Je voudrais pouvoir dire comme vous! La vérité est que j’ai fondé l’Œuvre, il y a six ans, avec J.-M. Gros, et que nous avions pour tout potage et comme fonds social la somme de 40 francs. Vous me croirez si vous voulez: à monter Rosmersholm, Brand, Peer Gynt, Au delà des Forces, etc., nous avons dépensé ces 40 francs… et même plus! À l’heure actuelle, j’ai quelques dettes. Je n’ose, je ne puis les augmenter encore, c’est pourquoi je m’arrête, non pas désespéré ni fatigué, mais soucieux seulement d’alléger mes épaules du fardeau encombrant qui paralyse tous mes mouvements. Je vais donc travailler à n’importe quoi pour me libérer, et après… Après, je m’efforcerai de recueillir un capital supérieur aux deux louis qui constituèrent le fonds de roulement initial de l’Œuvre, et je tâcherai de donner des soirées qui ne fassent pas regretter l’Œuvre qui disparaît, ou plutôt dont les manifestations sont interrompues. Mais avant que de dire un définitif au revoir, laissez-moi, par le Figaro, remercier profondément tous ceux qui m’aidèrent dans ma tâche; vos confrères, les critiques qui suivirent l’Œuvre avec tant d’intérêt. Pour cela, ici, je les remercie, tous. Les souscripteurs qui, avec persévérance, me soutinrent de leurs deniers, et mes camarades: les acteurs, qui voulurent bien, avec moi, livrer toutes les batailles et les gagner quelquefois. A tous, encore une fois, merci, et j’espère, à bientôt.26

20Così i giornali tornarono finalmente – seppure per una sfortunata occorrenza – a occuparsi dell’Œuvre, dedicando paginate e intere rubriche alla ricostruzione della sua storia e dei suoi meriti.

  • 27 Id., Courrier des Théâtres, in «Le Figaro», 27 giugno 1899, p. 5.
  • 28 Ibid.

21André Chadourne rispose, sempre sul «Figaro», alla lettera di Lugné, definendola «navrante»: «Voilà, en effet, un jeune homme […] qui, pendant dix ans, a lutté dans ce Paris où les campagnes devraient compter au quintuple, et qui, après ces dix ans, non seulement n’a rien gagné, mais qui déclare s’arrêter pour cause de dettes»27. Chadourne si sentì di scusare in qualche modo l’incoerenza dei programmi presentati dall’Œuvre, specie nell’ultimo periodo, dal momento che sarebbe davvero impossibile per un direttore teatrale compiere scelte estetiche decise senza la propria libertà economica. «Je me rappelle avoir présenté à Lugné-Poe […] la traduction d’un […] chefs-d’œuvre d’ailleurs […] et à deux reprises, après l’avoir examiné, Lugné-Poe me répondit tristement: C’est fort beau; mais l’Œuvre n’a pas assez de ressources […]. Comment alors prétendre diriger quand on ne peut pas soi-même marcher en liberté?»28.

  • 29 E. Sée, La Semaine Dramatique. L’Œuvre, in «La Presse», 3 luglio 1899, p. 2.

22Sée volle ripercorrere nuovamente, sulle pagine de «La Presse», le vicende del teatro di Lugné, che «fit surgir quelques belles œuvres et créa un mouvement qui ne saurait s’oublier»: «L’Œuvre fit surgir des personnages, des costumes, une littérature. Ses ambitions étaient indécises, ses tendances parfois douteuses; mais on aurait reconnu entre mille les habitués et les habituées de ses premières représentations. Petit peuple falot, d’une couleur pourtant bien définie, chansonné, imité, décrit dans tous les romans et dans toutes les revues. […] L’Œuvre disparait, tous les théâtres à côté disparaissent»29.

  • 30 Ibid.

23Sée concludeva il suo articolo ricordando che Lugné-Poe cercava ora un ingaggio come attore in un teatro regolare e segnalandolo significativamente ai direttori teatrali per il suo talento comico, dal momento che «il joue la comédie avec finesse et intelligence. II faut leur dire cette chose imprévue et cependant bien réelle: que le directeur de l’Œuvre est un comique à engager!»30.

24L’articolo più lungo e nostalgico dedicato alla chiusura dell’Œuvre fu quello di Bourdon, che – partendo dal triste annuncio di Lugné-Poe – ricostruiva i suoi successi, il suo pubblico, le novità che aveva portato in Francia e i caratteri propri della sua ricerca teatrale:

  • 31 G. Bourdon, La fin de l’Œuvre, in «Le Figaro», 11 luglio 1899, p. 4.

La voix de M. Lugné-Poe tremblait un peu lorsque, l’autre soir, après que ses comédiens ordinaires eurent joué le Triomphe de la Raison, il annonça: «La dernière pièce que l’Œuvre vient d’avoir l’honneur d’interpréter est de M. Romain Rolland».
Le public, en se coulant vers les portes, s’exclama: – Comment, la dernière? C’est donc fini, l’Œuvre? – Vous ne savez pas? Mais oui, Lugné ferme. – Pas possible! Pourquoi? – Il en a assez. – Il n’en a plus, vous voulez dire. – De quoi? – D’argent, parbleu! – Ma foi, ne regrettons rien, l’Œuvre a donné tout ce qu’elle pouvait donner, l’agonie était visible, et sa fin, c’est vraiment le triomphe de la raison.
Je me rappelais une soirée d’il y a six ans, à l’automne de 1893, tout en haut de la Chapelle, aux Bouffes-du-Nord. Le Rosmersholm du vieux maître norvégien venait d’être révélé à Paris, et M. Lugné-Poe, enflant sa voix et relevant le front, jeta à la salle le nom d’Ibsen. C’était le même homme, ce n’était pas la même voix. Elle avait des sonorités d’allégresse et de triomphe, elle tombait sur le public debout avec des airs de bravoure et de défi, comme une proclamation de victoire. De l’orchestre aux galeries, on y répondait par des acclamations furibondes, dans une fièvre de bataille. Les chevaliers de ce combat fameux étaient de jeunes hommes pâles, qui portaient magnifiquement des têtes douloureuses sur de minces épaules, et de petites femmes au regard perdu, dont on ne distinguait en profil qu’un nez, un reflet de joue et une coulée de cheveux lisses. […] Les vierges pâles et les éphèbes tristes, voilà les rudes guerriers dont l’Œuvre faisait son armée d’avant-garde. C’est pour eux qu’elle allait vivre, et c’est par eux aussi qu’elle devait mourir. Et, dans cette nuit d’octobre 1893, c’est leur propre avènement à la vie, à la bataille, à la réclame, c’est leur propre investiture qu’ils célébraient, en acclamant, par un effort de leurs voix débiles, l’acteur qui les appelait à la renommée. J’ose dire, sans manquer de respect au glorieux Ibsen, que cette soirée consacra leur succès bien plus que celui de Rosmersholm. Et tout le temps que dura l’Œuvre, il en fut ainsi. Tous les officiants des petites chapelles, cette franc-maçonnerie occulte des revues dites jeunes, se précipitèrent à ses spectacles, moins dans le dessein d’entendre et de juger qu’avec le parti pris d’acclamer, de s’acclamer eux-mêmes dans les œuvres, bonnes ou mauvaises, dont ils faisaient leurs châteaux-forts. […] C’est juger trop vite que de dire qu’elle fut seulement le sanctuaire de l’art du Nord. Sans doute, elle fit connaître un grand nombre d’œuvres étrangères; mais elle accueillit aussi les écrivains nationaux.
Voici le compte qui m’est fourni: contre cent huit actes étrangers, elle en a joué cent soixante-neuf de pièces françaises. Mais, aux uns et aux autres, l’Œuvre demandait une inspiration commune; elle s’inquiétait peu de l’affabulation, de la composition dramatique, de la vraisemblance des situations; elle affectait de mépriser les conflits de passions, les études de mœurs, les restitutions de milieux; elle abhorrait la pièce dite bien faite, quels que fussent du reste ses autres mérites; elle ne cherchait qu’à évoquer des idées et du rêve, à constituer une sorte de théâtre cérébral, et à imposer de haute lutte des ouvrages systématiquement contradictoires de ceux où, depuis plus de deux mille ans, on se plaît à reconnaître les modèles mêmes de la forme dramatique. Parmi eux, visiblement elle préféra toujours ceux qui exaltaient la personne humaine, l’individualisme, la liberté, et qui dressaient la protestation des consciences contre la tyrannie des sociétés ou l’incompréhension des foules. L’obscurité aussi fut parfois un titre à mériter sa faveur.
L’Œuvre était à la fois un aboutissement et une protestation. Elle ouvrait la scène à la génération d’esthètes nébuleux et intraitables qui, depuis moins de dix ans, à travers plusieurs avatars, s’escrimaient notamment au Mercure, à la Revue Blanche, à L’Ermitage. On y pratiquait une manière de mysticisme intransigeant, et l’on n’y parlait que d’idées à féconder le monde. On y dissertait sur la personnalité et la conscience, on y vantait l’anarchie, que l’on écrivait An-Archie, et l’on se jeta sur ce théâtre nouveau, qui créait un merveilleux instrument de propagande. Du même coup, on se donnait la joie de protester contre le Théâtre Libre, […] contre le « naturalisme obscène » […]. L’Œuvre, c’était l’Evangile nouveau […] et, dès le premier jour, M. Lugné-Poe se dressa comme l’apôtre de l’idéalisme contre M. Antoine, champion d’un réalisme détesté.
Pendant six ans, M. Lugné-Poe a soutenu ce rôle, survivant à l’adversaire, et, si je vois bien que sa chimérique tentative a échoué dans son principe, comme elle le devait, je constate que, grâce à lui et par un effort obstiné de six laborieux ans, d’incomparables œuvres nous furent révélées, que nous ignorerions encore. […] Aujourd’hui, l’Œuvre disparait, ou plutôt s’interrompt, selon le mot de M. Lugné-Poe, qui espère la reprendre quelque jour, plus tard, sur d’autres bases et avec un autre programme. Soit. Mais la première période est achevée, et il convenait de marquer le caractère de cette entreprise, qui n’aura valu à son initiateur qu’un peu de renommée et quelques dettes. L’évolution dramatique de ces quinze dernières années sera, pour un Sainte-Beuve à venir, un chapitre notable de l’histoire de la littérature de ce temps. L’Œuvre y aura sa place, et elle méritait un salut au jour de sa fin.31

Notes

1 Circolare pubblicata su «Le Cri de Paris» del 4 giugno 1899. Lo spettacolo sarebbe poi andato in scena ai Bouffes-Parisiens il 21 giugno invece del 15.
Lugné-Poe s’impegnò fortemente per cercare di ottenere sottoscrizioni per quest’ultima rappresentazione, come dimostrano le lettere di sollecitazione inviate ai suoi conoscenti: abbiamo infatti ritrovato alla Bnf una missiva da lui indirizzata a Reinach in cui gli domanda di far campagna pubblicitaria nel suo entourage, sottolineando come la miseria dell’Œuvre si dibattesse per quest’ultima gloria che meritava di avere eco. Allo stesso modo, in una lettera a Dujardin conservata alla Bibliothéque Doucet e datata 13 giugno, avverte l’amico che tutto sta per finire e domanda, a lui come agli altri, piccole sottoscrizioni per un bello e ultimo spettacolo.

2 Lettera di Rolland a Lugné-Poe dell’11 gennaio 1899, in R. Rolland, Lugné-Poe, Correspondance… cit., p. 160.

3 Ivi, p. 167. L’idea di Lugné-Poe a quella data era di rappresentare come tre spettacoli conclusivi della stagione Au dela des forces, il Paul Lange e infine il Triomphe, nonostante non facesse affatto mistero delle difficoltà economiche che rischiavano di compromettere tale progetto (lettera di Lugné-Poe a Rolland del 21 febbraio 1899, ivi, p. 164).

4 Cfr. Journal intime di Rolland, p. 262 cit. ivi, p. 177, nota 4. A proposito delle prove, Rolland scrive che procedevano seriamente «sous la direction de Lugné. Intelligent et fantasque comme toujours» (Journal intime, p. 263, ivi, p. 184).

5 Lettera di Rolland a Lugné-Poe dell’11 giugno 1899, in R. Rolland, Lugné-Poe, Correspondance… cit., pp. 177-178.

6 H. Fouquier, Les Théâtres, in «Le Figaro», 23 giugno 1899, p. 4.

7 Nestor [pseudonimo di H. Fouquier], Un grand journaliste, in «L’Écho de Paris», 29 giugno 1899, p. 1.

8 H. Fouquier, Les Théâtres cit., p. 4.

9 G. Larroumet, Chronique théâtrale, in «Le Temps», 26 giugno 1899, p. 2. Larroumet critica tuttavia gli attori: Charny per non aver saputo rendere la vivacità di Diderot con la sua pacatezza pedante, la Barbieri per aver utilizzato un tono troppo dolce per le repliche «lourdes» della maréchale.

10 Ibid.

11 E. Sée, La Semaine Dramatique, in «La Presse», 26 giugno 1899, p. 2.

12 G. Larroumet, Chronique théâtrale cit., p. 2.

13 H. Fouquier, Les Théâtres cit., p. 4.

14 A.-F. Hérold, Les Théâtres, in «Le Mercure de France», agosto 1899, p. 549. «Ce nouveau Thermidor, sans Sardou, laisse percer à travers quelque confusion un appréciable intérêt artistique» (C. Martel, Théâtres, in «L’Aurore», 23 giugno 1899, p. 3); «J’avouerai fort humblement ne pas avoir toujours démêle les intentions de l’auteur, qui, pourtant, est homme de talent, ainsi que nous l’ont révélé précédemment Aërt et les Loups» (E. Sée, La Semaine Dramatique cit., p. 2).

15 G. Larroumet, Chronique théâtrale cit., p. 2.

16 H. Fouquier, Les Théâtres cit., p. 4. Fouquier riporta l’esempio della mancata presentazione del personaggio di Lux, che finisce col risultare un po’ oscuro.

17 E. Faguet, La Semaine Dramatique, in «Journal des débats politiques et littéraires», 26 giugno 1899, p. 2. «La pièce, au sens où nous l’entendons, n’existe point. Ce sont des caractères qui s’expliquent. C’est le verbe de l’action» (Premières Représentations, in «L’Eclair», 23 giugno 1899, p. 3).

18 H. Fouquier, Les Théâtres cit., p. 4; G. Larroumet, Chronique théâtrale cit., p. 2.

19 C. Martel, Théâtres cit., p. 3.

20 G. Larroumet, Chronique théâtrale cit., p. 2; Premières Représentations, in «L’Eclair» cit., p. 3.

21 E. Sée, La Semaine Dramatique cit., p. 2.

22 Ibid.

23 E. Faguet, La Semaine Dramatique cit., p. 2; G. Larroumet, Chronique théâtrale cit., p. 2.

24 H. Fouquier, Les Théâtres cit., p. 4.

25 J. Huret, Courrier des Théâtres, in «Le Figaro», 22 giugno 1899, p. 4.

26 J. Huret, Courrier des Théâtres, in «Le Figaro», 24 giugno 1899, p. 4.

27 Id., Courrier des Théâtres, in «Le Figaro», 27 giugno 1899, p. 5.

28 Ibid.

29 E. Sée, La Semaine Dramatique. L’Œuvre, in «La Presse», 3 luglio 1899, p. 2.

30 Ibid.

31 G. Bourdon, La fin de l’Œuvre, in «Le Figaro», 11 luglio 1899, p. 4.