Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lugné-Poe e l’Œuvre simbolista

 | 
Giuliana Altamura

45. La rottura coi Simbolisti

Texte intégral

1Qualche giorno prima della rappresentazione della Comédie de l’Amour, Lugné-Poe aveva divulgato fra i suoi abbonati una circolare che, in forma di dichiarazione programmatica per la stagione successiva, sanciva di fatto il suo allontanamento dal movimento simbolista. Il 21 giugno – il giorno prima della generale – la circolare venne riprodotta sul «Figaro»:

  • 1 Courrier des Théâtres, in «Le Figaro», 21 giugno 1897, p. 4.

Durant cette saison, sur huit spectacles, cinq furent composés de pièces étrangères et trois de pièces françaises. Les cinq traductions furent unanimement, ou presque, louées par le public et par la presse, au contraire des œuvres françaises qui sont écoutées médiocrement et exécutées brièvement dans les journaux. Il en faut donc conclure que ces pièces sont sans intérêt, que notre pays est pauvre de productions dramatiques originales puisque, pas plus à L’Œuvre que dans les autres théâtres d’essai, le chef-d’œuvre national ne s’est trouvé.
Né après sept ans de théâtre naturaliste, à une époque où la jeunesse des lettres se disait symboliste, l’Œuvre se trouva englobée dans ce mouvement, malgré la contradiction évidente qui existe entre le théâtre d’Ibsen et les théories symbolistes. Un malentendu s’est donc établi contre lequel nous voudrions réagir. L’Œuvre ne dépend d’aucune école et, si l’accueil des tendances mystiques avait pu égarer quelques-uns, il serait temps de s’arrêter puisque, à part les admirables drames de Maurice Maeterlinck, elles n’ont rien produit au point de vue dramatique. Une des dernières jouées par nous, et peut-être des meilleures – s’il nous est permis de donner notre avis – énerva l’auditoire, et la mort du principal personnage nous a semblé marquer en même temps le décès d’une manière de théâtre factice. L’Œuvre doit avoir une plus noble tâche que de servir des intérêts que les intéressés défendent si mal. Passant outre aux conseils, aux reproches, l’Œuvre, dans sa nouvelle saison, ne s’occupera pas de l’origine des pièces qu’elle montera, tenant compte uniquement de l’humanité, de la vie, et, si c’est seulement de l’étranger que viennent ces pièces, elle ne jouera que des étrangers. C’est dans cet esprit que sera élaboré notre programme de la saison 1897-1898, que nous publierons dans quelques jours.1

2Lugné-Poe dichiarava dunque senza mezzi termini l’autonomia – d’altra parte, sempre ribadita – del suo teatro da qualsiasi corrente, e in particolar modo da quella simbolista francese, i cui autori erano stati incapaci – ad eccezione di Maeterlinck – di offrirgli il capolavoro sperato.

3Ad accuse così precise, non mancò ovviamente risposta. Il 24 giugno, sempre sulle pagine del «Figaro», Huret riportò due missive: la prima, collettiva, firmata da Henry Bataille, Romain Coolus, Louis Dumur, Paul Fort, Hérold, Alfred Jarry, Gustave Kahn, Pierre Quillard, Rachilde, Henri de Régnier, Saint-Pol-Roux, Auguste Villeroy; la seconda da Robert de Flers, direttore degli Escholiers.

4Riportiamo integralmente il testo della risposta degli autori simbolisti, fra cui – abbiamo visto – figurava non soltanto un Bataille (da cui in effetti, dato l’antagonismo con Lugné-Poe, ce lo si sarebbe potuto aspettare), ma anche una Rachilde, da sempre al fianco dell’Œuvre, come anche un Paul Fort che a Lugné aveva passato il testimone del Théâtre d’Art, un Jarry che tante ne aveva vissute al suo fianco, oppure scrittori che dovevano al direttore – nel bene o nel male – il loro debutto sulla scena:

  • 2 J. Huret, La Jeune Littérature et le Théâtre de l’Œuvre, in «Le Figaro», 24 giugno 1897, p. 4.

M. Lugné Poe juge opportun de rompre avec le symbolisme dont il aurait subi, déclare-t-il, la tyrannie exclusive et désastreuse. En fait, telles pièces jouées à l’Œuvre, et signées de noms français, avaient avec le théâtre de Ponsard et de notre national Émile Augier les plus fâcheuses affinités, et le symbolisme ne saurait être rendu responsable de la Dernière Croisade, l’École de l’Idéal ou le Fils de l’Abbesse, par exemple. Le symbolisme – si symbolisme il y a – n’a donc rien à voir avec M. Lugné-Poe, entrepreneur de représentations théâtrales. L’Œuvre, au contraire, a profité, pour la représentation de pièces françaises ou étrangères, du mouvement d’idées qu’avaient suscité autour d’elle des écrivains que M. Lugné-Poe n’a pas à juger. Ceux-ci lui purent accorder leurs sympathies quand il faisait des tentatives intéressantes, tout en réservant courtoisement leur appréciation sur la façon, parfois singulière, dont il les présentait au public. Ils ne lui permettent pas de rompre des relations purement fictives, s’il lui plaît de donner ce nom à la trop grande condescendance dont ils témoignèrent à son égard.2

5A detta dei dodici firmatari, Lugné-Poe – semplice «entrepreneur de représentations théâtrales» – non aveva mai avuto niente a che vedere col Simbolismo, se non nel momento in cui si era approfittato della corrente per ottenere le opere di scrittori che non aveva diritto di giudicare proprio in quanto teatrante e che, a loro volta, avevano accettato con condiscendenza le sue sperimentazioni sceniche. Sono i poeti insomma, nel porre la poesia su un gradino gerarchicamente superiore al teatro, a ripudiare l’esperienza del Simbolismo scenico, di cui Lugné-Poe pareva annunciare inevitabilmente la fine e che pure era stato lui in primis a fare, e non i poeti. Era impossibile allora prendere coscienza di quanto quelle sperimentazioni spesso fallaci sarebbero state fondamentali per la storia del teatro del Novecento. Certo un capitolo era giunto all’esaurimento, ma il Simbolismo teatrale, che per via delle sue intime contraddizioni non era riuscito a dare il capolavoro sperato da Lugné-Poe, aveva avviato un ripensamento della scena culminato con l’Ubu Roi in una trasformazione del fare teatro dalla quale non si sarebbe più potuti tornare indietro. Lugné-Poe si era così trovato davanti a un’impossibilità che non aveva gli strumenti storici per comprendere, pur essendo sufficientemente intelligente da avvertire che la declamazione sonnambolica di versi simbolisti dietro teli oracolari non sarebbe stata allora più credibile. Dopo il primo Merdre, a teatro aveva smesso di regnare la Parola.

  • 3 Robichez insiste nell’affermare che il distacco di Lugné-Poe dai Simbolisti era dovuto, in fondo, a (...)

6Quanto agli autori simbolisti, in fondo non avevano mai voluto il teatro, ma sempre e solo una forma tangibile della Poesia. L’intera querelle non ha altro senso, vista oggi, che il riaffermare quelle che erano sempre state le intenzioni di Lugné, checché ne dica Robichez: fare teatro3. Noi non crediamo infatti che la sua sia stata una rinuncia in toto alla possibilità di fare del buon teatro simbolista come lascia intendere lo studioso, o Lugné-Poe avrebbe dovuto rinnegare anche l’estetica alla base dell’opera maeterlinckiana, che pure esclude esplicitamente dal discorso. La sua era stata fondamentalmente una provocazione, uno sfogo – nemmeno troppo istintivo – mirato a smuovere gli scrittori del movimento, e in questo ci pare di trovare conferma nelle stesse parole del direttore dell’Œuvre nel momento in cui brevemente espone l’accaduto:

  • 4 Lugné-Poe, Acrobaties cit., pp. 202-203.

Je criais S.O.S. à ma façon, peut-être, mais, pas assez fort!…
– … Allons le Symbolistes, faites quelque chose! Donnez-moi une œuvre théâtrale… Voulez-vous me contraindre à me tourner d’un autre côté? Je veux faire du théâtre… J’aime le théâtre pour lui-même.
Et ils me répondaient avec le plus grand mépris:
– Dites donc, vous, entrepreneur de théâtre, faites donc votre métier, nous faisons le nôtre, nous n’avons que faire de vos grossières censures!…4

7La risposta dei Dodici era seguita da quella del Presidente del Cercle des Escholiers, che rincarava la dose:

  • 5 J. Huret, La Jeune Littérature et le Théâtre de l’Œuvre cit., p. 4.

Il faut penser et espérer que tout esprit bien élevé n’aura pas lu cette profession de doute sans colère et sans indignation. Certes, on doit à l’Œuvre de belles et profitables soirées; mais par cette inattendue déclaration, ne vient-elle pas de perdre le fruit d’une noble tâche noblement commencée? M. Lugné-Poe semble ignorer que chaque pays compte à peine, dans toute son histoire littéraire, deux ou trois chefs-d’œuvre nationaux, qu’il n’en jaillit pas un par siècle, et qu’ayant entrepris sa mission depuis quelques années à peine, il n’est guère étonnant qu’il n’ait pas encore effectué la grande découverte. Toute erreur est permise, mais il est fâcheux que M. Lugué-Poe ait pris texte de celle-ci pour tenter puérilement de frapper l’art dramatique en France. D’un trait de plume, il a sacrifié et renié les succès qu’il doit à de jeunes auteurs français, et je ne sais comment il a pu oublier aussi subitement La Lépreuse et Ton sang, d’Henri Bataille; Hérakléa, de Villeroy; Raphaël, de Romain Coolus; L’Image, de Beaubourg; La Brebis, d’Edmond Sée; Le Fardeau de la Liberté, de Tristan Bernard. Tous ceux qui, sans chauvinisme (il leur importe peu, d’ailleurs, qu’on les en accuse), ont conservé l’amour et le respect des belles-lettres françaises protesteront contre les décrets de M. Lugné-Poe. […] Un certain plaisir, égoïste je l’avoue, s’est mêlé à l’indignation que m’a procurée la lecture de cet extraordinaire document. Il y avait hier deux théâtres à côté, l’Œuvre et les Escholiers. Le premier, de son propre aveu, se retire de la lutte. Nous restons donc seuls aujourd’hui pour accueillir ceux de nos nationaux qui n’auraient pas cru nécessaire de justifier les prédictions de stérilité de M. Lugné-Poe.5

8La risposta di Lugné-Poe a entrambi, ovviamente, non tardò ad arrivare:

  • 6 J. Huret, Courrier des Théâtres, in «Le Figaro», 25 giugno 1897, p. 4. Huret pubblica inoltre subit (...)

Cher monsieur Huret,
Douze pères nobles du symbolisme se sont cherchés et trouvés pour décréter qu’ils avaient condescendu jusqu’à faire passer leur nom à la postérité par l’Œuvre. Dans cette douzaine, trois au moins n’écrivirent jamais d’œuvres dramatiques, deux firent des à peu près, six (les mandarins) tentèrent l’aventure, tandis que le douzième offre des pièces réclamant 100 personnages, 150 musiciens, 300 figurants et des morts qui parlent. M. d’Ennery employa une plus juste mesure; dès lors-était-il prudent de blaguer Ponsard et Emiles Augier [sic]. […] Voici ce que je veux faire: me débarrasser de l’influence tyrannique des petites chapelles de lettres, accueillir toutes les bonnes pièces, qu’elles soient signées de noms français ou étrangers. A M. Robert de Flers de rengainer son aimable compliment. Je suis plus fier que lui des jeunes que j’ai pu monter et la place, ainsi qu’il s’exprime, n’est pas à prendre. Emu d’espoir et en guise d’oraison, il m’accorde un cours sur le chef-d’œuvre, ses origines, ses mœurs et sa rareté. Les lecteurs du Figaro, ainsi que moi-même, en profiteront sans doute et M. Robert de Flers n’aura pas perdu son temps.6

9Saint-Pol-Roux, a sua volta – il dodicesimo pretenzioso segnatario cui Lugné-Poe fa riferimento nella sua lettera – non esitò a farsi sentire, sempre sulle pagine del «Figaro», invitando il direttore dell’Œuvre ad arrendersi all’evidenza della propria inevitabile fine:

  • 7 J. Huret, Courrier des Théâtres, in «Le Figaro», 26 giugno 1897, p. 4.

Mon cher Huret,
Dans la dernière lettre de M. Lugné-Poe, ce douzième évidement c’est moi! Ici même, cet hiver, il fut en effet question d’une pièce mienne, la Dame à la Faulx: toutefois, cette pièce, je dois dire que le directeur de l’Œuvre ne la connait en aucune façon: il ne saurait donc lui trouver du cousinage avec le répertoire de notre D’Ennery. Très sincèrement, je loue M. Lugné-Poe des bons services qu’il rendit à l’art dramatique, mais pourquoi faut-il que, sortant de son office, ce distingué comédien se soit érigé en justicier d’une génération dont certainement il ignore les manifestations diverses? La vie est un devenir. Antoine a passé, Lugné passe… Accordez une larme pieuse à ces glorieux débris, ô poètes qui pour vous avez l’éternité, puis souriez! Dans toute cette affaire, voyez-vous, il y a bien un mort qui parle – je crains fort que ce soit M. Lugné-Poe.7

10La querelle ebbe una vastissima risonanza: complice la stagione estiva, in cui le rubriche teatrali di riviste e quotidiani non avevano spettacoli da recensire – il divorzio fra Lugné-Poe e i simbolisti fu al centro dell’attenzione per più di un mese, fra opinioni divergenti, botta e risposta, interviste, dichiarazioni. Riportiamo alcune fra le voci più significative del dibattito.

  • 8 A. Hallays, Au jour le jour. La querelle de l’Œuvre et du Mercure, in «Journal des débats politique (...)
  • 9 Ibid.

11Scrive Hallays sul «Journal de débats»: «De pareilles querelles sont d’une délicieuse puérilité. M. Lugné-Poe condamne des pièces qu’il a acceptées et jouées. Les auteurs défendent leurs propres œuvres dont les unes ont été représentées et jugées par les spectateurs et dont les autres seront peut-être jouées un jour… Qu’importe au public? Heureusement le voile est transparent et les belles phrases de ce beaux manifestes nous laissent deviner quelques scènes de la vie littéraire d’aujourd’hui: elles sont d’un comique doux et rafraîchissant, propre à nous distraire un moment durant ces lourdes journées de la canicule»8. Il critico consiglia a Lugné-Poe di non dedicarsi unicamente ai capolavori del Nord, ma di guardare anche, ad esempio, al teatro italiano o a quello inglese. Lo invita inoltre a continuare a rappresentare opere di autori giovani, di qualsiasi corrente essi siano, perché per il pubblico è l’unica cosa che conti: «Le groupe dont vous venez de vous séparer complait déjà des hommes mûrs; des chevelures autrefois noires et abondantes allaient s’argentant ou s’éclaircissant; depuis quelque temps déjà, l’esthétisme des couloirs de l’Œuvre n’était plus qu’une légende. Le schisme n’a donc pas grande importance»9.

  • 10 Intervista rilasciata da Lugné-Poe, pubblicata sull’«Eclair» del 26 giugno 1897 e riportata parzial (...)

12In molti in effetti fraintesero (volutamente?) le parole di Lugné-Poe, il quale non aveva mai affermato che non avrebbe più rappresentato opere francesi, ma che si sarebbe dedicato esclusivamente alle straniere se nessun’opera autoctona di valore gli fosse stata presentata. In un’intervista all’«Éclair» del 26 giugno, Lugné chiarisce la sua posizione, testimoniando inoltre il grande sostegno che stava ricevendo proprio da giovani autori: «Je vous assure que lorsque j’écrivis mon petit papier, je ne me doutais pas du bruit qu’il allait faire. Ils vont bien les douze symbolistes, mais ils ne sont guère aimables. Puisqu’il leur plaît de me traiter d’entrepreneur de représentations théâtrales, laissez-moi leur dire que j’essaie d’agir en directeur avisé et rien de plus. Mais, par exemple, qu’ils ne défigurent point mes paroles et me laissent dire ce que j’ai dit. Ce matin même, le directeur des Escholiers s’écrie: M. Lugné-Poe est mort puisqu’il ne veut plus jouer de Français, et il m’enterre. Mais pas du tout, je n’ai jamais dit cela; relisez ma circulaire […]. Je ne crois point devoir me repentir de la nouvelle orientation que j’entends donner à mon théâtre; déjà trente cinq lettres de jeunes auteurs me sont parvenues, me louant de ma rupture avec les collaborateurs ordinaires d[u] Mercure de France»10.

  • 11 Ivi, pp. 185-192.
  • 12 Ivi, p. 186.

13E proprio il «Mercure» di luglio dedica diverse pagine alla querelle, riportando le posizioni principali11. Da notare come la lettera dei simbolisti appaia qui firmata anche da Davray, Ghéon, Klingsor, Pioch e Tinan, aggiuntisi evidentemente in seguito ai dodici scrittori originali12.

  • 13 L. Bailby, Batailles littéraires. L’Œuvre et les Escholiers, in «La Presse», 25 giugno 1897, p. 4.

14Bailby su «La Presse» non prende posizione, ma ammette che se da una parte è incontestabile che i veri successi della stagione di Lugné-Poe siano state opere straniere, dall’altra non si può negare l’interesse di opere rappresentate all’Œuvre come l’Hérakléa, o Ton sang, o Le Fardeau de la Liberté13. Dimostra inoltre di aver ben compreso le intenzioni di Lugné, che non rifiuta in toto di rappresentare opere francesi, ma si propone di farlo solo in caso possa valerne davvero la pena. Risponde inoltre al direttore degli Escholiers definendo il suo Circolo non esattamente adatto a raccogliere il testimone dell’Œuvre per via del suo carattere privato, aperto solo a pochi membri, e alla selezione di spettacoli scelti da un comitato di autori il più delle volte molto parziali.

  • 14 «M. Lugné-Poe vient de rompre de la façon la plus éclatante et la plus inattendue, avec les cénacle (...)
  • 15 Ibid.

15Sarcey sceglie di astenersi dalla discussione, mentre Gachons – pur preferendo restare al di sopra della contesa – giudica di cattivo gusto da parte di Lugné-Poe rompere pubblicamente con i suoi collaboratori, e soprattutto abbandonare degli amici nel momento in cui hanno smesso di piacere al pubblico: «Attendons, pour blâmer ou absoudre M. Lugné-Poe, l’œuvre qu’il médite»14. Conclude definendo ad ogni modo il suo operato eccellente, avendo non solo portato in Francia i grandi nordici, ma avendo anche fatto scoprire veri talenti drammaturgici nazionali come Beaubourg, Mulhfeld, Bernard, Villeroy, Bataille: il suo nome, al fianco di quello di Antoine, sarebbe passato alla storia15.

16Dello stesso parere è Bauër, che scrive:

  • 16 H. Bauër, Chronique, in «L’Écho de Paris», 26 giugno 1897, pp. 1-2.

M. Lugné-Poe aurait peut-être mieux fait de s’abstenir; il pouvait se dispenser de prendre la parole, puisqu’il a des preuves récentes, comme Peer Gynt et les deux parties d’Au-delà des forces, qui parlent pour lui. Il eût été plus discret à un directeur, fût-ce d’un théâtre d’art et de pensée, de ne pas prononcer sur le mérite et la portée d’ouvrages joués chez lui. Les auteurs les remirent dans un amour désintéressé du beau, et c’est assez pour eux d’avoir subi la critique de pièces dont ils ne tiraient aucun bénéfice, sans souffrir encore les reproches posthumes de leur hôte. Comment Lugné n’a-t-il pas senti qu’il y avait quelque ingratitude dans ce procès rétrospectif qui pouvait offenser un noble et grand poète comme Henri de Régnier et d’autres jeunes écrivains de mérite? Les convenances de sa situation de directeur permettaient de tout faire au mieux de ce qu’il jugeait les intérêts artistiques; elles auraient dû lui conseiller de ne rien dire, et c’était si facile! […] Tâchons de dégager des personnes et de contingences la question posée par ce débat. Evidemment, M. Lugné-Poe use d’argument un peu captieux lorsqu’il confronte les pièces de jeunes écrivains débutants et essayistes avec des chefs-d’œuvre choisis dans les littératures étrangères, et notamment avec la moisson resplendissante du génie scandinave. Les auteurs de hardiesse et de nouveauté n’arrivent pas du premier coup à la maîtrise; ils prouvent ce qu’ils ont de ressources par une conquête graduée: c’est déjà bien que leurs premières pièces témoignent de ce qu’ils pourront devenir. […] Le directeur de l’Œuvre maintiendra ses représentations des plus belles preuves de la littérature étrangère, et il fera bien; il n’aura garde de refuser une pièce significative d’un jeune écrivain français, réaliste, symbolique ou bouddhiste. Ce n’est pas ce qu’il dit qui importe au public, c’est ce qu’il fait, c’est la volonté, l’activité, la ressource qu’il eut en soi pour fonder un théâtre unique. Par lui, l’Œuvre existe, elle a affirmé sa raison d’être dans les magnifiques soirées révélatrices de grands écrivains dont sans elle le nom ne serait peut-être pas connu. Elle ne sera pas détruite par des mots, elle continuera, même avec les faute, avec les erreurs dont ne sont exemptes aucunes actions humaines, elle poursuivra son cours de par sa force acquise, sa propre virtualité, et parce qu’il est utile qu’elle soit.16

17Trarieux, da parte sua, dedica a Lugné una Lettre ouverte in cui lo incoraggia a proseguire nel suo generoso e originale tentativo di fondare un teatro d’idee:

  • 17 G. Trarieux, Lettre ouverte à Lugné-Poe, in «L’Art et la Vie», luglio 1897, pp. 394-398.

Tu as eu tort, tout simplement, de juger et de condamner des pièces que tu avais un soir défendues, sans même faire une distinction entre le talent et l’infortune. […] De quoi l’Œuvre vient-elle donc se plaindre? De n’avoir pas eu la fortune rapide du théâtre Antoine? Mais Antoine n’était que la fin d’une évolution nécessaire; il n’a fait qu’exploiter, avec force et logique, un besoin né bien avant lui. […] L’Œuvre prétendait autre chose, confusément, mais avec un frisson que n’ont pu nier ceux-là mêmes à qui elle donna sur les nerfs. […] Je crois qu’il en est sorti ceci: une aspiration, vague mais forte vers un théâtre qui ne soit ni la poésie parnassienne, ni le réalisme à la mode, qui soit un poème et qui soit réel, qui nous dise, indifféremment, le passé, le présent et l’avenir, mais surtout qui nous dise notre âme, notre âme tout entière et rien qu’elle, – théâtre idéaliste en somme, si l’idéal est la vérité du réel, et si le symbolisme, à le bien prendre, est un noble essai d’idéalisme, parfois incomplet et tronqué. Ce théâtre, l’Œuvre a fait plus que nous le promettre; elle nous l’a donné. […] J’avoue que ta surprise m’étonne, que ton découragement m’inquiète et que ta conclusion me paraît injuste, et surtout hâtive. […] La crise même qui se dénonce […] est vitale pour elle […]. Une réussite aussi précieuse ne se peut obtenir qu’au prix de mille tentatives avortées. […] Nous ne voulons pas moins ardemment que nous ne l’appelions il y a cinq ans l’avènement d’un théâtre idéaliste, si nous ne sommes guère plus habiles à réaliser notre rêve. Et nous avons confiance qu’il naitra. […] Ne te hâte donc pas, mon cher Lugné, de proclamer après quelques campagnes la disette des chefs-d’œuvre espérés. Ce serait perdre le bénéfice d’une tentative généreuse énergiquement commencée.17

  • 18 À l’Œuvre, in «Revue d’art dramatique», luglio 1897, p. 625.
  • 19 Ivi, p. 626.
  • 20 Ivi, p. 627.

18Sulla «Revue d’art dramatique» un articolo pieno di sarcasmo ironizza su di un «petit théâtre» che si faceva comandare a bacchetta da una «petite chapelle» per poi risolversi a fuggire da quell’influenza clericale…18. «Nous espérons pour M. Lugné-Poe […] qu’il aura du moins le bénéfice de sa brutalité, et l’ingéniosité de ne point porter son câble brisé à la sacristie de quelque autre chapelle»: la speranza resta quella che l’Œuvre decida effettivamente di attendere alla ricerca libera di opere belle di qualunque provenienza, nella convinzione che basti dedicarsi effettivamente alla lettura dei copioni di giovani autori ancora sconosciuti per scoprire dei talenti19. La chiusa altrettanto ironica dell’articolo recita: «Et comme, en France, tout finit par des chansons, nous chanterons la débordante magnanimité du symboliste Jarry, qui témoigna d’une trop grande condescendance à l’égard de M. Lugné-Poe en lui permettant de monter Ubu Roi»20.

  • 21 L. Parsons, Opinions. Symbolistes, in «La Presse», 4 luglio 1897, p. 2.

19In molti videro nel divorzio dell’Œuvre dal Simbolismo il naufragio definitivo, da tempo annunciato, del movimento. «En ayant le courage d’affirmer» – scrive Parsons – «que toute œuvre d’art doit être humaine et vivante, le directeur du théâtre de l’Œuvre a mis en question l’existence même de l’école symboliste et de ses représentants. […] Une génération de poètes et d’écrivains en prose a passé – malgré qu’elle en ait dit – à côté de l’action et de la vie moderne»21.

  • 22 Sainte-Claire, Le Débâcle, in «La Plume», 1° luglio 1897, p. 501.

20Sainte-Claire – premettendo che sarebbe stato Lugné-Poe a non concedere più alla «Plume», che aveva portato avanti una dura campagna contro il Simbolismo, il permesso di seguire i suoi spettacoli per via della poca generosità con cui la rivista giudicava il suo teatro – dichiara che: «Certes nous n’avons guère de sympathie pour le monsieur qui préside à l’Œuvre, mais nous ne pouvons lui dénier le sens de l’à-propos. Il a parfaitement compris que c’en est fait du symbolisme, qu’un art nouveau se lève, fleur resplendissante, sur le fumier d’hier, et qu’il faut rompre avec les cénacles à esprit étroit, à égoïsme outré et à prétention formidables. Malheureusement, cette rupture n’est plus possible. M. Lugné-Poe ayant épousé les jalousies et les snobismes de ce cénacle, s’est solidarisé avec lui et ne peut, comme cela, d’un trait de plume, se libérer des chaînes qui le retiennent prisonnier»22.

  • 23 Saint-Georges de Bouhélier, La Révolution au Théâtre, in «L’Événement», 29 giugno 1897, pp. 1-2.
  • 24 Ibid. Per proporre all’Œuvre la direzione naturiste, Bouhélier prende le mosse dall’articolo di Duv (...)

21Saint-Georges de Bouhélier – capo della scuola naturiste – prende significativamente le parti di Lugné-Poe giustificando il suo comportamento, affermando che non avrebbe fatto altro che inviare una circolare ai suoi abbonati in cui esprimeva un semplice bilancio, non giudizi sconsiderati volti ad attaccare qualcuno23. Non può che dargli ragione riguardo l’insuccesso del Simbolismo, ormai sotto gli occhi di tutti, esprimendo in proposito la necessità che si compia una rivoluzione teatrale e sperando che Lugné-Poe possa mostrarsi incline a quella naturiste da lui supportata24.

  • 25 J. Viollis, Les Livres, in «La Revue Sentimentale», giugno-luglio 1897, p. 206; L. Cousin, Notes d’ (...)

22A seguito di Bouhélier, altri esponenti del Naturisme approfittarono della situazione per tendere la mano al direttore, da Viollis – che lo ritenne colpevole solo di aver «franchement formulé un jugement exact et légitime» –, a Louis Cousin, che arrivò ad affermare arbitrariamente: «Désormais ce n’est plus que sur les jeunes auteurs naturistes qu’il comptera pour la saison prochaine»25.

23Infine, l’episodio più eclatante che suscitò tanto scalpore: l’aspra e accesissima polemica fra Mèndes e Lugné-Poe che sfociò addirittura in un duello.

24Mèndes aveva detto la sua a proposito del programma di Lugné-Poe sulle pagine della «Revue Blanche», insultando pesantemente le sue stesse qualità attoriali:

  • 26 C. Mendès, Le crépuscule polaire et l’aube française, in «La Revue Blanche», 15 luglio 1897, p. 81.

Le directeur du théâtre de l’Œuvre […] a déclaré qu’il renonçait presque complètement à faire connaître les œuvres des nouveaux poètes dramatiques de France, et que, désormais, il recourrait de préférence […] aux œuvres étrangères. En un mot, monsieur Lugné-Poe entend se consacrer à cette espèce de commerce qu’on appelle l’importation. C’est son droit. Je lui souhaite d’y trouver des bénéfices. Ce qui n’est pas son droit, c’est de se proclamer réduit à un tel négoce par la pauvreté de la production nationale. Rien ne lui interdisait de mettre à la porte de chez lui […] les auteurs qui avaient cessé de lui plaire; mais tout, et autre chose encore, l’aurait dû avertir qu’il n’est pas séant d’insulter ceux qu’on expulse; et en vérité il y a quelque chose d’extraordinaire et de peu dénué d’outrecuidance dans le cas d’un comédien médiocre, et le plus souvent tout à fait mauvais, qui, érigé, par une ambition imitative et le bon vouloir de quelques abonnés, au poste d’impresario intermittent, signifie, non seulement à quelques auteurs qu’il joua, mais à tous les jeunes poètes de France […] qu’ils n’ont fait, ne font ni ne feront rien qui vaille.26

25Lugné-Poe aveva risposto alzando decisamente i toni e insulatandolo sul piano personale, persino di essere collassato a uno spettacolo della Duse:

  • 27 Lugné-Poe, Le doux et délicat poète… etc., in «La Presse», 17 luglio 1897, p. 2.

Il est sans doute aussi avisé que les oies du Capitole qui criaient devant l’invasion étrangère, mais son chant est moins heureux. Si on supporte mal C. Mendès au coude lourd et lassé au début d’une conférence, il est tout à fait bestiole lorsqu’il incrimine les autres d’étranger. Inutile de revenir ici sur une querelle que le public a déjà oubliée, dont il se moque, puisqu’il ne veut pas voir les vertus des gens, mais seulement les œuvres qu’ils produisent. Il est aussi certain […] que M. Henri de Régnier, qui ne fut jamais dramaturge, fait de très beaux vers et est un grand poète […]. Il ne me plaisait pas, dans un court papier réservé aux membres honoraires, pour leur montrer l’orientation à venir de l’Œuvre de créer des catégorisations et des exceptions. L’opinion était faite, ainsi que la preuve, par les différentes choses qui avaient été présentées. Tout ce qui eût été dit, eût semblé inutile: il fallait un résumé sec, brutal, et un gradus pour la prochaine campagne. Or, c’est maintenant que Mendès, qui a longtemps réfléchi, sort son nez agressif. […] Faut-il le suivre? Non, certainement, non! Tout le monde sait, en effet, ce que signifie le nom de ce chroniqueur. Il a pénétré partout et même un peu plus loin, grâce à sa verve… mettons, boudoirière. Depuis un nombre considérable de saisons, il vit aux crochets d’hommes glorieux, naïfs, les poètes ses contemporains. Leur jouant mille tours de sa façon, il sut vêtir les pelures des plus illustres et, caressant ceux-ci, faisant pleurer de douce émotion ceux-là, il remplit souvent son verre tandis que les uns et les autres mouraient ou mourront miséreux et malheureux. Il reconnut le génie lorsqu’il flaira des morts. C’est un puffiste! un faiseur! […] C’est un mercanti. […] Que connut-il jamais de noble ou de désintéressé? De quoi se mêle-t-il?… […] Oui, c’est là le dernier bateau, le crépuscule polaire qu’il voulait nous monter. Trop tard, voyez-vous, le boulevard est usé. […] Une fois pour toutes, qu’il soit entendu que les jeunes poètes français qui nous donneront des œuvres seront toujours nos auteurs préférés, les premiers lus et les plus promptement joués.27

  • 28 Id., Acrobaties cit., p. 30.
  • 29 Lugné-Poe dedica addirittura un lungo e dettagliato capitolo delle Acrobaties – intitolato non a ca (...)
  • 30 L’episodio, oltre a suscitare sul momento l’ilarità della stampa, avrà come seguito un ulteriore du (...)

26L’articolo era «assez vulgaire, même médiocre», ammetterà lo stesso Lugné28. Mendès lo sfidò allora a duello a Saint-Germain-en-Laye il 20 luglio, ma l’episodio si rivelò tragicomico: il direttore dell’Œuvre, che non aveva mai tenuto una spada in mano in vita sua, vi si recò accompagnato dai suoi secondi Léon Bailby e Aristide Briand, che – assieme a tutta la redazione della «Lanterne» – gli aveva addirittura fatto prendere qualche lezione lasciandolo più perplesso di prima29. Non avrebbe fatto in effetti una bella figura: mantenendo rigidamente la spada col braccio teso in avanti, si sarebbe limitato a indietreggiare a ogni attacco dell’avversario, finendo con l’oltrepassare i limiti spaziali stabiliti, provocando accese discussioni fra i secondi, che gli concessero alla fine un margine più largo. Lugné continuò tuttavia con la sua bizzarra tecnica difensiva, finché Mendès non mise via la spada, affermando di non aver tempo da perdere con un simile codardo. In seguito all’insulto, la discussione generale riprese, finché i presenti non si resero conto che Mendès sanguinava a causa di una ferita che Lugné-Poe gli aveva inferto al pollice della mano destra, senza essersene nemmeno accorto. Si decise allora di sorvolare sull’incidente e di chiudere lì la questione30.

Notes

1 Courrier des Théâtres, in «Le Figaro», 21 giugno 1897, p. 4.

2 J. Huret, La Jeune Littérature et le Théâtre de l’Œuvre, in «Le Figaro», 24 giugno 1897, p. 4.

3 Robichez insiste nell’affermare che il distacco di Lugné-Poe dai Simbolisti era dovuto, in fondo, al suo aver preso coscienza che un teatro simbolista sarebbe potuto esistere solo a condizione di non essere teatro (Le Symbolisme au théâtre cit., p. 396). A nostro parere invece, il punto di partenza di Lugné-Poe e di tutti i suoi spettacoli era e sempre sarebbe rimasto la scena, con le sue infinite possibilità: non era il teatro a non poter essere simbolista, era il Simbolismo – inteso come corrente unicamente letteraria – che non aveva mai voluto davvero essere teatrale e, in questo senso, Lugné aveva davvero sempre mantenuto la sua autonomia.

4 Lugné-Poe, Acrobaties cit., pp. 202-203.

5 J. Huret, La Jeune Littérature et le Théâtre de l’Œuvre cit., p. 4.

6 J. Huret, Courrier des Théâtres, in «Le Figaro», 25 giugno 1897, p. 4. Huret pubblica inoltre subito dopo una lettera di Maeterlinck indirizzata a Lugné-Poe, senza specificarne la data, in cui il drammaturgo ritirava dall’Œuvre il suo dramma Aglavaine et Sélysette, seppur di comune accordo con Lugné: «Cher ami, Je t’avais promis mon dernier drame, Aglavaine et Sélysette, heureux d’offrir à l’Œuvre ce témoignage d’une amitié fidèle. En examinant la pièce au point de vue de la scène, nous avons, l’un et l’autre, reconnu que la réalisation du poème eût présenté certaines difficultés peut-être insurmontables. C’est pourquoi je te suis reconnaissant d’avoir, pour le moment, abandonné l’idée de cette représentation».
Sul «Mercure» di luglio, Maeterlinck si affretta a dichiarare la missiva pubblicata da Huret ben precedente alla querelle, alla quale non intendeva unirsi per nessuna ragione – al fine di scansare ogni equivoco sul fatto che potesse averla ritirata per solidarietà nei confronti dei colleghi autori: «Mon cher Vallette, «Le Figaro» du 25 juin publie une lettre écrite par moi à Lugné-Poe au sujet de la mise en scène d’Aglavaine et Sélysette. Comme le hasard semble avoir mêlé ce billet à une polémique à laquelle il est absolument étranger, je tiendrais simplement à faire observer qu’il fut écrit il y a plus d’un mois [la lettera in realtà, citata da Robichez (Le Symbolisme au théâtre cit., p. 353) è datata 26 gennaio 1897], et ne saurait avoir, par conséquent, aucun rapport avec le dernier manifeste de l’Œuvre» (Échos. Le Théâtre de l’Œuvre et les Auteurs, in «Mercure de France», luglio 1897, p. 189).

7 J. Huret, Courrier des Théâtres, in «Le Figaro», 26 giugno 1897, p. 4.

8 A. Hallays, Au jour le jour. La querelle de l’Œuvre et du Mercure, in «Journal des débats politiques et littéraires», 27 giugno 1897, p. 1.

9 Ibid.

10 Intervista rilasciata da Lugné-Poe, pubblicata sull’«Eclair» del 26 giugno 1897 e riportata parzialmente in Échos. Le Théâtre de l’Œuvre et les Auteurs cit., p. 191.

11 Ivi, pp. 185-192.

12 Ivi, p. 186.

13 L. Bailby, Batailles littéraires. L’Œuvre et les Escholiers, in «La Presse», 25 giugno 1897, p. 4.

14 «M. Lugné-Poe vient de rompre de la façon la plus éclatante et la plus inattendue, avec les cénacles qui l’ont soutenu jusqu’ici. Je n’ai pas trop bien compris le motif de la querelle. Je ne prendrai point parti dans ce débat. Je continuerai à suivre les représentations qu’il nous donnera, sans m’inquiéter d’où viennent les œuvres qu’il croira devoir produire à nos yeux. Je pense (quoi qu’il en puisse croire) que je lui rendrai plus de service en discutant ses spectacles avec une sincérité passionnée, qu’en les applaudissant tous à outrance et de parti pris» (F. Sarcey, Chronique théâtrale, in «Le Temps», 28 giugno 1897, p. 2). J. des Gachons, Chronique des Théâtres, in «L’Ermitage», luglio 1897, p. 130.

15 Ibid.

16 H. Bauër, Chronique, in «L’Écho de Paris», 26 giugno 1897, pp. 1-2.

17 G. Trarieux, Lettre ouverte à Lugné-Poe, in «L’Art et la Vie», luglio 1897, pp. 394-398.

18 À l’Œuvre, in «Revue d’art dramatique», luglio 1897, p. 625.

19 Ivi, p. 626.

20 Ivi, p. 627.

21 L. Parsons, Opinions. Symbolistes, in «La Presse», 4 luglio 1897, p. 2.

22 Sainte-Claire, Le Débâcle, in «La Plume», 1° luglio 1897, p. 501.

23 Saint-Georges de Bouhélier, La Révolution au Théâtre, in «L’Événement», 29 giugno 1897, pp. 1-2.

24 Ibid. Per proporre all’Œuvre la direzione naturiste, Bouhélier prende le mosse dall’articolo di Duvernois apparso su «Le Soleil» il 26 giugno 1897 (Le Monde et le Théâtre, p. 2), in cui è il critico ad affermare – nel suo resoconto sulla rottura coi Simbolisti – che Lugné-Poe «inclinerait plutôt vers le naturisme, dont le grand poète est M. Saint-Georges de Boutilier [sic]».

25 J. Viollis, Les Livres, in «La Revue Sentimentale», giugno-luglio 1897, p. 206; L. Cousin, Notes d’Art. Théâtres, in «La Revue Naturiste», luglio 1897, p. 248.

26 C. Mendès, Le crépuscule polaire et l’aube française, in «La Revue Blanche», 15 luglio 1897, p. 81.

27 Lugné-Poe, Le doux et délicat poète… etc., in «La Presse», 17 luglio 1897, p. 2.

28 Id., Acrobaties cit., p. 30.

29 Lugné-Poe dedica addirittura un lungo e dettagliato capitolo delle Acrobaties – intitolato non a caso La Trouille – all’episodio del duello (pp. 205-229). L’evento, d’altra parte, fece parecchio scalpore nella cronaca mondana: cfr. «La Presse» del 20, 21 e 22 luglio 1897, «L’Écho» del 22 luglio, «Le Jour» del 10, 22 e 24 luglio, «La Patrie» del 22 luglio, «Le Journal» del 22 luglio, «L’Événement» del 24 luglio.

30 L’episodio, oltre a suscitare sul momento l’ilarità della stampa, avrà come seguito un ulteriore duello il 9 dicembre di quello stesso anno fra Lugné-Poe e P. L. Flers, il quale aveva pesantemente deriso l’attore evocando la sua trouille in due scene di cattivo gusto sulla rivista «Ko-Ko-riko» (cfr. La Scène à faire. Deux incidents pour une revue, in «La Presse», 10 dicembre 1897, p. 1). In questo caso la sfida fu lanciata da Lugné stesso che, con Bauër e Germain al suo fianco come secondi, la perse battendosi però con ben più onore che con Mendès.