Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lugné-Poe e l’Œuvre simbolista

 | 
Giuliana Altamura

26. Le Chariot de terre cuite

Texte intégral

  • 1 S. Lévi, Le Théâtre indien à Paris, in «La Revue de Paris», 15 febbraio 1895, p. 818. Mauclair – co (...)
  • 2 Le Capitaine Fracasse, Gazette Théâtrale, in «L’Écho de Paris», 5 dicembre 1894, p. 3.

1«Fidèle à son programme d’exploration dramatique», l’Œuvre porta in scena il 22 gennaio 1895 Le Chariot de terre cuite, pièce indiana attribuita al leggendario Re Soudraka, ma tradotta e decisamente riadattata da Victor Barrucand: «L’épreuve était piquante de soumettre à un auditoire de novateurs résolus, esthètes, modernistes ou symbolistes, un ouvrage âge de long siècles et né dans un monde lointain»1. La pièce era già stata annunciata fra le novità della seconda stagione nell’ottobre precedente ed ebbe sicuramente una lunga preparazione, considerata la complessità della messinscena dall’ambientazione esotica e necessitante un ampio numero di figuranti per le scene di massa. Sull’«Écho» del 5 dicembre ’94 era stato infatti pubblicato un annuncio rivolto agli studenti di belle arti, ai giovani artisti e letterati perché si prestassero come comparse ne Le Chariot, offrendo loro in cambio dei posti in orchestra per la corrente stagione2.

  • 3 Cfr. nota 23 del cap. 1. Sakountala sarà rappresentato il 10 dicembre 1895.

2L’idea della pièce, sebbene non dichiarato pubblicamente da Lugné-Poe, dovette venirgli con grande probabilità dal suo vecchio maestro Faguet, che l’aveva segnalata in un articolo sul teatro indiano, apparso sul «Soleil» dell’agosto 1888, assieme all’Anneau de Sakountala, anch’esso portato sulla scena dell’Œuvre nel dicembre successivo3. Certo però la versione del Chariot rappresentata quel gennaio si allontanava parecchio dall’antico testo tradizionale. Barrucand, intellettuale anarchico fra i più attivi, non svolse un semplice lavoro di traduzione, ma riadattò il testo – comprimendolo per ragioni di tempo da dieci a cinque atti – lasciando emergere significati politici nell’ottica di una voluta attualizzazione del dramma, operazione che certo non solleverà più lo stesso scandalo nel secolo successivo.

  • 4 V. Barrucand, Écritures bouddhiques, in «La Revue Blanche», dicembre 1894, p. 499.
  • 5 Prefazione dell’opera apparsa da Savine (Paris, 1895, p. 25) e riprodotta in parte sul programma di (...)
  • 6 A proposito della seconda, di spirito decisamente romantico, scrive Lévi, che si mostrò particolarm (...)
  • 7 Spiega Lévi: «Barrucand […] a entendu à travers tout le drame et chez tous les personnages un murmu (...)

3Barrucand aveva dichiarato il suo interesse nel «rechercher ce que les poèmes d’une spéciale littérature ancienne contenaient encore pour nous de force vivant»: è con quest’intento che, senza alcuna preoccupazione «d’être fidèle», si era avvicinato al Chariot de terre cuite4. «J’ai choisi la Mic’ Chakatika – dichiara – parce que ce vieux drame […] conservait encore un esprit militant d’un intérêt actuel bien recevable dans notre société organisée, hiérarchisée, basée sur les privilèges et le monopole comme l’était l’Inde Brahmanique»5. Erano in realtà già state realizzate due traduzioni francesi del testo, la prima a cura di Langlois, rappresentata nel 1839; la seconda di Méry e Gérard de Nerval, messa in scena all’Odéon nel 1850 – entrambe decisamente più fedeli6. Barrucand trasforma il personaggio di Sarvilaka in un anarchico individualista poco socievole, fa rifiutare a Tcharoudatta la carica di governatore, rende la cortigiana paladina di un sentimento di uguaglianza fra le classi sociali7.

  • 8 H. Bauër, Les Premières Représentations, in «L’Écho de Paris», 24 gennaio 1895, p. 3.

4«Il ne fit que rassembler à travers les dix actes du drame hindou» – scrive Bauër – «les éléments d’une représentation de ses propres idées; il appropria à sa version nouvelle le tableau de la lutte de pauvres gens contre l’iniquité et le despotisme des grands»8.

  • 9 «Le jeune poète n’a pas voulu se conformer à l’idée de l’Inde sacerdotale et sacrée, telle que la p (...)
  • 10 «Cette adaptation était trop habile peut-être: elle a ôte à cette pièce le charme de la naïveté» (A (...)

5L’operazione, com’era prevedibile, venne applaudita dagli adepti dell’Œuvre, ma suscitò un vero e proprio dibattito nella critica. Se da una parte vi fu chi comprese la forza attualizzante dell’adattamento («ou plutôt l’imitation heureuse et élégante de M. Victor Barrucand», come la definisce Kahn), dall’altra furono in molti a non perdonare la blasfemia dell’impresa9. E se per alcuni il testo sarebbe riuscito magnificamente a conservare la naïveté propria di un’opera tanto antica e folclorica, per altri sarebbe stata invece la prima vittima di un’imposizione ideologica10.

  • 11 «Un roulement de tambour et voici qu’apparaît, devant le rideau, un yoghi drapé dans un ample mante (...)
  • 12 J. des Gachons, Chroniques. Le Chariot de terre cuite cit., p. 119. «M. de Wyzewa a fait, sur cette (...)

6In realtà l’indirizzo che la serata avrebbe preso dovette risultare chiaro sin dal primo momento, quando un rullo di tamburi presentò l’ingresso sul palco di Félix Fénéon, l’anarchico coinvolto nel processo dei Trenta, invitato a pronunciare qualche parola introduttiva prima ancora della classica conferenza, affidata questa volta a Wyzewa11. Quest’ultima, pronunciata «en une jolie langue, avec agrément et beaucoup d’érudition aimable», venne accolta positivamente proprio per il suo garbo, nonostante abbracciasse di fatto la posizione rivoluzionaria che vi era espressa12.

  • 13 Intérim, La Soirée Parisienne… cit. , p. 3; H. Bauër, Les Premières Représentations cit., p. 3. «Il (...)

7Alla realizzazione dei décors parteciparono artisti di eccezione quali André, Valtat, Toulouse-Lautrec, che disegnò inoltre i programmi di sala. Definite «d’un archaïsme curieux», queste tele policrome dalla composizione «à la fois primitive et raffinée» vennero unanimamente apprezzate13.

  • 14 Basti ad esempio confrontare la recensione apparsa su «Le Gaulois» e quella della «Revue Blanche»: (...)
  • 15 «À signaler un nouveau venu, M. Marcel Deslouis qui a remarquablement joué le rôle du prince» (H. F (...)
  • 16 La stessa Desprès avrebbe svelato la nascita di tale pseudonimo in una lettera inviata alla Jasper (...)
  • 17 H. Bauër, Les Premières Représentations cit., p. 3

8Al contrario, riguardo la recitazione, i pareri furono piuttosto discordi14. A spiccare furono indubbiamente due nuovi arrivati: Marcel Deslouis, che donò «une physionomie suffisamment élégante et perverse au méchant prince Samsthanaka» e Mlle Suzanne Desprès15. Al ritorno dalla tournée scandinava, Lugné-Poe aveva infatti rivisto la giovane che aveva affidato a Guillemot prima della partenza e, constatati i miglioramenti avvenuti nella sua recitazione, l’aveva affidata in Conservatorio alle cure del suo ex maestro Worms. Si era reso dunque necessario – per poter recitare in contemporanea all’Œuvre – scegliersi un soprannome e la scelta ricadde proprio sul musicale Suzanne Desprès16. Al suo debutto sulla scena dell’Œuvre ne Le Chariot, venne subito notata da Bauër e descritta come «toute en grâce naturelle et en gentille façon»17.

  • 18 Lugné-Poe, Acrobaties cit., p. 121.
  • 19 Ivi, pp. 121-122.
  • 20 H. F.-G., Courrier des Théâtres cit. , p. 3.
  • 21 F. Sarcey, Chronique théâtrale, in «Le Temps», 28 gennaio 1895, p. 1.
  • 22 Intérim, La Soirée Parisienne… cit., p. 3; P. Ginisty, Les Premières Représentations cit., p. 2.

9Ma a fare scalpore quella serata come le successive fu soprattutto la scena del nudismo di massa nel quinto atto che si presentò davanti agli occhi scandalizzati della platea: «c’est du Chariot que date vraiment le signal de la suppression du maillot dans le théâtre»18. Lugné racconta nella Parade come si fossero resi conto che la stoffa comprata per realizzare i costumi non sarebbe mai bastata per i cinquanta e più figuranti richiesti; decisero allora di realizzarvi come «synthèse, […] symbole du costume complet des Hindous» dei semplici turbanti, risolvendo di dipingere i corpi delle comparse con l’ocra gialla o rossa19. «L’effet était d’un pittoresque indiscutable»20. La scelta ardita di Lugné ebbe certo le sue conseguenze. Sarcey scrisse scandalizzato: «C’est la première fois que j’ai vu des hommes marcher tout nus sur la scène. Eh bien! là, ce n’est pas joli, joli. Il est vrai qu’ils s’étaient passés au minium. Mais c’est tout de même pousser un peu loin l’amour de la couleur locale et le goût de la vérité dans le costume ou plutôt dans l’absence de costume»21. I giornali riportarono la loro indignazione in maniera per lo più scherzosa («l’on se demande s’il faut fermer tes yeux ou se boucher les narines… le deux à la fois peut-être»), ma non mancarono critiche più decise: «Je crois qu’il y a d’autres conquêtes artistique à faire que celle de cette vérité-là. La plaisanterie est un peu violente»22.

  • 23 F. Sarcey, Chronique théâtrale cit., p. 1. Allo stesso modo su «Le Gaulois»: «Ne terminons pas sans (...)
  • 24 H. Bauër, Les Premières Représentations cit., p. 3.

10Possiamo solo immaginare il caos che dovette scatenarsi quella sera di gennaio nella sala del Nouveau Théâtre. Stando a tutte le testimonianze, il pubblico più fedele non fece che applaudire istericamente: «Nous aurions eu plaisir à écouter ce spécimen curieux d’un art tout primitif, si nous n’avions été dérangés à chaque instant de notre étude par les applaudissements furieux qui éclataient à tout propos comme des défis et des menaces. Il semblait que nous méconnussions un chef d’œuvre»23. Tutto all’opposto scrive Bauër: «J’aime à me retrouver […] aux représentations si originales, si particulières, du théâtre de l’Œuvre. Il me plaît de me sentir en contact avec le public spécial qui y fréquente; de considérer ces spectateurs si divers réunis dans la même passion d’art et de littérature, depuis les richissimes dilettantes mondains jusqu’aux jeunes poètes de symbole, aux esthètes de revue, aux compagnons de bonne volonté qui font trembler la galerie supérieure de leurs battements de main. […] Certainement l’endroit est unique et il n’y a qu’un lieu au monde, Paris, où puisse se fonder semblable théâtre d’art, s’éprouver tel répertoire, s’assembler pareil public d’intelligence, d’attention, de clairvoyance et de hardiesse»24.

  • 25 F. Sarcey, Chronique théâtrale cit., p. 1; S. Lévi, Le Théâtre indien à Paris cit., pp. 818-819.

11Un’altra serata dunque piena di polemiche e contraddizioni. Se Sarcey conclude dicendosi riconoscente a Lugné-Poe «la peine qu’il s’était donnée», nonostante ritenga che una pièce come le Chariot de terre cuite non valga la pena di essere rappresentata ma solo letta dai ricercatori curiosi – Lévy afferma entusiasta che «le succès, une fois de plus, a couronné l’audace. […] L’intelligence et le goût du directeur, M. Lugné-Poe, ont tiré un parti surprenant de ressources modiques; des artistes de talent […] ont brossé des décors pittoresques, sobres et lumineux; des acteurs improvisés ont dépensé de trésors de bonne volonté pour donner à leur personnages une physionomie authentique […]. Le zèle enthousiaste des simples figurants a introduit dans le tableau une débauche de couleur locale. […] Mais le public de l’Œuvre, moins épris de plastique et de couleur que de doctrine, a surtout applaudi le collaborateur posthume du poète hindou, M. Victor Barrucand»25.

Notes

1 S. Lévi, Le Théâtre indien à Paris, in «La Revue de Paris», 15 febbraio 1895, p. 818. Mauclair – co-fondatore dell’Œuvre e dunque ben consapevole delle motivazioni artistiche di Lugné-Poe – scrive nella sua recensione allo spettacolo sulla «Revue Encyclopédique» che la ragione d’esistere del teatro dell’ex-socio era proprio quella «d’illustrer, par ses représentations spéciales, la marge d’une histoire comparée des littératures dramatiques» (C. Mauclair, La vie au Théâtre. Théâtre de l’œuvre, in «La Revue Encyclopédique», 1° febbraio 1895, p. 42).

2 Le Capitaine Fracasse, Gazette Théâtrale, in «L’Écho de Paris», 5 dicembre 1894, p. 3.

3 Cfr. nota 23 del cap. 1. Sakountala sarà rappresentato il 10 dicembre 1895.

4 V. Barrucand, Écritures bouddhiques, in «La Revue Blanche», dicembre 1894, p. 499.

5 Prefazione dell’opera apparsa da Savine (Paris, 1895, p. 25) e riprodotta in parte sul programma di sala.

6 A proposito della seconda, di spirito decisamente romantico, scrive Lévi, che si mostrò particolarmente favorevole al lavoro di Barrucand: «Jamais imitateur n’a mutilé son modèle avec moins d’intelligence: un vernis de couleur locale ne dissimule pas les contresens et les puérilités de l’ouvrage» (S. Lévi, Le Théâtre indien à Paris cit., p. 818).

7 Spiega Lévi: «Barrucand […] a entendu à travers tout le drame et chez tous les personnages un murmure grandissant de révolte qui fait explosion au dénouement. […] Obligé de resserrer en cinq actes les dix actes de l’original, il a élagué sans trop de regrets les épisodes comiques ou pittoresques, et atténué presque jusqu’à l’éteindre le lyrisme exubérant de son auteur. […] Ses personnages, élevés à la même école, professent une commune doctrine: le dédain des lois, le mépris de la foule, la haine de l’autorité» (ivi, p. 827).

8 H. Bauër, Les Premières Représentations, in «L’Écho de Paris», 24 gennaio 1895, p. 3.

9 «Le jeune poète n’a pas voulu se conformer à l’idée de l’Inde sacerdotale et sacrée, telle que la promulguèrent les beaux poèmes de Leconte de Lisle. Il a tenté de nous rendre le caractère tour à tour familier et tragique de cette tragi-comédie […]. Il y a sans doute altération. […] Nous avons fort bien compris ce que voulait dire M. Barrucand et les rappels volontaires de ses phrases expressives ont assuré le bon accueil au thème indou» (G. Kahn, Théâtres. Le Chariot de terre cuite, in «La Société Nouvelle», febbraio 1895, pp. 269-270); «Une adaptation du genre de celle-ci est curieuse aussi, mais pas au même degré. Je ne vois même pas une grande loyauté à se servir d’une œuvre géniale peut-être […] pour exprimer tout haut des pensées qu’on aime à sentir se répandre» (J. des Gachons, Chroniques. Le Chariot de terre cuite, in «L’Ermitage», febbraio 1895, pp. 118-119).

10 «Cette adaptation était trop habile peut-être: elle a ôte à cette pièce le charme de la naïveté» (A. Segard, Théâtres, in «La Plume», 15 febbraio 1895, p. 104); «M. Barrucand [..] lui a laissé son charme un peu enfantin de naïveté» (P. Ginisty, Les Premières Représentations, in «Le Petit Parisien», 23 gennaio 1895, p. 2). Non tutti i critici tuttavia posero l’accento sull’interpretazione anarchica di Barrucand, privilegiando invece i significati simbolici della pièce: «Le Chariot de terre cuite est une pièce très compréhensible bien qu’essentiellement symbolique. […] Toute pièce représentée par l’Œuvre doit renfermer un symbole. On en ajouterait un, au besoin. Le symbole, donc, c’est le chariot de terre cuite. Le fils de Tchâroudatta, un bambin qui répond au nom simple et délicieux de Rohasena, se plaint d’être forcé de jouer avec un chariot de terre cuite, tandis qu’un petit ami à lui possède un chariot en or. Et la courtisane Vasantasenâ se dépouille de ses parures et en remplit le chariot, donnant ainsi à entendre au marmot, qui en paraît très pénétré, que la terre cuite, c’est-à-dire la trivialité de l’existence, peut être transformée par le rayonnement de l’amour et de la bonté. […] Le Chariot de terre cuite, remarquablement adopté et mis à la scène par M. Victor Barrucand, est une œuvre très intéressante, d’une réelle envolée, d’une morale supérieure, chrétienne presque» (Intérim, La Soirée Parisienne. Le Chariot de terre cuite, in «Le Gaulois», 23 gennaio 1895, p. 3). Infine vi fu chi, come Hérold, affermò l’assoluta fedeltà del traduttore al testo indiano, che è già di per sé «ingénieux, terrible et attendri»: le uniche modifiche sarebbero state quelle apportate al personaggio di Sarvilaka (A.-F. Hérold, Théâtres et Conférences. Théâtre de l’Œuvre, in «Le Mercure de France», marzo 1895, p. 549).

11 «Un roulement de tambour et voici qu’apparaît, devant le rideau, un yoghi drapé dans un ample manteau bleu… Il lève les bras au ciel, adresse à l’amphithéâtre des regards extatiques et, d’une voix forte, il prononce une allocution enflammée pour inviter le public à se pénétrer de la compréhension des cycles révolus. Sa petite annonce terminée, le yoghi se glisse derrière le manteau d’Arlequin. Aussitôt éclate un tonnerre d’applaudissements. C’est que l’on a reconnu dans ce véhément introducteur, M. Félix Fénéon, anarchiste amateur, à qui M. Lugné-Poe a confié le soin de réciter ce petit hors-d’œuvre…» (H. F.-G., Courrier des Théâtres, in «Journal des débats politiques et littéraires», 23 gennaio 1895, p. 3).

12 J. des Gachons, Chroniques. Le Chariot de terre cuite cit., p. 119. «M. de Wyzewa a fait, sur cette œuvre antique, une aimable et délicate conférence, où il s’est gardé de trop d’érudition. […] M. de Wyzewa s’est borné à présenter quelques aperçus suggestifs sur ce vieux théâtre de l’Inde, qui était enveloppé d’une atmosphère de rêve, parfumé de tendresse, tout plein de compassion et de pitié, attaquant le mal avec douceur. […] A dit M. de Wyzewa, il ne me déplaît pas d’imaginer un roi pour auteur à cette pièce révolutionnaire, dirigée contre le système des institutions» (P. Ginisty, Les Premières Représentations cit., p. 2). In conclusione alla conferenza, Wyzewa annuncia ancora una volta come spettacolo imminente il Lorenzaccio, che però nuovamente non verrà realizzato (Intérim, La Soirée Parisienne… cit. , p. 3).

13 Intérim, La Soirée Parisienne… cit. , p. 3; H. Bauër, Les Premières Représentations cit., p. 3. «Il faut louer une fois de plus M. Lugné-Poe pour le zèle intelligent qu’il a dû apporter à la mise en scène […]. Les décors sont fort beaux. […] Enfin le programme orange et bleu-pâle, de Toulouse-Lautrec, est un véritable chef-d’œuvre» (H. F.-G., Courrier des Théâtres cit., p. 3).

14 Basti ad esempio confrontare la recensione apparsa su «Le Gaulois» e quella della «Revue Blanche»: se nella prima Dupont, che interpreta Sarvilaka, è considerato «très énergique et très convaincu dans un rôle d’anarchiste de l’époque», nella seconda si afferma che «[il] serait remarquable (car il a de l’allure et sait gesticuler scéniquement) s’il consentait à moins rouler ses phrases et à dire quelquefois sans rechercher un effet extraordinaire»; se da una parte Ripert «est plein d’action et de componction dans le rôle de Tcharoudatta, l’Armand Duval du Gange», dall’altra all’opposto «[il] riait à tout propos, mal à propos, hors de propos»; se infine nella prima la Meuris «est une délicieuse et touchante Vasantasenâ», nella seconda «a joué avec une ingénuité un peu maniérée» (Intérim, La Soirée Parisienne… cit., p. 3; R. Coolus, Notes dramatiques, in «La Revue Blanche», 1° febbraio 1895, p. 139). Lugné-Poe si sarebbe limitato a un ruolo secondario, anzi probabilmente a due piccoli ruoli, dal momento che nella recensione su «Le Gaulois» è citato in una piccola parte l’attore Philippon, suo vecchio pseudonimo dei tempi del Libre: «M. Philipon [sic] joue un rôle de crieur public; ce rôle consiste à crier tout le temps dans la coulisse, et M. Philipon a tout à fait la voix qu’il faut pour cela».

15 «À signaler un nouveau venu, M. Marcel Deslouis qui a remarquablement joué le rôle du prince» (H. F.-G., Courrier des Théâtres cit. , p. 3); «Mlle Suzanne Desprez [sic] possède à merveille le rire hindou» (Intérim, La Soirée Parisienne… cit., p. 3).

16 La stessa Desprès avrebbe svelato la nascita di tale pseudonimo in una lettera inviata alla Jasper il 3 giugno 1942 (Adventure in the theatre cit., p. 177). Deriverebbe dalla parodia di uno show musicale dell’epoca, Les Prés aux clercs: i compagni dell’Œuvre erano soliti scherzare chiamandola con la perifrasi “Suzanne des Prés aux clercs”, divenuto poi Suzanne Desprès-Auclair, Suzanne Auclair e il definitivo Suzanne Desprès.

17 H. Bauër, Les Premières Représentations cit., p. 3

18 Lugné-Poe, Acrobaties cit., p. 121.

19 Ivi, pp. 121-122.

20 H. F.-G., Courrier des Théâtres cit. , p. 3.

21 F. Sarcey, Chronique théâtrale, in «Le Temps», 28 gennaio 1895, p. 1.

22 Intérim, La Soirée Parisienne… cit., p. 3; P. Ginisty, Les Premières Représentations cit., p. 2.

23 F. Sarcey, Chronique théâtrale cit., p. 1. Allo stesso modo su «Le Gaulois»: «Ne terminons pas sans constater que, une fois de plus, l’Œuvre a des amis bien bruyants et bien encombrants. A tout bout de champ, sur la réplique la plus banale, des messieurs ornés de longs cheveux, de barbes fluviales, de chapeaux invraisemblables, de cravates phosphorentes, applaudissent d’une manière assourdissante et empêchent d’écouter la pièce» (Intérim, La Soirée Parisienne… cit., p. 3).

24 H. Bauër, Les Premières Représentations cit., p. 3.

25 F. Sarcey, Chronique théâtrale cit., p. 1; S. Lévi, Le Théâtre indien à Paris cit., pp. 818-819.