Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lugné-Poe e l’Œuvre simbolista

 | 
Giuliana Altamura

20. Solness

Texte intégral

1Ansioso di rappresentare per primo in Francia le ultime novità di Ibsen, Lugné-Poe mise in scena il 3 aprile ai Bouffes-du-Nord Solness le Constructeur, dato alle stampe l’autunno precedente e subitamente pubblicato nella traduzione di Prozor da Savine.

  • 1 M. Maeterlinck, A propos de Solness le Constructeur, in «Figaro», 2 aprile 1894, p. 1.
  • 2 Id., Le Tragique quotidien, in Le Trésor des humbles cit., p. 164. Il dialogue du second degré teor (...)
  • 3 M. Maeterlinck, A propos… cit., p. 1.

2Il direttore dell’Œuvre poté contare ancora una volta sull’aiuto di Bang per la messinscena e affidò inoltre la conferenza preliminare a Mauclair e l’incarico a Maeterlinck, grande ammiratore del dramma, di scrivere un articolo introduttivo che lui stesso avrebbe fatto apparire sul «Figaro» il giorno della répétition générale1. L’articolo rielaborato sarebbe divenuto il famoso saggio Le Tragique quotidien, vera e propria dichiarazione di poetica maeterlinckiana e del teatro simbolista in cui il drammaturgo elabora la teoria del dialogo di second degré riconoscendone la paternità proprio all’Ibsen del Solness2. «C’est la première fois que les émissaires de l’âme agissent librement sur la scène» scrive Maeterlinck, definendo Solness «le plus étrange des drames étranges d’Ibsen» e riconoscendovi nella mancanza quasi totale di action un luminoso esempio della possibilità di un théâtre statique, capace di mostrare «la gravité et la tragique secret de la vie ordinaire et immobile»3. Solness e la giovane Hilde sono due anime «qui ont entrevu leur situation dans la vie véritable» tanto quanto i personaggi maeterlinckiani.

  • 4 Lugné-Poe, Acrobaties cit., p. 73.
  • 5 M. Maeterlinck, A propos… cit., p. 1.

3È esattamente con questa chiave di lettura che vennero interpretati e messi in scena i drammi ibseniani all’Œuvre, nonostante Lugné-Poe affermi che Bang abbia avuto proprio nell’interpretazione un ruolo decisivo4. «Il règne dans ce drame somnambulique je ne sais quelles puissances nouvelles. Tout ce qui s’y dit cache et découvre à la fois les sources d’une vie inconnue. Et, si nous sommes étonnés par moments, il ne faut pas perdre de vue […] qu’il y a en l’homme bien des régions plus fécondes, plus profondes et plus intéressantes que celles de la raison ou de l’intelligence…»5.

  • 6 «La beauté essentielle de cette aventure de l’architecte Solness est de n’admettre pas point de com (...)
  • 7 C. Mauclair, Conférence sur Solness… cit., p. 18.
  • 8 «M. Camille Mauclair a cherché à nous expliquer et à nous rendre clairs les symboles dont il nous a (...)

4La conferenza introduttiva di Mauclair evocò allo stesso modo la grandezza simbolica dell’opera, la sua capacità di farsi portatrice di forze oscure e talmente indicibili da renderne impossibile una vera e propria glossa, costringendolo dunque a invitare il pubblico a tentare assieme a lui la ricerca di un illuminante senso globale6. «Solness est […], au sens supérieur, une histoire clair. Elle tient en une phrase: vous verrez un homme de génie qui rêve trop haut, tombe du haut de son rêve et en meurt. […] Cela […] c’est le sujet de tout le théâtre et de toute la vie»7. Tale semplicità tuttavia non venne affatto colta dalla critica che si rivelò, mai come allora, complessivamente sfavorevole alla pièce – senza risparmiare innanzi tutto la stessa conferenza di Mauclair, accusato di poca chiarezza e di aver svolto un esercizio di stile8.

  • 9 «On ne voit vraiment pas assez à quoi sert le symbole, et l’on voit trop par où il est gênant. Pour (...)
  • 10 F. Sarcey, Chronique théâtrale cit., p. 1.
  • 11 Ibid.

5È in primo luogo il simbolismo stesso dell’opera sul quale Mauclair aveva tanto insistito – pietra angolare della rappresentazione di Lugné-Poe – a essere sentito dai critici come infantile, se non addirittura poco necessario9. «Nous sommes en plein symbole». – ammette Sarcey – «Hilde, c’est la femme perverse, quelque peu démoniaque, qui aime à mettre la main sur le génie, qui le pousse aux extravagances, pour se prouver à elle-même l’empire qu’elle exerce sur lui, pour se donner la sensation exquise ou de son triomphe ou de sa chute. Je vous hasarde cette explication mais je ne suis pas bien sûr que ce soit la bonne. Car les symboles ont cet avantage ou ce défaut que chacun y peut, à sa fantaisie ou selon son tour d’esprit, voir tout ce qu’il veut»10. Il critico del «Temps», mostrandosi al solito scettico nei confronti del Simbolismo (non per forza ibseniano), finisce col ricadere nelle solite accuse nazionaliste contro la mancanza di chiarezza della produzione scandinava e la conseguente mistificazione degli adepti parigini capeggiati da Lugné: «Mais, vraiment, est-il besoin de tant symboliser, ou, comme disait notre Rabelais, de se tant matagraboliser la cervelle pour exprimer des vérités aussi simples et aussi vieilles que celle-là? Ce qui m’agace, c’est que lorsqu’on a écarté les nuages que ces grands écrivains scandinaves assemblent et épaississent autour de leur idée, quand on arrive à cette idée, il se trouve que c’est le plus simple et le plus naïf des truismes; et ce qui m’agace encore plus, c’est qu’après avoir fait cette découverte tous nos jeunes gens se pâment d’enthousiasme. Quel génie! quelle profondeur de pensée! […] De tous les ouvrages qu’on nous a donnés de Henrik Ibsen, celui-là est sans contredit le plus médiocre; il est tout à la fois obscur et puéril»11.

  • 12 H. Bauër, Les Premières Représentations cit., p. 3. La recensione di Bauër adombra anche un signifi (...)

6Anche per Bauër l’opera pecca di infantilismo e non si dimostra all’altezza delle precedenti: «Si l’on lève le voile du symbolisme à la fois nuageux et puéril où se développe cette dernière pièce d’Ibsen, on découvre immédiatement le regret de la jeunesse. […] La révolte contre l’ordre naturel couronne toutes les révoltes contre l’ordre social. […] Cette Hilde, sœur de tentation, […] porte en soi le levain de révolte et de mort. […] Tous ces éléments qui viennent d’ouvrages antérieurs, notamment de Rosmersholm, sont agités et combinés dans une action un peu confuse au cours de ces trois actes qui n’ajoutent certainement rien à la gloire d’Ibsen»12.

  • 13 H. Bauër, Les Premières Représentations cit., p. 3; «Le rôle d’Hilde ne fut pas compris» (J. des Ga (...)
  • 14 «Je ne saurais dire si les acteurs ont bien été les personnages d’Ibsen, par la raison que j’ignore (...)

7La critica non manca di coinvolgere gli attori, in particolar modo l’interprete di Hilde, ritenuta quasi unanimamente non all’altezza del ruolo: «L’interprétation a porté la peine de l’incertitude e de l’obscurité de certaines scènes. Assurément, M. Lugné-Poe a indiqué à grands traits le personnage de Solness et Mlle Bady a marqué Kaya de sincérité et de sensibilité; mais Mlle Wissocq n’a nullement compris l’étrange figure, la hantise démoniaque de Hilde; elle l’a ramenée par le ton et le costume aux bords de la Seine»13. Sarcey, più in generale, critica gli stilemi fondamentali della recitazione simbolista, dalla melopea alla ieraticità, affermando che – stando a quanto sosterrebbe Lugné – «quand on joue de l’Ibsen, on s’applique à faire oublier au public que ce sont des hommes véritables, des hommes en chair et en os, qu’il voit s’agiter sur les planches»14.

  • 15 J. des Gachons, Chroniques cit., p.302.
    «Cette lutte entre le génie et l’imagination […] élève mon e (...)

8Fra i pochi ad apprezzare questo «drame symbolique», ci furono la «Revue d’art dramatique» e in parte Gachons, il quale – pur reputando infinitamente superiore la lettura dell’opera alla sua rappresentazione – non può non riconoscere che «quoi qu’il en soit l’Œuvre a bien fait d’essayer de monter ce merveilleux ouvrage qui nous mène jusqu’à la montagne sublime d’où s’aperçoit la Terre Promise»15.

  • 16 Ibid.
  • 17 Lugné-Poe, Acrobaties cit., p. 74. Lugné racconta inoltre che un macchinista che non aveva compreso (...)

9Gachons è anche il solo a fare esplicito riferimento alla mise en scène, che definisce solamente «curieuse», ideata da Vuillard16. L’unica testimonianza ci viene data da Lugné che, nella Parade, scrive che – per il terzo atto – era stato realizzato un trampolino a piano inclinato sul palco, frontalmente al pubblico, che rappresentava la terrazza davanti la casa di Solness: «des frondaisons d’automne écrasaient les acteurs sur ce tremplin et on distinguait les mouvements des comédiens les uns derrière les autres. […] Les comédiens ne devaient pas être à leur aise, mais qu’importe!» 17.

  • 18 Ivi, p. 73. Il 5 aprile venne offerta una replicata del Solness a Bruxelles.

10Il Solness dell’Œuvre, se in un primo momento non ebbe buona accoglienza, sarebbe stato destinato a numerose riprese. Per dirla con Lugné, la pièce «n’eut pas, au début, une très bonne presse, mais combien cela fut de peu d’importance!»18.

Notes

1 M. Maeterlinck, A propos de Solness le Constructeur, in «Figaro», 2 aprile 1894, p. 1.

2 Id., Le Tragique quotidien, in Le Trésor des humbles cit., p. 164. Il dialogue du second degré teorizzato da Maeterlinck è un dialogo all’apparenza superfluo se confrontato con quello «esteriormente necessario» della comunicazione quotidiana, ma che è tuttavia l’unico realmente capace di esprimere le verità più profonde e invisibili. È questo dialogo silenzioso che permette alle anime di comprendersi al di sopra della parola indispensable: «la beauté mystérieuse des plus belles tragédies se trouve tout juste dans les paroles qui se disent à côté de la vérité stricte et apparente».

3 M. Maeterlinck, A propos… cit., p. 1.

4 Lugné-Poe, Acrobaties cit., p. 73.

5 M. Maeterlinck, A propos… cit., p. 1.

6 «La beauté essentielle de cette aventure de l’architecte Solness est de n’admettre pas point de commentaire. […] Quand c’est la parole d’Ibsen, un seul orateur a qualité, c’est l’acteur. […] Or, derrière moi, derrière cette toile, M. Lugné-Poe et ses camarades se préparent à subitement illuminer la création, à animer le chef-d’œuvre, à le vivre: et moi, sentant s’élaborer en ce silence initiateur quelque chose de grand qui, tout à coup, va jaillir en gestes et en cris, je voudrais abdiquer ce que revêt d’autoritaire le fait de parler seul dans cette salle comble, et chercher avec vous, au milieu de vous, le sens secret de cette lumière qui va s’irradier» (C. Mauclair, Conférence sur Solness le Constructeur, in «Mercure de France», maggio 1894, pp. 16-17).
In una lettera indirizzata a Lugné-Poe senza data, risalente a gennaio-febbraio 1894 e conservata alla SACD, Mauclair aveva già specificato di voler parlare della pièce solo nel suo senso complessivo, dal momento che un simile capolavoro si deve solo recitarlo.

7 C. Mauclair, Conférence sur Solness… cit., p. 18.

8 «M. Camille Mauclair a cherché à nous expliquer et à nous rendre clairs les symboles dont il nous a dit que la pièce d’Henrik Ibsen était pleine. J’avoue n’avoir pas très bien saisi les explications du conférencier; mais je ne me suis pas arrêté à ce détail, pensant que le drame m’expliquerait l’exégèse» (F. Sarcey, Chronique théâtrale, in «Le Temps», 9 aprile 1894, p. 1); «Le discours de M. Mauclair est fort intelligent et ses idées sont d’un artiste. Mais pourquoi ce ton tranchant et cet exercice de personnalité, peut-être déplacé en l’occurrence?» (H. Bauër, Les Premières Représentations. Bouffes-du-Nord, in «L’Écho de Paris», 6 aprile 1894, p. 3).

9 «On ne voit vraiment pas assez à quoi sert le symbole, et l’on voit trop par où il est gênant. Pourquoi Solness n’est-il pas ce qu’il représente […]? […] J’entends bien que les bâtisses de Solness symbolisent les œuvres de l’esprit; mais à quoi bon les symboliser? Cet outillage de petit architecte […] ces équerres et ces lavis qui encombrent la scène rendent presque grotesques les prétentions intellectuelles du héros» (J. Lemaitre, Impressions de Théâtre, Société Française d’imprimerie et de librairie Ancienne Librairie Lecène, Oudin et cie., Paris 1901, pp. 114-115).

10 F. Sarcey, Chronique théâtrale cit., p. 1.

11 Ibid.

12 H. Bauër, Les Premières Représentations cit., p. 3. La recensione di Bauër adombra anche un significato politico della pièce nello scontro generazionale che vi viene presentato. In un clima tanto agitato (il giorno dopo la prima un altro illustre conferenziere dell’Œuvre, Tailhade, sarebbe stato arrestato perché coinvolto in un attentato anarchico) era difficile che l’opera non assumesse connotati simili. Lo stesso Lugné-Poe doveva essere preoccupato delle possibili ripercussioni che Solness avrebbe potuto avere dal momento che Mauclair in un’altra missiva databile gennaio-febbraio (di poco successiva a quella citata nella nota 531 e conservata sempre alla SACD) rassicurava l’amico di non aver alcuna intenzione di inserire allusioni politiche nel suo discorso, anche perché non ce ne sarebbe stato motivo, aggiungendo inoltre che non avrebbe detto nulla che potesse essere considerato offensivo dalla censura.

13 H. Bauër, Les Premières Représentations cit., p. 3; «Le rôle d’Hilde ne fut pas compris» (J. des Gachons, Chroniques. Autour des Théâtres, in «L’Ermitage», maggio 1894, p. 302). Non mancano tuttavia lodi, nello specifico, per Lugné-Poe: «Solness le Constructeur a été fort bien interprété par Lugné-Poe, qui a le culte et la religion du maître» (Critique dramatique, in «Revue d’art dramatique», aprile 1894, p. 108).

14 «Je ne saurais dire si les acteurs ont bien été les personnages d’Ibsen, par la raison que j’ignore ce que sont ces personnages. Après le premier acte, je rencontre dans les couloirs un des hommes qui sont à Paris le plus au courant du théâtre allemand. Nous causons ensemble de la façon dont Lugné-Poe a compris le rôle du Constructeur. – Sur les scènes allemandes, me dit-il, c’est une tradition; quand on joue de l’Ibsen […] on fait peu de mouvements, presque point de gestes, et tous larges, hiératiques presque; on enveloppe toute la diction d’une mélopée lente, qui semble tomber de lèvres surnaturelles et symboliques. Voilà Lugné-Poe qui a fait de Solness un architecte grincheux et malappris, un mufle, comme on dit sur le boulevard. Passe encore pour le premier acte; mais tout à l’heure, vous l’allez voir empêtré dans sa propre interprétation et incertain. Il ne s’en tirera pas; c’est que Solness n’est pas un être vivant, c’est une abstraction, c’est un symbole! – Et, lui demandai-je, ça les amuse, les Allemands, le symbole? – Ils y sont moins réfractaires que vous. Mais ils ne vont pas au théâtre pour s’amuser. Ils mangent des saucisses et boivent de la bière entre deux symboles: ça les soutient» (F. Sarcey, Chronique théâtrale cit., p. 1).

15 J. des Gachons, Chroniques cit., p.302.
«Cette lutte entre le génie et l’imagination […] élève mon esprit, me porte à la méditation. […] Non, le théâtre d’Ibsen n’est pas fait pour la foule». (Critique dramatique cit., p. 108).
«Il reste une œuvre grandiose, à la lecture, mais dont la représentation dévoile des faiblesses de construction et des heurts d’images. La troupe, toute vaillante, de Lugné-Poe faiblit devant l’œuvre» (J. des Gachons, Chroniques cit., p. 302).

16 Ibid.

17 Lugné-Poe, Acrobaties cit., p. 74. Lugné racconta inoltre che un macchinista che non aveva compreso nulla del dramma, dal momento che non appariva in scena la caduta finale di Solness dalla torre, aveva pensato bene di lanciare un manichino, convinto di favorire il successo dello spettacolo: «Cette stupidité ne l’empêcha pas, ce fut heureux» (ivi, p. 75).

18 Ivi, p. 73. Il 5 aprile venne offerta una replicata del Solness a Bruxelles.

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable