Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lugné-Poe e l’Œuvre simbolista

 | 
Giuliana Altamura

18. Âmes solitaires e la prima tournée

Texte intégral

  • 1 C. Mauclair, Servitude et Grandeur cit., p. 110.
  • 2 La lettera, conservata alla SACD, non è datata – ma possiamo dedurre la collocazione temporale dal (...)
  • 3 I brevissimi souvenirs di Mauclair sono conservati alla SACD. Pur non essendo datati, abbiamo ritro (...)

1Il secondo spettacolo dell’Œuvre segnò inoltre l’abbandono dell’impresa da parte di Mauclair. Si trattò certo di un abbandono relativo: come avremo modo di vedere, il poeta avrebbe continuato a sostenere l’operato di Lugné tanto come critico sulla «Revue Encyclopédique», quanto in veste di conferenziere, aiutandolo inoltre saltuariamente nelle pubbliche relazioni. «À la fin, comme ce métier gratuit prenait tout mon temps et comme Lugné-Poe se suffisait parfaitement, je résignai mes pompeuses fonctions et redevins un simple spectateur»1. Se nelle sue memorie Mauclair elude diplomaticamente la questione, possiamo affermare che fra i due fosse in realtà sorto un diverbio, probabilmente di piccole dimensioni, ai tempi dell’Ennemi, come si deduce da una lettera del poeta di due anni dopo in cui tale diverbio sembra essersi finalmente risolto2. Quando Mauclair scriverà nel 1909, su richiesta di Lugné-Poe, i suoi souvenirs sull’Œuvre, il riferimento al diverbio si farà più preciso e sembrerebbe adombrare una questione di rivalità e di difficile spartizione dei ruoli, per cui avrebbe finito col sentirsi di fatto poco necessario accanto al determinatissimo Lugné: «Je cessai mes fonctions après Rosmersholm. J’avais été un peu froissé par certains articles inexacts et maladroits qui me représentaient comme le conseiller littéraire de Lugné-Poe. Celui-ci était trop lettré pour avoir besoin de conseils. Son entreprise marchait, il y suffisait avec une inlassable et judicieuse énergie. Je m’abstins donc, sans même lui rien dire d’un scrupule amical que je peux bien avouer aujourd’hui que tout cela est de l’histoire ancienne. Il n’était que juste de lui laisser tout l’honneur d’une œuvre dont il était l’âme. Nos rapports restèrent d’ailleurs si bons que je fis la conférence préludant à la représentation de Solness le Constructeur. Mais j’étais trop absorbé par mes livres et articles pour continuer plus longtemps à m’occuper de théâtre. Mon dernier souvenir fut, je vois bien, d’avoir figuré dans la réunion publique d’Un Ennemi du Peuple»3.

2Lugné-Poe divenne dunque ufficialmente direttore unico del teatro, dal momento che il ruolo di Vuillard si limitava unicamente alla realizzazione dei programmi litografati e dei décors.

  • 4 Il quinto atto era stato pubblicato nella traduzione dello stesso sul «Mercure» di settembre ed è p (...)
  • 5 «Il ne m’est pas permis et ce n’est pas l’endroit d’apprécier un procédé qui atteint par le traduct (...)
  • 6 Lugné-Poe, Acrobaties cit., pp. 64-65. Provando a ricostruire la vicenda a partire dalla cronaca su (...)

3Il testo di Âmes solitaires, nella traduzione di Alexandre Cohen, era stato sottoposto alla Censura dai responsabili dell’Œuvre e autorizzato l’8 dicembre 18934. Il giorno successivo, però, la bomba lanciata da Auguste Vaillant al Palais-Bourbon aveva scatenato il panico: fra gli anarchici accusati di cospirazione figurava lo stesso Cohen che – dopo aver trascorso qualche giorno in carcere – venne espulso la mattina del 13 ed esiliato in Inghilterra. La sua traduzione dell’opera venne immediatamente interdetta da Lépine e la rappresentazione all’Œuvre proibita il giorno stesso in cui era prevista la generale, piuttosto ingiustamente5. «Rien […] de très révolutionnaire dans cette bonne pièce», scriverà Lugné, il quale si destreggiò negli uffici della Prefettura riuscendo ad ottenere quanto meno l’autorizzazione per rappresentare la generale6.

  • 7 «En arrivant à la répétition générale des Âmes solitaires, nous trouvons porte close; la représenta (...)
  • 8 La cronaca riportata è tratta dal già citato articolo su «Le Temps» del 15 dicembre 1893, p. 2. Ad (...)

4Lo spettacolo si tenne ai Bouffes-du-Nord alle tre di pomeriggio anziché all’una, accompagnato dalle proteste del pubblico costretto ad attendere e preceduto da una conferenza introduttiva di Vanor7. Come testimoniano i giornali, in sala si svolse tutto senza la minima agitazione: «M. Georges Vanor était chargé, dans une conférence préliminaire, d’exposer le sujet d’Âmes solitaires. Le conférencier a fait une seule allusion à l’interdiction de la représentation et à l’arrestation du traducteur: – Je ne veux pas, a-t-il dit au début de la conférence, proférer des déclamations sur la délicatesse des rapports entre les politiciens et les littérateurs; je veux seulement vous prier d’accepter des excuses en notre nom et en celui d’autres dont je ne me fais pas le mandataire –. On applaudit longuement; mais pas un cri […]. La conférence terminée, M. Lugné-Poe est venu annoncer la représentation suivant la formule sacramentelle: – Messieurs, la pièce que nous allons avoir l’honneur de représenter devant vous est de M. Hauptmann. Elle a été traduite par M. Cohen –. Ce nom est accueilli par des applaudissements. Puis la représentation commencée se poursuit et se termine sans qu’aucune manifestation se soit produite»8.

  • 9 H. Bauër, Les Premières Représentations cit., p. 3.
  • 10 Ibid. Se per qualcuno l’ispirazione ibseniana non sembra essere un deterrente (H. F.-G., Courrier d (...)

5In effetti, per dirla con Bauër, «rien dans la pièce de Gerhardt Hauptmann ne saurait motiver une interdiction»9. Piuttosto la critica che venne mossa con maggiore frequenza ad Âmes solitaires fu quella di somigliare troppo a Rosmersholm, senz’avere tuttavia la grandezza letteraria e filosofica di un Ibsen: «Ce que je lui reprocherais […] c’est – avec l’imitation accusée d’Ibsen et notamment de Rosmersholm – c’est de ne point aborder de front les grand problèmes philosophiques et sociaux que pose à chaque endroit le génial Scandinave»10.

  • 11 «Au début, M. Vanor causa spirituellement de l’œuvre de Hauptmann, qu’il ignorait presqu’en entier. (...)

6La stessa conferenza introduttiva di Vanor si sarebbe attardata più su Ibsen – stando a quanto scrive Albert, che non sembra averla propriamente apprezzata –, finendo col discutere per lo più di drammaturgia nordica in linea generale, lasciando emergere fra l’altro un poco appropriato spirito nazionalista: «Les idées mise à la scène par Ibsen ne sont au fond que des idées françaises qui nous reviennent après avoir acquis dans le Nord une forme nouvelle. Mais cette nouveauté n’est qu’apparente»11.

  • 12 H. Albert, «L’Œuvre». Âmes solitaires cit., p. 83.
  • 13 «La pièce […] a été admirablement interprétée par la troupe de M. Lugné-Poe. Mlle Bady mérite un él (...)

7La resa recitativa venne complessivamente elogiata, sebbene non sfuggì ad alcuni una certa incertezza degli attori, ricondotta immediatamente alla situazione psicologica non facile nella quale si trovarono a debuttare. «La lourde tache qui incombait à M. Lugné-Poe et les tracasseries du moment n’ont pas empêché le vaillant directeur de l’Œuvre de surmonter les difficultés énormes que présentait le rôle de Johannes»12. Non c’è dubbio tuttavia che a spiccare sul resto della compagnia fu la Bady, lanciata definitivamente come astro del (presunto) simbolismo nordico dopo l’esordio in Rosmersholm13.

  • 14 Riguardo al Rosmersholm rappresentato a Liége, n’è data notizia nell’Historique du Théâtre de l’Œuv (...)

8Negli ultimi tre mesi del ’93, l’Œuvre organizzò – parallelamente agli spettacoli parigini – una vera e propria tournée in Belgio e in Olanda. Lugné e la sua troupe portarono in scena al Théâtre du Parc di Bruxelles Rosmersholm (in una data attorno al 25 ottobre e il 25 novembre), Un Ennemi du Peuple (8 e 23 dicembre) e Âmes solitaires (14 dicembre); a Liége Pelléas et Mélisande (30 o 31 dicembre) e forse Rosmersholm, sempre nel mese di dicembre; ad Amsterdam Pelléas, Rosmersholm e Un Ennemi du Peuple fra il 15 e il 23 dicembre, in cinque rappresentazioni; a Rotterdam e a La Haye il Pelléas, rispettivamente 28 e 29 dicembre14.

  • 15 Lugné-Poe, Acrobaties cit., p. 64.

9La rappresentazione di Un Ennemi du Peuple a Bruxelles non fu meno tumultuosa di quella parigina: racconta Lugné che «des tracts anarchistes tombèrent sur les fauteuils d’orchestre et sur la police qui se montra plus décidée encore que celle de Paris»15.

  • 16 Ibid. Le due riviste – le più lette dai giovani intellettuali – avevano cominciato dal gennaio del (...)
  • 17 Memento, in «La Jeune belgique», dicembre 1893, p. 460; Un Ennemi du Peuple, in «L’Art Moderne», 17 (...)

10Fu in quest’occasione che Lugné-Poe poté stringere amicizia con Edmond Picard, avvocato, senatore e uomo di cultura «ami des artistes et des poètes», nonché uno dei tre direttori de «L’Art Moderne» che avrebbe sostenuto animatamente l’impresa dell’Œuvre, contrapponendosi alla rivale «La Jeune Belgique»16. Se quest’ultima infatti non dedicò che poche righe allo spettacolo, «L’Art Moderne» – pur testimoniando lo scompiglio causato dalla rappresentazione che, fra esplosioni di entusiasmo e fischi, aveva lasciato un «écho dans le cœur des auditeurs» – ringraziò Lugné-Poe per aver iniziato il pubblico belga a un teatro «qui tranche sur la banalité et la platitude des représentations dramatiques que nous inflige le mauvais goût et la complaisance des directeurs des spectacles. […] Félicitons-nous de ses interprétations si émouvantes et si belles en leur sobriété»17.

  • 18 Sara de Swart ebbe particolarmente a cuore il teatro di Maeterlinck e – come testimonia Lugné – fu (...)
  • 19 La citazione, tratta dalla rivista «Het Tooneel» del gennaio 1894, è riportata da Robichez (Le Symb (...)

11In Olanda invece – dove, nell’organizzazione della tournée, Lugné-Poe era stato aiutato da Sara de Swart, figura di spicco nel panorama culturale dei Paesi Bassi, che si adoperò moltissimo per la diffusione dell’arte e della letteratura simbolista francese nel suo paese – trovarono un’accoglienza decisamente più pacifica e un pubblico ben disposto18. Nonostante i décors sommari e una recitazione marionettistica, la stampa apprezzò l’originalità di quel «théâtre du rêve» in cui gli attori con la loro maestria sembravano «des figures décoratives plus que des êtres vivants»19.

Notes

1 C. Mauclair, Servitude et Grandeur cit., p. 110.

2 La lettera, conservata alla SACD, non è datata – ma possiamo dedurre la collocazione temporale dal riferimento interno al testo: «Tu sais que pour divers motifs personnels, d’indépendance en face de la presse et de discrétion dans une affaire où je n’apportais pas de fonds, j’ai résolu depuis L’Ennemi du Peuple de retirer de l’Œuvre ma signature et surtout ma personne. Je me suis contenté de ma place aux représentations: et en toute occasion j’ai écrit de façon à seconder le succès et les idées de l’entreprise dont je n’étais plus. J’ai fait cela dans les revues françaises aussi bien qu’à l’étranger. Je crois qu’en somme cette attitude et celle qui me convient le mieux. Néanmoins, si tu crois que je puisse servir en quelque chose les projets nouveaux dont tu parles, je veux bien revoir au bout de deux ans le local de l’Œuvre dimanche soir. Ta lettre me fait sentir que tu me juges plus exactement peut-être qu’à cette époque, et que tu ne croiras plus, comme il me sembla de deviner, que ma présence eut pour but un avantage ou une gloriole, ou une ingérence excessive dans tes affaires. […] Je viendrai donc rassuré là-dessus, à condition toutefois qu’il n’y ait chez toi aucun critique influent».

3 I brevissimi souvenirs di Mauclair sono conservati alla SACD. Pur non essendo datati, abbiamo ritrovato, sempre alla SACD, una missiva del 27 febbraio 1909 in cui Mauclair avverte Lugné che gli avrebbe inviato quelle piccole «notes» il giorno successivo.

4 Il quinto atto era stato pubblicato nella traduzione dello stesso sul «Mercure» di settembre ed è probabile che l’idea di rappresentare la pièce sia nata in quest’occasione. Robichez fa inoltre riferimento a una lettera di Félix Fénéon, amico di Cohen, inviata a Jullien e conservata nel suo archivio, da cui sarebbe possibile dedurre che sia stato lo stesso Fénéon a pressare Lugné perché la mettesse in scena (Le Symbolisme au théâtre cit., p. 203, nota 8).

5 «Il ne m’est pas permis et ce n’est pas l’endroit d’apprécier un procédé qui atteint par le traducteur l’œuvre originale», scrive Bauër (Les Premières Représentations, in «L’Écho de Paris», 15 dicembre 1893, p. 3). «Cet anarchisme» – commenta d’altra parte Robichez a proposito degli intellettuali filo-anarchici come Cohen che costituivano il milieu dell’Œuvre – «reste littéraire, inoffensif malgré ses violences verbales» (Le Symbolisme au théâtre cit., p. 213).

6 Lugné-Poe, Acrobaties cit., pp. 64-65. Provando a ricostruire la vicenda a partire dalla cronaca su di un quotidiano come «Le Temps», vi leggiamo il 13 dicembre la seguente nota comunicata da Lugné-Poe poco prima della generale: «Hier […] j’avais à quatre heures du soir le visa de la censure et de la préfecture de police m’autorisant à représenter Âmes solitaires et la première était définitivement fixée pour ce soir. Aujourd’hui, à midi, j’ai reçu avis de la préfecture de police de surseoir à la représentation de cette pièce. Je dois obtempérer à cet ordre, mais si la première représentation n’a pas lieu ce soir, cet après-midi a lieu la répétition générale: j’ai fait placer dans la salle un huissier à l’effet de dresser un procès-verbal de constat sur les incidents de cette représentation» (p. 4). Il giorno successivo, resa definitiva l’interdizione, un’altra nota di Lugné: «Coupez court, n’est-ce pas? à cette information grotesque qui donne une représentation de l’œuvre comme interdite. La pièce, d’une belle venue littéraire purement, n’a rien qui la puisse faire interdire, et nous jouons demain. Il y a eu un retard simplement, provoqué par un changement important de distribution, etc.» (p. 3). Il 15 dicembre: «Nous avons annoncé hier l’interdiction de la première représentation, qui devait avoir lieu le soir, d’Âmes solitaires, de M. Gerhard Hauptmann, dont la traduction a été faite par l’anarchiste Cohen, arrêté il y a quelques jours. Mais la répétition générale de cette pièce avait été autorisée; elle a eu lieu dans l’après-midi et n’a d’ailleurs été marquée par aucun incident» (p. 2).

7 «En arrivant à la répétition générale des Âmes solitaires, nous trouvons porte close; la représentation […] avait été interdite. George Vanor, le conférencier, parcourait les groupes en racontant l’incident, enfin ayant rencontré Lugné-Poe, il rassura les malheureux qui attendaient depuis une heure et demie en leur jetant ce cri: On joue!» (M. C. d’A., Les théâtres d’essais. L’Œuvre, in «Revue d’art dramatique», 1 gennaio 1894, p. 54). «Sortant, l’autre jour, de cette inoubliable répétition générale, une affiche apposée aux portes du théâtre nous apprit que la représentation d’Âmes solitaires venait d’être interdite par ordre supérieur. C’est probablement aussi par ordre supérieur qu’on nous fit stationner pendant une heure et demie sur le péristyle des Bouffes du Nord, les pieds dans l’eau, sous une fine pluie plus fongueux d’entre nous. Et tout cela parce qu’Alexandre Cohen avait traduit cette pièce – et parce qu’Alexandre Cohen était en prison. Quand enfin les portes s’ouvrirent, ce fut avec un recueillement inusité et une émotion d’ordre tout spécial que les happies fews de cette répétition générale prirent place à leurs fauteuils» (H. Albert, «L’Œuvre». Âmes solitaires, in «Mercure de France», gennaio 1894, pp. 81-83).

8 La cronaca riportata è tratta dal già citato articolo su «Le Temps» del 15 dicembre 1893, p. 2. Ad ogni modo i critici sono unanimi nel confermare che «on s’attendait à beaucoup de bruit, à des vociférations, à des appels à l’anarchie. Jamais répétition générale ne fut plus calme» (H. F.-G., Courrier des Théâtres. La répétition générale de «l’Œuvre», in «Journal des débats politiques et littéraires», 14 dicembre 1893, p. 3).

9 H. Bauër, Les Premières Représentations cit., p. 3.

10 Ibid. Se per qualcuno l’ispirazione ibseniana non sembra essere un deterrente (H. F.-G., Courrier des Théâtres cit., p. 3: «Dans Âmes solitaires […] l’influence d’Ibsen est manifeste, et c’est surtout de Rosmersholm que le jeune auteur allemand semble s’être inspiré»), per altri è invece evidente come non regga il confronto. Sulla «Revue d’art dramatique» leggiamo: «Pour quelles raisons avait-elle [la pièce] été interdite? Je n’ai pu arriver à comprendre. […] Âmes solitaires n’est pas une œuvre qui s’impose; […] On sent dans la peinture des caractères une imitation flagrante de Zola et d’Ibsen sans les qualités maîtresses de l’un ou de l’autre» (M. C. d’A., Les théâtres d’essais cit., p. 55).

11 «Au début, M. Vanor causa spirituellement de l’œuvre de Hauptmann, qu’il ignorait presqu’en entier. Il parla donc davantage d’Ibsen que de l’auteur des Tisserands. Ses très délicates allusions à l’arrestation de M. Alexandre Cohen furent accueillies d’acclamations unanimes. Si d’ailleurs ces applaudissements n’étaient pas allés surtout au martyr d’arbitraires mesures policières, l’artiste qui sut en sa traduction recréer fidèlement la pensée de Gerhart Hauptmann n’en aurait pas moins été digne» (H. Albert, «L’Œuvre». Âmes solitaires cit., p. 83). La conferenza venne complessivamente apprezzata dal pubblico in sala: «Notre confrère George Vanor a lu sa conférence au milieu d’un silence qui n’a été troublé que par les applaudissements. M. Vanor nous a présenté, dans une causerie d’une forme très littéraire et non dénuée de sens philosophique, la pièce nouvelle que l’on allait représenter devant nous» (H. F.-G., Courrier des Théâtres cit., p. 3).

12 H. Albert, «L’Œuvre». Âmes solitaires cit., p. 83.

13 «La pièce […] a été admirablement interprétée par la troupe de M. Lugné-Poe. Mlle Bady mérite un éloge tout particulier» (ibid.). «L’interprétation a de grandes qualités d’ensemble et tous les acteurs nous ont donné parfaitement l’illusion du milieu social dans lequel se meuvent les personnages. Le succès personnel de Mlle Bady a été très vif» (H. F.-G., Courrier des Théâtres cit., p. 3). «De l’interpretation un peu incertaine et naturellement troublée, il faut dégager et mettre au premier plan Mlle Bady. Cette jeune femme mérite d’être jugée sans complaisance, – en artiste. […] M. Lugné-Poe vaut par son accent vibrant, sa vaillance et sa chaleur habituelles» (H. Bauër, Les Premières Représentations cit., p. 3).

14 Riguardo al Rosmersholm rappresentato a Liége, n’è data notizia nell’Historique du Théâtre de l’Œuvre citato da Robichez (Le Symbolisme au théâtre cit., p. 318, nota 4) che non abbiamo potuto ritrovare. Non abbiamo rinvenuto altre testimonianze in proposito.

15 Lugné-Poe, Acrobaties cit., p. 64.

16 Ibid. Le due riviste – le più lette dai giovani intellettuali – avevano cominciato dal gennaio del 1893 una vera e propria guerra culturale al centro della quale finì inevitabilmente l’Œuvre con la sua tournée. «La Jeune Belgique» aveva infatti pubblicato in quella data un manifesto che prendeva le distanze dal movimento simbolista per appoggiare la tradizione classica del Parnasse, mentre «L’Art Moderne» si dichiarava entusiasta di Maeterlinck e Ibsen, oltre che simpatizzante nei confronti del movimento anarchico.

17 Memento, in «La Jeune belgique», dicembre 1893, p. 460; Un Ennemi du Peuple, in «L’Art Moderne», 17 dicembre 1893, p. 404.

18 Sara de Swart ebbe particolarmente a cuore il teatro di Maeterlinck e – come testimonia Lugné – fu lei a mettere in rapporto l’Œuvre con la critica olandese e poeti e artisti locali «qui cherchaient à se rapprocher des nôtres», quali Van der Horst, Jolles e il pittore Toorop (ivi, p. 64, nota 1). Fra i critici più disponibili è lo stesso Lugné a citare Philippe Zilcken, da sempre vicino all’ambiente simbolista francese e in particolare a Verlaine.

19 La citazione, tratta dalla rivista «Het Tooneel» del gennaio 1894, è riportata da Robichez (Le Symbolisme au théâtre, p. 324), che dà un breve ma utile resoconto delle reazioni della stampa olandese durante la prima tournée, citando inoltre le riviste «De Gids» e «De Amsterdammer».