Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Metamorfosi dei Lumi 8

 | 
Simone Messina
, 
Valeria Ramacciotti

Esordi della scienza storica

Les trois histoires de l’Encyclopédie Méthodique

Daniel Teysseire

Texte intégral

1Comme chacun sait, en français, l’histoire est à la fois les évènements qui se produisent et se déroulent, quels qu’ils soient: matériels et spirituels, matériels à effets spirituels et spirituels à effets matériels, et l’enquête (sens étymologique grec de historia) que l’on mène sur eux, c’est-à-dire le discours que l’on tient sur les dits évènements, que ce discours soit savant ou populaire, ou entre les deux. Sous ce double point de vue, où en sont les Lumières? Elles sont dans la révolution et même dans une double révolution, non pas au sens astronomique – ancien – du terme mais bien au sens – nouveau – de mutation radicale. La deuxième, la plus manifeste, concerne l’histoire en tant que suite ou trame d’évènements – appelons-la histoire évènementielle, sans que cet adjectif ait une quelconque valeur restrictive; il s’agit, bien sûr de la Révolution française (1789-1802). Mais avant elle, il y a eu une autre révolution qui a concerné l’histoire-enquête, c’est-à-dire la discipline et même, disons-le carrément, la science historique; il s’est agi de la révolution de la méthode critique entamée simplement par Mabillon, poursuivie vigoureusement par Richard Simon et propagée largement par Pierre Bayle (1680-1715). La trinité de langue française de la crise de la conscience européenne appliquée à l’histoire!

2Rappelons-en quelques dates:

  • 1 Mabillon, Brèves réflexions sur quelques Règles de l’histoire, préface et notes de B. Barret-Kriege (...)

1678 [environ]: le texte de quelques pages toutes simples de Mabillon (1632-1707), Brèves réflexions sur quelques Règles de l’histoire1.

  • 2 P. Ranson, Richard Simon ou du caractère illégitime de l’augustinisme en théologie, Lausanne, L’Age (...)

1678-1708: pas moins de sept ouvrages de Richard Simon (1638-1712) portant d’une manière insistante le mot «critique» dans leurs titres, à l’exemple de l’Histoire critique du texte du Nouveau Testament où l’on établit la vérité des actes sur lesquels la Religion chrétienne est fondée, de 1689 avec, en introduction, une justification de la méthode critique2.

  • 3 Avec une belle application de la méthode critique conduisant à sept niveaux de discours: 1 - le réc (...)

1696-1697: le «monumentum» en deux volumes de Pierre Bayle (1647-1706), le Dictionnaire historique et critique3.

Après tout cela, les choses sont d’une grande simplicité et clarté: l’histoire-récit, le savoir historique se fait, doit se faire avec des documents, de quelque nature qu’ils soient, plus ou moins tangible, d’origines aussi multiples que variées, et soumis à une confrontation minutieuse à l’aide du doute méthodique.

  • 4 Voir D. Teysseire, «La médecine de l’Encyclopédie ou le double affrontement» dans Médecine et vulga (...)

3En présence de cette double révolution de et dans l’histoire, que fait l’entreprise encyclopédique de Panckoucke? En ce qui concerne celle de la méthode critique, elle ne peut qu’assumer son rôle de dictionnaire, c’est-à-dire de discours vulgarisateur de celle-ci, quitte à la modérer et à en atténuer les manifestations. Quant à la Révolution française, il faut bien lui faire une place, ne serait-ce que parce qu’elle se produit quand ladite entreprise encyclopédique en est à un septennat d’existence. Car, contrairement à l’Encyclopédie, dont elle veut prendre la suite, elle ne cantonne pas l’histoire surtout à un moyen de mise en perspective des disciplines, comme la médecine par exemple4; non! La Méthodique fait de l’histoire un champ scientifique de plein droit, avec trois dictionnaires bien spécifiques, qui constituent notre corpus d’étude réparti comme suit.

  • Les cinq tomes (1786 - An ii [1793/4]) + les trois recueils de planches (An xii [1803/4] - 1824) du Dictionnaire des Antiquités.

  • Les six tomes (1784 - An xii [1803/4]) + un recueil de planches (An x [1801/2]) du Dictionnaire d’histoire.

  • Le tome unique (1792) du Dictionnaire de l’assemblée nationale constituante

4Ce qui nous donne notre plan d’analyse, de l’histoire ancienne à l’histoire du temps présent (pour l’Encyclopédie Méthodique, s’entend), en passant par l’histoire moderne allant du moyen-âge au xviiième siècle. Selon le cheminement le plus traditionnellement universitaire qui soit, mais, après tout, n’est-ce pas celui pratiqué par notre objet lui-même?

1. L’Histoire Ancienne avec ses monuments divers et variés

  • 5 Né à Lyon en 1747 et mort à Paris en 1835, Antoine Mongez, dit l’aîné pour le distinguer de son frè (...)

5La «méthodicité» inhérente à cette entreprise encyclopédique oblige théoriquement le ou les auteurs de chaque dictionnaire à donner au lecteur une vision d’ensemble du contenu de celui-ci. Au moins sous la forme de table analytique des matières. Et, alors, l’unicité de l’auteur favorise une meilleure approche de cette vision d’ensemble. C’est le cas pour le Dictionnaire des Antiquités réalisé par Antoine Mongez, assisté pour les planches par Madame née Levol5. En effet, à la fin du tome v et dernier daté de «l’An ii de la République», des pages 899 à 920, le lecteur trouve les Tableaux Methodiques Des Matières contenues dans le Dictionnaire d’Antiquités du citoyen Antoine Mongez. Ils comprennent treize grandes rubriques contenant chacune un certain nombre d’articles placés dans un ordre non-alphabétique apparemment mystérieux – peut-être celui du travail de Mongez?

6La première: Archéologie, Antiquités, Usages, Philologie &c contient 94 articles allant d’«Archéologie» à «Obélisques» en passant par «Vinaigre».

7La deuxième: Mythologie contient 26 articles et une sous-rubrique Mythologie Astronomique qui en contient 23, soit au total 49 allant de «Mythologie» à «Pyramide» en passant par «Attelés aux chars» et «Printemps».

8La troisième: Paleographie et Diplomatique des Ecritures contient 60 articles allant de «Diplomatique» à «Roseau» en passant par «Umbilicus».

9La quatrième: Chronologie contient 43 articles allant de «Chronologie» à «Grégorien (Calendrier)» en passant par «Hégire», et aussi 15 pages (901 à 915) de discussion traditionnelle, pour ne pas dire traditionaliste, sur «la durée du monde», comme s’il fallait un complément, à moins que ce soit un contre-point aux 75 pages illustrées de 2 planches de la «Chronologie des douze siècles antérieurs au passage de Xercès en Grèce. Examinée 1. Chez les Hébreux, 2. Les Phéniciens, 3. Les Grecs, 4. Les Egyptiens, 5. Les Perses, 6. Les Lydiens, 7. Les Mèdes, 8. Les Babyloniens, 9. Les Assyriens, 10. les Bactriens, à l’époque où fleurit Zoroastre» – 75 pages émanant du spécialiste de la chronologie d’alors: Volney, et figurant à la fin du tome iii de 1790.

10La cinquième: Numismatique et Monnayage contient 97 articles allant de «Légendes (Table des)» à «Tascia» en passant par «Gauloises [Monnaies]».

11La sixième: Costumes contient 153 articles allant de «Barbares en général» à «Trophées» en passant par «Cheveux» et «Eventail». La septième, la plus conséquente: «Monuments» avec 185 articles allant de «Dieux» à «Rome» en passant par «Œdipe», «Monuments égyptiens», «Lyon».

12La huitième: Topographie romaine contient 24 articles allant de «Régions» à «Jardins/Bois» en passant par «Bibliothèques».

13La neuvième: Métrologie contient 28 articles (de «Mesures» à «Colosse» en passant par «Denier») et surtout, les précédant, un précieux tableau des équivalences entre les anciennes mesures principales et les nouvelles du système métrique et décimal, «An ii de la République» oblige!

14La dixième: Jeux contient 24 articles, de «Olympique» à «Cerceau» en passant par «Verts et Bleus».

15La onzième: Histoire Naturelle contient 32 articles, de «Rhinocéros» à «Natron» en passant par «Rizium».

16La douzième: Agriculture, Economie Rurale et Domestique contient 36 articles allant de «Agriculture» à «Ration» en passant par «Fèves» et «Pain».

17La treizième et dernière, la plus complexe: Arts, comprend 6 sous-rubriques, Les Arts relatifs au Dessin (52 articles, de «Marbre» à «Sardes»), l’Architecture (21 articles, d’«Herculanum» à «Théâtre»), la Musique (10 articles, de «Système» à «Trigone»), la Géographie (5 articles, de «Cartes géographiques» à «Nil»), l’Economie Politique (3 articles: «Trésor public», «Revenus», «Impôt»), Métallurgie (14 articles, de «Or» à «Fonte») et enfin Arts divers (25 articles, de «Serrure» à «Punique» (Langue), soit 130 articles au total.

18Au final, l’intérêt de ces treize grandes rubriques est double. D’abord, leurs libellés nous livrent en quelque sorte la grille de lecture qu’un historien des Lumières applique à l’Antiquité; ensuite, le contenu de chacune de ces rubriques constitue, comme l’écrit Mongez (à la page 899 référencée ci-dessus), un «Elément ou Traité» qui permet une approche «méthodique» des «différentes parties de ce Dictionnaire». Dans une telle perspective de valorisation insistante de la «méthodicité», l’absence voire le refus de l’ordre alphabétique dans la présentation des 855 «articles principaux» des dites grandes rubriques est cohérent; l’ordre alphabétique ne nuirait-il pas en effet à l’approche méthodique recherchée, au demeurant indissociablement liée à la vision la plus globale possible de l’Antiquité que veut donner le Dictionnaire de l’histoire de celle-ci?

  • 6 Encyclopédie Méthodique [désormais E.M.], «Recueil d’Antiquités de l’Encyclopédie», Paris, H. Agass (...)

19Car il s’agit de faire connaître par le texte écrit et de faire voir par les planches tous les aspects de l’Antiquité gréco-romaine et non gréco-romaine – les bien connus mais aussi ceux que viennent de découvrir les archéologues contemporains ou presque de l’E.M., comme, entre autres, Winckelmann (1717-1768) et Ennio-Quirino Visconti (1751-1818) et même, pour les Egyptiens, Denon (1747-1825). Mais – répétons-le – cette connaissance et cette vue ne peuvent pas être un déballage-étalage sans méthode. D’où l’idée de regroupement de traités correspondant aux 13 grandes rubriques inventoriées plus haut. D’où aussi, pour les 380 planches, un ordre donné par la Table Générale des deux recueils de planches6 comprenant trois grandes parties:

    • 7 Petite notation au passage: dans le recueil d’explications des planches de 1802, celles-ci sont num (...)

    la première sur les têtes (planches i à xxxvi avec plusieurs figures par planche)7;

  • la deuxième, la plus importante (planches xxxvii à ccclvii, avec le plus souvent plusieurs figures par planche), sur les vêtements militaires et civils et les objets de la vie quotidienne;

  • la troisième sur d’autres documents figurés, un Supplément comprenant même la figure d’un «Dernier soupir recueilli» (planche ccclxxix).

20Et, encore une fois, tout cela concerne aussi bien les Grecs et les Romains que les Troyens, Etrusques, Barbares, Egyptiens et Israélites. Le but final de Mongez étant de donner au lecteur un ouvrage que, de nos jours, toutes précautions d’anachronisme étant prises, l’on pourrait qualifier d’histoire totale, ou qui se veut totale (les sources ont leurs limites!), sur la civilisation antique ou, mieux, les civilisations de l’antiquité.

  • 8 Souligné par nous, comme le seront par la suite toutes les parties de citations en italiques.

Les artistes y trouveront tous les objets qui peuvent entrer dans les compositions relatives aux peuples anciens connus par des monuments. Je n’ai excepté de cette généralité que l’architecture et ses détails, parce qu’ils sont traités exclusivement dans un Dictionnaire de l’Encyclopédie méthodique [celui d’architecture qui, au demeurant n’a pas de recueil de planches]. Tout ce qui regarde la guerre, la navigation, la musique, la religion, les costumes civils et militaires des peuples anciens; tous les attributs de leurs divinités, etc. se trouvent compris dans ce Recueil8.

  • 9 E.M., «Recueil», voir note 6, p. iii.

C’est là ce qu’il a de commun avec les autres ouvrages de ce genre. Mais ce qui l’en distingue essentiellement, ce sont cinq points très remarquables: 1. L’abondance des objets: tels sont, par exemple, les casques dont on trouvera ici plus de quatre-vingt dessins, tandis que les autres Recueils d’antiquités en présentent à peine huit ou dix; 2. Les dessins de toutes les têtes mythologiques données; c’est-à-dire de celles qui présentent toujours les mêmes traits, telles sont les têtes de Jupiter, de Junon, etc.; 3. Les dessins de toutes les têtes grecques dont on connaît les noms avec quelque certitude; 4. Enfin, les têtes de ceux des Romains et des Barbares qui occupent des places dans l’Histoire, et qui peuvent en occuper dans les compositions des peintres et des sculpteurs; 5. Enfin, la désignation des couleurs des draperies que portent les dieux et les héros dans les peintures antiques9.

  • 10 Avec, quand même, un problème: le texte de notre citation 1 se trouve au début du recueil d’explica (...)
  • 11 Voir note 9.

21Après avoir souligné en passant l’insistance de Mongez à donner une utilité immédiate à son double recueil de planches pour les artistes baignant dans le retour à l’antique10, notons bien que son plaidoyer pro domo qui fait de son «Recueil un complément de son Dictionnaire d’antiquités, qui fait partie de l’Encyclopédie méthodique»11 est tout à fait conforme à la méthode critique appliquée à l’histoire. En effet, comme un bon mauriste, notre ci-devant génovéfain veut une histoire fondée sur des témoignages (ses «monuments») aussi bien textuels qu’iconographiques apportés en grand nombre, afin de permettre une connaissance toujours plus méthodique aussi bien que systématique, c’est-à-dire à la fois plus large et plus approfondie dégagée par la comparaison des dits témoignages.

22Un simple et modeste exemple d’un article de trois quarts de page permet d’illustrer cela sans développer outre mesure notre propos. Il concerne une pratique commune de la vie de tous les jours, d’aujourd’hui, de l’époque de la Méthodique et de l’Antiquité: le baiser. L’entrée de ce terme au tome I (1786) ne fait que renvoyer à Embrassement, lequel article se trouve au tome II de 1788, à sa page 512. En bonne méthode, il commence par une définition empruntée à deux auteurs, Donatus et Térence, mais le premier interprétant le second, ce qui fait une seule source; ce qui est curieux parce que pas suffisamment rigoureux! Mais, ensuite, les références sont multipliées pour bien faire saisir au lecteur un des types de baiser donné dans la définition: l’osculum, le baiser de l’usage social et officiel («oscula officiorum sunt»). A distinguer du basium des affections chastes («basia pudicorum affectuum[sunt]») et du suavium, le baiser des désirs («suavia libidinum [sunt]». Dans l’ordre sont mobilisés: Tacite pour Néron, Xiphilin pour Caracalla, Martial, Properce, Suétone pour Tibère et encore Néron, Diodore pour Caligula et Pline pour Trajan qui «fut loué de ce qu’il embrassait [par osculum] les sénateurs, en les abordant et en les congédiant, tandis que ses prédécesseurs leur donnaient leurs pieds à baiser, ou leur rendaient leur salut de la main seulement». Pour le commun des mortels romains, lorsqu’ils «se connaissaient, se rencontraient, ils s’embrassaient au front et même sur la bouche». Les «autres embrassements» – le basium et surtout le suavium donc, l’auteur dit qu’il n’en parlera pas, préférant terminer cet article par la question du «baiser de la cruche» qui consistait à embrasser ses amis ou ses enfants en leur prenant «la tête par les deux oreilles, comme on soulevait une cruche à deux anses», comme le mentionne Théocrite et comme «Plaute en parle souvent», deux sources étant ainsi avancées. Vient alors le travail critique pour expliquer «cette manière d’embrasser les enfants en particulier». Les interprétations de Clément d’Alexandrie et de Plutarque ne sont pas «rapportées», parce qu’elles «ont été [trop] bizarrement imaginées et exposées». Mongez se limite donc à donner une clé pour une interprétation éventuelle, puisée dans la mentalité de l’époque, tout en s’en tenant, pour ce qui le concerne, à une position finale de bon sens tout à fait dans la logique de l’esprit des Lumières contempteur de la surinterprétation, pour ne pas dire du délire d’interprétation.

  • 12 E.M., «Antiquités, Mythologie, Diplomatique des Chartres et Chronologie. Tome ii», Paris et Liège, (...)

Au reste, on sait que l’oreille était chez les anciens le symbole de la mémoire; on sait de plus que les romains touchaient l’oreille de ceux qu’ils appelaient en témoignage; c’est sur ces deux faits [non appuyés sur des sources, il faut bien le dire!] que les interprètes ont fondé une manière particulière d’embrasser les enfants, qui n’avait probablement d’autres motifs qu’un usage vague et insignifiant, comme on en voit tant d’autres chez toutes les nations»12.

Et c’est ainsi que la méthode critique en histoire de l’Antiquité – sur cet exemple presque uniquement romaine – rejoint le simple esprit critique relativisant des Lumières.

2. L’Histoire Moderne en six périodes, du Moyen-Age au xviiième siècle

  • 13 E.M., «Histoire. Supplément. Tome VI», p. 409 colonne droite.
  • 14 Encore un personnage exemplaire de la continuité longue des Lumières, en l’espèce jusqu’à l’Empire. (...)

23Ainsi, dans l’E.M., c’est-à-dire dans l’inventaire méthodique des savoirs, les Antiquités et donc l’histoire de l’Antiquité a son dictionnaire bien défini, bien spécifique, à l’image des monumenta de tous types sur lesquels elle se fonde. Mais le reste de l’histoire, celle qui vient après l’Antiquité, n’est-elle pas trop vaste? Ne serait-ce que parce que les sources sur lesquelles elle doit se fonder sont incommensurablement plus nombreuses que les monumenta de l’Antiquité, et donc les faits plus nombreux, plus avérés, «l’histoire moderne [ayant] sur l’histoire ancienne l’avantage d’une plus grande certitude, et pour les faits, et pour les dates»13. Ce qui pose le problème du choix de ce qui doit être raconté, puisque, bien évidemment, le dictionnaire d’histoire a nécessairement des limites. Ecoutons l’auteur des sept volumes d’histoire (six de texte plus un recueil de planches d’héraldique), Gabriel-Henri Gaillard14, énoncer dans son «Discours préliminaire de l’histoire» les nombreux choix faits par lui, une fois le choix fondamental opéré par l’entrepreneur de la Méthodique, d’inclure dans celle-ci l’histoire en tant que telle, que les directeurs de l’Encyclopédie, eux, avaient délibérément exclue de la leur:

  • 15 E.M., «Histoire. Tome premier», Paris et Liège, Panckoucke et Plomteux, 1784, p. 182.

d’un côté, mettre toute l’histoire, même en abrégé, dans l’Encyclopédie [E.M], c’est une chose impossible; il y faut du choix, il en faut beaucoup: il en faut entre le vrai et le faux, entre le certain et le douteux, entre l’important et le frivole, entre l’utile et l’inutile, entre les personnages illustres et les personnages obscurs. La foule des rois, des ministres, des généraux, des écrivains qui n’ont rien fait de mémorable, et qui ne servent qu’à marquer la chronologie, doit faire place ici à ceux qui ont occupé l’univers, même lorsqu’ils n’étaient plus.
Ce n’est pas tout, il faut encore du choix dans les détails de chaque article. Tout n’est pas mémorable dans les personnages les plus dignes de mémoire; il ne faut dire aux hommes que ce qu’ils ont intérêt de savoir, que ce qu’il leur serait ou honteux, ou préjudiciable d’ignorer. En conséquence, il faut que les articles soient courts pour laisser la place à tous ceux qui doivent être admis, et substantiels pour contenir tout ce qui mérite d’être su. Voilà ce qu’ils doivent être en général; en particulier, l’étendue de chaque article doit être mesurée sur son importance; mais il y a encore ici du choix, et la règle la plus raisonnable en apparence doit souvent céder à de certaines considérations. Plus un fait est important, plus ordinairement il est connu; on ne doit quelquefois alors que l’indiquer et le juger: ce serait être mauvais économe de l’espace qu’il est permis de donner à l’histoire dans l’Encyclopédie, que de s’arrêter à raconter avec détail des faits que personne n’ignorerait15.

A tous ces choix de bonne méthodologie historique et de bonne méthode de narration de l’histoire, Gaillard en ajoute un qui concerne encore plus le fond et donc le contenu de son dictionnaire; c’est le choix d’une finalité civique et même politique, au sens le plus large et – disons-le – le plus noble de ces deux termes.

  • 16 Ivi, pp. 183-184.

Mais il en est une [de distinction] plus importante que nous ambitionnons surtout de procurer à cet ouvrage, autant qu’il peut en être susceptible, c’est de faire servir le passé à l’instruction du présent et de l’avenir, de donner à l’histoire toute son utilité, en la rendant la leçon des rois et des peuples, de la purger de ces faux jugements, de ces réflexions machiavélistes qui infectent nos histoires, même les plus estimées, de cet éloge perpétuel des guerres, des conquêtes, des victoires et du faste ruineux des rois; de cette admiration pour le crime insolent et pour le crime adroit, surtout de ce principe si pernicieux, qu’il y a une morale pour les Etats, et une pour les particuliers; que la politique peut se passer de la justice, se séparer de la bonne foi, et admettre le mensonge et le crime. On dirait, à entendre les politiques machiavélistes, que les hommes d’Etat se sont réservé le crime, comme Dieu s’est réservé la vengeance.
Pour nous, nous n’écrirons rien sur l’histoire, qui ne soit la censure du machiavélisme dans toutes ses branches; nous assurerons cet avantage à ce dictionnaire sur tous les dictionnaires historiques et sur toutes les histoires; nous en prenons ici l’engagement de la manière la plus solennelle16.

L’intérêt de cette proclamation vient de ce qu’elle pose ou repose, déjà en ces années 1780, les bases de la contestation de ce qui sera un sacro-saint principe de la science historique contemporaine selon lequel celle-ci n’est pas donneuse de leçon, au singulier comme au pluriel. Principe illusoire, c’est-à-dire qui donne l’illusion à l’historien qu’il est dans la scientificité pure, alors que son récit des faits les ordonne et donc leur donne un sens, qu’il le veuille ou non. Gaillard, lui, non seulement accepte cela, c’est-à-dire que son histoire ait un sens, mais, mieux même, il choisit celui qu’il veut qu’elle ait: celui d’une pédagogie contemptrice du faste des rois – pour reprendre son syntagme – et de la raison d’Etat, et, a contrario, favorable à l’application des mêmes règles morales contraignantes aux individus et aux états; ce qui est d’une très grande modernité, pour ne pas dire actualité.

  • 17 Qui veut que le roi ne soit que le «primus inter pares» des nobles qui sont voués à le servir en mê (...)

24Et si l’on considère que la défense et illustration des grandes maisons nobiliaires est une manifestation de la théorie aristocratique de la monarchie des pairs17 et, de ce fait, une critique du «faste des rois», on peut dire que la pédagogie contemptrice de celui-ci est immédiatement perceptible à la lecture du dictionnaire d’histoire de lE.M. En effet, que trouve-t-on en tête du volume I, avant même les quatre pages du «Discours Préliminaire de l’Histoire» abondamment citées ci-dessus? 179 pages de «Blason» ou héraldique ou science des armoiries précédées d’un «Discours Préliminaire» plus consistant du double du précédent, puisqu’il compte huit pages dans lesquelles est justifiée la présence de tant de pages consacrées aux signes nobiliaires et donc à la noblesse. Certes, cette justification prend la forme d’un discours antiphrastique ou, plus exactement, d’un double discours qui, d’un côté, part de celui de Jaucourt dans l’Encyclopédie, critiquant l’inutilité de la noblesse et de l’héraldique qui lui est liée – discours antinobiliaire qui est, ainsi, de nouveau avancé – mais qui, d’un autre côté, critique cette critique en en relativisant le contenu.

  • 18 E.M. «Histoire. Tome premier» cit., pp. ii et iii du «Discours Préliminaire» du «Blason».

Le reste du discours de M. De Jaucourt [à Heraldique] est d’une exagération manifeste [surtout exagérée par Gaillard!]. La science des armoiries n’a rien de plus ridicule que celle des autres distinctions établies parmi les hommes; elle est ignorée et chez les sauvages de l’Amérique et dans les Etats despotiques de l’Orient, par des raisons qui ne sont pas à l’avantage de cette ignorance [sous-entendu: expression de la non-civilisation politique]; mais dans la plupart des monarchies mitigées [des pairs, en quelque sorte!], la noblesse et les distinctions tiennent à la constitution de l’Etat; quelque progrès que fassent les Lumières, et quelque contraires qu’elles puissent être aux distinctions de la noblesse, l’art héraldique ne sera probablement jamais oublié; il tient trop essentiellement à l’histoire. Quand les révolutions du temps, de la fortune et de la politique auraient tout changé à cet égard [Quelle prémonition!], le passé ne pouvant pas n’avoir pas été, le Blason subsisterait toujours comme monument historique. C’est, si l’on veut, l’histoire de la vanité, mais l’histoire de la vanité humaine ne se distingue pas de l’histoire des hommes18.

Autrement dit, l’histoire de la noblesse et la science de ses signes n’ont en fin de compte d’autre justification que de faire connaître cette double réalité de fait; cela leur suffit pour figurer dans un inventaire des savoirs du réel qu’est une encyclopédie. Et l’histoire totale du dictionnaire de celle-ci se doit d’intégrer l’histoire de ces réalités psycho-sociales. L’histoire des mentalités? Résultat: dans les cinq tomes du dictionnaire d’histoire le nombre d’articles consacrés aux grandes et moins grandes maisons nobiliaires est d’une importance certaine, qu’un inventaire quantitatif permettra un jour de préciser. Un seul exemple pour illustrer cela: l’article «Vallière (La Baume Le Blanc de la), (Hist. De F.)» n’est pas consacré à la seule première favorite de Louis xiv, mais bien à toute cette «famille française, originaire du Bourbonnais», Mademoiselle de La Vallière n’étant qu’en septième position parmi bien d’autres membres de ladite famille. De cette présence consistante des familles ou maisons nobles on peut donner trois explications. La première réside dans la personnalité de Gaillard – que dire? Créature, client, disons fidèle de la grande maison des serviteurs de la monarchie que fut la famille Lamoignon, au point d’intégrer au tome vi de supplément (an xii – 1804) un article: Malesherbes Chrétien-Guillaume de Lamoignon de. Autrement dit, la grande noblesse; Gaillard connaît et peut donc avoir à coeur de présenter cette science ou cet art héraldique qui lui est consubstantiellement lié et auquel elle tient. Et elle y tient d’autant plus que, en ces décennies précédant la Révolution, elle participe et contribue à ce qu’il est convenu de nommer la réaction aristocratique hostile à la promotion bourgeoise, qui constitue donc la deuxième explication de cette présence consistante des familles ou maisons nobles. Ce qui conduit à la troisième explication de celle-ci: la structure socio-politique même de l’Ancien Régime qui a constitué la noblesse en classe dominante, c’est-à-dire en classe qui donne les valeurs de référence à toute la société. Ces deux explications conjoncturelle et structurelle, Gaillard en rend témoignage en écrivant très simplement, toujours dans son «Discours Préliminaire» du «Blason»:

  • 19 Ivi, p. ii.

Dans un Etat, où la noblesse conserve son origine respectable, où elle continue d’être ce qu’elle a été dans sa source, c’est-à-dire le prix de la valeur, des talents, des services, des vertus; alors le roturier envisage la noblesse comme un but proposé à ses travaux, il la regarde d’un œil, non d’envie, mais d’émulation; il dit: Voilà où je veux parvenir, voilà l’héritage que je puis laisser à mes enfants19.

Et voilà comment on met sous éteignoir la bourgeoise condamnée à la seule promotion par «annoblissement», au demeurant très limitée. La théorie nobiliaire de la monarchie y gagne ce que la monarchie y perd en marge de manœuvre entre les classes sociales; ce qui est bien une manière de réduire la capacité d’exercice machiavélique du pouvoir de celle-ci.

25Le lecteur retrouve cette préférence donnée aux grandes – cette fois aux très grandes maisons, aux dynasties – quand il découvre le découpage chronologique de «l’histoire moderne» proposée au tome VI de supplément.

  • 20 E.M., «Histoire t. VI Supplément», p. 409.

Les six grandes périodes de l’histoire moderne sont:
1 la naissance de Jésus-Christ.
2 le concile-général de Nicée, en 325, sous Constantin.
3 l’avènement de Charlemagne à l’empire.
4 l’avènement de Hugues Capet à la couronne de France.
5 l’avènement de Rodolphe de Habsbourg à l’empire.
6 l’avènement de la branche royale des Bourbons au trône de France20.

  • 21 «Hugues Capet, (Histoire de France)» dans E.M., «Histoire, t. III [1788]», p. 111. Cet article semb (...)
  • 22 E.M., «Histoire t. VI Supplément» cit., p. 409.
  • 23 Ibid.
  • 24 Ivi, pp. 736 et 734.

Ce qui fait bien six périodes: la première, de l’an zéro à 325; la deuxième, de 325 à 800; la troisième de 800 à 987; la quatrième, de la «révolution»21 de 987 à 1273; la cinquième, de 1273 à 1589; la sixième, de 1589 aux jours de rédaction du dictionnaire d’histoire de l’E.M. Relevons quelques caractéristiques de cette chronologie. La première caractéristique, purement quantitative, est l’homogénéité de la durée de chaque période; elle tourne autour des 300 ans, sauf celles de la deuxième, de près de 500 ans, et celle de la quatrième, d’à peine 200 ans. La deuxième caractéristique est plus importante car elle tient au contenu. En effet elle tient aux critères de marquage des dates charnières, qui ne sont pas ceux que l’on pourrait attendre d’un historien des Lumières et qui sont devenus les nôtres. Ils ne sont pas politico-civilisationnels, comme la chute de l’Empire romain en 476 et la prise de Constantinople par les Ottomans en 1453 ou la découverte de l’Amérique en 1492; ils sont, pour les deux premières périodes, religieux (la naissance du Christ) et même ecclésiastique (le concile de Nicée institutionalisant le credo catholique romain); pour les quatre autres périodes, purement dynastiques, valorisant deux dynasties et une maison royales françaises (la carolingienne, la capétienne et celle des Bourbon), et la dynastie impériale germanique par excellence, les Habsbourg. C’est dire que l’on se trouve en présence d’une conception, d’une vision traditionnelle et même traditionaliste de l’histoire, puisque celle-ci repose sur l’Eglise instituée et les lignages, comme dans la culture chrétienne médiévale. Le comble de ce traditionalisme historique est atteint quand on considère que cette chronologie se trouve au tout début des trois cent cinquante pages de la chronologie du tome VI de supplement édité, rappelons-le, en l’«an xii - 1804»: périodiser la longue époque qui va de l’antiquité à l’achèvement de la Révolution française d’une manière aussi médiévale et traditionaliste, il faut le faire, il faut même vouloir le faire! Certes, tout cela était peut-être et même sans doute prêt depuis avant 1789; oui, sans doute, mais peut-être pas complètement! Et sans doute aussi, apparemment, on tenait et on tient à cette chronologie contre vents et marées, c’est-à-dire contre ou, plutôt, par-delà la Révolution, comme pour signifier que, dans le savoir historique, la conjoncture immédiate, si bouleversante soit-elle, ne peut, ne doit pas faire oublier les continuités longues et les faits bruts qui les émaillent qui «sont ce qu’il y a de plus propre à fixer la chronologie dans les diverses parties de l’histoire»22, d’où ces trois cent cinquante pages déjà évoquées ci-dessus, constituées de chronologies particulières des «patriarches, juges, pontifes, papes, empereurs, rois, archontes, consuls, &c»23 et même des promotions cardinalices, la dernière mentionnée étant «la cinquième le 5 avril 1756» du «Pape Benoît XIV, élu le 17 août 1740»24. Avec, bien sûr, celle des «Rois de France» qui se termine ainsi:

  • 25 Ivi, p. 720.

Branche de Bourbon
Henri iv, le Grand, 1610
Louis xiii, le Juste, 1643
Louis xiv le Grand, 1715
Louis xv, 1774
Louis xvi, le 21 janvier, 1793
Jour vraiment néfaste.
Excidat illa dies aevo25.

Nous y voilà! Et à l’innommable qui, un instant, fait sortir l’historien chronologiste de l’objectivité pure et simple des faits et des dates, et à la Révolution, c’est-à-dire à l’histoire en train de se faire – ce que nous appelons l’histoire du temps présent.

3. L’Histoire du temps présent avec la Révolution

26Mais alors se pose le problème de toute histoire contemporaine de ou des auteurs qui veulent l’écrire: celui du point de départ de leur contemporanéité – pour ce qui nous occupe, celle de l’entreprise Méthodique au début des années 1780. L’auteur en chef du dictionnaire d’histoire, Gaillard, donne une forme de réponse par le très, très bref article «Louis XV», à la page 387 du tome III de 1788:

Louis XV fut notre contemporain, et son règne n’est pas encore mûr pour l’histoire; il appartient encore au panégyrique et à la satyre; il faut passer par ces épreuves avant d’arriver à l’histoire»

  • 26 Sur lequel Gaillard est très élogieux: «Ajoutons à ces dons [«la beauté, la santé et le génie»] la (...)

L’affirmation tient du prédicat tant elle semble définitive: la contemporanéité ne fait pas partie de l’histoire et même rigoureusement l’histoire exclut en soi la contemporanéité. Quand on sait que la vie de Louis XV va de 1710 à 1774, on mesure l’ampleur de l’exclusion; ce sont presque toutes les décennies du xviii siècle précédant celle de la Méthodique qui sont exclues. Très théoriquement! Car, au tome II (1786), on trouve, entre autres exemples, des articles consacrés à des quasi-contemporains de Louis XV: La Condamine qui vécut de 1701 à 1774; Condillac qui vécut de 1715 à 1780; le régicide du même Louis XV, Damiens. Au tome III (1788) on a un article consacré à la petite dynastie des trois Helvétius, les deux médecins et le fermier-général devenu le philosophe auteur de De l’esprit et De l’homme, lui aussi quasi-contemporain de Louis XV (1715-1771)26. Au tome IV on trouve même un article consacré à Paoli, encore vivant et donné comme encore exilé à Londres, signé d’un de ses vainqueurs, M. De Pommereul! Il est vrai que ce tome IV est de 1790 et que, la révolution se faisant sentir, on est peut-être moins regardant sur l’exclusion de la contemporanéité, comme le prouvent, dans ce même tome, l’article Rousseau et, au tome V de 1791, le long, très long article consacré à Voltaire, de la page 595 à la page 616, dont l’inspirateur reconnu et avoué est Condorcet auquel est associé La Harpe avec son «Eloge de Voltaire». Et comme s’il fallait expliciter très précisément les conséquences de ce qui a été suggéré par les deux lignes consacrés à Louis XV à propos de toute histoire contemporaine, cet article sur Voltaire se conclut par une sorte de rappel de la vocation de l’histoire à être enquête à charge et à décharge, comme celle du juge d’instruction:

il resterait peut-être un livre plus utile à faire, ce serait un examen impartial, un examen à charge et à décharge des ouvrages de M. De Voltaire relativement et au goût et à la morale; ouvrage dans lequel on apprécierait et les bons & les mauvais effets de l’influence qu’il a eue sur les opinions et sur les mœurs de son siècle; on sent qu’un tel examen se résoudrait le plus souvent en témoignages d’admiration, en expressions de plaisir, de tendresse et de reconnaissance; cependant si ce livre était fait, comme il doit l’être, avec impartialité, avec courage, il étonnerait peut-être également et certains admirateurs et certains censeurs de M. De Voltaire. Tout homme de bon goût et de bonne foi est sans doute admirateur né de cet homme unique. Il est pourtant vrai que sa mémoire a quelques zélateurs fanatiques & intolérants qui ne veulent pas que M. De Voltaire puisse être l’objet de la moindre critique; ce sont de pareils zélateurs qui ont fait tort à Homère et à la belle antiquité dans l’esprit des gens du monde et des ignorants; ce sont eux que Tacite semble avoir désignés par ce mot: Pessimum inimicorum genus laudantes [les laudateurs appartiennent à l’espèce des pires ennemis], et c’est à eux qu’on peut appliquer ces deux vers de la Fontaine: «Rien n’est si dangereux qu’un indiscret ami; / Mieux vaudrait un sage ennemi»

  • 27 Gaillard tenait à cette impartialité de l’historien, comme le montrent les premières lignes de l’ar (...)

Voltaire mis sur le même plan qu’Homère; un auteur contemporain à la fois poète, tragédien, historien mis sur le même plan que le père de la littérature, voilà qui n’est pas un mince compliment! Pour le reste, traduisons quelque peu ces lignes, quitte à risquer de se répéter. Même et surtout appliquée à la contemporanéité, l’histoire doit et se doit de rester l’histoire, c’est-à-dire «enquête» courageuse à charge et à décharge, sur toutes sortes de champs d’investigation, pour produire un récit aussi équilibré, «impartial», que possible faisant fonction de critique relativisante27. Même avec une histoire contemporaine qui s’emballe?

  • 28 Avertissement de 47 pages qui constitue comme un «Mémoire» supplémentaire de Panckoucke, entre ses (...)

27Même avec la Révolution en train de se faire? Pour répondre à cette interrogation d’importance, l’entreprise Méthodique ne subtilise pas; elle décide d’être fidèle à son choix de départ, celui de la systématicité et de la méthodicité, en mettant en chantier un dictionnaire entièrement consacré à ladite révolution, faisant sans doute le pari, risqué, que celle-ci ait un terme rapidement qui la constituerait en objet d’étude achevé. Autrement dit, l’E.M. fait bien le choix de la possibilité d’une histoire immédiate du temps présent. Il est annoncé aux pages xxv et xxvi de l’Avertissement situé curieusement à la fin du troisième tome du dictionnaire des «Manufactures, Arts et Métiers» de 179028. Il se veut à l’image de l’entreprise Méthodique dans son ensemble: ambitieux… ambitieusement méthodique dans sa finalité et son contenu. En effet, ce Dictionnaire Encyclopédique de l’Assemblée Nationale

est destiné à l’instruction publique; il doit non seulement faire connaître les principaux évènements de la Révolution, le caractère des personnes qui y ont joué un rôle connu, mais encore développer, expliquer, classer les Lois, les Décrets, les éléments de la Constitution, en faciliter l’étude, et l’intelligence; il faut encore qu’il offre aux Peuples, nos voisins, des lumières qu’ils chercheraient vainement ailleurs, et dont ils auront, sans doute, incessamment besoin eux-mêmes.

  • 29 Ce n’est pas encore «La Grande Nation habituée à vaincre» qui fleurira sous le Directoire, mais «La (...)

Après avoir relevé au passage cette dernière phrase sur la France institutrice de l’Europe en matière de droit et de législation politiques29, détaillons les trois parties annoncées de ce dictionnaire qui n’est pas intitulé «de la Révolution», car ce serait le limiter au seul aspect des évènements, mais bien «de l’Assemblée Nationale», dénomination qui ouvre sur une toute nouvelle société politique, sur une nouvelle France.

  • 30 Toutes les citations données dans ce paragraphe viennent des pages xxv et xxvi de l’Avertissement r (...)

28La première partie sera évènementielle, récit donc des évènements, mais aussi des individus, «des personnes qui se sont fait remarquer pendant la Révolution»30. Elle sera précédée d’un «Discours préliminaire» consacré aux causes multiples desdits évènements qui «ont enfin amené les secousses du Gouvernement et le besoin d’une Constitution libre, universellement demandée par le Peuple». Parmi ces causes, seront mises en avant «les productions des Ecrivains politiques, qui plus que tous autres ont préparé, hâté la Révolution, par les lumières qu’ils ont répandues ou fait valoir».

29La deuxième partie, «plus utile encore, embrassera d’une manière complète et didactique, la connaissance des principes, des débats, des discussions développés, soutenus, combattus dans l’Assemblée Nationale. Ce sont les matériaux de la Constitution; nous devons précieusement les conserver pour l’instruction des Peuples et des Législatures à venir». Ce sera ou ce seront un ou plusieurs volumes de comptes rendus des textes, interventions et discours préparatoires aux votes des textes de lois.

30La troisième partie étant justement constituée par ceux-là, c’est-à-dire «les Lois positives ou Décrets sanctionnés, sur toutes les parties de l’ordre public, des pouvoirs et des droits», allant jusqu’à ceux concernant «tous les détails des établissements de police, de bienfaisance, d’éducation, de régime local, sur lesquelles [sic] l’Assemblée nationale aura prononcé».

31Résultat:

  • 31 Rien dans tout cela qui ressemble à l’annonce, même au conditionnel, d’un ouvrage en «cinq volumes» (...)

Le Public réunira ainsi en un seul Ouvrage, un corps d’instruction méthodique et complet sur toutes les parties de la Législation, de l’ordre municipal, judiciaire, administratif, militaire et ecclésiastique de l’Empire; et par les soins que nous aurons aux Législatures suivantes, d’apporter à notre travail les changements et les augmentations nécessaires, on aura un Livre national, qui ne sera pas une compilation, mais un cours suivi de connaissance et de faits devenus indispensables à quiconque veut prendre part aux affaires de son Pays»31.

C’est, appliqué à l’histoire politique en train de se faire, le projet-même de l’entreprise de l’Encyclopédie Méthodique! Du coup, ne serait-il pas judicieux et même pertinent de nommer celle-ci le «Livre national» des savoirs, et même des savoirs en train de se faire. Avec, au bout du compte, comme on le sait, une réussite variable selon les savoirs ou disciplines scientifiques.

  • 32 Page de titre de ce volume unique du Dictionnaire de l’Assemblée Nationale Constituante, Paris, Pan (...)

32Réussite variable que l’on retrouve pour le «Dictionnaire Encyclopédique de l’Assemblée Nationale», l’histoire immédiate, surtout l’histoire politique, étant encore plus astreignante que l’évolution de telle ou telle discipline scientifique, car l’histoire n’attend pas et, tout particulièrement, celle des assemblées de la Révolution. Conséquence ou résultat: en 1792 paraît le volume qui va rester unique de ce Dictionnaire de l’Assemblée Nationale Constituante, le «Tome Second. Contenant les Débats qui ont eu lieu dans l’Assemblée, tant sur les objets Législatifs, que sur les évènements qui ont occupé les Séances. Par M. Peuchet, homme de Loi, un des Administrateurs provisoires de la Municipalité de Paris, en 1789, etc.»32. Celui-ci a signé et daté du «6 Novembre 1791» un Avertissement de quatre pages qui ne laisse en rien présager d’un arrêt de ce dictionnaire très spécifique. Le plan détaillé ci-dessus (Evènement, Débats, Décrets) est repris avec la même volonté et finalité d’instruction; simplement, l’ordre de parution et donc de livraison au public de ces trois parties ne sera pas celui annoncé. La partie évènementielle, de première qu’elle est logiquement, deviendra la troisième et dernière à paraître,

  • 33 E.M., Assemblée Nationale Constituante t. II, Paris, Panckoucke, 1792, p. 1.

parce qu’entièrement destinée à l’histoire de la Révolution, elle sera susceptible d’un plus grand degré de précision et d’exactitude, lorsque [en bonne méthode historique] nous aurons eu le temps de recueillir plus de faits et de comparer les diverses opinions des écrivains sur les causes et les acteurs des évènements que nous avons vus33.

  • 34 Ibid.

La partie consacrée aux résultats législatifs, celle des Décrets donc, de troisième qu’elle devait être paraîtra en deuxième, «dans l’ordre des livraisons»34. Ces inversions étant faites, la deuxième partie, celle consacrée aux Débats de l’Assemblée devient donc la première à être offerte au public. N’est-elle pas d’ailleurs «la plus intéressante», parce

qu’elle offre un ample sujet d’instruction; qu’on y retrouve la discussion et le développement des motifs des nouvelles lois et des grands évènements de la Révolution; qu’on y apprend à connaître les sentiments, et souvent le caractère des principaux Membres de l’Assemblée, par les opinions qu’on leur y voit soutenir, ou les travaux auxquels ils se livrent; c’est qu’encore cette matière est la moins connue, celle qu’on a plutôt oubliée et qu’il est utile de remettre sous les yeux, pour l’instruction de ceux qui doivent étudier la législation, et l’agrément de ceux qui veulent seulement connaître les agitations, les mouvements, les orages qui ont régné dans l’Assemblée, et présidé à la confection des lois qui régissent aujourd’hui la France.

  • 35 Ibid.

Evidemment, tout cela toujours en bonne méthode historique, c’est-à-dire avec35

  • 36 Ivi, p. 2.

le plus d’impartialité, c’est-à-dire le plus d’exactitude qu’il nous a été possible dans le récit des évènements et l’exposé des débats de l’Assemblée; jusques là que presqu’aucun des discours des Membres de la minorité n’ayant eu les honneurs de l’impression par ordre de l’Assemblée, nous nous sommes fait un devoir de les rapporter tels que leurs auteurs les ont fait imprimer, non seulement pour offrir à nos lecteurs les raisons pour et contre les opinions adoptées, mais encore parce que plusieurs de ces discours sont des morceaux distingués d’éloquence, de logique et d’érudition»36.

  • 37 Ivi, p. 186.
  • 38 Ivi, p. 187.
  • 39 Ivi, p. 195.

Ainsi arrivons-nous au contenu-même de ce volume unique d’histoire du temps présent auquel aboutit très restrictivement la grande ambition et le grand projet du «livre national» du savoir juridico-politique de la France nouvelle. Non seulement il ne contient que quarante-huit entrées de la lettre A, et même seulement de Absents à Auteurs dramatique, mais encore il est, globalement, une sorte d’anthologie des grands textes produits par le côté droit extrême de la Constituante. Certes, les débats cités sans guillemets sont bien reproduits, comme dans cette autre publication de l’entreprise Panckoucke, le «Moniteur», mais une large place est donnée, très délibérément comme l’on vient de le voir dans la citation ci-dessus, aux manifestes qui n’ont pas eu l’honneur de la publication officielle par l’Assemblée. Dans cet unique volume du Dictionnaire de l’Assemblée Nationale Constituante, on pourrait en donner au moins trois exemples pris aux articles Acceptation [de la Constitution], Acte Constitutionnel et Avignon. Prenons le plus significatif, celui qui se trouve dans le deuxième de ces trois articles, le plus important à tous points de vue avec ses 130 pages consacrées aux textes, discussions et votes sur la Constitution tant attendue. Après le texte de la «Proclamation du roi, du 28 septembre 1791»37 d’une page et demie, près de vingt pages sont données à une «Déclaration d’une partie des députés aux états-généraux, touchant l’acte constitutionnel et l’état du royaume»38, «Fait et arrêté, ce trente-un Août mil sept cent quatre-vingt-onze»39 et suivi de cent-vingt-trois signatures. Voici le dernier paragraphe de ce manifeste:

  • 40 Ibid.

On n’a pas réclamé! Mais nous, qui seuls avons encore le droit de nous faire entendre dans ce silence général et forcé; nous qui, revêtus de pouvoirs indépendants de celui que l’on exerce, n’avons pas baissé le front devant une autorité usurpée; nous sans lesquels les décrets qu’une opinion peu réfléchie commence à repousser, auraient paru dès longtemps revêtus d’un consentement unanime; nous, qui n’ayant jamais voulu laisser sans défenseurs, même dans une assemblée illégale, les principes de la justice et de la vérité, avons combattu constamment pendant vingt-huit mois [donc depuis le début des Etats-Généraux], pour la religion, pour la monarchie, pour la personne du monarque, pour l’état des personnes, pour les propriétés, pour la fortune publique, pour la vraie liberté; nous enfin, qui pouvons et devons nous appuyer du seul vœu connu de la nation entière, ainsi que des principes constants de la véritable constitution française, nous réclamons; nous réclamons contre l’acte constitutionnel décrété par la majorité, comme destructif de toutes les autorités qu’on devait non seulement respecter, mais affermir, celle de l’église, celle du roi, celle de la nation; nous réclamons contre tous les décrets, la plupart comme souverainement injustes, et tous comme essentiellement nuls; et par cette réclamation, fondée, comme on le voit, sur deux grands moyens, qui se fortifient mutuellement, sur deux moyens contre lesquels l’ouvrage de l’assemblée viendra se briser tôt ou tard, le défaut de pouvoir et le défaut de justice, notre espérance, comme notre intention, est de laisser à notre malheureuse patrie une ressource assurée contre les maux qui l’accablent et ceux qui la menacent40.

  • 41 Ivi, p. 187.
  • 42 Ivi, p. 188. C’est le texte original qui est en italique; il s’agit de bien le souligner.
  • 43 Petite notation historiographique: ce texte n’est ni cité ni même mentionné dans les classiques his (...)
  • 44 E.M., Assemblée Nationale Constituante. t. II, p. xxvi.
  • 45 R. Darnton, dans L’Aventure de l’Encyclopédie cit., pp. 323 et 324, fait de Peuchet (1758-1830) un (...)

Et quelle est la raison de cette situation? Elle est simple en même temps que radicalement destructrice; elle tient à ce que «des hommes convoqués par le roi aux états-généraux, députés par les bailliages aux états-généraux, se sont déclarés supérieurs aux bailliages, et supérieurs au roi»41, disant à celui-ci: «vous n’êtes plus celui qui pouvait nous convoquer et nous dissoudre», et disant aux bailliages: «vous n’êtes plus nos commettants, vous n’êtes plus rien»42. Soyons clair! Cette «Déclaration» en forme de manifeste, ce n’est pas un texte de la Contre-Révolution43, ni encore plus celui de l’anti-Révolution, c’est bien plus: le texte du refus principiel de la Révolution. Ce n’est pas le nouveau régime de la monarchie constitutionnelle qui est refusé; ce n’est pas la révolution insurrectionnelle du 14 juillet qui est refusée; ce ne sont pas les révolutions institutionnelles fondamentales des 17 juin (les Etats-Généraux se proclament Assemblée Nationale) et 23 juin (l’Assemblée nationale se proclame Constituante) et qui sont refusées; non! ce qui est refusé, c’est ce qui a généré tout cela, c’est ce qui est au commencement du commencement, il y a «28 mois» par rapport au 31 août 1791, soit au début mai 1789, c’est-à-dire dès l’ouverture des Etats-Généraux, le mardi 5 mai. En effet, qu’ont fait les députés du Tiers-Etat, le mercredi 6 mai? Ils ont refusé de se «constituer» en tant qu’ordre traditionnel en se proclamant «Assemblée des Communes», cessant du même coup d’être de simples députés des bailliages convoqués par le roi et donc dispersables par lui. C’est le refus de ce refus du tiers-état d’avaliser cette pierre angulaire de l’ancien régime juridico-politique qui est à l’œuvre dans les lignes de ce manifeste. Et avec quelles hautaines certitude et assurance! Après tout cela, à quoi bon faire d’autres volumes sur l’histoire en train de se faire; n’est-elle pas non maîtrisable depuis ce mois de mai 1789? Et puis, plus factuellement, le Dictionnaire encyclopédique de l’Assemblée Nationale a-t-il encore une raison d’être, alors que son objet n’existe plus, ladite Assemblée s’étant séparée juste un mois après ce manifeste, le 30 septembre 1791. Du coup, ce qui vient maintenant, c’est bien toujours l’histoire en train de se faire, mais une histoire en train de se faire dont on ne perçoit pas ou plus le sens, puisque la constitution «universellement demandée par le Peuple»44 est faite, la monarchie constitutionnelle, établie. Il ne peut donc plus y avoir que la Révolution qui continue, mais une Révolution qui ne cesse de se poursuivre, une Révolution permanente relève-t-elle, peut-elle-même relever d’un dictionnaire d’histoire qui se veut méthodique? Pour nous, plus de deux cent vingt deux ans après, sans doute, parce que nous voyons une certaine communauté de méthodicité dans la révolution française et l’entreprise encyclopédique de Panckoucke, mais pour Peuchet devenu monarchien45, certainement pas!

33Concluons. L’Encyclopédie Méthodique récite trois histoires, chacune dans un dictionnaire qui lui est spécifique.

  • 46 B. Barret-Kriegel, Les historiens et la monarchie cit., titre du t. II.

34Dans celui des Antiquités, c’est bien évidemment l’histoire ancienne qui est racontée, surtout la gréco-latine, grâce aux travaux archéologiques presque contemporains dudit dictionnaire, en particulier ceux de Winckelmann, mais pas seulement. Elle se veut une histoire globale de tous les aspects des sociétés antiques, fondée sur une sérieuse érudition. Ce qui prouve que «la défaite de l’érudition» pointée par Blandine Barret-Kriegel46 n’est peut-être pas aussi prononcée qu’il y paraît, puisqu’elle tisse les huit volumes de ce dictionnaire de la Méthodique. Antoine Mongez (1747-1835), formé à l’érudition génovéfaine, en est l’auteur, assisté pour les 380 planches par son épouse née Angélique Levol (1775-1855).

35Les cinq volumes de celui d’Histoire parcourent ce qui correspond à nos histoires ancienne tardive, médiévale et moderne. Leur contenu est celui qui doit être celui d’un dictionnaire, fait de notices qui, sans appareil critique, disent l’essentiel, surtout des grandes maisons et dynasties, et des individus qui les composent considérés alors comme les acteurs principaux de l’histoire. L’académicien tenant d’une histoire thématique, Gabriel-Henri Gaillard (1726-1806) en est le directeur.

36Quant à l’histoire du temps présent que devait être le Dictionnaire Encyclopédique de l’Assemblée Nationale, elle se réduit à un volume sans aucun récit. C’est un recueil de discours parlementaires et de manifestes des tenants du refus de la Révolution. Il est comme la manifestation de l’immense gageure que constitue toujours toute histoire immédiate. Le journaliste et administrateur modéré Jacques Peuchet (1758-1830) en est le maître d’œuvre.

37En toute fin de compte, les trois histoires de l’Encyclopédie Méthodique représentent les trois aspects de toute histoire: l’érudition la plus méthodique possible, sans laquelle il n’y a pas d’histoire digne de ce nom; la narration qui en résulte et qui se doit d’être la moins partiale possible; ce qui permet ces deux choses: le recueil de documents les plus variés et les plus originaux possibles.

 

38Après ce premier travail de présentation générale des trois histoires de l’Encyclopédie Méthodique, il ne reste plus qu’à souhaiter que commencent enfin des analyses précises et minutieuses, méthodiques, du contenu des multiples aspects et thèmes de chacune de ces trois histoires.

Notes

1 Mabillon, Brèves réflexions sur quelques Règles de l’histoire, préface et notes de B. Barret-Kriegel, Paris, P.O.L, 1990, pp. 101-132: le texte de Mabillon est fondamental pour la science historique.

2 P. Ranson, Richard Simon ou du caractère illégitime de l’augustinisme en théologie, Lausanne, L’Age d’homme, 1990, pp. 217-223: l’«Appendice I» sur la vie et les œuvres de Richard Simon, en particulier son «chef d’œuvre» de 1693, l’Histoire critique des principaux commentateurs du Nouveau Testament.

3 Avec une belle application de la méthode critique conduisant à sept niveaux de discours: 1 - le récit de Bayle; 2 - dans la marge, les références des textes cités dans ledit récit; 3 - les commentaires de Bayle sur deux colonnes - souvent le texte le plus important en volume; 4 - dans ces commentaires, les citations entre guillemets; 5 - au même endroit, les citations soulignées en italique; 6 - les références des textes sur lesquels s’appuient les commentaires; 7 - les commentaires sur ces références.

4 Voir D. Teysseire, «La médecine de l’Encyclopédie ou le double affrontement» dans Médecine et vulgarisation xviiie-xxe siècles, sous la direction de C. Langlois et J. Poirier, Créteil, Université Paris XII - Val de Marne, 1991, pp. 1-20. Pour ce qui est de l’article Histoire proprement dit, il ne compte que cinq pages signées de Voltaire.

5 Né à Lyon en 1747 et mort à Paris en 1835, Antoine Mongez, dit l’aîné pour le distinguer de son frère cadet Jean le naturaliste qui finit avec Lapérouse, est le type même du savant érudit qui a commencé sa carrière dans les ordres, la congrégation de Sainte-Geneviève à Paris qui lui confia la garde de son cabinet des antiques, pour la terminer laïc membre de l’Institut et administrateur de la Monnaie qui le fera être le principal réalisateur du système monétaire décimal. Pas archéologue proprement dit mais plutôt historien des antiquités et de l’Antiquité, Mongez est, autour de 1780, suffisamment compétent en ce domaine pour être élu en 1785 membre de l’Académie des Inscriptions. Révolutionnaire girondin puis montagnard, il est membre de la Commission des monuments et Commissaire du gouvernement auprès de l’administration des Monnaies (1792), fréquente l’atelier de David (sans doute par proximité politico-esthétique: le retour à l’antique) où il rencontre une peintre élève de celui-ci, de 28 ans sa cadette, Angélique Levol (1775-1855) qu’il épouse et qui dessinera les 380 planches du Dictionnaire des Antiquités éditées en deux recueils en 1824. Illustrations supplémentaires de la typicité de ce parcours pendant le demi-siècle de l’E.M.: en 1816, la Restauration le fait exclure de l’Institut qui, en 1818, le réélit pour ses compétences; en 1827, Villèle le démissionne de l’Administration de la Monnaie où le replace le Régime de Juillet!

6 Encyclopédie Méthodique [désormais E.M.], «Recueil d’Antiquités de l’Encyclopédie», Paris, H. Agasse, 1804, pp. 285-287. Ce volume d’explication des planches est un peu difficile à consulter, puisque, par suite de «circonstances imprévues» on a été «forcé d’imprimer la troisième Partie de ce Recueil avant la seconde» sans pouvoir «calculer avec précision la place que celle-ci devait occuper» (N.B. de la p. 64). Résultat: une partie de la iiie partie est insérée au milieu de la seconde.

7 Petite notation au passage: dans le recueil d’explications des planches de 1802, celles-ci sont numérotées en chiffre romain, alors qu’elles le sont en chiffre arabe dans les recueils mêmes des planches de 1824; la mode à l’antique serait-elle bel et bien passée?

8 Souligné par nous, comme le seront par la suite toutes les parties de citations en italiques.

9 E.M., «Recueil», voir note 6, p. iii.

10 Avec, quand même, un problème: le texte de notre citation 1 se trouve au début du recueil d’explication des planches édité en 1804, alors que le double volume des planches est de 1824!

11 Voir note 9.

12 E.M., «Antiquités, Mythologie, Diplomatique des Chartres et Chronologie. Tome ii», Paris et Liège, Panckoucke et Plomteux, 1788, p. 512.

13 E.M., «Histoire. Supplément. Tome VI», p. 409 colonne droite.

14 Encore un personnage exemplaire de la continuité longue des Lumières, en l’espèce jusqu’à l’Empire. Né à Ostel (Département actuel de l’Aisne) en 1726, il est mort près de Chantilly en 1806. Après des études de Droit, il se reconvertit dans les Lettres et fut de la «clientèle» des Lamoignon. Auteur très jeune d’un Essai de rhétorique française à l’usage des jeunes demoiselles (1745) – trace, peut-être, d’un préceptorat chez lesdits Lamoignon – et qui sera plusieurs fois réédité, il se tourne définitivement vers l’histoire avec une Histoire de Marie de Bourgogne, fille de Charles-le-Téméraire, femme de Maximilien, premier archiduc d’Autriche, depuis empereur (1757). Viennent ensuite, entre nombreux autres, en 7 volumes in-12 une Histoire de François Ier, dit le Grand Roi et le Père des Lettres (1766-1769), en 11 volumes au même format une Histoire de la rivalité de la France et de l’Angleterre (1771-1777) qui lui ouvre les portes de l’Académie Française, alors qu’il est déjà membre de l’Académie des Inscriptions. Membre associé de la 5e section, celle de l’Histoire, de la iide Classe des Sciences morales et politiques de l’Institut National dès sa création, il retrouve l’Académie Française après la réforme bonapartienne de l’institut supprimant ladite seconde classe trop idéologiste. Il termine sa carrière et presque sa vie avec, en 1801, une nouvelle histoire de rivalité, l’Histoire de la Rivalité de la France et de l’Espagne, contenant l’histoire de la rivalité des maisons de France et d’Aragon, des maisons de France et d’Autriche, en 8 volumes toujours in-12. A la colonne 186 de son tome 18ème (1867) la Nouvelle Biographie générale d’Hoefer commente ainsi l’immense œuvre de Gaillard: «Ses ouvrages historiques annoncent une grande passion pour la vérité et beaucoup de patience et de sagacité pour la démêler» – dont acte! –, tout en réénonçant le reproche à lui fait dès son histoire de François 1er «d’avoir adopté une méthode nouvelle en traitant séparément la politique, l’administration civile, les affaires ecclésiastiques et les progrès des lettres, méthode qui a l’inconvénient de faire revenir trop souvent le lecteur sur ses pas» Autrement dit, Gaillard ne s’en tenait pas, qui plus est volontairement, au récit strictement chronologique. Au jour d’aujourd’hui, une histoire thématique ne serait pas l’objet d’un tel reproche; ne serait-ce pas plutôt une marque de modernité?

Pour le rôle du Gaillard Académicien érudit dans l’édition «des Manuscrits français de la Bibliothèque du Roi», voir B. Barret-Kriegel, Les historiens et la monarchie, t. III: Les Académies de l’Histoire, Paris, PUF, 1988, p. 261.

15 E.M., «Histoire. Tome premier», Paris et Liège, Panckoucke et Plomteux, 1784, p. 182.

16 Ivi, pp. 183-184.

17 Qui veut que le roi ne soit que le «primus inter pares» des nobles qui sont voués à le servir en même temps qu’à le contrôler, son pouvoir étant ainsi donc limité, à l’opposé du roi absolutiste transcendant tous les groupes sociaux, noblesse comprise, ce qui le fait évidemment fastueux.

18 E.M. «Histoire. Tome premier» cit., pp. ii et iii du «Discours Préliminaire» du «Blason».

19 Ivi, p. ii.

20 E.M., «Histoire t. VI Supplément», p. 409.

21 «Hugues Capet, (Histoire de France)» dans E.M., «Histoire, t. III [1788]», p. 111. Cet article semble bien petit par rapport au grand rôle d’initiateur d’une grande période de l’histoire moderne, attribué à ce roi. Henri iv, premier Bourbon et donc, en tant que tel, initiateur d’une autre grande période de l’histoire moderne, est beaucoup mieux servi et loti, puisque son article va des pages 76 à 83.

22 E.M., «Histoire t. VI Supplément» cit., p. 409.

23 Ibid.

24 Ivi, pp. 736 et 734.

25 Ivi, p. 720.

26 Sur lequel Gaillard est très élogieux: «Ajoutons à ces dons [«la beauté, la santé et le génie»] la bonté raisonnée qui était à la fois chez lui l’ouvrage de la nature et de la philosophie. On lui reprochait d’étendre quelquefois ses libéralités sur d’assez mauvais sujets. Si j’étais roi, répondit-il, je les corrigerais. Mais je ne suis que riche, & ils sont pauvres; je dois les secourir. Il nous semble qu’on ne peut pas mieux rapporter ses devoirs à leurs véritables principes» E.M., «Histoire t. III», p. 53.

27 Gaillard tenait à cette impartialité de l’historien, comme le montrent les premières lignes de l’article consacré à un autre quasi-contemporain de Louis XV: Hume (1711-1776): «écrivain écossais, à jamais célèbre pour son histoire d’Angleterre, un des plus beaux morceaux d’histoire et de philosophie qu’il y ait dans aucune langue, et l’ouvrage le plus impartial et le plus raisonnable peut-être qui soit sorti de la main d’un homme» E.M., «Histoire t. III [1788]», p. 111.

28 Avertissement de 47 pages qui constitue comme un «Mémoire» supplémentaire de Panckoucke, entre ses deux premiers de 1788 (au tome I du dictionnaire des Beaux-Arts) et 1789 (au tome III du dictionnaire des Mathématiques), et son troisième de 1791 (au tome V du dictionnaire d’Histoire). Si les quelques spécialistes de le.m. ont tendance à l’oublier, cela vient sans doute de ce qu’il est placé en fin de volume et ne porte pas le titre explicite de «Mémoire», alors qu’il est bien une mise au point sur l’entreprise en cours.

29 Ce n’est pas encore «La Grande Nation habituée à vaincre» qui fleurira sous le Directoire, mais «La Grande Nation vouée à légiférer»! Pour toute société politique digne de ce nom.

30 Toutes les citations données dans ce paragraphe viennent des pages xxv et xxvi de l’Avertissement référencé dans notre développement.

31 Rien dans tout cela qui ressemble à l’annonce, même au conditionnel, d’un ouvrage en «cinq volumes» très précisément, comme mentionné par R. Darnton à la page 324 de L’Aventure de l’Encyclopédie 1775-1800 […], Paris, Perrin, 1982. Vu le texte de notre citation, le nombre de volumes de ce Dictionnaire encyclopédique de l’Assemblée Nationale pouvait être élevé.

32 Page de titre de ce volume unique du Dictionnaire de l’Assemblée Nationale Constituante, Paris, Panckoucke, 1792.

33 E.M., Assemblée Nationale Constituante t. II, Paris, Panckoucke, 1792, p. 1.

34 Ibid.

35 Ibid.

36 Ivi, p. 2.

37 Ivi, p. 186.

38 Ivi, p. 187.

39 Ivi, p. 195.

40 Ibid.

41 Ivi, p. 187.

42 Ivi, p. 188. C’est le texte original qui est en italique; il s’agit de bien le souligner.

43 Petite notation historiographique: ce texte n’est ni cité ni même mentionné dans les classiques histoires de la Contre-Révolution, comme celle, ancienne, de J. Godechot, La Contre-Révolution. Doctrine et Action 1789-1804, Paris, PUF, 1961, 426 pp. ou celle, récente, de J. de Saint-Victor, La première contre-révolution 1789-1791, Paris, P.U.F, 2010, 480 pp.

44 E.M., Assemblée Nationale Constituante. t. II, p. xxvi.

45 R. Darnton, dans L’Aventure de l’Encyclopédie cit., pp. 323 et 324, fait de Peuchet (1758-1830) un «avocat besogneux» et «sans cause». Peut-être, mais cela importe peu, car ce qu’il faut retenir de lui, c’est qu’il est un homme de l’entreprise Panckoucke, auteur des deux volumes de La Police et les Municipalités constituant les tomes IX et X du dictionnaire de Jurisprudence, et responsable, après Mallet du Pan, de la rubrique politique de son journal monarchien, le Mercure de France. C’est, en tant que membre de la première Municipalité de Paris, et ce sera, après la Révolution, l’homme des archives de la police, donc des documents qui ne sont pas immédiatement accessibles, comme nous l’avons vu être ceux du Dictionnaire encyclopédique de l’Assemblée Nationale dont il a la charge.

46 B. Barret-Kriegel, Les historiens et la monarchie cit., titre du t. II.

Auteur

Université de Caen Normandie