Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Metamorfosi dei Lumi 8

 | 
Simone Messina
, 
Valeria Ramacciotti

Esordi della scienza storica

Quand l’Europe s’enthousiasmait pour l’Histoire du déclin et de la chute de l’Empire Romain. La réception de Gibbon dans la presse du dix-huitième siècle

Samy Ben Messaoud

Texte intégral

 

Cet écrivain [Gibbon] est un de nos meilleurs historiens modernes […] Il discute avec exactitude les auteurs originaux et les monuments anciens, il a des vues profondes, il juge bien les causes et les effets, les hommes et les événements («Journal général de France», 12 mars 1789)

  • 1 Voir The Oxford chronology of English literature, ed. M. Cox, Oxford, Oxford University Press, 2002 (...)
  • 2 Voir I. Maxted, The London book trades: 1775-1800, Folkestone, Dawson, 1977, notices «Cadell» et «S (...)
  • 3 Voir P. Chaunu, La Civilisation de l’Europe des Lumières, Paris, Arthaud, 1971, p. 539.
  • 4 E. Gibbon, Mémoires, trad. fr. par G. Villeneuve, Paris, Criterion, 1992, p. 217; l’historien souli (...)
  • 5 Désormais l’Histoire du déclin.
  • 6 «La Décade philosophique», 10 vend. an iv (2 oct. 1795), t. VII, p. 148. Voir aussi la «Gazette de (...)

1Edward Gibbon (1737-1794) a publié à Londres (17 février 1776) le premier volume de ses recherches historiques sur l’Empire Romain, intitulé: The History of decline and fall of the Roman Empire1. La parution de ce livre chez les libraires Cadell et Strahan2 fut un événement éditorial dans l’Europe des Lumières3: «Je ne sais comment décrire le succès de l’ouvrage sans trahir la vanité de l’auteur. Les quelques premiers jours suffirent à épuiser la première impression; une deuxième puis une troisième édition satisfirent à grand-peine la demande»4. L’Histoire du déclin et de la chute de l’Empire Romain5 fut un best-seller à Londres puis dans les îles Britanniques. De Glasgow à Dublin, les lecteurs se sont précipités dans les librairies pour acquérir la nouvelle histoire romaine: «Il [Gibbon] fut admiré dans son pays et traduit dans toutes les langues de l’Europe avec un empressement remarquable», observe J.-B. Say6.

  • 7 E. Gibbon, Histoire de la décadence, trad. F. Guizot, Paris, Maradan, 1812, t. I, p. xvii.
  • 8 Mémoires pour servir à la vie de Monsieur de Voltaire, éd. J. Mallinson, in Les Œuvres complètes de (...)

2Cette frénésie s’est ensuite propagée sur le continent. La presse périodique européenne a diffusé les nouvelles ou brèves relatives au livre de Gibbon: «Gazeta de Madrid» (25 juin 1776), «Efemeridi letterarie di Roma» (27 juillet 1776), «The Scots Magazine» (octobre 1776). Outre les articles abondants et dithyrambiques, Gibbon a fait l’objet de violentes critiques et controverses. Les diatribes des jésuites Feller (1735-1802) et Barruel (1741-1820) n’ont pas affecté la sérénité de Gibbon dans la rédaction de son chef d’œuvre historique. Traducteur et éditeur de Gibbon, F. Guizot (1787-1874) observe à ce propos: «On a beaucoup écrit sur et contre Gibbon, dès que son ouvrage parut, il fut commenté comme l’aurait été un manuscrit ancien; à la vérité les commentaires étaient des critiques»7. Si Voltaire s’est défendu en qualifiant ses adversaires journalistes, «d’excrément de la littérature»8, Gibbon s’est muré dans le silence après la publication de son livre; plus tard il publie A Vindication of some passages in the fifteenth and sixteenth chapters of the History of the decline and fall of the Roman Empire, réfutation méthodique de ses adversaires.

 

  • 9 P. Rétat, Le Dernier règne, Paris, Fayard, 1995, p. 10.

3L’étude des journaux périodiques ou «archives du présent»9 permet la restitution des opinions exprimées au moment de la parution des différents volumes de l’Histoire du déclin. Bien avant le jugement de la postérité et les travaux des spécialistes, les premiers commentaires de la presse périodique révèlent les différentes tonalités de la critique, contemporaine de l’œuvre historique. Tous ces articles de recension forment un corpus peu étudié: «Le peu que nous [journalistes] avons cité de cette histoire doit suffire pour donner une idée du style et de la façon de penser de l’auteur [Gibbon], profondément versé dans la politique, la philosophie et la théologie» («L’Esprit des journaux», mars 1782, p. 32).

4La réception de Gibbon, objet de notre enquête historique, révèle la pluralité des opinions des journalistes. Ainsi, dans une première partie, nous retracerons les premières recensions au sujet du premier volume, lequel a engendré un déchaînement de passions contre Gibbon, thème de la deuxième partie. La dernière partie portera sur l’écriture de l’histoire chez Gibbon. Toutes ces analyses s’appuient sur les journaux imprimés au dix-huitième siècle.

1. Premières recensions

5La presse périodique d’expression française a annoncé la parution du nouveau livre de Gibbon, The History of decline avant de lui consacrer plusieurs articles de recension. Ainsi le «Journal des savants» a publié cette information dans sa livraison de juillet 1776, rubrique: «Nouvelles littéraires». Le journaliste note dans sa brève: «Il [Gibbon] embrasse les temps écoulés depuis le règne de Trajan jusqu’à celui de Constantin. Il est très estimé» (p. 504).

  • 10 La presse anglaise a publié en 1776 plusieurs articles de recension sur le premier volume de Gibbon (...)

6Le premier article de recension est publié dans l’«Esprit des journaux», livraison de juillet 1776. Il s’agit d’une traduction de récents comptes-rendus, parus dans la presse anglaise: «Critical review» et «Monthly review»10. Le second fait marquant consiste dans l’insertion de longs extraits du livre de Gibbon. Le journaliste traducteur présente l’Histoire du déclin sur un ton élogieux. Quant à la pensée de Gibbon, elle est peinte dans un tableau synthétique, présentation de nature à susciter l’attention des lecteurs sur les qualités stylistiques du récit historique, décrites comme suit:

L’ouvrage que nous annonçons est une de ces productions faites pour honorer la littérature, et pour assurer à leur auteur un rang distingué parmi les bons écrivains. […] Toutes les classes de lecteurs peuvent y trouver de l’instruction et de l’amusement. M. Gibbon […] écrit l’histoire comme elle doit être écrite, avec une élégance qui n’exclut point la simplicité, et une abondance qui n’exclut point la précision; pourvu de matériaux abondants, il sait les employer avec économie et les distribuer avec goût (pp. 3-4).

  • 11 «L’Année littéraire», 1778, t. I, p. 42. Le récit historique chez Gibbon se distingue par sa clarté (...)

Le premier tome de l’Histoire du déclin offre un récit didactique de l’histoire romaine. Gibbon, historien érudit, possède une plume éloquente: «Une partie du mérite de M. Gibbon, c’est une extrême clarté dans la narration»11; en outre, l’Histoire du déclin réalise une lecture philosophique de l’antiquité romaine. Cette histoire, non limitée aux succès guerriers des empereurs, porte sur l’empire romain dans sa globalité. Enfin, le journaliste achève son long compte-rendu par une observation sur l’apparat critique de Gibbon, inséré à la fin de son livre: «Ces notes décèlent, ainsi que le corps de l’ouvrage, de grandes connaissances, une critique exacte et judicieuse, et un esprit aussi solide qu’éclairé» (p. 23). Toutes ces analyses et réfutations sont étayées par de savantes références: un ensemble d’informations qui illustrent son histoire érudite. Le «Journal encyclopédique» a publié dans ses livraisons d’août 1776, deux articles de recension. Le ton et le contenu éristiques diffèrent sensiblement de la recension élogieuse de l’«Esprit des journaux». Ainsi le rédacteur discute les principales assertions de Gibbon à la lumière des Considérations de Montesquieu:

Cette matière n’est rien moins que neuve. On sait que Saint-Évremond, le bel esprit du siècle dernier, et peut-être encore du nôtre, l’a traitée, et c’est à peu près, le seul morceau du volumineux recueil de ses œuvres qui se fasse encore lire avec quelque intérêt, quoique ce ne soit qu’une ébauche, que l’ouvrage de Montesquieu sur les causes de la grandeur et de la décadence des Romains a fait oublier. M. Gibbon se borne à la dernière partie; et la manière dont il la présente prouve qu’il a lu avec fruit les Considérations de l’auteur de l’Esprit des lois, ou qu’il aurait dû les lire, comme on pourra s’en convaincre par la comparaison de quelques passages avec ceux de notre auteur («Journal encyclopédique», août 1776, t. V, partie III, pp. 417-18).

Le journaliste précise dans l’introduction du premier article, l’approche comparative de sa lecture du livre de Gibbon. Cependant, le parallèle de Gibbon et Montesquieu n’est ni aléatoire ni fortuit. Les Considérations sur les causes de la grandeur des Romains et de leur décadence, cet essai historique vient d’être réédité en 1776. Le rédacteur du «Journal encyclopédique» a décelé dans sa lecture de Gibbon plusieurs emprunts: «En terminant ce parallèle, où l’on voit tout ce que l’auteur anglais a emprunté de l’ouvrage français, et que les changements qu’il y a fait quelquefois ne sont pas des plus heureux, nous rapporterons, comme la justice l’exige quelques observations où M. Gibbon paraît n’avoir eu que lui pour modèle» (août 1776, t. V, partie III, pp. 425-426). Le journaliste, conscient de la sévérité de sa critique, insère une note pour atténuer quelque peu la virulence de son propos: «Disons plutôt qu’il [Gibbon] suit toujours les traces de l’académicien français [Montesquieu], mais de plus loin, et en mêlant ses propres réflexions à celles de ce grand homme» (p. 426). Á l’évidence, cette observation, publiée dans le premier article du «Journal encyclopédique», exprime clairement la supériorité des analyses de Montesquieu par rapport à celles de Gibbon. Pour le rédacteur de cette recension, Montesquieu est considéré comme un argument d’autorité: «Ceci ne paraît encore qu’une extension de ce passage des Considérations» (p. 425). Aussi le critique de Gibbon ne se contente-t-il pas d’énumérer les emprunts de l’historien anglais à l’auteur de l’Esprit des lois, il dénonce aussi la validité de ses conclusions personnelles: «Montesquieu fait sur ces derniers objets des réflexions dont l’auteur aurait pu tirer un grand parti» (août 1776, t. VI, partie I, p. 69).

7Les chapitres xv et xvi de l’Histoire du déclin ont suscité d’importantes polémiques au sein de la République des Lettres. Mais rien de cela dans l’«Esprit des journaux» et le «Journal encyclopédique», feuilles proches des philosophes des Lumières. Point critique à l’égard de Gibbon, auteur de commentaires subversifs sur l’établissement du christianisme, le «Journal encyclopédique» approfondit la pensée de l’historien anglais en opérant une distinction entre l’approche théologique et l’approche historique du christianisme primitif. Le «Journal encyclopédique» rappelle aussi la source de Gibbon: «Ce n’est guère qu’une digression ou une longue paraphrase du Président de Montesquieu, qui traite ce même sujet avec cette précision qui lui est particulière, et sans s’écarter de son objet» (p. 71). L’insistance du journaliste sur les emprunts de Gibbon aux Considérations de Montesquieu vise à banaliser la pensée de l’historien anglais et surtout à lui ôter toute forme d’originalité. De leur côté, les frères Castlhon ont publié un court article de recension dans leur feuille périodique, le «Journal des sciences et des beaux-arts». Le premier fait notable consiste dans l’absence d’extraits de l’Histoire du déclin: «Avant même le célèbre M. de Montesquieu, une foule d’auteurs plus ou moins estimables s’étaient efforcés de remonter aux causes de la grandeur et de la décadence de l’Empire Romain» (1er novembre 1776, p. 218). Les frères Castlhon imitent le «Journal encyclopédique» dans leur lecture comparative du livre de Gibbon, auteur auquel ils reprochent de remettre sur le métier un sujet magistralement étudié par Montesquieu: «Il y a de beaux tableaux dans ce volume [l’Histoire du déclin]; mais ils ne sont pas neufs» (p. 221). Aucune nouveauté, il n’y a que des redites chez Gibbon, dont la pensée ne recèle aucune forme de génie novateur.

  • 12 Voir R. Merrett, «English literature in the French press. Testimony, imitation, and fictional excha (...)
  • 13 L’abbé Grosier reviendra à la charge dans sa recension, publiée dans «l’Année littéraire» t. III, 2 (...)

8Tous les articles de recension, étudiés jusqu’ici, sont conçus à partir de l’édition anglaise du livre de Gibbon. Or le compte-rendu de l’abbé Grosier, publié dans l’«Année littéraire», livraison de novembre 1776, est consacré à la première traduction française de l’Histoire du déclin. «La littérature anglaise […] est tellement devenue à la mode aujourd’hui, qu’il ne paraît guère de bons livres à Londres, qu’ils ne soient presque aussitôt traduits dans notre langue» (t. VIII, p. 145), observe l’abbé Grosier. En effet, les traductions des livres anglais12 sont en augmentation depuis l’époque de l’Encyclopédie de Diderot. Le journaliste procède, après cette introduction, à l’examen de l’intitulé du livre de Gibbon: «Son titre même ne présente rien de clair […]. Á l’égard de la décadence, nous ne voyons pas comment elle peut devenir la matière d’une histoire proprement dite» (pp. 147-148). D’autre part, l’abbé Grosier souligne les incohérences du plan de Gibbon13. Il adopte à l’encontre de Gibbon, un ton ferme mais aucunement agressif. Il se contente de signaler son désaccord avec l’historien anglais à propos des chapitres xv et xvi: «L’auteur [Gibbon], né protestant, s’exprime d’une manière que nous sommes très éloignés d’approuver» (p. 153). L’abbé Grosier émet un avis sans acrimonie publiant l’information dans ses colonnes, il se garde toutefois d’engager une polémique avec Gibbon, comme c’est le cas dans d’autres feuilles périodiques. L’abbé Grosier poursuit sa critique sur un ton modéré en rappelant ses vues personnelles: «Je ne suivrai point M. Gibbon dans tout ce qu’il rapporte de curieux sur les monuments des Romains» (p. 156). S’agissant de l’érudition de Gibbon, l’abbé Grosier fait l’éloge de l’historien anglais après tant de réserves critiques. Une attitude mesurée qui contraste avec la courte recension des frères Castillon: «Au reste, la critique que je me suis permise du plan de M. Gibbon ne m’empêche pas de rendre justice à ses talents. Ses réflexions sont justes, ses observations sont fines, ses vues profondes […]; il se rend maître de la matière qu’il traite, il lui donne une forme qui est à lui, et d’un fonds qui paraît épuisé» (l’«Année littéraire», 1776, t. VIII, p. 150).

9L’étude des articles de recension, publiés dans la presse périodique, met en évidence le grand intérêt de la République des Lettres pour Gibbon; un auteur aussitôt publié, aussitôt recensé.

2. Polémiques

10L’abbé Grosier, fin critique, évoque dans son article de recension, publié dans l«Année littéraire», en 1778, la réfutation des chapitres xv et xvi par un théologien de l’Université de Cambridge; le journaliste ajoute, à propos de la traduction de Leclerc de Septchênes: «Tout cela nous paraît signifier, d’une manière énigmatique, que M. Leclerc a une certaine répugnance à traduire un morceau dangereux» (L’«Année littéraire», 1778, t. I, p. 57). L’abbé Grosier alerte ainsi ses lecteurs au sujet des idées néfastes de Gibbon au sujet de la religion, elles sont qualifiées d’«assertions fausses et dangereuses» (p. 61). Le journaliste considère que le jeune traducteur, Leclerc de Septchênes n’a pas mesuré le caractère pernicieux de la pensée de Gibbon. Si l’abbé Grosier suggère une traduction sciemment infidèle, l’abbé Feller dénonce dans sa feuille, le «Journal historique et littéraire», un ouvrage anti-chrétien:

Ce volume [l’Histoire du déclin] comprend deux chapitres où Gibbon exhale sa haine contre le christianisme. M. Leclerc de Septchênes avait d’abord refusé de les traduire, mais se fiant aujourd’hui sur l’ignorance et l’irréligion toujours croissantes, il a jugé que dans sept ans elles avaient fait assez de progrès pour assurer la vogue de cette satire grossière et odieuse contre les premiers enfants de la foi chrétienne (15 juillet 1786, pp. 417-418).

L’affirmation de l’abbé Feller est excessive. Mais le journaliste jésuite ne se contente pas d’invectiver Gibbon, il rappelle aux lecteurs la philosophie qui sous-tend son œuvre. Les diatribes de Feller portent sur un thème principal: l’instauration du christianisme dans l’Empire Romain sans aucune référence à la dimension théologique est un véritable sacrilège. D’où la colère des journalistes de la presse religieuse contre l’Histoire du déclin. Le «Journal politique de Bruxelles» rapporte des informations recueillies dans des feuilles anglaises à propos des «productions on ne peut plus contraires aux principes du christianisme» (octobre et décembre 1779, p. 46).

  • 14 Livraison d’avril 1777, p. 380-381. Voir «L’Esprit des journaux», décembre 1778, p. 385: «Cette réf (...)

11L’«Esprit des journaux» informe ses lecteurs de la parution à Londres d’une brochure anonyme, intitulée: Remarques sur les deux derniers chapitres de l’Histoire du déclin et de la chute de l’Empire Romain. Le journaliste ajoute: «On assure qu’il doit paraître encore d’autres réponses à M. Gibbon, ce qui justifie bien la réflexion d’un grand homme, qu’il n’y a pas de pays où l’on écrive davantage en faveur de la religion qu’en Angleterre»14. En effet, les réfutations des thèses de Gibbon ont fait l’objet d’ouvrages critiques: R. Watson, Apologie du christianisme; H. E. Davis, Examen des quinzième et seizième chapitres de l’Histoire de la décadence et de la chute de l’Empire Romain. Quant à la presse parisienne, elle s’est contentée de publier des commentaires sommaires au sujet de ces polémiques. Ainsi le «Journal des savants» note, dans ses «Nouvelles littéraires», envoyées de Londres: «Le mérite de l’Histoire Romaine de M. Gibbon est généralement reconnu, mais l’affectation de l’auteur à insinuer des remarques peu favorables au christianisme, qu’il paraît respecter a pareillement déplu à bien des gens. Cet ingénieux écrivain n’a pu […] ignorer que l’on a cent fois répondu solidement aux objections qu’il renouvelle» (décembre 1778, p. 826). Le «Journal encyclopédique», feuille qui suit de près l’actualité éditoriale de Gibbon, a publié une recension, une analyse didactique, à propos du livre de F. Eyre, Remarques sur les deux derniers chapitres de l’Histoire du déclin:

  • 15 Voir «The London review of english and foreign literature», octobre 1776, t. IV, pp. 263-267.

M. Gibbon dans ces chapitres s’est attaché à la condition, au nombre et aux sentiments des premiers chrétiens; il indique les causes fécondes des progrès du christianisme, et la conduite du gouvernement romain envers les chrétiens depuis le règne de Néron jusqu’à celui de Constantin. L’histoire fournit peu de lumières sur ces objets. Les historiens païens ont laissé peu de chose concernant le christianisme; et le peu de réflexions qui lui ont échappé sont injurieuses à la religion chrétienne et ceux qui la professaient (janvier 1779, t. I, partie I, pp. 9-10)15.

Effectivement, le journaliste essaye d’apaiser les débats en discutant les assertions de «l’anonyme [F. Eyre]» (p. 10), tout en soulignant le caractère excessif de cet auteur à propos de Gibbon. Pour sa part, l’abbé Feller a publié dans le «Journal historique et littéraire», une recension de l’Examen des quinzième et seizième chapitres de l’Histoire de la décadence, publié par Davis. En fait, cet article est un pamphlet contre Gibbon:

Comment expliquer après cela la grande réputation que Gibbon s’est faite par le vil et obscur manège de l’imposture? Comment concevoir les fastueux éloges que les journalistes lui ont prodigués, l’empressement que le public a témoigné d’en voir une traduction française? Rien n’est plus aisé. Qu’on se rappelle ce que j’ai dit, d’après un auteur judicieux, des moyens de se faire en peu de temps une brillante réputation. Le premier et le plus sûr de ces moyens est de composer un bon livre d’athéisme (1er avril 1779, p. 500).

L’abbé Feller blâme Gibbon. Mais son propos hostile s’avère néanmoins riche en renseignements sur la réception de l’Histoire du déclin. En effet, Gibbon, cible de virulentes réfutations en Angleterre, puis en Europe, un véritable concert de voix dissonantes, n’est pas resté indifférent:

  • 16 Extrait du livre de Gibbon, A Vindication of some passages in the fifteenth and sixteenth chapters, (...)

Je [Gibbon] n’ai jamais affecté ni connu cette apathie stoïque, ce mépris orgueilleux de la critique, dont quelques auteurs ont fait gloire […]. D’ailleurs, outre les effets naturels de la curiosité, j’avais en recherchant ces écrits un but plus louable; je désirais profiter pour moi et pour le public, des critiques justes et fondées, et de corriger les fautes que l’indulgence de l’amour-propre ou de l’amitié avait laissé échapper16.

Gibbon a réagi en publiant sa Défense de quelques passages des 15e et 16e chapitres de l’Histoire de la décadence et de la chute de l’Empire Romain. Cet ouvrage est rapidement épuisé malgré plusieurs réimpressions. Les lecteurs des feuilles périodiques ont pu lire de larges extraits, traduits dans les journaux d’expression française:

  • 17 «Journal encyclopédique», mai 1779, t. IV, partie iii, pp. 65-66. Cf. «Journal historique et littér (...)

Les 15e et 16e chapitres de mon histoire sont enrichis de 383 notes; et le petit nombre de celles qui sont sans citations de pages, est amplement compensé par le très grand nombre de celles qui contiennent deux, trois et quelquefois quatre de ces indications, la somme des citations qui prouvent et justifient les faits que j’avance monte au moins à 800 ou 100017.

  • 18 Voir J. Martinez de Bujanda, Index librorum prohibitorum, Montréal/Genève, Médiaspaul/Droz, 2002. L (...)

La Défense de Gibbon rappelle évidemment la Défense de l’Esprit des lois de Montesquieu. Alors que la presse parisienne, occupée par les décès de Voltaire et Rousseau, a passé sous silence cette justification, le «Journal encyclopédique» a publié un long compte-rendu sur la réplique de l’historien anglais à l’adresse de ses détracteurs tant en Angleterre que dans le reste de l’Europe. Cet article est publié dans la livraison de mai 1779. Étant donné le nombre croissant de controverses au sujet du livre de Gibbon, le journaliste rappelle au préalable sa déontologie: «Nous avons fait connaître quelques-unes des critiques qu’on a faites de ce dernier ouvrage [l’Histoire du déclin]. La justice et l’impartialité dont nous tâchons de donner des preuves, exige de nous la même attention pour sa défense» (t. IV, partie III, p. 63). Le publiciste expose avec précision l’argumentaire de Gibbon contre ses adversaires et insiste sur la pertinence de ses vues. Mais la Défense de Gibbon, quoique convaincante, n’a pas pour autant mis fin aux controverses. La traduction italienne de son Histoire du déclin par F. Foggi a donné lieu à de nouvelles réfutations. Cette traduction, publiée à Pise (1779-1786), fut mise à l’index avant son achèvement18.

  • 19 Voir «L’Esprit des journaux», novembre 1784, p. 409.
  • 20 Voir Dictionnaire historique de la langue française, sous la dir. d’A. Rey, Paris, Dictionnaires Le (...)

12De nouveau, Gibbon est la cible de violentes critiques, publiées en 1784 par le P. Spedalieri (1740-1795)19, dans son Essai de réfutation des 15e et 16e chapitres de Gibbon, relatifs à l’examen du christianisme; livre recensé par l’abbé Feller. Le journaliste partage la colère du P. Spedaliere à l’encontre de Gibbon. En conséquence, son compte-rendu publié dans le «Journal historique et littéraire», 15 janvier 1785, s’avère un réquisitoire contre l’Histoire du déclin. L’abbé Feller fustige «la tourbe philosophique» (p. 98), les inspirateurs de Gibbon, auteur d’«un ouvrage déclamatoire et verbiageux»20 (p. 98). En mars 1788, le «Journal ecclésiastique» revient à la charge dans un long article (pp. 276-293) contre le «sophiste anglais [Gibbon]» (p. 276). Le rédacteur, l’abbé Barruel, farouche adversaire des philosophes, égratigne sans relâche Gibbon. «Il est vrai que Voltaire avait donné l’exemple, mais ici le disciple s’élève de beaucoup au-dessus de son maître» (p. 277). Le journaliste invective Gibbon, insistant sur sa «bassesse vraiment digne d’un sophiste, qui traite la religion et la conscience comme les objets les plus indifférents» (p. 286). L’abbé Barruel condamne aussi son «philosophisme» (p. 293), inspiré de «l’école des Bayle, des Jean-Jacques, des Voltaire» (p. 292).

  • 21 A. Momigliano, «Après l’Histoire de la décadence et de la chute, de Gibbon», in Problèmes d’histori (...)

13Ce tableau synthétique des controverses nous renseigne sur l’environnement médiatique dans lequel Gibbon a poursuivi l’écriture des volumes suivants de l’Histoire du déclin. Toutes ces polémiques sont révélatrices des mentalités en Europe à l’époque des Lumières: «Il est certain que le rôle attribué par Gibbon au christianisme dans la chute de l’Empire Romain suscita des protestations bruyantes, ainsi qu’une adhésion moins explicite mais également chaleureuse, dès la publication du premier volume en 1776»21.

3. Écrire l’histoire de l’Empire Romain

  • 22 P. Turnbull, «Une marionnette infidèle: the fashioning of Edward Gibbon’s reputation as the English (...)
  • 23 Histoire de la décadence et de la chute de l’Empire Romain, Paris, Moutard, 1788-1795, in-8°, t. 18 (...)

14Les commentaires des journaux européens sur l’œuvre de Gibbon forment la principale source de la présente étude. En effet, les journalistes l’ont lu et examiné avec beaucoup de rigueur. L’Histoire du déclin, aboutissement de plusieurs décennies de labeur, porte sur une grande puissance militaire et économique, qui a dominé d’immenses territoires en Europe, Afrique et Asie. Gibbon ou l’«English Voltaire»22 a retracé avec minutie les différentes phases de la décadence inexorable de Rome: «C’est le tableau de la plus vaste [sic] et peut-être le plus imposant des annales du monde»23. D’où une œuvre matériellement conséquente: «Il [Gibbon] embrasse presque tous les événements au lieu de se borner à ceux qui ont influé sur le destin de l’État. […] Ce n’est pas en multipliant les volumes sans nécessité que l’on contribue au progrès des lumières» («L’Année littéraire», 1789, t. III, p. 335). Est-ce que ce reproche de l’abbé Grosier est fondé? Non, car l’ampleur de l’enquête réalisée sur une durée de treize siècles et la documentation rassemblée par Gibbon ont nécessité le développement d’un récit d’une taille imposante. Toujours est-il, la préférence pour la concision de la part du journaliste n’est pas un choix fortuit. L’abbé Grosier fait allusion à l’esthétique rhétorique des Considérations de Montesquieu. Ainsi le journaliste se livre à une subtile critique portant sur l’économie générale de l’œuvre de Gibbon, soumise une nouvelle fois à une analyse exhaustive. L’œuvre de Gibbon résulte d’une lecture novatrice de la problématique du déclin dans une perspective de longue durée. Gibbon ne dissocie pas la vie économique des considérations géographiques, la politique belliciste des souverains de ses incidences néfastes sur les populations civiles:

  • 24 F. Guizot, «Préface de l’éditeur», in E. Gibbon, Histoire de la décadence cit., t. I, p. x.

Il [Gibbon] savait que l’histoire, si elle se borne à raconter des faits, n’a plus que cet intérêt de curiosité qui attache les hommes aux actions des hommes, et que, pour devenir véritablement utile et sérieuse, elle doit envisager la société, dont elle retrace l’image, sous les divers points de vue d’où cette société peut être considérée par l’homme d’état, le guerrier, le magistrat, le financier, le philosophe, tous ceux enfin que leur position ou leurs lumières rendent capables d’en connaître les différents ressorts. Cette idée, non moins juste que grande, a présidé […] à la composition de l’Histoire du déclin et de la chute de l’Empire Romain24.

Loin de donner une simple narration des faits, une histoire événementielle, Gibbon argumente, explique, analyse divers aspects de l’histoire de l’Empire Romain, à travers les règnes successifs. La presse périodique des Lumières a publié le récit des circonstances qui ont amené Gibbon sur la voie de l’Antiquité. Au commencement, ce fut l’éblouissement devant la splendeur des ruines. De ce choc émotionnel est née l’idée de l’histoire de Rome. Comme Winckelmann, inventeur de l’histoire de l’art, Gibbon parti en voyage en Italie (octobre 1764) a été subjugué par le spectacle des vestiges, ossements d’une défunte civilisation:

  • 25 «La Décade philosophique», 5e année de la République, janv.-mars 1797, p. 91. Cette feuille publie (...)

Mon caractère est peu susceptible d’enthousiasme, et j’ai toujours dédaigné d’affecter celui que je n’éprouve point: mais à une distance de vingt-cinq ans, je ne puis ni oublier, ni exprimer les vives émotions qui agitèrent mon esprit à mon approche, et à ma première entrée dans la Cité éternelle25.

  • 26 «Journal encyclopédique», juin 1777, t. IV, partie iii, p. 442. Voir ivi, août 1781, t. VI, partie (...)

Ces souvenirs indélébiles en disent long sur l’état d’âme de Gibbon, littéralement captivé par le spectacle inouï des ruines romaines. Ce moment inaugural forme la source d’inspiration d’une œuvre novatrice, dont la rédaction n’interviendra qu’en février 1773. Gibbon voue une passion à l’Antiquité, une civilisation dont le legs est essentiel pour la plupart des nations européennes: «La décadence et la chute de l’Empire Romain offrent un tableau vaste, et d’autant plus intéressant qu’il est étroitement lié à l’histoire de tous les États de l’Europe, fondés sur ses débris»26.

  • 27 Voir Catalogue des livres de la bibliothèque d’Ed. Gibbon, mise en vente à Lausanne, Lausanne, E. V (...)
  • 28 Miscellaneous works of Edward Gibbon, éd. Sheffield, Bâle, Tourneisen, 1796, in-8°, t. III, p. 264. (...)
  • 29 Voir Miscellaneous works of Edward Gibbon, éd. Sheffield, London, J. Murray, 1814, t. I, pp. 433-43 (...)
  • 30 M. Baridon, Edward Gibbon et le mythe de Rome: histoire et idéologie au siècle des Lumières, Lille, (...)

15Gibbon a consulté pendant la phase préparatoire de son œuvre, une grande quantité de documents manuscrits et imprimés. Le catalogue de sa bibliothèque27 ainsi que ses mélanges posthumes suggèrent l’ampleur de ses investigations historiques. Gibbon possédait des collections entières des meilleurs périodiques, des feuilles lues la plume à la main: «Je ne saurais dire combien je [Gibbon] suis content de ce journal [«Journal des savants»]; le savoir, la précision, et le bon goût en font le caractère […]. Ce journal, le père de tous les autres, en est à présent le meilleur»28. Comme Voltaire, Gibbon confère un intérêt constant aux périodiques. Il y puise les matériaux de sa réflexion philosophique et historique. L’usage de cette source d’informations le distingue de ses illustres prédécesseurs tels que Rollin et Crevier29. L’historien anglais n’a pas développé, à l’instar de Voltaire, une pensée théorique: «Le plus étrange est que Gibbon n’ait pas laissé de définition d’une discipline à laquelle il s’est particulièrement consacré. Si l’on cherche dans son œuvre une réponse à la simple question: qu’est-ce que l’histoire? on ne peut que se rendre à l’évidence; il n’a rien dit d’original sur ce qui était sa raison d’être»30.

  • 31 «Mercure de France», août 1781, t. VI, partie i, p. 26; avril 1777, vol. I, p. 90.
  • 32 Histoire de la décadence et de la chute de l’Empire Romain, Paris, Moutard, 1788-1795, in-8°, t. 16 (...)
  • 33 «L’Esprit des journaux», avril 1782, pp. 74-75.
  • 34 P.Ph. Gudin de La Brenellerie, Supplément à la manière d’écrire l’histoire, s.l., Société littérair (...)
  • 35 Voir J. Vernet, Traité de la vérité et de la religion chrétienne, Lausanne, Société typographique, (...)
  • 36 Electronic Enlightenment Correspondence, ed. R. McNamee et al., University of Oxford.
  • 37 Le Monde maçonnique des Lumières (Europe-Amériques et Colonies), sous la dir. de Ch. Porset et C. R (...)

16La «plume éloquente»31 rappelle celle de Rollin. Aussi, le style oratoire de l’historien anglais lui a valu un grand succès auprès du public européen: «L’enthousiasme de la première Croisade est un événement simple et naturel. L’expérience du danger ne combattait pas encore l’espoir, et cette entreprise était conforme au génie du siècle»32. Le discours dépouillé et le ton alerte de ses fresques historiques forment les traits spécifiques de la narration chez Gibbon: «Tout lecteur, qui a du goût verra avec plaisir, c’est la justesse des observations et la force du coloris, qui distinguent toutes les matières de notre historien philosophe [Gibbon]»33. Ce dernier excelle dans l’art de la narration des faits historiques les plus complexes: «Gibbon […] débrouille avec la plus grande clarté, […] avec le plus grand intérêt, toutes les révolutions arrivées depuis Constantin jusqu’à la destruction de l’Empire d’Occident: toutes ces révolutions si confuses chez les autres auteurs se développent sans peine dans son ouvrage; il est le seul encore qui les ait exposées avec clarté»34. L’Histoire du déclin est influencée par Voltaire, ferme adversaire de l’Église35. «En lisant l’histoire de Charles Quint par Robertson et même celle de la décadence de l’Empire romain par Gibbon, je n’ai pu m’empêcher de regarder ces deux hommes comme vos disciples», écrit Gudin de La Brenellerie (1738-1812) à Voltaire (D20 606, 16 mars 1777)36. Disciple de Voltaire, «Gibbon est non seulement un homme des Lumières, mais par certains aspects un représentant des “Lumières radicales”»37. Son écriture de l’histoire rompt avec celle de ses prédécesseurs du siècle de Louis XIV:

  • 38 H.I. Marrou, «Le métier d’historien», in L’Histoire et ses méthodes, sous la dir. de Ch. Samaran, P (...)

Il [Gibbon] n’a cessé d’être un Anglais du xviiie siècle, disons mieux un Européen de l’âge des Lumières, de l’Aufklärung, un disciple de Voltaire, hanté comme celui-ci par le scandale que représente à ses yeux l’emprise mystérieuse et déplorable de la religion sur l’esprit humain et, entre toutes les religions, du christianisme.38

  • 39 «Journal de politique et de littérature», 5 janvier 1778, p. 461. Cet article n’est pas inventorié (...)

Enfin, La Harpe n’a pas été choqué par les analyses de Gibbon sur les causes «qui concoururent à placer le christianisme sur le trône de l’Empire. Tous ces objets traités par un esprit sage et par une plume élégante font de cette histoire un des bons livres que nous ayons en ce genre»39. L’histoire chez Gibbon énonce dès l’intitulé, la finitude des royaumes et des civilisations:

Tous les empires, tous les établissements humains ont la destinée de l’homme lui-même; ils parcourent tous invariablement le même cercle, lorsque des accidents particuliers n’interrompent pas le cours ordinaire; ils ont leur enfance, leur jeunesse, leur maturité, leur vieillesse qui se termine par la mort. Rome portait dans sa constitution politique, le principe de sa destruction («L’Année littéraire», 1789, t. III, p. 292).

  • 40 Voir L.M. Morfaux, J. Lefranc, Nouveau vocabulaire de la philosophie et des sciences humaines, Pari (...)

Cette lecture biologique de l’histoire ou ontogénèse40 prend une résonance particulière à quelques semaines de l’indépendance américaine et de la fin de l’Ancien Régime en France.

4. Conclusion

  • 41 Electronic Enlightenment Correspondence, ed. R. McNamee et al., University of Oxford.

17L’Histoire du déclin eut un accueil enthousiaste à Paris: «M. Gibbon a ici le plus grand succès, on se l’arrache», écrit Madame du Deffand à Walpole (21 septembre 1777)41. Les journaux européens dithyrambiques lui ont consacré plusieurs articles de recension: «Tout le monde sait qu’elle [Histoire du déclin] est regardée comme un des plus beaux ouvrages de notre siècle, ce qui nous dispense d’en faire l’éloge» («Magasin encyclopédique», an III/1795, t. I, p. 567).

  • 42 M. Baridon, in Gibbon, Histoire du déclin et de la chute de l’Empire Romain, Paris, R. Laffont, 198 (...)
  • 43 Voir Dictionnaire des journalistes 1600-1789, sous la dir. de J. Sgard, Oxford, Voltaire Foundation (...)
  • 44 Il s’agit d’un court ouvrage, publié dans l’éd. Khel, 1785; voir l’édition d’A. Gurrado et L. Macé (...)
  • 45 Histoire de la décadence cit., t. 3, pp. 141-348.
  • 46 Ivi, pp. 349-555.
  • 47 Voir «L’Année littéraire», 1778, t. I, p. 58.
  • 48 Mémoires, éd. Cl. Perroud, Paris, A. Picard, [1911], t. I, p. 370. Voir Dictionnaire de Trévoux, Ge (...)
  • 49 Memoirs cit., p. 235. Voir H. Trevor-Roper, History and the Enlightenment, New Haven/London, Yale U (...)

18Si le caractère novateur de Gibbon est reconnu au sein de la République des Lettres, si le «souffle poétique»42 de son style a conquis un large lectorat, ses adversaires, souvent des «ennemis des philosophes»43, n’ont jamais cessé leurs diatribes: «M. Gibbon a de l’esprit, de la saillie et des connaissances; mais il n’a pas le talent d’un historien» («Affiches de Paris», 19 mars 1777). Le «Journal des savants» réfutera cette affirmation: «M. Gibbon est un philosophe, mais il est un historien» (novembre 1777, p. 724). Le principal reproche adressé à Gibbon porte sur l’Histoire de l’établissement du christianisme44, pour paraphraser un livre posthume de Voltaire. Les chapitres incriminés s’intitulent: «Progrès de la religion chrétienne. Sentiments, mœurs, nombre et condition des premiers chrétiens» (ch. xv)45; «Conduite du gouvernement Romain envers les chrétiens, depuis le règne de Néron jusqu’à celui de Constantin» (ch. xv)46. Ils ont suscité l’ire de la presse religieuse. Accusé de pyrrhonisme47, Gibbon est considéré aussi «comme un des plus dangereux incrédules […], pour avoir essayé d’expliquer le merveilleux de l’établissement du christianisme», note Brissot de Warville48. Autant de critiques n’ont pas affecté Gibbon. «Pourtant, dans l’ensemble, l’Histoire du déclin et de la chute paraît avoir pris racine tant en Angleterre qu’à l’étranger et il se peut qu’elle offusque encore dans un siècle», observe Gibbon dans ses Mémoires posthumes49.

19L’historia romana, enseignée dans les classes de rhétorique, représente un sujet classique pour le public des Lumières. L’historien anglais a adopté une nouvelle perspective bien différente de celle de Rollin et Crevier, deux célèbres professeurs de rhétorique à l’Université de Paris. L’œuvre de Gibbon faisait aussi écho aux Considérations de Montesquieu. Jean-François de La Harpe résume ainsi cette résonance:

  • 50 «Journal de politique et de littérature», 25 avril 1777, t. I, pp. 562-563. La réédition de cet art (...)

Tout le monde connaît l’esquisse qu’avait tracée M. de Montesquieu sur le sujet. Ici [Gibbon] c’est un tableau complet; et quoiqu’on n’y trouve pas au même degré ce trait d’un grand maître, et cette vigueur, cette fierté de pinceau que nous admirons dans le morceau fameux ébauché par l’auteur de l’Esprit des lois, on y remarque du moins une belle ordonnance et des couleurs naturelles et vraies50.

Ce «petit livre» de Montesquieu (Voltaire, Best. D803, 31 mars 1735) est une esquisse, une œuvre aboutie. De Montesquieu à Voltaire, l’évocation de ces philosophes disparus, dans les commentaires des journaux, à l’occasion de la parution des différents tomes de l’histoire de Gibbon, démontre la vitalité de leur pensée philosophique:

  • 51 Z. Sternhel, Les Anti-Lumières, Paris, Gallimard, 2011, ch. ii, p. 203.

Il [Voltaire] est le plus grand historien des Lumières parce que le plus novateur […]. Les réalisations historiques de Robertson, de Hume et de Gibbon sont peut-être supérieures aux siennes, mais Voltaire est le plus grand parce qu’il eut le premier l’idée d’une histoire universelle, il inventa l’idée de “philosophie de l’histoire”51.

  • 52 Histoire de la décadence cit., t. 18, p. 495.

Gibbon a achevé son histoire à Lausanne, le 27 juin 1787, sur une note mélancolique: «C’est au milieu des débris du Capitole que j’ai formé le projet d’un ouvrage qui a occupé vingt années de ma vie»52. Plus qu’un souvenir, cette scène préfigure la fin des Lumières et l’avènement d’une nouvelle esthétique: le goût de l’Antique des romantiques.

Notes

1 Voir The Oxford chronology of English literature, ed. M. Cox, Oxford, Oxford University Press, 2002, t. II, p. 77.

2 Voir I. Maxted, The London book trades: 1775-1800, Folkestone, Dawson, 1977, notices «Cadell» et «Strahan».

3 Voir P. Chaunu, La Civilisation de l’Europe des Lumières, Paris, Arthaud, 1971, p. 539.

4 E. Gibbon, Mémoires, trad. fr. par G. Villeneuve, Paris, Criterion, 1992, p. 217; l’historien souligne le mot «profane». Pour sa part, Hume a écrit au libraire Straham, le 8 avril 1776, une lettre publiée dans la feuille périodique, «Bibliothèque Britannique», 1796, t. III/Littérature, p. 443: «Je suis grand partisan de l’Histoire Romaine de M. Gibbon, qui sort de vos presses, et je suis fort aise d’apprendre que le livre réussit».

5 Désormais l’Histoire du déclin.

6 «La Décade philosophique», 10 vend. an iv (2 oct. 1795), t. VII, p. 148. Voir aussi la «Gazette de France», 1er déc. 1777: «Les frères Debure et le sieur Moutard […] ont mis en vente aujourd’hui, l’ Histoire de la décadence et de la chute de l’Empire Romain, traduite de l’anglais du sieur Gibbon, par le sieur Leclerc de Septchênes, Secrétaire du Cabinet du Roi [Louis XVI]»; «L’Esprit des journaux», mars 1780, p. 390: «Il a déjà paru une autre traduction italienne du même ouvrage, mais celle-ci l’emporte tant par le style que par l’exactitude, ayant été faite sur l’original anglais».

7 E. Gibbon, Histoire de la décadence, trad. F. Guizot, Paris, Maradan, 1812, t. I, p. xvii.

8 Mémoires pour servir à la vie de Monsieur de Voltaire, éd. J. Mallinson, in Les Œuvres complètes de Voltaire, Oxford, Voltaire Foundation, 2010, t. 45 C, p. 348.

9 P. Rétat, Le Dernier règne, Paris, Fayard, 1995, p. 10.

10 La presse anglaise a publié en 1776 plusieurs articles de recension sur le premier volume de Gibbon, The History of decline and fall of the Roman Empire. Voir «The Critical review»: février, pp. 114-119; mars, pp. 169-178; avril, pp. 264-271; «The Monthly review», mars, pp. 188-195; mai, pp. 388-393; juillet, pp. 41-50; «The London Magazine», mars, pp. 54-55.

11 «L’Année littéraire», 1778, t. I, p. 42. Le récit historique chez Gibbon se distingue par sa clarté: «Le jugement de l’écrivain est si clair dans tout son ouvrage, qu’au milieu d’une abondance de réflexions philosophiques, on trouve très rarement des pensées qui puissent être reconnues pour superflues et déclamatoires» («L’Esprit des journaux», avril 1782, p. 59).

12 Voir R. Merrett, «English literature in the French press. Testimony, imitation, and fictional exchange», in La Traduction des langues modernes au XVIIIe siècle, recueil préparé et présenté par A. Rivara, Paris, H. Champion, 2002, pp. 171-189.

13 L’abbé Grosier reviendra à la charge dans sa recension, publiée dans «l’Année littéraire» t. III, 27 mai 1789, pp. 290-291: «Le plan n’en est pas net. L’auteur y a fait entrer une foule de choses inutiles, et n’a pas toujours insisté, d’une manière assez précise sur celles qui étaient essentielles». Cf. «Journal des sciences et des beaux-arts», 1er novembre 1776, p. 219: «Il [Gibbon] s’est fait un plan très étendu; et ce plan, il a eu le bonheur de le remplir d’une manière qui fait complètement l’éloge de ses talents, de sa vaste érudition, et sa rare sagacité».

14 Livraison d’avril 1777, p. 380-381. Voir «L’Esprit des journaux», décembre 1778, p. 385: «Cette réfutation [publiée par Davis] des paradoxes irréligieux de M. Gibbon est la troisième que nous avons occasion d’annoncer»; ibid., oct. 1780, p. 16: «Il [W. Hayley (1745-1820), poète] désapprouve aussi l’esprit irréligieux de M. Gibbon».

15 Voir «The London review of english and foreign literature», octobre 1776, t. IV, pp. 263-267.

16 Extrait du livre de Gibbon, A Vindication of some passages in the fifteenth and sixteenth chapters, traduit par le rédacteur du «Journal encyclopédique», mai 1779, t. IV, partie I, p. 64. «Ses ennemis [Gibbon], ou plutôt ses envieux n’altérèrent jamais un moment de tranquillité de son âme», «Journal littéraire de Lausanne», janvier 1794, p. 186.

17 «Journal encyclopédique», mai 1779, t. IV, partie iii, pp. 65-66. Cf. «Journal historique et littéraire», 1er avril 1779, p. 499: «Le plus souvent il [Gibbon] se contente de citer l’auteur; c’est beaucoup quand il nomme l’ouvrage, et il laisse au lecteur la peine de chercher et de trouver les passages. Cette méthode a son but et son avantage. En cherchant à nous ôter les moyens de comparer ce qu’il dit, avec les autorités qu’il cite, M. Gibbon s’est flatté sans doute, qu’il lui serait plus aisé d’en imposer à ses lecteurs, que ses inexactitudes échapperaient à l’œil perçant de la critique».

18 Voir J. Martinez de Bujanda, Index librorum prohibitorum, Montréal/Genève, Médiaspaul/Droz, 2002. Le décret du Pape Pie VI date du 26 septembre 1783.

19 Voir «L’Esprit des journaux», novembre 1784, p. 409.

20 Voir Dictionnaire historique de la langue française, sous la dir. d’A. Rey, Paris, Dictionnaires Le Robert, 1992, art. «Verbiager»: «Son dérivé verbiagieur, euse, nom (1740) et adjectif (1752) sont sortis d’usage, comme l’adjectif verbiagieux, euse (1718), synonyme redondant de verbeux».

21 A. Momigliano, «Après l’Histoire de la décadence et de la chute, de Gibbon», in Problèmes d’historiographie ancienne et moderne, trad. fr. A. Tachet, Paris, Éd. Gallimard, 1983, p. 343.

22 P. Turnbull, «Une marionnette infidèle: the fashioning of Edward Gibbon’s reputation as the English Voltaire», in Edward Gibbon: bicentenary essays, ed. by D. Womersley, Oxford, Voltaire Foundation, 1997, pp. 279-307.

23 Histoire de la décadence et de la chute de l’Empire Romain, Paris, Moutard, 1788-1795, in-8°, t. 18, p. 494.

24 F. Guizot, «Préface de l’éditeur», in E. Gibbon, Histoire de la décadence cit., t. I, p. x.

25 «La Décade philosophique», 5e année de la République, janv.-mars 1797, p. 91. Cette feuille publie ici les premiers «Fragments tirés des Mémoires de Gibbon», avant leur mise en vente, pp. 88-100. Voir J. Black, «The Grand Tour», in Journeys through the market: travel, travellers and the book trade, Kent, Folkestone, 1999, pp. 73-74.

26 «Journal encyclopédique», juin 1777, t. IV, partie iii, p. 442. Voir ivi, août 1781, t. VI, partie i, p. 26 et «L’Année littéraire», 1778, t. I, p. 41.

27 Voir Catalogue des livres de la bibliothèque d’Ed. Gibbon, mise en vente à Lausanne, Lausanne, E. Vincent, août 1832, pp. 73-74.

28 Miscellaneous works of Edward Gibbon, éd. Sheffield, Bâle, Tourneisen, 1796, in-8°, t. III, p. 264. Voir J.I. Israel, Les Lumières radicales, Paris, Éd. Amsterdam, 2005, pp. 179-193: «Les journaux savants».

29 Voir Miscellaneous works of Edward Gibbon, éd. Sheffield, London, J. Murray, 1814, t. I, pp. 433-435: lettre de Crevier à Gibbon, 7 août 1756.

30 M. Baridon, Edward Gibbon et le mythe de Rome: histoire et idéologie au siècle des Lumières, Lille, Service de reprodution des thèses, Univ. de Lille III, 1975, t. II, p. 652.

31 «Mercure de France», août 1781, t. VI, partie i, p. 26; avril 1777, vol. I, p. 90.

32 Histoire de la décadence et de la chute de l’Empire Romain, Paris, Moutard, 1788-1795, in-8°, t. 16, p. 118.

33 «L’Esprit des journaux», avril 1782, pp. 74-75.

34 P.Ph. Gudin de La Brenellerie, Supplément à la manière d’écrire l’histoire, s.l., Société littéraire typographique, 1784, in-12, p. 132.

35 Voir J. Vernet, Traité de la vérité et de la religion chrétienne, Lausanne, Société typographique, 1782, in-8°, t. 9, p. 15: «L’auteur [Gibbon] entrant dans les vues de M. de Voltaire tâche d’expliquer la propagation et l’établissement du christianisme par le seul concours des causes secondes, c’est-à-dire, des causes humaines et naturelles».

36 Electronic Enlightenment Correspondence, ed. R. McNamee et al., University of Oxford.

37 Le Monde maçonnique des Lumières (Europe-Amériques et Colonies), sous la dir. de Ch. Porset et C. Révauger, Paris, H. Champion, 2013, art. «Gibbon, E.», t. II, p. 1269.

38 H.I. Marrou, «Le métier d’historien», in L’Histoire et ses méthodes, sous la dir. de Ch. Samaran, Paris, Gallimard, 1961, p. 1506. Voir E. Cassirer, La Philosophie des Lumières, trad. de l’allemand par P. Quillet, Paris, Fayard, 2013, p. 210: «Comme il a influencé en France Turgot et Condorcet, Voltaire influence en Angleterre Hume, Gibbon et Robertson».

39 «Journal de politique et de littérature», 5 janvier 1778, p. 461. Cet article n’est pas inventorié par Ch. Todd, Bibliographie des œuvres de Jean-François de La Harpe, Oxford, The Voltaire Foundation, 1979, p. 304.

40 Voir L.M. Morfaux, J. Lefranc, Nouveau vocabulaire de la philosophie et des sciences humaines, Paris, A. Colin, 2011, art. «Ontogénèse».

41 Electronic Enlightenment Correspondence, ed. R. McNamee et al., University of Oxford.

42 M. Baridon, in Gibbon, Histoire du déclin et de la chute de l’Empire Romain, Paris, R. Laffont, 1983, t. I, p. xxxii.

43 Voir Dictionnaire des journalistes 1600-1789, sous la dir. de J. Sgard, Oxford, Voltaire Foundation, 1999, t. I, p. 390.

44 Il s’agit d’un court ouvrage, publié dans l’éd. Khel, 1785; voir l’édition d’A. Gurrado et L. Macé dans Les Œuvres complètes de Voltaire, Oxford, Voltaire Foundation, 2014, 79B, pp. 381-524.

45 Histoire de la décadence cit., t. 3, pp. 141-348.

46 Ivi, pp. 349-555.

47 Voir «L’Année littéraire», 1778, t. I, p. 58.

48 Mémoires, éd. Cl. Perroud, Paris, A. Picard, [1911], t. I, p. 370. Voir Dictionnaire de Trévoux, Genève, Slatkine reprints, 2002, art. «Incrédulité»: «Se dit aussi de la répugnance qu’on a à croire les mystères de la religion».

49 Memoirs cit., p. 235. Voir H. Trevor-Roper, History and the Enlightenment, New Haven/London, Yale University Press, 2010, ch. 8, pp. 144-160: «Gibbon and the publication of The Decline and fall of the Roman Empire, 1776-1976».

50 «Journal de politique et de littérature», 25 avril 1777, t. I, pp. 562-563. La réédition de cet article dans le «Journal étranger de littérature, des spectacles, et de politique», juin 1777, pp. 100-106 n’est pas mentionnée par Ch. Todd, Bibliographie cit., p. 296.

51 Z. Sternhel, Les Anti-Lumières, Paris, Gallimard, 2011, ch. ii, p. 203.

52 Histoire de la décadence cit., t. 18, p. 495.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/aaccademia/docannexe/image/2259/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 273k

Auteur

Université Lumière Lyon 2 / IHIRIM (CNRS)