Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Metamorfosi dei Lumi 6

 | 
Simone Messina
, 
Paola Trivero

Scienza medica

La science au quotidien. L’affaire Mesmer dans le «Journal de Paris» (1783-84)

Anne-Marie Mercier-Faivre

Texte intégral

  • 1 A.-M. Mercier, L’électricité dans l’esprit des journaux: miettes de savoir ou le savoir en miettes?(...)

1Dans un travail précédent sur L’Esprit des journaux1, sorte de Reader’s Digest de la presse de l’époque, je me suis intéressée à la question de la présentation des textes et théories sur l’électricité. La présence d’ouvrages scientifiques dans un journal posait plusieurs questions, comme:

  • Quelle image de la circulation et de l’élaboration des sciences propose-t-il?

  • Quel rôle joue-t-il dans la diffusion des savoirs: s’agit-il de vulgarisation à l’usage des lecteurs cultivés, ou de diffusion pour les savants de l’Europe?

  • De quelle science se fait-il l’écho? Quels sont ses modalités, son langage?

  • Quel usage fait-il des autres journaux, plus spécialisés dans les sciences? Sur quelles bases se fait la sélection des articles et leur combinaison?

  • Quel est l’impact de cette forme journalistique originale dans la présentation des savoirs?

  • 2 «Journal de Paris (1777-1840); fondé par Corancez, Romilly, Dussieux et Cadet de Vaux». Voir Dictio (...)

Je voudrais ici aborder la question de l’affaire Mesmer dans un autre périodique, le «Journal de Paris»2, premier quotidien français. Ce périodique a une position radicalement différente par rapport au magnétisme animal de Mesmer: le «Journal de Paris», a été une tribune pour le mesmérisme.

2Ce périodique est organisé en rubriques (médecine, physique, belles-lettres…) et publie de nombreuses lettres (réelles ou inventées) de lecteurs. Il est donc très lié aux mouvements de l’opinion: étudier ce journal oblige à s’interroger sur les effets du courrier des lecteurs, le rythme de publication des lettres et, quand c’est possible, sur le choix opéré par les rédacteurs.

3On étudiera, sur la période de ce qu’on a appelé “l’affaire Mesmer”, entre juillet 1783 et décembre 1784, comment ce journal tente de donner des gages d’impartialité et comment il intègre un débat scientifique dans une forme journalistique moderne, une organisation en rubriques et un rythme quotidien. Enfin, comment, pourquoi et dans quelle mesure il se détache de la cause du fameux docteur Mesmer.

1. Le contexte

  • 3 Sur Mesmer, voir F. Rausky, Mesmer ou la révolution thérapeutique, Paris, Payot, 1977.
  • 4 R. Darnton, La fin des Lumières. Le mesmérisme et la Révolution (1968), Paris, Perrin, 1984.

4Mesmer3 est un médecin formé à Vienne; il s’est intéressé très tôt aux influences du magnétisme sur le corps humain, à la suite de Paracelse, Hell, van Helmont… Loin d’être totalement farfelues et isolées, ses recherches s’inscrivent dans un intérêt du temps pour la médecine des aimants ou la médecine par l’électricité, enfin pour toutes les merveilles de la science. Robert Darnton4 a étudié ce contexte.

  • 5 Mémoire sur la découverte du magnétisme animal, 30 mars 1779, Genève-Paris, Didot le jeune, in-8°, (...)
  • 6 Charles-Nicolas Deslon ou d’Eslon (1750-1786), docteur-régent à la faculté de médecine de Paris, mé (...)
  • 7 C. Deslon, Observations sur le magnétisme animal, Paris, Didot le Jeune, 1780, in-8°, 151 pp.
  • 8 Deslon appartient à cette faculté; son ouvrage est attaqué dans la séance de 18 octobre 1780 par Ro (...)
  • 9 Sur les prétentions de Mesmer et ses demandes de pensions à Louis xvi, cf. R. Darnton, La fin des L (...)

5Exclu de la faculté de Vienne à la suite d’une accusation de charlatanisme, Mesmer s’installe à Paris en 1778 et publie son Mémoire sur la découverte du magnétisme animal en 17795. Devant le succès de son entreprise, il crée un système de traitement collectif grâce à son célèbre «baquet» autour duquel les patients se placent. Dès 1780, sa doctrine est contestée à travers un de ses élèves, Charles Deslon6, qui publie ses Observations sur le magnétisme animal7, présentant les fondements du système de Mesmer. Cet ouvrage est condamné par la Faculté de médecine de Paris8. Mesmer lui-même est par ailleurs attaqué à plusieurs reprises par le «Journal de médecine» et la «Gazette de santé», notamment à travers des articles de Jean-Jacques Paulet, l’un de ses principaux rédacteurs. Malgré cela, le crédit de Mesmer ne faiblit pas9.

  • 10 Sur la composition de ces commissions, voir F. Rausky, Mesmer ou la révolution thérapeutique cit., (...)
  • 11 Voir F. Rausky, Mesmer cit., pp. 144 et suiv.

6En mars 1784, Louis xvi mandate deux commissions10, l’une issue de l’Académie des sciences (12 mars) et comprenant également quatre médecins de la Faculté de Paris pour déterminer si le «magnétisme animal» existe, et l’autre de la Société royale de médecine (5 avril) pour examiner si cette méthode est efficace dans le traitement des maladies. Les commissaires concluent dans un rapport daté du 11 août signé par Franklin, Majault, Le Roy, Sallin, Bailly, d’Arcet, de Bory, Guillotin, Lavoisier, que rien ne prouve l’existence du fluide animal et que tout vient de l’imagination, des attouchements et du spectacle des crises des patients, tout en s’interrogeant, dans un rapport secret11, sur l’origine des crises et des convulsions qui frappent certains patients. Cette interrogation conduira aux découvertes de Charcot sur l’hypnose.

  • 12 Voir DJ, notice 682, de N. Brondel, p. 622.

7Le «Journal de Paris» a pour originalité d’être un quotidien. Cela influe fortement sur son traitement de l’information. Obligé de retenir ses lecteurs, de les “captiver” – au sens propre du terme comme au figuré –, il traque la nouveauté, prenant parfois des risques; il a été suspendu pour cela à plusieurs reprises12. Il publie des lettres de lecteurs sans avoir toujours les moyens de vérifier leurs assertions. Mais si les lettres sont souvent publiées sous l’anonymat, elles sont expédiées avec une signature (condition émise par les rédacteurs pour les accepter) et le journal a recours à des rédacteurs spécialisés dans des domaines qui correspondent aux rubriques (médecine, physique, belles-lettres…); ces rédacteurs commentent parfois les lettres et annonces et indiquent leur crédibilité.

8Malgré cela, l’abbé Aubert, directeur des «Affiches de Paris» à qui ce journal faisait concurrence, a pu dire avec raison qu’il colportait des ragots, des informations fausses, des élucubrations:

  • 13 Cité par R. Fialcofschi, Le «Journal de Paris» et les arts visuels, thèse, Université Lumière-Lyon (...)

C’est là que toutes les extravagances du magnétisme ont été consignées et prônées. C’est là qu’on a vu une souscription imaginaire pour un être qui devait traverser une rivière de Seine avec des sabots élastiques; c’est là qu’une loterie pour l’édition prohibée des œuvres de Voltaire a été imprimée à différentes reprises. […] Ce journal à qui l’administration est sans cesse obligée de faire [faire?] des rétractations, des désaveux, est devenu le répertoire de toutes les nouvelles apocryphes, de toutes les inventions, ou imaginaires ou nuisibles, de toutes les querelles entre les gens de lettres, les artistes, et les particuliers13.

  • 14 Les 31 mars et 2 avril 1778.

Le «Journal de Paris» a été l’un des premiers à signaler l’arrivée de Mesmer14 et à mentionner ses théories. Dans une livraison du 24 juillet 1780, une lettre d’un certain M. C. D. V. indique qu’il est temps de traiter d’une question qui commence à diviser les esprits.

Votre journal est je crois le premier où il ait été fait mention du Magnétisme animal; oserai-je vous demander par quelle espèce de considération vous gardez le plus profond silence sur cet objet qui intéresse au moins la curiosité. Je vous supplie de permettre que j’y supplée.

Le point de vue est favorable au mesmérisme, présenté comme une science “moderne” (cet adjectif se retournera contre eux comme on le verra).

  • 15 Voir Dictionnaire des journalistes, dir. par J. Sgard, Voltaire Foundation, Oxford, 1999, notice 13 (...)

9En réalité, M. C. D. V. n’est pas un lecteur mais l’un des rédacteurs du journal, Antoine Alexis Cadet de Vaux (1743-1828)15, apothicaire et chimiste, chargé entre autres de la rubrique «Médecine». C’est le goût du journal, à travers l’un de ses rédacteurs, qui s’affirmerait ici, un goût pour la modernité et une foi dans les merveilles à attendre du progrès des sciences et des arts. Mais on peut interpréter les choses autrement: la lettre fictive lance une polémique qui fera vendre le journal, cette polémique va l’occuper assez régulièrement pour culminer en 1784.

2. Impartialité?

10La répartition des voix. Si l’on se penche sur la durée, de juillet 83 à décembre 84, soit sur 18 mois, on trouve 43 textes consacrés directement à cette affaire, ce qui semple peu. Mais si l’on regarde de près la répartition dans le temps, on voit que plus de la moitié se trouve sur les 6 derniers mois, de juillet à décembre. Cette accélération provient sans doute de l’attente du rapport des commissaires.

11Si l’on regarde une répartition des textes favorables ou défavorables au magnétisme, on voit très nettement (tableau 1) que la demande de Louis xvi datant de mars et avril semble avoir eu un impact sur la politique du journal. Durant la première période, de juillet 1783 à mars 1784, on trouve des textes favorables à ces théories, alors que les propos hostiles dominent du mois d’avril au mois de novembre 1784, pour s’équilibrer à nouveau en décembre. Le journal pourrait avoir décidé un rééquilibrage pour tenir compte de la situation difficile dans laquelle il risquait de se trouver si les commissaires penchaient de l’autre côté, mais sans s’interdire de publier des objections par la suite.

Tableau 1. Répartition des nouvelles pro et anti magnétisme

juil dec 83

janv 84

fév

mars

avr

mai

juin

juil

août

sept

oct

nov

dec

total

pro

4

2

7

1

2

1

2

5

24

anti

2

1

4

3

5

4

19

12Durant toute cette période, il est rare que l’on entende la voix des rédacteurs du journal. Il faut attendre la rupture avec Mesmer, le 27 août 1784, pour que celle-ci s’affirme. C’est à partir de cette date que les textes hostiles deviennent plus nombreux (les rapports des commissaires pesant lourd dans les livraisons, couvrant plusieurs numéros).

13Hors ce moment, et malgré le déséquilibre initial, le journal semble donner la parole à qui veut la prendre. Il donne l’apparence d’une certaine impartialité. Cette impression est un trompe-l’œil créé par le fait qu’un débat surgit, à l’intérieur même du camp des tenants du magnétisme animal. Il y a donc débat, débat interne, certes, mais qui permet de maintenir un contenu fait de confrontation de points de vue opposés, et une allure de feuilleton, recette imparable pour fidéliser les lecteurs.

 

  • 16 Voir Charles-Nicolas Deslon, Lettre de M. d’Eslon, […] à M. Philip, doyen […] de la […] Faculté, La (...)

14L’apparence d’un débat. Lors d’une absence de Mesmer, parti à Spa, Deslon avait commencé à magnétiser lui-même, non seulement au Temple mais à l’hôtel Bullion, “territoire” de Mesmer. Une première brouille s’était close sur un arrangement entre les deux hommes. Mais, pour échapper à la menace de radiation de la Faculté de Paris à laquelle il appartenait (menace qui pesait sur lui depuis septembre 1780), Deslon demanda au doyen Philip16 un réexamen de son cas. De nouvelles conditions furent fixées le 20 août 1782; celles-ci supposaient que Deslon, avant deux ans, ferait une démonstration de magnétisme devant des experts. Mesmer en prit ombrage et écrivit à Philip pour désavouer son élève et nier que celui-ci puisse démontrer quoi que ce soit de sa propre méthode.

15Deslon s’installe à son compte. Mesmer crée une «Loge de l’Harmonie», promettant d’enseigner et de révéler le secret du magnétisme aux cent personnes qui voudraient bien payer chacune cent louis pour cela. Et il attaque régulièrement Deslon à travers le «Journal de Paris». Les rédacteurs n’ont plus qu’à s’en faire l’écho. Ils publient ainsi des lettres de Deslon et de Galart de Montjoie, anciens élèves, d’autres de Marivetz, mesmériste convaincu, tandis que des écrits du baron de Gloots, ou des analyses des théories de Thouvenel sur le magnétisme suggèrent que Mesmer n’a pas tout inventé (voire rien).

Tabelau 2. Pro er anti Mesmer, et neutres

juil-dec 83

Janv 84

fév

mars

avril

mai

juin

juil

août

sept

oct

nov

dec

total

Pro
mes

3

2

2

1

1

1

10

Pro
magn/
neutre

1

1

1

2

5

Pro
magn/
anti
Mes

1

1

4

1

2

9

Anti
Mes

2

1

4

3

5

4

19

16Ainsi, le «Journal de Paris» publie tantôt des articles favorables à Mesmer (souvent des lettres de Mesmer lui-même), tantôt des articles favorables au magnétisme mais hostiles à Mesmer avant de publier des textes hostiles à la théorie du magnétisme. Si l’on regarde les quantités, on voit que chaque camp jouit d’un espace presque équivalent sur la durée étudiée. On peut y lire aussi bien une intelligence commerciale qu’un désir de faire apparaître ce journal comme une tribune libre où s’exprime chaque point de vue.

3. La forme du journal

17Gêne dans les rubriques “nécrologie” et “spectacle”. La plupart des textes relatifs au magnétisme animal sont placés dans la rubrique «Médecine», certains dans la rubrique «Physique». Plus tard (on y reviendra), on en trouvera dans la rubrique «Belles-lettres» ou, la moins sérieuse, «Variété».

18Le 24 avril, la rubrique «Spectacle» relate un concert. Cet événement a a priori peu à voir avec l’affaire et rien n’est dit en ce sens par le journal. Pourtant, il y aurait beaucoup à dire: l’artiste qui joue s’appelle Mademoiselle Paradis. Il a été longuement question d’elle en 1777, à propos d’une cure miraculeuse que Mesmer avait opérée sur elle à Vienne, lui rendant temporairement la vue. Or, le journal la montre toujours quasiment totalement aveugle, sans faire de commentaire. Faut-il y voir une volonté de ne pas mêler les rubriques et de laisser à la médecine ce qui lui appartient? Ou une gêne du journal: son silence sur l’histoire de Mademoiselle Paradis serait une façon de ne pas prendre parti. Aux lecteurs de commenter.

19La présence d’une autre rubrique, celle de la nécrologie, dans le procès du mesmérisme est moins surprenante. Court de Gébelin, l’un de ceux qui avaient le plus fait pour soutenir cette théorie, est mort en mai 1784 au domicile de Mesmer, dont il était le patient. On trouve dans l’attitude du journal face à cet événement quelques silences et contradictions. Les Mémoires secrets se moquaient un an auparavant:

M. Court de Gebelin, auteur du Monde primitif, au lieu du neuvième tome de ce volumineux ouvrage, qu’il devait adresser cette année à ses souscripteurs, ne leur a envoyé qu’une lettre in-4° de 46 pages, où il leur annonce qu’à l’entrée du printemps dernier il était aux portes de la mort, et n’attendait plus qu’elle, lorsqu’il a été rappelé à la vie et à la santé la plus parfaite par le docteur Mesmer. En reconnaissance il a entrepris l’apologie du magnétisme animal, et surtout du mesmérisme.
On voit dans cet écrit beaucoup d’enthousiasme, peu de raisonnement, encore moins de faits. […] Cette lettre est datée du 31 juillet 1783. (MS, 1er septembre 1783)

  • 17 Comme elle l’avait été à la mort de Busson fin 1780 («Gazette de santé», 16 septembre 1781).

Malgré la notoriété de Court de Gébelin, sa mort et les circonstances de celle-ci ne sont annoncées dans les Mémoires secrets qu’en juin. La cause de Mesmer est mise à mal par ce décès17:

Il paraît constant que M. Court de Gébelin, qui l’an passé avait publié une lettre très volumineuse, dont on a rapporté la substance, en faveur de Mesmer et son système, qui célébrait la cure merveilleuse que ce charlatan avait faite en sa personne, non seulement n’était pas guéri, mais avait été obligé de continuer à supporter le traitement du magnétisme animal; que pour en mieux jouir, il s’était logé chez le grand maître de l’Ordre de l’Harmonie, et qu’il y est mort la nuit du 13 au 14 mai dernier, à deux pas du baquet mystérieux, sur lequel on s’empressait, mais trop tard, de le porter. (MS, 5 juin 1784)

Ce texte est truffé de termes (soulignés par nous) qui ne laissent pas ignorer son point de vue ironique. Cette question de la responsabilité de Mesmer dans ce décès est traitée tout autrement dans le «Journal de Paris» dans la rubrique «Nécrologie» plus tard encore, le 5 juillet. Dans une lettre, Rabaut Saint-Etienne, ami du défunt, tente de disculper le docteur:

  • 18 «Journal de Paris», 5 juillet 1784. Ces “peines secrètes’’ sont sans doute celles liées aux dissens (...)

La République des Lettres a fait une perte trop sensible, par la mort de M. Court de Gébelin, pour que vous ne la consigniez pas dans votre journal. Ce savant, né à Nîmes en 1725, mourut à Paris le 18 mai dernier, dans la 60e année de son âge, accablé sous le poids de ses travaux et de ses infirmités prématurées. Les soins de M. Mesmer avoient retardé cette funeste époque, tant que M. de Gébelin s’étoit prêté à une certaine exactitude dans les traitements: mais son impatience et le goût qu’il avoit pour son cabinet lui faisant regarder comme perdu tout le temps qu’il déroboit à ses études, il se refusa aux sollicitations réitérées de ses amis et de M. Mesmer lui-même. Ses infirmités, qui n’étoient que suspendues, reprirent le dessus: et des peines secrètes, contre lesquelles tout l’art humain étoit sans pouvoir, précipitèrent sa fin18. (souligné par nous)

Cet article prend clairement position en faveur de Mesmer, mais dans la mesure où il revient sur ce décès, il apporte des éléments à ceux qui doutaient de l’efficacité de ses traitements.

20On peut aussi constater l’un des points importants qui concernent le débat scientifique dans les périodiques non spécialistes: c’est souvent par des nouvelles proches de ce qu’on appellerait aujourd’hui des “fait divers”, que celui-ci apparaît: un décès, une maladie, une guérison, un procès… ce qui oblige à lire entre les lignes.

21Le feuilleton. On peut voir aussi qu’il y a des périodes où le magnétisme occupe beaucoup de place, sous la forme d’un feuilleton.

  • 19 C’est ce que relève une lettre d’un anonyme dans le «Journal de Paris» du 21 novembre.

22Le premier feuilleton est celui de la querelle entre Mesmer et ses épigones. Celle-ci est largement reprise par les Mémoires secrets. Elle est exposée dans le «Journal de Paris» par Mesmer lui-même, en juillet; il se plaint que certains lui volent sa découverte et pratiquent sans être compétents. En octobre, il fait la liste de ceux qu’il accepte comme vrais disciples, ajoutant qu’il n’est pas besoin d’être médecin pour en faire partie. Dès le lendemain, un anonyme (Galart de Montjoie) répond, contestant essentiellement ce point mais mettant aussi en question l’intéressement financier de Mesmer19 et l’âge des magnétiseurs: les «attouchements» (au sens non péjoratif) pratiqués sur les malades qui sont essentiellement des femmes apparaissent comme une pratique «scabreuse» lorsqu’elle est faite par des magnétiseurs encore jeunes. La réponse de Mesmer est publiée un mois plus tard, le 13 décembre.

23Dans cette même lettre, la querelle Deslon-Mesmer devient déclarée avec la dénonciation publique de leur accord par Mesmer et la réponse de Deslon, le 10 janvier. On trouve des objections à l’originalité de la découverte de Mesmer par le baron de Gloots, le 21 janvier, puis en février, un feuilleton quasi quotidien.

24Les 13, 14, 15 et 16 janvier sont publiés successivement trois lettres et un essai du même auteur. Les deux premières lettres sont anonymes, la dernière est signée. La première lettre indique que l’auteur est celui qui a envoyé la lettre du 21 novembre, dénonçant le caractère scabreux de la pratique. La dernière révèle le nom de Galart de Montjoie et annonce pour le lendemain un résumé de la théorie du magnétisme. Il est assez remarquable que Galart lui-même joue le jeu du journal et du genre du feuilleton en annonçant dans chaque lettre le programme de la suivante, en promettant à la fin de la deuxième de se nommer dans la troisième et enfin dans celle-ci de donner dans la prochaine les principes du magnétisme.

  • 20 «Journal de Paris», 14 février 1784.

25Cette dernière annonce ne pouvait que piquer la curiosité: Mesmer lui-même se refusait à divulguer ces principes, arguant que la société n’était pas prête à les recevoir, et il les refusait à ses adeptes mêmes, à qui il ne donnait que des informations partielles, ce qui avait provoqué la rupture avec Galart et Deslon. Galart s’exclame: «On assure que M. Mesmer établit des loges à l’imitation des Francs maçons où l’on fait serment de se laisser arracher la langue plutôt que de divulguer le secret confié, etc. Que signifient de pareilles momeries!»20. Son Essai sur le magnétisme animal qui commence à la dernière page d’une livraison, se poursuit sur un supplément de huit pages, ce qui donne un journal trois fois plus épais que l’ordinaire (de 4 pages).

  • 21 Les 10 janvier et 16 février.
  • 22 L’Essai de Galart de Montjoie sera publié en 1784, s. l., 4°, 18, 2 pp. (Conlon, 84: 1558). On trou (...)

26Les échanges entre Galart et Mesmer se poursuivent, les 17 et 18 février. Ainsi, on a un feuilleton quotidien sans rupture, du 13 au 18 février, avec une livraison triple et une grande quantité de textes consacrés à la querelle au point que certains jours la rubrique «Spectacles», pourtant essentielle dans ce journal, est escamotée21. Ce qu’on lit dans le journal n’est d’ailleurs que l’écume d’une bataille d’imprimés qui augmente encore lors du deuxième feuilleton, plus espacé22.

4. Le journal et les institutions

  • 23 Michel Augustin Thouret est membre de la Société royale de médecine et sera l’un des signataires du (...)
  • 24 Chez Prault, Paris, 1784.

27L’autorité de la science. A partir du mois d’août, il ne s’agit plus d’une querelle interne au magnétisme, mais de l’attaque en règle des membres des institutions savantes contre cette théorie, et surtout contre sa pratique. L’ouvrage de Michel Augustin Thouret23, Recherches et doutes sur le magnétisme animal24, dénonce le magnétisme. La Société royale de médecine avait nommé des commissaires pour examiner son ouvrage et ceux-ci l’avaient approuvé. Le 11 août, le «Journal de Paris» clôture sa recension de l’ouvrage de Thouret en évoquant cet avis, sans toutefois en donner les points les plus polémiques:

  • 25 «Journal de Paris», 11 août.

Suivant leur rapport, imprimé à la tête du volume, les Réflexions de M. Thouret sont judicieuses, et la Compagnie doit être flattée qu’un de ses membres publie des recherches savantes sur une matière qui n’a été jusqu’ici traitée que dans des écrits anonymes destinés pour la plupart à l’amusement plutôt qu’à l’instruction des lecteurs25.

On peut se demander qui est visé ici par ces propos sur les écrits anonymes(souligné par nous): ne serait-ce pas le «Journal de Paris» lui-même qui se ferait ici son propre accusateur pour mieux se démarquer de la pente suivie jusqu’ici? Malgré cela, il poursuit son feuilleton: le 16 août, donc 5 jours plus tard, on trouve un long récit en faveur du magnétisme (2 pp. et demi) qui se donne tous les garants de la science ou, du moins, de l’autorité. Il s’agit du récit d’une cure magnétique sur un certain Pierre Thévenin. Il est inséré sous forme de rapports, et l’on voit très vite que l’article sort de la catégorie du récit d’anecdotes et tente de trouver place dans un procès pour se poser en défenseur du magnétisme: il commence par les termes «je soussigné, Docteur en Médecine et Médecin pensionné de la Ville de Nogent-sur-Seine, Médecin de l’Hôpital et des Epidémies, etc. certifie avoir été appelé le 6 du mois dernier pour voir le nommé Thévenin, Jardinier, demeurant à un quart de lieue de cette Ville, sur la route de Bray-sur-Seine».

28Le récit lui-même est émaillé de précisions de dates, de lieux, d’heures, de détails anatomiques morbides. La description de la cure elle-même, qui dure quinze jours, entre le 12 et le 29 juillet, à raison de deux séances quotidiennes, s’achève avec une série de certificats et témoignages de notables qui ont assisté à ce traitement public (médecin, curé, maire, échevin, avocat, conseiller) ou qui attestent avoir vu le malade, etc. (on trouve les noms des maréchal duc de Duras, du comte et de la comtesse de Pelet, etc.).

29La riposte de Mesmer lui-même à Thouret, Lettre à M.***, datée du 16 août, est publiée le 20, donc quatre jours plus tard. Il répond essentiellement à ce rapport, en trois points et brièvement. Il s’attaque non à Thouret mais à la Société royale elle-même, et il étend la querelle aux principes mêmes de cette société:

Votre Société, Monsieur, développera sûrement quelque jour ces principes d’une manière lumineuse, et l’univers, bâti d’après le système de vos Architectes, offrira, je n’en doute pas, dans sa brillante incohérence, des raisons satisfaisantes de tous les phénomènes qu’il offre à notre curiosité; vous lierez tout, puisque tout est lié, avec des principes qui isolent tout. […]
[en note:] ce qui découle et du livre de M. Thouret et des principes de la Société royale […:] que la Médecine ne sera jamais qu’une étrange absurdité, qu’une superstition meurtrière tant qu’on ne la fera pas résulter des lois conservatrices de l’homme […]

  • 26 «Ce fluide, où donc est-il?/ Quel homme a droit de le connoître/ entre nous, il est si subtil/ qu’o (...)

Le 26 août, on trouve le premier texte plaisant et badin contre Mesmer, proche de ceux dont les Mémoires secrets faisaient leur ordinaire. C’est une épitre en vers à Mesmer qui couvre deux colonnes entières, écrite par un académicien de Lyon, sceptique et rieur; comme Thouret, il assimile le magnétisme aux superstitions antérieures26. Intermède pour faire patienter le public qui attend le rapport des commissaires, ou annonce d’un changement de ton?

  • 27 Daubenton, Desperrières, Mauduyt, l’abbé Tessier et Vicq d’Azyr ont été mandatés. Mais ceux-ci ont (...)

30Le texte du lendemain donne la réponse. Dans sa lettre du 20 août Mesmer reprochait aussi à la Société royale de ne jamais lui avoir envoyé de commissaires malgré sa demande. Le 27 août, donc le lendemain de la publication de cette épître à Mesmer, le «Journal de Paris» proteste contre ces déclarations de Mesmer. Il donne la réponse de la Société royale qui fait publier un extrait de ses registres dans lequel elle prouve avoir envoyé des commissaires à Mesmer dès 177827 et le rédacteur commente cela en désavouant Mesmer.

31Il met fin ainsi à ce feuilleton assez régulier qui, depuis le début du mois, a publié des textes relatifs au magnétisme tous les 4 à 7 jours. La fin du mois, qui correspond à la publication des rapports accélère le rythme, qui ensuite devient irrégulier. Que la fin du dernier feuilleton corresponde au dernier moment de l’influence de Mesmer dans le «Journal de Paris» indique bien le mélange de considérations commerciales et éthiques (ou scientifiques?) du journal.

  • 28 Les Mémoires secrets (qui seront notés MS) prennent le parti de l’Académie des sciences contre la f (...)

32Cette série montre un changement de ton général: il ne s’agit plus de débat, mais de luttes d’autorité, et notamment d’une attaque de la Société royale qui anticipe sur les rapports de ses commissaires (pour se faire pardonner son indulgence passée?)28, et d’une attaque frontale de Mesmer contre celle-ci. Le «Journal de Paris», d’ordinaire respectueux des institutions pour éviter la censure, se trouvait en mauvaise posture. Il fallait sauver la face.

 

  • 29 «Il y a eu en outre une lecture de neuf mémoires, dont le seul curieux étoit celui de M. Bailly; il (...)
  • 30 Supplément aux deux rapports de MM. les Commissaires de l’Académie et de la Faculté de Médecine sur (...)
  • 31 Observations sur les deux rapports de MM. les commissaires, Rapport du rapport de MM. Les commissai (...)
  • 32 On en a cependant une trace à travers une lettre de Rossi, le 9 octobre qui se plaint de la forme d (...)
  • 33 Il argumente sur le fait que les commissaires ont observé sa méthode chez quelqu’un qu’il a renié e (...)

33Silences et revirement. Les 31 août et 1er septembre, le «Journal de Paris» publie le rapport de la Commission dirigée par Franklin, et le 5 et le 6 septembre, les rapports de la Société royale et de la Faculté de médecine de Paris. Le feuilleton aurait pu continuer le 7: le «Journal de Paris» évoque une séance de l’Académie des sciences qui s’est tenue le 4 août, avec, entre autres un discours de Condorcet; mais il néglige de dire que dans la même séance, il a été question du magnétisme, ce que soulignent les Mémoires secrets, évoquant la «mode» de ce sujet29. Il aurait pu se poursuivre encore, avec la riposte de Deslon qui proteste contre les conclusions des commissaires (Supplément aux deux rapports de MM. les Commissaires…)30 ou d’autres textes qui forment une bataille d’imprimés31. Mais ce feuilleton continue hors des colonnes du journal qui n’en dit mot32. Le «Journal de Paris» ne publie pas non plus la lettre de Mesmer répondant aux rapports des sociétés sur sa méthode33, imitant en cela, ce qui est nouveau chez lui, les autres journaux. Ce silence assourdissant dans la presse est souligné par les Mémoires secrets:

Le docteur Mesmer trouvant de tous côtés les accès des journaux de France fermés pour lui, a cru devoir faire imprimer sourdement sa requête pour l’envoyer à ses adeptes, avec une espèce de lettre circulaire datée de Paris le [?] août 1784, où il se plaint de cette dénégation de justice qu’il éprouve de toutes parts; sous le titre de Lettre de M. Mesmer à M. le comte de C***, qu’on croit être M. le comte de Chatelux, de l’Académie françoise, et l’un des plus ardents enthousiastes du mesmérisme. (11 septembre 1784)

Mais si le «Journal de Paris» ne publie pas la réponse de Mesmer, il publie par la suite d’autres lettres en faveur du magnétisme animal: celle de Deslon, qui répond à la lettre de Thouret publiée le 2 décembre, par une lettre écrite le 6, qui ne sera publiée par le journal que le 23 décembre, et enfin le 26 décembre, avec un supplément de quatre pages qui donne la parole à quatre tenants du magnétisme, dont Galart de Montjoie et deux correspondants anonymes qui se déclarent «docteurs modernes».

34Si on ne se fondait que sur ce que ce journal publie, on pourrait imaginer qu’il suit tout simplement l’opinion officielle et abandonne la cause du magnétisme animal après la publication des rapports. C’est en partie vrai, mais on peut y apporter des nuances.

35Le «Journal de Paris» n’a pas publié la Lettre de M. Mesmer à Messieurs les auteurs du «Journal de Paris» et à M. Franklin, datée du 20 août. On pourrait supposer une gène du journal, une lassitude (le contenu reprend la sempiternelle querelle avec Deslon dont les lecteurs ont assez eu l’écho), ou plus probablement le fait que Mesmer a passé les limites dans cette lettre.

36Mesmer est réduit à la publier indépendamment avec cet avant-propos:

Messieurs les auteurs du «Journal de Paris» n’ayant pu, par des considérations particulières, admettre dans leur Feuille, la lettre suivante, qui leur a été adressée par Monsieur Mesmer, on a cru que dans les circonstances actuelles, il importait de la rendre publique.

  • 34 Lettre de M. Mesmer à Messieurs les auteurs du «Journal de Paris» et à M. Franklin, 1784 (conservée (...)

Dans cette lettre, il affirme déjà sa révolte sur la méthode des commissaires: «S’ils entendent juger le système de mes connoissances chez M. Deslon, je ne les reconnois point pour mes juges»34. Enfin, il s’y compare à Franklin:

Je suis comme vous, Monsieur, au nombre de ces hommes que l’on ne peut opprimer sans danger; au nombre de ces hommes qui, parce qu’ils ont fait de grandes choses, disposent de la honte, comme les hommes puissans disposent de l’autorité. Quoi qu’on ose tenter, Monsieur, comme vous j’ai le monde pour juge: si l’on peut oublier le bien que j’ai fait et empêcher le bien que je voudrois faire, j’aurai la postérité pour vengeur. Je suis, avec respect [etc.]

Sans doute, Mesmer se comparant et s’opposant nommément à Franklin dépassait-il les bornes de ce que le «Journal» pouvait publier. Mais on peut penser que cette distance avait débuté encore plus tôt: le 11 août, le ton du journal était encore à la bienveillance, mais l’on sentait quelques réticences.

37Mesmer est sommé de s’expliquer, tant par les Affiches que par le «Journal de Paris»:

  • 35 «Journal de Paris», 11 août.

Parmi les objets qui ont occupé les esprits à la Ville et à la Cour depuis quelques années, le Magnétisme animal est un de ceux qui se sont soutenus le plus longtems, même au milieu des traverses et des contradictions. On a cité des malades guéris et l’on a connu ceux qui ont succombé au milieu du traitement. Cependant, la foule s’est augmentée chez M. Mesmer; quelques parties de son secret ont été dévoilées, et la curiosité n’a fait que s’irriter davantage. Enfin, près de cent personnes ont donné une somme assez considérable pour être initiées dans les mystères. Il est à présent impossible que cette méthode demeure longtems secrète. En attendant, M. Thouret propose ses Doutes […]. On nous approuvera probablement de ne prendre aucun parti dans cette discussion, et de nous borner à donner une idée des principales réflexions de M. Thouret. Son adversaire nous trouvera disposés à rapporter les siennes avec la même impartialité, s’il juge à propos de faire une réponse35.

La réponse de Mesmer à la recension de Thouret, que l’on a évoquée plus haut, très violente contre la société royale de médecine, mettait le journal en difficulté: le 27 août, pour la première fois, ils désavouent Mesmer en prenant eux mêmes la parole, avant même la publication des rapports – avaient-ils connaissance de leur teneur? Ce n’est pas dit.

  • 36 Ivi, 27 août 1784.

En donnant la plus prompte publicité à la lettre de M. Mesmer, insérée n° 232 [19 août 84], nous avons voulu lui prouver combien nous étions éloigné de lui interdire toute réclamation par la voie de ce Journal, ainsi que le prétendaient ses partisans. Nous nous y serions cependant refusé, si nous avions pu prévoir combien la première assertion de cette même lettre étoit dénuée de fondement, et que la Société, loin d’avoir refusé des Commissaires à M. Mesmer, a peut-être à se reprocher la facilité avec laquelle elle les lui a nommés, ainsi qu’il résulte de l’extrait des registres de la Société36.

Suit un extrait de ce qu’on trouve dans ces registres, à propos de l’épisode de l’été 1778, certifié conforme par Vicq d’Azyr qui signe de son nom, avec la date du 24 août 84. On peut se demander si l’ignorance du rédacteur du «Journal de Paris» («si nous avions pu prévoir combien la première assertion de cette même lettre étoit dénuée de fondement») est réelle ou feinte: il a certainement eu connaissance du texte adressé à la «Gazette de santé» mettant en cause leur journal, intitulé Réponse à la lettre de M. C. D. V. insérée dans le «Journal de Paris» du 24 juillet, n. 209, 1780, par M***. Cette lettre révélait déjà ce problème:

  • 37 «Gazette de santé», n. 31, 30 juillet 1780.

Si les Médecins de Paris eussent prévu que M. Mesmer alloit guérir tous les maux incurables […] les Compagnies savantes se seroient dispensées de nommer des Commissaires pour suivre les effets du magnétisme, surtout si elles eussent pu imaginer que lorsqu’il faudroit représenter les malades, M. Mesmer feroit dire que ce n’étoit pas possible, et que le privilège de les voir ne seroit accordé qu’à M. Deslon37.

La lettre du 20 août de Mesmer aux rédacteurs se situe exactement dans cet intervalle: entre sa déclaration calamiteuse qui accuse à tort la Société royale et la réaction du «Journal de Paris» qui dit qu’il a été trompé – ou prétend l’avoir été. Le silence devient alors explicable. Si le journal publie les dernières lettres de tenants du magnétisme, c’est sans commentaire. La présence le 26 décembre des quatre textes de tenants du magnétisme (Galart et les docteurs “modernes”) dans un “supplément” et non plus dans l’ordinaire du journal, montre une forme d’isolement du mesmérisme: il reste présent, mais mis de côté.

38Est-ce toujours Cadet de Vaux qui accueille puis ferme la porte? Sans doute: les intérêts de la Faculté de Paris ont rejoint ceux de la Société royale: les praticiens et savants en médecine rejoignent les physiciens; autant dire que toutes les sciences officielles tournent le dos au magnétisme. Par ailleurs, les lecteurs se sont lassés, le feuilleton tourne en rond, à moins de décider qu’il est clos par le rapport des commissaires. Enfin, les rédacteurs ont sans doute constaté qu’il fallait être du côté des rieurs qui se faisaient entendre depuis longtemps et n’avaient plus aucune raison de s’en priver.

5. Chansons et comédies

39Le «Journal de Paris» a choisi jusqu’au 26 août de prendre le mesmérisme au sérieux, c’est à dire de le traiter dans sa rubrique «Médecine», et de ne pas colporter les chansons, moqueries etc. Le 26 août, la rubrique «Belles-lettres» prend le relai. L’épitre en vers à Mesmer est assez anodine, mais critique: la publication du rapport approche. Les arts, ou l’écume des arts, chansons, comédies légères, parodies, qui n’ont pas cessé de s’intéresser au mesmérisme comme on le voit dans les Mémoires secrets s’affichent enfin dans le «Journal de Paris».

40A la rubrique «Médecine», toujours, un anonyme qui promet de découvrir le vrai secret du magnétisme, occupe le journal les 26 et 27 novembre, reculant sans cesse la révélation et finissant par se découvrir le 29:

Quel est le mot si attendu de cette grande énigme?
Rien.
C’est ce qu’il faut développer par l’exposition de la doctrine. Il est évident que cet être extraordinaire que l’on vient de nommer, est précisément ce qu’on voit au bout des doigts de MM. Mesmer et Bonnefoy, pour peu qu’on ait des yeux exercés.

Suit tout un discours loufoque imitant le style des savants «modernes». Ainsi, la rubrique «Médecine» est occupée de façon indue par des textes qui font de l’esprit et jouent avec les mots. Le terme d’«énigme» est ici révélateur: on est dans un jeu de salon et le langage scientifique est détourné de son usage. Un autre abonné anonyme répond, soutenant la cause du magnétisme, mais le faisant aussi avec esprit. La science est ici devenue autant objet de plaisanterie que de discours légers et brillants.

  • 38 J.B. Brunet - P.Y. Barré, Les Docteurs modernes, comédie parade, suivie du Baquet de Santé, Paris, (...)

41La comédie des Docteurs modernes38 est annoncée le 17 novembre et recensée le 28: des docteurs magnétiseurs y sont des tartuffes et des ignorants ridicules. Mesmer y est représenté sous les traits de l’escroc Cassandre; dès le lendemain, le journal publie une lettre de l’auteur qui dément avoir voulu attaquer qui que ce soit, mais ne trompe personne. On voit bien que le “docteur moderne” est entré dans les types et les genres littéraires.

42Un autre genre apparaît, entre la lettre et le dialogue des morts: on publie le 29 décembre une lettre de «feu Pierre Thévenin», qui depuis les enfers réécrit sa maladie et sa pseudo guérison. Ce texte, suivi du certificat de décès de Thévenin reprend de façon parodique le récit de la cure du 16 août qui avait été publié par le journal avec force certificats, comme on l’a vu plus haut. Théâtre, poésie, énigmes, parodies… le mesmérisme dans les derniers mois de 1784 est effectivement un sujet à la mode mais n’est plus guère un sujet scientifique.

6. Conclusions

43A cela, on peut trouver plusieurs raisons. La première, sans doute la plus importante, est l’annonce du contenu des rapports des commissaires. Une autre raison peut tenir à la question de l’effet de mode et de l’usure des nouvelles: une fois que les hypothèses sur le magnétisme ont été énoncées, rien de neuf ne peut être dit sur le plan scientifique: le journal doit donc se rabattre sur les événements humains, forcément anecdotiques. Ce sont ces événements qui font qu’on en parle, qu’on débat, qu’on prend parti, qu’on lit le journal… Ce sont des questions d’opinion et non de science.

44Le «Journal de Paris» propose une image vivante de la circulation et de l’élaboration des sciences. Mais cette science est vue dans un cadre étroit: seuls quelques textes la mettent en relation avec les découvertes sur l’électricité et sur les aimants. Il rend peu compte d’ouvrages sur la question du mesmérisme (il est vrai qu’il y a davantage de feuilles et de pamphlets que de traités), mais il publie de nombreuses lettres, souvent écrites “à chaud”. Le nombre de scripteurs est limité: Mesmer, Galart et Deslon se renvoient la balle. Cela donne une impression de vase clos, augmentée par le fait qu’on ne cite que très peu d’autres contradicteurs et quasiment pas d’autres journaux hostiles au mesmérisme, comme la «Gazette de santé». L’anonymat fréquent de ces lettres complique les choses: on ne sait pas toujours qui se cache sous les initiales ou les périphrases.

45En revanche, ce qui apparaît le plus est le domaine de la querelle: celle qui s’est élevée entre les sociétés savantes et Mesmer, entre la Société royale et certains de ses membres de la Faculté de Paris, et enfin celle née entre Mesmer et ses anciens adeptes. Enfin, la revendication de paternité de découverte est un lieu d’affrontement permanent. La science (ou du moins la médecine, ce qui n’est pas neutre, vu la réputation littéraire des médecins en France) apparaît comme un lieu de conflit plus que de débats et seule l’autorité (représentée par les commissaires mandatés par le roi) permet de trancher sans que pour cela on ait la certitude que les rédacteurs du journal partagent ses conclusions.

46Le point le plus intéressant est l’impact de la forme journalistique du quotidien dans la présentation des savoirs. L’impartialité, ou une apparence de neutralité est de mise. Le «Journal de Paris» ne prend pas ouvertement parti mais ouvre ses colonnes à tous les camps. Certes, il fait preuve d’une grande hospitalité aux tenants du magnétisme, c’est un sujet à la mode. Mais il se masque en pratiquant l’anonymat et les déclarations d’innocence et tente de faire croire à son impartialité.

47La quotidienneté, qui oblige à tenir le lecteur en haleine, invite à pratiquer le feuilleton. C’est ce que le journal fait avec un certain brio, calculant semble-t-il le rythme des publications. Ses correspondants participent à cette esthétique, comme on l’a vu: Galart, puis l’auteur du mot de l’énigme, «rien» jouent sur ces ressorts.

48La politique des rubriques enfin est significative de la place de la science mesmériste. Placée dans la rubrique «Médecine», elle a un certain crédit. Décalée dans le supplément, elle est mise de côté. Déplacée dans la rubrique «Spectacle», «Belles-lettres», ou «Variété», elle est sujet de raillerie et rejoint tout un pendant de la littérature évoquant les sciences: le docteur est “moderne”, donc ridicule.

49«En France, tout finit par des chansons», c’est ce que disent les derniers mots du Mariage de Figaro, joué lui aussi en 1784. Il est dans doute symptomatique que nous connaissions le plus souvent Mesmer à travers l’opéra de Mozart, Cosi fan tutte. Deux jeunes gens mourants sont ressuscités par la servante Despina, déguisée en médecin de comédie, à l’aide d’un morceau de fer:

Questo è quel pezzo di calamita,
pietra mesmerica
ch’ebbe origine nell’Alemagna
che poi si celebre là in Francia fu.

Notes

1 A.-M. Mercier, L’électricité dans l’esprit des journaux: miettes de savoir ou le savoir en miettes?, in Ead., L’Esprit des journaux, un périodique européen au xviiie siècle (Colloque «L’Esprit des journaux», Liège, 16-17 février 2009), éd. par D. Droixhe, Bruxelles, Le Cri, 2009, pp. 92-114.

2 «Journal de Paris (1777-1840); fondé par Corancez, Romilly, Dussieux et Cadet de Vaux». Voir Dictionnaire des journaux, dir. par J. Sgard, Paris, Universitas, 1991 (qui sera noté DJ), notice n. 682, de N. Brondel.

3 Sur Mesmer, voir F. Rausky, Mesmer ou la révolution thérapeutique, Paris, Payot, 1977.

4 R. Darnton, La fin des Lumières. Le mesmérisme et la Révolution (1968), Paris, Perrin, 1984.

5 Mémoire sur la découverte du magnétisme animal, 30 mars 1779, Genève-Paris, Didot le jeune, in-8°, 85 pp.

6 Charles-Nicolas Deslon ou d’Eslon (1750-1786), docteur-régent à la faculté de médecine de Paris, médecin ordinaire du comte d’Artois et membre de la Société royale de médecine.

7 C. Deslon, Observations sur le magnétisme animal, Paris, Didot le Jeune, 1780, in-8°, 151 pp.

8 Deslon appartient à cette faculté; son ouvrage est attaqué dans la séance de 18 octobre 1780 par Roussel de Vauzesme. A l’issue de la séance, les propositions de Mesmer sont dénoncées et Deslon doit désavouer avant la fin de l’année cet ouvrage sous peine d’être radié. Deslon obtient plusieurs sursis, jusqu’à l’accord signé par le doyen Philip le 20 août 1782 qui lui donne encore deux ans pour prouver le bien-fondé du magnétisme et éviter la radiation.

9 Sur les prétentions de Mesmer et ses demandes de pensions à Louis xvi, cf. R. Darnton, La fin des Lumières cit., pp. 56 et suiv.

10 Sur la composition de ces commissions, voir F. Rausky, Mesmer ou la révolution thérapeutique cit., p. 124.

11 Voir F. Rausky, Mesmer cit., pp. 144 et suiv.

12 Voir DJ, notice 682, de N. Brondel, p. 622.

13 Cité par R. Fialcofschi, Le «Journal de Paris» et les arts visuels, thèse, Université Lumière-Lyon 2, 2009, pp. 45-46.

14 Les 31 mars et 2 avril 1778.

15 Voir Dictionnaire des journalistes, dir. par J. Sgard, Voltaire Foundation, Oxford, 1999, notice 136, de N. Brondel. CDV est l’un des fondateurs du journal, il est chargé des rubriques médecine, chimie, agriculture, économie rurale, etc.

16 Voir Charles-Nicolas Deslon, Lettre de M. d’Eslon, […] à M. Philip, doyen […] de la […] Faculté, La Haye, 1782. Numérisé par la BIU santé de Paris: Adresse permanente: htttp://www.biusante.parisdescartes.fr/histmed/medica/cote?40751x02.

17 Comme elle l’avait été à la mort de Busson fin 1780 («Gazette de santé», 16 septembre 1781).

18 «Journal de Paris», 5 juillet 1784. Ces “peines secrètes’’ sont sans doute celles liées aux dissensions dans le Musée de Paris, dont il était le secrétaire perpétuel et à sa position devenue difficile à la Loge des neuf sœurs.

19 C’est ce que relève une lettre d’un anonyme dans le «Journal de Paris» du 21 novembre.

20 «Journal de Paris», 14 février 1784.

21 Les 10 janvier et 16 février.

22 L’Essai de Galart de Montjoie sera publié en 1784, s. l., 4°, 18, 2 pp. (Conlon, 84: 1558). On trouve également sous son nom, la même année une Lettre sur le magnétisme animal, Philadelphie-Paris , P. J. Duplain, 1784, 8°, viii, 136 pp. (Conlon, 84: 1559).

23 Michel Augustin Thouret est membre de la Société royale de médecine et sera l’un des signataires du Rapport des Commissaires de la société royale de médecine nommés par le roi pour faire l’examen du magnétisme animal, Paris, Imprimerie royale, 1784, 4°, 39 pp. (Conlon: 84: 563).

24 Chez Prault, Paris, 1784.

25 «Journal de Paris», 11 août.

26 «Ce fluide, où donc est-il?/ Quel homme a droit de le connoître/ entre nous, il est si subtil/ qu’on pourroît douter de son être» («Journal de Paris», 26 août 1784). Par ailleurs, l’auteur du texte s’étonne que les anciens patients de Mesmer s’éloignent de lui.

27 Daubenton, Desperrières, Mauduyt, l’abbé Tessier et Vicq d’Azyr ont été mandatés. Mais ceux-ci ont été ajournés par Mesmer qui ne leur a pas donné la possibilité d’observer directement des malades.

28 Les Mémoires secrets (qui seront notés MS) prennent le parti de l’Académie des sciences contre la faculté de médecine de Paris, plus séduite et qui met un certain temps à se détacher de Mesmer, plusieurs de ses membres pratiquant le magnétisme. Ce commentaire est à lire sur le mode ironique: «La Faculté de Médecine de Paris, par un décret du 24 août qu’elle a publié, s’est hâtée d’adopter le rapport de ses membres dont on a rendu compte: elle les qualifie d’illustres; et ceux de l’Académie des Sciences de doctes; elle donne d’une voix unanime, et avec une vive satisfaction les plus grands éloges à leur travail, à leur sagacité et à leur doctrine, qui fut toujours la sienne, qu’elle n’a cessé d’enseigner et de recommander, toutes les fois qu’il a été question de cette méthode» (5 septembre 1784).

29 «Il y a eu en outre une lecture de neuf mémoires, dont le seul curieux étoit celui de M. Bailly; il contenoit des Réflexions sur le magnétisme animal, matiere à la mode, ce qui la rend plus piquante» (MS, 7 septembre 1784).

30 Supplément aux deux rapports de MM. les Commissaires de l’Académie et de la Faculté de Médecine sur le magnétisme, 1784, Amsterdam, et se trouve à Paris, chez Gueffier, 4, 78 pp. Ce texte dans le CCFR se trouve à Dijon et à Paris (BnF, 4-TB64-38 et 4-TB62-1 1 (66), Ars (recueil factive) 4-S-1195 (3); attribué à Deslon par Barbier.

31 Observations sur les deux rapports de MM. les commissaires, Rapport du rapport de MM. Les commissaires nommés par le Roi pour examiner la pratique de M. Deslon sur le magnétisme animal, etc.

32 On en a cependant une trace à travers une lettre de Rossi, le 9 octobre qui se plaint de la forme de ce Supplément de Deslon.

33 Il argumente sur le fait que les commissaires ont observé sa méthode chez quelqu’un qu’il a renié et qui n’a jamais été initié à la totalité des principes du magnétisme; les observations ne sont pour lui pas valides. Il fait une demande de réexamen au Parlement.

34 Lettre de M. Mesmer à Messieurs les auteurs du «Journal de Paris» et à M. Franklin, 1784 (conservée à la BM de Lyon, [356705]), p. 6.

35 «Journal de Paris», 11 août.

36 Ivi, 27 août 1784.

37 «Gazette de santé», n. 31, 30 juillet 1780.

38 J.B. Brunet - P.Y. Barré, Les Docteurs modernes, comédie parade, suivie du Baquet de Santé, Paris, Brunet, 1784, 8°, 69 pp. (Conlon, 84: 734). Voir R. Darnton, La fin des lumières cit., pp. 66 et suiv.

Auteur

Université Lyon 1