Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Metamorfosi dei Lumi 6

 | 
Simone Messina
, 
Paola Trivero

Scienza medica

Une science de l’homme des Lumières: les Rapports du physique et du moral de l’homme de Cabanis (1796-1802)

Daniel Teysseire

Texte intégral

  • 1 S. Moravia, Il pensiero degli Idéologues. Scienza e filosofia in Francia (1780-1815), Firenze, La N (...)
  • 2 D’où l’abondance et la longueur des citations contenues dans mon propos, d’après P.J.G. Cabanis, Ra (...)

1Vouloir parler de l’idéologiste Cabanis à Turin, en Italie, dans le pays-même du maître des études contemporaines en idéologie, Sergio Moravia, constitue un défi d’importance. En effet, dans son ouvrage Il pensiero degli Idéologues, c’est toute la première partie intitulée «Cabanis e la fondazione di un’antropologia materialistica»1, qui est consacrée à la pensée anthropologique cabanisienne, à ses fondements et à ses sources. Que puis-je donc faire de plus ou d’autre? Ce que, en tant qu’historien, je me dois et j’essaye de faire depuis toujours aussi bien dans mes recherches que dans mon enseignement: le retour aux sources; en cette occurrence: le retour au plus près du texte lui-même2, celui de la Préface et des douze Mémoires constituant les Rapports du physique et du moral de l’homme. Et dans une perspective précise, celle de ce séminaire: celle des métamorphoses des Lumières.

2Notre chance, c’est que cette perspective est celle-là même de Cabanis qui explicite très bien dans ladite Préface comment le mouvement des idées éclairées a fini par s’incarner, s’effectuer, se réaliser (chacun peut choisir le terme qui lui convient) dans un mouvement politique fort, la grande métamorphose que constitue la Révolution française. Celle-ci, à son tour, et par le développement de son propre mouvement, se métamorphose en un mouvement général d’idées nouvelles dans tous les domaines.

  • 3 P.J.G. Cabanis, Préface, in Id., Rapports cit., pp. 49 § 2 - 50 § 3.

[Citation 1] Quoique l’état de la société civile en Europe ait créé sur différents points de cette vaste partie du monde plusieurs grands foyers de lumières qui, pour le dire en passant, rendent impossible toute rétrogradation durable de l’esprit humain, la France est en droit de s’attribuer une grande part dans les progrès de la raison, pendant le dix-huitième siècle. Sa langue, plutôt claire, précise et élégante, qu’harmonieuse, abondante et poétique, semble plus propre aux discussions de la philosophie, ou à l’expression des sentiments doux et de leurs nuances les plus délicates, que capable d’agiter fortement et profondément les imaginations, et de produire tout à coup sur les grandes assemblées ces impressions violentes dont les exemples n’étaient pas rares chez les anciens. L’indépendance des idées, qui se faisait surtout remarquer parmi nous, même sous l’ancien régime; le peu de penchant à se laisser imposer par les choses ou par les hommes; la hardiesse des examens; en un mot, toutes les dispositions et toutes les circonstances auxquelles la France devait la place respectable qu’elle avait prise dans le monde savant, ont acquis un nouveau degré d’énergie et de puissance, par l’effet de la plus étonnante commotion politique dont l’histoire ait conservé le souvenir. Et depuis que le mouvement est réduit à ne plus être que celui des idées, et non celui des passions, les progrès, plus lents en apparence, seront en effet plus sûrs. La marche mesurée d’un gouvernement fort et établi pourra sans doute y contribuer beaucoup elle-même. Enfin, la maturité qu’une expérience imposante et terrible donne à toutes les conceptions, à toutes les espérances, à tous les vœux, est sans doute ce qui peut empêcher le plus efficacement la philanthropie de se laisser égarer dans les projets chimériques ou prématurés; mais elle fait en même temps que les vues utiles doivent toutes, à la longue, recevoir leur application.
C’est au moment où l’esprit humain est dans cet état de travail et de paisible fermentation, qu’il devient plus facile, et qu’il est aussi plus important de donner une base solide aux sciences morales. Les chocs révolutionnaires ne sont point, comme quelques personnes semblent le croire, occasionnés par le libre développement des idées; ils ont toujours, au contraire, été le produit inévitable des vains obstacles qu’on lui oppose imprudemment; du défaut d’accord entre la marche des affaires et celle de l’opinion, entre les institutions sociales et l’état des esprits. Plus les hommes sont généralement éclairés et sages, et plus ils redoutent ces secousses; ils savent, comme le dit Pascal, que la violence et la vérité sont deux puissances qui n’ont aucune action l’une sur l’autre; que la vérité ne gouverne point la violence, et que la violence ne sert jamais utilement la vérité.
C’est donc en environnant sans cesse les idées nouvelles d’une lumière égale et pure, qu’on peut rendre leur action sur l’état social insensible et douce, comme celle des forces qui tendent sans relâche à conserver ou à remettre en harmonie les différents corps de l’univers3.

Puisque donc, pour tout remettre en place, il faut tout reprendre à partir d’idées nouvelles, commençons par le commencement, c’est-à-dire par ce qui nous fait être humains: tout simplement la vie.

1. Une théorie du vivant: le panvitalisme

  • 4 «15. Si l’on pouvait supposer toute la matière vivante, ou toute la matière morte, y aurait-il jama (...)

3Effectivement, il faut vraiment bien tout reprendre, car ce qui vient d’être énoncé est une erreur manifeste. En effet, la vie n’est pas l’attribut de la seule humanité; elle est le propre de toute la nature, l’attribut de la matière-même. Sur ce point, Cabanis est bien le continuateur de Diderot, du Diderot de De l’interprétation de la nature, en particulier du dernier point, le LVIII Question4. Voici d’ailleurs comment il développe le propos de Diderot:

  • 5 P.J.G. Cabanis, Dixième mémoire. Considérations touchant la vie animale […], in Id., Rapports cit.,(...)

[Citation 2] Les anciens disaient que si la vie est la mère de la mort, la mort à son tour enfante et éternise la vie; c’est-à-dire, en écartant les métaphores, que la matière est sans cesse en mouvement, qu’elle subit des changements continuels. Il n’y a point de mort pour la nature: sa jeunesse est éternelle comme son activité et sa fécondité; la mort est une idée relative aux êtres périssables, à ces formes fugitives sur lesquelles luit successivement le rayon de la vie; et ce sont ces transmutations non interrompues qui constituent l’ordre et la marche de l’univers.
Dans le passage de la mort à la vie, comme dans celui de la vie à la mort, il n’est pas toujours absolument impossible de suivre les opérations de la nature, ou les changements que subit la matière. Sur l’ardoise et la tuile de nos toits, nous voyons l’action de l’air et de la pluie faire éclore des moisissures, des mousses, des lichens; et de leur substance naissent bientôt des animalcules particuliers. Les laves rejetées du sein de la terre en convulsion, ces matières minérales si diverses, mais toutes plus ou moins incomplètement réduites à l’état vitreux par la puissance des feux souterrains, se décomposent à l’air avec le temps; leur surface se ternit, devient friable, se couvre de végétations, d’abord informes et sans utilité directe pour les grands animaux; mais déjà dans leur sein se forment et vivent des myriades d’espèces inaperçues, dont les débris, joints à ceux de ces premières végétations, augmentent chaque jour les couches de l’humus; les générations succèdent aux générations, les races aux races; et leurs restes entassés et décomposés par l’action de l’air atmosphérique et de l’eau préparent le moment où la riche verdure des plantes et des arbres appellera bientôt les espèces plus développées, qui nous semblent plus dignes de couvrir et d’animer le sein de la terre. C’est ainsi que la plupart des îles du grand Océan, que nous appelons improprement mer du Sud, reposent sur des noyaux ou sur des roches qui sont l’ouvrage d’autres espèces non moins imperceptibles d’insectes marins; et c’est encore ainsi que, sorties par degrés du sein des eaux, où ces travailleurs infatigables font incessamment végéter de si puissantes masses, elles montent, viennent éprouver à la surface les alternatives de la sécheresse et de l’humidité, l’action des gaz élémentaires dont l’air et l’eau se composent, l’influence des météores, celle du soleil et des diverses saisons; et par des altérations graduelles, analogues à celles des laves, on les voit se couvrir successivement de toutes les races végétales et animales que la nature des matériaux primitifs de cette terre nouvelle est capable de faire naître, et que le climat adopte sans trop d’efforts.
Demanderait-on si l’homme et les grands animaux que nous ne voyons plus aujourd’hui se reproduire que par voie de générations, ont pu, dans l’origine, être formés de la même manière que des plantes à peine organisées et des ébauches grossières d’animalcules? Nous l’ignorons absolument, et nous l’ignorerons toujours. Le genre humain n’a pu se procurer aucun renseignement exact touchant l’époque primitive de son existence; il ne lui est pas plus donné d’avoir des notions précises relativement aux circonstances de sa formation, qu’à chaque individu en particulier de conserver le souvenir de celles de sa propre naissance; et il a bien fallu invoquer le secours d’une lumière surnaturelle pour persuader aux hommes ce qu’on devait croire à cet égard5.

  • 6 S’il convient de faire précéder «transformiste» de «quasi», c’est parce que ce mot n’est pas chez C (...)
  • 7 J.-P. Changeux, L’homme neuronal, Paris, Fayard, 1983, p. 24.
  • 8 G. Canguilhem, La connaissance de la vie, Paris, Vrin, 20092, p. 127.
  • 9 Ivi, p. 122.

Cette conception quasi-transformiste6 de la vie comme entité omniprésente, c’est-à-dire pérenne et universelle – ce que j’appelle donc le panvitalisme de Cabanis – est, comme le montre bien la dernière phrase de cette citation, évidemment athée et donc, tout aussi évidemment, anti-dualiste; autrement dit: moniste et matérialiste. Conséquence future de tout cela bien observée par Jean-Pierre Changeux au début de son Homme neuronal: «Pour Cabanis, “le cerveau secrète la pensée comme le foie la bile” [et ainsi] la thèse de l’immatérialité de l’âme disparaît progressivement des ouvrages consacrés aux sciences du cerveau», Changeux ajoutant qu’«il aura fallu presque trois millénaires pour retrouver la pensée des atomistes grecs dans sa simplicité originelle et pour que celle-ci s’exprime enfin en toute liberté»7. Ce que confirment les premiers mots de notre citation 2, valorisant ainsi le rôle de Cabanis comme maillon d’importance dans la chaîne de la pensée matérialiste, entre celle de l’Antiquité et celle de l’époque contemporaine. Ce n’est donc pas abusivement que s’applique parfaitement à notre médecin idéologiste la formulation de cet autre médecin, contemporain lui, Georges Canguilhem qui, suivant le philosophe Jean Wahl, écrit à propos de Diderot: «philosophe ayant le sens de l’unité de la vie, se situant “sur le chemin qui va de Leibniz à Bergson”; sa doctrine est caractérisée comme un “matérialisme vitaliste”, comme un “retour à la Renaissance”»8. Et dans le même chapitre «Aspects du vitalisme» du même ouvrage référencé ci-dessous, une autre formulation du même Canguilhem peut s’appliquer encore mieux à ce que je persiste à nommer le panvitalisme de Cabanis: «Lorsqu’on reconnaît l’originalité de la vie, on doit “comprendre” la matière dans la vie et la science de la matière, qui est la science tout court, dans l’activité du vivant»9.

4Autrement dit, puisque la vie est partout dans la nature, c’est-à-dire dans la matière, aucune matière de la vie ne peut ni ne doit échapper à l’analyse de la pensée vivante. Et surtout pas «l’âme», la psyché, qu’elle soit normale ou pathologique. Et sur ce point Cabanis apparaît encore comme un chaînon important dans l’histoire de la “psyché-analyse”, comme le montrent ces quelques lignes de Freud dans le chapitre i, «La littérature scientifique sur le problème des rêves», de L’interprétation des rêves (Traumdeutung):

  • 10 S. Freud, L’interprétation des rêves [1899], trad. de l’allemand par J. Altounian - P. Colet - R. L (...)

Sur les modifications que connaît la vie de rêve chez les psychotiques chroniques, il n’a été fait jusqu’à présent que très peu d’investigations. Par contre, la parenté interne entre le rêve et le trouble mental – qui s’exprime par une si large concordance des manifestations de l’un et de l’autre – a été très tôt prise en considération. Selon Maury, c’est Cabanis qui le premier l’a mentionné dans ses Rapports du physique et du moral, après lui Lélut, J. Moreau [de Tours] et tout particulièrement le philosophe Maine de Biran. La comparaison est certainement plus ancienne10.

On ne peut dire plus explicitement le cheminement de Cabanis à la psychanalyse.

5Mais qui dit psychanalyse, stricto ou lato sensu, dit analyse de la différenciation des sexes et, surtout, des relations et rapports entre ces sexes différenciés. Sur ce point, les Rapports du physique et du moral de l’homme de Cabanis apportent une théorie qui a tout l’air d’être le modèle de référence que se donne à elle-même la société bourgeoise issue de la Révolution française.

2. Une théorie du jeu de rôles des sexes: le fonctionnalisme sexuel

  • 11 P.J.G. Cabanis, Dixième mémoire cit., p. 244.
  • 12 Titre intégral: Système physique et moral de la femme ou tableau philosophique de la constitution, (...)
  • 13 Voir G. Canguilhem, Note sur le passage de la théorie fibrillaire à la théorie cellulaire, in Id., (...)

6Sur ce point, ce n’est pas de Diderot, mais de Rousseau et de Pierre Roussel que Cabanis se veut le continuateur. Du premier il retient «le livre tout entier de Sophie, dans Emile, chef d’œuvre de philosophie et de raison, autant que de talent et d’éloquence»11; du second il considère son ouvrage complet: Système physique et moral de la femme12. Au point de départ du jeu de rôle des sexes, il y a, bien sûr, les réalités irréfragables de la physiologie, et de la physiologie la plus avancée des Lumières: la fibrillaire, qui constitue la fibre comme élément premier de tout organe13. Ecoutons Cabanis mettre en relation les places respectives de l’homme et de la femme, et dans le couple et dans la société, avec la capacité différentielle des muscles et donc avec la résistance ou la souplesse plus ou moins grande des fibres de ceux-ci:

  • 14 P.J.G. Cabanis, Cinquième mémoire. De l’influence des sexes sur le caractère des idées et des affec (...)

[Citation 3] Si le premier besoin de tout animal est celui d’exercer ses facultés, de les développer, de les étendre, de s’en assurer en quelque sorte la conscience, il est évident que les phénomènes, ou les produits de leur énergie qui résultent de cette série de déterminations et de fonctions, ne peuvent être les mêmes pour l’homme et pour la femme, dont les facultés sont si différentes.
L’homme a besoin d’employer sa force, de s’en confirmer à lui-même tous les jours le sentiment par des actes qui la déploient. La vie sédentaire l’importune: il s’élance au dehors; il brave les injures de l’air. Les travaux pénibles sont ceux qu’il préfère; son courage affronte les périls; il n’aime à considérer la nature en général, et les êtres qui l’entourent en particulier, que sous les rapports de la puissance qu’il peut exercer sur eux.
La faiblesse de la femme n’entre pas seulement dans le système de son existence comme élément essentiel de ses relations avec l’homme; mais elle est surtout nécessaire ou du moins très utile pour la conception, pour la grossesse, pour l’accouchement, pour la lactation de l’enfant nouveau-né, pour les soins qu’exige son éducation pendant les premières années de la vie. On a déjà vu que la faiblesse musculaire est liée dans l’ordre naturel avec une plus grande sensibilité nerveuse, avec des impressions plus vives et plus mobiles; et c’est particulièrement sous ce point de vue ou plutôt dans ce rapport avec d’autres qualités coexistantes avec elle, qu’il faut la considérer en ce moment.
Par une nécessité sévère attachée au rôle que la nature lui assigne, la femme se trouve assujettie à beaucoup d’accidents et d’incommodités; sa vie est presque toujours une suite d’alternatives de bien-être et de souffrance; et trop souvent la souffrance domine. Il fallait donc que ses fibres fussent assez souples pour se prêter à ces tiraillements continuels; que leur contractilité moins forte fût cependant vive et prompte, afin de pouvoir les ramener sur-le-champ à leur état moyen; il fallait également, et même à plus forte raison, que la sensibilité générale eût ce même caractère de promptitude et de vivacité qui la rend susceptible de revenir à son ton naturel, après avoir cédé sans résistance à toutes les impressions, après s’être laissé pousser, en quelque sorte, à tous les extrêmes, soit en plus, soit en moins. Pour ajouter à la douce séduction du sexe et de la beauté, la nature ne semble-t-elle pas avoir même pressenti qu’il convenait de mettre la femme dans un état de faiblesse relative? La principale grâce de l’homme est dans sa vigueur; l’empire de la femme est caché dans des ressorts plus délicats on n’aime point qu’elle soit si forte14.

Dans de telles conditions, l’amour, au demeurant nécessaire à «la perpétuation paisible et sûre de l’espèce», implique naturellement un jeu de la séduction dans une dialectique des désirs masculin et féminin qui, elle, n’a pas la simplicité de sa causalité physiologique fibrillaire initiale:

  • 15 Ivi, p. 235.

[Citation 4] Pour l’accomplissement de ce dernier but [ladite «perpétuation»], comme l’a très bien fait voir Rousseau, l’homme doit attaquer; la femme doit se défendre. L’homme doit choisir les moments où le besoin de l’attaque se fait sentir, où ce besoin même en assure le succès; la femme doit choisir ceux où il lui est le plus avantageux de se rendre; elle doit savoir céder à propos à la violence de l’agresseur, après l’avoir adoucie par le caractère même de la résistance; donner le plus de prix possible à sa défaite; se faire un mérite de ce qu’elle-même n’a pas désiré moins vivement peut-être d’accorder que lui d’obtenir; elle doit enfin savoir trouver dans la sage et douce direction de leurs plaisirs mutuels le moyen de s’assurer un appui, un défenseur15.

  • 16 Analysé en détail par Cabanis dans le Deuxième mémoire des Rapports, intitulé Histoire physiologiqu (...)
  • 17 Par toute cette analyse, Cabanis ne peut-il pas être rapproché des sexologues contemporains qui dis (...)

Explicitons. Au point de départ, bien sûr, une réalité inscrite dans la nature, de l’ordre du besoin, et donc indépendante «de la raison et de la volonté des individus»: «la perpétuation paisible et sûre de l’espèce». Mais ce besoin naturel de coït ou de copulation devient, par le processus de la sensation16, c’est-à-dire par sa conscientisation, un processus psychologique complexe: la séduction avec sa dialectique des désirs masculin et féminin. Quelle est-elle? Pour répondre à cette question, suivons bien le texte de notre citation 4! Séduire, pour l’homme, c’est faire que l’attaque suscitée par son propre désir soit désirée par celle-là même qui en est l’objet; pour la femme, c’est faire que «la violence» de l’agression du désir masculin rencontre de sa part une résistance subtile propre à augmenter et ce désir masculin et son propre désir. Au bout, pour ne pas dire en récompense de ce jeu dialectique du “je-te-tiens-par-ton” – “tu-me-tiens-par-mon désir”, se trouvent les «plaisirs mutuels» dont «la sage et douce direction» est l’apanage de la femme qui «s’assure» ainsi de l’attachement protecteur de l’homme17. Dans tout cela rien qui ressemble à la conception très réductrice de la femme-objet de plaisir pour l’homme, car non seulement les plaisirs sexuels sont partagés et deviennent ainsi un moyen d’unité ou d’union du couple, mais en plus c’est la femme qui en est la maîtresse d’œuvre, qui plus est: «sage» et «douce»! On est bien loin du stéréotype de l’homme en rut sautant sur la femme pauvre victime auquel on aurait pu s’attendre après avoir lu notre citation 3 sur le couple homme fort/femme faible, tel qu’il est dans la nature physiologique. Il faut donc trouver l’articulation entre ces deux représentations cabanisiennes: celle du couple naturel et celle du couple vivant en société. Elle semble bien se trouver dans la notion de “rôle” spécifique à l’homme et à la femme, complémentaire l’un de l’autre, l’idée-même de complémentarité excluant celle de dépendance.

  • 18 Toutes dans le Cinquième mémoire des Rapports cit., intitulé De l’influence des sexes sur le caract (...)
  • 19 Pensons à l’accouchement public des femmes de grandes familles aristocratiques, à commencer par cel (...)

7C’est quelques pages plus loin que celles de notre citation 318 où l’on trouve l’exposé de cette répartition des rôles des sexes dans la société, bref, de leurs fonctions propres: ce que l’on peut nommer le fonctionnalisme sexuel de Cabanis. A l’homme, les lieux où ne peut ni ne doit être la femme: «le gymnase», «l’hippodrome», «le lycée», «le portique», la «chaire» et «la tribune», bref les lieux de compétition et d’affrontement corporels ou verbaux; en un mot: la sphère publique. A la femme, toute la sphère privée: le gouvernement de la maison; la sociabilité privée avec l’organisation des relations suivies avec les parents et amis; la plus qu’importante éducation de la petite enfance, qui conditionne l’avenir et la reproduction familiale et sociale; et ce que nous venons de voir et qui n’est pas la moindre des choses, la sexualité et l’érotisme conjugaux. Dénoncer avec les idées de notre temps ce fonctionnalisme sexuel comme dévalorisation de la femme, c’est commettre le péché des péchés en histoire: l’anachronisme. En effet, cette répartition des rôles sociaux de la femme et de l’homme, impliquant plus complémentarité que dépendance de l’une par rapport à l’autre, correspond historiquement à la situation centrale (centriste?) de la bourgeoisie qui est en train d’achever la Révolution, à laquelle appartient d’ailleurs Cabanis. Cet idéal de la dualité sociale “privatisation de la femme/publicité de l’homme” s’oppose, d’un côté, à la réalité aristocratique de la femme toujours en représentation, dans les salons et les boudoirs ou à la cour, bref, toujours en public; de l’autre côté, à la réalité populaire, paysanne et artisanale, de la femme toujours sur la brèche dans les champs et à l’atelier au côté de “son homme”, sans que jamais ou presque jamais soient départis, dans leur vie de couple, des moments sans travail commun ou en commun. Face à, et même contre ces deux réalités de chaque extrémité de l’échelle sociale dans lesquelles il y a soit publicité intégrale ou quasi-intégrale de la femme19, soit interchangeabilité complète ou presque entre femme et homme, c’est du devoir du physiologiste, qui plus est médecin dans le cas de Cabanis, de rappeler à la société la spécificité naturelle fondamentale de la femme, afin qu’elle lui préserve une sphère – d’activité et donc de pouvoir – congruente à sa finalité génitrice et parturiente. Dans ces conditions, ladite sphère du privé, celle de la famille et de l’intimité est rien moins que dévalorisée et dévalorisante pour la femme qui en a la charge; bien au contraire, puisque c’est là que se prépare, par l’amour et l’éducation (éducation à l’amour et éducation par l’amour) l’avenir agréable des futurs membres de la nouvelle société issue de la Révolution:

  • 20 P.J.G. Cabanis, Cinquième mémoire, in Id., Rapports cit., pp. 257 § 3 - 258 § 1.

[Citation 5] Sous le régime bienfaisant de l’égalité, sous l’influence toute-puissante de la raison publique, libre enfin de toutes les chaînes dont l’avaient chargé les absurdités politiques, civiles ou superstitieuses, étranger à toute exagération, à tout enthousiasme ridicule, l’amour sera le consolateur, mais non l’arbitre de la vie; il l’embellira, mais il ne la remplira point. Lorsqu’il la remplit, il la dégrade, et bientôt il s’éteint lui-même dans les dégoûts. Bacon disait de son temps que cette passion est plus dramatique qu’usuelle: Plus scenae quam vitae prodest. Il faut espérer que dans la suite on dira le contraire. Quand on en jouira moins rarement et mieux dans la vie commune, on l’admirera bien peu telle que la représentent en général nos pièces de théâtre et nos romans. Bacon prétend aussi dans le même endroit qu’aucun des grands hommes de l’antiquité ne fut amoureux. Amoureux dans le sens qu’on attache ordinairement à ce mot? non assurément. Mais il en est peu qui n’aient cherché dans le sentiment le plus doux de la nature, dans un sentiment qui devient la base de tout ce que l’état social offre de plus excellent, les véritables biens qu’elle-même nous y a préparés20.

Qu’on se le dise! voilà à quel bonheur simple conduit l’amour dans la société issue du nouveau régime politique créé par la Révolution française.

3. Un idéal socio-politique: la mise en œuvre de la perfectibilité indéfinie

  • 21 Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers […], tome I, p. 558, co (...)

8En vérité, ce que Cabanis nomme, comme nous l’allons voir, le «système de gouvernement fondé sur l’égalité et la liberté» généré par la Révolution française est le fruit d’une longue histoire dont la caractéristique est le progrès sans fin, «indéfini», au sens qu’a ce mot dans la mathématique des nombres incommensurables. De ceux-ci d’Alembert, dans l’article «Incommensurable» renvoyant à «Approximation» de l’Encyclopédie, écrit qu’ils constituent une «quantité dont on approche de plus en plus la valeur exacte sans cependant en trouver jamais la valeur exacte»21. Dans ce long cheminement commençons par aller du passé au présent:

  • 22 P.J.G. Cabanis, Huitième mémoire. De l’influence du régime sur les dispositions et sur les habitude (...)

[Citation 6] Les peuples agriculteurs, dont la subsistance est mieux assurée, jouissent d’un état social plus stable; et chez eux on trouve plus de bon sens et de vertus. Ils sont donc, même dès les premiers temps de leur existence, les peuples les plus heureux. Bientôt le commerce vient effacer peu à peu les préjugés et multiplier les lumières; son influence active vient éveiller tous les talents, en offrant à l’homme industrieux de nouvelles sources de richesses, à l’homme riche de nouveaux moyens de jouissance; et rendant, enfin, le premier tous les jours plus indépendant du second, il fait naître et développe toutes les idées, tous les sentiments, toutes les habitudes de la liberté. C’est alors que la nature humaine voit s’ouvrir devant elle une belle et vaste carrière d’amélioration, de bonheur véritable; alors il ne reste plus au philanthrope qu’un vœu à former, c’est que la consolidation d’un gouvernement soumis à l’influence de la raison publique fasse toujours passer immédiatement dans les lois tous les progrès réels des idées; que les législateurs et les premiers magistrats de la nation soient toujours aussi soigneux à recueillir les fruits des lumières, et à les propager elles-mêmes de plus en plus, que les despotes et les charlatans le sont à les étouffer, à les calomnier. Et, pour le dire en passant, cette seule considération suffit pour montrer quels sont les avantages d’un système de gouvernement fondé sur l’égalité et la liberté; c’est donc bien en vain que les tyrans et les déclamateurs qu’ils tiennent à leurs gages s’efforcent de renverser ou de flétrir ces principes éternels22.

Et maintenant que ce «gouvernement fondé sur l’égalité et la liberté» est durablement «soumis à l’influence de la raison publique», on sait quel doit être le cheminement du présent vers l’avenir:

  • 23 P.J.G. Cabanis, Sixième mémoire. De l’influence des tempéraments sur la formation des idées et des (...)

[Citation 7] Il est temps, à cet égard comme à beaucoup d’autres, de suivre un système de vues plus digne d’une époque de régénération: il est temps d’oser faire sur nous-mêmes ce que nous avons fait si heureusement sur plusieurs compagnons d’existence; d’oser revoir et corriger l’œuvre de la nature. Entreprise hardie! qui mérite véritablement tous nos soins, et que la nature semble nous avoir recommandée particulièrement elle-même. Car n’est-ce pas d’elle en effet que nous avons reçu cette vive faculté de sympathie, en vertu de laquelle rien d’humain ne nous demeure étranger; qui nous transporte dans tous les climats où notre semblable peut vivre et sentir; qui nous ramène au milieu des hommes et des actions des temps passés; qui nous fait coexister fortement avec toutes les races à venir? C’est ainsi qu’on pourrait à la longue, et pour des collections d’hommes prises en masse, produire une espèce d’égalité de moyens, qui n’est pas dans l’organisation primitive, et qui, semblable à l’égalité des droits, serait alors une création des lumières et de la raison perfectionnée.
Et dans cet état de choses lui-même, il ne faut pas croire que l’observation ne pût découvrir encore des différences notables, soit par rapport au caractère et à la direction des forces physiques vivantes, soit par rapport aux facultés et aux habitudes de l’entendement et de la volonté. L’égalité ne serait réelle qu’en général; elle serait uniquement approximative dans les cas particuliers.
Voyez ces haras où l’on élève avec des soins égaux et suivant des règles uniformes une race de chevaux choisis: ils ne les produisent pas tous également propres à recevoir la même éducation, à exécuter le même genre de mouvements. Tous, il est vrai, sont bons et généreux; ils ont même tous beaucoup de traits de ressemblance qui constatent leur fraternité; mais cependant chacun a sa physionomie particulière; chacun a ses qualités prédominantes. Les uns se font remarquer par plus de force; les autres par plus de vivacité, d’agilité, de grâce; les uns sont plus indépendants, plus impétueux, plus difficiles à dompter; les autres sont naturellement plus doux, plus attentifs, plus dociles, etc., etc., etc. De même, dans la race humaine, perfectionnée par une longue culture physique et morale, des traits particuliers distingueraient encore sans doute les individus.
D’ailleurs, il existe sur ce point, comme sur beaucoup d’autres, une grande différence entre l’homme et le reste des animaux. L’homme, par l’étendue et la délicatesse singulière de sa sensibilité, est soumis à l’action d’un nombre infini de causes; par conséquent rien ne serait plus chimérique que de vouloir ramener tous les individus de son espèce à un type exactement uniforme et commun. Les hommes, tels que nous les supposons ici, seraient donc également propres à la vie sociale; ils ne le seraient pas également à tous les emplois de la société: leur plan de vie ne devrait pas être absolument le même; et le tempérament, comme la disposition personnelle des esprits et des penchants, offrirait encore beaucoup de différences aux observateurs.
Or, ce sont les remarques de ce genre qui peuvent seules servir de base au perfectionnement progressif de l’hygiène particulière et générale. Car soit qu’on veuille appliquer ses principes aux cas individuels, soit qu’on la réduise en règles plus sommaires, communes à tout le genre humain, il faut commencer par étudier la structure et les fonctions des parties vivantes; il faut connaître l’homme physique pour étudier avec fruit l’homme moral; pour apprendre à gouverner les habitudes de l’esprit et de la volonté par les habitudes des organes et du tempérament. Et plus on avancera dans cette route d’amélioration, qui n’a point de terme, plus aussi l’on sentira combien l’étude qui nous occupe est importante; de sorte qu’un des plus grands sujets d’étonnement pour nos neveux sera sans doute d’apprendre que chez des peuples qui passaient pour éclairés, et qui l’étaient réellement à beaucoup d’égards, elle n’entra pour rien dans les systèmes les plus savants et dans les établissements les plus vantés d’éducation23.

  • 24 Nous utilisons ce terme pour être en congruence avec le texte de la citation 7 qui témoigne bien de (...)
  • 25 Pour le développement de ce thème de l’inquiétude en pleines Lumières, voir le classique de J. Depr (...)
  • 26 «Il serait triste pour nous d’être forcés de convenir, que cette faculté distinctive, et presque il (...)

Soulignons l’expression «cette route d’amélioration qui n’a point de terme», qui dit bien ce qu’est la perfectibilité mise en œuvre, communément appelée le progrès. L’opposé du salut du christianisme, contrairement à ce que l’on entend trop souvent chez des historiens de la philosophie des Lumières qui voient dans le progrès une simple laïcisation du salut chrétien. En effet, celui-ci est un état qui, certes, est le point d’aboutissement d’un processus, mais c’est bien l’état auquel on accède après avoir cheminé longtemps et longuement dans la peine et la souffrance: il est définitif et définitivement fixé; on est sauvé ou on ne l’est pas. Rien de tout cela dans le progrès, car il est marche incessante et jamais, véritablement jamais inachevée, comme est toujours à reprendre ce que nous venons de voir être son instrument: l’éducation sanitaire et hygiéniste24 des organismes et l’instruction intellectuelle et mentale des cerveaux. L’être humain n’a jamais fini d’apprendre et de se modifier, de se modifier en apprenant, parce que, par nature en tant qu’être humain, comme on le sait depuis Turgot et surtout Rousseau, il est régi par la perfectibilité et ses variations. Que ce ne soit pas de tout repos et même source d’incessante inquiétude ne change rien à la situation25; le mouvement du progrès – avec ses régressions – n’apportera jamais l’état assuré et bien fixé du salut; il faut faire avec26!

***

9A l’extrême fin du dernier § vii de la partie sur «la Sympathie» du gros et un peu fourre-tout Dixième Mémoire. Considérations touchant la vie animale, les premières déterminations de la sensibilité, l’instinct, la sympathie, le sommeil et le délire, se trouve un développement qui synthétise beaucoup d’aspects de tout ce que nous avons analysé tout au long de notre propos. Il introduit donc notre conclusion:

  • 27 P.J.G. Cabanis, Dixième mémoire, in Id., Rapports cit., pp. 551 § 5 - 552 § 1.

[Citation 8] Je n’ajoute plus qu’une réflexion: c’est que la faculté d’imitation qui caractérise toute nature sensible, et notamment la nature humaine, est le principal moyen d’éducation, soit pour les individus, soit pour les sociétés; qu’on la trouve, en quelque sorte confondue à sa source avec les tendances sympathiques sur lesquelles l’instinct social et presque tous les sentiments moraux sont fondés; et que cette tendance et cette faculté font également partie des propriétés essentielles à la matière vivante réunie en système. Ainsi, les causes qui développent toutes les facultés intellectuelles et morales, sont indissolublement liées à celles qui produisent, conservent et mettent en jeu l’organisation, et c’est dans l’organisation même de la race humaine qu’est placé le principe de son perfectionnement27.

  • 28 Ivi, p. 538.
  • 29 «Et le désir de vivre en société est une quatrième loi naturelle» (Montesquieu, De l’esprit des loi (...)
  • 30 Sur tout cela voir D. Teysseire, Lien social et ordre politique chez Cabanis, «Studies on Voltaire (...)
  • 31 Dopamine et testostérone pour la première; prolactine et ocytocine pour le second, d’après plusieur (...)

Suivons la chaîne du raisonnement en commençant par la fin du texte, c’est-à-dire par le plus fondamental: la matière et, spécifiquement, la matière vivante. Celle-ci n’existe que parce que ses éléments s’attirent les uns les autres et ainsi s’assemblent en vertu du principe de sympathie que Cabanis dénomme un peu avant ce texte les «affinités puissantes de coorganisation mutuelle»28. C’est ce principe, directeur en quelque sorte, de la coorganisation mutuelle qui régit tout. C’est lui qui explique le foisonnement en organismes des éléments premiers de la nature, le panvitalisme de celle-ci. C’est lui encore qui explique «l’instinct social» qui fait que l’individu ne doit pas être pensé comme hétérogène au lien social. Pour Cabanis, comme pour tous les Idéologues d’ailleurs, qui en ceci suivent Montesquieu29, la socialité de l’être humain est naturelle; tous seraient bien surpris de voir que «le gouvernement fondé sur l’égalité et la liberté» qu’ils ont contribué à instituer ait abouti à l’individualisme forcené qui caractérise nos sociétés contemporaines. L’être humain n’est pas, ne peut pas être d’abord un individu vivant ensuite en société; il est un être social membre d’un corps politique, et c’est ce corps politique qui crée l’individualité, plus ou moins grande, de ses membres30. C’est donc toujours ce principe de coorganisation mutuelle qui, comme le dit le texte de cette citation 8, produit médiatement le mimétisme social et individuel à la base de tout apprentissage physique ou moral. Et c’est bien évidemment encore ce principe de coorganisation mutuelle qui produit l’attirance des sexes génératrice de l’amour, instrument de la reproduction familiale, sociale et de l’espèce, Cabanis ne faisant évidemment pas la distinction que font les sociétés occidentales contemporaines entre ce qui relève de la pulsion sexuelle et ce qui appartient au sentiment amoureux, avec les hormones de l’une et de l’autre31. Mais Cabanis avait la biologie de son temps!

10Telle est la limite de cette science de l’homme qui se veut totale, puisqu’elle cherche à expliquer tous les aspects de l’humanité de l’être humain, depuis les plus particularisés, comme l’amour individuel, jusqu’aux plus englobants, comme la matière naturelle: elle n’a pas le savoir biologique de ses ambitions totalisantes. Mais quel beau et grand projet digne des Lumières, tout spécialement par son caractère anticipateur! En effet, il est totalisant, comme déjà dit et comme nous venons de le voir; il est radical, puisqu’il affiche clairement son monisme matérialiste et panvitaliste, récusateur de tout dualisme, chrétien ou non; il est humaniste, et d’un humanisme non pas béat, mais bien inquiet, puisqu’il place en son centre la perfectibilité dont l’indéfinition (l’indéfinitude?) ne laisse à l’être humain ni trêve ni repos, sans appui d’une quelconque transcendance, n’ayant d’autre récompense que celle de savoir l’incessante inquiétude, assumée, et le permanent effort, accepté. En ces temps de doute et de pessimisme, on ne peut rêver de plus efficace message pour l’humaine condition; c’est tout celui des Lumières, et plus spécialement des Lumières tardives!

Notes

1 S. Moravia, Il pensiero degli Idéologues. Scienza e filosofia in Francia (1780-1815), Firenze, La Nuova Italia, 1974, pp. 13-288.

2 D’où l’abondance et la longueur des citations contenues dans mon propos, d’après P.J.G. Cabanis, Rapports du physique et du moral de l’homme, Paris-Genève, Slatkine, 1980 (reprint de la 8e éd., Paris, 1844, reprenant la 2e éd., Paris, 1805).

3 P.J.G. Cabanis, Préface, in Id., Rapports cit., pp. 49 § 2 - 50 § 3.

4 «15. Si l’on pouvait supposer toute la matière vivante, ou toute la matière morte, y aurait-il jamais autre chose que de la matière morte, ou que de la matière vivante? ou les molécules vivantes ne pourraient-elles pas reprendre la vie, après l’avoir perdue, pour la reprendre encore; et ainsi de suite, à l’infini?» (D. Diderot, Œuvres philosophiques, Paris, Garnier, 1964, pp. 243-244).

5 P.J.G. Cabanis, Dixième mémoire. Considérations touchant la vie animale […], in Id., Rapports cit., pp. 475 § 2 - 477 § 1.

6 S’il convient de faire précéder «transformiste» de «quasi», c’est parce que ce mot n’est pas chez Cabanis, pas plus que chez Lamarck d’ailleurs, puisqu’il a été créé par Broca en 1867. Il reste cependant que cette idée de «changements que subit la matière», de l’inerte au vivant en suivant un processus d’«organisation directe» (p. 477 § 2) ressemble bien quelque peu à du «transformisme» doublé de la «génération spontanée». C’est la raison pour laquelle il me semble pour le moins curieux que ni les deux auteurs de l’article «Transformisme» du tome II du Dictionnaire des notions philosophiques, sous la direction de S. Auroux, de l’Encyclopédie philosophique universelle (Paris, PUF, 1990), ni le très regretté J. Roger dans l’article «Transformisme» de l’Encyclopédia Universalis, ni non plus A. Pichot, au chapitre vi, «Après Descartes (Le mécanisme et le vitalisme au xviiie siècle)», de l’énorme somme qu’est son Histoire de la notion de vie (Paris, Gallimard, 1993) ne font la moindre allusion à Cabanis et à son rôle dans l’élaboration du transformisme moderne. C’est un peu pour réparer cet oubli que je donne cette longue citation 2.

7 J.-P. Changeux, L’homme neuronal, Paris, Fayard, 1983, p. 24.

8 G. Canguilhem, La connaissance de la vie, Paris, Vrin, 20092, p. 127.

9 Ivi, p. 122.

10 S. Freud, L’interprétation des rêves [1899], trad. de l’allemand par J. Altounian - P. Colet - R. Lainé - A. Ranzy - F. Robert, préface de F. Robert, Paris, PUF, 2010, p. 123.

11 P.J.G. Cabanis, Dixième mémoire cit., p. 244.

12 Titre intégral: Système physique et moral de la femme ou tableau philosophique de la constitution, de l’état organique, du tempérament, des mœurs et des fonctions propres au sexe, Paris, Vincent, 1775, 405 pp. Sur cet ouvrage et son auteur, P. Roussel (1744-1802), docteur en médecine de Montpellier, voir V. Signoret, La féminité vue par deux médecins des Lumières: Roussel et Moreau de la Sarthe, mémoire de maîtrise d’Histoire moderne préparé à l’Université Paris XII - Val de Marne, sous la direction de D. Teysseire, Créteil, 1992.

13 Voir G. Canguilhem, Note sur le passage de la théorie fibrillaire à la théorie cellulaire, in Id., La connaissance de la vie cit., pp. 237-239, note 5.

14 P.J.G. Cabanis, Cinquième mémoire. De l’influence des sexes sur le caractère des idées et des affections morales, in Id., Rapports cit., pp. 236 § 3 - 237 § 1.

15 Ivi, p. 235.

16 Analysé en détail par Cabanis dans le Deuxième mémoire des Rapports, intitulé Histoire physiologique des sensations, plus spécialement aux §§ vi et vii, pp. 131-140.

17 Par toute cette analyse, Cabanis ne peut-il pas être rapproché des sexologues contemporains qui distinguent la pulsion sexuelle, de l’ordre de l’instinct instantané, du désir sexuel qui est projet, donc conscientisation, élément fondamental pour faire que la sexualité intrusive de l’homme soit acceptable et même acceptée par la sexualité réceptive de la femme: désirable et même désirée, ce désir féminin étant la condition sine qua non pour que ladite sexualité intrusive ne s’apparente pas au forcement, voire au viol?

18 Toutes dans le Cinquième mémoire des Rapports cit., intitulé De l’influence des sexes sur le caractère des idées et des affections morales, §§ vii-ix, pp. 234-244.

19 Pensons à l’accouchement public des femmes de grandes familles aristocratiques, à commencer par celui de la reine, qui est la manifestation-même de ce que la femme n’est pas maîtresse de son corps.

20 P.J.G. Cabanis, Cinquième mémoire, in Id., Rapports cit., pp. 257 § 3 - 258 § 1.

21 Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers […], tome I, p. 558, colonne droite. Dans un autre texte que les Rapports, mais de la même période que ceux-ci (Lettre sur un passage de la «Décade philosophique» et en général sur la perfectibilité de l’esprit humain), Cabanis reprend la même formulation en écrivant que les philosophes modernes, de Bacon à Condorcet, «ont regardé cette perfectibilité comme indéfinie, c’est-à-dire, comme une de ces quantités dont le calcul se rapproche incessamment, sans jamais les atteindre».

22 P.J.G. Cabanis, Huitième mémoire. De l’influence du régime sur les dispositions et sur les habitudes morales, in Id., Rapports cit., p. 407 § 2.

23 P.J.G. Cabanis, Sixième mémoire. De l’influence des tempéraments sur la formation des idées et des affections morales, in Id., Rapports cit., pp. 298 § 4 - 300 § 2.

24 Nous utilisons ce terme pour être en congruence avec le texte de la citation 7 qui témoigne bien de la volonté d’amélioration, au physique et au moral, des êtres humains, comme on améliore la race chevaline. Sur cet eugénisme positif de Cabanis voir D. Teysseire, Eugénisme et euthanasie chez Cabanis, in Actes du VIIIe Congrès international des Lumières I (Bristol), Oxford, The Voltaire Foundation, 1992, pp. 272-275; Id., La science naturelle, pratique et utile de la santé: l’hygiène, in L’«Encyclopédie» ou la création des disciplines, sous la direction de M. Groult, Paris, Ed. du CNRS, 2003, pp. 189-200. Toujours sur cet eugénisme positif ajoutons encore ceci: en la première décade de février 2011, le professeur René Frydman de l’hôpital Béclère de Clamart vient d’en donner un bel exemple avec sa création du premier «bébé-médicament» ou, mieux, du premier «bébé du double espoir»; il est ainsi, ce me semble, le digne réalisateur pratique du projet tout théorique de notre Cabanis.

25 Pour le développement de ce thème de l’inquiétude en pleines Lumières, voir le classique de J. Deprun, La philosophie de l’inquiétude en France au xviiie siècle, Paris, Vrin, 1979.

26 «Il serait triste pour nous d’être forcés de convenir, que cette faculté distinctive, et presque illimitée [la “perfectibilté”], est la source de tous les malheurs de l’homme; que c’est elle qui le tire, à force de temps, de cette condition originaire, dans laquelle il coulerait des jours tranquilles, et innocents; que c’est elle, qui faisant éclore avec les siècles ses lumières et ses erreurs, ses vices et ses vertus, le rend à la longue le tyran de lui-même, et de la Nature»: J.-J. Rousseau, Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité, in Id., Œuvres complètes, III: Du contrat social. Ecrits politiques, Paris, Gallimard, 1964, p. 142. Très bref commentaire: quelle modernité que celle de ces lignes! Ne sont-elles pas comme le fondement de la pensée de la décroissance?

27 P.J.G. Cabanis, Dixième mémoire, in Id., Rapports cit., pp. 551 § 5 - 552 § 1.

28 Ivi, p. 538.

29 «Et le désir de vivre en société est une quatrième loi naturelle» (Montesquieu, De l’esprit des lois, I.2: Des lois de la nature).

30 Sur tout cela voir D. Teysseire, Lien social et ordre politique chez Cabanis, «Studies on Voltaire and the Eighteenth Century», 1989, n. 267, pp. 353-400.

31 Dopamine et testostérone pour la première; prolactine et ocytocine pour le second, d’après plusieurs instituts de psychologie de diverses universités d’Europe et d’Amérique. A ce sujet voir le documentaire Sexe et amour diffusé sur la chaîne arte le 3 décembre 2010 (voir ci-dessus notre note 11).

Auteur

Université de Caen