Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le jardin

 | 
François Kahn

Un théâtre pour la vie

Antonio Attisani

Texte intégral

  • 1 Les volumes jusqu’ici publiés de Jerzy Grotowski. Testi 1954-1998 sont : vol. I, La possibilità del (...)
  • 2 Opere e sentieri, sous la direction de A. Attisani et M. Biagini, édité par Bulzoni : vol. I, Il Wo (...)
  • 3 Thomas Richards est l’auteur en italien de Al lavoro con Grotowski sulle azioni fisiche, Ubulibri, (...)
  • 4 Ludwik Flaszen, Grotowski & Company. Sorgenti e variazioni, Edizioni di Pagina, Bari 2014, volume q (...)
  • 5 Renata Molinari, Diario del Teatro delle Fonti. Polonia 1980, La casa Usher 2005.
  • 6 Parmi lesquels il premier de cette collection : Aa Vv, Jerzy Grotowski. L’eredità vivante, Accademi (...)

1Il est impossible dans la pratique et l’étude du théâtre de ne pas tenir compte de la figure de Jerzy Grotowski (1933-1999), même si c’est seulement pour la biffer et décréter ne pas la considérer parmi ses propres points de référence. Heureusement ces dernières années différents témoins et chercheurs se sont mis à l’œuvre pour faire connaître et pour interpréter celui qui est toujours plus reconnu comme un des maîtres majeurs du XXème siècle ; ainsi on a commencé à débarrasser le terrain de toutes ces publications qui, en feignant de le louanger, donnaient de Grotowski une image superficielle et parasitaire. Interpréter et pas simplement présenter, de toute façon, parce qu’on ne peut pas faire autrement, et même c’est le cas de préciser que l’interprétation du texte grotowskien (un corpus d’écrits, peu de films et quelques enregistrements, c’est ce qui nous reste de lui) trouve son degré de crédibilité dans ce que ces interprètes, concrètement, font dans l’art théâtral et dans la vie. Ce n’est donc pas un hasard si les réalisations plus significatives dans ce sens viennent de Thomas Richards et Mario Biagini, les deux « performers » et enseignants qui sont actifs de nos jours, chacun avec des modalités différentes mais unis en tant que commissionnaires et auteurs de publications grotowskiennes fondamentales. Cela vaut la peine de rappeler à ce sujet que depuis peu est publié le troisième volume des œuvres choisies du maître,1 soigneusement traduites par Carla Pollastrelli ; le quatrième volume complètera l’étagère principale de la bibliothèque sur laquelle figurent aussi les trois volumes concernant le Workcenter of Jerzy Grotowski and Thomas Richards2 ainsi que les livres où sont transcrites certaines conversations, éclairantes et magistrales, de Richards avec différents chercheurs (puisque le principal héritier de Grotowski privilégie à son tour cette forme d’expression de sa propre pensée).3 Sur une étagère voisine peuvent trouver place d’autres livres loin d’être inutiles, parmi lesquels la synthèse grotowskienne de Ludwik Flaszen,4 le compte-rendu de Renata Molinari sur son expérience polonaise en 1980,5 certains petits volumes collectifs des dernières années6 et autres publications que tous les intéressés connaissent, en compagnie, naturellement, de ce tout nouveau Jardin créé avec soin par François Kahn.

2Comme je l’ai dit, la « réserve d’or » qui donne valeur à une écriture réside dans ce que son auteur fait concrètement dans la vie et sur la scène. Je n’en veux pour preuve que le cas de Kahn, auteur et acteur d’évènements théâtraux hors de l’ordinaire, uniques et précieux au point de ne pouvoir s’accorder avec aucune institution théâtrale existante. Kahn prend comme point de départ un texte non théâtral et travaille seul, avec très peu d’accessoires sélectionnés, dans des appartements ou des espaces non conventionnels pour peu de spectateurs à la fois, dans une pauvreté et, pourrait-on dire, dans une marginalité absolue. Il est le créateur d’évènements dans lesquels la rigueur se mue en joie, en un théâtre riche, fastueux même, qui rencontre des spectateurs du monde entier et les pousse à voyager par l’esprit. Tatiana Motta Lima, témoin depuis des années de cet art scénique singulier, met en évidence ses différentes facettes et démontre, comme d’ailleurs on peut le déduire de ces pages, combien Kahn doit beaucoup au Grotowski qui avait abandonné le théâtre des spectacles et guidait nombre de personnes des plus jeunes générations dans la recherche de soi-même.

3Le Jardin, texte que nous publions en français par respect pour l’inimitable écriture de l’auteur et pour en assurer à la fois une majeure diffusion, représente un cas singulier dans la bibliographie grotowskienne : c’est un des rares témoignages de l’intérieur de la longue et décisive expérience du para-théâtre, soit la période allant de la fin du travail de Grotowski en tant que créateur de spectacle jusqu’à la fondation du Workcenter à Pontedera, une période de recherche et d’expérimentation sans égale dans le monde, à laquelle font référence de nombreux écrits, ponctuellement évoqués ici, mais qui n’a jamais été racontée et analysée avec une telle connaissance directe et une telle compétence, dans un développement entre narration et essai avec une extraordinaire attention capable de faire participer le lecteur à certains évènements personnels, de lui faire toucher certains arguments délicats, pour ainsi dire « techniques », parfois d’une compréhension mal-aisée.

4Les évangiles, canoniques ou apocryphes, écrivent quelque chose que le maître n’avait pas l’intention d’écrire. Ce sont des témoignages à la fois de l’intérieur et de l’extérieur. François Kahn fait la même chose avec ce segment de la biographie et de l’histoire de Jerzy Grotowski : un témoignage comme martyr (auto-exposition totale) et trahison, un vécu qui accueille l’écho d’une présence et la trace d’une transmission, une aporie entre un sens saisissable et transmissible seulement à travers la vie des corps et une écriture qui voudrait le représenter. Mais c’est une chance que cette écriture existe car elle a une vie propre, autonome et fertile, sous deux aspects : d’une part c’est un Bildungsroman, le récit de la formation d’un jeune homme qui, comme tant d’autres à la fin du XXème siècle, était à la recherche de lui-même et frôlait le désespoir, incapable de se reconnaître dans les églises et les idéologies dominantes ; d’autre part c’est un protocole de tendance scientifique, ou plutôt un discours subjectif mais tellement mesuré dans ses paroles et dans sa langue qu’il peut constituer une aide effective pour nombre de ceux qui, encore aujourd’hui, sont dans la même situation et sur la même route. Une aide, donc, pas un texte sacré, ni un manuel de recettes bonnes pour tous, encore moins un guide de tourisme culturel. La figure de Grotowski, malheureusement partiellement voilée par des écrits superficiels et présomptueux, ici est littéralement révélée, dans le sens où le témoin découvre et recouvre l’objet de la méditation, laissant entendre au lecteur que le vrai travail sur soi-même indispensable à tout « acteur » est possible, mais il présuppose un grand engagement et un grand risque, peut-être aussi un grain de chance.

5Dans ce récit on concentre l’attention sur la complexité de la question essentielle : comment devenir soi-même. Et nous comprenons aussi comment il se fait que l’un puisse y arriver tandis qu’un autre, cédant par opportunisme, faiblesse ou hâte à ce que Grotowski appelait « histrionisme », finisse par devenir au contraire seulement une triste caricature de ses propres utopies de jeunesse. Par un choix scrupuleux des mots et une composition colorée et fluide de l’ensemble Kahn a créé ce que suggérait l’enseignant : un jardin, un beau jardin. Pas un engin insensé de l’ego. Dans ce jardin quiconque peut s’asseoir pour méditer et tenter de comprendre s’il est vraiment au travail pour réaliser le sien. Certes, pour réussir dans cette entreprise il faut être très créatif et avoir un bon guide, afin de se libérer des automatismes qui étouffent la vie et expérimenter avec rigueur, afin de réaliser par une juste progression ce devenir soi-même, cette « liberté » finale, qui n’est ni un petit ni un grand « moi », mais une manière consciente de passer dans le monde en étant le monde, une vie qui laisse le monde plus fertile.

Notes

1 Les volumes jusqu’ici publiés de Jerzy Grotowski. Testi 1954-1998 sont : vol. I, La possibilità del teatro (1954-1964), 2014 ; Vol. II, Il teatro povero (1965-1969), 2015 ; vol. III, Oltre il teatro (1970-1984), 2016. Tous édité par La casa Usher. Le volume conclusif de la série, dédié à L’Arte come veicolo (1985-1998), est prévu pour 2017.

2 Opere e sentieri, sous la direction de A. Attisani et M. Biagini, édité par Bulzoni : vol. I, Il Workcenter of Jerzy Grotowski and Thomas Richards, 2007 ; Vol. II, Jerzy Grotowski. Testi 1968-1998, 2007 ; vol. III, Testimonianze e riflessioni sull’arte come veicolo, 2008.

3 Thomas Richards est l’auteur en italien de Al lavoro con Grotowski sulle azioni fisiche, Ubulibri, Milan 1993, de trois textes compris dans Opere e sentieri, et en français du récent Au cœur d’une pratique. The Workcenter of Jerzy Grotowski and Thomas Richards, Actes Sud, Arles 2015.

4 Ludwik Flaszen, Grotowski & Company. Sorgenti e variazioni, Edizioni di Pagina, Bari 2014, volume qui comprend aussi les contributions de Eugenio Barba, Tributo a Ludwik Flaszen, et de Franco Perrelli, Ludwik Flaszen, l’avvocato del diavolo.

5 Renata Molinari, Diario del Teatro delle Fonti. Polonia 1980, La casa Usher 2005.

6 Parmi lesquels il premier de cette collection : Aa Vv, Jerzy Grotowski. L’eredità vivante, Accademia UP, Torino 2012.