Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le jardin

 | 
François Kahn

Post-Scriptum

Texte intégral

1Si je regarde derrière moi toutes ces années passées auprès de personnes si remarquables, que reste-t-il, au delà de la nostalgie ? Il reste ce que mon corps dans son entier, tête comprise, a appris. Comment a-t-il appris ? En imitant, en se trompant, en inventant car, comme dans tout acte artistique, il faut passer par une libération de l’intuition et de la fantaisie et, comme dans tout acte artisanal, il faut répéter sans cesse pour imprimer la connaissance dans le corps avec ses capacités de mémoriser et de s’adapter. Cela veut dire que, au-delà des moments de révélation, ce sont les actions que j’ai le plus de fois répétées qui ont littéralement forgé ma connaissance du travail.

2Enfin, après, il faut tout effacer, oublier, pour tout recommencer, comme un débutant.

 

François Kahn

Nantes, 4 juillet 2016