Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le jardin

 | 
François Kahn

Avant-propos

Texte intégral

1La variété des sujets intéressant Grotowski, son goût presque romanesque pour le secret et l’aventure, sa soif de connaissance de l’homme et du divin, sa pointilleuse discrétion à l’égard du travail et de la sphère privée de la vie de ses collaborateurs et de lui-même, son absence radicale de dogmatisme et son attachement artisanal aux détails, enfin ma méconnaissance du polonais, tout cela fait qu’il m’est pratiquement impossible de donner une image générale du travail de Grotowski durant la période para-théâtrale (voir Notes), celle à laquelle j’ai participé entre 1973 et 1985, et que j’essaye ici d’évoquer.

2Chaque personne qui a participé de près à ce travail, et moi-même en premier lieu, ne peut en avoir qu’une vision partielle, orientée et filtrée par sa propre expérience et sa propre compréhension de l’expérience. C’est une des beautés secrètes de ce travail : tous, y compris Grotowski, ne peuvent percevoir qu’une part de l’expérience de l’autre et les conséquences que celle-ci apportera dans son travail et dans sa vie. On peut seulement en voir les effets, tous différents pour chacun, qui se manifestent dans le corps en mouvement (comme si le mouvement laissait affleurer à la fois la nature du guide et celle du participant), dans le regard, dans les pensées, tout cela lié par un mélange de bon-sens, de curiosité, et aussi d’humour.

3Par mes souvenirs je n’ai accès qu’à une des portes, comme celle de la Loi évoquée par Franz Kafka, de cette construction complexe. Chacun de mes collègues dans ce travail a accédé à une autre porte, tout aussi réelle, tout aussi vraie que la mienne. Le travail para-théâtral n’existe que grâce à l’ensemble, la cohérence et la diversité des expériences de chacun de mes collègues. Ils sont dans mon coeur et je les remercie tous.