Logo OpenEdition books

Dossiers [Les dossiers thématiques]Retour

Le cinéma, art multiple mêlant différentes formes d'expression artistique, est à la fois transnational et porteur de singularités individuelles et locales. Réception et production, acteurs et courants cinématographiques font l'objet d'ouvrages qui dressent un panorama des cinémas dans le monde.

Dossier préparé par Delphine Cavallo
09 février 2013
Past for the Eyes

Past for the Eyes

East European Representations of Communism in Cinema and Museums after 1989

Oksana Sarkisova, Péter Apor

Central European University Press, 2008

...

How do museums and cinema shape the image of the Communist past in today’s Central and Eastern Europe? This volume is the first systematic analysis of how visual techniques are used to understand and put into context the former regimes.

After history “ended” in the Eastern Bloc in 1989, museums and other memorials mushroomed all over the region. These efforts tried both to explain the meaning of this lost history, as well as to shape public opinion on their society’s shared post-war heritage. Museums and films made political use of recollections of the recent past, and employed selected muse...

Altering Eye

Altering Eye

Contemporary International Cinema

Robert Phillip Kolker

Open Book Publishers, 2009

...

The Altering Eye covers a "golden age" of international cinema from the end of WWII through to the New German Cinema of the 1970s. Combining historical, political, and textual analysis, Kolker develops a pattern of cinematic invention and experimentation from neorealism through the modernist interventions of Jean-Luc Godard and Rainer Werner Fassbinder, focusing along the way on such major figures as Luis Buñuel, Joseph Losey, the Brazilian director Glauber Rocha, and the work of major Cuban filmmakers.

Kolker’s book has become a much quoted classic in the field of film studies providing ess...

La vie filmique des marionnettes

La vie filmique des marionnettes

Laurence Schifano (dir.)

Presses universitaires de Paris Nanterre, 2008

...

DES PREMIERS FILMS Pathé aux écrans numériques, la marionnette a connu une vie filmique à éclipses, surgissant soudain et par éclats chez les plus grands, de Chaplin à Roberto Benigni, de Renoir et Bergman à Spielberg, Kitano et Tim Burton. Longtemps confinée dans l’animation, elle connaît aujourd’hui un spectaculaire retour sur les écrans du monde entier. Plus subversive que mélancolique, elle est cette créature double qui ne cesse de se libérer des liens qui l’assujettissent, dans le mutisme et l’humiliation, au Montreur ventriloque, au Père, au Deus/Diabolus ex machina. Elle est au cinéa...

Itinéraires esthétiques et scènes culturelles au Proche-Orient

Itinéraires esthétiques et scènes culturelles au Proche-Orient

Nicolas Puig, Franck Mermier (dir.)

Presses de l’Ifpo, 2007

...

Des sociabilités de l’écrit aux créations plastiques en passant par les paysages musicaux, les scènes théâtrales ou les itinéraires de cinéastes, la production culturelle au Proche-Orient est riche de ses spécificités et de ses diversités. Elle est intimement liée aux contextes politiques nationaux qui l’encadrent plus ou moins étroitement et à l’horizon conflictuel de la région. L’expérience de la guerre civile au Liban, le conflit israélo-arabe constituent des enjeux de mémoire dont s’emparent les artistes pour dénoncer les silences, les occultations et les non-dits. Les formes de leur en...

Le cinéma de Jia Zhang-ke

Le cinéma de Jia Zhang-ke

No future (made) in China

Antony Fiant

Presses universitaires de Rennes, 2009

...
Né en 1970, Jia Zhang-ke réalise son premier long-métrage, Xiao Wu, artisan pickpocket, en 1997. Il est aussitôt remarqué dans plusieurs festivals internationaux avant d’être hautement plébiscité par la critique au moment de sa sortie sur les écrans français en janvier 1999. On a d’emblée fait de Jia Zhang-ke le chef de file des cinéastes chinois vde la sixième génération, d’un cinéma indépendant, non reconnu par l’État et non distribué dans son propre pays. Si sa situation évoluera de ce point de vue-là (il est officiellement autorisé à tourner à compter de 2002 et ses films sont dès lors ...
Le court métrage français de 1945 à 1968 (2)

Le court métrage français de 1945 à 1968 (2)

Documentaire, fiction : allers-retours

Antony Fiant, Roxane Hamery (dir.)

Presses universitaires de Rennes, 2008

...
Le court métrage occupe une place à part dans le cinéma français, assurant non seulement le renouvellement des générations, mais favorisant aussi les expérimentations formelles les plus diverses. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, on lui doit un intérêt tout particulier pour le documentaire, genre très peu usité à l’époque dans le cadre du long métrage. Certes, la logique est encore souvent celle de la commande à l’initiative de groupes industriels ou d’institutions ministérielles par exemple, mais cette attention nouvelle portée au réel incite à un profond renouvellement des tenda...
Bruits, cris, musiques de films

Bruits, cris, musiques de films

Les projections avant 1914

Martin Barnier

Presses universitaires de Rennes, 2010

...
La description classique de l’accompagnement du film muet consiste à dire qu’un pianiste ou un orchestre jouait pendant la projection. Cet ouvrage a pour ambition de retrouver la réalité complexe des spectacles cinématographiques avant 1914, dont le spectre d’écoute était d’une variété extrême. En explorant les archives municipales, les rubriques des spectacles des quotidiens locaux, la presse corporative, aussi bien qu’en observant les cartes postales de l’époque, on découvre un capharnaüm littéralement inouï. La multitude des lieux de projection explique l’éventail infini des sons entendu...
Agnès Varda : le cinéma et au-delà

Agnès Varda : le cinéma et au-delà

Antony Fiant, Roxane Hamery, Éric Thouvenel (dir.)

Presses universitaires de Rennes, 2009

...
Littéraire, fictionnel, documentaire, poétique, politique, court, long, en couleurs, en noir et blanc, le cinéma d’Agnès Varda est de ceux qui incitent aux adjectifs, aux qualificatifs, par amour du mot ou du jeu mais surtout en raison de sa multiplicité et de sa complexité. Depuis 1954, avec près de quarante films, la cinéaste manifeste une liberté créatrice témoignant d’une démarche toujours innovante, d’une volonté d’explorer le cinéma dans toute sa richesse et de lui donner un prolongement par ses récentes installations. Ainsi, dès le début, si La Pointe Courte fut une tentative pré-Nou...
Cinéma / Canada

Cinéma / Canada

Marta Dvorak (dir.)

Presses universitaires de Rennes, 2000

...
Longtemps connue en France par le biais de cinéastes québécois tels que Claude Jutra, Gilles Carle, ou Pierre Perrault, l'industrie cinématographique du Canada a dû se développer dans l'ombre d'Hollywood. Elle s'est forgée une réputation internationale d'excellence dans les domaines qui ne concurrençaient pas les studios américains : le documentaire, le court-métrage, et les films d'animation. Nous sommes en présence d'un cinéma fortement subventionné (et même d'un cinéma d'État) qui repose sur des cinéastes fonctionnaires ayant pour mission de défendre la création nationale de l'invasion d...
Le générique de film

Le générique de film

De la lettre à la figure

Laurence Moinereau

Presses universitaires de Rennes, 2009

...
Objet composite, situé aux marges du film et destiné à transmettre au spectateur une série d'informations concernant sa fabrication, le générique peut sembler ne présenter qu'un intérêt secondaire à qui se donne pour tâche d'étudier le fonctionnement du septième art. Pourtant, sa marginalité même, qui le délie des contraintes du récit et l'arrache en partie à l'emprise de la fiction, son caractère hybride, fondé sur la rencontre entre écrit et image, en font un lieu de production de formes singulières, susceptibles à leur tour de déterminer un mode singulier de circulation du sens. C'est ce...
Cent ans d'aller au cinéma

Cent ans d'aller au cinéma

Le spectacle cinématographique aux États-Unis, 1896-1995

Francis Bordat, Michel Etcheverry (dir.)

Presses universitaires de Rennes, 1995

...
Aux Etats-Unis plus manifestement encore qu’en Europe, « aller au cinéma » a recouvert des réalités extraordinairement diverses. « Aller au cinéma », en 1902, dans un Hale’s Tours and Scenes of the World n’a rien à voir avec « aller au cinéma » dans un nickelodeon de 1908 ou dans un picture palace de 1925. « Aller au cinéma » dans les années de la Dépression, quand se généralisent les doubles programmes, les primes de fidélité et les loteries, et quand les chômeurs viennent dormir, sinon rêver, aux interminables séances des cinémas de quartier, est sans rapport avec « aller au cinéma » dans...
Filmer l'acte de création

Filmer l'acte de création

Pierre-Henry Frangne, Gilles Mouëllic, Christophe Viart (dir.)

Presses universitaires de Rennes, 2009

...
Que dit le cinéma - documentaire ou de fiction - sur la naissance des œuvres, qu’elles soient celles des autres arts ou les siennes propres ? Pourquoi et en quels sens le cinéma est-il un instrument privilégié et fécond d’observation, d’analyse et d’interprétation de la genèse des œuvres d’art ? Que nous apprend le cinéma sur la relation du créateur à son œuvre et sur les opérations de la création que celle-ci soit entendue comme l’acte par lequel une œuvre d’art est instaurée comme nouvelle et significative, ou qu’elle soit pensée comme la première manifestation publique d’une œuvre d’art ...
Le cinéma expressionniste

Le cinéma expressionniste

De Caligari à Tim Burton

Jacques Aumont, Bernard Benoliel (dir.)

Presses universitaires de Rennes, 2009

...
Décors tourmentés, perspectives dépravées, expressivité des corps d’acteurs, jeux d’ombre et de lumière, sensations de fi n du monde… Pourquoi cet expressionnisme-là, celui du Cabinet du docteur Caligari, est-il resté si célèbre ? Mais pourquoi ce même expressionnisme ne peut-il établir aussi une liste immuable des films qui le composent, pourquoi doit-il toujours prouver sa validité, suspecté dès l’origine de n’exister que par abus de langage ? Cet ouvrage suppose l’inverse : non qu’une définition du phénomène soit aisée ou même possible (il existe toute une histoire, racontée ici, de cett...
Le classicisme hollywoodien

Le classicisme hollywoodien

Jean-Loup Bourget, Jacqueline Nacache (dir.)

Presses universitaires de Rennes, 2009

...
Dès les années 1920, et plus nettement encore au cours des décennies suivantes, le cinéma américain fut déclaré « classique » en dépit de son évidente modernité. Ses défenseurs affirmaient ainsi leur confiance dans un art populaire et neuf, que ses liens avec l’industrie avaient très tôt rendu suspect aux gardiens de la tradition. Cette première phase de légitimation passée, ce fut ailleurs qu’on chercha la qualité classique d’Hollywood : dans la conformité à des normes stylistiques et narratives, dans la structure économique des studios de l’âge d’or, dans leur puissance d’innovation esthé...
Le cinéma japonais d’aujourd'hui

Le cinéma japonais d’aujourd'hui

Cadres incertains

Benjamin Thomas

Presses universitaires de Rennes, 2009

...
De la forme cinématographique, ordonnatrice d’univers, d’histoires et de décors, jusqu’aux corps des personnages, constructions de chair, d’imaginaire, de social et de celluloïd, le cinéma japonais contemporain se saisit toujours d’une manière ou d’une autre d’une problématique identité japonaise moderne, mais dit aussi le besoin impérieux de la penser par le biais de l’art. Car cet élément contextuel ne s’est pas incarné dans la matière filmique en n’y trouvant qu’une écorce passive. Altérations de la transparence du langage cinématographique, interrogations de la temporalité, fascination ...
Les autres arts dans l'art du cinéma

Les autres arts dans l'art du cinéma

Dominique Sipère, Alain J.-J. Cohen (dir.)

Presses universitaires de Rennes, 2007

...
Cinéma et peinture, cinéma et musique, cinéma et architecture… La peinture s’est longtemps définie par sa capacité sans égale à ressembler et, quand la photo a semblé lui ravir ce privilège, à regarder ou, plutôt, à montrer le travail du regard. C’est ainsi la rencontre entre peinture et photo qui a permis d’enrichir leurs territoires respectifs. De même, les théoriciens et les prescripteurs du cinéma ont tour à tour revendiqué des fonctions inspirées par (ou contre) d’autres arts. La musique, par exemple, peine un peu à « ressembler » mais elle a une étonnante aptitude à s’infiltrer dans t...
La parole et le lieu

La parole et le lieu

Le cinéma selon Manoel de Oliveira

Mathias Lavin

Presses universitaires de Rennes, 2008

...
Commencée à une époque où de façon majoritaire le cinéma était encore muet, l’œuvre de Manoel de Oliveira représente près de quatre-vingt ans d’activité. Dès ses premiers films, Douro faina fluvial et Aniki-Bóbó, le talent du cinéaste est reconnu mais la dictature salazariste entrave la réalisation de la plupart de ses projets jusqu’aux années 1970. Alors, de façon presque miraculeuse, à l’âge où la plupart des créateurs terminent leur œuvre, celle d’Oliveira s’emballe et, depuis Les Cannibales en 1988, s’est enrichie tous les ans d’au moins un titre nouveau qui s’impose, à chaque fois, com...
Comédie musicale : les jeux du désir

Comédie musicale : les jeux du désir

De l'âge d'or aux réminiscences

Sylvie Chalaye, Gilles Mouëllic (dir.)

Presses universitaires de Rennes, 2008

...
Le plaisir enfantin toujours renouvelé de plusieurs générations de spectateurs explique sans aucun doute l'importance toute particulière de la comédie musicale dans l'histoire du cinéma mondial. Mais il y a peut-être une autre raison, plus surprenante en apparence : la comédie musicale est un lieu formidable de propositions formelles qui inspire nombre de cinéastes contemporains désireux à leur tour de passer par la musique, la danse et le chant pour réinventer le monde ou plus simplement le donner à voir. Les études qui composent cet ouvrage, tout en proposant de nouvelles lectures des iné...
Lettres de cinéma

Lettres de cinéma

De la missive au film-lettre

Nicole Cloarec (dir.)

Presses universitaires de Rennes, 2007

...
Considérée comme un problème de mise en scène, la lettre au cinéma est un motif propice à stimuler l’imagination des cinéastes. Qu’elle soit le motif privilégié d’un cinéaste comme Max Ophuls ou d’un genre comme le mélodrame hollywoodien, l’objet de documentaires à la gloire du General Post Office britannique ou l’occasion de poèmes chez Tony Harrison, envoyée de façon anonyme dans la Treizième lettre, perdue dans Retour à Cold Mountain ou déchirée dans Sueurs froides, la lettre se révèle un agent dramatique à part entière. Jouant des écarts spatiotemporels permettant toutes sortes de circu...
La rencontre

La rencontre

Au cinéma, toujours l'inattendu arrive

Jacques Aumont (dir.)

Presses universitaires de Rennes, 2007

...
Le cinéma est, de bien des façons et à bien des titres, un art de la rencontre. Dans la filiation des frères Lumière, filmer, c’est aller, tout simplement, à la rencontre du réel, du plus lointain au plus familier ; dans cette aventure, le familier devient étrange, l’étranger devient proche : c’est sur ce paradoxe que sont fondés le cinéma ethnographique et le documentaire. Dans la voie Méliès, le cinéma est une rencontre avec l’imprévu, l’improbable ou l’impossible ; tout le cinéma fantastique, en un sens, découle de ce désir de rencontre avec ce qui relève toujours de l’impensable. Plus q...
L'autoportrait en cinéma

L'autoportrait en cinéma

Marie-Françoise Grange

Presses universitaires de Rennes, 2008

...
« Les autoportraits intriguent, déroutent et émeuvent : ils sont là sans jamais être là ; ils sont là, mais ce pour quoi ils le sont n’y est pas ; ils sont là et cette chose qu’ils tentent d’attraper les envoie dans le mur de leur écran, de leur vignette, qu’elle soit d’encre, de peinture, de marbre ou de lumière. Le face-à-face a lieu sans jamais accéder à la rencontre. A chacun, qu’il soit artiste ou spectateur, de porter, à sa manière, sa charge d’humain : c’est peut-être ça, la leçon de l’autoportrait. » Cet essai approche la forme filmique de l’autoportrait qui, à ce jour, a été encore...
L'acteur de cinéma: approches plurielles

L'acteur de cinéma: approches plurielles

Vincent Amiel, Jacqueline Nacache, Geneviève Sellier et al. (dir.)

Presses universitaires de Rennes, 2007

...
L’acteur fut longtemps un mal-aimé des discours savants sur le cinéma : sa présence semblait un matériau précaire, fuyant, offrant peu de prise à l’analyse et à la théorie. Cependant les temps changent et, grâce aux efforts de nombreux critiques et universitaires, l’acteur s’est imposé au cours des dernières décennies comme objet légitime d’étude et de recherche. C’est de cette évolution qu’a voulu témoigner le colloque « L’acteur de cinéma, approches pluridisciplinaires », organisé à l’automne 2005 au Centre Culturel International de Cerisy-la-Salle, et dont est né le présent volume. Il se...
Rohmer et les Autres

Rohmer et les Autres

Noël Herpe (dir.)

Presses universitaires de Rennes, 2007

...
Une polyphonie s’orchestre ici selon des mouvements bien distincts : le premier consiste à envisager les « affinités électives » qui inspirent le cinéma de Rohmer - depuis sa filiation éprouvée avec Kleist, avec André Bazin, jusqu’à ses interprétations plus personnelles de Murnau ou de Jean Renoir (en passant par des coïncidences inattendues avec l’art d’un David Hockney…). Le second cercle est celui des études transversales, qui s’attachent à dégager la modernité du récit rohmérien à travers tous les manques qui le constituent ou les ambiguïtés du point de vue ; une modernité à quoi se dér...